2

▶ Hot N Cold : Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Que ce soit en hiver ou au printemps, un bon bol de ramen bien chaud s’apprécie toujours pour réchauffer le corps froid ou le cœur pendant les périodes difficiles ! Hirakata (枚方市) est une ville qui ne manque pas de restaurants de ramen, tout comme les grandes villes d’ailleurs ! Le ramen est un plat phare et un symbole de la cuisine japonaise bien qu’il ait été importé de Chine au début du XXème siècle ! Grandes chaînes populaires ou petits restaurants locaux, il y a l’embarras du choix pour déguster une liste infinie de variétés de ramen, tantôt classiques, tantôt authentiques, chaque restaurant ou chaîne de restaurants possèdant une recette de sa propre création !

Le restaurant de ramen dans lequel Kimi vous emmène à travers cet article est Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭), une très bonne chaîne de restaurants de ramen à laquelle elle est devenue habituée depuis avril 2020 ! Vers l’infini et le ramen !

🤗 Bienvenue chez Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭へようこそ)

Rai Rai Tei (来来亭) est une chaîne de restaurants de ramen répandue dans tous le pays mais surtout dans le Kansai (関西). Ce qui est logique car ce qui fait la réputation de cette chaîne, c’est son ramen préparé dans le style des ramen de Kyoto, avec un bouillon de poulet accompagné de sauce soja (醤油味の鶏ガラスープ). Une soupe onctueuse qui se boit jusqu’à la dernière gorgée et dans laquelle baignent des nouilles épaisses ou fines surmontées de plusieurs accompagnements tels que l’oignon vert (ネギ) ou les pousses de bambou (メンマ)… Un bol de ramen qui plaît autant aux petits qu’aux grands !

Dans le restaurant situé à Hirakata Shodai (枚方招提店), c’est ambiance conviviale et chaleureuse. Au choix, il y a des tables basses pour les groupes et les familles, ou bien un comptoir pour les plus solitaires. Ces derniers sont souvent pris d’assaut à l’heure du déjeuner et le weekend. Il faut dire que le restaurant n’est pas immense !

Le personnel se veut très gentil et serviable. Sans doute habitué à voir le plus souvent des clients locaux, quand un résident étranger ou un voyageur parvient à faire sa commande en japonais avec un menu uniquement en japonais, il se montre plutôt impressionné et une petite conversation chaleureuse s’en suit. Le client peut alors se sentir davantage à l’aise et impatient de recevoir sa commande !

📜 Le menu (メニュー)

Si le ramen à la sauce soja reste la principale recommandation pour les nouveaux clients, le menu propose également des miso ramen (味噌ラーメン), shio ramen (塩ラーメン) doux et léger avec un tout petit zeste de citron, des ramen épicés… De plus, pour les clients plus exigeants, il est possible de choisir la fermeté des nouilles (麺の堅さ, men no katasa), la densité de la sauce soja (醤油の濃さ, shōyu no kosa), la dose de gras (背脂の量, seabura no ryō), demander à retirer ou non les épices (一味唐辛子を抜くか否か, ichimi tōgarashi wo nuku ka hi ka) et compléter avec divers accompagnements comme un œuf (味玉子), ou plus de viande chashu (チャーシュー) et d’oignons verts (ネギ). Et si un bol de ramen (déjà bien consistant) ne suffit pas, il y a toujours d’autres petits plats pour l’accompagner : karaage (唐揚げ), riz (ご飯), riz cantonnais (チャーハン), gyoza nature (餃子) ou au fromage fondu (チーズのせ餃子), et bien d’autres !

Pour lutter contre le natsubate (夏バテ, coup de chaleur), Rai Rai Tei possède aussi un bon compromis ! Étant donné qu’à l’approche de l’été les Japonais ont pour coutume de manger des nouilles froides, Rai Rai Tei propose donc dans son menu ce qu’on appelle des reimen (冷麺, rei pour froid et men pour nouilles). Concrètement, c’est la même chose que des ramen classiques, c’est-à-dire, des nouilles, un bouillon (en plus petite quantité, c’est plutôt une sauce) et des accompagnements, sauf que le plat se consomme froid. Ils ne sont pas servis dans un bol mais une assiette creuse et il n’est pas utile d’avoir une cuillère.

Normalement c’est un plat qui est originaire de Corée du Nord mais qui a très vite fait sa réputation au Japon. Si on peut en manger dans des restaurants de ramen on en trouve également dans les konbinis et les supermarchés. C’est aussi un plat très facile à réaliser : il suffit de cuire les nouilles, de les rafraichir à l’eau froid, préparer le bouillon et le laisser refroidir au réfrigérateur. Les accompagnements diffèrent légèrement de ceux d’un bol de ramen classique mais après, chacun est libre d’ajouter ceux de son choix. Généralement on y ajoute : du concombre bien frais, du bacon ou du porc, de l’omelette tous coupés en fine lamelles, un œuf dur (玉子), du kimchi (キムチ), de l’oignon vert (ネギ) ou des lamelles d’algue séchée nori (のり).

Après quand on a pas envie de cuisiner, c’est toujours mieux de savourer un bon plat dans un restaurant qu’on apprécie. Et pour ça, Rai Rai Tei est un très bon ami ! Quand il est l’heure de manger et que c’est l’envie de manger des nouilles qui l’emporte, on peut visiter Rai Rai Tei même en été pour profiter de son un bol de reimen classique (冷麺), ou un plus spécial (特製冷麺, tokusei reimen) avec un œuf (味玉子) et du kimchi (キムチ).

Chacun des bols de ramen affichés sur le menu peuvent être consommés seuls (単品) ou accompagnés dans un menu (定食) contenant par exemple des gyoza (餃子) ou du karaage (唐揚げ) avec une demie-portion de riz cantonais (半チャーハン) pour moins de 1 500 ¥.

🍜 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

Testés et approuvés, l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) et l’umakara men (旨辛麺) sont particulièrement délicieux et piquants (attention pour les plus sensibles aux épices). Les nouilles sont épaisses et fondantes, surmontées de beaucoup d’oignons verts ou d’épinards, de pousses de bambou et de tranches généreuses de viande. Le bouillon de l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) est onctueux et savoureux sur lequel flottent des graines de sésame, avec la bonne dose d’épices (一味唐辛子) contrairement à ce que peut laisser penser la couleur. Il en est de même pour l’umakara men (旨辛麺) dont la dose d’épices peut être choisie entre plusieurs niveaux.

Kimi a également profité d’une autre visite pour tester le curry ramen (カレーラーメン) avec un œuf (味玉子) en topping accompagné toujours de riz cantonnais (チャーハン) et de karaage (唐揚げ) bien croustillant en menu. Un régal à 1 490 ¥ qui remplit sans conteste l’estomac. Le curry est bien épicé, les nouilles sont épaisses et tendres. À goûter à la moindre occasion, le curry ramen de Rai Rai Tei est une valeur sûre ! Attention cependant aux tâches d’éclaboussure ! Le staff peut fournir un tablier en papier en cas d’accident.

En été, les nouilles servies dans les reimen sont rafraîchissantes bien qu’un peu fermes. La sauce est onctueuse et le kimchi apporte la petite touche épicée.

❣️ Verdict ? (結論は?)

À chaque visite, on quitte les lieux satisfait et reboosté sous des remerciements à la manière du Kansai, les membres du staff disant merci dans le dialecte de la région, Ookini (おおきに). Mission accomplie pour cette chaîne, on continuera d’y revenir muni de la carte de fidélité pour cumuler des points et recevoir une petite réduction !

💡 Infos pratiques (住所・アクセス)

Ramen Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp/
Facebook : rairaitei | Instagram : @rairaitei_2000

Retrouvez une de nos visites de Ramen Rai Rai Tei en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryHot N Cold

3

▶ Attrapez-les tous : Pokémon Cafe (ポケモンカフェ)

Vous avez toujours eu envie de manger aux côtés de Pikachu et Evoli ? De goûter à des plats mignons à l’effigie des Pokémons qui ont marqué plusieurs générations ? Au Japon il y a bien sûr un endroit pour ça : le Pokémon Cafe !

