1

► I can be a HERO : Le Nouvel An 2018 de Kimi au Japon

Bonne année 2018 ! 明けましておめでとう🎍✨!

2017 s’annonçait plutôt mauvaise mais a été finalement une bonne année. Les six derniers mois ont été intenses mais avec beaucoup de bonheur grâce à ma team de choc et mes étudiants. Moins de voyages qu’en 2016, je ne suis allée qu’en Corée mais j’ai accompli l’ascension du Mont Fuji et ai continué à découvrir le Japon qui me surprend encore aujourd’hui :D. Je souhaite que 2018 soit aussi bien !

Pleins de bonnes choses pour vous également pour cette nouvelle année ! Le bonheur, la santé, sans oublier de faire de vos rêves les plus fous une réalité !

Après le Toshi-koshi soba (年越し蕎麦), « soba du passage à l’année suivante » pour s’assurer longévité, santé et énergie, j’ai commencé mon année dans la préfecture d’Ibaraki (茨城県), à Naka Minato (那珂湊). Je suis allée, vêtue du Happi (法被, vêtement traditionnel porté pendant divers événements et fêtes), aux sanctaires Tsu (津神社) et Tenmangu (天満宮) pour prier, écrire mon vœu, boire du saké et manger du chanko nabe près du feu.

J’ai admiré le premier lever du soleil de cette année, appelé hatsuhinode (初日の出) depuis la plage Hiraiso (平磯海水浴場). Un spectacle grandiose !

Enfin, pour rester dans la tradition japonaise, j’ai dégusté l’Osechi (御節料理) !

L’Osechi, qu’est-ce que c’est exactement ?
C’est le repas traditionnel du Nouvel An japonais, composé de mets ayant chacun une signification en rapport avec le Nouvel An !

À son origine, l’Osechi était constitué de légumes bouillis dans de la sauce soja, du sucre ou du mirin. Au fil du temps, les types de plats ont évolué et le nombre de plats composant l’Osechi a grandi. Aujourd’hui, Osechi désigne n’importe quel plat préparé spécifiquement pour le Nouvel An et des plats de l’Occident (西洋お節 seiyō-osechi), comme chinois (中華風お節, chūkafū osechi), ont été adoptés. Traditionnellement préparés à la maison, l’Osechi est aussi vendu dans des department stores, des boutiques spécialisées ou des konbini. Il est servi dans des boîtes spécifiques appelées jūbako (重箱).

En général, durant les trois premiers jours de la nouvelle année, il est interdit d’utiliser l’âtre et de cuisiner. Les plats de l’Osechi sont donc souvent préparés à l’approche du Nouvel An. Ce qui peut représenter une grosse charge de travail pour les familles nombreuses !

​Mon Osechi de 2018 contenait entre autres :​
– ‎Kazunoko (数の子) : des œufs d’hareng. Kazu signifie « nombre » et ko « enfant ». Ils symbolisent le désir d’avoir de nombreux enfants pendant la nouvelle année.
– ‎Kuro-mame (黒豆) : ​haricots noirs. Mame signifie aussi « santé » et symbolise le vœu de bonne santé​ et de longévité​.
– ‎Kohaku-namasu (紅白なます) : légumes rouges et blancs fait de daikon (radis blanc japonais) et de carottes coupés en fines tranches et conservés dans du vinaigre au yuzu (citron japonais). C’est un met souvent consommé pendant diverses célébrations.​
​- ​Subasu (酢蓮​) : racine de lotus vinaigrée. En raison de ses nombreux trous, il symbolise des perspectives futures.​
​- ​Shakasa Shiitake​ (​陣笠椎茸​)​ : champignon.
Tadzuna kon’nyaku (手綱こんにゃく)​ : gelée pâteuse.
– ‎Konbumaki (昆布巻き) : algue roulée, associée au mot 喜ぶ (yorokobu, être joyeux).
– ‎Tazukuri (田作り) : sardines cuites dans la sauce soja. La traduction littérale de tazukuri est « fabricant de riz complet », car le poisson était utilisé pour fertiliser les rizières. Ce plat symbolise une récolte abondante.
– ‎​Datemaki (伊達巻き) : omelette sucrée mélangée avec de la pâte de poisson et des crevettes en purée. Cela symbolise le souhait de connaître de nombreux jours fastes (晴れの日, hare-no-hi).
– ‎Kamaboko (蒲鉾) : un gâteau de poisson grillé. Traditionnellement, des tranches de kamaboko blanches et rouges sont disposées en rang et en alternance pour former un motif original. Sa forme ressemble à celle du lever du soleil. Rouge signifie amulette, blanc signifie pureté. On dit que la couleur du rouge et du blanc est propice.
Kinpira ‎(金平) : tranches de légumes tels que carotte ou racine de lotus cuits à la poele avec du sucre et de la sauce soja.
‎Kuri Kinton (栗金団) : châtaigne et patate douce sucrée. Symbolise la chance.
‎Zoni (雑煮) : soupe de mochi dans un bouillon clair (dans l’est du Japon) ou un bouillon de miso (dans l’ouest).

L’Osechi, c’est très bon et on ne se sent pas gavé malgré la quantité de nourriture ! 🍱
​Et avant de commencer à manger, on trinque avec une petite coupe de saké, otoso (お屠蘇) !​

Sources : Wikipedia et Miki-chan 

Après le repas, on continue les traditions du Nouvel An avec la première visite au temple pour prier ​! Je suis allée au temple ​Gion ​(祇園寺) pour sonner la cloche (除夜の鐘 Joyanokane) et au ​sanctuaire ​Mito hachimangū (水戸八幡宮) pour tirer mon omikuji et manger des bons takoyaki et Ōban-yaki (​大判焼き).

​​Lors de la visite au temple pour la première prière de l’année (初詣 hatsumode), il est de coutume de tirer un omikuji (おみくじ, loterie sacrée) pour découvrir ce que nous réserve l’année ! Avez-vous une mauvaise, moyenne, bonne ou une excellente fortune ? Amour (恋愛), voyages (旅行), études (学業), santé (健康), travail (仕事), souhaits (願望), argent (金運), comment ça se passera ?

