2

▶ Neurose : Kimi no Nikki (juin 2020)

Juin, c’est l’arrivée de l’été, avec sa chaleur, son humidité étouffante et son ennuyeuse saison des pluies, toujours là pour faire passer certains weekends à la maison ou annuler les sorties prévues en extérieur comme des pique-niques.

Après une longue période de mode de vie en stay home dès que possible pendant l’État d’urgence, les écoles, les magasins et les cafés-restaurants ont de nouveau rouvert leurs portes. On revient petit à petit à un rythme normal mais en restant très prudents.

Afin de prévenir la propagation de l’infection, il est demandé de respecter la règle des « trois densités » (3つの密) mise en place par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省), soit d’éviter :
– les endroits confinés (密閉)
– les endroits bondés (密集)
– les contacts trop rapprochés (密接)

Pour éviter autant que possible la propagation de l’infection, le pays entier doit s’adapter à un « nouveau style de vie » (新しい生活様式). Tout d’abord, chaque personne doit respecter les gestes et contrôles contre l’infection :
– lavage des mains (手洗い)
– port du masque (マスクの着用)
– maintien d’une distance de sécurité (身体的距離の確保)

Les bases (基本的) de la vie quotidienne (日常生活) se résument ainsi :
– lavage et désinfection des mains avec diligence (まめに手洗い・手指消毒)
– (咳エチケットの徹底)
– ventilation régulière des pièces (こまめに換気)
– maintien d’une distance de sécurité (身体的距離の確保)
– respect des 3 densités (3密の回避)
– chaque matin prendre la température, vérifier son état de santé et en cas de fièvre ou de symptôme d’un rhume, rester à la maison (毎朝、体温測定、健康チェック。発熱又は風邪の症状がある場合は無理せず自宅で療養)

Dans les lieux publiques, à l’entrée des magasins et des restaurants, du gel hydroalcoolique ou du désinfectant est mis à disposition des clients. Dans les écoles, on contrôle la température de chaque élève à son arrivée et en cas de fièvre il peut être renvoyé à son domicile.

Ainsi va la vie au Japon avec le Coronavirus !

※ Les événements du mois 🎊

• Suika Wari (スイカ割り)

C’est l’été, soit le moment de ressortir les maillots de bain, les serviettes de plage, les bouées et les ballons pour s’amuser sur les plages. Et au Japon, on rajoute… bâton et bandeau ! Mais pourquoi faire ? Pour jouer au jeu Suika Wari (スイカ割り), littéralement jeu de la pastèque fendue !

Comme son nom l’indique, ce jeu estival populaire chez les Japonais consiste à fendre une pastèque avec un bâton en ayant les yeux bandés. On pratique ce jeu en général sur les plages (海水浴場), mais aussi pendant les festivals, les pique-niques ou encore dans les écoles maternelles (保育園・幼稚園).

Pour jouer au Suika Wari, il faut :
– une pastèque bien mûre (よく熟れたスイカ)
– un bâton (棒)
– un bandeau (目隠し)

Les règles « officielles » (公式ルール) de ce jeu ont été établies en 1991 par la « Japan Suika Wari Association » (日本すいか割り協会). La JSWA fut créé dans le but d’une campagne menée par la Coopérative agricole JA (農業協同組合) pour augmenter la consommation de pastèques. Cependant, celle-ci n’existe plus au jour d’aujourd’hui.

En tout cas, les règles sont très simples :
– avant de commencer, le concurrent doit se trouver à une distance entre 5 et 7 m de la pastèque
– le bâton doit mesurer moins d’1m20 avec un diamètre de 5 cm
– le concurrent dispose d’1 min 30 pour fendre la pastèque les yeux bandés et en se basant sur les voix des autres participants qui le guident (dans ce délais, il a droit à 3 coups de bâton)
– chaque concurrent est jugé selon la découpe de sa pastèque ; 0 point si coup manqué, 1 point si la pastèque est frappée, 2 à 4 points si la pastèque peut-être fendue après coup, 5 à 10 points si on peut apercevoir l’intérieur de la pastèque après coup

Sans suivre à la lettre chaque règle, certains choisissent de ne pas fixer de limite de temps mais d’ajouter par exemple un handicap au concurrent en le faisant tourner sur lui-même avant qu’il se lance à la recherche de la pastèque. En privilégiant aussi le côté « fun » au lieu du mode « compétition », comme c’est le cas dans les écoles maternelles, il n’y a pas forcément de juge non plus. L’important est avant tout de s’amuser et de se régaler ensuite en dégustant de généreuses portions de pastèque !

※ Les sorties et excursions du mois 🏞 🏙

• Hiking Adventure in Kobe (神戸でハイキングアドベンチャー)

Juin a beau être un mois où il pleut beaucoup en raison de la saison des pluies (梅雨 ☔ tsuyu), il y a tout de même de rares journées ensoleillées. Il ne faut alors pas manquer l’occasion de sortir profiter du soleil !

Alors c’est parti pour une journée à Kobe (神戸) ! Ville de la baie d’Osaka située dans le centre du Japon, elle est entre autres connue pour son paysage montagneux pittoresque qui entoure le port. C’est pourquoi après l’excursion d’une journée en février dernier, on part pour une journée de randonnée dans les montagnes.

Suivez le Kimitinéraire pour un parcours sympa d’une journée au cœur des montagnes de Kobe !
Nature et panorama exceptionnels garantis !

Départ de la station Sannomiya à 8h40, on monte en passant par le petit parc Suwayama (諏訪山公園). On y croise et salut des personnes effectuant leur sport matinal ou une petite pause pendant leur randonnée du dimanche. Paisible, tranquille et agréable, on s’y pose et on s’y relaxe.

Du point de vue Kinsedai (金星台) ou de Venus Bridge (ヴィーナスブリッジ), on admire la vue sur la ville et ses environs. Le ciel bleu et le soleil resplendissant font qu’on peut rester des heures comme ça sans s’en lasser, respirant l’air frais avec un fond sonore des bruits des voitures et du dynamisme de la ville.

