2

► God Bless This Stamp : Le Goshuin (御朱印)

Grand voyageur, grande voyageuse qui parcoure le Japon et effectue un arrêt dans les nombreux temples bouddhistes et sanctuaires shintoïstes du pays, vous connaissez sans doute l’existence du Goshuin (御朱印), l’empreinte du sceau de ces lieux sacrés. Souvenir original et typique, collectionnez-les et rassemblez-les dans un Goshuin-cho (御朱印帳), un carnet spécialement dédiés aux Goshuin.

Vous désirez en savoir plus ? Alors lisez la suite de cet article !

※ Qu’est-ce que le Goshuin ? (御朱印とは何ですか。)

Le Goshuin (御朱印) correspond à l’empreinte du sceau des temples bouddhistes et sanctuaires shintoïstes au Japon que les visiteurs et adorateurs peuvent recevoir. Cependant, il peut arriver que certains sanctuaires et temples n’offrent pas du tout ce service.

En japonais, ce terme se décompose en trois kanjis :
(go) : terme honorifique ajouté au début de mots « importants ». L’empreinte du sceau est considéré comme un objet sacré, il droit donc être mentionné et traité avec un grand respect
(shu) : vermillon, faisant référence à la couleur rouge vif tirant sur l’orangé de l’encre utilisée pour marquer le sceau
(in) : empreinte du sceau
En d’autre terme, le Goshuin représente la marque rouge sacrée de chaque temple bouddhiste et sanctuaire shintoïste.

Mais précisément, il ne s’agit pas d’une simple marque rouge comme l’Inkan (印鑑). Le contenu est un peu plus complexe et se compose en plusieurs parties : on retrouve à la fois des empreintes de sceau et de la calligraphie. De même, il diffère selon les temples et sanctuaires. Voici par exemple le Goshuin du temple Kongobu-ji (金剛峯寺), situé à Koyasan (高野山).

  1. 令和元年拾壱月拾七日 (17 novembre de la première année Reiwa) : Date de visite
  2. 遍照金剛 (Henjokongo) : autre nom de Kobo-Daishi Kukai (弘法大師空海), saint fondateur de l’école bouddhiste Shingon
  3. 金剛峯寺 (Kongobu-ji) : Nom du temple
  4. Empreinte du sceau du temple
  5. Empreinte du sceau du lieu où se situe le temple
  6. 奉拝 (Houhai) : terme signifiant « culte », « adoration », « vénération »
  7. यु (Yu) : caractère sanskrit exprimé pour Kobo-Daishi Kukai
  8. 高野山 (Koyasan) : Nom du lieu où se situe le temple

Autre exemple de Goshuin du sanctuaire Ikuta (生田神社) à Kobe (神戸), un peu plus simple.

  1. 令和二年二月一日 (1er février de l’année 2 Reiwa) : Date de visite
  2. 生田神社 (Ikuta Jinja) : Nom du sanctuaire
  3. Empreinte du sceau de l’emblème du sanctuaire
  4. Empreinte du sceau du sanctuaire
  5. 奉拝 (Houhai)

A l’origine, le Goshuin était remis aux pèlerins qui offraient un sha-kyo (写経, transcription manuscrite de soutra) aux temples. L’empreinte du sceau est considéré comme sacré étant donné qu’il représente l’image du temple. De nos jours, il est bien sûr possible d’obtenir un Goshuin sans avoir à offrir un sha-kyo.

※ Le Goshuin-cho (御朱印帳)

Pour rassembler et collectionner les Goshuin, il est préférable d’avoir un carnet dédiés à cet effet, le Goshuin-cho (御朱印帳). Les temples et sanctuaires refuseront d’y inscrire leur Goshuin dans tout autre type de cahier ou dans un carnet contenant des tampons commémoratifs, alors attention ! Le Goshuin-cho est aussi un objet sacré et doit être entretenu avec respect ! Retenez ces mots :

御朱印帳

御朱印には、お参りされた佛様の功徳を納めさせていただいております。
御朱印帳は大変神聖なものでございますので、スタンプ帳やノートは区別いただき、大切にお取り扱いください。」

 Carnet de Goshuin

Le Goshuin est dédié au mérite de la visite de la demeure de Bouddha.
Le carnet de Goshuin est un objet très sacré et différent d’un carnet de timbres ou d’un cahier quelconque alors manipulez-le avec soin.

※ Obtenir un Goshuin (御朱印をもらう)

Lorsque vous arrivez au sanctuaire ou au temple, assurez-vous d’abord de faire une petite offrande au saisenbako (賽銭箱, tirelire en bois situé devant la salle de culte Haiden, 拝殿) et de prier. Étant donné que le Goshuin est essentiellement une preuve de pèlerinage vers un site religieux, il est impératif d’au moins rendre hommage au temple ou au sanctuaire. De plus, si vous visitez un sanctuaire, assurez-vous de suivre les directives générales lorsque vous entrez dans les lieux du sanctuaire (s’incliner devant la porte torii avant d’entrer, se purifier les mains…).

Une fois cela fait, dirigez-vous vers la réception de Goshuin et remettez votre carnet, de préférence ouvert à la page que vous souhaitez tamponner. Si vous n’avez pas de carnet dédié aux Goshuin, on vous le remettra sur une feuille de papier distincte que vous pourrez coller plus tard. La plupart des Goshuin sont payants, le prix variant de 300 ¥ à 500 ¥. On vous remettra le plus souvent une plaque numérotée, puis on vous demandera d’attendre. Attendez patiemment sans parler ni consulter votre smartphone. Ne surtout pas manger ou boire ! Lorsque votre numéro est appelé, remettez alors votre plaque et le montant demandé (essayez de prévoir de la monnaie et évitez de payer avec des billets) et récupérez votre Goshuin.

C’est toujours une belle surprise d’ouvrir son Goshuin-cho et d’y découvrir l’empreinte fraîchement inscrite. Il arrive qu’on remette un papier qui en plus de permettre à l’encre de sécher et de ne pas tacher les autres pages du carnet, vous rappelle les règles de bon entretien et de respect envers votre Goshuin-cho, ainsi que des coupons de réduction et des prospectus sur le temple ou le sanctuaire visité.


Possédez-vous un Goshuin-cho ?
Combien de Goshuin avez-vous collecté jusqu’à présent ?


♫ Un article = Une chanson ► Bon Jovi – God Bless This Mess

1

► Stay Royal Tea : La cérémonie de thé (茶道)

La cérémonie du thé, art traditionnel inspiré en partie par le bouddhisme zen. En japonais, il est symbolisé par deux kanjis : 茶道 que l’on lit « chado » et qui signifie littéralement « la voie du thé ». En japonais, beaucoup d’arts traditionnels et arts martiaux japonais contiennent le kanji de « voie » (道) : judo (柔道), kendo (剣道), aikido (合気道)… Chado pour le thé fait aussi partie de cette catégorie. La cérémonie de thé suit tout un processus précis sur le mode d’une « voie » spirituelle. L’autre mot qui distingue l’art du thé est Chanoyu (茶の湯) qui correspond particulièrement au thé servi dans de l’eau chaude, notamment en période hivernal. S’adapter aux saisons est important dans cette cérémonie !

A travers cet article, Kimi no BLUE TRAVEL vous emmène sur la voie spirituelle du thé et vous explique son histoire, sa préparation et son déroulement !

