2

▶ Hot N Cold : Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Que ce soit en hiver ou au printemps, un bon bol de ramen bien chaud s’apprécie toujours pour réchauffer le corps froid ou le cœur pendant les périodes difficiles ! Hirakata (枚方市) est une ville qui ne manque pas de restaurants de ramen, tout comme les grandes villes d’ailleurs ! Le ramen est un plat phare et un symbole de la cuisine japonaise bien qu’il ait été importé de Chine au début du XXème siècle ! Grandes chaînes populaires ou petits restaurants locaux, il y a l’embarras du choix pour déguster une liste infinie de variétés de ramen, tantôt classiques, tantôt authentiques, chaque restaurant ou chaîne de restaurants possèdant une recette de sa propre création !

Le restaurant de ramen dans lequel Kimi vous emmène à travers cet article est Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭), une très bonne chaîne de restaurants de ramen à laquelle elle est devenue habituée depuis avril 2020 ! Vers l’infini et le ramen !

🤗 Bienvenue chez Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭へようこそ)

Rai Rai Tei (来来亭) est une chaîne de restaurants de ramen répandue dans tous le pays mais surtout dans le Kansai (関西). Ce qui est logique car ce qui fait la réputation de cette chaîne, c’est son ramen préparé dans le style des ramen de Kyoto, avec un bouillon de poulet accompagné de sauce soja (醤油味の鶏ガラスープ). Une soupe onctueuse qui se boit jusqu’à la dernière gorgée et dans laquelle baignent des nouilles épaisses ou fines surmontées de plusieurs accompagnements tels que l’oignon vert (ネギ) ou les pousses de bambou (メンマ)… Un bol de ramen qui plaît autant aux petits qu’aux grands !

Dans le restaurant situé à Hirakata Shodai (枚方招提店), c’est ambiance conviviale et chaleureuse. Au choix, il y a des tables basses pour les groupes et les familles, ou bien un comptoir pour les plus solitaires. Ces derniers sont souvent pris d’assaut à l’heure du déjeuner et le weekend. Il faut dire que le restaurant n’est pas immense !

Le personnel se veut très gentil et serviable. Sans doute habitué à voir le plus souvent des clients locaux, quand un résident étranger ou un voyageur parvient à faire sa commande en japonais avec un menu uniquement en japonais, il se montre plutôt impressionné et une petite conversation chaleureuse s’en suit. Le client peut alors se sentir davantage à l’aise et impatient de recevoir sa commande !

📜 Le menu (メニュー)

Si le ramen à la sauce soja reste la principale recommandation pour les nouveaux clients, le menu propose également des miso ramen (味噌ラーメン), shio ramen (塩ラーメン) doux et léger avec un tout petit zeste de citron, des ramen épicés… De plus, pour les clients plus exigeants, il est possible de choisir la fermeté des nouilles (麺の堅さ, men no katasa), la densité de la sauce soja (醤油の濃さ, shōyu no kosa), la dose de gras (背脂の量, seabura no ryō), demander à retirer ou non les épices (一味唐辛子を抜くか否か, ichimi tōgarashi wo nuku ka hi ka) et compléter avec divers accompagnements comme un œuf (味玉子), ou plus de viande chashu (チャーシュー) et d’oignons verts (ネギ). Et si un bol de ramen (déjà bien consistant) ne suffit pas, il y a toujours d’autres petits plats pour l’accompagner : karaage (唐揚げ), riz (ご飯), riz cantonnais (チャーハン), gyoza nature (餃子) ou au fromage fondu (チーズのせ餃子), et bien d’autres !

Pour lutter contre le natsubate (夏バテ, coup de chaleur), Rai Rai Tei possède aussi un bon compromis ! Étant donné qu’à l’approche de l’été les Japonais ont pour coutume de manger des nouilles froides, Rai Rai Tei propose donc dans son menu ce qu’on appelle des reimen (冷麺, rei pour froid et men pour nouilles). Concrètement, c’est la même chose que des ramen classiques, c’est-à-dire, des nouilles, un bouillon (en plus petite quantité, c’est plutôt une sauce) et des accompagnements, sauf que le plat se consomme froid. Ils ne sont pas servis dans un bol mais une assiette creuse et il n’est pas utile d’avoir une cuillère.

Normalement c’est un plat qui est originaire de Corée du Nord mais qui a très vite fait sa réputation au Japon. Si on peut en manger dans des restaurants de ramen on en trouve également dans les konbinis et les supermarchés. C’est aussi un plat très facile à réaliser : il suffit de cuire les nouilles, de les rafraichir à l’eau froid, préparer le bouillon et le laisser refroidir au réfrigérateur. Les accompagnements diffèrent légèrement de ceux d’un bol de ramen classique mais après, chacun est libre d’ajouter ceux de son choix. Généralement on y ajoute : du concombre bien frais, du bacon ou du porc, de l’omelette tous coupés en fine lamelles, un œuf dur (玉子), du kimchi (キムチ), de l’oignon vert (ネギ) ou des lamelles d’algue séchée nori (のり).

Après quand on a pas envie de cuisiner, c’est toujours mieux de savourer un bon plat dans un restaurant qu’on apprécie. Et pour ça, Rai Rai Tei est un très bon ami ! Quand il est l’heure de manger et que c’est l’envie de manger des nouilles qui l’emporte, on peut visiter Rai Rai Tei même en été pour profiter de son un bol de reimen classique (冷麺), ou un plus spécial (特製冷麺, tokusei reimen) avec un œuf (味玉子) et du kimchi (キムチ).

Chacun des bols de ramen affichés sur le menu peuvent être consommés seuls (単品) ou accompagnés dans un menu (定食) contenant par exemple des gyoza (餃子) ou du karaage (唐揚げ) avec une demie-portion de riz cantonais (半チャーハン) pour moins de 1 500 ¥.

🍜 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

Testés et approuvés, l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) et l’umakara men (旨辛麺) sont particulièrement délicieux et piquants (attention pour les plus sensibles aux épices). Les nouilles sont épaisses et fondantes, surmontées de beaucoup d’oignons verts ou d’épinards, de pousses de bambou et de tranches généreuses de viande. Le bouillon de l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) est onctueux et savoureux sur lequel flottent des graines de sésame, avec la bonne dose d’épices (一味唐辛子) contrairement à ce que peut laisser penser la couleur. Il en est de même pour l’umakara men (旨辛麺) dont la dose d’épices peut être choisie entre plusieurs niveaux.

