5

▶ Apprenez le japonais avec Kimi #7 : Les hobbies (趣味)

Prendre des photos est mon hobby ! 写真を撮ることが趣味です。

Pour cette leçon de japonais, encore du vocabulaire ! Aujourd’hui, nous allons aborder le thème des hobbies ! Le mot japonais est 趣味 (しゅみ – shumi) qui signifie hobbies, passe-temps, intérêts, goûts, préférences…
C’est un nom composé de deux kanji : 趣 (teneur, aspect, apparence) et 味 (goût, saveur) qu’on traduirait littéralement par « apparence des goûts ».

Quand on rencontre de nouvelles personnes, on aborde très souvent le sujet des hobbies, n’est-ce pas ? Souvent, on cite des (スポーツ) ou des loisirs (レジャー). Donc pour communiquer et faire connaissance avec des Japonais, c’est bien de connaitre quelques noms de sports, de loisirs et de pouvoir en parler dans différents contextes.

Allez, c’est parti, lisez, répétez et un petit exercice vous attend à la fin de la leçon !

※ Sports (スポーツ)

テニス (tenisu) = tennis
水泳 (すいえい – suiei) = natation
泳ぐ (およぐ – oyogu) = nager
サッカー (sakkaa) = football
野球 (やきゅう – yakyuu) = baseball
バスケットボール (basuketto booru) = basketball
ゴルフ (gorufu) = golf
馬術 (ばじゅつ – bajutsu) = équitation
体操 (たいそう – taisou) = gymnastique
ジョギング = jogging
ボード (boodo) = aviron
相撲 (すもう) = sumo
スキー (sukii) = ski
ラグビー (ragubii) = rugby
登山 (とざん – tozan) = escalade
練習 (れんしゅう – renshuu) = entrainement, exercice
試合 (しあい – shiai) = match, compétition

※ Arts martiaux japonais (武道)

Sports de combat avec ou sans armes dont la pratique est considérée comme une « voie » (道).

武道 (ぶどう – budou) = art martial
空手道 (からてどう – karatedou) = karaté
合気道 (あいきどう) = aikido
柔道 (じゅうどう) = judo
弓道 (きゅうどう – kyuudou) = tir à l’arc japonais
剣道 (けんどう) = kendo (sport de combat avec une épée en bambou)
道場 (どうじょう) = dojo (lieu de la voie), salle d’entrainement

※ Loisirs (レジャー)

茶道 (さどう – sadō) = cérémonie de thé
華道 (かどう – kadō) = arrangement floral (général)
生花 (いけばな – ikebana) = arrangement floral ikebana (style particulier)
書道 (しょどう – shodō) = calligraphie
読書 (どくしょ – dokusho) = lecture
釣り (つり – tsuri) = pêche
旅行 (りょこう – ryokou) = voyage
潜水せんすい plongée sous-marine
園芸 (えんげい – engei) = jardinage
買い (物かいもの – kaimono) = shopping
散歩 (さんぽ – sanpo) = promenade
ニンテンドースイッチ (nintendō suicchi) = Nintendo Switch
ネットフリックス (nettofurikkusu) = Netflix

※ Conversation (会話)

Remarque : comme ce sont des noms (名詞), ils s’utilisent (sauf cas particulier) avec le verbe faire (する, suru) pour devenir des verbes (動詞).
Par exemple : 釣り (pêche) + を + する (faire) = pêcher (littéralement « faire de la pêche »). On peut également omettre la particule d’objet direct .

趣味は何ですか。(Shumi wa nan desu ka?) = Quels sont vos hobbies ?
趣味は写真を撮ることです。(Shumi wa shashin wo toru koto desu.) = Mon hobby est prendre des photos.
私は写真を撮ることが趣味です。(Watashi wa shashin wo toru koto ga shumi desu.) = Quant à moi, prendre des photos est mon hobby.
相撲を見に行きませんか。(Sumou wo mi ni ikimasen ka?) = On irait pas voir du Sumo ?
試合に出られるように、毎日練習しています。(Shiai ni derareru you ni, mainichi renshuu shite imasu.) = Pour pouvoir apparaître dans les compétitions, je m’entraîne tous les jours.
50メートル泳げるように、夏休みはできるだけプールへ練習に行こうと思っています。(50 meetoru oyogeru you ni, natsu yasumi wa dekiru dake puuru he renshuu ni ikou to omotte imasu.) = Cet été je pense aller à l’entrainement à la piscine où c’est possible de s’entraîner pour pouvoir nager 50 mètres.
サッカーより野球が楽しいです。(Sakkaa yori yakyuu ga tanoshii desu.) = Le baseball est plus amusant comparé au football.
スキーで転んで足の骨を折ってしまった。(Sukii de koronde ashi no hone wo otte shimatta.) = Au ski, je suis tombé(e) et je me suis cassé(e) la jambe. (J’ai cassé l’os de ma jambe.)
昔はよく川で釣りをしたものだ。(Mukashi wa yoku kawa de tsuri wo shita mono da.) = Avant, j’avais souvent l’habitude de pêcher dans la rivière.

※ Exercice (練習)

Maintenant, vous allez me dire votre principal hobby. On va le faire ensemble. Choisissez dans la liste au-dessus et complétez la phrase suivante : 私は「○○」が好きです。= J’aime 「○○」!

Allez, un effort s’il vous plait, il y a juste à copier/coller en commentaire ! Vous pouvez le faire ! Pour Kimi, ça donne : 私はテニスが好きです。= J’aime le tennis.

Voilà, à vous 😉 !


Besoin d’écouter du japonais pour vous familiariser avec la prononciation ?
Regardez la vidéo de Kimi no Terebi (キミのテレビ) pour accompagner cette leçon !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

5

▶ Apprenez le japonais avec Kimi #6 : Les pays, les nationalités, les langues (国・本籍・語)

Une française et des loups japonais ! フランスの女の人と日本の狼達!

Nouvelle leçon et première leçon de vocabulaire, histoire d’avoir quelques ressources pour utiliser la grammaire apprise jusqu’à maintenant !

Si vous aimez les soirées internationales, rencontrer et discuter avec des personnes de nationalités différentes, il est important de connaitre les pays. Au Japon, il y a beaucoup d’expatriés, venus des quatre coins du globe, installés au Japon et parlant japonais.

Avec cette liste et quelques exemples de phrases, vous serez en mesure de parler des pays et langage de chacun avec des personnes de diverses nationalités ! Retrouvez également à la fin de la leçon une petite anecdote concernant un des mots de cette leçon !