Histoire (歴史)

Dans la cérémonie de thé, le matcha (抹茶) est utilisé : il s’agit d’une poudre très fine de thé vert moulu, qui a été broyée entre deux meules en pierre. Le matcha serait originaire de Chine et aurait été introduit au Japon au 12ème siècle. Les premières personnes à en boire furent les moines bouddhistes zen. La plupart des thés viennent des mêmes feuilles de thé mais leur processus de fabrication est différent : le matcha et le thé vert sont réalisés sans fermentation ni oxydation contrairement au thé noir par exemple.

L’esprit de la cérémonie de thé (茶道の標語)

La cérémonie de thé repose sur quatre mots :
Harmonie (和, wa) : ouvrez votre cœur et entendez-vous avec les autres (open one’s heart and get along with one another)
Respect (敬, kei) : respectez-vous les uns les autres (respect one another)
Pureté (清, sei) : purifiez non seulement ce que l’on peut voir, mais aussi ce qui se trouve dans votre cœur (purify not only what one can see, but also what’s within one’s heart)
Tranquillité (寂, jaku) : gardez votre calme en toute situation (keep your calm in any situation)

Ces mots révèlent tout sur l’esprit du thé et on les doit à un grand maître en la matière : Sen no Rikyu (千利休). Non seulement suivre l’état d’esprit, pour cet homme qui a étudié en profondeur la cérémonie du thé, il faut avant tout y mettre tout son cœur. Quand il demandait à ses disciples si leur cœur était préparé pour la cérémonie de thé, ils répondaient « Je peux au moins faire ça. » On raconte donc que si quelqu’un peut le faire, il peut devenir un disciple. Cependant, un bon disciple se résumera aux points suivants. Voici les 7 commandements d’un bon disciple de la cérémonie de thé :

  • Réalisez un délicieux bol de thé : ayez l’attitude de vouloir tout mettre en œuvre pour faire du bon thé
  • Disposez le charbon de bois pour que l’eau bout rapidement : savoir ce qui est essentiel est important
  • Gardez la pièce fraîche en été et chaude en hiver : tenez compte des saisons est important
  • Disposez les fleurs au fur et à mesure qu’elles fleurissent dans la nature : respectez la vie qui vous est offerte par la nature
  • Soyez prêt en avance : soyez attentif au temps et faites-lui de la place
  • Soyez prêt en cas de pluie : vous devez pouvoir vous adapter à toute les situations
  • Tenez compte de vos invités : respectez les autres et profitez de ce moment ensemble car celui ne se produit qu’une seule et unique fois

Le septième commandement s’applique notamment dans la gestuelle, c’est-à-dire, l’inclinaison (おじぎ). Au moment de servir ou de recevoir le thé, il est obligatoire de s’incliner pour montrer le respect. A genoux, disposez à l’avant vos mains sur le sol de façon à former le chiffre huit en japonais (八), puis inclinez le corps vers l’avant. Il y a deux types d’inclinaison dans la cérémonie de thé :
– l’inclinaison formelle (真, shin) entre l’hôte et l’invité face-à-face : abaissez doucement les deux mains devant les genoux, déplacer naturellement le haut du corps et penchez-vous vers l’avant de façon à ce que les paumes touchent entièrement le sol sur les tatamis et que votre ventre touche vos genoux
– l’inclinaison informelle (行, ko) entre invités côte-à-côte : le dos droit, penchez-vous en avant et abaissez vos mains de jusqu’à ce que la deuxième articulation seulement touche le sol.

Ces gestes s’accompagnent de salutations (挨拶) :
– お先に (o saki ni, veuillez m’excuser de me servir en premier) : à dire à l’invité à côté de vous quand vous êtes servi avant lui
– お相伴いたします (o shōban itashimasu, je me joins à vous) : à dire à l’invité à côté de vous quand vous êtes servi après lui
– お点前頂戴いたします (o temae chōdai itashimasu, je vous remercie pour le thé) : à dire à l’hôte qui vous sert le thé

La voie du thé (茶道)

► Accueil

Le salon où se tient la cérémonie de thé (茶室) est en général implanté dans un jardin. Avant d’entrer on se purifie les mains et la bouche comme au sanctuaire et on entre par une petite entrée. A l’intérieur, les invités se dirigent alors vers le tokonoma (床の間) où ils admirent les parchemins, les calligraphies et autres décorations (objets d’art, plantes..). Puis, ils s’assoient dans la position seiza (正座« assise correcte », terme employé pour désigner la façon traditionnelle compassée de s’asseoir au Japon) par ordre de prestige.

Il arrive qu’il y ait un premier rassemblement (茶事) durant lequel un repas léger et simple, appelé kaiseki (懐石) ou chakaiseki (茶懐石) est servi aux invités, suivi par une dégustation de saké (日本酒). Si il n’y a pas de rassemblement, l’hôte procède directement à la cérémonie.

► Préparation : les indispensables ustensiles

Tous les objets de la cérémonie du thé sont entretenus avec une précaution exquise. Ils sont scrupuleusement nettoyés avant et après chaque utilisation et avant leur rangement. Même si ils sont déjà propres avant l’arrivée des invités, le lavage des ustensiles est quand même réalisés devant eux par politesse. Ces ustensiles sont les suivants :

  • chawan (茶碗) : bol utilisé pour la préparation et la consommation du thé
  • chakin (茶巾) : toile blanche et rectangulaire de lin utilisée pour le rituel du nettoyage du bol
  • chasen (茶筅) : fouet pour mélanger le thé en poudre dans l’eau
  • chaki (茶器) : pot contenant le thé en poudre, il en existe deux types selon la matière avec laquelle ils sont fabriqués (natsume (棗) pour les pots en bois ou bambou et cha-ire (茶入) pour les pots en céramique)
  • chashaku (茶杓) : cuillère à thé
  • fukusa (袱紗) : carré de soie utilisé pour le nettoyage symbolique du chashaku et du chaki, ainsi que pour manipuler le couvercle de la bouilloire chaude
  • hishaku (柄杓) : longue louche en bambou utilisée pour transférer l’eau du et vers les pots en fer et les récipients d’eau fraîche
  • kaishi (懐紙) : papier utilisé pour placer la nourriture (des sucreries japonaises qui accompagnent le thé) et essuyer les doigts que l’on porte plié et coincé dans la poche de poitrine du kimono

► Déroulement de la cérémonie

La cérémonie peut commencer. L’hôte procède au nettoyage des ustensiles dans un ordre déterminé et en utilisant des gestes très précis. Les ustensiles sont placés dans l’ordre exact de rangement en accord avec la préparation qui suivra. Lorsque les opérations de nettoyage et de préparation des ustensiles sont terminées, l’hôte introduit deux cuillères de poudre de thé avant d’y ajouter l’eau (chaude ou froide selon la saison). Puis il mélange avec le fouet. Sans l’enfoncer entièrement dans le bol, le fouet est trempé de façon à immerger environ 0.5 à 1 cm et est agité de gauche à droite pendant plusieurs allers-retours. Lors de la manipulation, l’hôte fait volontairement du bruit car le son de l’eau s’accorde à l’atmosphère pure et tranquille que reflète la cérémonie de thé.