Kimi a également profité d’une autre visite pour tester le curry ramen (カレーラーメン) avec un œuf (味玉子) en topping accompagné toujours de riz cantonnais (チャーハン) et de karaage (唐揚げ) bien croustillant en menu. Un régal à 1 490 ¥ qui remplit sans conteste l’estomac. Le curry est bien épicé, les nouilles sont épaisses et tendres. À goûter à la moindre occasion, le curry ramen de Rai Rai Tei est une valeur sûre ! Attention cependant aux tâches d’éclaboussure ! Le staff peut fournir un tablier en papier en cas d’accident.

En été, les nouilles servies dans les reimen sont rafraîchissantes bien qu’un peu fermes. La sauce est onctueuse et le kimchi apporte la petite touche épicée.

❣️ Verdict ? (結論は?)

À chaque visite, on quitte les lieux satisfait et reboosté sous des remerciements à la manière du Kansai, les membres du staff disant merci dans le dialecte de la région, Ookini (おおきに). Mission accomplie pour cette chaîne, on continuera d’y revenir muni de la carte de fidélité pour cumuler des points et recevoir une petite réduction !

💡 Infos pratiques (住所・アクセス)

Ramen Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp/
Facebook : rairaitei | Instagram : @rairaitei_2000

Retrouvez une de nos visites de Ramen Rai Rai Tei en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryHot N Cold

3

▶ Attrapez-les tous : Pokémon Cafe (ポケモンカフェ)

Vous avez toujours eu envie de manger aux côtés de Pikachu et Evoli ? De goûter à des plats mignons à l’effigie des Pokémons qui ont marqué plusieurs générations ? Au Japon il y a bien sûr un endroit pour ça : le Pokémon Cafe !

Il aurait été étonnant qu’il n’y ait pas de Pokémon Cafe au Japon, le pays natal de ces créatures mignonnes, attachantes et parfois effrayantes ! Et à l’heure actuelle au Japon deux cafés existent : un à Tokyo et un à Osaka.

Attrapez-les tous ! Ou plutôt, mangez-les tous ?! Dans cet article, Kimi vous emmène goûter à la cuisine et à l’ambiance bon enfant du Pokémon Cafe !

🤗 Bienvenue au Pokemon Cafe (ポケモンカフェへようこそ)

Il n’est pas possible de se rendre au café en mode touriste sur un coup de tête. Une réservation en ligne est obligatoire. On peut réserver jusqu’à un mois en avance ce qui garantie le choix de l’horaire. Les réservations sont très vite complètes. On ne peut obtenir (difficilement) qu’une table le mois suivant et pas plus tôt. L’annulation est possible à tout moment et un dernier mail de confirmation est envoyé deux jours avant. Avec la pandémie, ce fut une galère de enfin pouvoir y aller à cause des réservations souvent complètes et des États d’urgence pendant lesquels le café était fermé.

Il est préférable de se présenter 10 minutes avant l’heure de sa réservation. En cas de retard de plus de 15 minutes sans prévenir, la réservation est automatiquement annulée. Comme le café est bondé à quasiment toutes les plages horaires, chaque réservation permet de rester 1h30 dans le café seulement. La dernière commande (last order) est passée 30 minutes avant.

C’est spacieux, Pikachu et ses amis sont partout. Les tables et les sièges sont assez larges et confortables. Chaque client dispose d’un napperon en papier sur lequel sont déposés les plats et boissons commandés et qu’il peut emporter en guise de souvenir. On mange entouré de nos Pokémons préférés, il y en a toujours au moins un à proximité pour nous tenir compagnie quand on vient seul(e). Il y règne une ambiance bon enfant et détendue, la déco mignonne avec les peluches de Pikachu et des statues de Pokémons permet de se créer de beaux souvenirs en photos librement. Les serveurs sont vêtus de jolis uniformes et très chaleureux.

Pas seulement de la nourriture, le client peut s’offrir des goodies exclusifs au café. Il peut effectuer ses achats sur place mais aussi lors de sa réservation en ligne et les récupérer le jour de sa venue.

📜 Le menu (メニュー)

On effectue la commande par le biais d’une tablette. Le menu est disponible dans plusieurs langues (anglais, coréen, chinois…) et propose des plats, des desserts, des boissons. On peut donc y venir aussi bien pour le déjeuner que pour la petite collation de l’après-midi ou juste pour boire un café. La liste n’est cependant pas très longue ! Trois plats principaux à l’effigie de Pikachu, Evoli et Ronflex mêlant à la fois cuisine japonaise et occidentale. Pour le dessert il y a le choix entre pancake souffé, parfait au chocolat, et un dessert surprise enfermé dans une Pokéball ! Enfin pour les boissons, c’est plus large avec du thé, du café, des jus et des soda à plusieurs saveurs… Les prix sont assez élevés, entre 1 000 ¥ et 3 000 ¥ qui incluent la cuisine bien sûr, mais sans doute en plus le service, les décorations et la vaisselle spéciale utilisée. D’ailleurs, cette vaisselle exclusive est aussi en vente à la boutique ! Chaque commande de boisson effectuée permet d’obtenir en cadeau un dessous de verre en plastique.

Il y a également un menu spécial en édition limitée renouvelé régulièrement. Il s’agit la plupart du temps de deux plats et un dessert. Leur consommation permet de recevoir des petits cadeaux comme des autocollants par exemple.

🍱 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

Pourquoi ne pas commencer par un bon smoothie aux raisins avec un petit cookie ? Rafraîchissant et doux, chaque gorgée se savoure avec plaisir et offre une tres bonne mise en bouche pour la suite du dejeuner ! Le verre à l’effigie du Pokémon Ectoplasma est très stylé avec la led à l’intérieur. Sans doute la boisson à tester !

Place ensuite aux plats qui sont joliment bien présentés. C’est très mignon si bien qu’on ne sait pas vers quel plat porter son choix pour ensuite hésiter à entammer la dégustation ! Et surtout, est-ce aussi bon que beau ?

