2

▶ Koyasan Travel : Le Guide de Kimi

Koyasan (高野山) est l’incarnation de l’esprit de Kukai (空海), plus connu sous le nom de Kobo Daishi (弘法大師), moine solitaire et fondateur de ce lieu de culte au fin fond des montagnes pour la secte bouddhiste ésotérique Shingon. On raconte que Kukai se rendit en Chine il y a environ 1200 ans pour y acquérir les plus hauts niveaux de connaissances sur le bouddhisme ésotérique transmis par l’Inde, ainsi que sur l’astronomie et la géologie avant de rentrer au Japon. A son retour de Chine, alors qu’il était à la recherche d’un lieu adapté pour diffuser le bouddhisme ésotérique, Kukai lança un objet bouddhique appelé sankosho (三鈷杵) vers le Japon. Cet objet aurait alors atterri sur Koyasan. C’était un moine peu commun, diffusant ses compétences et sa légende à travers le Japon. Si il y a bien un endroit qui a accumulé plus qu’ailleurs la sagesse et les connaissances de Kukai, c’est Koyasan !

On peut passer un séjour d’un weekend dans ce lieu culte inscrit au patrimoine mondial : ascension de la montagne le premier jour, nuit dans un temple et visites le deuxième jour par exemple !

Dans cet article, Kimi est votre guide pour les visites intéressantes, à la fois religieuses et touristiques, à Koyasan. C’est parti les ami(e)s !

Se rendre à Koyasan

Koyasan se situe dans la préfecture de Wakayama (和歌山県), à environ 2 heures d’Osaka. Le meilleur itinéraire pour se rendre au pied de Koyasan est de prendre la ligne de train Nankai Koya qui relie sans trop de changements les deux villes. Puis jusqu’au sommet, prendre le funiculaire.

• En train

Namba Station
↓ Nankai Koya Line Express (direction Hashimoto) ↓
Hashimoto Station
↓ Nankai Koya Line Local (direction Gokurakubashi) ↓
Gokurakubashi Station
↓ Nankai Koyasan Cable (direction Koyasan) ↓
Koyasan Station
Coût : 1 390  ¥
Temps de trajet : 2 heures 30 environ

• En voiture

De Osaka, prendre la route nationale 480 (国道480号, 2 heures environ).

Visites à Koyasan : au cœur des temples bouddhistes

Koyasan, c’est plus d’une centaine de temples ouverts aux visiteurs et proposant d’y découvrir des trésors cachés, d’expérimenter les cérémonies religieuses ou encore d’y séjourner. Mais alors, si il y en a plus d’une centaine… Par où commencer ? Quels sont ceux à ne pas manquer ? Les six lieux à visiter en premiers sont regroupés dans le centre de Koyasan et on peut bénéficier d’une réduction pour tous les visiter !

Optez pour le ticket spécial à offrant l’accès à 5 sites ainsi qu’une participation à une cérémonie bouddhiste, Jukai (受戒), pour 1500 ¥, ce qui offre un bon qualité / prix. Il est possible d’acheter bien entendu ce ticket dans chacun des sites inclus dans le coupon.

① Kongobuji (金剛峯寺)

Le temple Kongobuji est le temple à la tête de l’école Shingon qui compte plus de 4 000 temples dans l’ensemble du Japon et du monde. Les visiteurs y découvrent la pièce décorée de portes coulissantes (襖, fusuma) peintes majestueusement par des peintres de renommé historique et la pièce Hidetsugu Jijin-no-ma.

Enfin, petit moment de détente et de dégustation de thé avec un biscuit de riz dans Shin Betsuden, nouvelle annexe du temple. Cet édifice est une construction récente, datant de 1984 à l’occasion de la commémoration des 1150 ans écoulés depuis le Gonyujo (rituel Shingon de préparation à la mort) et la mort de Kobo Daishi. Construit en béton armé, ce bâtiment possède une statue bouddhiste ainsi qu’un toit à pignon très impressionnant. Le bâtiment sert généralement de salle de thé et de lieu de repos pour les fidèles et visiteurs, mais peut aussi servir de lieu de prêche pour la communauté monastique.

Adresse : 132 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山132)
Tarif : 500¥
Site internet : http://www.koyasan.or.jp/fr/kongobuji/

② Musée Reihokan (霊宝館)

Depuis sa création, ce bâtiment préserve diverses reliques et trésors culturels provenant de Kongobuji et du mont Koya, notamment des peintures et statues bouddhiques d’une grande valeur nationale. On y trouve aussi divers objets utilisés dans les rituels bouddhistes.

Adresse : 306 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山306)
Tarif : 600 ¥
Site internet : http://www.reihokan.or.jp

③ Daishi Kyokai et cérémonie Jukai (大師教会&受戒)

La cérémonie Jukai (受戒) est une cérémonie bouddhiste ancienne et formelle. Elle a lieu toutes les heures (sauf à midi) et dure 30 minutes. On peut s’inscrire jusqu’à 10 minutes avant le début de la cérémonie. Les participants reçoivent à la fin un petit certificat.

Adresse : 347 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山347)
Tarif : 500 ¥

④ Daito (大塔)

Daitô (大塔), ou Konpon Daitô (根本大塔) est une grande pagode vermillon de 48,5 m de hauteur et l’un des bâtiments situés dans Danjo Garan (壇上伽藍), complexe bouddhique central du mont Koya, où les principales cérémonies bouddhistes sont célébrées. La statue du Bouddha Kongokai Shibutsu (金剛界四仏) située à l’intérieur est splendide et reçoit à ses pieds les offrandes des visiteurs, incluant des boissons et de la nourriture.

Adresse : 154 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山154)
Tarif : 200 ¥

⑤ Kondo (金堂)

On l’appellerait en français le Hall d’or. Ce hall principal du complexe Danjo Garan (壇上伽藍) et de Koyasan dans son ensemble est l’endroit dans lequel est célébré un service mémorial bouddhiste de grande importance. Construit par Kobo Daishi, il a été incendié à maintes reprises si bien que le hall actuel constitue le septième hall construit en l’an 7 de l’ère Showa (soit en 1932).

On fait face à Kondo en passant par la porte Chumon, porte d’entrée du complexe Danjo Garan. On peut également y voir les pins de Sanko no Matsu qui font référence au sankosho (三鈷杵) lancé par Kobo Daishi lors de sa recherche d’un lieu adapté pour diffuser le bouddhisme ésotérique Shingon.

Adresse : 132 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山132)
Tarif : 200 ¥

⑥ Mausolée du clan Tokugawa (徳川家霊台)

Adresse : 682 Koyasan Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山682)
Tarif : 200 ¥

La plupart des temples sont ouverts de 8:30 à 17:00 et il est interdit de prendre des photos à l’intérieur. En souvenir, complétez votre Goshuin-cho (御朱印帳) en repartant avec le Goshuin (御朱印) de chaque temple que vous visitez.

Après ça, le voyageur a complété une partie de sa journée d’excursion et de visites ! Il peut terminer par les autres endroits populaires tels que le cimetière d’Okuno-in (奥の院) et la porte Daimon (大門) s’il ne les a pas encore explorés.