※ Généralités (総論)

国 (くに – kuni) = pays
本籍 (こくほん – honseki) = nationalité
語 (ご – go) = langue, langage
フランス人 (フランスじん – furansujin) = français(e) (nationalité)
フランス語 (フランスご – furansugo) = français (langue)
フランスの (furansu no) = français(e) (adjectif, littéralement ~ de France)
外国語 (がいこくご) = langue étrangère
外国人 (がいこくじん) = personne étrangère
外国 (がいこく) = pays étranger
英語 (えいご – eigo) = anglais (langue)
国語 (こくご – kokugo) = langue nationale (du Japon), japonais
母国語 (ぼこくご – bokokugo) = langue maternelle
国立 (こくりつ – kokuritsu) = national(e)
国際 (こくさい – kokusai) = international(e)
出身 (しゅっしん – shusshin) = origine, être originaire de

※ Pays (国)

フランス (furansu) = France
日本 (にほん – nihon) = Japon
イギリス (igirisu) = Angleterre
ベルギー (berugii) = Belgique
ドイツ (doitsu) = Allemagne
スイス (suisu) = Suisse
イタリア (itaria) = Italie
スペイン (supein) = Espagne
ポーランド (Poorando) = Pologne
ロシア (Roshia) = Russie
タイ (tai) = Thaïlande
韓国 (かんこく – kankoku) = Corée du Sud
北朝鮮 (きたちょうせん – kitachousen) = Corée du Nord
中国 (ちゅうごく – chuugoku) = Chine
インド (indo) = Inde
ベトナム (betonamu) = Vietnam
シンガポール (shingapooru) = Singapour
インドネシア (indoneshia) = Indonésie
台湾 (たいわん – taiwan) = Taiwan
フィリピン (firipin) = Philippines
マレーシア (mareeshia) = Malaisie
オーストラリア (oosutoraria) = Australie
カナダ (kanada) = Canada
アメリカ (amerika) = Etats-Unis
メキシコ (mekishiko) = Mexique
ブラジル (burajiru) = Brésil
チリ (chiri) = Chili
アルゼンチン (aruzenchin) = Argentine
アルジェリア (arujeria) = Algérie
モロッコ (morokko) = Maroc

※ Conversation (会話)

私はフランス人です。(Watashi wa furansujin desu.) = Je suis française.
フランス語を話す。(Furansugo wo hanasu.) = Je parle français.
これはフランスのワインです。(Kore wa furansu no wain desu.) = Ceci est un vin français. (Ceci est un vin de France.)
フランスから来ました。(Furansu kara kimashita.) = Je viens de France.
キミはイギリス人ですか。(Kimi wa igirisujin desu ka?) = Kimi est anglaise ?
ヨンファさんは中国人じゃありません。(Yonghwa-san wa chuugokujin jaarimasen.) = Yonghwa n’est pas chinois.
出身はどこですか。 (Shusshin wa doko desu ka?) = D’où est-ce que vous êtes originaire ?
出身はパリで、母国語フランス語です。(Shusshin wa pari de, bokokugo wa furansugo desu.) = Je suis originaire de Paris et ma langue maternelle est le français.
韓国日本とどちらも好きです。(Kankoku to nihon to dochira mo suki desu.) = Entre la Corée du Sud et le Japon, j’aime les deux. (J’aime à la fois la Corée du Sud et le Japon.)
フランスに行ったことがありますか。(Furansu ni itta koto ga arimasu ka?) = Est-ce que vous êtes déjà allé en France ?
日本の食べ物が好きです。(Nihon no tabemono ga suki desu.) = J’aime la nourriture japonaise.
私は日本に行くつもりです。(Watashi wa nihon ni iku tsumori desu.) = J’ai l’intention d’aller au Japon.
私は日本語を勉強しています。(Watashi wa nihongo wo benkyou shite imasu.) = J’étudie le japonais.

※ Un mot, une anecdote (言葉、逸話)

出身

J’ai appris ce mot il y a cinq ans, à mon arrivée au Japon. Quand j’ai déménagé dans ma share house à Harajuku, j’ai voulu demander à ma colocataire japonaise de quel coin du Japon elle venait. J’ai donc demandé : « どこから来ましたか。 » (Doko kara kimashita ka?, D’où est-ce que vous venez ?) en pensant que c’était correct puisqu’on m’avait déjà posé cette question pour me demander mon pays d’origine. Or il se trouve que cette question se pose pour demander à un étranger son pays d’origine, mais si vous voulez demander la ville, la région d’origine à un(e) japonais(e), cette question est un peu bizarre ! C’est là qu’intervient l’utilisation du mot 出身 ! Ma coloc’ m’a alors expliqué qu’il fallait plutôt employer ce mot et demander : « 出身はどこですか。 » (Shusshin wa doko desu ka?, D’où est-ce que vous êtes originaire ?)Bien sûr, on peut aussi employer ce mot avec le pays et dire フランスの出身です。 (Furansu no shusshin desu., Je suis originaire de France.)


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

3

▶ Apprenez le japonais avec Kimi #5 : Les particules (助詞) ②

Il fait beau, n’est-ce pas ? いい天気ですね。

Dans cette leçon, on continue la série des particules (助詞 – Joshi) ! Trois nouvelles particules de plus : les particules gobi (語尾) ! On dit particules gobi car il s’agit de particules qui se placent en fin de phrase contrairement aux premières que je vous ai présentées ! Le mot gobi signifie littéralement « queue de langage » et se réfère à tout ce qui vient à la fin d’une phrase ou d’un mot. Ces particules ne s’attachent donc ni à un sujet ni à un nom mais tout simplement en dernière position dans une phrase pour en général amplifier son sens, le ton ou pour mettre en évidence les sentiments du locuteur.