Pendant que le thé est en cours de préparation, les douceurs sont apportées aux invités. Ce sont souvent des sucreries japonaises. On distingue deux types :
omogashi (主菓子, sucreries principales) : pâtisserie copieuse traditionnelle wagashi (和菓子), différente selon les saisons (mochi, manju, dango, ohagi…), servis avec le thé épais
higashi (干菓子, sucreries sèches) : petits bonbons secs et très sucrés de couleurs différentes selon les saisons et représentant des fleurs ou autre symbole associé à la saison, servis avec le thé fin

Lorsqu’on les apporte et qu’on leur propose de se servir en disant « お菓子をどうぞ » (okashi wo douzo, veuillez vous servir s’il vous plaît), les invités s’inclinent et répondent « お菓子を頂戴いたします » (okashi wo chōdai itashimasu, je vous remercie pour les sucreries). Il faut ensuite dire « お先に » (o saki ni, veuillez m’excuser de me servir en premier) à la personne qui se trouve après, prendre le plateau en face de soi avec les deux mains, le soulever légèrement pour exprimer ses remerciements, le reposer, s’incliner à nouveau et prendre une sucrerie pour la poser sur le kaishi. Enfin, le plateau est passé à l’invité suivant. La sucrerie est consommée avant de recevoir le thé.

Le thé enfin prêt, c’est le moment de le recevoir. Le bol est placé face à l’invité à l’intérieur de la bordure du tatami. Chaque invité s’incline et dit « お点前頂戴いたします » (o temae chōdai itashimasu, je vous remercie pour le thé), et prend le bol de thé dans ses mains. Il faut le poser sur la main gauche, prendre le temps de l’admirer et le tourner deux fois dans le sens des aiguilles d’une montre de deux heures à quatre heures avec la main droite, boire le thé en trois gorgées. Une fois terminé, il faut essuyer l’endroit où on a bu avec son pouce et essuyer son pouce avec le kaishi, tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre de quatre heures à deux heures et reposer le bol cette fois à l’extérieur de la bordure du tatami.

L’hôte demande alors aux invités si ils désirent encore du thé et nettoie les ustensiles Les invités quittent la maison du thé, l’hôte les saluant de la porte, mettant ainsi fin à la cérémonie. Une cérémonie de thé peut durer entre une et cinq heures, selon le type de repas et de thé servis.


Avez-vous déjà participé à une cérémonie de thé ?
Quelles furent vos impressions ?


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Stay Frosty Royal Milk Tea

1

► I can be a HERO : Le Nouvel An 2018 de Kimi au Japon

Bonne année 2018 ! 明けましておめでとう🎍✨!

2017 s’annonçait plutôt mauvaise mais a été finalement une bonne année. Les six derniers mois ont été intenses mais avec beaucoup de bonheur grâce à ma team de choc et mes étudiants. Moins de voyages qu’en 2016, je ne suis allée qu’en Corée mais j’ai accompli l’ascension du Mont Fuji et ai continué à découvrir le Japon qui me surprend encore aujourd’hui :D. Je souhaite que 2018 soit aussi bien !

Pleins de bonnes choses pour vous également pour cette nouvelle année ! Le bonheur, la santé, sans oublier de faire de vos rêves les plus fous une réalité !

Après le Toshi-koshi soba (年越し蕎麦), « soba du passage à l’année suivante » pour s’assurer longévité, santé et énergie, j’ai commencé mon année dans la préfecture d’Ibaraki (茨城県), à Naka Minato (那珂湊). Je suis allée, vêtue du Happi (法被, vêtement traditionnel porté pendant divers événements et fêtes), aux sanctaires Tsu (津神社) et Tenmangu (天満宮) pour prier, écrire mon vœu, boire du saké et manger du chanko nabe près du feu.

J’ai admiré le premier lever du soleil de cette année, appelé hatsuhinode (初日の出) depuis la plage Hiraiso (平磯海水浴場). Un spectacle grandiose !

Enfin, pour rester dans la tradition japonaise, j’ai dégusté l’Osechi (御節料理) !

L’Osechi, qu’est-ce que c’est exactement ?
C’est le repas traditionnel du Nouvel An japonais, composé de mets ayant chacun une signification en rapport avec le Nouvel An !

À son origine, l’Osechi était constitué de légumes bouillis dans de la sauce soja, du sucre ou du mirin. Au fil du temps, les types de plats ont évolué et le nombre de plats composant l’Osechi a grandi. Aujourd’hui, Osechi désigne n’importe quel plat préparé spécifiquement pour le Nouvel An et des plats de l’Occident (西洋お節 seiyō-osechi), comme chinois (中華風お節, chūkafū osechi), ont été adoptés. Traditionnellement préparés à la maison, l’Osechi est aussi vendu dans des department stores, des boutiques spécialisées ou des konbini. Il est servi dans des boîtes spécifiques appelées jūbako (重箱).

En général, durant les trois premiers jours de la nouvelle année, il est interdit d’utiliser l’âtre et de cuisiner. Les plats de l’Osechi sont donc souvent préparés à l’approche du Nouvel An. Ce qui peut représenter une grosse charge de travail pour les familles nombreuses !

​Mon Osechi de 2018 contenait entre autres :​
– ‎Kazunoko (数の子) : des œufs d’hareng. Kazu signifie « nombre » et ko « enfant ». Ils symbolisent le désir d’avoir de nombreux enfants pendant la nouvelle année.
– ‎Kuro-mame (黒豆) : ​haricots noirs. Mame signifie aussi « santé » et symbolise le vœu de bonne santé​ et de longévité​.
– ‎Kohaku-namasu (紅白なます) : légumes rouges et blancs fait de daikon (radis blanc japonais) et de carottes coupés en fines tranches et conservés dans du vinaigre au yuzu (citron japonais). C’est un met souvent consommé pendant diverses célébrations.​
​- ​Subasu (酢蓮​) : racine de lotus vinaigrée. En raison de ses nombreux trous, il symbolise des perspectives futures.​
​- ​Shakasa Shiitake​ (​陣笠椎茸​)​ : champignon.
Tadzuna kon’nyaku (手綱こんにゃく)​ : gelée pâteuse.
– ‎Konbumaki (昆布巻き) : algue roulée, associée au mot 喜ぶ (yorokobu, être joyeux).
– ‎Tazukuri (田作り) : sardines cuites dans la sauce soja. La traduction littérale de tazukuri est « fabricant de riz complet », car le poisson était utilisé pour fertiliser les rizières. Ce plat symbolise une récolte abondante.
– ‎​Datemaki (伊達巻き) : omelette sucrée mélangée avec de la pâte de poisson et des crevettes en purée. Cela symbolise le souhait de connaître de nombreux jours fastes (晴れの日, hare-no-hi).
– ‎Kamaboko (蒲鉾) : un gâteau de poisson grillé. Traditionnellement, des tranches de kamaboko blanches et rouges sont disposées en rang et en alternance pour former un motif original. Sa forme ressemble à celle du lever du soleil. Rouge signifie amulette, blanc signifie pureté. On dit que la couleur du rouge et du blanc est propice.
Kinpira ‎(金平) : tranches de légumes tels que carotte ou racine de lotus cuits à la poele avec du sucre et de la sauce soja.
‎Kuri Kinton (栗金団) : châtaigne et patate douce sucrée. Symbolise la chance.
‎Zoni (雑煮) : soupe de mochi dans un bouillon clair (dans l’est du Japon) ou un bouillon de miso (dans l’ouest).

L’Osechi, c’est très bon et on ne se sent pas gavé malgré la quantité de nourriture ! 🍱
​Et avant de commencer à manger, on trinque avec une petite coupe de saké, otoso (お屠蘇) !​

Sources : Wikipedia et Miki-chan 

Après le repas, on continue les traditions du Nouvel An avec la première visite au temple pour prier ​! Je suis allée au temple ​Gion ​(祇園寺) pour sonner la cloche (除夜の鐘 Joyanokane) et au ​sanctuaire ​Mito hachimangū (水戸八幡宮) pour tirer mon omikuji et manger des bons takoyaki et Ōban-yaki (​大判焼き).