D’un côté, la porte Daimon (大門), marquant l’entrée dans la ville, au sommet de la montagne. Du haut de ses 25,1 mètres de hauteur, c’est une porte imposante par sa structure à deux niveaux. Parfaite en tant que porte générale de l’ensemble de la montagne, c’est elle qui accueille les visiteurs à leur arrivée. La porte actuelle a été reconstruite en l’an 2 de l’ère Kan-ei (1705). Sur les deux côtés de la porte, les statues des deux divinités gardiennes Kongo-rikishi (金剛力士) exercent leur autorité.

De l’autre côté, Okuno-in (奥の院), second grand lieu saint après le complexe Danjo Garan. Pour l’atteindre depuis ce dernier, suivre la route principale à pieds ou en bus jusqu’au pont Ichinohashi (一の橋). Puis emprunter d’abord le Sando (allée d’accès à un temple), sur une longueur de 2km environ où se dressent de vieux cyprès du Japon ayant traversé plusieurs centaines d’années. Plus d’une dizaine de milliers de tombeaux sont alignées et laissent ressentir la ferveur des croyances de Koyasan.

Traversée du cimetière, passage par le pont Gobyobashi (御廟橋) menant au mausolée de Kôbô Daishi (弘法大師御廟) et c’est l’entrée sur une zone sacrée. Qui dit zone sacrée dit cependant photos, smartphone, nourriture et boissons interdits. Le visiteur se contente de marcher paisiblement tout en se vidant l’esprit. Pour les croyants, Kôbô Daishi est toujours parmi nous, priant éternellement pour la paix et la prospérité. L’endroit est d’un charme impressionnant et les lanternes de Torodo (燈籠堂) sont resplendissantes. Avant de traverser le pont, les moines ou les touristes mettent en ordre leurs vêtements et s’inclinent avant de pouvoir passer.

De là, pour continuer à parcourir les terres sacrées et découvrir de nombreux temples cachés, il est possible d’emprunter le circuit circulaire Koya Sanzan (高野三山) qui effectue le tour de la zone sacrée d’Okuno-in en passant par les monts Tenjiku (転軸山), Yoryu (楊柳山) et Mani (魔尼山) sur une longueur de 10 km.

De retour vers le centre de la ville, penser à s’arrêter devant Asekaki Jizo (汗かき地蔵), cette divinité gardienne du bouddhisme (地蔵, jizo) censée protéger les enfants et les voyageurs en particulier, se substitue aux souffrances des êtres humains et étant donné qu’il les portent toutes sur ses épaules, on raconte qu’il est en permanence en train de suer (汗かき, asekaki signifiant transpiration). A côté de lui se trouve le puits Sugatami no ido (姿見の井戸). On raconte que si l’on regarde au fond du puits et que l’on ne voit pas son reflet, cela signifie que l’on va mourir dans les trois ans à venir.

Ainsi la Mission est complétée ! Le voyageur regagne le centre de la ville en repassant par l’allée Sando en sens inverse et le pont Ichinohashi (一の橋) et quitte les lieux le cœur pur et apaisé.

Budget approximatif

Combien prévoir pour se rendre à Koyasan ? En se basant sur un séjour d’un weekend avec nuit dans un Shukudo et visites des temples de la ville, voici des chiffres approximatifs pour une personne partant de la préfecture d’Osaka.

  • Transport : 3 220 ¥
  • Logement : 19 800 ¥
  • Nourriture : 4 741 ¥
  • Visites : 3 300 ¥
  • Achats : 9 988 ¥

Total : 41 049 ¥ (~ 350 €)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCK – C.h.a.o.s.m.y.t.h.

2

▶ Koyasan Stay : Séjour dans un Shukubo (宿坊)

Pour vivre pleinement un séjour dépaysant et renversant à Koyasan (高野山), lieu de culte fondé par Kobo Daishi (弘法大師), prenez le temps d’y rester au moins une nuit et profiter d’une hospitalité unique. Il y a un large choix de temples proposant un hébergement dans des chambres traditionnelles avec onsen (温泉) : on les appelle Shukubo (宿坊) !

A première vue, un Shukubo ressemble à une simple auberge de voyageurs ou à un Ryokan (旅館, auberge traditionnelle et typique du Japon). Cependant, la différence la plus attrayante se trouve dans l’hospitalité. En effet, ce genre d’hospitalité dont on bénéficie dans un Shukubo ne se trouvera nulle part ailleurs ! Seul un Shukubo offrira l’expérience directe du bouddhisme et la dégustation de ses plats végétariens du monastère tout en permettant à ses visiteurs de se sentir apaisé et relaxé.

Les tarifs varient selon les services proposés mais en moyenne, comptez entre 15 000 ¥ et 20 000 ¥ la nuit avec petit déjeuner bouddhiste traditionnel inclus. Malgré ce prix, les temples affichent très vite complet. Il est d’ailleurs recommandé de réserver quelques semaines en avance.

Dans cet article, Kimi vous propose de passer une nuit chez…
Koyasan Onsen Fukuchiin (高野山温泉福智院) !

※ Introduction

Parmi la centaine de temples entourant Koyasan se trouve le temple Fukuchiin (福智院) qui existe depuis 800 ans avec comme représentant bouddhiste Aizen Myouoh (愛染明王).

Situé au cœur de la ville, le Shukubo Koyasan Onsen Fukuchiin propose des hébergements de style japonais dans un temple bouddhiste historique. Les voyageurs peuvent se détendre dans les bains thermaux publics, découvrir les transcriptions manuscrites de sutra (写経, sha-kyō), et écouter la récitation des sutras pendant l’office bouddhiste du matin.

À pieds depuis le Shukubo, il est possible de rejoindre la porte Daimon de Kongobu-ji (金剛峯寺大門) en 15 minutes et le temple Kongobu-ji (金剛峯寺), en 5 minutes.

Adresse : 657 Koyasan, Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山657)
Accès : Takano Keisatsu Mae Bus Stop (Nankai Rinkan Bus)
Site internet : https://www.fukuchiin.com/

※ Chambres et Services

Revêtues de tatami au sol, les chambres de style japonais disposent des commodités nécessaires. Toutes sont pourvues d’une télévision et d’un coffre-fort et les mieux situées dans le temple offrent également une vue sur les jardins. Équipements de toilette, yukata et serviettes sont fournies pour permettre un confort semblable à celui des Ryokan. Les voyageurs dorment dans un futon traditionnel apporté après le dîner et soigneusement préparé par le personnel.

Chez Koyasan Onsen Fukuchiin, les voyageurs peuvent profiter de bains thermaux publics intérieurs et exclusivement en plein air, ainsi que de salles de sauna. Après une longue journée de randonnée dans la montagne ou de balade au cœur des temples de la ville, c’est un moment de détente et de relaxation fort appréciable. Ils peuvent également se poser et admirer les jardins traditionnels Tosen (登仙庭), Aizen (愛染庭) et Hasuna Yuzen (蓮菜遊仙庭) conçus par Shigemori Mirei (重森三玲), célèbre artiste paysagiste de l’ère Showa (昭和). Envie de repartir avec des souvenirs ? Il est possible d’en acheter à la boutique du temple. Enfin, des journaux quotidiens et une bagagerie sont disponibles à la réception.