Il aurait été étonnant qu’il n’y ait pas de Pokémon Cafe au Japon, le pays natal de ces créatures mignonnes, attachantes et parfois effrayantes ! Et à l’heure actuelle au Japon deux cafés existent : un à Tokyo et un à Osaka.

Attrapez-les tous ! Ou plutôt, mangez-les tous ?! Dans cet article, Kimi vous emmène goûter à la cuisine et à l’ambiance bon enfant du Pokémon Cafe !

🤗 Bienvenue au Pokemon Cafe (ポケモンカフェへようこそ)

Il n’est pas possible de se rendre au café en mode touriste sur un coup de tête. Une réservation en ligne est obligatoire. On peut réserver jusqu’à un mois en avance ce qui garantie le choix de l’horaire. Les réservations sont très vite complètes. On ne peut obtenir (difficilement) qu’une table le mois suivant et pas plus tôt. L’annulation est possible à tout moment et un dernier mail de confirmation est envoyé deux jours avant. Avec la pandémie, ce fut une galère de enfin pouvoir y aller à cause des réservations souvent complètes et des États d’urgence pendant lesquels le café était fermé.

Il est préférable de se présenter 10 minutes avant l’heure de sa réservation. En cas de retard de plus de 15 minutes sans prévenir, la réservation est automatiquement annulée. Comme le café est bondé à quasiment toutes les plages horaires, chaque réservation permet de rester 1h30 dans le café seulement. La dernière commande (last order) est passée 30 minutes avant.

C’est spacieux, Pikachu et ses amis sont partout. Les tables et les sièges sont assez larges et confortables. Chaque client dispose d’un napperon en papier sur lequel sont déposés les plats et boissons commandés et qu’il peut emporter en guise de souvenir. On mange entouré de nos Pokémons préférés, il y en a toujours au moins un à proximité pour nous tenir compagnie quand on vient seul(e). Il y règne une ambiance bon enfant et détendue, la déco mignonne avec les peluches de Pikachu et des statues de Pokémons permet de se créer de beaux souvenirs en photos librement. Les serveurs sont vêtus de jolis uniformes et très chaleureux.

Pas seulement de la nourriture, le client peut s’offrir des goodies exclusifs au café. Il peut effectuer ses achats sur place mais aussi lors de sa réservation en ligne et les récupérer le jour de sa venue.

📜 Le menu (メニュー)

On effectue la commande par le biais d’une tablette. Le menu est disponible dans plusieurs langues (anglais, coréen, chinois…) et propose des plats, des desserts, des boissons. On peut donc y venir aussi bien pour le déjeuner que pour la petite collation de l’après-midi ou juste pour boire un café. La liste n’est cependant pas très longue ! Trois plats principaux à l’effigie de Pikachu, Evoli et Ronflex mêlant à la fois cuisine japonaise et occidentale. Pour le dessert il y a le choix entre pancake souffé, parfait au chocolat, et un dessert surprise enfermé dans une Pokéball ! Enfin pour les boissons, c’est plus large avec du thé, du café, des jus et des soda à plusieurs saveurs… Les prix sont assez élevés, entre 1 000 ¥ et 3 000 ¥ qui incluent la cuisine bien sûr, mais sans doute en plus le service, les décorations et la vaisselle spéciale utilisée. D’ailleurs, cette vaisselle exclusive est aussi en vente à la boutique ! Chaque commande de boisson effectuée permet d’obtenir en cadeau un dessous de verre en plastique.

Il y a également un menu spécial en édition limitée renouvelé régulièrement. Il s’agit la plupart du temps de deux plats et un dessert. Leur consommation permet de recevoir des petits cadeaux comme des autocollants par exemple.

🍱 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

Pourquoi ne pas commencer par un bon smoothie aux raisins avec un petit cookie ? Rafraîchissant et doux, chaque gorgée se savoure avec plaisir et offre une tres bonne mise en bouche pour la suite du dejeuner ! Le verre à l’effigie du Pokémon Ectoplasma est très stylé avec la led à l’intérieur. Sans doute la boisson à tester !

Place ensuite aux plats qui sont joliment bien présentés. C’est très mignon si bien qu’on ne sait pas vers quel plat porter son choix pour ensuite hésiter à entammer la dégustation ! Et surtout, est-ce aussi bon que beau ?

Pour une première visite, on profite du plat spécial Pikachu’s Makeup composé de riz au poulet, steak de Hambourg, boulette de viande, fromage, jambon, omelette, soupe à l’oignon avec macaronis, sauce blanche au fromage et salade. Une Pikachu en omurice toute coquette avec des rubans et des cœurs en jambon ! Oui l’esthétique est aussi de mise ! C’est mignon à regarder et bien bon à manger. Les portions sont correctes et régalent. Certains plats peuvent sembler petits pour les gros mangeurs mais ils contiennent divers aliments en quantité normale qui convient aux Japonais. Dommage qu’il manque cependant d’un couteau pour couper le steak !

Après le régal du plat et du smoothie, on termine par le dessert spécial du moment : le tiramisu au matcha ! Il arrive dans une large assiette entouré de chiffon cake au matcha en miettes et du mignon Pokémon en marshmallow. Le bouquet final de cette expérience qui nous replonge en enfance !

❣️ Verdict ? (結論は?)

Rare que le client ressorte déçu, bien que la note finale soit salée ! Compter en moyenne 6 000 ¥ par personne pour un menu complet incluant boisson, plat et dessert. Ambiance conviviale et joyeuse, plats mignons et bons. On passe un bon moment avec nos Pokémons préférés !

💡 Infos pratiques (住所・アクセス)

Pokémon Cafe Tokyo-Nipponbashi (ポケモンカフェ 東京・日本橋)
Adresse : Nipponbashi Takashimaya SC East Building 5F, 2-11-2 Nipponbashi, Chuo-ku, Tokyo (東京都中央区日本橋二丁目11番2号 日本橋髙島屋S.C.東館 5階)
Accès : Nipponbashi Station (Tozai Line, Ginza Line) sortie B2

Pokémon Cafe Osaka-Shinsaibashi(ポケモンカフェ 大阪・心斎橋)
Adresse : Daimaru Shinsaibashi Main Building 9F, 1-7-1 Shinsaibashisuji, Chuo-ku, Osaka (大阪府大阪市中央区心斎橋筋1-7-1 大丸心斎橋店 本館9階)
Accès : Shinsaibashi Station (Midosuji Line) sortie 4

Site internet : https://www.pokemoncenter-online.com/cafe/
Facebook : Pokemon Co Jp | Instagram : @pokemon_jpn | Twitter : @Pokemon_copjp
Youtube : PokemonCoJp

Retrouvez la visite du Pokémon Cafe en vidéo sur Tik Tok !

@kimi_no_blue_travel

Déjeuner au #Pokemon Cafe d’Osaka ! Ambiance bon enfant, plats mignons et bons. Un bon moment avec nos Pokémons préférés. #関西 #japan #日本 #delicious

♬ son original – Kimi – Kimi

♫ Un article = Une chanson ► Pokémon ! Attrapez-les tous !

2

▶ Comme un homme : Kodomo no Hi (こどもの日)

Au Japon, chaque personne a droit à son jour de fête, y compris les enfants ! Kodomo no Hi (こどもの日) correspond à cette journée. Celle-ci a lieu le 5 mai et étant un jour férié, elle clôture en même temps la Golden Week. Cependant, si Kodomo no Hi signifie littéralement « journée des enfants », cette fête est particulièrement destinée aux petits garçons ! Après la fête destinée aux petites filles avec Hina Matsuri (雛祭り, ひな祭り), c’est au tour des petits garçons !

Originellement appelée Tango no sekku (端午の節句), les familles prient pour la santé et le succès futur de leurs fils. Cette fête est célébrée dans la plupart des foyers, mais aussi dans les écoles maternelles où les banderoles de carpe 🎏 sont suspendues dans la cour de récréation. Les enfants et enseignants reçoivent un kashiwa mochi (柏餅) à déguster.