​Par exemple, d’après mon Omikuji, 2018 devrait rimer avec « succès » (躍) : je peux être active dans tous les domaines et je dois relever des défis avec ambition, rendre possible l’impossible. Si j’ai un grand rêve, je ne dois pas m’inquiéter des petites choses et juste aller de l’avant ! Ensuite, on me prédit une « excellente fortune » (運勢大吉) mais je dois quand même économiser ! Voyager, oui, mais le voyage sera meilleur si je le fais différemment de d’habitude. J’ai un grand rêve (je ne sais pas encore lequel haha). En travaillant avec enthousiasme, je pourrai gagner un meilleur revenu et plus de confiance ! Si j’essaye un nouveau sport, je serai en meilleure condition physique. En bref, c’est assez positif donc je garde mon Omikuji précieusement, tout comme la petite tortue dorée qui était avec, car elle permet de remplir le porte-monnaie apparemment ! Bon ben… on y croit !

À peine rentrée de Ibaraki, 英子さん m’a invitée à un Shinnenkai (新年会), un premier rassemblement entre amis pour manger et boire. Je me suis retrouvée dans un groupe d’amis qui se connaissaient depuis l’école, dans une ambiance conviviale, comme en famille. On a bu du saké et mangé divers plats, quelques mets du Osechi ainsi que des rouleaux de printemps (春巻き, harumaki), de la viande, du sashimi de buri (ブリ), de la quiche (oui, oui), de la pizza et pour le dessert du cheesecake…

Le Shinnenkai avait lieu dans une maison traditionnelle japonaise avec dans une des pièces un tokonoma (床の間) que l’on trouve justement dans ce genre de maison et où on expose divers objets d’art ou sacrés. Il y avait des daruma, des kagami mochi… On m’a un peu expliqué leur rôle et leur signification. C’était très intéressant, même si c’était assez difficile à comprendre !

​Les Shinnenkai ayant généralement lieu dans des restaurants ou Izakaya, après avoir bien bu, mangé et parlé, chacun rentre chez soi au bout de deux heures. Mais nous, ça a duré toute l’après-midi et on a clôturé par une partie de Bingo avec en lots des cadeaux que chacun avait ramené et caché dans des sacs de façon à créer un lucky bag (un cadeau surprise) ! Selon notre classement au Bingo, on avait plus de choix pour notre cadeau. J’ai tellement pas de chance à ces jeux que j’ai fini avant-dernière hahaha, mais j’ai eu un bon lucky bag en cadeau ! C’était la surprise en l’ouvrant après ! C’était amusant ! Un peu comme dans mes soirées en famille en France ^^ !

Ces jours sont passés vite mais ça m’a fait du bien. J’étais bien entourée pour ce Nouvel An et j’ai pu suivre les traditions du Japon comme j’avais espéré ! Je suis contente d’avoir vécu le Nouvel An à la japonaise !

Maintenant, on repart pour une nouvelle année. Je crois en mon Omikuji et j’espère vivre de belles choses encore au Japon 🙏.


♫ Un article = Une chanson ► MONSTA X – HERO

3

► Higher : Kimi a escaladé le Mont Fuji !

Un de mes buts de cette année a été atteint : celui d’escalader le Mont Fuji ! Je l’ai fait, enfin !

Il y a déjà beaucoup d’articles sur le sujet et les sites internet tels que Mt. Fuji Climbing et Fujisan Guide sont très bien fournis pour vous apporter toutes les informations nécessaires. Merci aussi à Gaijin in Japan pour son article détaillé sur le sujet et qui m’a beaucoup aidée pour préparer mon ascension. Bref, je ne vais pas vous présenter le sujet plus en détail, mais plutôt vous raconter comment j’ai préparé et vécu cette expérience !

Beaucoup ne le savent pas, mais j’ai toujours été très intéressée par les volcans et j’ai d’ailleurs rêvé à une époque de devenir volcanologue. Les catastrophes naturelles et à quel point la nature peut parfois se déchaîner m’ont toujours fascinée. Bref, pourquoi à la place j’ai fini prof, on s’en fiche, ce n’est pas le sujet de cet article :D. Tout ça pour dire que lors de mon premier voyage au Japon en décembre 2010, la chose que je voulais le plus voir de mes propres yeux était ce grand Fuji-san que je trouve d’une grande beauté. Bon la première fois que je l’ai vu, c’était du haut de l’observatoire du Metropolitan Government Building à Shinjuku. Il était bien petit vu de si loin !

Puis, décembre 2013, je reviens en voyage au Japon pour la deuxième fois, seule, en mode aventurière. Et je me rends dans la ville de Fujiyoshida pour visiter le sanctuaire Arakura Fujisengen (新倉富士浅間神社) et sa magnifique pagode Chureito (忠霊塔). Cet endroit est un des bons points de vue pour admirer le Mont Fuji. Je me rappelle que j’étais restée des heures assise à admirer ce grand Fuji-san, reposée, respirant un air pur et en oubliant tout le reste. Que j’étais bien ! Et c’est là que je me suis dit : « Un jour, j’escaladerai cette montagne, de nuit, pour y admirer de là-haut le lever du soleil ! »

Le moment était enfin venu de se lancer dans cette aventure, et pour que tout se passe bien, il fallait bien se préparer ! A commencer par le matériel nécessaire et indispensable ! Puis, être en bonne condition physique et mentale ! Oui parce que le Mont Fuji c’est quand même 3776 mètres d’altitude ! Bon me concernant, la condition physique, ça restait à désirer… Je ne pratique plus énormément de sport depuis que je suis au Japon (sans compter la marche à pied…) et avec mon travail, je suis en manque de sommeil. Mais le mental faisait la contrebalance. Plus le jour J approchait et plus l’excitation montait !