A l’arrivée pour le check-in, les moines accueillent chaleureusement les voyageurs tout en offrant une hospitalité dévouée. Malgré la barrière de la langue, ne parlant que très peu anglais, ils font la faveur de bien expliquer le fonctionnement des lieux et offrent une petite visite des différentes pièces du temple.

※ De la cuisine bouddhiste (精進料理) pour le repas

Des plats bouddhistes traditionnels végétariens sont servis pour le petit-déjeuner. Des dîners sont également préparés sur demande préalable et au prix de 3 300¥. Tous les repas sont servis en chambre à l’heure souhaitée ou dans la salle à manger pour les groupes, sous réservation obligatoire. Ici aussi, le client se sent roi. Les repas, alliant simplicité et esthétique, sont délicatement disposés à table avec une explication pour chaque plat.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il serait regrettable de ne pas profiter de cette délicieuse cuisine même si elle exclut complètement viande et poisson. Les plats utilisent adroitement le gluten de blé, le wasabi de Kanayamaji (金山寺わさび) et le tofu de Koya (高野豆腐) comme substituts à la viande et offrent un aperçu des compétences, de la culture et de l’histoire des habitants de Koyasan. Les repas se composent également de plantes sauvages fraîches et de légumes de saison.

Voici par exemple un délicieux dîner (夕食) de chez Koyasan Onsen Fukuchiin, incluant :

  • légumes macérés (漬け物, tsukemono)
  • tofu nabe (豆腐鍋) accompagné de légumes et de plantes
  • tofu de Koya (高野豆腐)
  • peau de tofu (湯葉, yuba)
  • konjac (こんにゃく, konnyaku)
  • tempura (天ぷら)
  • riz blanc cuit (ご飯, gohan)
  • divers accompagnements en petite quantité (châtaigne, patate douce, aubergine, haricot vert…)
  • mochi (餅)
  • kaki (かき)
  • thé chaud (ほうじ茶, houjicha)

Et pour un bon petit-déjeuner (朝食) complet, on retrouve :

  • tororo (とろろ) avec feuilles de nori (のり) et sauce soja (しょうゆ, shoyu)
  • pot-au-feu de tofu frit ganmodoki (おでんがんもどき, oden ganmodoki)
  • salade de tofu (豆腐の白和え, tofu no shiraae)
  • soupe miso (味噌汁, misoshiru)
  • riz blanc cuit (ご飯, gohan)
  • tofu nabe (豆腐鍋)
  • hijiki (ひじき)
  • prune séchée (梅干し, umeboshi)
  • thé vert chaud (緑茶, ryokucha)

Savourez tranquillement et silencieusement votre repas tout en prenant le temps d’apprécier le gout de chaque aliment. Une fois terminé, il ne reste qu’à prévenir la réception par téléphone pour demander à débarrasser.

※ Office bouddhiste et expériences atypiques

Le point culminant d’un séjour dans un Shukubo est sans doute l’expérience de l’office bouddhiste (お勤め, otsutome) : la récitation des sutras qui imprègne le silence matinal, créant une atmosphère solennelle et vivifiante tout à fait unique.

Chez Koyasan Onsen Fukuchiin, ça commence à 6 heures tous les matin et ça dure environ 50 minutes ! Rassemblement dans la salle principale (本堂, Hondo). Inutile de réserver, il faut juste se présenter à l’heure, vêtus de vêtements normaux (pas en yukata) et se purifier les mains à l’entrée avec de l’encens avant de s’asseoir sur le sol. Pendant que les moines récitent les sutras, les visiteurs viennent s’incliner silencieusement derrière eux à tour de rôle pour prier. La cérémonie termine par un discours en japonais du moine principal, incluant des remerciements dans différentes langues (dont le français !) et la possibilité d’admirer les trésors de la pièce et de se rendre aux jardins.

Les visiteurs peuvent aussi profiter de leur soirée en s’essayant à d’autres expériences atypiques comme le Shakyo (写経), l’écriture manuscrite du sutra Hannya Shingyo (般若心経, le Sutra du Cœur), au prix de 1500 ¥ (réservation nécessaire). Cette pratique se différencie de la calligraphie ordinaire et peut-être considéré comme un exercice mental. En traçant chaque trait avec concentration, il est dit que le cœur s’apaise. Ecrivez votre souhait et tracez. Votre Shakyo recevra ensuite une bénédiction lors des offices bouddhiques du matin et est en général conservé au temple.

Enfin, il est possible de tester le Hourai (宝来), une décoration traditionnelle unique à Koyasan. Son design est réalisé de façon à attirer la chance. Le Hourai est réalisé avec du papier artisanal traditionnel de Koyasan. Compter 2000 ¥ (réservation nécessaire) pour réaliser son propre Hourai.

※ Kimi témoigne

• Points positifs

On se sent dépaysé et en immersion totale dans la culture japonaise et l’univers du bouddhisme. J’ai découvert beaucoup d’aspects des traditions japonaises dans les manga. J’ai l’impression de vivre en vrai ceux de mon adolescence. Les chambres sont propres et spacieuses avec des futons confortables et le nécessaire pour la toilette. On passe un moment agréable dans les bains. Le repas servi directement dans la chambre à l’heure souhaitée est léger, équilibré et nous permet de découvrir de nouvelles saveurs culinaires. Le personnel est chaleureux et respectueux. Si vous parlez un peu japonais, vous pouvez facilement engager la conversation avec eux.

• Points négatifs

On loge dans un monument religieux et ancien, ce qui implique le fait que les chambres n’ont pas de clef et qu’elles se verrouillent seulement depuis l’intérieur. Heureusement, il y a toujours des coffres-forts mais le fait de quitter sa chambre temporairement sans pouvoir la fermer à clef pourrait en déranger certains. Bien que les chambres soient équipées de chauffage, l’ancienneté du bâtiment fait qu’il fait en hiver très froid dans les couloirs. Attention au coup de froid lorsqu’on se rend aux bains ou aux toilettes !

• Bilan

Expérience unique au cœur du bouddhisme et des merveilles de Koyasan ! À expérimenter une fois dans sa vie au dépourvu d’un choc culturel probable !


Avez-vous déjà séjourné dans un Shukubo ?
Quelles ont été vos impressions ?


♫ Un article = Une chanson ► FTISLAND – Stay

2

▶ Koyasan Climbing Adventure : Sur les chemins du Pèlerinage

Koyasan (高野山), comme son nom l’indique (山, yama, signifiant montagne), est un massif montagneux du Japon, situé, au sud-est d’Osaka dans la préfecture de Wakayama. Lieu de culte fondé par Kobo Daishi (弘法大師) connu aussi sous le nom de Kukai (空海), moine bouddhiste solitaire, on peut s’y rendre facilement par la ligne Nankai Koya depuis Namba et par funiculaire. Mais quand on aime l’aventure et la nature, pourquoi ne pas s’y rendre à pied ? Escaladez la montagne et découvrez ses merveilles cachées à travers différents circuits !