​​Lors de la visite au temple pour la première prière de l’année (初詣 hatsumode), il est de coutume de tirer un omikuji (おみくじ, loterie sacrée) pour découvrir ce que nous réserve l’année ! Avez-vous une mauvaise, moyenne, bonne ou une excellente fortune ? Amour (恋愛), voyages (旅行), études (学業), santé (健康), travail (仕事), souhaits (願望), argent (金運), comment ça se passera ?

​Par exemple, d’après mon Omikuji, 2018 devrait rimer avec « succès » (躍) : je peux être active dans tous les domaines et je dois relever des défis avec ambition, rendre possible l’impossible. Si j’ai un grand rêve, je ne dois pas m’inquiéter des petites choses et juste aller de l’avant ! Ensuite, on me prédit une « excellente fortune » (運勢大吉) mais je dois quand même économiser ! Voyager, oui, mais le voyage sera meilleur si je le fais différemment de d’habitude. J’ai un grand rêve (je ne sais pas encore lequel haha). En travaillant avec enthousiasme, je pourrai gagner un meilleur revenu et plus de confiance ! Si j’essaye un nouveau sport, je serai en meilleure condition physique. En bref, c’est assez positif donc je garde mon Omikuji précieusement, tout comme la petite tortue dorée qui était avec, car elle permet de remplir le porte-monnaie apparemment ! Bon ben… on y croit !

À peine rentrée de Ibaraki, 英子さん m’a invitée à un Shinnenkai (新年会), un premier rassemblement entre amis pour manger et boire. Je me suis retrouvée dans un groupe d’amis qui se connaissaient depuis l’école, dans une ambiance conviviale, comme en famille. On a bu du saké et mangé divers plats, quelques mets du Osechi ainsi que des rouleaux de printemps (春巻き, harumaki), de la viande, du sashimi de buri (ブリ), de la quiche (oui, oui), de la pizza et pour le dessert du cheesecake…

Le Shinnenkai avait lieu dans une maison traditionnelle japonaise avec dans une des pièces un tokonoma (床の間) que l’on trouve justement dans ce genre de maison et où on expose divers objets d’art ou sacrés. Il y avait des daruma, des kagami mochi… On m’a un peu expliqué leur rôle et leur signification. C’était très intéressant, même si c’était assez difficile à comprendre !

​Les Shinnenkai ayant généralement lieu dans des restaurants ou Izakaya, après avoir bien bu, mangé et parlé, chacun rentre chez soi au bout de deux heures. Mais nous, ça a duré toute l’après-midi et on a clôturé par une partie de Bingo avec en lots des cadeaux que chacun avait ramené et caché dans des sacs de façon à créer un lucky bag (un cadeau surprise) ! Selon notre classement au Bingo, on avait plus de choix pour notre cadeau. J’ai tellement pas de chance à ces jeux que j’ai fini avant-dernière hahaha, mais j’ai eu un bon lucky bag en cadeau ! C’était la surprise en l’ouvrant après ! C’était amusant ! Un peu comme dans mes soirées en famille en France ^^ !

Ces jours sont passés vite mais ça m’a fait du bien. J’étais bien entourée pour ce Nouvel An et j’ai pu suivre les traditions du Japon comme j’avais espéré ! Je suis contente d’avoir vécu le Nouvel An à la japonaise !

Maintenant, on repart pour une nouvelle année. Je crois en mon Omikuji et j’espère vivre de belles choses encore au Japon 🙏.


♫ Un article = Une chanson ► MONSTA X – HERO

1

► Bon Voyage : Le Franponais

La perle de Daiso, Busan (Corée du Sud)

La perle de Daiso, Busan (Corée du Sud)

C’est bien connu, le franponais (mot-valise composé de français et japonais, désignant l’utilisation souvent malencontreuse de mots français par les japonais) est très présent ! On le retrouve énormément dans des domaines relatifs à l’image de la France, que ce soit la mode, la cuisine, la coiffure ou la pâtisserie. Le français apparaît surtout à l’écrit sur les enseignes des magasins, les T-shirts, les menus des restaurants…

Coucou, Nagoya

Coucou, Nagoya

Pause Café, Kyoto

Pause Café, Kyoto

Je me rappelle qu’une amie m’avait refilée un bouquin contenant certaines « perles » de franponais, et pour certains, c’était bien drôle ! En habitant ici, j’ai bien remarqué que je voyais pas mal de franponais un peu partout où j’allais. Et pas qu’au Japon, mais aussi en Corée (on dit du franréen ou du coréçais dans ce cas-là ? -pan-) C’est pourquoi à mon tour, j’ai décidé d’en capturer des clichés et de vous les montrer ici. Certains sont drôles d’autres moins, certains ont de belles fautes, d’autres non, bref, voici tout ce que j’ai pu trouver :D !

Dans un restaurant, Matsumoto

Dans un restaurant, Matsumoto

Rafraîchir, c’est se sentir comme une toute nouvelle personne ! Si je l’enseigne à mes étudiants, comprendront-ils ?

Ton ami, entre Tokyo et Nagano

Ton ami, entre Tokyo et Nagano

Sur la route, tu n’es jamais seul(e) ! TON AMI est toujours là pour toi !

Grande Dieu Poule, Osaka

Grande Dieu Poule, Osaka

Ou Grand Déesse Coq ?! Ici on a encore du mal à différencier masculin et féminin…

/!\ Cet article sera régulièrement mis à jour ;) !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCK – Bon Voyage

1

► Trick Or Treat : Halloween Party à Shibuya

196

Je vous avais un peu parlé du Nouvel An au Japon, maintenant je vais vous parler d’Halloween au Japon !

Je n’ai pas eu l’occasion de le fêter l’année dernière car je travaillais et je me rappelle qu’en rentrant chez moi à Shibuya, j’avais vu beaucoup de monde déguisé !

Oui en effet c’est comme ça que ça se fête ici. Pas seulement les enfants qui vont toquer aux portes, au Japon, tout le monde se déguise ! Et dans le pays du cosplay, beaucoup créent leur propre costume, unique et original. Si vous n’avez ni le temps ni la patience de le faire, multitudes de boutiques fourre-tout vous proposent déguisements, accessoires et maquillage ! Une fois que vous êtes bien laid et effrayant, vous n’avez plus qu’à vous joindre à la parade ou aller traîner dans les quartiers populaires comme Shibuya, là où le plus de zombies, de sorcières ou de vampires se rencontrent !

207 209 205 208

Cette année, Halloween tombait un lundi mais durant toute la semaine précédente les gens le fêtaient en défilant dans les rues et en se déguisant. J’ai décidé d’aller fêter mon premier Halloween japonais le dimanche 30 octobre.

Mais forcément, comme je suis trop occupée et parce qu’il commençait déjà à faire un froid de canard, je partais à Shibuya à moitié déguisé… Avec un costume destroy de zombie acheté le matin même à Don Quijote et une cape pour avoir chaud. Je me suis maquillée une fois sur place sinon les gens dans le train allaient avoir peur xD.

J’étais pas seule bien sûr et j’ai passé Halloween avec Elodie, sa coloc’ canadienne et des amis japonais rencontrés au BBQ de J-Career et pendant mon PVT.