C’est parti ensuite pour la première étape, on emprunte le circuit de randonnée jusqu’à Irakiyama (錨山) ! L’altitude n’est pas très élevée (moins de 300 mètres), la montée ne prend que 25 minutes environ depuis Venus Bridge pour 1 kilomètre de pente et de marches assez raides entourés de verdure. Suivez les panneaux, référez-vous aux plans pour vous guider. Les circuits sont assez bien indiqués. Arrivé au sommet, le paysage y est toujours aussi beau. On continue vers Shishōyama (市章山), 500 mètres plus loin. La vue y est davantage splendide. À croire que plus on monte, plus elle est impressionnante ! Beaucoup de passionnés de randonnée empruntent ce circuit et viennent admirer la ville de là-haut. Il est facile d’engager la conversation et de passer du bon temps pendant notre pause.

De là on poursuit notre route pour atteindre l’étang Shōjō (猩々池), faire une pause au café Hanareya (カフェはなれ家) et son ambiance jazz pour un jus d’orange frais et déjeuner chez takibi neko (タキビネコ). Durant les derniers kilomètres, on passe par le temple Dairyuji (大龍寺) avant d’arriver au parc Futatabi (再度公園) et son étang Shuhogahara (修法ヶ原池). Vaste et disposant de toilettes, cafés et aires de pique-nique, il est très fréquenté. On se sent comme en vacances en venant manger et s’amuser entre amis ou en famille.

On termine le parcours en redescendant jusqu’au sanctuaire Gion (祇園神社) en passant par le mont Nabebuta (鍋蓋山) et le col Shichisan (七三峠). Et la boucle est bouclée !

Circuit sympa et accessible à tous bien qu’un peu physique. Lors d’un séjour à Kobe, profitez de ce petit moment dans la nature en journée pour y voir Kobe sous différents angles et rester jusqu’à la tombée de la nuit à un des spots pour admirer un très beau panorama de Kobe de nuit, comme on peut le voir depuis d’autres spots comme Kikuseidai (掬星台) ou depuis les jardins de Nunobiki (布引ハーブ園) !

Parc Suwayama (諏訪山公園)
Adresse : 5-1 Yamamotodori, Chuo-ku, Kobe, Hyogo(兵庫県神戸市中央区山本通5丁目1)
Accès : Sannomiya Station (Seishin-Yamate Line, JR Lines) sortie ouest, Kobe-Sannomiya Station (Hanshin Line, Kobe Kosoku Line, Kobe Line) sortie ouest
Site internet : https://www.kobe-park.or.jp

Temple Dairyuji (大龍寺)
Adresse : 1 Kobeko Jikata, Chuo-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市中央区神戸港地方1)
Accès : Dairyuji Bust Stop (Kobe City Bus 25)
Site internet : http://www.tairyuji.com

Parc Futatabi (再度公園)
Adresse : Yamadacho Shimotanigami, Kita-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市北区山田町下谷上)
Accès : Saido Park Bus Stop (Kobe City Bus 25)
Site internet : https://www.kobe-park.or.jp

Sanctuaire Gion (祇園神社)
Adresse : 12-1 Kamigioncho, Hyogo-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市兵庫区上祇園町12−1)
Accès : Hirano Bus Stop (Kobe City Bus 7)
Site internet : http://www.kobe-gionjinjya.com/

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷

• Pique-nique au parc (公園でピクニック)

C’est samedi et par chance le temps est plutôt ensoleillé après une semaine bien pluvieuse ! Hors de question pour les Japonais de rester enfermé ! C’est l’occasion de sortir la tente, les bâches et les tables pour aller se poser dans le parc du coin et y faire un pique-nique en famille ou entre amis !

Posés dans le parc Nakanoshima (中之島公園) à Osaka, près de la rivière, c’est un rassemblement international ! Comme tout le monde ne se connait pas forcément, on se présente avant de trinquer et de goûter aux différents plats préparés et rapportés par chacun : inarizushi, omelette à l’indienne, curry indien, karaage… Avec un petit fond musical et les rayons du soleil qui passent entre les arbres, on profite d’un moment vraiment agréable.

On pratique quelques jeux sportifs ou ludiques avant de s’offrir le dessert : cookies, gelée au café et gâteau roulé aux fruits. L’après-midi est passée vite et il est déjà temps de plier bagages et de se dire au revoir en espérant remettre ça très bientôt !

Même si l’été au Japon est difficilement supportable, ça fait toujours du bien d’être en bonne compagnie dans un endroit calme et reposant teinté de vert. Les Japonais et résidents au Japon en tout cas adorent !

Parc Nakanoshima (中之島公園)
Adresse : 1-1 Nakanoshima, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区中之島1丁目1)
Accès : Kitahama Station (Keihan Line, Sakaisuji Line) sortie 26
Site internet : http://www.city.osaka.lg.jp

※ Les restau et cafés du mois 🍴☕

• Ramen Rai Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Il est midi et c’est l’heure de manger. Encore une fois c’est l’envie de manger des nouilles qui l’emporte. On retourne chez Rai Rai Tei (来来亭), une très bonne chaîne de restaurants de ramen à laquelle on est devenu habitué depuis avril 2020 !
Alors on voit venir quelques réactions… Manger des ramen alors que l’été se rapproche et qu’il commence à faire chaud ??  Et bien figurez-vous qu’à l’approche de l’été les Japonais ont pour coutume de manger des nouilles froides ! On appelle ça des reimen (冷麺, rei pour froid et men pour nouilles).

Normalement c’est un plat qui est originaire de Corée du Nord mais qui a très vite fait sa réputation au Japon. Si on peut en manger dans des restaurants de ramen on en trouve également dans les konbinis et les supermarchés. C’est aussi un plat très facile à réaliser. Mais quand on a pas envie de cuisiner, c’est toujours mieux de savourer un bon plat dans un restaurant qu’on apprécie.