Pour une première visite, on profite du plat spécial Pikachu’s Makeup composé de riz au poulet, steak de Hambourg, boulette de viande, fromage, jambon, omelette, soupe à l’oignon avec macaronis, sauce blanche au fromage et salade. Une Pikachu en omurice toute coquette avec des rubans et des cœurs en jambon ! Oui l’esthétique est aussi de mise ! C’est mignon à regarder et bien bon à manger. Les portions sont correctes et régalent. Certains plats peuvent sembler petits pour les gros mangeurs mais ils contiennent divers aliments en quantité normale qui convient aux Japonais. Dommage qu’il manque cependant d’un couteau pour couper le steak !

Après le régal du plat et du smoothie, on termine par le dessert spécial du moment : le tiramisu au matcha ! Il arrive dans une large assiette entouré de chiffon cake au matcha en miettes et du mignon Pokémon en marshmallow. Le bouquet final de cette expérience qui nous replonge en enfance !

❣️ Verdict ? (結論は?)

Rare que le client ressorte déçu, bien que la note finale soit salée ! Compter en moyenne 6 000 ¥ par personne pour un menu complet incluant boisson, plat et dessert. Ambiance conviviale et joyeuse, plats mignons et bons. On passe un bon moment avec nos Pokémons préférés !

💡 Infos pratiques (住所・アクセス)

Pokémon Cafe Tokyo-Nipponbashi (ポケモンカフェ 東京・日本橋)
Adresse : Nipponbashi Takashimaya SC East Building 5F, 2-11-2 Nipponbashi, Chuo-ku, Tokyo (東京都中央区日本橋二丁目11番2号 日本橋髙島屋S.C.東館 5階)
Accès : Nipponbashi Station (Tozai Line, Ginza Line) sortie B2

Pokémon Cafe Osaka-Shinsaibashi(ポケモンカフェ 大阪・心斎橋)
Adresse : Daimaru Shinsaibashi Main Building 9F, 1-7-1 Shinsaibashisuji, Chuo-ku, Osaka (大阪府大阪市中央区心斎橋筋1-7-1 大丸心斎橋店 本館9階)
Accès : Shinsaibashi Station (Midosuji Line) sortie 4

Site internet : https://www.pokemoncenter-online.com/cafe/
Facebook : Pokemon Co Jp | Instagram : @pokemon_jpn | Twitter : @Pokemon_copjp
Youtube : PokemonCoJp

Retrouvez la visite du Pokémon Cafe en vidéo sur Tik Tok !

@kimi_no_blue_travel

Déjeuner au #Pokemon Cafe d’Osaka ! Ambiance bon enfant, plats mignons et bons. Un bon moment avec nos Pokémons préférés. #関西 #japan #日本 #delicious

♬ son original – Kimi – Kimi

♫ Un article = Une chanson ► Pokémon ! Attrapez-les tous !

3

▶ Wingardium Leviosa : Harry Potter Cafe (ハリーポッターカフェ)

Été 2021, Kimi terminait ses vacances par un passage à Nagoya. Après la visite du grand Bouddha de la ville (名古屋大佛), situé dans le temple Togan-ji (桃巌寺), que pouvait-il bien y avoir de spécial à Nagoya et seulement (ou presque) à Nagoya ? Il y avait le café Harry Potter (ハリーポッターカフェ) !

Ce n’est en rien japonais effectivement mais le célèbre sorcier a plutôt bien la côte au pays du soleil levant, avec notamment la zone thématique d’Universal Studios Japan et le projet d’ouvrir un parc à thème à Tokyo pour 2023. Et cet été-là, pour fêter les 20 ans de la sortie du premier film, deux cafés ont ouvert fin juillet. Oui seulement deux, le premier à Tokyo, et le second à Nagoya.

Quand on dit que la saga est populaire au Japon, preuve est qu’à l’annonce de l’ouverture de ces cafés, qui de plus étaient éphémères, les réservations sont très vite parties. En effet, il fallait effectuer une réservation par internet pour pouvoir s’y rendre. Elle était d’ailleurs payante, 715 ¥ (environ 5,50 €) par personne, et la facture devait être réglée à l’avance pour garantir sa place. Le Japon, toujours prêt à ajouter des frais pour s’en mettre pleins les poches puisque les fans au Japon sont toujours prêts à en mettre le prix… Une condition abusive mais qui n’avait pas pour autant rebuté les fans puisque une fois l’annonce faite, les différents créneaux horaires s’étaient très vite remplis. Difficile de trouver une table un weekend à l’heure du déjeuner et c’est d’ailleurs pour ça que Kimi s’est retrouvée à Nagoya pour pouvoir l’essayer. En tant que grande fan de la saga, c’était une occasion à ne manquer sous aucun prétexte !

Dans cet article, Kimi vous raconte comment se passait un déjeuner
au café Harry Potter de Nagoya !

📜 Un menu esthétiquement magique

Dans l’attente du jour J, on s’est préparé et on consulte le site internet pour se faire une idée de ce qui nous attendait. On a pu constater d’abord que le café proposait un menu original, bien présenté, rappelant clairement l’univers d’Harry Potter. Plats, desserts et boissons uniques et également des goodies originaux et des cadeaux offerts sous certaines conditions.

C’était surtout misé sur l’esthétique. Si on retrouvait le mythique gâteau d’anniversaire de Harry offert par Hagrid, identique à celui du film à la faute d’orthographe près, il était étonnant de ne pas retrouver de bièreaubeurre dans la carte des boissons. Ou bien des cocktails (sans alcool bien sûr) ensorcelants s’appelant Polynectar ou Félix Felicis, ou encore un filtre d’amour. Esthétiquement, les plats étaient très beaux et attirants en photo, culinairement cela semblait rester de la cuisine simple (sandwich, salade, gâteau au chocolat, café…). En clin d’œil au pays d’origine du sorcier, à savoir l’Angleterre, on retrouvait en plus des sandwichs le sherpherd’s pie (シェパーズパイ, tourte à la viande avec une croûte de purée de pommes de terre qui rappelle un peu le hachis parmentier). Il y avait du choix mais le menu aurait pu largement être revisité et renouvelé si ces cafés avaient été permanents. Pourquoi en faire seulement des cafés éphémères ?