① La particule de réflexion : な (na)

  • Apparaît souvent dans les monologues, met en évidence les sentiments de la personne qui parle
  • Exprime la réflexion, on n’attend pas spécialement de réponses ou de réactions

可笑しい...誰もいない。(Okashii na… Daremo inai.) = Hum… Bizarre… Il n’y a personne.
それは難しいです...(Sore wa muzukashii na.) = Ah… Cela est difficile…

② La particule de confirmation : ね (ne)

  • Son utilisation implique l’attente d’une réponse ou d’une confirmation, comme on dirait en français « hein ? » ou « n’est-ce pas ? »
  • Marque la reprise d’une proposition ou d’une idée tout en évitant la répétition, comme on ajouterait en français « non ? » ou « si ? » en fin de phrase
  • Attention : peut s’utiliser en début de phrase quand on souhaite attirer l’attention, comme on dirait en français « hé ! »

いい天気です。(Ii tenki desu ne.) = Joli temps, hein ?
…そうだ!(Sou da ne!) = C’est ça ! / C’est vrai ! / N’est-ce pas !
面白い映画だった。(Omoshiroi eiga datta ne.) = C’était un film intéressant, hein ?
大変です。(taihen desu ne.) = C’est grave, non ?
あそこに男の人がいます。あの人は誰ですか。(Asoko ni otoko no hito ga imasu ne. Ano hito wa dare desu ka?) = Là-bas, il y a un homme, n’est-ce pas ? Qui est-ce ?
本を開けて下さい。(Hon wo akete kudasai ne.) = Ouvrez le livre s’il vous plait, voulez-vous ?
メアリーは普通5時前に家に着きます。(Mary wa futsuu go ji mae ni ie ni tsukimasu ne.) = Mary arrive en général à la maison avant 5 heures, non ?
その絵を見たことがありません。(Sono e wo mita koto ga arimasen ne.) = Vous n’avez jamais vu cette photo, si ?
ショッピングに行きましょう。(Shoppingu ni ikimashou ne.) = Allons faire du shopping, d’accord ?

③ La particule d’amplification : よ (yo)

  • Utilisée pour exprimer l’exclamation, amplifier le sens de la phrase
  • Le locuteur indique son sentiment, il prend position, informe l’interlocuteur de quelque chose
  • Cette particule peut-être combinée avec la particule ね (ne) pour informer l’interlocuteur sur certains points que l’on souhaite donner tout en cherchant un accord en même temps

時間がないよ。(Jikan ga nai yo.) = Il n’y a pas de temps, tu sais !
大丈夫だよ。(Daijyoubu da yo.) = C’est bon, tu sais !
明日雨が降るよ。(Ashita ame ga furu yo.) = Il va pleuvoir demain, tu sais !
この電車は甲子園へ行きますか。(Sono densha wa Koujien he ikimasu ka?) = Est-ce que ce train va au parc Kouji ?
…いいえ。次の普通です。(Iie. Tsugi no futsuu desu yo.) = Non. C’est le prochain Omnibus !
ボブは魚が好きなんだよね。(Bobu wa sakana ga suki nan da yo ne.) = Bob, tu sais, tu aimes le poisson, non ?

Ainsi termine cette petite leçon sur les particules gobi ! Ce n’est pas difficile, si ? D’autres particules à venir dans les prochaines leçons !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

4

► Apprenez le japonais avec Kimi #4 : Les particules (助詞) ①

(39)De la nourriture et Pikachu pour vous booster ! 私は友達とレストランでワッフルを食べる

Konnichiwa minna-san ! Bonjour tout le monde ! Pour cette nouvelle leçon, je vous introduis quelque chose de très utile dans l’apprentissage de votre japonais ! Je vous présente aujourd’hui les particules !

Alors nous en français, nous avons les articles, les pronoms, les prépositions, et les genres ! En japonais, ce sont les… particules (助詞 – Joshi) !

Les particules : Nani kore (何これ) ?

Les particules représentent des petits mots, ce sont souvent un ou deux caractères hiragana, qui servent à marquer les relations grammaticales entre les divers éléments d’une phrase. On les ajoute à la fin du mot pour définir sa fonction grammaticale dans la phrase. Cette fonction peut-être sujet, complément d’objet direct, complément d’objet indirect, préposition…

Autant que nos déterminants et nos prépositions, les particules sont très importantes ! Et employer les bonnes particules l’est d’autant plus car la signification d’une phrase peut en être radicalement changée !

Prêt pour faire la connaissance de ces petites particules ? Aujourd’hui, je vous en présente quatre !

① La particule de thème : は (wa)

  • Indique le sujet, le thème de la phrase (qui, quoi)
  • Montre de quoi ou de qui on est en train de parler (quant à…)
  • Attention : bien que ce soit le caractère hiragana は (ha), cette particule se prononce toujours « wa », donc écrit « wa » en romaji

キミ学生ですか。(Kimi wa gakusei desu ka ?) = Quant à Kimi, elle est étudiante ?
キミです。(Watashi wa Kimi desu.) = Quant à moi, c’est Kimi.
白いものかわいいです。(Shiroi mono wa kawaii desu.) = Quant à la chose blanche, c’est mignon.
日曜日友達と奈良へ行きました。(Nichiyoubi wa tomodachi to Nara he ikimashita.) = Dimanche, je suis allé(e) à Nara avec un(e) ami(e).
東京ディズニーランド千葉県にあります。(Tokyo Disneyland wa Chiba-ken ni arimasu.) = Quant à Tokyo Disneyland, cela se trouve dans la préfecture de Chiba.
資料ファクスで送ってください。(Shiryou wa fakusu de okutte kudasai.) = Quant aux données, envoyez par fax s’il vous plait.

② La particule d’identification, de sujet : が (ga)

  • Indique le sujet grammatical de la phrase, dit aussi le marqueur du sujet (qui, quoi)
  • On l’utilise quand on ne connait pas la nature du thème
  • Elle marque aussi l’objet dans une phrase de non-action, avec des verbes comme comprendre (わかる- wakaru), exister (いる – iru, ある – aru)…
  • Elle signifie également « mais » lorsqu’on relie deux oppositions

学生ですか。(Dare ga gakusei desu ka ?) = Qui est étudiant ?
ヨンファは料理上手です。(Yonghwa wa ryouri ga jyouzu desu.) = Quant à Yonghwa, il est doué en cuisine.
ビザ要ります。(Biza ga irimasu.) = J’ai besoin d’un visa. / Un visa est nécessaire.
私は日本語少しわかります。(Watashi wa nihongo ga sukoshi wakarimasu.) = Je comprends un peu le japonais.
電車速いです。(Densha ga hayai desu.) = Le train est rapide.
ヨンファは背高いです。(Yonghwa wa se ga takai desu.) = Yonghwa est grand. / Quant à Yonghwa, la taille est grande.
降っています。(Ame ga futte imasu.) = Il pleut.