Matériel

Les choses nécessaires pour une bonne ascension :

  • des chaussures de marche : vous faites de la randonnée et un peu d’escalade en montant le Mont Fuji. J’ai vu des gens en mode touriste faire l’ascension en converses… Ils en ont chié un peu !
  • de l’eau : prévoyez une grande quantité entre 2 et 3L. Pour ma part j’avais pris 2L, j’ai surtout bu en redescendant.
  • des boissons et des barres énergétiques : ça vous donne de l’énergie pour grimper mais ça ne vous remplit pas pour autant l’estomac ! Donc prévoyez aussi des sandwich, des onigiris pour vos pauses repas, ou bien de l’argent pour vous payer des nouilles instantanées dans les refuges.
  • de l’argent : au cas où vous êtes à cours de vivres pendant votre ascension. Notez que les prix grimpent avec l’altitude. Les toilettes c’est entre 200 et 300 yens, une boisson chaude 400 yens, des nouilles instantanées 800 yens environ… Il n’est pas possible d’utiliser la carte de crédit.
  • 1 000 yens : à payer une fois arrivé à la 5ème station pour aider à l’entretien des lieux, réalisé par Mt. Fuji Preservation Association Fund.
  • des vêtements chauds : pantalon, chaussettes épaisses, pull, bonnet, gants, écharpe. Si vous êtes vraiment frileux en attendant le lever du soleil, prenez aussi une couverture.
  • un chapeau, une casquette, ou bien un casque
  • des lunettes de protection
  • des vêtements de pluie ou un k-way :D : si par manque de bol vous vous retrouvez sous la pluie pendant votre ascension. Pour ma part, j’ai eu très froid vers l’approche du sommet, mettre mon K-way m’a aidée à supporter un peu plus la baisse de température ;).
  • un masque anti-poussière : si vous êtes allergique à la poussière en particulier. Sinon, ce n’est pas indispensable.
  • une serviette et/ou des lingettes rafraîchissantes : parce que vous aller suer à mort.
  • une trousse de survie : mettez-y des pansements, des mouchoirs, des médicaments, et de quoi supporter le mal de l’altitude. Il est facile de tomber malade à cause des changements de température et d’altitude.
  • une lampe de poche ou une lampe frontale : la lampe frontale reste plus pratique. Assurez-vous qu’elle soit puissante et éclaire sur une longue distance. J’en ai acheté une qui n’éclairait vraiment pas bien, j’ai fini par utiliser la fonction lampe torche de mon téléphone pour bien voir… N’oubliez pas des piles de rechange au cas où.
  • un ou des bâtons de marche : si cela peut vous faciliter la tache, en particulier pour la descente.
  • un grand sac à dos adapté pour la randonnée : prenez de préférence un sac entre 25L et 30L pour y caser toutes vos affaires.
  • un ou des sacs plastiques pour vos déchets : il y a très peu de poubelles, si vous voulez donnez vos déchets aux refuges, il faut consommer avant.

Ce que j’ai pris en plus :

  • mon appareil photo : parce qu’il était primordial que j’immortalise ce moment !
  • mon smartphone avec la batterie portable xD : sachez que même du haut du Mont Fuji, on capte le réseau et la 4G ! J’en ai profité pour téléphoner à ma mère pour partager en direct live une partie de mon ascension.

Budget à prévoir

Je n’avais rien pour faire de la randonnée chez moi, donc dans un premier temps, je me suis rendue dans un magasin de sports, avec du matériel de qualité pour la randonnée entre autres. J’ai fait mes petites courses chez Victoria Sports L-Breath, situé près de la gare de Shinjuku. Dans un immeuble de plusieurs étages, vous y trouvez tout l’indispensable pour la randonnée avec des vendeurs prêts à vous renseigner et vous conseiller.

Victoria Sports L-Breath Shinjuku
Adresse : 4-1-11 Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud, Shinjuku Sanchome Station (Fukutoshin Line, Marunouchi Line, Shinjuku Line), sortie E10

Voici au total combien j’ai dépensé pour être bien équipé : 52 542 yens ! En détails :

  • Chaussures de marche : 15 984 yens
  • Chaussettes épaisses : 810 yens
  • Pantalon imperméable : 10 800 yens
  • Sac à dos : 18 900 yens
  • Lampe frontale : 2 052 yens
  • Lunettes : 3 996 yens

Puis, combien j’ai dépensé pour cette aventure : 13 013 yens ! En détails :

  • Bus : 5 400 yens (aller-retour de Shinjuku à la 5ème station du circuit Yoshida)
  • Nourriture et boissons au konbini : 1 941 yens
  • Barres énergétiques (acheté chez L-Breath) : 2 872 yens (environ 600 yens l’unité)
  • Don pour l’ascension : 1 000 yens
  • Une boisson chaude pendant l’ascension : 400 yens
  • Les toilettes (entre 200 et 300 yens selon l’altitude) : 500 yens
  • Un bol de ramen dégusté au sommet : 900 yens

Ces chiffres sont approximatifs ! Si vous avez déjà les équipements, l’ascension du Mont Fuji devrait vous coûter entre 9 000 et 15 000 yens environ.

En route pour l’ascension !

Vous êtes prêts et organisés pour votre ascension ? Vous vous êtes reposés avant et avez suffisamment d’énergie pour vous lancer dans cette aventure ? Choisissez votre circuit, payez les 1 000 yens pour l’association et en route !

Il y a quatre circuits différents pour grimper le Mont Fuji :

  • le circuit Yoshida (préfecture de Yamanashi) : point de départ à la 5ème station de la ligne Fuji-Subaru, 2 300m d’altitude, parcours de 6km, 6 heures pour l’ascension, 4 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, il y a de nombreux refuges et toilettes, c’est le circuit le plus emprunté par les touristes.
  • le circuit Subashiri (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station de Subashiri, 2 000m d’altitude, 6 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, la section entre l’ancienne 8ème station et le sommet est la même que celle du circuit Yoshida.
  • le circuit Gotemba (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station de Gotemba, 1 450m d’altitude, 7 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, l’altitude au point de départ est faible et la pente est douce, ce parcours convient aux bons marcheurs qui peuvent faire face à une grande différence d’altitude, c’est le circuit avec le moins de refuges et de toilettes, c’est le moins emprunté.
  • le circuit Fujinomiya (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station Fujinomiya, 2 400m d’altitude, 5 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, ce parcours est aussi très populaire auprès des visiteurs, la pente est raide et rocheuse,  la piste pour l’ascension est la même que la piste de descente.

Les circuits sont chacun représenté par une couleur différente. Pour ne pas vous perdre et ne pas vous tromper de circuit en cours de route, vérifiez toujours la couleur des panneaux se référant à la couleur du circuit emprunté. La période d’ascension officielle (en dehors, les refuges sont fermés, donc à vos risques et périls) est du 10 juillet au 10 septembre (1er juillet pour le circuit Yoshida) sauf modifications à cause des conditions météo. Il y a énormément de monde les week-ends et pendant la période d’Obon. Si vous souhaitez loger dans un refuge, il est recommandé de réserver avant pour vous garantir une place. Beaucoup de personnes optent pour l’ascension de nuit pour voir le lever du soleil depuis le sommet mais sachez qu’il est aussi possible d’assister au spectacle depuis la 5ème station ou depuis les refuges. Une fois là-haut vous pouvez faire le tour du cratère.