Toutes les routes du Pèlerinage mènent à Koyasan

Plusieurs chemins, de longueur et difficulté sont possibles pour rejoindre Koyasan tout en profitant des merveilles de sa nature riche et paisible. Pour une petite randonnée sans forcément rejoindre le sommet, il y a aussi d’autres petits circuits reliant des temples ou autre monuments naturels ou sacrés.

• Circuit Choishimichi : route principale du circuit du Pèlerinage
Itinéraire entier : Jison-in → Konpon Daitô → Okuno-in (24 km, 8h30)
Itinéraire raccourci : Sanctuaire Niutsuhime → Konpon Daitô (15 km, 5h)

• Circuit Kyo Osaka-michi : ancienne route principale du circuit du Pèlerinage, la pente raide Iroha-zaka fait de ce circuit l’un des plus difficiles
Itinéraire entier : Kamuro Station → Temple Nyonindo (9,5 km, 5h)
Itinéraire raccourci : Gokurakubashi Station → Temple Nyonindo (2,5 km, 1h30)

• Circuit Kuroko-michi : circuit raide mais avec de beaux paysages à voir
Itinéraire : Hashimoto Station → Koya Keisatsu Mae Bus Stop (18,1 km, 7h30)

• Circuit Nyonin-michi : circuit autrefois emprunté par les femmes pour aller se recueillir au mausolée de Kôbô Daishi, étant donné qu’elles n’étaient pas autorisés à pénétrer dans Koyasan
Itinéraire : Temple Nyonindo → Okuno-in (7 km, 3h30)

• Circuit Koya Sanzan : circuit circulaire faisant le tour de la zone sacrée d’Okuno-ni en passant par les monts Tenjiku (転軸山), Yoryu (楊柳山) et Mani (魔尼山)
Itinéraire : Okuno-in → Ichinohashi (10km, 3h30)

• Circuit Mitani-zaka : circuit reliant les sanctuaires Niusakadono et Niutsuhime
Itinéraire : Sanctuaire Niusakadono → Sanctuaire Niutsuhime (5,5 km, 2h)

Visites pendant l’ascension (登山中の観光)

Au pied de Koyasan ou au cours du circuit emprunté, si le timing le permet, les temples et sanctuaires présents constituent des visites agréables et des lieux de culte paisibles.

• Sanctuaire Niutsuhime (丹生都比売神社)

Inscrit au patrimoine mondial depuis 2004, c’est un lieu sacré unique où fusionnent le shintoïsme enraciné dans l’ancienne tradition du culte de la nature au Japon, et le bouddhisme, introduit en Asie de l’Est à partir de l’Inde. Il est de coutume de venir se recueillir dans ce sanctuaire avant de se rendre à Koyasan. Le bâtiment principal Honden (本殿) et la porte à deux étages Romon (楼門) sont des biens culturels nationaux importants.

Adresse : 230 Kamiamano, Katsuragi-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡かつらぎ町上天野230)
Accès : Niutsuhime-jinja mae Bus Stop (Katsuragi Community Bus)
Site internethttps://niutsuhime.or.jp/

• Temple Jison-in (慈尊院)

Etant donné que les femmes n’étaient pas autorisées à entrer à Koyasan jusqu’en 1872, la mère de Kobo Daishi (弘法 大師) vivait dans ce temple. Depuis lors, ce temple a été rebaptisé Nyonin Koya (女人高野), et les femmes affluent constamment vers le temple pour s’y recueillir. Mirokudo (弥勒堂) est un bien culturel national important et la grande pagode Tahoto (多宝塔) d’une beauté impressionnante. Dans l’enceinte du temps se trouvent également divers espaces et objets de culte comme la Pierre de la Fortune (みくじ石) ou le clocher (鐘楼堂) où l’on peut prier pour la bonne fortune ou la santé.

Adresse : 832 Jison-in, Kudoyama-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡九度山町慈尊院832)
Accès : Kudoyama Station (Nankai Koya Line)
Site internethttp://jison-in.org/

• Sanctuaire Niukanshofu (丹生官省符神社)

Construit en 816 avec Jison-in (慈尊院), on y trouve le bâtiment principal Honden (本殿) considéré comme un bien culturel national important.

Adresse : 835 Jison-in, Kudoyama-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡九度山町慈尊院835)
Accès : Kudoyama Station (Nankai Koya Line)
Site internethttp://niujinja.sakura.ne.jp/

• Sanctuaire Niusakadono (丹生酒殿神社)

Ce sanctuaire tiendrait ses origines de l’histoire d’un dieu local brassant du saké dans les environs pour la première fois. De grands arbres Ginkgo (Arbres aux quarante écus) y sont implantés et changent magnifiquement de couleur chaque année de mi-novembre à début décembre.

Adresse : 631 Mitani,Katsuragi-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡かつらぎ町三谷631)
Accès : Myoji Station (JR Wakayama Line)
Site internethttp://www.wakayama-jinjacho.or.jp

Matériel (器具)

Ce n’est pas le Mont Fuji mais l’ascension de Koyasan par le circuit Chôishi est assez longue donc il est utile de prévoir du bon matos de randonnée et des provisions.
Les choses nécessaires pour une bonne ascension :

• des chaussures de marche
• un sac à dos adapté pour la randonnée
• de l’eau, entre 2 et 3L
• des barres énergétiques et de la nourriture
• de l’argent, il y a des distributeurs de boissons sur le parcours et des fruits de saison pour 100¥
• des vêtements chauds, vêtements de pluie, casquette, lunettes, selon la saison
• une trousse de survie
• une lampe de poche ou une lampe frontale
• des sacs plastiques pour les déchets

Le circuit Chôishi (町石道)

▶ Présentation (紹介)

Le circuit Chôishi (町石道) est un sentier de 24 km de long avec un marqueur en pierres (町石, chōishi) tous les 109 mètres gravés avec leur numéro. Les voyageurs s’aventurant dans ce parcours peuvent ainsi compter et se donner du courage jusqu’à l’arrivée. D’une hauteur de plus de trois mètres, chacun des panneaux de signalisation en pierre marquant le parcours est un stupa en forme de gorintô à cinq niveaux, représentant les cinq éléments principaux de l’univers bouddhiste ésotérique. Les stupas prennent Konpon Daitô (根本大塔) comme point d’origine et sont numérotés en conséquence, avec 36 autres stupas reliant cette pagode centrale au mausolée de Kôbô Daishi (ou Kôbô Daishi Gobyô). Plus de 80% des stupas que nous voyons aujourd’hui ont été construits à l’époque de Kamakura, et ils continuent d’évoquer l’atmosphère de leur passé lointain.

Le circuit commence au temple Jison-in (慈尊院) jusqu’à Daimon Gate (大門). Créé par Kukai (空海) et situé au sein du parc préfectoral de Koyasan Chôishi-michi Tamagawa (高野山町石道玉川峡県立自然公園), le sentier est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO dans l’ensemble des sites sacrés et chemins de pèlerinage dans les monts Kii.