► Différence entre は (wa) et が (ga)
Ces deux particules paraissent très semblables et on ne peut pas traduire leur différence en français ! 学生です。(Watashi wa gakusei desu.) et 学生です。(Watashi ga gakusei desu.) se traduisent clairement par Je suis étudiant. Mais plus littéralement, voici la différence qui ressort de ces deux phrases. Pensez à quelle question vous poseriez pour obtenir ces réponses.

  • 学生です。(Watashi wa gakusei desu.) = Quant à moi, je suis étudiant. => Je suis quoi ?
  • 学生です。(Watashi ga gakusei desu.) = C’est moi qui suis étudiant. => Qui est étudiant ?

学生ですか。(Dare ga gakusei desu ka ?) = Qui est étudiant ?
ヨンファ学生です。(Yonghwa ga gakusei desu.) = Yonghwa est étudiant.
学生誰ですか。(Gakusei wa dare desu ka ?) = L’étudiant est qui ?
学生ヨンファです。(Gakusei wa Yonghwa desu.) = L’étudiant est Yonghwa.
/!\ La question 学生ですか。(Dare wa gakusei desu ka ?) n’a pas de sens ! Avec la particule は (wa) vous connaissez la nature du thème, vous ne pouvez pas utiliser de mot interrogatif ! En revanche avec が (ga), vous pouvez !

Enfin, malgré la différence entre ces deux particules, il est très fréquent de trouver des phrases contenant un thème は (wa) suivi d’un sujet が (ga) !

日本きれいです。(Nihon wa sakura ga kirei desu.) = Quant au Japon, les fleurs de cerisiers sont belles.
大阪食べ物美味しいです。(Osaka wa tabemono ga oishii desu.) = Quant à Osaka, la nourriture est délicieuse.

③ La particule inclusive de thème, de similarité : も (mo)

  • Introduit un ou plusieurs autres thèmes en plus du thème déjà abordé. En français, on le traduirait le plus souvent par « aussi »
  • Cette particule peut-être combiné avec les mots interrogatifs

キミは学生です。ヨンファ学生です。(Kimi wa gakusei desu. Yonghwa mo gakusei desu.) = Kimi est étudiante. Yonghwa aussi est étudiant.
この荷物もお願いします。(Kono nimotsu mo onegaishimasu.) = Ces affaires aussi s’il vous plait.
、母、山登りが大好きです。(Chichi mo, haha mo, yamanobori ga daisuki desu.) = Papa aussi, Maman aussi, ils aiment l’alpinisme.

④ La particule de questionnement : か (ka)

  • Placée en fin de phrase pour marquer le questionnement dans les phrases terminant par です (desu) ou un verbe à la forme polie (ます形), il n’est donc pas forcément nécessaire d’y ajouter un point d’interrogation à moins de vouloir marquer une plus forte intensité dans la question
  • Placée également en fin de subordonnée pour faire référence à une question posée
  • On peut retrouver cette particule plusieurs fois dans une phrase pour lister des alternatives (ou, ou pas)

キミはフランス人です。(Kimi wa furansujin desu ka ?) = Kimi est française ?
昨日何を食べた忘れた。(Kinou nani wo tabeta ka wasureta.) = J’ai oublié ce que j’ai mangé hier.
先生が学校に行ったどう知らない?(Sensei ga gakkou ni itta ka dou ka shiranai ?) = Tu ne sais pas si le prof est allé à l’école ou pas ?
フランスへ帰る、日本で就職する、まだ決めていません。(Furansu he kaeru ka, nihon de shuushoku suru ka, mada kimete imasen.) = Rentrer en France ou trouver un travail au Japon, je n’ai pas encore décidé.

Voilà pour les premières particules ! Trois autres arriveront dans la prochaine leçon ;) ! En attendant, entraînez-vous pour maîtriser celle-ci !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

3

► Apprenez le japonais avec Kimi #3 : Pronoms personnels (人称代名詞) et comment s’adresser aux gens

Quels mots emploierez-vous si vous deviez vous adresser à un japonais que vous rencontrez pour la première fois ? Un ami japonais ? Un supérieur hiérarchique ? Un commerçant ? De la même manière, comment parleriez-vous de vous si vous deviez vous présenter lors d’un rendez-vous ? D’une conférence ?

Les japonais sont très pointilleux sur les bonnes manières et la politesse. Il est donc important d’utiliser le langage approprié avec chaque personne selon son statut ou selon la relation que vous partagez avec elle et avec le nom correct. Si vous parlez de vous-même, vous devez aussi faire attention à employer le bon niveau de politesse. Les pronoms personnels (人称代名詞 – にんしょうだいめいし – ninshou daimeishi) sont peu utilisés car ils sont considérés comme impolis et agressifs. C’est le contexte et les différents formes de grammaire utilisées qui vous permettent de comprendre de qui il est question. On préférera s’adresser aux autres par leur nom en ajoutant parfois leur titre (社長 – しゃちょう – shachou, 課長 – かちょう – kachou, 先生 – せんせい – sensei) ou en attachant un suffixe (さん – san, ちゃん – chan, 様 – さま – sama).

Malgré cela, les pronoms personnels existent aussi en japonais et ils sont aussi nombreux selon le niveau de politesse et le genre. En effet, les hommes et les femmes ont leur propre langage aussi et donc leurs propres pronoms !

En se référant à soi-même : 私 (Je)

Les différentes manières de dire « je » sont divisées en deux catégories : genre et politesse. Cependant certains pronoms peuvent être à la fois employés par les hommes et par les femmes. Le pronom personnel le plus utilisé, et celui que l’on apprend en premier est qui se lit de deux façons : わたくし (watakushi) et わたし (watashi). La première lecture est utilisée dans un contexte formel. La seconde sert dans un contexte poli. En terme de genre et de politesse,  est la référence la plus générique pour dire « je » en japonais.

Mais il n’est pas le seul et voici ci-dessous la liste de tous les pronoms pour exprimer « je » :

  • 私 (わたくし – watakushi) : neutre, formel
  • 私 (わたし – watashi) : neutre, poli
  • 僕 (ぼく – boku) : masculin, poli et informel
  • 俺 (おれ – ore) : masculin, informel
  • あたし (atashi) : féminin, informel
  • わし (washi) : masculin (plus précisément les hommes d’âge moyen)

On peut aussi parler de soi-même en utilisant son propre nom, mais ça reste une manière très féminine et enfantine.