Pour vous rendre aux différents circuits, vous avez le choix entre le bus au départ de Shinjuku, l’aéroport de Haneda, Yokohama ou le train. Les itinéraires sont différents selon les stations ! Voici quelques itinéraires en bus et train pour vous rendre au circuit Yoshida (le plus accessible).

Shinjuku Expressway Bus Terminal
Highway Bus
Fujisan Station / Kawaguchiko Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Shinjuku Expressway Bus Terminal
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Haneda Airport
Highway Bus
Fujisan Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Yokohama Station
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Center-Kita Station / Tama-Plaza Station
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Shinjuku Station
JR Line
Otsuki Station
Fujikyuko Line
Fujisan Station / Kawaguchiko Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Ascension du Mont Fuji : l’aventure de Kimi

Avec Elodie qui m’a accompagnée dans cette aventure, nous sommes parties de Shinjuku tranquillement dans l’après-midi pour prendre notre temps, faire des pauses régulières et éviter trop de monde car les touristes préfèrent faire l’ascension de nuit pour admirer le lever du soleil. C’était aussi notre objectif ! C’est pourquoi nous avons choisi la date de notre ascension un lundi. Nous avons opté pour le circuit Yoshida, car on peut s’y rendre directement depuis Shinjuku !

Donc pour notre trajet, à Shinjuku nous avons acheté des tickets pour prendre le bus direct jusqu’à la 5ème station de la ligne Fuji-Subaru. Le trajet dure environ deux heures. Nous sommes parties vers 15h30 et nous sommes arrivées à 17h30. Nous avons commencé notre ascension à 18h00 tranquillement, en s’arrêtant à toutes les stations pendant 10 à 30 minutes. Nous sommes arrivées au somment vers 4h00.

J’ai été assez étonnée par ma condition physique et surtout mentale ! En faisant de bonnes pauses quand même, j’ai réalisé le parcours à une vitesse normale sans trop me sentir essoufflée. Avec Elodie nous pétions un peu (trop) la forme dans les stations pendant nos pauses. On rigolait de tout et de rien pendant qu’on regardait certaines personnes arriver complètement essoufflées. Les barres énergétiques semblent plutôt efficaces ! Je n’ai ressentie la fatigue qu’à partir de la descente (je n’ai pas du tout dormi) et pendant ma dernière heure d’ascension, j’avais très mal aux cuisses donc je marchais en faisant des plus petits pas car le moindre grand mouvement était synonyme de douleur xD.

Comme les circuits Yoshida et Subashiri fusionnent de la 8ème station au sommet, il y a eu pas mal d’embouteillages. Parfois, les gens n’avançaient vraiment pas vite pour moi, j’ai pas mal grugé de peur de ne pas arriver à temps ! Une fois au sommet, beaucoup de personnes étaient déjà rassemblés et attendaient le lever du soleil. J’ai tenté tant bien que mal de trouver une place mais je ne pouvais pas m’asseoir. J’avais très froid et les dernières minutes d’attente semblaient des heures… Et manque de bol, à cause de quelques nuages, je n’ai pas vu un lever du soleil extraordinaire. Ce sera pour une prochaine fois !

Après un bon bol de ramen, nous sommes redescendues vers 6h00 sans perdre de temps car notre bus retour nous attendait vers 10h. Nous sommes arrivées à 9h45, au bout de notre vie. Une fois dans le bus, on a dormi jusqu’à Shinjuku ! La descente a été difficile. Les pentes sont raides et glissantes. Sans bâtons de marche, c’est facile de glisser (ça n’a pas loupé pour moi xD), j’ai passé un moins bon moment que pendant la montée.

Je suis rentrée très fatiguée mais surtout très heureuse ! Cette ascension restera sans doute une de mes plus belles aventures au Japon ! J’ai très envie de refaire cette ascension, mais sur un circuit différent et aussi profiter de faire le tour du cratère.


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – higher

0

► Dog Days : Kimi no Nikki (juin 2017)

​Le mois de juin. Début de l’été et de la saison des pluies. Mais pour une saison des pluies on a connu pire. Il n’a pas plu tant que ça finalement mais la chaleur et l’humidité ont commencé à se faire ressentir !

10 juin : 飲み会サンパ

L’équipe avec qui je travaille maintenant à l’école a subi quelques changements et récemment, deux nouveaux nous on rejoint. A l’heure actuelle c’est une équipe avec qui je m’entends bien et nous avons pu créer un lien et apporter chaque jour une ambiance chaleureuse dans l’école.

Pour ça, nous avons organisé notre premier Nomikai ensemble. On a mangé et bu, on avait cuisiné et acheté beaucoup de nourriture (salade, pizza, tsukune…) et bu vin rouge, bière et vodka.

On a bien rigolé et après on a poursuivi la soirée au karaoké. On est allé dans un Karaoke Côte d’Azur (oui vous avez bien lu) et ils ont des super salles avec des beaux micros ! Il y a différentes tailles et différents concepts selon les goûts des clients : party room, VIP room, live room, family room… On a choisi la live room, c’était assez grand avec une petite scène. On y a mis le feu 😂 ! Mais le plus drôle était quand, au moment de partir, nous avons squatté à l’improviste une autre salle contenant un groupe de jap bourrés et torse nu pour certains 😂 ils nous ont accueillis à bras ouvert et avec des verres de Tequila à la main. On est resté jusqu’à minuit histoire de ne pas louper le dernier train. C’était un bon moment ! Bien arrosé mais ça s’est bien terminé. J’aime ces soirées 😁 !

Karaoké Côte d’Azur Jiyugaoka (カラオケコート・ダジュール自由が丘駅前店)
Adresse : Jiyugaoka NK Building 4F, 2-10-8 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line), sortie principale

13 juin : サンパで一年おめでとう

Pour vous dire à quel point j’ai des étudiantes trop géniales ! Une de mes classes, trois charmantes dames, m’ont invitée à manger un midi et ont tenu à m’offrir le repas pour fêter mes un an en tant que professeur. J’étais trop contente et touchée !