Attention, il y a très peu de toilettes sur le parcours. Prévoir du matos de randonnée, des provisions pour avoir de l’énergie et si vous n’arrivez pas avant la tombée de la nuit, une lampe torche ou frontale. En effet, une fois la nuit tombée il fait profondément noir.

Le plan du circuit est disponible sur le lien suivant : Circuit Chôishi

▶ L’ascension (登山)

Rendez-vous à la station Kudoyama (九度山) par la ligne Nankai (南海線) pour rejoindre le point de départ à Jison-in (慈尊院). Le train est rempli de bon matin d’alpinistes et voyageurs et un soleil radieux est là pour nous accompagner dans cette aventure.

Kudoyama est un petit coin agréable. Les gens se saluent tous et le samedi matin, le marché est ouvert près de la Michi no Eki (道の駅). Fruits et légumes frais à des prix attractifs, les clients sont prêts à faire plus d’une heure de queue. On peut aussi trouver des antiquités, ustensiles, et street food en cas de petite faim.

Puis il est temps de partir pour cette longue randonnée ! A Jison-in (慈尊院), on gravit les premières (mais pas les dernières) marches pour passer la torii du sanctuaire voisin, Niukanshōfu (丹生官省符神社) avant de rejoindre la route menant jusqu’à Daimon (大門), au marqueur en pierre numéro 180.

Passage dans des forêts de bambous et d’immenses arbres, pentes raides et rocheuses, points d’observation offrant un panorama de dingue sur les agglomérations entourant la montagne, c’est un long parcours assez physique mais récompensé par la beauté du paysage et des fruits de saison à 100¥ le sac mis à disposition sur le parcours. Les mikan et les kaki frais sont un régal en automne. Le don ne se refuse pas quand on connait le prix en supermarché.

De Futatsu Torii (二ツ鳥居) à Yadate le parcours au cœur de la foret est plat et plus facile. On avance rapidement en passant par des torii et chōishi. Il n’y a pas un bruit audible mis à part celui du vent soufflant sur les arbres et des quelques êtres vivants habitant la forêt. On est seul avec soi-même, on oublie toutes les pensées, les choses négatives, on respire juste la nature tout en parcourant le chemin.

Puis ce sont enfin les deux dernières heures d’ascension jusqu’à Daimon Gate (大門), le point d’arrivée et l’entrée dans le cœur de Koyasan. Ce sont sans doute les heures les plus difficiles physiquement et mentalement, les jambes accumulent la fatigue des nombreux kilomètres parcourus, les pentes raides semblent infinies, et la nuit tombant, la forêt s’assombrit rapidement. Il fait nuit noire si bien que ça en devient effrayant. Ne pas oublier la lampe torche ! Essoufflé et le cœur battant, après avoir difficilement repéré dans le noir le bout du chemin, on fait finalement face à Daimon Gate, porte d’entrée de la ville du sommet de la montagne !

Il fait nuit noire, les rues sont désertes mais en automne, c’est un accueil avec de belles surprises en présence des feuilles rouges, Koyo (紅葉), dont la couleur étincelante est accentuée par les lampadaires. Première récompense de cette ascension avant de savourer celle de déguster un délicieux dîner et de passer une bonne nuit dans un Shukubo (宿坊).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷

Le circuit Nyonin-michi (女人道)

▶ Présentation (紹介)

Il s’agit du chemin que prenaient les femmes autrefois pour se rendre jusqu’au mausolée de Kôbô Daishi (弘法大師御廟) et Okuno-in (奥の院). Jusqu’à la 5ème année de l’ère Meiji (明治5年 soit en 1872), les femmes n’étaient pas autorisées à se rendre à Koyasan. Pour pouvoir se recueillir au mausolée de Kôbô Daishi (弘法大師御廟), lieu sacré au centre des croyances de ce grand moine, elles empruntaient donc le chemin Nyonin-michi (女人道, littéralement « route des femmes »).

Le circuit commence au temple Nyonindo (女人堂), accessible en bus depuis la station Koyasan, passe par la porte Daimon (大門) pour terminer à Okuno-in (奥の院). Environ 7 km pour 3h30 de marche.
De la station Koyasan à l’arrêt de bus de Nyonindo, la route n’est autorisée que pour les bus, il est donc primordial de se rendre au point de départ en bus avec les bus Nankai Rinkan (南海りんかんバス). Les horaires (時刻表) sont disponibles sur le site de la compagnie. Prendre le bus à la voie 2 en direction de Okuno-in. Le plan du circuit est disponible sur le lien suivant : Circuit Nyonin-michi

▶ L’ascension (登山)

Koyasan Climbing Adventure ; deuxième ! Départ à 9:50 au point 1 au cœur de la forêt montagneuse. Ça monte et ça descend, il faut enjamber les troncs et racines des arbres. Le chant des oiseaux résonne et relaxe pendant cette randonnée dans une nature paisible.

Sur le chemin, c’est la découverte de temples cachés avec des torii, comme Bentendake (弁天嶽). Il y a également une petite aire de repos avec tables et de splendides points de vue. Passé quelques torii, c’est le croisement avec le point d’arrivée du circuit Chôichi (町石道), face à Daimon (大門), porte d’entrée du cœur de Koyasan ; 2 km de fait en une heure environ. 3h10 après le point de départ, on quitte finalement de la verdure et les hauts arbres pour faire face à l’entrée d’Okuno-in (奥の院), marquant la fin de ce parcours. Un peu physique mais à la portée de tous les passionné(e)s de randonnée ! N’importe quelle femme peut le faire !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – Emotions

3

► Winding Road : Kimi a escaladé le Mont Fuji 🗻, jamais deux sans trois !

Ce fascinant Mont Fuji, fierté du Japon du haut de ses 3776 mètres, lui accordant le titre de montagne la plus haute de l’archipel.
Inscrit au patrimoine mondial depuis 2013 et dans le cœur de nombreux japonais, il l’est aussi dans le mien depuis le jour où je l’ai vu du haut du sanctuaire Arakura Fujisengen (新倉富士浅間神社). C’est ma montagne numéro un, qui a en plus fait naître en moi cette passion pour la randonnée.

Chaque été marque notre rendez-vous, celui où je fais l’ascension de nuit pour qu’il me montre un beau lever de soleil tout en respirant un air frais et pur. Même s’il n’est pas si facile de l’escalader, l’adrénaline est toujours là pour m’emmener au sommet. Après le circuit Yoshida (吉田) puis le circuit Subashiri (須走), c’était maintenant au tour du circuit Fujinomiya (富士宮) !

Le circuit Fujinomiya (富士宮ルート)

Le départ s’effectue à la 5ème station se trouvant à la plus haute altitude parmi les 4 circuits, soit 2390 mètres. Cela en fait le circuit le plus court (5km) avec son point d’arrivée proche du pic Kengamine (剣ヶ峰), le plus haut du Mont Fuji, à donc exactement 3776 mètres d’altitude. C’est pour ça qu’il est aussi très populaire auprès des alpinistes.

