► Bye Bye Cycle : J’ai acheté un vélo !

J’ai enfin mon vélooo ! Bye cycle, bye bye cycle (seuls ceux qui ont vu le drama Nobuta Wo Produce pourront comprendre cette phrase).

Voilà une chose que je voulais absolument avoir ici ! Un vélo, car j’adore faire du vélo et parce qu’à Tokyo, c’est un moyen de locomotion très utilisé et assez pratique. Ici, tous les japonais ont un vélo et même quand il pleut, ils n’hésitent pas à l’utiliser. Le mois dernier, j’avais emprunté celui de la guest house où je travaillais histoire de tester, car conduire en vélo à Tokyo peut être un peu compliqué ! En effet les pistes cyclables sont quasi inexistantes et surtout il n’y a aucun code de la route. Ou plutôt, les cyclistes ne l’appliquent pas. Ils empruntent à la fois la route et les trottoirs, roulant là où il y a de place, et manquant parfois de renverser les piétons. Au final c’est un peu l’anarchie et on peut vite devenir un danger public. Et ceci dit, les contrôles de police sont fréquents concernant en particulier le stationnement des vélos. Il est interdit de les stationner n’importe où (mais tout le monde le fait, j’ai remarqué). S’il n’est pas au parking, on peut recevoir un avertissement autour de son guidon avec la date du jour. Vous avez dès lors jusqu’au lendemain pour déguerpir ou votre vélo finira à la fourrière. Et vous pouvez débourser 3 000 yens pour le récupérer. Soit, malgré ça je ne pouvais déjà plus me passer du vélo après quelques trajets, surtout quand j’ai vu les économies que je gagnais sur le métro. Donc, une fois emménagée à Harajuku, je n’ai pas perdu de temps pour m’acheter le mien !

Je me suis acheté un mamachari, c’est comme ça qu’on appelle les vélos « de ville » et qui sont d’ailleurs les moins chers. Ceux-ci ont un guidon arrondi, une selle pas trop haute pour avoir le dos bien droit et est équipé d’un panier, d’un porte-bagages, d’une lampe et d’un anti-vol intégré. Idéal pour les ballades ou pour se rendre à son travail, dit la fille qui s’est déjà fait un aller-retour Asakusabashi-Shinjuku haha.

Voulant ne pas payer un prix fort, j’ai d’abord consulté craigslist et les sayonara sales (produits d’occasions vendus à bas prix, voir gratuitement par des gens qui déménagent ou quittent le pays), à la recherche de vélos d’occasions. Mais n’ayant eu aucune réponse à mes demandes, j’ai pris une autre alternative. Dans mes recherches, je suis tombé sur ce magasin.

Recycle Garden Yoyogi (リサイクルガーデン代々木). C’est son nom et c’est un magasin discount où on peut trouver de tout pour la maison, électroménager, meubles, multimédia, et… des vélos !
Adresse : 3-38-10 Yoyogi, Shibuya-ku, Tokyo 151-0053
Accès : Yoyogi Station (JR Yamanote Line, JR Chuo-Sobu Line, Oedo Line) sorties ouest, A1
Minami-Shinjuku Station ou Sangubashi Station (Odakyu Line)

C’est donc dans ce magasin que j’ai trouvé un petit vélo mamachari d’occasion avec tout compris (antivol, panier, lampe, porte-bagage et même plusieurs vitesses) pour moins de 10 000 yens, précisément 7 980 yens ! Le tarif de base oscille en général entre 10 000 et 20 000 yens et si vous préférez un vélo de compét’, le prix sera plus élevé.

Vous avez enfin votre vélo. Cependant il vous reste une dernière tâche à faire : enregistrer le numéro d’immatriculation à votre nom. Oui ici il est obligatoire de déclarer son vélo suite à son achat sous peine d’amende. Ce système a été mis en place suite à des vols de vélos fréquents. Si vous achetez votre vélo en magasin, c’est ce dernier qui s’occupe de toutes les démarches, vous avez juste à payer 500 yens en plus. Si vous achetez à un particulier, il est très important de lui réclamer deux choses : le document où figure le numéro d’immatriculation, et la facture originale. Avec ces deux documents et 500 yens, vous pouvez vous rendre au Kouban (petite station de police que l’on trouve dans tous les coins de rues) ou dans un magasin de vélo pour procéder à l’enregistrement.

Pour ma part, c’est donc le magasin qui s’est chargé de déclarer mon vélo à mon nom. J’ai d’abord montré ma carte de résident et rempli un formulaire avec mon nom, mon adresse et un numéro de téléphone (japonais obligatoire). Le personnel du magasin remplit ensuite le document avec le numéro d’immatriculation et mes coordonnés. Il y en a trois exemplaires : un pour le magasin (je suppose), un pour les services de police (je suppose aussi) et un pour moi.

Un dernier petit contrôle technique et j’ai pu repartir avec mon vélo que je suis fière de vous montrer en photo, car… il est bleu ! Il est trop beau haha !

J’ai déjà hâte d’effectuer mes prochaines petites ballades pour aller à Shinjuku ou pour aller au travail. J’espère juste qu’il ne va pas rouiller trop vite, car depuis que je l’ai acheté, il pleut. Haha merci les typhons… Et comme je n’ai pas d’abris chez moi, le pauvre dort dehors. Ca fait trois jours qu’il prend une douche non-stop :(.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUESupernova

Publicités

3 réflexions sur “► Bye Bye Cycle : J’ai acheté un vélo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s