Rai Rai Tei propose donc dans son menu un bol de reimen classique (冷麺), et un plus spécial (特製冷麺, tokusei reimen) avec un œuf (味玉子) et du kimchi (キムチ). On peut les accompagner dans un menu contenant par exemple des gyoza (餃子) ou du karaage (唐揚げ) avec une demie-portion de riz cantonais (半チャーハン) pour moins de 1500 ¥.

Pour lutter contre le natsubate (夏バテ, coup de chaleur), c’est un bon compromis ! Les nouilles sont rafraîchissantes bien qu’un peu fermes. La sauce est onctueuse et le kimchi apporte la petite touche épicée. On ressort l’estomac bien rempli et satisfait.

Ce mois également, on en a profité pour tester le curry ramen (カレーラーメン) avec un œuf (味玉子) en topping accompagné toujours de riz cantonnais (チャーハン) et de karaage (唐揚げ) en menu. Un régal à 1490 ¥ qui remplit sans conteste l’estomac. Le curry est bien épicé, les nouilles sont épaisses et tendres. À goûter à la moindre occasion, le curry ramen de Rai Rai Tei est une valeur sûre !

Ramen Rai Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp

• takibi neko (タキビネコ)

Situé au milieu des montagnes de Kobe (神戸), sur le parcours menant au parc Futatabi (再度公園), ce bar-café permet aux voyageurs et alpinistes de profiter d’une pause agréable pendant leur promenade. Petit mais relativement confortable, si toutes les tables et les places en comptoir sont prises, il y a toujours possibilité de se poser en terrasse.

Du comptoir, on peut observer la préparation des plats servis. Au menu : onigiri (おにぎり), hot dog toasté (ホットドッグトースト), pizza toastée (ピザトースト), omurice (オムライス) pour des prix allant de 500 ¥ à 1000 ¥. Pour les boissons : jus de fruits, bière, vin, wishky sont proposés pour se rafraîchir.

De la bonne musique est diffusée pour animer l’endroit, la déco et l’architecture ont un petit côté occidental. Manger un omurice dans cette ambiance est un moment agréable. Servi bien chaud, la taille de la portion est tout juste ce qu’il faut et c’est meilleur que les omurice servis dans les restau.

Très peu connu, si vous passez par l’étang Shōjō (猩々池) ou si vous vous rendez au parc Futatabi (再度公園), rendez-vous jusqu’à ce bar-café ! Le personnel (certainement un jeune couple) y est très agréable et leurs plats fait maison sont un très bon remontant !

cafe and bar takibi neko (タキビネコカフェバー)
Adresse : 118 Kobeko Jikata, Chuo-ku, Kobe-shi, Hyogo (兵庫県神戸市中央区神戸港地方118)
Accès : Nihonmatsu Bus Stop (Kobe City Bus 25)
Marcher environ 17 minutes jusqu’au café

• Niboshi Ramen Tamagoro (煮干しらーめん 玉五郎)

La quête de nouveau Ramen se poursuit ! À la recherche d’un endroit pour dîner dans Kuzuha Mall Dining Street, on trouve Niboshi Ramen Tamagoro, une chaîne de Ramen appartenant à la compagnie Genki Factory qui réunit en plusieurs chaînes de restaurant le must to eat de la cuisine japonaise : ramen (ラーメン), tsukemen (つけ麺), kushiage (串揚げ), yakiniku (焼肉)…

L’élément phare de Niboshi Ramen Tamagoro, c’est son bouillon à base de poisson, précisément une soupe à base d’anchois, de bonite et de maquereau soigneusement sélectionnés et mélangé à un riche bouillon de fruits de mer. Y sont plongées des nouilles moyennement épaisses et d’une texture riche et ferme. La maison vous invite également à goûter ses gyoza cuits à la vapeur (水餃子).

Choisissez votre plat au distributeur à l’entrée, entre le niboshi ramen salé (塩煮干しらーめん), épicé (辛煮干しらーめん) et tsukemen (煮干しつけ麺). Ajoutez selon vos préférences des accompagnements : œuf, oignons verts, menma… Prix moyen, environ 1000 ¥. Remettez votre ticket de commande et prenez place au comptoir ou à table.

On est servi assez rapidement quand le restau n’est pas bondé. La taille des bols est raisonnable et le bouillon a bon goût. Pour changer un peu des bouillons classiques, cette chaîne est à essayer à l’occasion !

Niboshi Ramen Tamagoro Kuzuha Mall (煮干しらーめん 玉五郎 くずはモール店)
Adresse : 1F Kuzuha Mall Dining Street (大阪府枚方市樟葉花園町15-1くずはモールダイニングストリート 1F)
Accès : Kuzuha Station (Keihan Line)
Site internet : http://www.genki-factory.com/shoplist/tamagoroh/

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Rentrée scolaire, deuxième 🏫 !

Etat d’urgence enfin levé, il était enfin temps de reprendre l’école ! Nouvelle rentrée scolaire très mouvementée ! Dès le premier jour, beaucoup de tâches, de communication, si bien qu’on ne voit pas le temps passer et qu’on n’a pas le temps de stresser ! Mais quelle joie de pouvoir s’amuser à nouveau avec les petits dans la cours de récré ! Au niveau des cours, j’ai mieux fait, la reprise fut un peu difficile le temps de retrouver les habitudes et d’être bien organisé. Ce n’est pas un travail de tout repos et pour une personne étrangère assignée à ce poste normalement destiné à un japonais, la paperasse et la préparation des classes demande plus de temps et de concentration pour comprendre le japonais. C’est un challenge et il faut se donner à fond tous les jours, accepter les remarques, bonnes ou mauvaises, et ne pas laisser tomber.