Au niveau des prix, il fallait compter en moyenne 1 400 ¥ un plat. Des prix assez élevés mais à supposer qu’ils incluaient l’esthétique et le lieu tout en espérant une taille convenable et un bon goût envoûtant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© boxcafe-hp.jp

Et on transplane jusqu’au café !

Restait à voir la déco, l’ambiance, et la qualité de la cuisine. Alors c’est parti, on a transplané ! Le café Harry Potter de Nagoya a ouvert moins longtemps que celui de Tokyo, précisément du 23 juillet au 22 août 2021, dans le centre commercial LACHIC, près de la station Sakae.

Adresse : LACHIC B1F, 3-6-1 Sakae, Naka-ku, Nagoya, Aichi (愛知県名古屋市中区 栄 3-6-1 ラシック地下1階)
Accès : Sakae Station (Higashiyama Line, Meijo Line) sortie 16
Site internet : https://boxcafe-hp.jp/cafe_menu/

Arrivé au café à l’heure de la réservation, on présentait son ticket de réservation et faisait la queue. En attendant que le personnel, qui n’était pas déguisé en sorcier ou autre créature magique, amène les clients à table sans un petit coup de baguette magique ou de poudre de cheminette, il y avait le temps de bien explorer le menu et de faire les bons choix. Il fallait remplir une feuille de commande à remettre aux serveurs. Toute commande devait être faite à l’avance sans ajout ni changement possible après. Chaque client recevait ensuite un ticket avec un numéro pour l’achat des goodies à l’intérieur.

Il s’agissait de l’unique visite de ce café, donc pour en profiter un maximum, Kimi s’est orientée vers un choix de plusieurs plats et boissons pour s’offrir un menu bien complet et déguster des choses variées à la fois agréables à regarder et délicieuses : un smoothie pour se rafraîchir, une salade en entrée, suivi du sherpherd’s pie en plat de résistance, et enfin un gâteau accompagné d’un cafe latte pour le dessert. L’addition s’annonçait salée mais il n’y avait aucun retourneur de temps pour ramener Kimi dans cet endroit magique alors autant se faire plaisir !

S’agissant d’un café éphémère, la décoration et le lieu ne nous transportait pas dans la grande salle commune de Poudlard, ni aux Trois Balais, mais il y avait tout de même les musiques du film qui résonnaient en fond, des photos des personnages principaux et des vidéos diffusant les bandes annonces de la saga. C’était étroit, les tables étaient petites et les sièges peu confortables. Alors que les plats et boissons commandés arrivaient en même temps et dans le désordre (le dessert et le café en premiers par exemple, à quoi sert la feuille de commande remplie à l’avance si ce n’est une meilleure organisation du côté cuisine ?!), il était difficile de bien profiter et de manger à l’aise. Et enfin qui dit café éphémère, dit jeunes serveurs recrutés en baito (petit boulot). Peu d’expérience, manque d’aisance, maladresse au moment de servir les plats, oubli d’apporter des couverts, tout ça en plus d’être peu aimables pour certain(e)s !

À vouloir trop bien organiser, c’était donc plutôt désorganisé ! Arrivé à table, à l’appel de son numéro, chaque client devait se rendre au petit coin goodies et faire ses achats si il désirait quelque chose. Il n’était possible d’acheter uniquement à ce moment-là pour éviter que le coin soit trop bondé compte tenu de la superficie du café (et sans doute de la situation sanitaire actuelle). Le temps était aussi compté. À partir de l’heure de réservation, le client pouvait rester jusqu’à 80 minutes dans le café.

Point positif tout de même, les plats étaient aussi beau qu’en photo. Niveau goût, c’était assez banal et bon sans pour autant être digne d’une cuisine gastronomique et originale. Mais le sherpherd’s pie servi bien chaud restait un régal et les quelques légumes inclus (potiron, brocolis) étaient frais et délicieux. La salade était moins succulente mais bien présentée dans de la vaisselle qui rappelait aussitôt le matériel du cours de botanique. Esthétiquement bien travaillée, on retrouvait dans un pot la plante mandragore représentée par une boule de pomme de terre enrobée de terre représentées par des algues sèches hijiki (ひじき). Cela pouvait paraître trompeur mais le contenu du pot était bien comestible et au fond on y trouvait même des noix et des graines de haricots.

Le smoothie, disponible en 4 sortes selon la maison choisie, ressemblait à une petite potion étrange colorée, la vapeur s’échappant du pot en dessous du verre contenant le smoothie grâce à une réaction chimique. Selon la couleur, on devinait la saveur : le smoothie Gryffondor de couleur rouge était sans doute à la fraise.

Le verre de cafe latte froid se cachait sous un nuage de fumée s’échappant de la locomotive du Poudlard Express, représentée par de la barbe à papa. Le plus attractif restait le dessert : le gâteau d’anniversaire de Harry à décorer soi-même. Ici aussi c’était plus l’esthétique que le contenu qui jouait. Il s’agissait simplement d’un chiffon cake recouvert d’une couche de crème pâtissière rose sur lequel on venait écrire soi-même avec une autre crème pâtissière verte le mythique message « HAPPEE BIRTHDAE HARRY » (ou le message de son choix) et disposer des fruits pour la décoration. Globalement c’était bon et les portions étaient de taille correcte. Mais c’était plus beau que bon !

❣️ Méfait accompli !

Un déjeuner dans le café Harry Potter s’avérait une expérience sympa pour tout grand fan de la saga. Mais c’était loin d’être magique et on ressortait à la fois content et déçu. La présentation des plats étaient irréprochable mais pour certains, cela manquait de gout. Niveau confort et organisation, pouvait mieux faire. Les plats arrivaient tous en même temps, pas assez d’espace à table pour tout disposer. La limite de temps était suffisante au vue du manque d’espace mais ne pas pouvoir se déplacer ou commander librement et à tout moment était un peu ennuyant. Il y aurait pu y avoir plus d’éléments clés pour vraiment transporter le client dans l’univers de la saga. Des serveurs déguisés en sorciers, agissant de manière un peu théâtrale avec quelques coups de baguette magique par exemple…

On attend plus de magie si un nouveau café éphémère (ou pourquoi pas éternel) décide d’ouvrir dans un futur plus ou moins proche !