220

Nous nous sommes tous retrouvés à Shibuya près de Hachiko qui était aussi déguisé pour l’occasion xD. Vers 16h il y avait du monde mais encore peu de gens déguisés. La foule était vraiment très dense en soirée, mais encore pire que d’habitude ! La circulation en devenait difficile ! Alors qu’on galérait à se frayer un chemin pour arpenter le quartier en mode Halloween, on entendait sans cesse cette même question : « 写真撮ってもいいですか » (Shashin totte mo ii desu ka? = Est-ce qu’on peut prendre une photo ?). Pendant Halloween, tout le monde devient ton ami et c’est l’échange de photos et de selfie. Je crois que nous nous sommes retrouvées dans la carte mémoire de centaines de smartphones ce soir-là xD.

193 192

Nos costumes n’étaient pas les plus originaux, mais ce petit échange avec les japonais, mais aussi les chinois, coréens, américains était vraiment sympathique ! Mais moi j’ai surtout aimé faire une photo avec eux xD !

En plus quand je leur ai dit que j’étais française, ils ont tous crié : « BONJOUUUUR ! C’EST BOOOON ! ». Devinez pourquoi et surtout devinez en quoi ils sont déguisés x’D.

Pour le dîner, en toute logique, nous sommes allés au Lockup, un bar sur le thème de l’horreur ! Un endroit que j’ai déjà testé deux fois par le passé et que j’aime bien !

On mange et on boit dans une cellule de prison bien sombre et on nous sert des cocktails chelous dans des béchers ou des éprouvettes (moi qui ai travaillé en laboratoire, ça me fait toujours rire de boire là-dedans), les plats n’ont rien d’extraordinaire mais sont décorés de façon à leur donner un petit côté effrayant, comme la pizza zombie, qui ressemblait plutôt à une pizza momie, m’enfin ! Les serveurs sont habillés en détenus de prison et quand vient l’heure du « show », le bar entier plonge dans l’obscurité et ces derniers se déguisent en monstres pour venir pour faire peur ! Donc pensez à garder votre sang froid haha. J’ai beau connaître le concept, ces monstres réussissent toujours à me faire peur x’D !

212 213 215217

L’occasion était trop bonne pour y venir pendant Halloween. C’était comme une soirée habituelle, mais y célébrer mon anniversaire m’a fait grand plaisir ^^.

The Lockup Shibuya ザ・ロックアップ渋谷店
Adresse : Shibuya Grand Tokyo Building B2F, 33-1 Udagawacho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6-1
Passer la tour Shibuya 109 par le côté droit, tourner à droite au H&M.

Après ça, nous sommes allés une petite heure au Karaoké avant de refaire un petit tour dans Shibuya pour terminer la soirée. A l’approche du dernier métro, les rues étaient encore bien bondées, avec la police qui galérait un peut à faire la circulation. Il faut supporter la foule pour cet événement, mais malgré ça, j’ai trouvé cet Halloween vraiment cool ! Se retrouver au milieu de milliers de personnes d’horizons différents, avoir un bref échange avec eux alors qu’on ne les connait pas… C’est une ambiance que j’aime beaucoup ! Bref, Halloween au Japon, j’adhère et je le fêterais bien tous les week-ends !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► The Candy Spooky TheaterTrick Or Treat

4

►お正月: Kimi fête le Nouvel An au Japon !

Premier article daté du mois de janvier 2016 ! Il serait donc logique que ce soit pour cette nouvelle année qui commence ! Donc je tiens à vous souhaiter à tous une très bonne année 2016 ! Qu’elle soit synonyme de bonheur et santé ! Que vos projets se concrétisent et vos rêves se réalisent ! De mon côté, je vais continuer à travailler dur pour atteindre mes objectifs, en essayant de ne pas me décourager ^^ ! 2015 a eu du bon comme du mauvais, je ne garde que le bon et enterre le mauvais. Je souhaite que 2016 soit une année où de nombreuses portes pourront s’ouvrir et qui m’offrira des opportunités ! On y croit ;) !

Et comme nous sommes dans le vif du sujet, je vais vous raconter comment se passe le Nouvel An au Japon, et comment je l’ai fêté de mon côté !

お正月: Le Nouvel An Japonais

Le Nouvel An Japonais, ainsi nommé Oshogatsu (お正月) est célébré le 1er janvier depuis la fin du XIXè siècle et a ses propres coutumes, différentes de celles des Occidentaux. C’est certainement la fête familiale la plus importante de l’année dans la société nippone et dure même plusieurs jours. Pour nous, ce sera plutôt Noël, ici ce n’est pas le cas !
Autrefois, au même titre que le Nouvel An chinois, coréen et vietnamien, il était basé sur le calendrier chinois et était fêté au début du printemps. Depuis 1873, le Japon fonctionne sur le système du calendrier grégorien et le 1er janvier est devenu le jour officiel du Nouvel An au Japon.

Se préparer au Nouvel An

La préparation du Nouvel An, ça commence directement après Noël, dès le 26 décembre. Du 26 au 30 décembre, les japonais se consacrent à : le grand ménage, dit nenmatsu no osoji (年末の大掃除), la décoration pour le réveillon, aux dernières soirées entre amis et collègues, dit bonenkai (忘年会), et l’envoi des cartes de vœux, dit nengajo (年賀状).

► 年末の大掃除 : Le grand ménage
Le grand ménage avant la nouvelle année consiste à nettoyer toute la maison de fond en comble afin de la purifier. On lave tout du sol au plafond, dépoussière et aère les tatami, remplace les objets abîmés… La tradition de Susuharai (煤払) veut qu’une journée soit consacrée à nettoyer la saleté de l’année passée entre le 13 et le 28 décembre. Les japonais doivent aussi avoir liquidé les affaires en cours et réglé leurs dettes. Ce grand ménage est aussi pratiqué dans les écoles et dans les bureaux.

De mon côté, j’ai suivi cette tradition et j’en ai profité pour faire le grand ménage dans ma chambre ! Photo pas utile pour vous montrer que ma chambre est propre.

► 門松, 標縄 et 鏡餅 : Vos décorations pour le Nouvel An
Votre maison est propre et purifiée, il est maintenant temps de l’orner pour le réveillon du 31 décembre ! Les japonais ont pour coutume de déposer devant la porte un kadomatsu (門松), composition décorative autour de bambous et de pins censée accueillir les dieux, et d’accrocher un shimenawa (標縄), des ornements faits de cordes souvent placés aux entrées pour repousser les mauvais esprits. Les japonais préparent également ce qu’on appelle des kagami mochi (鏡餅), des gâteaux de riz empilés l’un sur l’autre avec une orange sur le dessus. Il est aussi courant de voir des décorations mettant en scène l’animal du zodiaque de l’année à venir. L’année 2016 correspond à l’année du singe, c’est donc lui qui est à l’honneur cette fois.

Ma maison n’était pas décorée :( mais j’ai pu voir quelques habitations et également des magasins décorés d’un kadomatsu et d’un shimenawa.

► 忘年会 : Une dernière soirée
La semaine qui précède la nouvelle année est souvent consacrée aux bonenkai (忘年会), des soirées de fin d’année entre amis ou collègues. Généralement, ces soirées se passent dans les izakaya qui se retrouvent très vite complets. Vous vous retrouvez autour d’une table, mangez, buvez, riez et vous vous remémorez les bons moments et oubliez les mauvais. Une bonne occasion de bien terminer l’année et de s’apprêter à partir sur de bonnes bases pour la nouvelle année à venir.