En tout cas, grâce aux enfants, vraiment, je m’amuse et j’apprécie ce travail. De belles retrouvailles avec les primaires et leurs mamans avec qui je reste parler après les leçons. Elles sont d’une telle gentillesse ! Mes premières leçons avec les maternelles étaient géniales aussi, même si dans une classe, ils m’ont appelé par le nom de leur ancienne professeure ! Cependant, il y a eu une connexion directe, c’était comme si ils m’avaient toujours eu comme professeure ! Ils semblaient déjà habitués à mon personnage et ma façon d’enseigner. Quelle joie ! C’est vraiment génial de se dire qu’on s’éclate au travail ! Je suis très occupée et débordée avec toutes les tâches administratives et toute la gestion de l’école mais quand je vois les sourires des enfants radieux après une leçon, certains venant me dire « C’était vraiment amusant ! » ça fait mon bonheur et ma satisfaction après mes leçons. Je fais chaque leçon avec vraiment beaucoup d’enthousiasme. Je repense au théâtre, car c’était mon moyen de surmonter mon stress et ma timidité. Je continue dans cette dynamique pour surmonter mon stress, mon principal souci étant de ne pas réussir à me faire comprendre à cause du japonais. Je fais un petit sketch, je joue un personnage qui vraiment plaît aux enfants si bien qu’à chaque fin de leçon j’ai droit à ma séance de high touch et de câlins. Entre ça et les événements de l’école qui m’apportent vraiment un plus dans la culture et une immersion dans le mode de vie japonais, même si je rentre épuisée du travail je suis quand même super contente de ce que je fais.

• Nouveau téléphone 📱

Hélas, plus de 3 ans après l’avoir acheté, mon Axon 7 Mini a finalement rendu l’âme. Il commençait déjà à marcher au ralenti et une partie de l’écran tactile ne fonctionnait plus. Et comme une bonne imbécile, j’ai cassé l’écran. Il marchait toujours mais était inutilisable. Je ne pouvais même pas désactiver le réveil, tous les matins il continuait à sonner 😂 ! Ce fut donc le moment de racheter un nouveau téléphone. Possédant une carte SIM du temps de mon PVT, j’ai simplement acheté un smartphone free sim chez Bic Camera comme j’ai fait il y a trois ans. Les démarches sont très simples : on choisit son smartphone, on paye et le personnel vous effectue gratuitement la configuration avec la carte SIM. En 30 minutes c’est fait !

Me voilà avec un Motorola Moto g7 ! Il est un peu grand mais il a un beau design et des fonctions intéressantes. Parmi les propositions du magasin, c’était celui qui correspondait le mieux à mes attentes (opéré par Android, longue autonomie de batterie, compatibles avec les appli que j’utilise, photos de bonne qualité…) et mon budget.


♫ Un article = Une chanson ► MY FIRST STORY – 虚言NEUROSE

1

▶ Virus : Recevoir 100 000 yens pour surmonter la COVID-19

Le nouveau Coronavirus (新型コロナウイルス), COVID-19 aura rendu (et rend toujours) notre vie quotidienne un peu difficile économiquement et certainement psychologiquement. Un quotidien perturbé entraînant la recherche et la mise en place de nouvelles mesures, le développement de nouvelles idées pour pouvoir continuer à vivre, mais différemment. Un mode de vie en compagnie d’un virus qui touche rapidement beaucoup de gens. La COVID-19 a entraîné le décès de nombreuses personnes, a fait du mal à l’économie et aux finances personnelles. Mais il y a aussi de bons côtés : la planète a pu respirer et le confinement a rapproché les cœurs malgré la distance.

En outre, pour les résidents au Japon, s’il est devenu difficile de subvenir à ses besoins en cette période de crise sanitaire en raison du chômage technique ou de la perte de son emploi pendant l’Etat d’Urgence, ils peuvent bénéficier d’une aide financière qui fait du bien au porte-monnaie ! Une prestation fixe spéciale, que l’on appelle en japonais 特別定額給付金 (tokubetsu teigaku kyûfukin), d’un montant de 100 000 yens, pour surmonter cette difficulté. Pour recevoir cette prestation, chaque résident qui peut en bénéficier doit en faire la demande suite à la réception du formulaire de demande à son domicile, dans une enveloppe avec écrit en rouge 特別定額給付金のご案内えをお送りします (envoi du guide de la prestation fixe spéciale). C’est la municipalité dans laquelle le résident est enregistré qui se charge de l’envoi et de la réception de la demande.

L’enveloppe contient :

  • les informations sur la prestation (ご案内)
  • l’avis d’envoi de la demande de prestation fixe spéciale (特別定額給付金申請書送付のお知らせ)
  • le formulaire de demande de la prestation (特別定額給付金申請書)
  • un exemple de formulaire rempli (記入例)

Dans cet article, Kimi vous explique de A à Z comment demander et recevoir cette prestation. La démarche n’est pas trop difficile à condition de comprendre un minimum le japonais car aucun document explicatif en anglais n’est fourni. Pour obtenir des explications en anglais, vous pouvez vous rendre sur ce site. Kimi n’était pas la première à recevoir son formulaire et n’est donc pas la première à publier un article sur le sujet… Vos réponses ont peut-être déjà été trouvées dans un autre article… C’est pourquoi pour compenser le retard, Kimi joint tout le vocabulaire qui ressort de cette tâche administrative pour enrichir vos connaissances en japonais !

 Guide de la prestation (ご案内)

Pour une personne, la prestation de 100 000 yens est offerte.

Pour qui ? (誰に?) Toute personne inscrite au registre des résidents (住民基本台帳) à la date du 27 avril 2020, y compris les personnes de nationalité étrangère.
A partir de quand ? (いつから?) La date de commencement (受付開始日) est déterminée par chaque municipalité (市区町村) qui par la suite envoie le plus rapidement possible le formulaire de demande. Attention, il y a aussi une date de fin ! A partir du jour de réception, la période d’application est de trois mois. La date butoir (期限) est inscrite sur l’enveloppe ainsi que sur l’avis d’envoi.
Comment s’inscrire ? (どうやって申し込む?) La municipalité se charge de pré-remplir le formulaire de demande avec le nom (氏名) et la date de naissance (生年月日) du bénéficiaire et de le faire parvenir par voie postale. Pour ensuite recevoir la prestation, deux méthodes s’offrent au bénéficiaire :

  • par voie postale : remplir le formulaire, renseigner les informations du compte en banque pour recevoir l’argent par virement, joindre les documents nécessaires et retourner le tout à la municipalité
  • en ligne : si le bénéficiaire possède une carte My Number (マイナンバー), il peut postuler directement le portail du site myna (マイナポータルサイト)

Pour chaque ménage, la municipalité effectue le virement sur le compte bancaire renseigné lors de la demande. Pour ceux qui ne possèdent pas de compte bancaire, il faut se présenter directement à la municipalité avec le formulaire et les documents nécessaires. Le paiement est alors effectué sur place en liquide. Les personnes ne possédant pas de carte My Number doivent opter pour l’envoi par la poste.