Nous nous sommes données rendez-vous chez gram, une chêne de café / pancakes principalement. Ils font des pancakes bien épais et moelleux, ふわふわ (fuwa fuwa) comme on dit ici. Pour ces super pancakes il faut patienter un peu le temps de la préparation mais la déco et l’ambiance sont sympas donc vous ne vous préoccupez pas du temps ^^. Mes étudiantes m’ont dite : « Mange un bon déjeuner, tu as besoin d’énergie et en dessert tu pourras prendre des pancakes ! ». C’était très bon ! Le prix peut rebuter un peu mais allez-y pour une pause café, les pancakes sont vraiment bons !

Gram Jiyugaoka (gram 自由が丘店)
Adresse : J Glass Building 1F, 2-12-13 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line), sortie principale

15 juin : ヒューマン飲み会🍻

J’avais mon cours de japonais du jeudi soir à Human Academy (ヒューマンアカデミー). Dans cette classe, nous ne sommes que des français. Après le cours, avec trois d’entre eux, je suis allée manger et boire dans un Izakaya. C’est la semaine alors les prix pour un 飲み放題 (nomihoudai, boisson à volonté) peuvent être avantageux. On a trouvé à Shinjuku un Izakaya 金の蔵 (Kin no Kura) qui faisait 飲み放題 et 食べ放題🍴🆓✨ (tabehoudai, nourriture à volonté) pour 2800¥ par personne pendant 1h30 ! C’est carrément un bon prix et vite rentabilisé xD. On a commandé en masse pendant 1h30 et on s’en est mis pleins le bide. Comme c’était en semaine et que l’Izakaya n’était pas bondé, on a pu rester plus longtemps sans avoir à payer en plus. On est ressorti à minuit 😂.

Kin no Kura Shinjuku East Exit (金の蔵新宿東口総本店)
Adresse : 東京都新宿区新宿3-36-12杉忠ビルB1F
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud-est

Je me suis d’ailleurs fait une petite frayeur avec les trains car au Japon le service termine à 0:00~0:30. J’ai réussi à avoir un train mais malheureusement les derniers ne vont pas jusqu’au bout de ma ligne et s’arrêtent à 4 stations avant la mienne ! Je me suis tapée une heure de marche à pied. Mais j’ai survécu. Dans la campagne de la préfecture de Kanagawa, c’est tranquille en pleine nuit, ça peut paraître flippant mais pas pour moi 😂.

24 juin : fête de la musique à Ginza

Si si, la fête de la musique, ça existe bien au Japon, du moins dans l’école où je travaille, oui ! Une des branches située à Ginza organisait une fête à cette occasion avec ses étudiants et tout le Staff pouvait se joindre à l’événement. Même si mes chers collègues de Jiyugaoka m’ont tous lâchée, j’y suis quand même allée après avoir fini le travail. Bon je suis arrivée vers la fin, y avait plus rien à manger ni à boire quasiment mais j’ai vu le moment où professeurs et étudiants ont fait des danses médiévales. L’ambiance était cool, on a bien rigolé. Les étudiants japonais étaient un peu réticents au début mais ils se sont prêtés au jeu et au final ils ont beaucoup aimé ! Après nous sommes restés entre collègues à boire encore un peu. Ce n’était pas grand chose mais juste le fait de passer du bon temps avec les collègues hors boulot, ça fait du bien. Je l’ai sûrement déjà mentionné, mais à l’heure actuelle c’est un plaisir de travailler avec eux. Donc hâte de remettre ça, avec une after au karaoké 😁.

25 juin : 書道しましょう!

Pendant mon cours de japonais du dimanche matin chez Human Academy (ヒューマン アカデミー), nous avons fait un petit atelier de calligraphie (書道).

La calligraphie japonaise 書道, littéralement voie de l’écriture, désigne la calligraphie des kanas, syllabaires typiquement japonais, et des kanji extraits des caractères chinois. Les différents types de calligraphies sont généralement liés à des écoles, qui enseignent l’art de faire de beaux caractères dans un type d’écriture existant, avec un certain style, pour la beauté du geste, du caractère et ou de l’écriture dans son ensemble. La calligraphie, à l’instar de la peinture et d’autres arts plastiques, demande l’utilisation de l’ensemble du corps pour s’exprimer pleinement. Le papier (on écrit sur la face la plus lisse), l’encre noire, le pinceau calligraphique (il y a deux tailles, un grand pour l’écriture du caractère er un petit pour votre signature, souvent en bas à gauche), et la pierre à encre sont les instruments essentiels pour la pratique de la calligraphie. Lorsque vous pratiquez, tenez le pinceau bien droit. La pression appliquée sur votre papier joue sur l’épaisseur du trait et également les gestes pour créer des effets à la fin.

C’était difficile mais vraiment intéressant ! J’ai écrit les kanji de « amour » (愛) et « ami » (友). Ils étaient pas trop foireux d’après mes profs. Je suis contente d’avoir eu cette opportunité 🙌💖 !

26 mai : lundi, tout est permis !

Je suis allée récupérer mon visa le matin et pour le déjeuner, je me suis posée à Yoshinoya (吉野家), une chaîne de restau qui fait des Gyudon aussi comme Sukiya. On en trouve partout. Ils proposent aussi du Black Curry. Du coup j’ai testé avec du porc et du fromage (牛とチーズ黒カレー). Pas mauvais. C’est un bon endroit pour les petits portes-monnaie 😂 et pour une courte pause déjeuner.

Mais en semaine, dans ce genre d’endroits, parmi les clients on trouve soit des ouvriers soit des salarymen. Que des hommes. De quoi se sentir bien seule xD.

Yoshinoya Yamato (吉野家大和駅前店)
Adresse : 1-1-26 Yamato-shi Chuo, Kanagawa-ken
Accès : Yamato Station (Odakyu-Enoshima Line, Sotetsu Line) sortie 1

Puis direction Shinjuku pour mon dernier cours de jap du lundi de la session printemps. Pour ce dernier cours, les professeurs nous ont fait vivre et expérimenter une cérémonie de thé (茶道) ! J’ai découvert beaucoup culturellement grâce à ces cours !