Retrouvez la visite du café Harry Potter à Nagoya en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


Avez-vous testé le café Harry Potter ?
Quelles ont été vos impressions ?


♫ Un article = Une chanson ► Vienna PhilharmonicHedwig’s Theme

2

▶ WA : Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊), le ramen perdu d’Ibaraki

Les restaurants de ramen au Japon, ils sont partout ! Même dans les coins les plus improbables ! Même au fin fond de la campagne comme c’est le cas du restaurant que Kimi va vous présenter dans cet article. Implanté dans la campagne de la préfecture d’Ibaraki (茨城県), précisément la ville de Inashiki (稲敷市) non loin du lac Kasumigaura (霞ヶ浦湖), Kimi découvre l’existence de Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊) en passant par hasard par la route nationale 125 (国道125号).

Rien autour mis à part de la nature et des vieilles habitations. De l’extérieur, ce restaurant n’attire pas vraiment l’œil… C’est plutôt le panneau à l’entrée du parking, indiquant « 名物 » (meibutsu, soit spécialité) qui peut convaincre un voyageur perdu et curieux de goûter à de nouvelles saveurs et à des plats locaux. Curieuse de l’identité de ce meibutsu, Kimi s’y aventure !

🤗 Bienvenue chez Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊へようこそ)

À l’intérieur, c’est la découverte d’un petit côté traditionnel avec des lanternes et des peintures célèbres qui donnent un petit côté festif. Mais c’est aussi à se demander si on a pas atterri dans le repère d’un otaku ou d’un fan de sport. En guise de décorations : des figurines d’animés japonais et de dessins animés célèbres et des serviettes à l’effigie d’équipes de baseball. Une ambiance unique mais dans laquelle on peut se détendre et profiter d’un déjeuner convivial.

Si le restaurant n’est pas connu auprès des touristes (en effet à moins d’y passer par hasard on ne le trouvera jamais), il est au contraire populaire auprès des locaux. Quelque soit le temps ou la saison, les clients s’enchaînent. Ils viennent, mangent et partent, comme on fait généralement dans un restaurant de ramen. Mais on en voit passer beaucoup. Le restaurant n’est pas bondé mais presque !

📜 Le menu (メニュー)

À l’entrée, le client consulte le menu exposé au mur avec des photos des plats et fait son choix avant de passer commande et payer au distributeur. Une grande variété de ramen et de tsukemen (つけ麺, nouilles servies séparément du bouillon et consommées une fois trempées dedans) sont proposées, si bien qu’il est difficile de savoir quoi choisir, ou quelle est la principale recommandation ! Il y a par exemple : nōkō tonkotsu ramen (濃厚豚骨ラーメン, ramen avec un bouillon de proc très riche), negi ramen (ネギラーメン, ramen avec beaucoup d’oignons verts), aka miso tsukemen (赤味噌つけ麺, nouilles servies avec un bouillon de miso épicé) et bien d’autres…
À ces bols, on peut ajouter les compléments de son choix : œuf assaisonné (味付玉子), fromage (チーズ), menma (メンマ, pousses de bambou séchées puis fermentées), algues nori (のり)… Les prix varient de 720 ¥ à 1 120 ¥. Pour les grosses faims, il y a aussi du riz (ご飯, gohan), des gyoza (餃子), etc…

Par contre, où est-il ce meibutsu finalement ? La mention 名物 n’apparaît sous aucun des plats proposés ! Mais si on repense au panneau vu à l’extérieur, il s’agirait peut-être du kogane no miso negi chashu men (黄金の味噌ネギチャーシューメン), un bol de ramen accompagné de porc chashu et d’oignons verts dans un bouillon au gout miso. En tout cas, le plat que la plupart viennent déguster est le gattsuri!! nōkō tonkotsu shio ramen (ガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), un bol de ramen au bouillon de porc et de sel très riche avec deux grosses tranches épaisses de porc rôties et disposées sur une montagne de pousses de soja (もやし, moyashi). Deux variantes sont également proposées : akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン, une version plus épicée) et kuroi gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (黒いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン, une version avec du poivre noir).
Le bol est à première vue impressionnant, d’où la mention ガッツリ qui signifie « beaucoup », et ressemble clairement à un sommet montagneux mais ne freine en aucun cas les clients affamés ! Sa cote de popularité fait qu’il peut se retrouver sold out certains jours.

Une fois la commande passée, le ticket est remis au serveur qui confirme :
– l’épaisseur des nouilles : nouilles épaisses (太麺, futomen) ou nouilles fines (細麺, hosomen),
– la quantité de gras (脂, abura) : peu (少なめ, sukuname), normale (普通, futsuu), ou beaucoup (多, ta),
– le goût du bouillon (味, aji) : faible (薄め, usume), normale (普通, futsuu) ou fort (濃いめ, koime),
– la quantité d’épices pour certains plats uniquement : on choisit entre trois niveaux, le niveau 3 étant le plus épicé.
Selon l’affluence des clients, la préparation peut demander plus ou moins de 10 minutes d’attente. Cela laisse le temps de boire un petit verre d’eau en admirant les nombreuses figurines et serviettes exposées un peu partout dans le restaurant. A chaque commande passée, le client peut recevoir un ticket « service » qu’il doit cumuler pour bénéficier de gyoza gratuits ou d’un bol de ramen gratuit.

🍜 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

N’étant pas réellement tentée par le supposé meibutsu et son premier choix étant sold out, Kimi s’est orientée vers un kara miso tsukemen (辛味噌つけ麺) épicé au niveau 2 au prix de 870 ¥ lors de sa première visite. A ce niveau, il est en effet très bien épicé, brûlant presque les lèvres. Les portions sont généreuses, les nouilles sont tendres, les œufs bien cuits. Ce choix est un bon compromis.

Le lendemain, Kimi a pu tester son désiré akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), aussi énorme pouvait-il paraître.

Sa taille permet-elle de remplir les gros estomacs ? Son gout confirme-t-il sa réputation ? Une fois servi, le plat est aussi impressionnant qu’en photos. La montagne de pousses de soja énorme est recouverte de deux tranches de porc épaisses et rôties comme il faut.