Histoire de Kodomo no Hi (こどもの日の物語)

Fête d’origine chinoise, Tango no sekku (端午の節句) fut introduite à la cour impériale pendant l’époque de Nara (VIIIe siècle). On accrochait des feuilles d’acore odorant (菖蒲, shōbu) et de yomogi (ヨモギ) aux avant-toits des maisons. À la cour, on suspendait également aux piliers des kusudama (くす玉, couronnes d’herbes médicinales) où étaient entremêlés notamment de l’armoise et de l’iris et desquels pendaient de longs fils de cinq couleurs, symboles de longévité. On se livrait à des jeux à caractère héroïque comme le tir à l’arc ou les courses de chevaux qui se sont déroulés jusqu’à l’époque Edo pendant laquelle ils furent interdits car considérés comme dangereux.

C’est entre l’époque de Kamakura et l’ère Edo que Tango no sekku (端午の節句) est popularisée en tant que fête des garçons. Pendant la période de Kamakura, les rites du Tango sont laissés à l’abandon à la cour pendant que du côté du peuple se répand la tradition du shōbu-yu (bain d’iris).

Le kashiwa mochi (柏餅), douceur et symbole de Kodomo no Hi

À l’occasion de cette journée des enfants, on savoure le kashiwa mochi (柏餅). Délicieuse pâtisserie japonaise, il est notamment idéal pour le dessert 😋 !

Il s’agit d’un mochi (gâteau de riz gluant) à la forme plate et ronde fourré avec de la pâte de haricots rouges sucrée (餡, an) et enroulé dans une feuille de chêne (柏, kashiwa). Les feuilles de chêne représentent la prospérité car elles ne doivent pas tomber avant que les nouveaux bourgeons n’apparaissent, ce qui symbolise que les parents ne doivent pas mourir tant que les enfants ne sont pas nés. Originaire de Tokyo et populaire dans l’est du Japon notamment, on en consomme dans tous le pays pour célébrer cette fête nationale de Kodomo no Hi.

Question que l’on peut se poser. Faut-il aussi manger la feuille ? Les feuilles de chêne kashiwa ne sont fondamentalement pas comestibles donc il n’est pas recommandé de les manger. Cependant comme elles recouvrent le mochi, il n’y a pour autant pas de mal à les manger, mais elles possèdent une saveur amère, ce qui peut gâcher la texture et le goût du mochi.

Les autres spécialités et festivités de Kodomo no Hi

Même si cette fête est de nos jours consacrée à tous les enfants, elle reste encore ancrée dans la tradition et dans son histoire, et célèbre toujours plus particulièrement les garçons. On suspend encore des feuilles de shōbu et de yomogi aux portes des maisons pour conjurer le mauvais sort. Tous les enfants prennent des shōbu-yu (bains d’iris). Ils ont parfois même le droit de boire du saké aromatisé à l’iris. Ils peuvent aussi déguster en plus des kashiwa mochi (かしわ餅) des chimaki (ちまき, riz gluant fourré et enveloppé par des feuilles de bambou).

Les familles ayant des garçons exposent une gogatsu ningyō (五月人形, poupée de mai) dans le tokonoma (床の間) de la maison et suspendant des banderoles de carpe 🎏 (鯉幟, koi nobori), les uns symbolisant le pouvoir et le succès, les autres la force et la persévérence.

Si pour Hina Matsuri, les festivités prennent fin le soir-même, les banderoles de carpe sont suspendus pendant plusieurs jours avant et après le 5 mai. Kodomo no Hi, une fête durant laquelle règne l’espoir de voir son petit garçon devenir un grand homme !


♫ Un article = Une chanson ► MulanComme un homme

3

▶ Take me Home : La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Hébergements

Pour toute personne entrant au Japon, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) impose 14 jours d’isolement (隔離) qui débute le jour suivant celui de l’arrivée au Japon pour prévenir la propagation du COVID-19 et de ses différents variants. Le lieu de quarantaine est en général le domicile ou un autre endroit choisi par le résident. Cependant, selon le pays de provenance et si ce pays est plus ou moins touché par le virus, la totalité ou une partie de la quarantaine doit s’effectuer dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. 

En tant qu’expatriée française revenue au Japon à la date du 4 janvier 2022, Kimi vous liste dans cet article les différents hébergements et lieux de quarantaine ainsi que leurs déroulement. Attention : notez que depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 jours à 10 jours. 


La quarantaine dans un hébergement sécurisé

安全な建設での検疫


Selon les mesures imposées par le gouvernement japonais, les personnes entrant au Japon en provenance de la France doivent passer d’abord 6 jours dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. Il s’agit d’hôtels 2 à 4 étoiles fermés aux touristes habituels et réaménagés de façon à accueillir les arrivants pour leur période d’isolement. Entre autres, le groupe hôtelier japonais APAHOTEL (アパホテル) a mis à disposition une grande partie de ses hôtels autour des aéroports de Narita, Haneda et du Kansai. Les frais sont entièrement pris en charge par le gouvernement et aucune réservation n’est requise. La répartition dans ces hébergements s’effectue aléatoirement et il n’est pas possible de choisir sa chambre ni la localisation.

Ci-dessous, pour se faire une idée de l’environnement et du confort, une courte liste des hôtels actuellement réaménagés parmi un grand nombre d’autres :

▶ À propos de l’hébergement sécurisé (安全な施設について)

Le jour de l’admission dans l’hébergement sécurisé est considéré comme le jour 0. Le check-out s’effectue le jour 6 entre 16h et 18h dans le cas d’un résultat négatif au test de dépistage. Si l’heure de départ est décidée, informer le personnel.

Une fois admis dans l’hébergement, il n’est pas du tout possible de se rendre à l’extérieur. Il faut s’assurer de porter un masque pour ouvrir la porte au moment de récupérer son repas, déposer ses déchets, récupérer ses commandes, etc… Il est interdit de fumer dans l’hébergement et de consommer de l’alcool au risque que les résultats de test soient erronés.

Il y a un téléphone dans chaque chambre utilisé seulement pour les appels internes. Les appels externes peuvent être transmis via la réception de l’hôtel. Si le résident ne répond pas aux appels du staff, ou en cas de suspicion, ce dernier se réserve le droit de déverrouiller la chambre et d’y entrer pour des raisons de sécurité. La réception est ouverte en général de 7h à 21h. Elle reste cependant disponible après 21h le jour de l’admission et pour les cas urgents.

Les chambres sont étroites mais demeurent confortables avec le nécessaire pour la toilette, des serviettes, des yukata, du thé, la TV (avec parfois la VOD gratuite exceptionnellement) et le Wi-Fi. Selon les hôtels et les disponibilités, il se peut que les chambres soient plus grandes et plus luxueuses. Bien sûr, comme il s’agit d’une quarantaine, le ménage n’est pas fait quotidiennement et il n’est pas possible d’utiliser la laverie. En cas d’un quelconque besoin (serviettes, oreiller supplémentaire, dentifrice, lessive), appeler directement la réception.

Les résidents peuvent se faire livrer leurs achats personnels à condition qu’il ne s’agisse pas de nourriture fraîche ou d’alcool en raison de possible intoxication ou du fait que les résultats de test peuvent être impactés. Dès qu’une commande est passée, le personnel doit en être informé pour pouvoir la déposer devant la chambre et vérifier son contenu avec le résident. Les livraisons doivent être planifiées aux horaires d’ouverture de la réception.