Certaines professeures portaient un kimono, il y avait tous les équipements pour préparer et servir le thé :

  • chawan (茶碗) : bol utilisé pour la préparation et la consommation du thé
  • chasen (茶筅) : fouet pour mélanger le thé en poudre dans l’eau
  • chaki (茶器) : pot contenant le thé en poudre, il en existe deux types selon la matière avec laquelle ils sont fabriqués (natsume (棗) pour les pots en bois ou bambou et chaire (茶入) pour les pots en céramique)
  • chashaku (茶杓) : cuillère à thé
  • kaishi (懐紙) : papier utilisé pour placer la nourriture (des sucreries japonaises qui accompagnent le thé) et essuyer les doigts. Il est normalement porté plié et coincé dans le devant du kimono

Nos professeurs ont d’abord expliqué le déroulement et ont fait une démonstration. Il n’y a pas toutes les étapes en détails, je précise. Je vous retranscris ce que j’ai vu pendant le cours d’une cérémonie de thé disons « simple ». La cérémonie de thé se déroule dans le plus grand des silences. Vous devez être calme et poli et porter des vêtements sobres, simples ou un kimono.

  1. お先に (en premier) : pendant que le thé est en cours de préparation, on vous apporte des douceurs. Ce sont souvent des sucreries japonaises. Lorsqu’on vous les apporte et qu’on vous propose de vous servir en disant « お菓子をどうぞ » (Okashi wo douzo = veuillez vous servir s’il vous plaît), vous faites une courbette et répondez « お菓子を頂戴いたします » (Okashi wo chōdai itashimasu = je prends, je reçois), vous dites « お先に » (Osaki ni = veuillez m’excuser de me servir en premier) à la personne qui se trouve après vous, vous prenez le plateau en face de vous avec vos deux mains, vous le soulevez légèrement pour exprimer vos remerciements, vous le posez, vous faites à nouveau une courbette et vous prenez une sucrerie que vous posez sur le kaishi. Enfin, vous faites passer le plateau à votre voisin. Vous consommez votre sucrerie avant de recevoir votre thé.
  2. お点前頂戴いたします (merci pour le thé) : le thé est prêt, c’est le moment de le recevoir. Vous faites en premier une courbette et dites « お点前頂戴いたします » (O temae chōdai itashimasu = je prends, je reçois le thé), vous prenez le bol de thé dans vos mains, posez sur la main gauche et tournez deux fois dans le sens des aiguilles d’une montre de 2h à 4h avec la main droite, buvez votre thé en trois gorgées. Une fois terminé, essuyez l’endroit où vous avez bu avec votre pouce et essuyez votre pouce avec le kaishi, tournez dans le sens inverse des aiguilles d’une montre de 4h à 2h, reposez le bol. C’est fini.

Puis nous avons tous bu notre bol de thé en reproduisant du mieux qu’on avait compris. Pour ma part j’ai pu aussi essayer d’en préparer. Pour une première fois je me suis bien débrouillée !

C’était super pour une dernière leçon ! A la fin nous avons tous reçu une carte avec un mot des professeurs. Ils vont beaucoup me manquer ! Depuis que je vais à Human Academy c’est sans doute la meilleure session que j’ai faite ! Et je souhaite de pouvoir participer à une vraie cérémonie de thé un jour !

Après ma leçon j’ai retrouvé Géraldine à Shinjuku. On a passé du temps ensemble au Starbucks, on s’est baladé à Shinjuku et on est allé manger des ramen à la tomate chez Taiyou no Tomato. On a bien parlé et rigolé comme à nos habitudes xD. Elle rentre bientôt en France donc je profite du temps libre que j’ai pour en passer avec elle. Je regrette de ne pas avoir pu la voir plus souvent alors qu’on habitait dans la même ville TT. Maintenant qu’elle rentre je me dis qu’elle va me manquer !


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – Dog Days

1

► Because it’s you : Week-end à Séoul !

CNBLUE – Hallyu K-Star Road, Seoul. Ça résume bien mon week-end !

​Je suis allée un petit week-end en Corée du Sud, à Séoul du 2 au 5 juin. Seulement pour un week-end car au Japon on a pas beaucoup de jours de congés malheureusement. Mais je tenais à aller aux concerts de CNBLUE (encore ?! Quand on aime on ne compte pas), voir des amies, parcourir Hallyu K-Star Road et d’autres rues de Séoul encore inconnues pour moi, manger de la bonne nourriture coréenne et faire le plein de bonnes choses pas chères chez Daiso ! Bref.. me DÉTENDRE !

J’ai décollé vendredi matin de Narita avec la compagnie Jeju Air qui relie Narita et Séoul à un prix abordable et, chose pratique pour moi, j’ai pu payer mon billet d’avion au konbini. L’employée au check-in était trop mignonne, elle m’a demandée comment on disait bonjour et merci en français et au moment de me remettre mon billet d’embarquement, elle a dit « merci » :) c’est agréable un staff gentil et aimable comme ça.

Comme à chaque fois que je quitte le Japon, je demande un re-entry permit (ce que j’ai déjà expliqué avant, ça n’a pas changé).

Puis pour avoir Internet partout (bien qu’en Corée il y ait plus de spot wifi accessibles gratuitement qu’au Japon) j’ai loué une pocket wifi. Je n’ai pas pris la même que pour Singapour car la compagnie n’est présente qu’à Haneda. Donc j’ai réservé par Internet une pocket wifi chez KT Roaming Center. C’est directement sur leur site internet, vous entrez vos coordonnés et la période de location et où vous souhaitez récupérer votre pocket wifi (à l’aéroport ou à votre hôtel). Si vous voulez vous faire livrer à votre hôtel, il faut passer commande trois jours ouvrés avant la date de votre arrivée. Vous pouvez payer par Paypal :). Pour 4 jours cela m’a coûtée 23,20 euros, car en réservant en ligne j’ai pu avoir une réduction.

J’ai récupéré ma petite pocket wifi à Incheon à mon arrivée. Il faut présenter passeport, numéro de réservation et carte de crédit pour payer les frais de service supplémentaire en cas d’endommagement de votre pocket wifi ou de dépassement de la période de location (5500 wons)… Si j’ai bien compris 😁. J’ai bien profité de ce petit joujou, j’étais connectée en permanence partout où j’allais. J’ai même joué à Pokemon GO dans Séoul 😂. Au moment de la rendre, si tout est ok, vous ne payez pas les 5500 wons de frais, mieux, une partie du paiement vous est remboursé ! Donc au final la pocket wifi ne m’a coûtée que moins de 20 euros ! Une très bonne affaire !