Selon la méthode choisie, les documents suivants sont requis :

  • par voie postale : une copie (写し) d’un document d’identité (本人確認書類) soit par exemple la carte My Number (マイナンバーカード), le permis de conduire (運転免許証) ou la carte d’assurance maladie (健康保険証) une copie d’un document contenant les coordonnées bancaires (振込先口座書類) soit la carte de paiement (キャッシュカード) ou le livret bancaire (通帳), l’important étant que le document renseigne le nom de l’institution financière (金融機関名), le numéro de compte (口座番号) et le nom du titulaire du compte (口座名義人)
  • en ligne : un document contenant les coordonnées bancaires (振込先口座書類)

Remplir le formulaire (記入)

Renseigner la date du jour (日付).

Vérifier qu’il n’y a pas d’erreurs dans les informations personnelles (世帯主 申請・受給者), signer ou tamponner avec le sceau.

Renseigner un numéro de téléphone (電話番号).

Dans le tableau, vérifier qu’il n’y a pas d’erreurs dans le nom du bénéficiaire et dans le montant de la prestation.

Les personnes ne souhaitant pas recevoir la prestation doivent cocher la case située dans la colonne de droite.

En dessous, cocher la case A pour le choix par voie postale.

Renseigner alors les informations du compte bancaire. Si le compte bancaire appartient à la poste, remplir la partie ゆうちょ銀行.

Au verso du formulaire, coller la copie du document d’identité (本人確認書類) dans le cadre prévu à cet effet.

Dans le deuxième cadre, coller la copie du document contenant les coordonnées bancaires (振込先口座書類).

Revérifier une dernière fois que le formulaire est bien rempli, et cocher les cases dans la partie チェックリスト.

Et après ?

Il ne reste plus qu’à renvoyer dans le tout dans l’enveloppe fourni par la municipalité par voie postale. Pas besoin d’ajouter de timbre. Après cela, la prestation est reçue environ deux semaines plus tard.

 Un peu de vocabulaire

特別定額給付金 = prestation fixe spéciale
ご案内 = guide, informations
お知らせ = avis, annonce
給付 = paiement
申請書 = formulaire de demande
記入する = remplir, compléter
記入例 = exemple
住民基本台帳 = registre des résidents
記録 = enregistrement
受付開始日 = date de début de réception
市区町村 = municipalité
窓口 = guichet
期限 = date limite
申請期間 = période d’application
必要書類 = document(s) requis
世帯 = ménage, foyer
振り込む = transférer, virer (de l’argent)
本人確認書類 = document d’identité
写し = copie
マイナンバーカード = carte My Number
運転免許証 = permis de conduire
健康保険証 = carte d’assurance maladie
振込先口座書類 = documents de compte bancaire
キャッシュカード = carte de paiement
通帳 = livret bancaire
金融機関 = institution financière
口座番号 = numéro de compte
口座名義人 = titulaire du compte
電話番号 = numéro de téléphone


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► Iron Maiden – Virus

1

▶ Psychosocial : Le port du masque (マスク)

La première différence qu’un expatrié va constater à son arrivée au Japon est probablement le port du masque, qui entre autres fait que les Japonais ont une très bonne hygiène de vie : en plus de porter le masque, ils se lavent régulièrement les mains et n’ont jamais pour coutume de se serrer la main ou de se faire la bise pour se saluer.
Pour respecter cette bonne hygiène de vie, il est préférable pour tout expatrié de s’adapter à ces règles afin de ne pas surprendre de façon peut-être négative la population locale (et ça ne pourra qu’être bénéfique à sa propre hygiène de vie dans tous les cas).

Dans cet article de la vie de tous les jours, Kimi no BLUE TRAVEL vous parle du port du masque 😷, mais aussi de son importance dans la lutte contre la propagation du Nouveau Coronavirus (新型コロナウイルス).

Le port habituel (普段利用)

Si avec le Nouveau Coronavirus, le port du masque devient de plus en plus courant, voire obligatoire dans le monde entier. Au Japon, cette coutume existe depuis bien des années. Les Japonais portent toujours un masque dans les cas suivants :
maladie (病気), pour éviter de contaminer les autres
protection (予防) contre l’air très sec (en particulier l’hiver), la pollution, les personnes malades
prévention (防止) contre les allergies, notamment celles liées au pollen

Le but principal du port du masque est donc de réduire la propagation des virus afin de ne pas contaminer les autres, mais aussi pour ne pas être contaminé si quelqu’un dans notre entourage est malade. Étant donné la densité de la population japonaise, notamment dans les grandes villes et dans les transports en commun, les maladies sont plus facilement transmissibles et le port du masque a alors une fonction anti-propagation qui réduit le caractère épidémique des virus comme la grippe ou le rhume.

Au travail, les personnes en contact avec beaucoup de monde, tels que les personnels des gares, des supermarchés, des chaînes de restauration rapide ou cafés sont nombreuses à porter le masque pour se protéger.
En revanche, certains emplois où l’apparence doit être bien soignée, il arrive par politesse que les employés n’en portent pas mais gardent tout de même une distance de sécurité et évitent les contacts trop rapprochés.

S’il fait très froid ou en cas d’air sec, porter un masque permet de ne pas respirer l’air directement et de créer de l’humidité dans le masque et ainsi éviter d’irriter sa gorge ou d’attraper froid. Au printemps, beaucoup de Japonais étant très allergiques au pollen, ils sont nombreux à porter un masque à cette saison.