La première étape est donc de s’attaquer à cette quantité de pousses de soja. La portion semble infinie, la montagne diminuant lentement, à penser qu’il y aurait plus de pousses de soja que de nouilles dans le bol. Les tranches de porc sont tendres et fondent en bouche et le bouillon a très bon goût. Mais comparé au tsukemen dégusté la veille, le akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), dont le niveau est imposé, s’avère moins épicé contrairement aux apparences. On parvient à finir le bol jusqu’à la dernière nouille et la dernière cuillerée de bouillon. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la portion est correcte, l’estomac est tout juste bien rempli.

❣️ Verdict ? (結論は?)

Ramen Ichiyu, petit restaurant perdu, vaut bien la peine qu’on s’y fasse un petit tour pour le déjeuner si on passe par la préfecture d’Ibaraki ! Bonne ambiance, accueil sympathique et on y mange bien ! Une bonne adresse à retenir !

Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊)
Adresse : 1975-1 Sakura, Inashiki-shi, Ibaraki (茨城県稲敷市佐倉1975-1)
Twitter : @ra_menichiyuu

Retrouvez la visite de Ramen Ichiyu en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


♫ Un article = Une chanson ► V6 – WAになっておどろう

3

▶ Butter : Les restaurants indiens (インド料理レストラン)

La cuisine japonaise, on l’apprécie, on en raffole et pour la plupart des expats au pays du soleil levant, elle s’instaure rapidement dans nos repas quotidiens. Mais d’autres pays sont aussi populaires pour leur cuisine ! Dans chaque grande ville, chaque quartier très fréquenté, il n’est pas rare de trouver des grandes chaînes américaines de fast-food, des restaurants italiens, français et aussi… des restaurants indiens !

Les restaurants indiens sont assez courants au Japon bien que la cuisine indienne soit très épicée pour les Japonais. Un bon curry avec un naan (et pas un âne, pardon pour le jeu de mots) ou du riz, ça ne se refuse pas !

C’est pourquoi dans cet article, Kimi va vous parler de ces restaurants en particulier et vous présenter ceux qu’elle recommande.

Kimi et les restaurants indiens (キミとインド料理の物語)

Pourquoi parler de restaurants indiens alors que je pourrais plutôt consacrer un article aux restaurants français (ça viendra peut-être plus tard) ? Tout simplement parce qu’en venant vivre au Japon, j’ai commencé à raffoler de la cuisine indienne. Et c’est vrai qu’on voit très souvent des restaurants proposant cette cuisine.

Je n’avais jamais vraiment mangé indien avant de venir au Japon et j’ignorais limite l’existence du naan (feuille de pain faite de farine de blé et cuite sur la paroi brûlante d’un four). J’aimais de base le curry épicé et sa préparation dans la cuisine indienne, en plus de la découverte du naan et du cheese naan, ont fait que ce plat est vite devenu un de mes favoris ! En particulier depuis que j’en ai mangé dans un restaurant situé à Shibuya et dans lequel je me suis souvent rendue par la suite tellement c’était un régal à chaque repas !

Mon premier restau indien remonte à mon arrivée en 2015, quand j’étais en PVT et travaillais dans une guest house à Asakusa. Une de mes co-workers japonaises m’y avait emmené. Je n’ai jamais retrouvé le nom de celui-ci. Mais depuis la découverture par le plus grand des hasards d’un de mes restaurants fétiches, quand une occasion se présente, je m’offre un bon déjeuner. La cuisine indienne est vraiment délicieuse, le personnel indien est pour la plupart du temps agréable, bien que souvent ils parlent les bases du japonais et quasiment pas anglais.

Après, ces restaurants sont-ils vraiment le reflet de la véritable cuisine indienne ? Est-ce que le cheese naan existe vraiment en Inde ou est-ce une invention ? Comme les yakitori au poulet et au fromage qu’on trouve en France alors que ça n’existe absolument pas au Japon ! Les vrais restaurants indiens tournent-ils de cette manière en proposant tous les plats dans leur menu comme les restaurants japonais en France gérés par des chinois qui proposent à la fois des sushis, des yakitori et des nems ? Chose inconcevable au Japon ! Appelle-t-on réellement ces plats indiens en sauce du « curry » ? En effet, le mot « curry » est un terme générique désignant une grande variété de préparations épicées. Des personnes de nationalité indienne que j’ai eu l’occasion de rencontrer m’ont clairement dit : « Non, ça ne s’appelle pas du curry ! » En réalité, le terme ne serait même pas employé en Inde ! Ces plats indiens en sauce sont qualifiés de curry par les occidentaux mais les Indiens emploieront différents noms selon les régions et les épices utilisées.

Il faudrait que je voyage en Inde pour en avoir le cœur net. Mais en tous cas, j’adhère à ces restaurants indiens chaleureux !

Présentation (紹介)

Implanté dans un décor à l’image du pays, parfois de la musique indienne en fond pour une bonne immersion, les restaurants indiens proposent le meilleur du curry ! Les currys sont un des mets les plus connus de la cuisine indienne. La plupart des plats indiens sont généralement à base de curry, préparés en ajoutant différents types de légumes, de lentilles ou de viandes. Les ingrédients du curry et le style de préparation varient selon la région. La plupart des currys sont à base d’eau, avec l’utilisation occasionnelle de produits laitiers et de lait de coco. Les currys sont généralement épais et épicés et sont consommés avec du riz cuit à la vapeur ou une variété de pains indiens, dont le populaire naan (プレーンナン).

Une grande variété de currys sont proposés : poulet au beurre (バターチキン), poulet (チキン), légumes (野菜), épinards (ほうれん草), noix de coco, fruits de mer (海鮮), keema (キーマ)… Il y a différents menus selon les estomacs et les préférences des clients. En général, un menu classique inclut deux saveurs de curry, une salade et un naan. Parfois on peut trouver en plus du poulet tandoori, un seul curry ou carrément trois ! Selon les restaurants il est possible de choisir la dose de piment (辛さ) du plus doux (甘口, amaguchi) au plus épicé (辛口, karakuchi).