▶ Check-in (入所)

À l’arrivée, les résidents sont accueillis et guidés par le personnel en grand effectif à l’accueil. L’entrée s’effectue par celle réservée normalement au personnel et aux livraisons et non par l’entrée principale. Ce n’est pas la même atmosphère que si on se rend dans le même hôtel en tant que touriste pour des vacances. À l’accueil, trois réceptionnistes qui l’une après l’autre effectuent respectivement les tâches suivantes : réception du formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項), distribution d’un thermomètre avec une fiche de contrôle de la santé et un guide, et enfin remise de la clef de la chambre. Les voyageurs doivent directement rejoindre leur chambre sous la surveillance de plusieurs membres du personnel près des ascenseurs et dans les couloirs. Une seule personne par ascenseur est autorisée et il ne faut rien toucher à part ses propres bagages jusqu’à la chambre. Une fois installé, il faut confirmer l’arrivée sur le lieu de quarantaine avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ Repas (食事)

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner sont servis respectivement à 8h00, 12h30 et 18h00. Une fois déposé devant la porte de chaque chambre, il est possible de récupérer le repas une fois l’annonce faite par le service de quarantaine via le haut-parleur de toutes les chambres. Il faut le récupérer rapidement sinon en cas d’oubli, le service de quarantaine rappelle via le téléphone de la chambre. Une fois terminé, il faut trier et disposer les déchets dans des sacs plastiques devant la porte de sa chambre comme indiqué dans le guide fourni par le service de quarantaine. À Osaka, par exemple, on sépare les déchets combustibles (燃えるゴミ) comme le papier (紙類), les baguettes (お箸) et les restes de nourriture (食べ残し) et les déchets non-combustibles (燃えないゴミ) comme les boîtes à repas (弁当容器) et le plastique (プラスチック類). Il faut disposer selon ce tri sélectif les déchets dans deux sacs poubelles. En ce qui concerne les bouteilles (ビン), les canettes (缶) et les bouteilles en plastique (プラスチックボトル), celles-ci ne sont pas collectées et doivent être gardées et laissées dans la chambre jusqu’au départ.

Les repas sont servis dans des boîtes à bento (弁当) jetables en plastique, certaines joliment décorées. Il s’agit de bento que l’on peut retrouver en supermarché livrés par l’équivalent de nos traiteurs en France, dit des kyūshoku kaisha (給食会社, entreprises livrant des déjeuners). Il y a donc divers aliments qui sont consommés froids (même le riz). Selon les différents hébergements sécurisés, les bento peuvent être meilleurs, plus gros et le menu plus ou moins varié. Il y a également des plats végétariens qui peuvent s’avérer meilleurs puisqu’ils contiennent plus de légumes et de féculents.

Voici quelques exemples de menu. Le petit-déjeuner se veut en partie occidental, mélangeant salé et sucré. Il y a du pain avec du beurre et de la confiture, un œuf dur ou une omelette, du bacon ou des saucisses, un peu de salade, un pot de gelée… Cependant, aucune boisson chaude. Pas de café, il faut se contenter du thé disposé dans la chambre ou en faire la demande à la réception et il n’y a pas de lait non plus. Parfois il arrive que le pain soit remplacé par du riz. Pour la boisson, c’est de l’eau et parfois un jus de fruits. Au déjeuner, c’est plus japonisant et on retrouve les aliments typiques du bento : du riz, des légumes, des tsukemono (pickles, produits saumurés), de la viande ou du poisson, des fritures, des gyoza… Il est accompagné d’une bouteille de thé ōlong (ウーロン茶, 烏龍茶). Pour le dîner, il y a un sachet de soupe miso (みそ汁) histoire de consommer quelque chose de chaud. Puis, comme pour le déjeuner, les aliments habituels du bento. Le tout servi avec une bouteille de thé vert (緑茶).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est assez bon mais parfois un peu lourd, consistant et pas toujours très équilibré. Sachant que l’on passe la journée enfermé, il vaut mieux essayer de bouger et de faire un peu d’exercice. Au fil des jours, on sent que les menus ne sont pas très variés non plus et qu’il y a souvent des aliments typiques de la cuisine japonaise mais qui ne sont pas forcément appréciés des étrangers. Ces aliments particuliers et forts en saveur comme la prune séchée ou les épices shichimi sont-ils ajoutés pour tester notre perte de goût ? Peut-être… Mais des plats plus neutres et avec une touche occidentale de temps en temps passeraient mieux.

▶ Suivi de l’état de santé (体調確認)

Matin et soir, il faut vérifier sa température corporelle et la noter sur la fiche de contrôle. Si elle dépasse 37,5 °C et si des symptômes apparaissent (difficulté respiratoire, toux, mal de gorge, fatigue, perte du goût et de l’odorat…) contacter immédiatement la réception.

▶ Utilisation des applications (アプリ使用)

Une fois admis dans son hébergement sécurisé, il faut enregistrer son lieu de quarantaine via l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ». Quand une personne change de lieu de quarantaine pour diverses raisons ou pour terminer la quarantaine à domicile, il faut à nouveau faire ce « check-in » pour enregistrer sa localisation.

Tous les jours, il faut renseigner la présence ou l’absence de symptômes et son état de santé via l’application MySOS. Répondre par oui ou non aux questions. Si c’est oui, il est recommandé de contacter le centre de consultation le plus proche pour donner plus de détails. Si cela n’est pas fait, un centre de consultations contactera directement la personne pour obtenir plus de détails.

L’application MySOS envoie aussi plusieurs fois par jour (3 à 5 fois) à des heures non fixées une notification pour demander à confirmer qu’on se trouve bien dans notre lieu de quarantaine. On peut confirmer sa localisation par 3 méthodes selon la notification reçue :
• en appuyant pendant plus de 5 secondes sur le bouton « I’m here » de l’application;
• en répondant à un appel vidéo d’une intelligence artificielle durant lequel on se filme pendant 30 secondes le temps de l’enregistrement. Il faut s’assurer que l’espace dans lequel on se se trouve soit bien visible (pas besoin de parler);
• en répondant à un appel venant d’un technicien.

▶ Test de dépistage (検査)

Un test salivaire est effectué au 3e et 6e jour de quarantaine. Il doit être effectué dans la chambre et immédiatement après le réveil, à environ 6h30. Il ne faut pas se gargariser, se brosser les dents, boire ou manger avant le test. De même, pour éviter que l’échantillon ne soit pas mauvais et puisse être correctement mesuré, il ne faut pas effectuer le test le jour avant la date prévue et ajouter une quantité suffisante pour remplir la partie triangulaire du pot.

Les kits de test sont distribués le jour avant la date de test et déposés devant chaque chambre. Après collecte de l’échantillon, remettre le pot dans un sac plastique et l’accrocher à la porte de la chambre. Les résultats sont communiqués individuellement par téléphone le jour-même entre midi et 16h.

Si le résultat du test du 6e jour est négatif, le résident peut quitter l’hébergement sécurisé et rejoindre son domicile pour y terminer sa quarantaine. En revanche, si il est positif au 3e ou 6e jour, la personne infectée est transférée dans un nouveau lieu de quarantaine le soir-même. Avant de quitter sa chambre, elle doit s’assurer de jeter tous ses déchets dans des poubelles réservées aux personnes infectées. Elle rapporte également le résultat positif sur l’application COCOA afin de prévenir les cas contacts.

▶ Check-out (退所)

En principe, le résident peut quitter l’établissement le 6e jour après connaissance du résultat négatif à son test en fin de journée. Il doit informer dès lors l’heure à laquelle il compte quitter les lieux et par quel moyen de transport pour rejoindre son domicile. L’utilisation des transports en commun est interdite puisque la quarantaine n’est pas encore terminée et il faut s’orienter vers des véhicules privés ou le véhicule d’un ami ou membre de la famille tant que ce dernier prend toutes les précautions nécessaires et ne vit pas sous le même toit. Certains hébergements renvoient les résidents à l’aéroport par l’intermédiaire d’une navette à une heure fixée en début ou milieu d’après-midi. Après quoi de l’aéroport chaque résident rejoint son autre lieu de quarantaine par un moyen autre que les transports en commun. Au moment du départ, remettre la fiche de contrôle avec le thermomètre et la clef. Le résident rejoint son véhicule sous la surveillance du personnel.


La quarantaine dans un hébergement réservé aux personnes infectées

感染者施設での検疫


▶ Transfert et check-in (移転と入所)

La personne est emmenée dans son (nouveau) lieu de quarantaine par un véhicule privé ou une ambulance (救急車). Elle est guidée par plusieurs membres du personnel doublement protégés, maintenant au maximum les distances de sécurité et en prenant l’ascenseur séparément.