私の名前キミと申します。 (わたくしのなまえきみともうします。 – Watakushi no namae wa Kimi to moushimasu) = Mon nom est Kimi. (neutre, formel)
私の名前キミです。 (わたしのなまえきみです。 – Watashi no namae wa Kimi desu.) = Mon nom est Kimi. (neutre, poli)
僕の名前ヨンファです。 (ぼくのなまえよんふぁです。 – Boku no namae wa Yonghwa desu.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, poli)
僕の名前ヨンファ。 (ぼくのなまえよんふぁ。 – Boku no namae wa Yongwha da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
俺の名前ヨンファ。 (おれのなまえよんふぁ。 – Ore no namae wa Yonghwa da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
あたしの名前キミ。 (Atashi no namae wa Kimi.) = Mon nom est Kimi. (féminin, informel)

► Remarques

  • Si vous avez retenu ce que je vous ai appris dans la Leçon 2, vous comprendrez que le  (da) peut-être omis, ce que j’ai volontairement fait dans le dernier exemple, mais que j’ai laissé pour les phrases au masculin, puisque rappelons-le, est très souvent utilisé par les hommes !
  • En ajoutant la particule の (no) aux pronoms vous formez le possessif ; mon, ma, mes. Il en est de même pour la 2ème et 3ème personne du singulier et pour le pluriel. Rappel encore une fois ; il n’y a ni genre ni nombre !

En se référant aux autres

En japonais, on s’adresse généralement aux autres par leur nom suivi par un suffixe. Le plus utilisé, autant pour les femmes que pour les hommes, et en contexte poli, est さん (san), mais là aussi, il en existe plusieurs selon le genre et la politesse. Dans le milieu professionnel, on préférera employer les titres des personnes auxquelles on s’adresse. On évite de s’adresser à une personne en utilisant « tu », c’est grossier au Japon. Trois niveaux sont définis pour s’adresser à quelqu’un : 1) utiliser le nom + un suffixe ou un titre, 2) ne rien utiliser, 3) utiliser « tu » mais c’est mieux de l’éviter à moins que vous soyez proches de la personne ou que vous lui cherchez les emmerdes.

► Suffixes, préfixes et titres

  • さん (san) : neutre, poli
  • 君 (くん – kun) : masculin (plus jeune ou du même âge), familier
  • ちゃん (chan) : féminin (plus jeune ou du même âge), familier avec un côté mignon et attachant
  • 様 (さま – sama) : neutre, formel, marque de respect, personne de niveau hiérarchique supérieur, on retrouve également ce suffixe dans les adresses postales (voir l’image de cet article) ou les e-mails professionnels
  • 先輩 (せんぱい – senpai) : aîné, personne qui a plus d’expérience dans un domaine
  • 後輩 (こうはい – kouhai) : personne qui a moins d’expérience dans un domaine
  • 先生 (せんせい – sensei) : professeur, s’emploie aussi quand on s’adresse à son médecin ou son dentiste
  • 部長 (ぶちょう – buchou) : chef de département d’une entreprise
  • 課長 (かちょう – kachou) : chef de section d’une entreprise
  • 会長 (かいちょう – kaichou) : PDG
  • 社長 (しゃちょう – shachou) : président d’une entreprise

ご (go) et お (o) sont des préfixes honorifiques que l’on peut utiliser pour nommer des personnes (ご主人 – ごしゅじん – goshujin = votre mari, お友達 – おともだち – otomodachi = votre ami, お客様 – おきゃくさま- okyakusama = « vous » quand on s’adresse à un client…).

► Le pronom « Tu »

  • あなた (anata) : utilisé dans les occasions où il n’y a pas de manières de s’adresser à une personne ou lorsqu’il est impossible de connaître son nom
  • 君 (きみ – kimi) : par les hommes vers les femmes quand ils sont proches
  • お前 (おまえ – omae) : surtout utilisé par les hommes, manière dure et plate (je l’ai souvent entendu dans Bleach et d’autres animes)
  • あんた (anta) : familier, cela peut signifier que l’utilisateur est fâché
  • 手前 (てまえ – temae) : très grossier (celui-là aussi je l’ai souvent entendu dans Bleach xD)
  • 貴様 (きさま – kisama) : très, très grossier, là vous avez dépassé les limites de la vulgarité

► La 3ème personne et autres

  • 彼 (かれ – kare) : il (peut aussi signifier « petit-ami » selon le contexte)
  • 彼女 (かのじょ – kanojo) : elle (peut aussi signifier « petite-amie » selon le contexte)
  • 私たち (わたしたち – watashitachi) : nous
  • あなたたち (anatatachi) : vous
  • 彼ら (かれら – karera) : ils
  • 彼女たち (かのじょたち – kanojotachi) : elles

Cela sera détaillé dans une prochaine leçon (je vous y prépare), notez qu’il y a aussi différents mots et pronoms pour définir les membres de la famille, plus précisément quand vous voulez parler de votre famille ou quand vous voulez parler de celle de quelqu’un d’autre ! Eh oui tant de mots pour définir une même personne font toute la richesse de la langue japonaise !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

3

► Apprenez le japonais avec Kimi #2 : だ (état-d’être) et です

Ueno Zoo, Tokyo – Décembre 2013 レッサーパンダです。

Pour cette leçon, je vais vous parler de ce qu’on appelle l’état-d’être désigné par le caractère hiragana だ(da), et です (desu). Car les premières phrases que vous apprenez sont construites avec ces éléments.

Par exemple, prenons des phrases simples et basiques en français : « Je suis français(e). » En japonais, vous pouvez le traduire par :
フランス人。(わたしフランスじん。- Watashi wa furansujin da.) = Je suis français(e).
フランス人です。(わたしフランスじんです。- Watashi wa furansujin desu) = Je suis français(e).

Au vue de ces deux phrases vous constatez probablement que だ(da), et です (desu) pourraient tous les deux signifier « être ». Eh ben… vous avez tout faux ! Même si je combine  et です dans cette leçon, prenez avant tout note que  et です sont totalement différents ! Pourquoi ? Je vous expliquais dans la leçon précédente qu’en japonais il y avait différents degrés de politesse. De ce fait, beaucoup de personnes ayant appris le japonais ont souvent pensé que です était la version polie de  (moi aussi je suis tombée dans le panneau, argh !) mais ce n’est pas le cas et vous allez comprendre (j’espère) quand je vous expliquerez ce que sont ces deux notions importantes.