Enfin, dans le genre (un peu) superficiel, les femmes portent un masque pour cacher leur visage sans maquillage ou un bouton d’acné. Chez les hommes, c’est pour cacher la barbe non rasée, car afficher un visage avec une barbe non rasée est impoli au travail au Japon.

• Comment porter le masque (マスクの着用し方)

Lors de toute sortie à l’extérieur en étant malade surtout, il est primordiale de prendre des mesures telles qu le port du masque pour éviter la propagation des microbes par les postillons ou en cas de toux ou éternuement.

Pour bien porter le masque (正しいマスクの着用)
① S’assurer de bien couvrir le nez et la bouche (鼻と口の両方を確実に覆う)
② Mettre les bandes élastiques derrière les oreilles (ゴムひもを耳にかける)
③ Couvrir le nez de façon à ce qu’il n’y ait pas de passage (隙間がないよう鼻まで覆う)

Cas particulier avec le Nouveau Coronavirus (新型コロナウイルスの場合)

La propagation croissante du Nouveau Coronavirus début 2020 a rendu l’usage du masque encore plus indispensable pour tous. Et le virus continue de se propager encore aujourd’hui.

Afin d’éviter cette propagation du virus en plus de la règle des « trois densités » (3つの密), il est recommandé de porter un masque même si l’on ne présente aucun symptôme. Car même sans symptôme il est toujours possible d’être porteur du virus.

Pour inciter à suivre cette pratique, le gouvernement a fait parvenir dans chaque foyer deux masques en tissu (2枚の布マスク), surnommés ainsi Abe no Mask (アベノマスク, les masques d’Abe, nom du premier ministre) durant mai-juin 2020. Réutilisables après lavage avec un détergent, leur distribution a également été décidée suite à la pénurie de masques survenue en février.

Si cette pénurie en a effrayé beaucoup, cela a en revanche développé davantage la fabrication de masque en tissu. Fait à la main pour son usage personnel ou commercialisé dans les boutiques de souvenirs, de vêtements ou encore sur internet, on trouve tout type de motif tendance et variés pour s’adapter aux goûts de chacun.

• Comment laver le masque en tissu (布マスクの洗い方)

Les masques en tissu peuvent être réutilisés en les lavant. Il est recommandé de le laver tous les jours après utilisation.
① Avec un détergent à lessive, laver légèrement sans frotter à une température maximale de 40°C
② Rincer abondamment
③ Laisser sécher sans utiliser de sèche-linge

• Comment prévenir le Nouveau Coronavirus (新型コロナウイルスを防ぐには?)

Durant cette crise sanitaire qui touche le monde entier, porter un masque n’est cependant pas la seule mesure à suivre et le gouvernement rappelle les habitudes à adopter dans la vie de tous les jours et à rester vigilent. C’est un nouveau style de vie (新しい生活様式) qui se met en place et qui s’applique à tous.

① Tout d’abord, il est important de se laver soigneusement les mains avec de l’eau et du savon pendant environ 30 secondes après toute sortie à l’extérieur, avant ou après la cuisine, et avant les repas.

② En cas de maladie chronique ou pour les personnes âgées, il faut prendre des précautions supplémentaires, comme éviter les zones surpeuplées.

③ En cas de fièvre ou d’autres symptômes du rhume, il est demandé de rester chez soi se reposer.

④ Vérifier sa température corporelle tous les jours.

Pour vivre en bonne santé, vivons masqués

Ce n’est pas toujours agréable à porter à longueur de journée, en particulier en été en raison de la chaleur et de l’humidité. Quand on parle, il peut aussi ne pas bien tenir en place si la taille n’est pas adaptée et les élastiques pas assez serrés. Mais toujours penser que l’important c’est qu’il protège le porteur lui-même mais également ceux qui l’entourent.

En plus de cela, penser à maintenir une distance de 1 à 2 m (au moins 1 m) avec les autres personnes, éviter de parler trop près et de se rassembler dans des endroits confinés, privilégier les rassemblements à l’extérieur.

Protégez-vous ! Sortez couverts !

Un peu de vocabulaire

マスク (masuku) = masque
布マスク (ぬのますく – nuno masuku) = masque en tissu
手洗い (てあらい – tearai) = lavage des mains
正しい (ただしい – tadashii) = bien, correct, vrai
着用 (ちゃくよう – chakuyō) = port (de vêtements, accessoires)
利用 (りよう – riyō) = utilisation
病気 (びょうき – byōki) = maladie
予防 (よぼう – yobō) = protection
防止 (ぼうし – bōshi) = prévention
鼻 (はな – hana) = nez
口 (くち – kuchi) = bouche
確実 (かくじつ – kakujitsu) = sûr(e)
覆う (おおう – ōu) = couvrir
ゴムひも (gomuhimo) = élastique
耳 (みみ – mimi) = oreille
かける (kakeru) = mettre, porter
隙間 (すきま – sukima) = passage, espace, fente
外出 (がいしゅつ – gaishutsu) = sortie à l’extérieur
飛沫 (しぶき – shibuki) = éclaboussure
飛ぶ (とぶ – tobu) = voler, sauter, bondir
つける (tsukeru) = attacher, enfiler (un vêtement)
洗う (あらう – arau) = laver
すすぎ (susugi) = rinçage
再利用 (さいりよう – sairiyō) = réutilisation
衣料用洗剤 (いりょうようせんざい – iryō-yō senzai) = détergent à lessive
乾燥機 (かんそうき – kansō-ki) = sèche-linge
発熱 (はつねつ – hatsunetsu) = fièvre
風邪 (かぜ – kaze) = rhume
症状 (しょうじょう – shōjō) = symptôme
体温 (たいおん – taion) = température corporelle
行動 (こうどう – kôdô) = mesure, comportement, action
身体的距離 (からだてききょり – karadateki kyori) = distance physique
確保 (かくほ – kakuho) = sécurisé(e)
日常生活 (にちじょうせいかつ – nichijō seikatsu) = vie courante


♫ Un article = Une chanson ► Slipknot – Psychosocial

1

▶ Wherever I Go : 22 juin 2020 ; 5 ans au Japon

22 juin 2020. Il y a un an, en rédigeant mon article des 4 ans, je ne pensais pas que cet article serait publié un jour. Comme quoi l’avenir n’est jamais vraiment tracé et le moindre événement, la moindre chose peut tout modifier ! En tout cas, voilà, 5 ans désormais que j’ai posé le pied au Japon avec pour projet de m’y installer pour quelques temps, ce « quelques temps » qui s’est transformé en « 5 ans… voire plus ». Ouais, le Japon aura du mal à se débarrasser de moi pour l’instant !