Si la personne infectée a séjourné avant dans un hébergement sécurisé, elle doit partir le soir-même du test et déposer ses déchets dans des poubelles réservées aux personnes infectées avant de quitter sa chambre. Cela sert à éviter toute contamination dans l’hébergement. Les documents la concernant remis à l’admission dans le premier hébergement sont transmis à la réception du nouvel hébergement.

À l’arrivée, la réception remet un guide, une fiche de contrôle de l’état de santé avec un thermomètre, un questionnaire à remettre au départ de l’établissement, des masques et la clef de la chambre. Le personnel contrôle la température corporelle et l’oxygène et vérifie la présence de symptômes. Puis le patient est amené jusqu’à sa chambre. Une fois installé, il faut confirmer l’arrivée sur le nouveau lieu de quarantaine avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ À propos de l’hébergement réservé aux personnes infectées (感染者施設について)

Les conditions de séjour sont un peu semblables à celles d’un hébergement sécurisé pour les non-infectés. Que ce soit après l’arrivée au Japon ou suite à un changement d’hébergement, le jour de l’admission est considéré comme le jour 0. La personne doit rester isolée aussi longtemps qu’elle restera contagieuse et effectue à partir du 9e jour après l’entrée au Japon un test salivaire tous les jours pour une sortie possible au 11e jour. Une fois que la personne obtient un résultat négatif pendant 2 jours consécutifs, elle peut quitter l’établissement et la quarantaine se termine. Tant qu’il n’y a pas de résultats négatifs pendant 2 jours consécutifs, la personne doit poursuivre son séjour dans l’établissement.

Le personnel de la quarantaine se compose d’officiers, infirmières et médecins disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et la réception est ouverte de 7h à 20h. Si le résident a besoin de quelque chose (eau, serviettes, draps de rechange…), elle peut en faire la demande par téléphone. Il est possible de demander des médicaments dans la limite des stocks disponibles et selon le symptôme.

Les hébergements pour personnes infectées se situent le plus souvent pas loin de l’aéroport et les chambres sont assez spacieuses avec du rangement. Il y a affaires de toilette, serviettes, draps de rechange, la TV et le Wi-Fi. Une laverie est disponible gratuitement. Il faut en informer le staff la veille du jour d’utilisation souhaité. Des lingettes désinfectantes et autres produits ménagers sont mis à disposition dans chaque chambre pour faire le ménage et désinfecter régulièrement.

Une fois admis dans l’établissement on ne peut pas sortir, il faut porter un masque en cas de nécessité, penser à aérer sa chambre régulièrement et se laver les mains. Il est interdit de fumer, de consommer de l’alcool et de parler fort. Les déchets doivent être déposés devant la porte de la chambre. La collecte s’effectue une fois par jour à 14h. Aucun tri sélectif n’est demandé puisque étant des déchets de personnes infectées, donc des déchets contaminés, ils sont recyclés différemment.

Les résidents peuvent se faire livrer leurs achats ou affaires personnelles à l’hébergement. Il faut informer le staff du jour et de l’heure de livraison. La nourriture fraîche, surgelée, le tabac, l’alcool, les produits dangereux et électriques sont interdits. À la livraison, le staff vérifie le contenu avant de le déposer devant la chambre et d’informer le résident par téléphone.

▶ Repas (食事)

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner sont servis respectivement à 7h, 12h et 18h. Ils sont à chaque fois déposés devant la porte de la chambre. Une fois déposé, le personnel frappe à la porte ou appelle pour donner l’autorisation de se servir. Le déjeuner et le dîner sont servis dans des boîtes à bento comme tout autre hébergement, parfois accompagné d’un sachet de soupe miso. Le déjeuner est plutôt un repas léger (軽食, keishoku) par rapport au dîner qui ce compose souvent de friture comme le tonkatsu (とんかつ, porc pané). Le petit-déjeuner est une petite boîte en carton contenant du pain et/ou des viennoiseries, un fruit, une brique de jus de fruit, des bonbons et des sachets de thé vert.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

▶ Suivi de l’état de santé (体調確認)

Le personnel est plus vigilant et suit de près l’état de santé des résidents. En cas d’accident ou pour toute autre urgence, il faut appeler immédiatement le staff. Il faut vérifier sa température deux fois par jour, à environ 9h30 et 17h, et la noter en plus des symptômes sur la fiche de contrôle. Le personnel appelle à ces mêmes horaires pour vérifier l’état de santé. En cas d’absence de réponse, le personnel se rend directement dans la chambre.

▶ Utilisation des applications (アプリ使用)

Hébergement sécurisé, domicile ou hébergement réservé aux personnes infectées… Quelque soit le lieu de la quarantaine, pendant toute sa durée il faut continuer à utiliser normalement les applications. Cependant, une fois déclaré positif au COVID-19, la personne infectée est directement prise en charge et suivie par le centre de santé et le service de quarantaine. La personne doit suivre les instructions données par le service de quarantaine jusqu’à la fin de la quarantaine. Ainsi, l’utilisation de MySOS n’est plus requise et l’enregistrement est annulé (un message est envoyé via l’application). Plus aucune action n’est demandée.

▶ Activités et bien-être (活動と厚生)

Rester enfermé, seul, sans pouvoir se rendre à l’extérieur peut s’avérer compliqué psychologiquement et stressant. C’est pourquoi il est recommandé de boire beaucoup d’eau et de faire de l’exercice. Le personnel invite ses résidents à effectuer des petits exercices de gym et des étirements afin de réduire le stress et de garder la forme. Il conseille également de bien dormir, se relaxer, et pratiquer des activités qu’on aime et qui nous font du bien (écrire, lire, regarder la télé, jouer aux jeux vidéos…), parler à ses proches par appel visio. Même si il est important de rester informé des news relatives au covid et de l’actualité en général, il vaut mieux éviter de trop lire les infos ainsi que les rumeurs tous les jours.

▶ Test de dépistage (検査)

Un test salivaire est effectué tous les jours à partir du jour correspondant au 9e jour depuis l’entrée au Japon. La méthode utilisée est le test quantitatif d’antigènes (抗原定量検査), réalisé par la station de quarantaine de l’aéroport du Kansai (関西空港検疫所) pour les voyageurs arrivant par cet aéroport.

Le test doit être effectué dans la chambre et immédiatement après le réveil avant 7h du matin. Les kits de tests sont distribués la veille devant chaque chambre. Après collecte de l’échantillon, remettre le pot dans un sachet plastique et l’accrocher à la porte de sa chambre. Les résultats sont communiqués individuellement par téléphone le jour même en fin de journée.

▶ Check-out (退所)

À condition de ne plus avoir le moindre symptômes et des résultats négatifs aux tests, le résident peut quitter l’établissement le 11e jour. Il s’agit précisément du 11e jour après l’entrée au Japon et non après l’admission dans l’hébergement si elle fait suite à un transfert. Par exemple, une personne ayant été transférée au cours de sa quarantaine en raison d’un résultat positif au test au 3e jour, sortira donc au plus tôt le 8e jour de séjour dans l’hébergement (soit le 11e jour depuis l’entrée au Japon) si les tests effectués la veille et l’avant-veille sont négatifs. En cas de symptômes tels que fièvre ou toux, la date de sortie est repoussée.

La personne peut partir entre 10h et 18h. Elle informe en avance le personnel de l’heure souhaitée de sortie. Pour éviter que tous les résidents ne sortent en même temps, c’est le personnel qui donne le signal pour sortir par téléphone. D’abord, un membre du personnel vient récupérer la fiche de contrôle avec le thermomètre, le questionnaire et la clef. Puis par téléphone, le résident est autorisé à sortir de sa chambre et à rejoindre la réception. Il reçoit alors un certificat de quarantaine (検疫証明書). La quarantaine étant donc officiellement terminée, il est possible de rejoindre son domicile en prenant les transports en commun.


La quarantaine à domicile

自宅での検疫


Pour une personne entrant au Japon depuis la France, suite aux 6 jours passés dans l’hébergement sécurisé sans développer le moindre symptôme, l’isolement se poursuit à domicile (ou tout autre lieu de son choix) jusqu’au 14e jour*.