Expression de l’état-d’être : だ (da)

En japonais, il n’existe aucun verbe pour désigner un état-d’être tel que « être ». だ(da) a donc ce rôle d’exprimer l’état-d’être, la nature d’une chose. Cependant, certains éléments n’ont pas besoin de  pour exprimer cet état-d’être. Il n’est possible (et ça reste facultatif) d’ajouter  qu’à des noms (名詞 – めいし – meishi) ou des adjectifs nominaux, dit adjectifs en na (な形容詞 – なけいようし – na-keiyoushi). Le japonais se base beaucoup sur le contexte de la phrase pour exprimer différentes choses, dont l’état d’être. Dans ce cas, vous allez me dire… A quoi sert Eh bien  est un déclaratif. Il apporte un ton plus prononcé dans une déclaration. Les hommes ont tendance à plus souvent l’utiliser. De ce fait, vous ne pouvez pas non plus utiliser dans une phrase interrogative, ça n’a aucun sens. Enfin, s’il n’est pas toujours nécessaire pour exprimer l’état-d’être, vous verrez dans les prochaines leçons que pour différents types de grammaire, sa présence devient indispensable !

。(さかな。- Sakana da.) = C’est un poisson.
今日私の誕生日。(きょうわたしのたんじょうび。- Kyou wa watashi no tanjoubi da.) = Aujourd’hui c’est mon anniversaire.

► Forme négative – ない形
Comme un verbe, peut se conjuguer pour ainsi exprimer l’état-d’être à la forme négative. L’état-d’être négatif s’exprime avec じゃない (janai), qui vient remplacer si il est présent dans la phrase.

友達じゃない。(ともだちじゃない。- Tomodachi janai.) = Ce n’est pas un ami(e).
静かじゃない。(しずかじゃない。- Shizuka janai.) = Ce n’est pas calme.

► Forme passé – た形
On exprime l’état-d’être passé en ajoutant だった (datta) pour la forme affirmative et じゃなかった (janakatta) pour la forme négative.

だった。(さかなだった。- Sakana datta.) = C’était un poisson.
学生じゃなかった。(がくせいじゃなかった。- Gakusei janakatta.) = Ce n’était pas un étudiant.

Un grain de politesse : です (desu)

C’est un peu compliqué de définir clairement ce qu’est です (desu), car ne n’est ni la version polie de だ (da) ni le verbe « être » bien que l’on puisse le traduire comme tel en français. On retrouve です (desu) en général à la fin d’une phrase pour la rendre plus polie et vient remplacer だ (da) si il est présent. Comme un verbe, vous pouvez conjuguer です (desu) donc attention, n’allez pas l’utiliser avec les verbes ! Il est possible d’ajouter です (desu) après les noms (名詞 – めいし – meishi), les adjectifs nominaux (な形容詞 – なけいようし – na-keiyoushi) et les adjectifs verbaux, dit adjectifs en i (い形容詞 – いけいようし – i-keiyoushi). A la différence de だ (da), vous pouvez employer です (desu) dans une phrase interrogative où vous y ajoutez la particule de questionnement définie par le caractère hiragana か (ka).

かわいい。→ かわいいです。(Kawaii desu.) = C’est mignon.
静か)。→ 静かです。(しずかです。- Shizuka desu.) = C’est calme.
そう()。→ そうです。(Sou desu.) = C’est ainsi.
これです。(これなんです。= Kore wa nan desu ka?) = Qu’est-ce que c’est ? / Ceci est quoi ?

► Forme négative – ない形
Après un adjectif en i (い形容詞) : です (desu) ne change pas, c’est l’adjectif qui change (je vous expliquerai plus en détails la terminaison lorsque j’aborderai la leçon sur les adjectifs).
Après un adjectif en na (な形容詞) ou un nom (名詞) : j’ai recensé deux formes négatives différentes. です (desu) devient soit じゃないです (janai desu), じゃありません (ja arimasen). Apparemment la terminaison « officielle » serait じゃありません, qui est la forme présente dans mon manuel Minna No Nihongo. Mais j’entend très souvent la forme じゃないです sans doute parce que c’est plus court et plus simple à prononcer.

かわいです。→ かわいくないです。(Kawaikunai desu.) = Ce n’est pas mignon.
静かです。→ 静かじゃありません。(しずかじゃありません。- Shizuka ja arimasen.) = Ce n’est pas calme.

► Forme passé – た形
Après un adjectif en i (い形容詞) : です (desu) ne change pas, c’est l’adjectif qui change (même remarque, attendez la leçon sur les adjectifs pour mieux comprendre la terminaison).
Après un adjectif en na (な形容詞) ou un nom (名詞) : です (desu) devient でした (deshita) à la forme affirmative. A la forme négative, です (desu) devient soit じゃなかったです (janakatta desu), じゃありませんでした (ja arimasen deshita).

かわいです。→ かわいかったです。(Kawaikatta desu.) = C’était mignon.
かわいです。→ かわいくなかったです。(Kawaikunakatta desu.) = Ce n’était pas mignon.
静かです。→ 静かでした。(しずかでした。- Shizuka deshita.) = C’était calme.
静かです。→ 静かじゃありませんでした。(しずかじゃありませんでした。- Shizuka ja arimasen deshita.) = Ce n’était pas calme.

Alors, avez-vous été en mesure de différencier だ(da), et です (desu) ?


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

2

► Apprenez le japonais avec Kimi #1 : Le système d’écriture

Mitama Matsuri, Tokyo – Juillet 2015

Pour vous, qui ne connaissez rien du japonais et découvrez cette langue pour la première fois, il s’avère que c’est représenté par des… dessins ? Des signes ? Des hiéroglyphes ? Bref quelque chose d’illisible !

Première chose à savoir est que ces « dessins » sont tout d’abord répartis en deux catégories, deux alphabets (dit aussi kana – かな) : les hiragana (ひらがな) et katakana (カタカナ) (et pas katana hein haha). Les caractères qui les composent sont des caractères chinois simplifiés utilisés pour former les syllabes. Chaque caractère correspond au son d’une voyelle ou d’une consonne + une voyelle. La seule exception est pour le caractère ん / ン (n).