Cette année fut vraiment épanouissante ! Des voyages et des expériences incroyables ! Même si après 4 ans, la liste des mauvais côtés du Japon se rallongeait et parfois me désespérait, le Japon n’aura finalement pas fini de me faire rêver et de me surprendre ! Après tout, chaque pays a ses bons et ses mauvais côtés ! La première est que je ne regrette pas d’avoir quitté Tokyo pour le Kansai ! Merci Ecole (pas) Sympa de m’avoir fait « sombrer », ça m’a ouvert la meilleure porte ! Ma nouvelle vie dans le Kansai m’a permise de redevenir un peu un pigeon voyageur et réveiller mon âme d’aventurière ! Les voyages, c’est tellement génial, même si la plupart ne duraient qu’un weekend ! Je me découvre encore une nouvelle partie de moi-même en voyageant, je me sens davantage épanouie et plus forte. Je me ressource et à la fin de chacun d’eux, je suis de nouveau prête à relever de nouveaux défis et à continuer à aller de l’avant.

Comme chaque année, faisons donc le bilan :
J’ai fait un road trip à Hokkaido.
J’ai escaladé le Mont Fuji pour la troisième fois et fait le tour du cratère.
– Je suis allée à FujiQ (enfin !!)
– J’ai du commencer à porter des lunettes de vue.
– J’ai profité des festivals d’été comme il y a 5 ans à mon arrivée, avec Bon Odori et feux d’artifice.
– J’ai réussi le JLPT N3 !
Je me suis tapée un déménagement seule du Kanto au Kansai. J’ai porté des cartons et des meubles comme un homme, j’ai appris à gérer l’administratif et l’organisation, à passer des coups de fils en japonais et surtout à gérer le stress de tous ces préparatifs.
J’ai porté le mikoshi lors du festival Kitazawa Hachiman Jinja à Shimokitazawa.
– J’ai expérimenté un nouveau domaine professionnel et je me suis découverte de nouvelles compétences. Pas seulement, j’ai assisté à beaucoup d’événements et expérimenté beaucoup de choses de la culture japonaise et des traditions : les festivals de sport scolaire (運動会), la récolte de mikan (みかん狩り, mikan gari), la fabrication du mochi (mochitsuki)… J’ai récité deux discours en japonais, chanté les chansons de Noël populaires au Japon et joué l’interprète anglais-japonais pour le père Noël et les enfants pendant les spectacles de Noël.
Je suis allée à Universal Studios pour Halloween.
J’ai eu 30 ans et je trouve que c’est vraiment un bel âge finalement !
– J’ai commencé à collectionner les Goshuin.
– J’ai escaladé le Mont Koya deux fois et visité la ville. J’ai séjourné dans un temple, ai participé aux cérémonies bouddhistes et goûté le plat traditionnel bouddhiste.
– J’ai voyagé dans divers endroits du Kansai comme Nachi-Katsuura avec excursion aux chutes de Nachi, Uji avec dégustation de matcha dans des ramen, smoothie, glace et pancakes,…
– J’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes et créé des amitiés grâce aux événements Meetup.
– Grâce à Kotoba House Liceo, j’ai fait et refait l’expérience de la culture et des traditions japonaises : cérémonie de thé, calligraphie, essai de kimono…
– J’ai redécouvert les coins du Kansai que j’avais déjà visité six ans auparavant pour les aimer davantage : Kyoto, Osaka, Kobe, Nara…
– J’ai participé au festival Jidai Matsuri (時代祭) à Kyoto
– J’ai parcouru les îles entre Onomichi (préfecture d’Hiroshima sur Honshu) à Imabari (préfecture d’Ehime sur Shikoku) à vélo en passant par Shimanami Kaido.
J’ai obtenu le permis national japonais.
– On m’a offert un poste normalement destiné à un(e) Japonais(e) avec plus de responsabilités, de la paperasse et de la communication en japonais, en plus d’enseigner l’anglais à plus de 100 enfants japonais dynamiques et énergiques. C’est parfois difficile, mais c’était le challenge qui me manquait dans ce travail de prof d’anglais. Et je m’éclate comme une enfant !
– Je suis passée du vélo au scooter. Vive la liberté sur les routes et la découverte de beaux endroits au hasard !
– J’ai commencé à réaliser des vidéos et ai donc lancé ma chaîne Youtube
– Après un cours d’essai dans un club de ma ville, j’ai décidé de reprendre le tennis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est une liste bien longue ! Et j’en suis contente, je me suis bien rattrapée par rapport aux trois années précédentes où j’avais peu voyagé à travers le pays. J’en suis à cinq ans au Japon et je croque la vie à pleine dents ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ce pays malgré ses défauts et quelques déceptions. Je n’ai pas l’intention de quitter le Japon tout de suite ! Première raison : il me reste encore et toujours beaucoup à faire, beaucoup à découvrir :

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Faire un road trip à Shikoku
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Mie, Hiroshima, Nagasaki, Goto, Kanazawa, Shirakawago, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting

Ce n’est pas garantie que je réussisse à tout accomplir en une année mais peu importe ! Ça prendra le temps qu’il faut. L’important c’est qu’en attendant, ma vie dans le Kansai reste épanouissante avec un bon équilibre et plus de positif que de négatif. Je ne sais pas ce que cette sixième année me réserve mais je souhaite qu’elle me permette de m’enrichir davantage et qu’elle m’apporte toujours plus de bonheur !