Je n’ai pas eu l’occasion de me rendre à un bonenkai, mais travaillant dans un izakaya le soir, je peux vous dire qu’en décembre j’en ai vu passer pas mal. Je ne comptais plus le nombre de boissons que j’ai du préparer et servir, souvent pour des tables de plus d’une quinzaine de personnes ! 

► 年賀状 : Un petit tour à la Poste pour envoyer vos vœux
Tout comme nous, les japonais ont aussi pour coutume de souhaiter leurs vœux en envoyant des cartes postales, ici appelées nengajo (年賀状, carte de félicitations de l’année). Cependant, elles ne sont pas rédigées au cours du mois de janvier comme les nôtres, mais au mois de décembre afin qu’elles soient envoyées avant le 28 décembre au plus tard et être réceptionnées le 1er janvier, ou du moins avant le 7. Une famille japonaise envoie en moyenne de 50 à 100 cartes. Cette tâche prenant énormément de temps, il existe des cartes postales pré-timbrées appelées nenga hagaki (年賀はがき) avec un timbre spécial aux couleurs de l’animal correspondant à la nouvelle année, ou des services internet qui s’occupent d’imprimer puis d’envoyer les cartes. Le jour de l’An, une cérémonie spéciale est tenue le matin dans chacun des bureaux de poste du Japon pour la livraison de ces cartes.

La dernière fois que j’ai du me rendre à la poste le mois dernier, je n’ai pas compris pourquoi c’était autant blindé. Une fois à l’intérieur, quand j’ai vu de nombreux japonais avec des tonnes d’enveloppes en main, j’ai compris que c’était leurs cartes de vœux qu’ils s’apprêtaient à envoyer. Hélas, la famille désolée, je n’ai pas trouvé le temps de vous préparer ces petites cartes, et puis elles ne seraient jamais arrivées le 1er janvier >_<. J’essaierai la prochaine fois ! 

大晦日 : Le réveillon du 31 décembre

C’est le grand jour, celui de célébrer le passage à la nouvelle année ! Le réveillon, dit Omisoka (大晦日), se déroule assez traditionnellement en famille, sauf pour les jeunes qui vont faire la fête entre amis. Ou bien pour moi qui n’ai pas ma famille à mes côtés !

► 年越し : Le repas du Nouvel An Japonais
Le plat principalement dégusté au réveillon est simplement un soba toshikoshi (年越し, soba de la nouvelle année). C’est le dernier plat de l’année dégusté au Japon. Ses fonctions sont à la fois pratiques et symboliques ; la préparation du Nouvel An prend tellement de temps qu’un simple plat de nouilles de sarrasin permet d’alléger la charge de travail. La forme longue des nouilles représentent aussi la longévité. C’est pourquoi il faut intégralement terminer toutes ses nouilles au risque d’inviter la malchance.
Tout en dégustant ce met simple et rapide à préparer, les japonais regardent à la télé des émissions de variétés qui diffusent des sketches et des chansons traditionnelles ou modernes. Le programme ayant le plus de succès est Kohaku Uta Gassen (紅白歌合戦), une émission musicale diffusée depuis 1951 sur NHK dans laquelle une équipe de chaque sexe s’affronte pour être élu meilleure équipe par les votes des téléspectateurs.

► 除夜の鐘 : Et les cloches sonnent !
Le rituel joya no kane (除夜の鐘), a lieu dans les temples bouddhistes de l’ensemble du pays, le dernier jour de l’année. La cloche du temple est sonnée 108 fois, symbolisant les 108 tentations terriennes enseignées dans le culte bouddhiste. Cet acte est ainsi une façon de se libérer de ces pêchés avant de commencer la nouvelle année sur de bonnes bases. Certains temples permettent aux visiteurs de sonner la cloche après la fin du rituel. Le faire permettrait, dit-on, d’apporter la bonne fortune. Selon les temples, les visiteurs peuvent faire sonner la cloche gratuitement ou payer ou réserver un ticket. Il arrive également que le nombre soit limité (par exemple, en toute logique, au 108 premiers arrivés).

三が日 : les premiers jours de la Nouvelle Année

Le passage à la Nouvelle Année est fait, mais les festivités ne sont pas encore terminées ! Le premier janvier commence en général en se levant très tôt pour aller admirer le premier lever du soleil de l’année, le hatsuhinode (初日の出), qui symbolise toutes les promesses heureuses pour l’année à venir. Ensuite, place aux repas et aux rituels !

► 初詣 : Première prière de l’année
Au cours des trois premiers jours du Nouvel An, même les Japonais qui ne sont pas particulièrement croyants ou spirituels effectuent une visite dans un sanctuaire ou un temple pour la première prière de l’année hatsumode (初詣). Et cela commence dès minuit le 1er janvier ! De ce fait, nombreux sont les gens à faire la queue des heures pour une petite offrande à la divinité du sanctuaire en prononçant mentalement leurs vœux pour la nouvelle année. Les temples et sanctuaires les plus populaires sont ainsi incroyablement bondés. Puisqu’il peut faire assez froid, certains temples et sanctuaires offrent de l’amazake gratuit, une boisson douce et sucrée faite de riz fermenté généralement servie chaude. Les visiteurs tireront aussi au sort pour recevoir une prédiction écrite de l’année à venir, appelée omikuji (お神籤, loterie sacrée), et achèteront des amulettes et des talismans, appelés omamori (お守り), en rapportant ceux de l’année précédente pour qu’ils soient brûlés lors d’une cérémonie formelle. On peut également y admirer, par chance si il est présent, la danse du lion, shishimai (獅子舞), accompagné de musique festive.

► 御節 et お雑煮 : Premiers repas de l’année
Pendant les premiers jours, les japonais savourent leurs premiers festins, osechi (御節) et ozoni (お雑煮) préparés bien à l’avance car la tradition veut que l’on ne fasse rien y compris la cuisine. La cuisine osechi se compose de plats mijotés et préparés à base d’ingrédients séchés. Chaque plat possède une signification symbolique liée à la longévité, la bonne santé, la fertilité, la joie, etc… améliorant la bonne fortune de celui qui les consomme. Quant à la cuisine ozoni l’ingrédient principal est le gâteau de riz mochi, parfois accompagné d’un bouillon.

► お屠蘇 : Kanpai pour la Nouvelle Année !
Pas seulement manger, les japonais boivent également leur premier saké de l’année, le otoso (お屠蘇), préparé avec des herbes médicinales et censé garantir bonne santé pour l’année. Il peut être bu lors de la première visite au temple, soit en famille dès le matin.

► 羽子突き et 福袋 : Amusez-vous et offrez-vous des cadeaux !
Profitant d’être réuni en famille ou entre amis, les japonais aiment pratiquer des jeux traditionnels comme le hanetsuki (羽子突き), un jeu ressemblant au badminton avec des raquettes décoratives en bois, ou le karuta (カルタ), un jeu de cartes ancien, et font voler des cerfs-volants.
Etant donné que le premier janvier est férié, il arrive aussi que de nombreuses entreprises et magasins ferment avant et après, créant ainsi une sorte de Golden Week, une petite semaine de vacances au cours de laquelle les japonais peuvent en profiter pour partir en voyage ou retourner dans leur ville d’origine et rendre visite à leur famille. A l’inverse, beaucoup de magasins proposent dès le 1er janvier des fukubukuro (福袋, sacs de chance / lucky bags). Pour des prix allant de 1 000 yens à 10 000 yens (environ 7.70 à 77 euros), ces sacs contiennent un assortiment de produits qui en coûtent souvent le double, voire plus ! Les Japonais adorent cette tradition et l’esprit de surprise qui l’accompagne.