C’est le deuxième circuit le plus fréquenté après le circuit Yoshida. Donc même si la durée semble courte, il vaut s’assurer plus de temps en cas d’embouteillages ou de croisements entre ceux qui montent et ceux qui descendent. Car en effet, il est utile de préciser que la route pour la montée et la descente est la même contrairement aux circuits Yoshida et Subashiri.

Pour les débutants ou les non-habitués ainsi que les plus sensibles au changement d’altitude, le circuit Fujinomiya est un bon compromis après le circuit Yoshida. Ceci dit, il est préférable de ne pas commencer l’ascension aussitôt arrivé à la 5ème station pour permettre au corps de s’habituer à l’altitude. De plus il est aussi assez raide !

Pour se rendre à la 5ème station, il faut prendre les bus dits Climbers’ bus opérationnels pendant les dates d’ouverture des circuits. Pour le circuit Fujinomiya, il est possible de prendre le bus depuis les stations JR Shizuoka (静岡), Shinfuji (新富士), Fuji (富士) et Fujinomiya (富士宮). Le ticket aller-retour coûte 3 100¥ et est valable sur une durée de trois jours.

L’ascension (登山)

Départ de la 5ème station à 18h45, arrivée au sommet à 3h30.
Le parcours est d’abord en gravier et petits cailloux, puis rocheux après la 7ème station. La pente est raide et ce dès les premiers kilomètres !

La distance entre les stations est relativement courte et on y arrive en 30 minutes en moyenne, excepté entre la 6ème et la nouvelle 7ème station où cela prend 50 minutes environ (40 si vous êtes rapide et habitué 😁). On peut donc monter lentement mais surement et bien se reposer une fois arrivé à une station. Il y a des refuges, à manger, à boire et des toilettes à 200¥ à chacune des stations. Les toilettes sont bien surveillées, impossible de gruger.
A la 6ème station, le refuge propose dans son menu la spécialité (名物) du circuit, Fujinomiya Yakisoba (富士宮やきそば).
Petite anecdote : pendant un petit arrêt à cette station, on a ressenti le tremblement de terre qui s’est produit vers Fukushima.

Le temps était clair, avec un petit clair de Lune en début de soirée et sous un ciel étoilé toute la nuit. Tellement magnifique ! Plus on montait en altitude et plus les températures chutaient rapidement avec parfois du vent. Il faisait 6° au sommet à mon arrivée.

Plus on monte et plus il y a de gros rochers. On s’agrippe, on évite de glisser ou de perdre l’équilibre, on admire les étoiles scintillantes pour ne pas penser qu’on galère un peu même si pour les amoureux d’escalade c’est le meilleur circuit.

Après la 8ème station, la pente devient encore plus raide, il faut donc marcher prudemment et lentement pour ne pas accumuler davantage de fatigue.

Le sommet et le tour du cratère (山頂とお鉢巡り)

En arrivant du circuit Fujinomiya, le point de vue pour voir le lever du soleil est vaste et il est possible de s’asseoir et de bien voir. Pas besoin d’arriver trop à l’avance. Même si il y a autant de monde qu’au point d’arrivée des circuits Yoshida et Subashiri, tout le monde peut admirer le spectacle à l’aise.

Craignant le froid et le vent, j’avais emporté de quoi me couvrir en attendant. À mon arrivée le ciel commençait à s’éclaircir et les premières couleurs du jour apparaissaient. Le dégradé de bleu et le rouge des premiers rayons du soleil offraient déjà un beau spectacle, faisant grandir l’impatience de voir le soleil pointer le bout de son nez. L’attente n’a pas été trop longue et le soleil, magnifique et éblouissant, s’est montré, sans nuages pour gâcher le spectacle !

Il n’y a pas meilleure façon de bien commencer la journée ! L’effort de l’ascension est récompensé et la fatigue un peu oubliée. Un bol de ramen pour reprendre des forces et on est au taquet pour profiter des autres merveilles du sommet.
En une heure et demie environ pour une distance totale de 3km, c’est le petit tour du cratère avec un passage obligé par le pic Kengamine (剣ヶ峰). Il y a la queue pour y faire une photo souvenir. Le tour du cratère, soit le circuit Ohachimeguri (お鉢巡り) vous fait profiter d’un panorama à 360° de dingue ! De là-haut, en cas de très beau temps, on peut apercevoir les lacs entourant le Mont Fuji comme le célèbre lac Kawaguchi (河口湖), les villes de Hakone (箱根), Shizuoka (静岡) et bien d’autres ainsi que la mer et des massifs montagneux autour. On en oublie le froid et le petit vent frais.

C’est au sommet du circuit Fujinomiya que se trouvent le sanctuaire Sengen-taisha Okumiya (浅間大社奥宮神社) et… le bureau de poste du sommet du Mont Fuji (富士山頂郵便局) ! Une bonne occasion d’envoyer une carte postale depuis le sommet ! Les cartes postales coûtent 500¥ et il y a aussi des autocollants et autres petits produits sympa à envoyer partout dans le monde !

La descente (下山)

Départ du sommet à 8h30, arrivée à la 5ème station à 13h10.
La descente est agréable au début mis à part dans les pentes raides et quand il faut faire de grands pas entre les gros rochers. On s’agrippe autant que pendant la montée mais on va plus vite même si parfois on sent nos jambes trembler à cause de la fatigue. On croise beaucoup de personnes faisant l’ascension de jour puisque la route reste la même dans les deux sens.

Au début c’est facile… Mais, entre la 8ème et 7ème station, le parcours devient plus dangereux à cause des gros rochers. Puis jusqu’à la fin, c’est glissade sur glissade à cause des cailloux. Avec la fatigue accumulée, c’est difficile de garder appui sur les jambes et plus facile de perdre l’équilibre et de tomber en glissant sur les cailloux.

Bilan (結論)

Le circuit Fujinomiya est en effet court par rapport aux autres circuits. J’ai vraiment pris mon temps vers la fin pour monter car j’allais plus vite que la normale. Cela m’aura évité les courbatures dans les cuisses en enjambant les gros rochers et aussi de me les cailler trop longtemps au sommet. En montant tranquillement, on trouve le circuit assez simple à faire. Il y a pas mal de personnes à l’approche du sommet mais sans trop créer d’embouteillages. Il y en a juste eu sur les derniers 200 mètres.

Ce fut ma meilleure ascension bien que j’aime l’atmosphère du circuit Subashiri. J’aime beaucoup le circuit Fujinomiya pour sa partie rocheuse. Il faut parfois enjamber et bien prendre ses appuis. D’ailleurs je recommanderais des bâtons de marche comme avaient quasiment tous les japonais que j’ai croisés. En effet je me suis beaucoup tenue aux rochers ou à la corde qui délimitait le circuit.