♫ Un article = Une chanson ► OneRepublic – Wherever I Go

1

▶ Kimi no reshipi #8 : Inarizushi (稲荷寿司)

A l’approche de l’été et des beaux jours ensoleillés, les Japonais aiment se rassembler dans des parcs pour des pique-niques ou des barbecues. Un petit plat sympa facile à cuisiner, à transporter et à déguster pour un pique-nique : le Inarizushi (稲荷寿司) !
夏と晴れの日が来たら、日本人は公園でピクニックやバーベキューをよく楽しんでいます。 ピクニックで簡単に食べられて、または簡単な作り方と輸送の料理は例えば稲荷寿司です!

Un Inarizushi (稲荷寿司), parfois écrit 稲荷鮨, ou encore いなり寿司, est une poche de tofu frit, vinaigré et sucré remplie de riz, ainsi que de divers autres ingrédients selon les recettes comme des carottes ou des champignons shiitake.
稲荷寿司(いなりずし)は、甘辛く煮た油揚げの中に、酢飯を詰めた寿司の一種。「お稲荷さん」「お稲荷」「いなり」などとも呼ばれる。袋状に開いた油揚げを甘くあるいは甘辛く煮付け、寿司飯をそのまま、あるいはニンジンやシイタケなどの具材を煮込んで混ぜた寿司飯を詰める一種の印籠寿司である。

Son nom provient du dieu shinto Inari, qui est censé avoir un faible pour le tofu frit. Il est un dieu de la bonne récolte et des affaires prospères. Si la poche est la plupart du temps faite de tofu, la forme rappelant un sac de riz, il existe des variations régionales à base d’omelette fine fukusa-zushi (帛紗寿司), ou chakin-zushi (茶巾寿司). Il ne doit pas être confondu avec le Inarimaki, qui est un maki fourré au tofu frit.
稲荷神の好物が油揚げであるという言い伝えから、「稲荷寿司」の名がついたともされている。稲荷神社の稲荷神は商売繁盛と共に豊作の神様であり、米を使用した俵型の稲荷寿司につながる。一般的には米俵を模した俵型(円筒に近い直方体)に仕上げる。ふくさずし、または茶琴ずしは地域のバリエーションである。しかし、揚げ豆腐を詰めた巻である稲荷巻きと違います。

On ne le trouve pas souvent dans les soi-disant restaurants de sushi haut de gamme, mais c’est un aliment bon marché populaire dans les magasins ordinaires, y compris les kaitenzushi (回転寿司, restaurants de sushis à tapis roulant) et les restaurants de sushi qui se spécialisent dans les plats à emporter. C’est également un produit de base dans les épiceries fines, les supermarchés ou encore les konbinis et on le retrouve souvent dans les boîtes à bento (弁当) préparées à la maison.
いわゆる高級な寿司屋ではあまり見られないが、回転寿司を含む庶民的な店やテイクアウト専門の寿司屋では人気の安価な食べ物である。商店街などにある総菜店やスーパー、コンビニエンスストアでも定番商品となっており、家庭で作るなど行楽の弁当などにも良く登場する。

Kimi vous propose sa recette de l’Inarizushi dont le contenu est du riz avec du furikake (condiment utilisé dans la cuisine japonaise que l’on saupoudre sur les plats de riz) pour plus de goût.
今回は、ふりかけご飯使用した稲荷寿司のレシピを紹介します。

• Budget (予算) : ~ 600 ¥
• Temps de préparation (調理時間) : ~35 min (~35分)
• Difficulté (難しさ) : facile (簡単)

Ingrédients (材料)

/!\ Pour 12 Inarizushi (稲荷寿司12個分) /!\

• Riz blanc cuit (ご飯) : 335 g
• Tofu frit Inari (いなり味つけ油あげ) : 12 tranches (12枚)
• Vinaigre de riz (酢) : 30 ml
• Furikake (ふりかけ) : 6 g

Préparation (作り方)

① Cuire le riz. Si vous utilisez un cuiseur de riz, suivez les instructions de votre appareil. Pour obtenir environ 335 g de riz cuit, ajoutez un peu moins qu’une tasse de riz. (Une tasse équivaut à environ 360 g.) Il est possible de cuire le riz à l’avance pour gagner du temps ou d’acheter du riz déjà cuit.
米を炊きます。炊飯器を使う場合は、取扱説明書の説明を書いた通りにしてください。ご飯約335gを作れるようにお米1合弱を入れます。(お米1合は炊き上がり約360gです) 先にお米を炊いておくことができる、またはご飯も買うことができます。

② Verser le vinaigre sur le riz cuit chaud, ajouter le furikake et mélanger.
あたたかいご飯に合わせ酢を流し込み、ふりかけも入れ、混ぜ合わせます。

③ Diviser en 12 parts égales (environ 27 g par Inarizushi), remplir la poche de tofu frit, pressez légèrement et fermer pour former le Inarizushi.
ご飯を12等分して(稲荷寿司1個分約27g)、味つけいなりあげに詰め、少し絞って、形をととのえます。

Bon appétit !
食事を楽しみましょう!

Valeurs nutritives (栄養素)

Pour un Inarizushi (1個当たり)

• Energie (エネルギ) : 85 kcal
• Protéines (タンパク質) : 2,4 g
• Lipides (脂質) : 1,8 g
• Glucides (炭水化物) : 14,2 g
• Graisses saturées (飽和脂肪酸) : < 0,1 g
• Sucres (糖質) : 0 g
• Fibres alimentaires (食物繊維) : < 0,1 g
• Sel (食塩相当量) : 0,4 g

Vocabulaire (単語)

個 = compteur d’unité
枚 = compteur d’objet fin (feuille, tranche)
米 = riz (cru)
炊く= cuire, brûler
炊飯器 = cuiseur de riz
取扱説明書 = manuel d’instructions
説明 = instruction, explication
流し込む = verser
混ぜる (まぜる – mazeru) = mélanger
合わせる = combiner, unir, mélanger
入れる = ajouter
ご飯 = riz (cuit)
等分 = division égale
詰める = remplir
絞る = presser
形 = forme
ととのえる = arranger, ajuster


Cette recette vous a plu ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Sommaire des recettes | Plus de vocabulaire