Bien sûr, les currys peuvent aussi être commandés à l’unité et d’autres variétés de naan sont proposés : fromage (チーズナン), patate douce (さつまいも), miel (ハニーナン), oignons (玉ねぎ), sésame (胡麻), naan frit (あげナン)…
A la carte, on peut enfin découvrir les autres plats typiques de la cuisine indienne : samoussa, poulet tandoori (タンドリーチキン, poulet cuit sur un four de pierre en feu), chiche-kebab, biriyani (plat à base de riz préparé avec des épices, de la viande, des œufs ou des légumes), riz safrané… Côté boisson, c’est le lassi (boisson traditionnelle à base de lait fermenté) qui est le plus souvent à l’honneur.

Le midi, les menus sont un peu différents du dîner mais tout est moins cher et les naan sont servis à volonté. En comparaison, on paye quasiment moitié prix le midi. En moyenne, les menus du midi varient de 700 ¥ à 1 100 ¥ contre 1 400 ¥ à 2 000 ¥ le soir, un lassi ou un mango lassi peut couter seulement 100 ¥ le midi contre 400 ¥ le soir et un cheese naan coute 200 ¥ ou 300 ¥ !

Il y a également de la vente à emporter (持ち帰り) et pour faire patienter le client, le personnel très serviable offre une boisson (en général un lassi) gratuitement !

Quelques adresses (色々場所)

Si pour Kimi, le meilleur restaurant indien n’est autre que LUMBINI (ルンビニ), il y a d’autres restaurants approuvés qu’il est bon de tester ! Ils sont répertoriés par ordre de préférence ci-dessous !

① LUMBINI (ルンビニ)

Comme dit plus haut, c’est le meilleur ! Kimi, cliente fidèle certifiée, a quasiment fait le tour des menus. Pour plus de détails, on vous renvoie à l’article dédié à ce restaurant : LUMBINI (ルンビニ), le meilleur restau indien du Kansai

② Shib Mahal (インド料理 SHIB MAHAL)

Assez difficile à trouver sans Google maps ! D’ailleurs c’est grâce à Google maps, en cherchant bêtement un restaurant indien dans Shibuya, que Kimi en a fait la découverte ! Et elle ne compte plus le nombre de fois où elle s’y est rendue ! Les plats de curry sont très bons, en particulier celui aux épinards et tofu, les naan de grande taille. Pas de doute qu’on ressort toujours le ventre bien rempli après avoir choisi un menu au top : deux currys, un cheese nan, une salade et un morceau de poulet tandoori !

Le restau est assez petit et il peut arriver qu’il soit bondé, au point qu’il soit préférable de réserver sa table si on ne veut pas patienter. Mais justement, pour les clients qui se retrouvent à attendre qu’une table se libère, les serveurs offrent un verre de lassi pour patienter.

Adresse : Minatsu Building 2F, 2-6-2 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区道玄坂2丁目6-2 美奈津ビル 2階)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

③ Akriti (アケティ)

Repéré par hasard lors d’une virée à scooter dans Hirakata. Situé à la sortie de la station Gotenyama (御殿山), on y propose de la cuisine indienne et népalaise.

Restaurant petit mais accueillant, on peut s’installer à table ou au comptoir. Staff 100% indien mais avec un bon niveau de communication en japonais. Sous fond de musique indienne, divers menus sont servis pour le déjeuner. Dans ces menus variant de 700 à 1 600 ¥ environ :
• Quatre types de curry au choix : poulet, keema, épinards ou curry du jour (日替わり)
• Cinq niveaux de piment (辛さ) : doux (甘口), normal (普通), moyennement épicé (中辛), épicé (辛口), très épicé (激辛)
• Trois types de naan au choix : classique, miel, frit
• Pour un cheese naan, il faut choisir le menu cheese nan (チーズナンセット)
• Selon le menu choisi, le client peut s’offrir un ou deux currys accompagné(s) d’une boisson, de salade, de soupe et d’un morceau de poulet tandoori.

Le menu cheese naan (チーズナンセット) à 1 050 ¥ est recommandé : deux currys au choix, cheese naan, tebamoto (手羽元, ailes de poulet, moins gras qu’un tebasaki, 手羽先), salade, soupe et boisson ! La boisson, la salade et la soupe sont servies en premier pour prendre le temps de déguster ce menu consistant bien chaud.

Un mango lassi rafraîchissant, du curry au poulet et aux épinards bien pimentés. On attend un peu mais on savoure cette attente avec le curry bien chaud et le cheese naan au fromage bien fondant fraîchement cuit si bien qu’il brûle presque les mains. Les bols de curry sont un peu petits mais au vu du prix incluant un cheese nan sans avoir à rajouter un supplément de 300 ¥ et des accompagnements on ne va pas chipoter.

On a tout de même la peau du ventre bien tendu après ça mais si il reste de la place dans notre estomac, il y a toujours les trois types de naan à volonté ! Il est d’ailleurs possible de demander le type de cuisson et la taille adaptée à la gourmandise de chacun.

En quittant les lieux, penser à prendre un petit prospectus du restaurant qui offre des petits bons de réduction sur la prochaine visite.

Adresse : 1-18-17 Nagisanishi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市渚西1丁目18-17)
Accès : Gotenyama Station (Keihan Line)

④ Khazana (カザーナ)

Situé à Odaiba Decks, par temps ensoleillé, le client peut prendre une table en terrasse avec une vue sur Tokyo et le pont Rainbow. De quoi donner l’impression d’être en vacances ! Evidemment, pour ce cadre de rêve, il faut compter plus cher que les autres restaurants indiens. Environ 1 600 ¥ un menu plus 500 ¥ une boisson. Le plateau n’en reste pas moins consistant puisqu’il inclut tout de même deux currys au choix, un généreux poulet tandoori, une brochette de chiche-kebab, une salade, du riz, un naan, et un yaourt pour le dessert.

Mais pour les gourmands qui veulent vraiment en profiter à un bon prix, il est préférable d’opter pour le buffet à volonté proposé à 1 300 ¥. Quatre saveurs de curry, du poulet tandoori, du riz, du naan et du dessert pendant 60 minutes ! De quoi vraiment se faire plaisir !