Kana – かな : Hiragana et Katakana

Vous avez remarqué comment ont été écrits précédemment les mots « hiragana » et « katakana » en japonais ? Vous avez vu la différence ? Voilà ce qui les distingue. Les hiragana et katakana possèdent les mêmes sons, mais écrit avec des caractères différents ! Les hiragana sont utilisés pour les différentes formes de grammaire et les terminaisons (on les appelle alors aussi okurigana  (送り仮名), littéralement « kana qui accompagne ») tandis que les katakana sont employés pour écrire les mots d’origine occidentale. A l’écrit, il arrive qu’on trouve un mot écrit en katakana pour le mettre en avant (comme nous quand on écrit un mot en MAJUSCULE ou en italique). On utilise également les hiragana pour indiquer la prononciation des kanji, on les appelle alors furigana (振り仮名). Vous retrouvez les furigana écrits en petit à côté d’un kanji quand celui-ci est jugé difficile pour le lecteur concerné (par exemple dans les livres pour enfants, les manuels scolaires, etc…). Enfin, je vous parle vite fait des romaji, qui correspondent à la transcription en lettres latines des kana, ce que j’emploierai régulièrement au cours de mes leçons pour vous aider à les lire. On retrouve des romaji sur les panneaux importants et dans les stations de métro, afin de permettre aux étrangers de lire les caractères.

Hiragana – ひらがな

あ (a) い (i) う (u) え (e) お (o)
か (ka) き (ki) く (ku) け (ke) こ (ko)  きゃ (kya) きゅ (kyu) きょ (kyo)
さ (sa) し (shi) す (su) せ (se) そ (so)  しゃ (sha) しゅ (shu) しょ (sho)
た (ta) ち (chi) つ (tsu) て (te) と (to)  ちゃ (cha) ちゅ (chu) ちょ (cho)
な (na) に (ni) ぬ (nu) ね (ne) の (no)  にゃ (nya) にゅ (nyu) にょ (nyo)
は (ha) ひ (hi) ふ (fu) へ (he) ほ (ho)  ひゃ (hya) ひゅ (hyu) ひょ (hyo)
ま (ma) み (mi) む (mu) め (me) も (mo)  みゃ (mya) みゅ (myu) みょ (myo)
や (ya)   ゆ (yu)   よ (yo)
ら (ra) り (ri) る (ru) れ (re) ろ (ro)  りゃ (rya) りゅ (ryu) りょ (ryo)
わ (wa)       を (wo)
ん (n)

が (ga) ぎ (gi) ぐ (gu) げ (ge) ご (go)  ぎゃ (gya) ぎゅ (gyu) ぎょ (gyo)
ざ (za) じ (ji) ず (zu) ぜ (ze) ぞ (zo)  じゃ (ja) じゅ (ju) じょ (jo)
だ (da) ぢ (dji) づ (dzu) で (de) ど (do)
ば (ba) び (bi) ぶ (bu) べ (be) ぼ (bo)  びゃ (bya) びゅ (byu) びょ (byo)
ぱ (pa) ぴ (pi) ぷ (pu) ぺ (pe) ぽ (po)  ぴゃ (pya) ぴゅ (pyu) ぴょ (pyo)

Katakana – カタカナ

ア (a) イ (i) ウ (u) エ (e) オ (o)
カ (ka) キ (ki) ク (ku) ケ (ke) コ (ko)  キャ (kya) キュ (kyu) キョ (kyo)
サ (sa) シ (shi) ス (su) セ (se) ソ (so)  シャ (sha) シュ (shu) ショ (sho)
タ (ta) チ (chi) ツ (tsu) テ (te) ト (to)  チャ (cha) チュ (chu) チョ (cho)
ナ (na) ニ (ni) ヌ (nu) ネ (ne) ノ (no)  ニャ (nya) ニュ (nyu) ニョ (nyo)
ハ (ha) ヒ (hi) フ (fu) ヘ (he) ホ (ho)  ヒャ (hya) ヒュ (hyu) ヒョ (hyo)
マ (ma) ミ (mi) ム (mu) メ (me) モ (mo)  ミャ (mya) ミュ (myu) ミョ (myo)
ヤ (ya)   ユ (yu)   ヨ (yo)
ラ (ra) リ (ri) ル (ru) レ (re) ロ (ro)  リャ (rya) リュ (ryu) リョ (ryo)
ワ (wa)       ヲ (wo)
ン (n)

ガ (ga) ギ (gi) グ (gu) ゲ (ge) ゴ (go)  ギャ (gya) ギュ (gyu) ギョ (gyo)
ザ (za) ジ (ji) ズ (zu) ゼ (ze) ゾ (zo)  ジャ (ja) ジュ (ju) ジョ (jo)
ダ (da) ヂ (dji) ヅ (dzu) デ (de) ド (do)
バ (ba) ビ (bi) ブ (bu) ベ (be) ボ (bo)  ビャ (bya) ビュ (byu) ビョ (byo)
パ (pa) ピ (pi) プ (pu) ペ (pe) ポ (po)  ピャ (pya) ピュ (pyu) ピョ (pyo)

シェ (she) ジェ (je) チェ (che)
ティ (ti) トゥ (tu) ディ (di) ドゥ (du)
ファ (fa) フィ (fi) フェ (fe) フォ(fo)
ヴァ(va) ヴィ(vi) ヴ (vu) ヴェ(ve) ヴォ(vo)
ウィ(wi) ウェ (we) ウォ (wo)