► 天皇 : Les vœux de la famille impériale
Le 2 janvier, c’est le rendez-vous au Palais Impérial pour entendre les vœux de l’Empereur aux visiteurs. C’est l’un des deux seuls jours de l’année où il est possible d’y entrer, avec l’anniversaire de l’Empereur le 23 décembre. La foule y est très dense et la famille impériale salue le public plusieurs fois dans la journée depuis un balcon protégé par une vitre.

► 新年会 : Et on se retrouve pour une première soirée
Tout comme les bonenkai (忘年会) en fin d’année, il y a aussi en début d’année les shinnenkai (新年会) bien que celles-ci soient moins fréquentes. Une occasion comme une autre de se retrouver entre amis et d’accueillir la nouvelle année avant de retrouver son train-train quotidien !

Voilà, vous avez bien fêtés et êtes désormais prêts à affronter cette nouvelle année qui commence ^^ ! Dernière petite note : il y a deux façons de se dire « Bonne Année » au Japon : avant le 1er janvier on dit « 良いお年をお迎えください » (yoi otoshi wo omukae kudasai = accueillez cette bonne nouvelle année) et après ce sera plutôt « 明けましておめでとうございます » (akemashite omedetou gozaimasu = bonne année, félicitations pour cette nouvelle année).

Sources : WikipediaKanpai – Rakuten Travel

Et sinon mon réveillon comment c’était ?

Disons banal et simple ! Le 31 décembre, je me suis préparée pour le dîner ce petit plat de soba toshikoshi, enfin moi ce fut plutôt des ramen toshikoshi à la sauce tonkotsu avec des légumes ^^. Je n’ai pas tout cuisiné (la sauce était déjà pré-préparée en sachet), mais j’étais contente de ma petite préparation et ça ne m’a pris que cinq minutes ! Tadam !

Si si c’était super bon ! Moi les ramen j’en raffole ! Pour le dessert je me suis mangée un mochi à la fraise en regardant donc cette fameuse émission Kohaku Uta Gassen, c’était marrant !

Dans la soirée je suis sortie vagabonder de Harajuku à Shibuya, parmi les gens fuyant la tradition « familiale » et qui fêtaient l’événement entre amis dans les rues, les bars ou les karaoke ouverts toute la nuit. Harajuku c’était raide mort vers 21h30, ça s’animait un peu plus vers Shibuya. Beaucoup de personnes (des étrangers surtout, des voyageurs) étaient rassemblées près de la gare, autour de Hachiko.

D’ailleurs devinez ce que j’ai vu ! Une course Mario Kart en vrai ! (Mais, dégoûtée, je n’ai pas eu le temps de prendre de photos !) Je vous l’assure, ceci est possible grâce à Maricar ! Vous louez un Kart, vous vous déguisez en personnage de Mario et hop en route pour un petit circuit dans Tokyo ! Le tarif varie selon la durée de location, de 1 000 yens les 30 minutes à 10 000 les 24 heures ! J’aurais bien envie d’essayer un jour, mais, problème, il vous faut le permis de conduire japonais ou international !

Bref, je me suis éloignée du vif du sujet ! A l’approche de minuit, je me suis rendue vers la Tokyo Tower, je me suis dit qu’il y aurait quelque chose par là-bas. Finalement, je suis allée au temple Zojoji qui est juste à côté pour le passage à la nouvelle année. C’était… bondé, tout le monde tenait à effectuer sa première prière à minuit, entendre la petite cérémonie devant les divinités et tirer son omikuji (お神籤). Bien sûr, comme toujours, on pouvait aussi trouver des stands offrant de la nourriture ; takoyaki (たこ焼), oden (おでん), soba (蕎麦), et des boissons bien chaudes, car oui il faisait très froid cette nuit-là >.<. Minuit a sonné, tout le monde a applaudit et admiré un lâché de ballons blancs du haut d’un immeuble près du temple tandis que les cloches retentissaient. Puis une cérémonie débute dans le bâtiment principal pendant que les visiteurs viennent jeter quelques pièces et faire leur première prière. Ensuite, j’ai suivi la foule dans la suite des rituels ; purification, dégustation de mon verre de otoso et tirage de mon omikuji, ces divinations écrites sur des bandes de papier que l’on tire au sort dans une boîte en échange de 200 yens.

Les japonais font la queue pour tirer le leur et voir si leurs rêves et leurs projets ont des chances de se réaliser, si ils trouveront l’âme sœur et auront bonne santé et bonne fortune. On dit que lorsque la prédiction est mauvaise, il faut plier la bande de papier et l’attacher à un arbre de pin se trouvant près du sanctuaire pour conjurer le mauvais sort. Cette coutume vient d’un jeu mot entre les deux caractères matsu (松 = pin) et matsu (待つ = attendre) ce qui signifie que la malchance va attendre à l’arbre plutôt que de se joindre au porteur. Après si la prédiction est bonne, on a le choix entre l’accrocher également à un pin pour que la fortune ait un meilleur effet ou le garder avec soi en guise de porte-bonheur. J’ai déroulé le mien, et lu la version disponible en anglais. Globalement, ma prédiction n’était pas mauvaise, juste un point négatif qui je l’espère ne m’entraînera pas une malchance horrible (j’ai déjà pas de chance à la base, je ne voudrais pas que ça empire xD), donc j’ai préféré le garder, en guise de porte-bonheur, mais aussi en souvenir, car c’était mon premier omikuji que je tirais en quatre séjours au Japon.

Autre chose intéressante que j’ai pu voir au temple Zojoji : la préparation de mochi, ces petits gâteaux faits de riz gluant. Il était possible d’admirer l’étape où le riz, après avoir trempé dans l’eau pendant plusieurs heures et cuit, se fait marteler à plusieurs reprises à l’aide d’un gros maillet en bois jusqu’à ce qu’il atteigne la consistance collante et élastique désirée (voir ma vidéo Instagram). Les visiteurs qui le souhaitaient pouvait s’essayer à la réalisation. Mais le maillet semblait tellement lourd que moi j’ai préféré regarder seulement ^^’. Les amulettes et des talismans de l’année précédente rapportés étaient également brûlés dans un gigantesque feu. Et je dirais qu’il n’y avait pas que ça. Des cartons et des ordures y sont passés aussi !

J’ai voulu aller plus loin dans la tradition et tenter d’admirer le premier lever du soleil. Car pour moi c’est quelque chose de tellement beau à voir, et puis le Japon est connu pour être le pays du soleil levant n’est-ce pas ? :) Mais j’ai abandonné quand j’ai vu la longue file d’attente dès 2h00 du matin pour l’ouverture de la Tokyo Tower à 5h00 (j’avais pas envie de mourir de froid). L’observatoire de Shinjuku est aussi un bon spot pour admirer le lever du soleil, mais pour ça il fallait réserver en décembre et avoir la chance d’être tiré au sort ! J’ai aussi penser à aller jusqu’à Kamakura sur la plage (le trajet en train n’était pas un problème, en effet les trains circulaient toute la nuit pour l’occasion) mais niveau timing, c’était short, j’aurais sûrement loupé le début du spectacle. Tant pis une prochaine fois.

Après une nuit de sommeil, j’ai remis ça la journée du 1er janvier en allant au temple Sensoji, à Asakusa. C’est un des temples bouddhistes que je préfère et Asakusa est un quartier où j’aime aller. Au 1er janvier, ce temple se retrouve, comme la plupart, incroyablement bondé, si bien que la rue principale est fermée aux véhicules. Je suis arrivée à 15h30 au temple, je suis repartie à 17h00. Eh oui la queue était longue, très longue !