▶ Retour au domicile (帰宅)

La personne doit se rendre jusqu’à son lieu de fin de quarantaine sans prendre les transports en commun. Elle doit faire appel à un véhicule privé, appelé corona taxi. Ces véhicules privés avec conducteur ont mis en place des mesures supplémentaires telles que les barrières en plastique entre le passager et le conducteur. Contrairement à l’hébergement sécurisé, les frais sont à la charge du voyageur et sont très coûteux : entre 12 000 et 30 000 ¥ selon la distance et la durée du trajet. Il peut y avoir des frais de nuit si le départ s’effectue après 18h. S’ il y a des frais de péage, ils sont aussi à la charge du voyageur. La réservation doit être faite au préalable 3 jours avant et il faut renseigner une heure approximative en tenant compte des heures d’annonce des résultats de test et de temps de trajet pour retourner à l’aéroport si le départ depuis l’hébergement sécurisé n’est pas possible. Il y a généralement des frais d’annulation mais selon les compagnies, il se peut que ces frais ne soient pas applicables en cas de résultat positif à un test PCR.

Les compagnies suivantes proposent un moyen de transport acceptable par le service de quarantaine :

  • Diolabs Car : 12 000 ~ 25 000 ¥ selon la distance, transfert des aéroports de Narita et Haneda à l’adresse de la destination souhaitée;
  • Rakuraku Taxi (ラクラクタクシー) : 15 000 ~ 50 000 ¥ selon la distance, transfert des aéroports de Narita et Haneda à l’adresse de la destination souhaitée;
  • MK Taxi : 15 000 ~ 85 000 ¥ selon la durée du trajet, compter par exemple 21 600 ¥ pour un trajet de Osaka à Hirakata (31 km, 1 heure environ), transfert de l’aéroport de Narita, Haneda et du Kansai ou de l’hébergement sécurisé à l’adresse de destination souhaitée.

Arrivé à son lieu de quarantaine, la première chose à faire est de signaler sa localisation avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ Conditions (条件)

Jusqu’à la fin de la quarantaine, la personne doit continuer à respecter les règles comme décrites dans la déclaration sur l’honneur qu’elle a signée : ne pas sortir de chez soi, garder un œil sur son état de santé et continuer à utiliser les applications tous les jours. Ce sont des conditions de vie un peu semblables à ce qu’ils ont vécu les premiers jours sauf que cette fois, on se trouve dans un environnement qui nous est familier, avec le choix de nos repas et sans être réveillé tôt le matin à cause d’un coup de fil ou d’une annonce sonore.

Au bout des 14 jours*, si la personne ne présente aucun symptôme, sa période de quarantaine prend fin et c’est le retour à la liberté !

*Depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 à 10 jours.


Kimi témoigne

キミの証言


Effectuer une quarantaine dans un endroit étroit et inconnu où on a pas notre confort habituel peut s’avérer difficile pour beaucoup. Surtout quand on tombe sur une chambre vraiment très petite. Tenir 6 jours dans un si petit espace peut en devenir difficile psychologiquement. Il faut vraiment faire de son mieux pour s’adapter et ne pas se laisser envahir par le stress. D’autant plus que le changement brutal engendré par ce retour dans son pays d’adoption seule après avoir retrouvé les siens sur sa terre d’origine est déjà lui-même difficile.

On se sent un peu comme des espèces dangereuses ou des prisonniers. C’est très bien surveillé, on est pas prêt de tenter toute violation de la déclaration sur l’honneur. Les notifications des applications ne surviennent pas moins de 5 fois par jour à n’importe quel moment de la journée ! Il m’est arrivé de recevoir la notification pour confirmer ma localisation puis deux minutes après de recevoir un appel enregistré ! Ou bien de devoir recevoir un appel enregistré alors que je sortais de la douche ou pendant que je me brossais les dents.

Revenant de vacances mouvementées et avec le jet-lag, j’ai malgré tout vu cette quarantaine comme une occasion de bien me reposer, d’apprendre à vivre avec le minimum et de pratiquer des activités relaxantes et d’apprendre de nouvelles choses. Mon premier jour, soit le lendemain de mon arrivée, je l’ai passé à juste dormir tellement j’étais épuisée du voyage (et même de mes dernières semaines intensives de boulot). Après, hélas, mes premières nuits j’ai mal dormi ou je ne trouvais pas le sommeil. Soit à cause du jet-lag, soit parce que j’étais barbouillée à cause du dîner pas du tout léger !
En effet, au bout de 2 jours, j’étais déjà trop gavée des repas servis. Portions trop grosses pour moi (le midi ça passe encore mais le matin et le soir je mange léger en général), trop de riz et de friture… J’ai jamais été aussi écœurée de la nourriture japonaise ! Pourtant j’adore ça à la base et surtout j’adore manger tout simplement ! Mais là, c’était plus possible. J’avais beau faire du sport, me défouler pour dépenser de l’énergie, je n’avais jamais très faim au moment des livraisons des repas. « Ce n’est pas grave si vous jetez les restes. » me répondait le personnel… Or, je n’aime pas le gaspillage !
Ça a été dur de trouver mon rythme et de dormir comme je le souhaitais car le matin j’étais soit réveillée par l’annonce de l’arrivée du petit-déjeuner à 8h, soit par mon réveil pour faire mon test salivaire à 6h30 du matin.

Apprendre que j’étais positif à mon test salivaire du 3e jour a foutu un petit coup au moral. Être transférée par ambulance, me retrouver dans un endroit où seuls des malades y résident, la décoration de la chambre, les odeurs… J’avais vraiment l’impression de me retrouver dans un hôpital. Ça en était d’autant plus frustrant car je n’avais pas beaucoup de symptômes, et que je me sentais plutôt bien. J’aurais aimé profiter d’une partie de ma quarantaine tranquille à la maison pour pouvoir faire des choses que je n’ai pas le temps de faire d’habitude. La chambre était cependant beaucoup plus spacieuse avec beaucoup de rangements. Comme j’étais partie pour y rester plus longtemps, je me suis vraiment installée en disposant mes affaires un peu partout pour me sentir comme chez moi. J’ai trouvé les repas servis bien meilleur et parfois moins consistant que dans le premier hébergement, même si la boîte à petit déjeuner du matin ressemblait plus à une boîte à malbouffe. J’ai tenté de demander par curiosité les plats végétariens distribués dans cet hébergement. J’ai préféré continuer à manger les plats normaux quand ils m’ont répondu qu’ils servaient des pâtes pour le déjeuner et du curry pour le dîner. Où sont passés les bons légumes ?!

L’avantage aussi était que comme j’ai dû passer la totalité de ma quarantaine dans un hébergement, une fois sortie je n’ai pas eu à me casser le cul à trouver un véhicule privé hors de prix pour rejoindre mon domicile. J’ai fait des économies sur le budget nourriture et sur la consommation d’eau, gaz et électricité.

J’ai reçu un bon accueil de la part du personnel et ils étaient toujours disponibles pour répondre à mes demandes quand ils le pouvaient. Je n’ai pas été trop maltraitée ni dans des conditions abominables comparé à ce que j’ai pu entendre. Mais comme certains plus chanceux, je n’ai pas non plus bénéficié à moi toute seule d’une grande chambre de 3~4 personnes avec des repas de luxe. Nous sommes tous égaux face à cette condition, il serait plus normal de recevoir, dans la mesure du possible, le même service.


Vocabulaire

単語


隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
検査 (けんさ – kensa) = inspection, examen, test
採取 (さいしゅ – saishu) = cueillette, collecte
唾液 (だえき – daeki) = salive, crachat
起床 (きしょう – kishō) = réveil, lever
量 (りょう – ryō) = quantité
不足 (ふそく – fusoku) = insuffisance, manque
陰性 (いんせい – insei) = négatif (réaction, attitude)
陽性 (ようせい – yōsei) = positif
施設 (しせつ – shisetsu) = établissement, institution
結果 (けっか – kekka) = résultats
弁当容器 (べんとうようき – bentō yōki) = récipient à bento
感染者 (かんせんしゃ – kansensha) = personne infectée
救急車 (きゅうきゅうしゃ – kyūkyūsha) = ambulance
軽食 (けいしょく – keishoku) = repas léger
薬 (くすり – kusuri) = médicament
検疫証明書 (けんえきしょうめいしょ – ken’eki shōmeisho) = certificat de quarantaine
完了 (かんりょう – kanryō) = achèvement, accomplissement
抗原 (こうげん – kōgen) = antigène
定量 (ていりょう – teiryō) = quantitatif


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION Take me home

2

▶ Check It Out : La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Procédures

Pour toute personne entrant au Japon, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) impose 14 jours d’isolement (隔離) qui débute le jour suivant celui de l’arrivée au Japon pour prévenir la propagation du COVID-19 et de ses différents variants. Cette mesure vise à empêcher de contaminer quelqu’un et de s’assurer qu’une personne infectée avant son arrivée ne tombe pas gravement malade sans que personne ne s’en rende compte.