► Quelques remarques

  • Le signe ゙ est appelé dakuten et le signe ゚ est appelé handakuten. Ils servent à transformer certains sons pour en former des syllabes « dérivées ».
  • Les allongements des sons des katakana sont notés par un trait ー tandis que pour les hiragana on rajoute la voyelle concernée, à savoir あ (a) pour le son « a », い (i) pour les sons « e » et « i » et う (u) pour les sons « u » et « o ».
  • Les caractères や (ya), ゆ (yu), よ (yo) écrits en petits et combinés avec des syllabes se terminant par le son « i » forment des sons supplémentaires en « iya » « iyu » « iyo ».
  • Le caractères つ (tsu) écrit en petit sert à doubler la consonne qui suit (もっと = motto).
  • Les katakana シ (shi) et ツ (tsu), ainsi que ン (n) et ソ (so) sont quasi-identiques. Et ça fait chier tout le monde (moi la première). Souvenez-vous juste que pour シ (shi) et ン (n) les petits traits sont presque horizontaux et que le trait plus long est tracé de bas en haut lorsqu’on l’écrit. Pour ツ (tsu) et ソ (so) les petits traits sont presque verticaux et le trait plus long est tracé de haut en bas.
  • Pareil pour le trio タ (ta), メ (me), ヌ (nu) et フ (fu), ワ (wa), ウ (u). Oui, ils se ressemblent aussi et vous risquez de souvent les confondre. Courage ! Avec le temps ça viendra !
  • Pour les katakana, il arrive que l’on utilise le caractère ・pour définir un espace, notamment pour les noms étrangers par exemple (ジョン・キミ = Jung Kimi). Car en japonais, les espaces, ça n’existe pas !
  • Vous remarquerez la présence de caractères supplémentaires chez les katakana. Il s’agit de sons supplémentaires qui n’étaient pas à l’origine dans la langue japonaise, comme « ti », « di », « fa »… On y a également ajouté le son « v » mais il n’est pas souvent utilisée car les japonais ont du mal à prononcer ce son et optent plutôt pour le son « b » à la place. Les mots ayant un son en « v » peuvent alors s’écrire de deux façons, avec un caractère au son « v » ou au son « b ». Je vous prend l’exemple de mon prénom : Davina. En katakana, il s’écrit ダヴィナ (da-vi-na) mais en raison de ce son « v », j’ai préféré l’écrire ダビナ (da-bi-na) puisqu’au final, dans la prononciation des japonais, ça sonne pareil. Il y a après pas mal d’autres exceptions dans l’écriture mais je vais éviter de vous assassiner avec les katakana (à coup de katana ? -je sors-). Vous les découvrirez en pratiquant avec le temps. Ne vous posez pas trop de questions non plus, ils sont écrits comme ça, un point c’est tout !

Kanji – 漢字

C’est là que l’on va commencer à se marrer. Les kanji sont des caractères dérivés du chinois qui servent à écrire les noms, adverbes et radicaux des verbes et adjectifs. Il existe plus de 40 000 kanji parmi lesquels environ 2 000 sont décrétés d’usage commun et que les Japonais doivent connaître. Contrairement aux kana, les kanji ne représentent pas des syllabes, mais plutôt des idéogrammes, un concept, un thème, une idée. Chaque caractère possède deux lectures : Onyomi (音読み) la lecture d’origine chinoise et Kunyomi (訓読み) la lecture d’origine japonaise. La première est employée quand plusieurs kanji sont combinés pour former un ensemble et la seconde quand le kanji se distingue seul.

Bon en toute honnêteté, les kanji relèvent d’un vrai casse-tête et leur maîtrise demandent des heures de travail, au risque de vous faire abandonner l’apprentissage de la langue. Ne faites pas cette bête erreur ! Pour ma part, je l’avoue, je ne me fais pas chier à étudier les kanji en long, en large et en travers en les recopiant 50 fois par jour. J’ai la flemme et surtout pas assez de temps à leur consacrer ! Pour moi, c’est inutile d’apprendre un kanji si c’est pour à peine s’en servir, car je sais que je l’oublierai systématiquement. Je ne retiens que ceux que je rencontre souvent dans mes cours ou dans la vie quotidienne. Je ne dois même pas connaître 10 kanji au final. Oui c’est handicapant pour la lecture et l’écriture mais ça ne m’empêche pas non plus d’apprendre le reste. Tout ça pour dire que concernant les kanji, les apprendre ou pas, le choix vous revient, mais ne les ignorez pas pour autant. Mon conseil est écrivez directement tout en kanji avec le furigana jusqu’à ce que vous le mémorisiez.

Prononciation – 発音

La prononciation du japonais n’est pas très difficile en soit. Prêtez juste une attention particulière au « h » aspiré, les voyelles brèves et longues (qui peuvent parfois modifier la signification d’un mot) et redoublement de consonnes. Les voyelles « u » et « i » sont très souvent à peine prononcées comme par exemple dans です (desu) où on prononcera plutôt « dess » et 山下 (やました – yamashita) où la prononciation correcte sera « yamashta ». Là aussi, la maîtrise viendra avec la pratique. Pas de recette miracle pour se familiariser avec la prononciation : écoutez régulièrement du japonais.

Ecriture – 執筆

Un point très important en ce qui concerne l’écriture du japonais : l’ordre des traits doit être impérativement respecté !

  • Les traits horizontaux se tracent de gauche à droite et les traits verticaux de haut en bas. Les traits continus suivent la même logique. On part toujours du haut vers le bas et de la gauche vers la droite.
  • Lorsque vous écrivez un caractère comportant plusieurs traits, vous devez toujours commencer du haut vers le bas ou de la gauche vers la droite.
  • Le trait central, comme pour le kanji 水 (みず – mizu), est tracé en premier, ensuite vien(nen)t le(s) trait(s) situé(s) à gauche, puis le(s) trait(s) à droite. Attention, certains kanji ne suivent pas cette logique comme 火 (ひ – hi) où les petits traits sont tracés en premier.
  • Lorsque deux traits se croisent, comme pour le kanji 七 (なな – nana), le trait horizontal est tracé en premier, mais là aussi il y a certaines exceptions.
  • Lorsque deux traits obliques se croisent, comme pour le kanji 文 (ぶん – bun), le trait partant du haut à droite pour se terminer vers le bas à gauche est tracé en premier.
  • Le trait sectionnant vertical, comme pour le kanji 中 (なか – naka), est tracé en dernier, excepté s’il ne dépasse ni en haut, ni en bas, où dans ce cas-là, il est tracé après la partie supérieure et avant la partie inférieure.
  • De même si le trait sectionnant est horizontal, il sera tracé en dernier, comme pour le kanji 女 (おんな – onna).
  • Les traits englobant d’autres éléments du caractère sont tracés en premier, comme pour le kanji 国 (くに – kuni).

Grammaire – 文法

Je termine par quelques points concernant la grammaire qu’il est essentiel que vous sachiez avant d’attaquer les prochaines leçons.

  • L’ordre des mots est très différente du français, en fait il n’y a aucun rapport. Le verbe vient toujours à la fin de la phrase.
  • Il n’y a pas d’accord en genre et en nombre, tout dépend du contexte de la phrase.
  • Il n’existe pas d’articles définis et indéfinis, mais il y a ce qu’on appelle des particules.
  • Les verbes ne s’accordent pas avec le sujet (hourra) mais changent en fonction du degré de politesse : forme neutre, forme polie, forme humble/honorifique. Il n’y a que deux principaux temps : le présent et le passé. Mais il y a de nombreuses formes pour tout type de circonstances.

Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon précédente | Sommaire des leçons | Leçon suivante