Louer une pocket wifi chez KT Roaming Center

  1. Réservez sur Internet ou sur place en renseignant vos coordonnés et la période de location souhaitée.
  2. Payez les frais
  3. Récupérez votre pocket wifi en présentant votre numéro de commande et votre passeport
    Accès : Incheon International Airport 1F, entre les portes 6-7, 8-9 et 10-11.
  4. Et vous pouvez jouer à Pokemon GO n’importe quand, n’importe où !

Je suis arrivée sous un soleil magnifique, un peu chaud comme à Tokyo. J’ai pris la ligne AREX en direction de mon logement durant le séjour. Pour le logement cette fois j’ai choisi un hôtel près de la salle des concerts de CNBLUE. Je suis restée à l’hôtel Harmony Hotel.

Si le staff vous explique que dalle et vous tend juste la clé sans vérifier votre passeport ou quoi, cet hôtel est vraiment bien pour son prix. Les chambres sont spacieuses et luxueuses, la TV immense, il y a un réfrigérateur avec des bouteilles d’eau et des canettes de jus de fruits, du café latte et du thé. Les serviettes sont fournies et y a tout le nécessaire pour la toilette (sauf du dentifrice, que je n’avais pas emmené haha). Et de plus, c’est dans un quartier de Séoul que je ne connaissais pas vu que j’allais toujours à Hongdae, mais au final ce n’était pas si mal comme coin.

Harmony Hotel
Adresse : 63, Cheonjung-ro 40-gil, Gangdong-gu, Songpa, Seoul
Accès : Gil-dong Station (Ligne 5) sortie 1

Mais d’après Julie il s’avérait en fait que c’était un Love Hotel 😂😂 (je vais pas vous faire un dessin, vous connaissez le concept) ce qui n’était pas mentionné sur Internet ! Je comprend mieux la discrétion du staff et le prix de la chambre. De nombreux Love Hotel étaient implantés dans ce quartier d’ailleurs 😂.

Niveau restau, j’ai testé avec Julie un restau de Naengmyeon, de la soupe traditionnelle nord-coréenne à base de nouilles faites de farine de sarrasin, de pomme de terre et de patate douce. J’ai choisi un bibimnaengmyeon (mix entre le bibimbap et naengmyeon). Vu la couleur, ils s’étaient lâchés sur le piment mais ça allait 😂.

Sam-dae Naengmyeon (삼대냉면)
Adresse : 393-6 Gil-dong, Gangdong-gu, Seoul
Accès : Gil-dong Station (Ligne 5) sortie 1 ou 2

Des amies coréennes et mon amie philippine ont voulu manger un midi à Paris Croissant… C’est une chaîne de restaurant/boulangerie implanté partout dans Séoul. Mais nous sommes allées à celui près du parc olympique. Bon ce n’est pas pour ce genre d’endroit que je viens en Corée (surtout quand je vois les prix sachant qu’on peut manger pour beaucoup moins cher) mais bon j’y ai été invitée donc je ne vais pas me plaindre. J’ai mangé des burritos au fromage avec des chips et de la salade.

Paris Croissant Kitchen Olympic Park
Adresse : 424, Olympic-ro, Songpa-gu, Seoul
Accès : Olympic Park Station (Ligne 5) sortie 3

C’était le soir qu’avec Maria, mon amie des Philippines, on cherchait désespérément un endroit où manger. Le premier soir on a atterri dans un restau où le personnel ne parlait pas anglais, pas de menu en anglais… Donc un peu à l’arrache on a pris un bibimbap car c’est le seul truc que je connaissais… Il commençait à être tard et le personnel a tenté de nous expliquer quelque chose comme quoi la viande était crue xD mais on a dit oui quand même. Bref pourquoi, on en sait rien xD. Il était peut-être trop tard et donc ils ne voulaient plus cuisiner..

On a eu plus de chance notre dernier soir. Pareil, on cherchait où manger puis on est passé devant un pojangmacha comme on en trouve des nombreux en Corée, qui servent kimbap, tteokbokki… pour pas cher. En nous voyant, le gérant du restau nous a accueillies à bras ouvert en parlant anglais. Ouf ! Le personnel était super gentil ! Nous avons mangé des rabokki au fromage avec des kimbap. On nous a en plus offert une soupe gratuitement, c’était un régal !

Autumn Colors Love Gimbap (단풍애김밥)
Adresse : 440-22 Seongnae-dong, Gangdong-gu, Seoul
Accès : Dunchon-dong Station (Ligne 5) sortie 3

Niveau temps, il a fait beau la journée mais le soir ça rafraîchissait un peu. Il faisait très chaud en pleins soleil mais sans humidité, donc c’était à la limite du supportable. Il a juste plu le vendredi soir…

C’était un super week-end, avec des belles rencontres et des bons moments avec les 4 hommes de ma vie 😍 ! La Corée c’est génial ! Je suis rentrée Lundi après-midi reboostée pour reprendre une semaine de taf 😊.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – It’s You

1

► Break : Une pause Katsuya ?

9-fevrier-2017

C’est la pause de midi ou bien vous avez un petit creux dans votre journée tourisme ? Vous voulez manger rapidement de la bonne nourriture pour pas cher ? N’allez pas dans un McDo ou un KFC et laissez-vous tenter par un Katsuyaかつや」!

facade

Si vous êtes un fan de tonkatsu (とんかつ – porc pané et frit) ou de katsudon (カツ丼 – bol de riz surmonté de tonkatsu et d’un œuf battu), cette chaîne de restaurant est le parfait endroit puisque tous les plats servis en contiennent ! Sur un bon bol de riz (丼) ou en menu (定食) dans une bonne assiette avec du chou émincé et du karashi et accompagné d’une soupe tonjiru (とん汁 – soupe miso avec du porc et des légumes) et d’un bol de riz (ご飯), ou encore en katsu curry (カツカレー) ! Le porc peut être soit haché (メンチ), soit rôti (ロース), soit en filet (ヒレ) avant l’étape de la friture. Et si le porc ne vous suffit pas, il y a également des plats avec deux morceaux de crevettes (海老) ! Enfin, chaque mois, un plat en édition limitée est proposé (期間限定) dans un bol de riz (丼) ou en menu (定食) ! Pour les personnes matinales, il y a aussi des menus petit-déjeuner servis jusqu’à 11h00.