Adresse : Decks Tokyo Beach Seaside Mall 5F, 1-6-1 Daiba, Minato-ku, Tokyo (東京都港区台場1丁目6−1 デックス東京ビーチシーサイドモール 5F)
Accès : Tokyo Telephort Station (Rinkai Line) sortie B, Odaiba Kaihinkoen Station (Yurikamome Line) sortie nord

⑤ Jaipur (ジャイプール)

A première vue, ce restaurant n’a rien de très indien. La façade et l’intérieur ne portent aucun élément en référence au pays du curry mais le mobilier est propre et moderne et la déco simple et sophistiquée. Et puis, on y mange tout de même bien ! Le personnel se compose de cuisiniers indiens et de serveurs japonais. Malgré cette balance pour faciliter la communication avec les clients, le service n’est pas toujours très chaleureux et les demandes particulières lors des commandes pas toujours prises en compte (oubli de changer de type de naan, etc…)

Situé dans la zone commerçante à proximité de la station Motosumiyoshi, à Kawasaki (préfecture de Kanagawa, proche de Tokyo), les prix y sont raisonnables quoique un peu élevés en comparaison à des restau situés en province : au déjeuner, compter en moyenne 1 000 ¥ pour un menu contenant deux currys au choix parmi ceux du jour, pour changer de type de naan, rajouter un supplément de 400 ¥ et deux poulets tandoori coutent 700 ¥.
Dans les currys proposés, on va trouver quelques exclusivités qu’il n’y a pas toujours dans les autres restaurants indiens comme le poulet au curry blanc (ホワイトチキンカレー), le curry aux aubergines et à la viande hachée (なすミンチのカレー), le curry au navet (かぶのカレー) ou encore le curry aux fruits de mer (シーフードカレー).

Les naan sont croustillants, le poulet au curry blanc est doux, le curry aux aubergines et le curry aux légumes sont étonnamment épicés. Il est cependant dommage de ne pas pouvoir choisir le niveau de piment. Le pudding à la mangue inclus dans un des menus déjeuner en guise de dessert apporte la petite touche douceur pour bien terminer le repas.

Adresse : La Bonne Maison 1F, 1-29-13 Kizuki, Nakahara-ku, Kawasaki, Kanagawa (神奈川県川崎市中原区木月1-29-13 ラボンヌメゾン1F)
Accès : Motosumiyoshi Station (Toyoko Line, Meguro Line) sortie ouest

⑥ Indo Shokudo Futaba (インド食堂 ふたば)

Si le nom ne sonne pas très indien, la déco et le fond musical est à l’image du pays. On est dans l’ambiance, presque dépaysé. Mais pour nous rappeler que ce n’est pas tout à fait le cas et éviter les problèmes de communication, le personnel parle plutôt bien japonais, bien que pas toujours très aimable comparé à des serveurs japonais.

Pour le déjeuner il y a trois menus possibles. Le premier contient un plat de curry et le deuxième deux plats de curry. Tous deux sont accompagnés de salade, poulet tandoori, naan ou riz. Pour les gros gourmands, le troisième menu offre trois plats de curry avec salade, poulet tandoori, naan ET riz !

Concernant le curry, il y a le choix parmi quatre types : poulet au beurre, porc, tofu et épinards, potiron et viande hachée. Le prix varie de 700 ¥ à 1 200 ¥ (hors taxes). Ajouter 150 ¥ pour recevoir une boisson ou un dessert.

Hélas, pour bénéficier de plus de choix dans la carte et savourer un cheese naan, il est préférable de venir pour le diner. Situé dans le quartier de Jiyugaoka, l’avantage du déjeuner en semaine est que le client peut bénéficier du calme et de la tranquillité du restau peu fréquenté dans cette plage horaire. En tout cas, le curry qui y est servi ainsi que ses tendres naan et les autres plats à la carte (biriyani, riz safrané…) en valent le détour au moins une fois !

Adresse : Terasse Jiyugaoka 2F, 5-20-17 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区奥沢5-20-17 テラス自由が丘 2F)
Accès : Jiyugaoka Station (Toyoko Line, Oimachi Line) sortie sud

⑦ DIYA Roppongi Hills (ディヤ六本木ヒルズ店)

Un restaurant qui mélange à la fois tradition et modernité. L’intérieur chic très lumineux avec des lampes jaunes cylindriques reflètent le désir du restaurant d’apporter cette lumière chaleureuse de l’Inde et d’inviter ses clients à y voyager à travers sa cuisine. La maison propose des menus authentiques, de la cuisine indienne riche accompagnée de vin indien. Pour le cadre et la richesse du menu, le budget nécessaire tourne autour de 1 500 ¥ pour le déjeuner et 5 500 ¥ pour le diner.

Adresse : Roppongi Hills Mori Tower B1F, 6-10-1 Roppongi, Minato-ku, Tokyo (東京都港区六本木6丁目10−1 ヒルサイドB1F)
Accès : Roppongi Station (Hibiya Line, Oedo Line) sortie 1c

⑧ SITAL Nishi-Ogikubo (SITAL 西荻窪店)

Testé uniquement pour un menu à emporter, on retient le service chaleureux et le lassi gratuit offert pendant l’attente de la commande. La spécialité de la maison est son curry à la viande hachée et à l’œuf (挽肉と卵のカレー). Les currys sont savoureux et le cheese naan contient une quantité généreuse de fromage. On y mange bien avec un bon rapport qualité-prix. Populaire auprès des habitants du quartier, le restaurant est souvent bondé aux heures de pointe, accueillants des familles, des jeunes couples, des employés en pause-déjeuner…

Adresse : Nishijima Building 1F, 2-12-2 Nishiogikita, Suginami-ku, Tokyo (東京都杉並区西荻北2丁目12−2 西嶋ビル1F)
Accès : Nishi-Ogikubo Station (Chuo Line, Chuo-Sobu Line) sortie nord
Site internet : https://sital-nishiogikubo.owst.jp/

Une atmosphère qui fait voyager et une cuisine qui diffère de la cuisine japonaise les restaurants indiens permettent de varier les gouts et les plaisir.


Aimez-vous la cuisine indienne ?
Y a-t-il des restaurants indiens que vous recommandez ?


♫ Un article = Une chanson ► BTSButter