Je vous avais déjà expliqué comment se déroulait la prière dans un sanctuaire shintoïste quand j’étais allée au Mitama Matsuri cet été. Dans un temple bouddhiste, le rituel est quasiment identique. A l’entrée en passant la porte sanmon (山門) vous joignez les deux mains en vous inclinant. Vous vous purifiez à la fontaine comme dans un sanctuaire shinto, ensuite vous pouvez faire brûler des bâtonnets d’encens dans un koro. La fumée de l’encens est réputé pour avoir des pouvoirs curatifs et éloigner l’odeur de la mort. C’est pourquoi après avoir planté votre bâtonnet, vous vous « enfumez ». Puis vous vous rendez dans le bâtiment principal pour la prière. Vous jetez quelques pièce dans le tronc, vous sonnez la cloche si il y en a une, et vous priez en joignant vos deux mains (on ne tape pas des mains à la différence de la prière dans un sanctuaire shinto). Pour finir, vous vous inclinez avant de vous reculer et quitter le temple.

J’ai retiré un nouveau omikuji pour voir si les prédictions allaient être semblables au premier et parce que le tirage se faisait différemment (oui j’aime tout tester haha). Au temple Zojoji, on avait juste à piocher au hasard dans une boîte. A Sensoji, on doit d’abord secouer une boîte en métal contenant des baguettes numérotées et en tirer une au hasard. Vous ouvrez ensuite un des casiers comportant le même numéro que la baguette pour y récupérer votre omikuji. Étrangement, les prédictions étaient quasi semblables et plutôt positives aussi. Cette fois je ne l’ai pas gardé et l’ai accroché pour augmenter les effets positifs.

Pour terminer, rien de tel qu’un petit repas ou une petite boisson bien chaude. Il y a du choix, les stands sont très nombreux !

Le 2 janvier, j’ai décidé de me rendre au Palais Impérial de Tokyo pour y voir la famille faire ses salutations et vœux. Oui, sauf que j’y suis allée tranquille en début d’après-midi. Et il se trouve que l’on ne peut entrer que jusqu’à… 14h00 ! Je suis arrivée à 14h03 hahaha. Donc un conseil si vous tenez vraiment à voir notre cher empereur japonais, allez-y dès le matin, car, dois-je le rappeler, il y a en plus énormément de monde ! Bon bah, ça aussi ce sera pour une prochaine fois.

Finalement, mon réveillon était plutôt sympa, j’ai envie de vous dire que si vous êtes seuls un 31 décembre et que vous voulez vraiment vous imprégner de la culture nippone, allez donc passer votre Nouvel An dans un temple ou un sanctuaire ! Encore une fois je vous souhaite une bonne année 2016 ^_^.


♫ Un article = Une chanson ► Ashton GleckmanDawn of a New Era

3

► 7 juillet 2015 : Kimi fête le Tanabata

(96)

7 juillet, 7/07, jour du Roi des Démons ! Non pardon, j’ai trop lu NANA désolée :’)… Jour du Tanabata !

(99)

Tanabata (七夕 = « La septième nuit [du septième mois] ») est la célébration annuelle des étoiles japonaise, qui pioche son origine dans la fête des étoiles chinoise Qīxī. Selon la légende, Orihime (織姫/織女, étoile de Vega) et Hikoboshi (彦星, étoile d’Altaïr), également appelés le Bouvier et la Tisserande, des amants séparés, sont autorisés à se rencontrer sur la Voie Lactée (天の川, une rivière d’étoiles qui traverse le ciel) une fois par an, le septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire.

Habituellement, on célèbre dans certaines régions du Japon le Tanabata le 7 juillet, mais si on se fie au calendrier luni-solaire, le 7ème jour du 7ème mois tombe plus aux alentours du mois d’août que du mois de juillet. De ce fait, certaines régions célèbrent le Tanabata le 7 août.

La coutume veut que l’on élève des branches de bambou feuillues dans les jardins et dans les rues, et que les personnes écrivent des poèmes, quelques mots ou des souhaits sur des tanzaku (短冊 = petite carte verticale utilisée à l’origine pour écrire des poèmes) ou des longues bandes de papier colorés qui sont nouées aux feuilles de bambou. Beaucoup de japonais profitent aussi de cette fête pour porter le yukata. On dit qu’Orihime et Hikoboshi feront que les vœux deviennent réalité. Après avoir été décoré, vers minuit ou le jour suivant l’arbre en bambou est jeté dans un fleuve ou brûlé pour que les vœux se réalisent.

Sources : Japan GuideJNTOCLICK Japan

La première fois que j’ai entendu parler du Tanabata, c’était en lisant le manga NANA (eh oui tout a commencé avec ça, j’ai des super références). J’avais vraiment envie de voir à quoi ressemblait cette fête en réalité. Grâce à la guest house où je travaille, j’ai appris qu’une fête du Tanabata se tiendrait justement ce 7 juillet au temple Zojoji. J’ai donc proposé à mes amies japonaises Hiromi et Emiko d’y aller. Cette fête était aussi l’occasion pour moi de porter mon yukata. Emiko m’a aidée à le mettre (parce que toute seule ça relève de l’impossible x’D) et donc je me suis rendue comme ça à la fête !

Je n’ai pas trouvé de meilleurs endroits que les toilettes, désolée !

C’est un sacré défi que je me suis relevée (ce qui me connaissent bien comprendront). J’osais pas sortir au début www. Parce que une gaijin en yukata, ça court pas les rues… (Vous avez vu une gaijin se promener en yukata à Shinjuku ? C’était moi !) et je ne vous parle pas de la réaction des japonais, certains me dévisageaient, c’était un peu embarassant (mais y a quand même une japonaise qui m’a dit en passant « Kawaii~ » x)). Hiromi aussi arrêtait pas de dire que j’étais kawaii haha #^^’#.

Nous nous sommes donc rendues au temple Zojoji, pour le Tanabata Festival aux alentours de 19 heures. Pour y aller, emprunter les lignes Asakusa ou Oedo jusqu’à la station Diamon (sortie A6) ou la ligne Mita, station Shiba-Koen (sortie A4). Pour infos, à 19 heures il fait déjà nuit au Japon. Donc en arrivant, on a pu voir toutes les bougies éclairant l’enceinte du temple Zojoji avec en arrière plan la Tokyo Tower illuminée. Je vais pas en dire plus, les photos vont se charger de parler (je me suis fait plaisir à en faire des c’était juste magnifique T^T, j’ai été prise en flag par Hiromi www).

Comme le veut la tradition, nous avons écrit nos vœux sur un tanzaku avant de les accrocher à une branche de bambou. J’ai écrit le mien en japonais (mais j’avais pas le niveau pour en faire un poème xD), on verra si il se réalisera.

Pour terminer la soirée, nous sommes allées manger près du temple, dans un restaurant de sushis. Des sushis en tout genre (des makis et nigirizuhis au saumon, thon, crevette, omelette, tous avec du wasabi dedans), des tempuras et d’autres spécialités que je connaissais pas, comme les boulettes aux crevettes et du tofu frit et mariné au miso. Voilà tout ce qu’on s’est mis sous la dent !  美味しかった♡ !

J’ai été très contente de ce 7 juillet et de cette fête du Tanabata passée avec mes amies. Encore merci à elles ^w^.

(136) (134)


♫ Un article = Une chanson ► Anna Tsuchiya inspi’ NANALucy