Selon les explications des experts traduites par Infos Locales Japon, une personne est particulièrement contagieuse entre le 3e et le 10e jour d’isolement, même sans symptômes. Les symptômes peuvent apparaître pendant les 14 premiers jours qui suivent une contamination. Si les symptômes apparaissent, on risque de devenir très contagieux. Un des problèmes des tests PCR, c’est qu’ils ne donnent de bons résultats que si on a été infecté au moins 4 ou 5 jours plus tôt. Avant cela, il est plus difficile d’être sûr. De ce fait, deux solutions se présentent : s’isoler pendant 14 jours à partir du jour où on aurait pu être infecté (donc à partir du moment où nous avons été dans un endroit clos et mal aéré) et faire des tests PCR régulièrement. Les tests PCR ne détectent pas 100 % des cas. Les études montrent qu’ils peuvent donner des « faux positifs » et des « faux négatifs ». Pour être plus sûr, les services de quarantaine font le choix de répéter ces tests aux 3e, 6e, 10e jour de quarantaine. Enfin, pour être sûr que l’on ne risque pas d’infecter quelqu’un est donc cette période d’isolement de 14 jours. Si aucun symptôme apparaît après 14 jours, les experts considèrent que le risque de contagion est quasiment nul.

En raison de la propagation récentes du variant Omicron (オミクロン), le Japon a renforcé ses procédures de quarantaine pour toutes les personnes entrant au Japon. Les voyageurs testés positif au COVID-19 à leur arrivée doivent patienter jusqu’à la réalisation complète d’analyses pour détecter si ils sont infectés par le variant Omicron (オミクロン). Si ils sont affectés par ce variant, les passagers du même vol assis non loin seront considérés comme « cas contact » et seront en observation pendant 14 jours. Quand une personne est désignée cas contact pendant sa période de quarantaine, elle est transféré dans un autre lieu désigné par le service de quarantaine et les autorités locales. Les personnes étant déjà dans un hébergement sécurisé à ce moment doivent tenir informé le personnel de la réception des procédures de transfert.

Ceci étant jusqu’alors applicable, notamment pendant la période à laquelle Kimi a effectué son voyage, soit du 18 décembre 2021 au 4 janvier 2022. Cependant, il faut noter que depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 jours à 10 jours. Merci donc de prendre en compte cette information pour la lecture de la suite de cet article. Celle-ci est rappelée par un *.


Prévention contre le COVID-19 pour stopper sa propagation


COVID-19にならないためにすることや、他の人にうつさないためにすること

Le COVID-19 est une maladie infectieuse causée par le coronavirus appelé SARS-CoV-2. Il cause généralement des symptômes tels que la fièvre et / ou la toux. En général, il se transmet par contact physique et par les particules. Il a été souligné qu’il pouvait être contracté avant l’apparition des symptômes. Il est donc important de suivre habituellement les stratégies générales de prévention des maladies infectieuses, telles que la distanciation sociale et le port du masque en public.

▶ Gestes à adopter dans la vie de tous les jours (いつもの生活では何をすればいいですか?)

Les gestes à adopter en particulier sont :
• éviter de se rendre à l’extérieur
• se laver les mains
• se couvrir quand on tousse
• aérer régulièrement les pièces
• éviter les endroits clos et les endroits bondés
• éviter les contacts trop rapprochés

En plus, utiliser l’application COVID-19 Contacts Confirming Application (COCOA) pour connaître les possibilités d’être cas contact. Enfin, en cas de symptômes tels que la fièvre, ne pas se rendre sur son lieu de travail et rester chez soi. Contrôler et enregistrer tous les jours sa température corporelle.

▶ Aide pour les étrangers (外国人に手伝い)

Les centres d’appels sont disponibles dans plusieurs régions. La liste disponible sur le lien suivant recense plusieurs centres d’appels classés par région, l’objet de la demande et par langues parlées : liste des centres d’appels.
Les dernières informations concernant le virus sont régulièrement mises à jour sur le site du ministère : A propos des infections aux COVID-19 (新型コロナウイルス感染症について)

▶ En cas d’infection possible au COVID-19 (COVID-19の感染の場合)

Ne pas se rendre immédiatement dans une institution médicale et d’abord contacter un centre de consultation du COVID-19 à partir de la liste donnée précédemment. Renseigner en détail tous les symptômes, qu’il soit sévères ou légers (difficulté respiratoire, fièvre, toux, fatigue…) Un docteur déterminera si il est nécessaire d’effectuer un test de dépistage. En plus, des consultations peuvent être acceptées par des cabinets ou des cliniques dans certaines régions. Lors d’une visite pour une consultation, il faut s’assurer de porter un masque, bien se laver les mains, se couvrir le nez et la bouche quand on tousse ou éternue.


À propos de la Quarantaine et de la déclaration sur l’honneur


検疫と誓約書について

Toute personne entrant sur le territoire japonais s’engage à suivre les règles suivantes qu’elle a accepté en remettant la déclaration sur l’honneur (written pledge, 誓約書) :

① Rester chez soi ou dans un hébergement sécurisé et désigné par le service de quarantaine et éviter tout contact avec des gens pendant 14 jours*. Selon le pays de provenance, l’isolement dans un hébergement sécurisé peut varier de 3 à 10 jours avant de le poursuivre à domicile.

② Ne pas utiliser les transports en commun pendant 14 jours* (cela inclut le train, le taxi, les bus et les vols domestiques).

③ Avant l’arrivée au Japon, installer l’application MySOS du ministère permettant le suivi de la localisation et de l’état de santé. Enregistrer son lieu de quarantaine et reporter tous les jours sont état de santé et répondre aux notifications et appels visio pour confirmer sa localisation.
/!\ Sans nouvelles via l’application pendant plus de 2 jours ou en cas de perte ou de dommage du smartphone, s’assurer de contacter le centre de surveillance de la santé pour les arrivants d’outre-mer (Health Monitoring Center for Overseas Entrants, HCO) par téléphone au 03-6757-1038 ou par e-mail à followup@hco.mhlw.go.jp

④ Avant l’arrivée au Japon, installer l’application du ministère COCOA et l’utiliser tous les jours pour être tenu au courant des éventuels cas contact et reporter un résultat positif au test de dépistage. Si le smartphone n’est pas compatible avec les applications, il faut alors en louer un (frais non pris en charge, paiement par carte de crédit).

⑤ Avant l’arrivée au Japon, activer la localisation et le suivi des trajets sur Google map pour permettre aux services de santé d’avoir un historique des expositions en cas d’infection.

⑥ En cas de développement de symptômes durant les 14 jours* de quarantaine, avertir immédiatement un centre de consultation (téléphone : 0120-565653, appel gratuit, disponible de 9:00 à 21:00). Informer les pays et régions visitées et se rendre dans l’institution médicale spécifiée.

⑦ En cas de résultat positif au test de dépistage à l’arrivée, suivre les instructions fournies par le service de quarantaine.

⑧ Il est demandé de coopérer et suivre toute instruction donnée par les services de santé.

⑨ Appliquer toutes les mesures sanitaires pour prévenir la propagation du virus : port du masque, désinfection des mains, ventiler régulièrement la pièce, éviter les trois densités (3つの密) soit les endroits confinés (密閉), les endroits bondés (密集) et les contacts trop rapprochés (密接).