En revanche, la descente était peut-être bien la pire. Ça reste toujours moins fun pour moi. C’est raide et ça glisse, et puis il y a le corps qui commence à lâcher. Comme j’ai fait le tour du cratère en plus, ça a dépensé encore plus d’énergie. J’ai fait une longue pause à la neuvième station et ensuite je ne me suis pas arrêtée longtemps. Dans la partie cailloux, j’en avais marre de glisser et tomber dès que j’essayais de descendre plus vite. Mes jambes tremblaient et j’étais pleine de poussière. Je suis arrivée en bas au bout de ma vie, à peine assez de souffle pour dire お疲れ様です (Otsukare sama desu), mais au fond heureuse et fière d’avoir pu réaliser ce parcours !

Et surtout heureuse d’avoir pu voir un lever de soleil comme j’en avais rêvé ! Et sans avoir le temps de crever de froid comme l’année précédente. Les paysages qu’on aperçoit en faisant le tour du cratère sont aussi merveilleux.

L’année prochaine encore j’y retournerai ! 🗻😎

Résumé des dépenses

  • Nourriture et boissons au konbini : 514¥
  • Barres énergétiques et lingettes rafraîchissantes (achetés chez L-Breath) : 2079¥
  • Bus (バス) : 3100¥ (aller-retour de Fujinomiya à la cinquième station, ticket à acheter près des arrêts de bus à côté de la station)
  • Toilettes (トイレ🚾) : 1300¥
  • Don pour l’ascension (富士山保全協力金) : 1000¥
  • Shoyu Ramen dégusté au sommet (醤油ラーメン) : 900¥
  • Poste (郵便) : 610¥

Total : 9 503¥. Comptez donc en moyenne entre 7 000 et 12 000¥ pour l’ascension du circuit Fujinomiya.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – Winding Road

2

▶ Road Trip à Hokkaido (4) : Le Guide de Kimi – Tome 1

Que retenir d’un road trip à Hokkaido (北海道) ?
Quelles sont les choses à ne pas manquer pour rendre ce voyage exceptionnel ?

Hokkaido a beaucoup de merveilles à offrir, de beaux paysages à admirer. Que ce soit ses petits villages, ses montagnes et volcans, ses bords de mer et ses falaises. Hokkaido surprend par sa nature riche que l’on découvre en parcourant ses routes et ses sentiers de randonnée.

Globalement, le climat en été est couvert comme il peut être très ensoleillé avec de la chance… Nuageux et avec du brouillard en montagne. Beaucoup de vent en bord de mer. Pas de saison des pluies mais une météo qui change rapidement ! Il peut faire ensoleillé le matin et pluvieux l’après-midi. Ça peut aller jusqu’à la pluie torrentielle ! Pas d’humidité, les températures sont assez douces, parfois hautes en cas de soleil. Mais elles peuvent chuter la nuit. Donc justement, pensez au cas où à vous couvrir en soirée pour supporter la petite fraîcheur de la nuit. Si vous n’aimez pas l’hiver, venez à Hokkaido en été, c’est bien pour profiter pleinement de cette saison sans trop avoir chaud mais avec le risque de devoir annuler certaines excursions à cause du mauvais temps.

Les endroits très touristiques attirent beaucoup de chinois et coréens en voyage organisé. Bonjour les gros clichés… On retrouve le genre bruyant, malpoli, toujours le smartphone et la perche à selfie à portée de mains pour prendre des photos dépourvues d’originalités tous les 100 mètres, plusieurs clichés au même endroit juste pour montrer que « J’y étais !! Hihihi ! », fringues parfois inappropriés… Si vous voulez être au calme et profiter de la nature, faites les circuits de randonnée ou allez dans les endroits moins connus et moins facile d’accès, ils n’y seront pas !

Voici une première partie des visites et activités recommandées par Kimi pour un road trip inoubliable ! On commence le voyage par Sapporo et Shikotsu !

SAPPORO (札幌)

Pendant un voyage à Hokkaido, on peut soit commencer, soit terminer par Sapporo, ou les deux ! Cette ville représentative d’Hokkaido, avec de grandes avenues, de hauts buildings, a un air rappelant un peu le centre de Tokyo mais avec moins de personnes et plus de montagnes autour. En tout cas, à pied, c’est agréable de s’y promener.

Le contact avec les habitants l’est moins en revanche. Personnel peu accueillant dans les lieux touristiques, peu aimable dans les restaurants. Ont-ils un problème avec les touristes étrangers ? Ou sont-ils fatigués d’en croiser autant ? Faut avouer que parmi les nombreux touristes chinois et coréens, la plupart ne sont pas toujours très bien élevés ! En tout cas, ce n’est pas ce qui permet à tout autre visiteur de se sentir bien dans cette ville. Heureusement, plus on s’en éloigne et plus les gens sont adorables, même si la plupart ne parlent que japonais.

Malgré ça, Sapporo présente un certain charme et parcourir la ville à pied pour aller aux différents spots est sympathique. Il y a beaucoup de visites intéressantes qui occupent facilement plusieurs jours.

Un bon spot pour s’offrir une première vue globale de Sapporo, de jour comme de nuit : la TV Tower ! Implantée au bout du parc Odori et située à 15 minutes à pied de la gare de Sapporo et de la rue commerçante Tanukikoji, la tour est intelligemment bien localisée dans la ville ce qui fait qu’on ne peut pas passer à côté pendant notre promenade dans le centre-ville.

Ouvert de 9h00 à 22h00, du sous-sol rempli de restaurants et cafés à l’observatoire situé à une hauteur de 90 mètres en passant par les salles de jeux, d’arcades et les boutiques de souvenirs, la tour possède de nombreuses facilités et en fait d’elle une visite à caler dans son carnet de voyages. À l’observatoire, profitez d’un panorama de 360° et faites une petite prière au sanctuaire avant de tirer un omikuji (おみくじ). Attention, son accès est payant. Les tickets peuvent être achetés au troisième étage. Pour l’achat d’un ticket, vous recevez un coupon avec une réduction de 100 ¥ pour goûter une glace au lait, au chocolat ou bien au melon !

Avant ou après être monté à la TV tower, un passage par le parc Odori est immanquable ! Celui-ci s’étend d’est en ouest dans le centre-ville sur une longueur d’1,5 km entouré de boulevards et orné de parterres de fleurs, de pelouses, d’aires de jeux, de fontaines et de sculptures.

Son histoire a débuté en 1871 lorsqu’il a été construit en tant que pare-feu à grande échelle pour partager le centre-ville en deux avec la zone administrative au nord et la zone résidentielle et commerciale au sud. Avec son développement favorisé par la croissance de la ville, le parc s’est transformé en un espace de détente pour les habitants et les touristes internationaux. Il compte désormais jusqu’à 4700 arbres de 92 espèces, incluant le lilas, l’arbre représentatif de Sapporo et les parterres de fleurs sont réarrangés à chaque saison. Selon la période de l’année, il y a également des événements spéciaux comme le festival d’hiver Sapporo Snow Festival (さっぽろ雪まつり), des illuminations, le marathon d’Hokkaido (北海道マラソン), le festival Yosakoi Soran (よさこい祭) ou le festival d’été de Sapporo (さっぽろ夏まつり) !