Si la déclaration sur l’honneur n’est pas remise, il faut rester pendant 14 jours* dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. En cas de violation de la déclaration sur l’honneur soumise à l’aéroport, le nom et la nationalité de la personne seront révélés publiquement et celle-ci sera susceptible de détention.


Procédures de Quarantaine


検疫手順

Arrivé au Japon, à l’aéroport, rejoindre directement la zone de quarantaine en suivant les indications du personnel. L’entrée au Japon sous quarantaine se fait en plusieurs étapes.

▶ Vérification du certificat de test négatif (陰性証明書確認)

Présenter le certificat de test PCR effectué avant le départ (出国前PCR検査証明書) édité par le gouvernement avec le passeport, la carte d’embarquement et le formulaire de santé (Health Card) reçu dans l’avion. Ce formulaire présente les règles à appliquer pendant les 14 jours* de quarantaine. Au verso, il faut renseigner si on s’est rendu dans les pays et régions particulièrement touchés par le virus et si des symptômes sont apparus au cours des 14 derniers jours.

▶ Attribution du numéro d’inspection (検査番号付与)

Chaque personne entrant reçoit un numéro d’inspection (検査番号) utilisé pour le test de dépistage. Une étiquette avec ce numéro est apposé sur le formulaire de santé (Health Card).

▶ Collecte d’échantillon (検体採取)

Chaque personne souhaitant entrer au Japon doit se soumettre à un test salivaire de dépistage. Après avoir remi l’échantillon, s’en suit un contrôle de la température corporelle via une caméra.

▶ Confirmation des documents requis (必要書類確認)

Présenter la déclaration sur l’honneur (誓約書) et le questionnaire d’entrée (質問票) dûment remplis en version papier et en ligne (présenter le QR code obtenu). Même s’il est toujours possible de se procurer les documents sur place, il est préférable d’effectuer la démarche avant de monter dans l’avion pour un gain de temps. Le personnel remet ensuite un formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項). Il faut y mentionner les éventuelles allergies (アレルギー) ou restrictions alimentaires (食事の制限), si on est sous traitement médical (治療中), si on a suffisamment de médicaments et si on en a besoin sous ordonnance (処方不要・処方必要).

▶ Vérification des applications (アプリ確認)

Trois applications sont à installer et paramétrer pour reporter sa localisation et son état de santé quotidiennement comme stipulé dans la déclaration sur l’honneur :
COCOA (COVID-19 Contact Confirming Application) : permet au résident de recevoir des informations concernant les éventuels contacts avec des personnes testées positives au COVID-19. Les utilisateurs peuvent obtenir des examens rapidement et le soutien des centres de santé et enregistrer un résultat positif au COVID-19. L’application n’est utilisable qu’à l’intérieur du Japon. Un message d’erreur apparaît en cas de tentative d’utilisation à l’étranger;
MySOS : pour faire part de sa localisation et de son état de santé. Elle permet aussi au centre de surveillance de la santé pour les arrivants d’outre-mer (HCO) d’effectuer des appels vidéo pour vérifier le lieu de quarantaine. Attention à bien vérifier que l’application est à jour. Sur la page d’accueil figurent la date du dernier jour de quarantaine ainsi que l’adresse approximative du lieu de quarantaine. Si ces informations n’apparaissent pas ou disparaissent au cours de la quarantaine, contacter le centre de surveillance (HCO) par e-mail à l’adresse suivante : app@hco.mhlw.go.jp
Google Map : en activant le GPS du smartphone et les paramètres de suivi, la localisation de l’utilisateur peut être sauvegardée pendant les 14 jours* de quarantaine. Ce paramètre est requis pour faire un rapport des lieux fréquentés en cas d’infection.

À l’aéroport, il faut vérifier que ces applications fonctionnent bien et activer tous les paramètres requis. Le personnel remet un guide détaillé de plus de 30 pages (en japonais ou en anglais) expliquant l’utilisation des applications et les règles à suivre pendant toute la durée de la quarantaine.

L’application MySOS remet également à disposition sur sa page d’accueil du mode Health Monitoring Center for Overseas Entrants, un lien renvoyant vers le guide de prévention du COVID-19 rédigé par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) : guide de prévention du COVID-19. Se trouve également un lien renvoyant au guide remis à l’aéroport : guide d’entrée au Japon.
Toutes les informations nécessaires y figurent dans plusieurs langues. À partir du moment où une personne est déclarée positive au COVID-19, l’utilisation de MySOS n’est plus requise.

▶ Attente des résultats du test (検査結果待機)

Patienter dans une salle d’attente (qui se trouve être en fait une salle d’embarquement) le temps des résultats du test de dépistage. Il y a environ une à deux heures d’attente.

▶ Notification des résultats du test (検査結果通知)

Une fois le résultat négatif obtenu (le personnel appelle les personnes par leur numéro d’inspection), remettre le questionnaire d’entrée (質問票) et la déclaration sur l’honneur (誓約書). Faire apposer une étiquette prouvant le résultat négatif du test sur le formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項).

▶ Entrée sur le territoire (入国)

Le contrôle à l’immigration est plus long que d’habitude. En plus de compléter son Re-entry permit partie ② 再入国入国記録 Disembarkation Card for Reentrant, il y a des papiers supplémentaires à remplir sur lesquels on doit renseigner (encore) son état de santé et les villes visitées à quelles dates pendant son séjour à l’étranger. Pas un mais deux agents vérifient les papiers, le passeport, la carte de résident (在留カード) récupèrent le certificat de test PCR négatif (出国前PCR検査証明書) et posent des questions supplémentaires pour confirmer l’exactitude des informations. Récupérer ensuite la totalité de ses bagages et passer la douane.

À la sortie, le staff de la quarantaine guide les arrivants jusqu’au bus menant à l’hébergement sécurisé; le lieu est défini par le service de quarantaine et il s’agit d’hôtels fermés aux touristes habituels et réaménagés de façon à accueillir les arrivants pour leur quarantaine.

Ainsi débutent les 6 premiers jours de quarantaine.


Vocabulaire (単語)


海外渡航 (かいがいとこう – kaigai dokō) = voyage à l’étranger
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur
いつもの生活 (いつものせいかつ – itsumo no seikatsu) = vie de tous les jours
相談 (そうだん – sōdan) = consultation, discussion
情報 (じょうほう – jōhō) = informations, renseignements
病院 (びょういん – byōin) = hôpital
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
手順 (てじゅん – tejun) = procédure, processus, protocole
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
陰性 (いんせい – insei) = négatif (réaction, attitude)
検査番号 (けんさばんごう – kensa bangō) = numéro d’inspection
付与 (ふよ – fuyo) = attribution
検体採取 (けんたいさいしゅ – kentai saishu) = collecte d’échantillon
書類 (しょるい – shorui) = papier, dossier, document
国籍 (こくせき – kokuseki) = nationalité
アレルギー (arerugii) = allergie
加熱 (かねつ – kanetsu) = chauffage
取り除く (とりのぞく – torinozoku) = supprimer, enlever
全く (まったく – mattaku) = vraiment, absolument, complètement, entièrement, totalement
提供禁止 (ていきょうきんし – teikyō kinshi) = interdiction de mise à disposition
食事の制限 (しょくじのせいげん – shokuji no seigen) = restriction alimentaire
治療 (ちりょう – chiryō) = traitement médical
処方 (しょほう – shohō) = ordonnance
不要 (ふよう – fuyō) = inutile
必要 (ひつよう – hitsuyō) = nécessaire, indispensable
滞在 (たいざい – taizai) = séjour
滞在国 (たいざいこく – taizaikoku) = pays de séjour
施設 (しせつ – shisetsu) = établissement, institution
帰宅 (きたく – kitaku) = retour chez soi
未定 (みてい – mitei) = non fixé, indéterminé
結果 (けっか – kekka) = résultats
待機 (たいき – taiki) = attente
通知 (つうち – tsūchi) = annonce, notification
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident海外渡航 (かいがいとこう – kaigai dokō) = voyage à l’étranger
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur


♫ Un article = Une chanson ► will.i.am, Nicki MinajCheck It Out