Pendant le festival d’été par exemple, en plus d’y avoir le bon odori (盆踊り), le parc est partagé en plusieurs villages, chacun dédié à une marque de bière : Sapporo, Kirin, Asahi, Suntory… ainsi que le World Beer Square. Dans chacun d’eux, vous devez d’abord acheter un ticket pour avoir une table, puis vous commandez vos bières (bien sûr), boissons et nourriture et vous mangez et buvez en profitant des festivités et des animations. Les gens viennent nombreux et c’est à la fois une ambiance de fête d’été et d’Izakaya géant, que ce soit la journée ou en soirée. Le festival dure du 19 juillet au 14 août et on peut commander de 12h00 à 20h45.

Sa verdure et ses couleurs font un peu oublier qu’on se situe au centre de la ville, entouré par les buildings et des avenues bruyantes où circulent de nombreux véhicules. Les touristes comme les locaux aiment s’y promener et s’y détendre.

Après avoir profité de la vue de Sapporo depuis la TV tower et s’être détendu au parc Odori, entouré de verdure et de fleurs, un peu de shopping à Tanukikoji (狸小路商店街) ! Cette rue commerçante  est l’une des plus anciennes à Hokkaido. En 2018, elle fêtait ses 145 ans d’existence ! La rue s’étend du parc Soseikawa (創成川公園) à la septième avenue perpendiculaire (7丁目) avec de nombreux magasins en tous genres, des restaurants et aussi des hotels. S’y trouve également le sanctuaire Honjin Tanuki Daimyo (本陣狸大明神社), construit pour célébrer le 100ème anniversaire.

Recouverte d’un toit sur toute sa longueur, vous pouvez profiter de faire tranquillement du shopping toute l’année et peu importe les conditions météo ! En période de fêtes et d’événements spéciaux, des banderoles et des lanternes décorent en plus les plafonds de la rue. Shopping à la fois festif, agréable et animé, sans doute que vous pourrez y trouver les cadeaux et souvenirs parfaits !

Envie d’escalader des montagnes et vous hisser au sommet ? Alors tentez le Mont Moiwa ! Situé au sud de Sapporo, il est accessible en voiture ou avec le téléphérique (もいわロープウェイ).

En voiture, empruntez la route 82. Il faut payer le péage (2680¥). Vous pouvez aller jusqu’au sommet directement. Pour ceux qui n’ont pas de voiture, il y a une navette gratuite qui emmène jusqu’au téléphérique depuis la station de tramway Ropeway Iriguchi (ロープウェイ入口). La navette passe toutes les 15 minutes.

De la station de départ, Sanroku (山麓駅), vous allez jusqu’à la station Yamanakahara (山中腹駅) à 456m d’altitude en téléphérique et jusqu’au sommet à 531m d’altitude (山頂駅) en mini cable-car. L’aller-retour coûte 1700¥. Sans prendre le téléphérique ni la voiture, optez aussi pour l’ascension à pied jusqu’au sommet de jour et pour admirer la splendide vue de nuit. Le mont Moiwa offre de bons circuits sympathiques, en majorité rocheux avec beaucoup de verdure et d’arbres immenses. Sa forêt abrite une nature riche que l’on peut découvrir à travers cinq parcours.

Programme sympa dans le cas d’un séjour express en mode touriste : monter par le téléphérique en journée, admirer la vue de jour (qui n’est pas garantie en cas de pluie ou de brouillard), depuis le sommet effectuer un ou deux petits circuits de randonnée (par exemple, la route entre le point Umanose (馬の背) et le sommet prend environ 20 minutes et s’étend sur environ 1,1 km en pleine forêt) pour remonter enfin à la tombée de la nuit et admirer une nouvelle fois Sapporo mais de nuit, bien plus belle avec ses milliers de lumières.

• Sapporo TV Tower (さっぽろテレビ塔)
Adresse : 1 Odori Nishi, Chuo-ku, Sapporo (札幌中央区大通西1丁目)
Tarifs : 720¥
Accès : Sapporo Station (JR line) sortie sud, Odori Station (Tozai Line, Nanboku Line)
Site internet : http://www.tv-tower.co.jp

• Parc Odori (大通公園)
Adresse : 7 Odorinishi, Chuo-ku, Sapporo, Hokkaido (北海道札幌市中央区大通西7丁目)
Accès : Sapporo Station (JR line) sortie sud, Odori Station (Tozai Line, Nanboku Line)
Site internet : https://odori-park.jp/

• Tanukikoji Shopping Street (狸小路商店街)
Adresse : 1~7 Minami 2・3 Jo Nishi, Chuo-ku, Sapporo, Hokkaido (北海道札幌市中央区南2・3条西1~7丁目)
Accès : Odori Station (Tozai Line, Nanboku Line), Susukino Station (Nanboku Line), Tanukikoji Station (Sapporo Tramway)
Site internet : https://tanukikoji.or.jp

• Mont Moiwa (藻岩山)
Adresse : Moiwa Yama, Minami-ku, Sapporo, Hokkaido (北海道札幌市南区藻岩山)
Accès : Ropeway Iriguchi Station (Sapporo Tramway)
Site internet : http://www.moiwa.sapporo-dc.co.jp

SHIKOTSU (支笏)

Après les montagnes et les volcans, les paysages qui font d’Hokkaido une région magnifique, ce sont ses lacs. Entouré d’une verdure splendide et de montagnes, naturels ou artificiels, ils sont nombreux.

Le premier à découvrir en quittant Sapporo par exemple est le lac Shikotsu (支笏湖) situé à 50 km dans le grand parc national de Shikotsu-Toya. Il s’agit du second lac le plus profond du Japon après le lac Tazawa et est entouré de montagnes : le mont Eniwa au nord, le mont Fuppushi et le mont Tarumae au sud.

Un des principaux accès au lac est celui par Shikotsu Onsen (支笏湖温泉) qui comme son nom l’indique regorge de Onsen en plus de petites boutiques de souvenirs, restaurants et cafés. Ainsi, après une balade au lac ou dans les petites forêts voisines où on peut entendre le chant des oiseaux, pourquoi ne pas s’offrir un bon bain ? Mais attention, la plupart des Onsen ferment tôt aux visiteurs.

Si vous avez du temps et si vous aimez la randonnée, vous pouvez vous lancer dans l’ascension du Mont Tarumae (樽前山). Ce volcan actif culmine à 1 041 m d’altitude sur les rives du lac. C’est une montagne prisée pour la pratique de l’escalade à grande échelle.

Vous pouvez vous rendre à pied jusqu’à la 7ème station en 60 minutes environ ou directement en voiture. L’ascension depuis la 7ème station jusqu’au sommet prend environ 50 minutes. Vous pouvez profiter de la végétation alpine, de la vue magnifique sur le lac Shikotsu et l’océan Pacifique.

• Lac Shikotsu (支笏湖)
Adresse : Chitose, Hokkaido (北海道千歳市)
Parking : 500 ¥ la journée

• Mont Tarumae (樽前山)
Adresse : Tarumae, Tomakomai, Hokkaido (北海道苫小牧市樽前)
Site internet : http://www.city.tomakomai.hokkaido.jp/kankojoho/kankoannai/tarumaezan

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► Avicii – Wake Me Up