Vous pouvez manger sur place ou bien prendre à emporter. Il est d’ailleurs possible de commander par téléphone. Comme c’est une chaîne de restauration rapide, vous mangez en général à des petites tables ou bien à un comptoir. Malgré une forte affluence en heure de pointe, le service est efficace et vous recevez votre commande rapidement. A table vous avez toujours à disposition du thé (chaud ou froid selon les saisons), de la sauce tonkatsu et de la sauce salade ainsi que des accompagnements pour vos plats. Les prix varient entre 500 et 1 000 yens et le petit bonus qui vous fera peut-être revenir : un bon de réduction de 100 yens est offert pour votre prochaine commande mais attention, vous n’avez qu’un mois pour l’utiliser !

Katsuyaかつや」est implanté un peu partout dans le pays, mais aussi en Corée, à Hong Kong, en Thaïlande et aussi à Taïwan ! Selon les endroits, le restaurant accueille les clients de 7h00 jusqu’à environ minuit ou 1h00 du matin. Les japonais aiment s’y rendre pendant leur pause déjeuner car ils peuvent manger rapidement. Pour ma part, j’ai testé ceux de : Asakusabashi, Shinjuku, Yoyogi, IkebukuroShibuya, et Nagatsuta. J’ai aussi découvert qu’il y en avait un à Tsukimino, près de chez moi ! Oui j’aime beaucoup manger là-bas !
​En pleins Tokyo, les Katsuya sont assez petits, très souvent bondé (la plupart des clients sont des salarymen en pause déjeuner) et dans le staff on compte parfois des chinois ou des indiens. En campagne, dans Kanagawa vers chez moi par exemple, c’est plus spacieux et plus tranquille avec un staff japonais et plus accueillant. A votre arrivée, on vous sert toujours un verre de thé, chaud ou froid selon la saison.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai décidé d’en parler ! Depuis mon arrivée au Japon, j’y mange tous les mois pour faire usage de mon coupon de 100 yens ! Comment ça j’ai l’air con et gourmande ? C’est bon et pas cher, c’est mon petit plaisir en fin de mois pour même pas 5 euros :p ! J’aime tester les plats en édition limitée et ça me fait toujours un bon repas !

Je vais d’ailleurs terminer cet article par une galerie photos avec les différents plats que j’ai goûté ! Celle-ci sera souvent mise à jour ! Bon appétit !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► Three Days Grace – Break

0

► Busan Travel : Mon Top 3 pour bien manger !

26

J’ai eu l’occasion d’aller à Busan deux fois jusqu’à maintenant ! Dans cet article, je vous propose mon Top 3 pour bien manger à Busan et goûter les spécialités locales !

/!\ Cet article sera mis à jour régulièrement au fur et à mesure de mes voyages, ça deviendra peut-être un top 10 xD !

Ssamdak House (쌈싸먹는 닭집)

Testé en janvier 2017 lors de mon Global Leading Week-end après avoir été au fanmeeting de CNBLUE au LOTTE Hotel.

22

On le devine rien qu’en voyant sa façade avec sa mascotte ; ce restaurant aux allures d’Izakaya vous propose du poulet, du poulet et… encore du poulet cuisiné de toutes les façons et accompagné de diverses saveurs ; grillé ou frit, doux ou épicé… Les prix sont plutôt corrects et certains menus proposent un combo de deux plats pour au final le prix de quasiment un seul ! Tout ça avec une bonne bière et vous passez une bonne soirée entre amis ! Beer & Chicken = 😍👍

23 24

Ssamdak House (쌈싸먹는 닭집)
Adresse : Yeosong Building 1F, 502-23 Bujeon-2-dong, Busan Jingu, Busan
Accès : Seomyeon Station (Busan Line 1 & 2), sortie 7
Site Internet : http://busanssamdak.modoo.at/

Babsang (밥상)

Testé en janvier 2017 lors de mon Global Leading Week-end.

30

Ce restaurant nous avait été recommandé par le réceptionniste de notre hôtel. Et je le remercie encore ! C’était un restaurant sympa. Décor sympa, spacieux, charmant (même les toilettes étaient classes). Dans ce restaurant, pas besoin de menu ! On vous sert tous la ou plutôt les mêmes plats, seules les portions varient en fonction du nombre de personnes ! Chaque personne paye 8000 wons (soit environ, 6.39 euros) pour recevoir un plat de porc, de poisson et du tofu, accompagné de riz, de nouilles, de kimchi, de pancake de légumes et… regardez la photo et constatez !

3432

On comprend pourquoi en heure de pointe, les clients envahissent les lieux ! Vous êtes servis très rapidement. A peine installé les serveurs apportent tous les plats sur un chariot, et vous n’avez plus qu’à vous régaler et croyez-moi, vous êtes bien remplis après un repas comme ça ! Je vous le recommande à coup sûr !

Babsang (밥상)
Adresse : 232-45, Bujeon-dong, Busan Jingu, Busan
Accès : Seomyeon Station (Busan Line 1 & 2), sortie 1

Manger au marché Bupyeong (부평시장)

Je remonte à ma première escapade à Busan, en janvier 2015. Si vous vous rendez à Busan, passez absolument par ses marchés, et en particulier le marché Bupyeong (부평시장), appelé aussi le marché de Kkangtong ! Pour y goûter ce truc !!!

20150202_132452

C’est du de Halmae Yubu Jeongol (할매 유부전골), une spécialité du marché ! C’est un bol de soupe contenant du japchae (plat coréen à base de dangmyeon, des nouilles de fécule de patates douces coréennes, et de légumes variés) enveloppé dans une poche de tofu frit (en japonais c’est du abura-age) et accompagné de gâteaux de poisson et de légumes. On vous remplit votre bol (à ras bord) sous vos yeux et avec vote plateau vous pouvez prendre place à une petite table et déguster. C’est pas du luxe (même un fast food est plus luxueux) mais vous y découvrez tout l’art de la street food, et c’est de la bouffe bien bonne et fraîche ! Pour 3800 wons (~ 3 euros !!!) vous l’appréciez !

img_5651

En vous baladant dans les nombreuses ruelles du marché, vous pouvez aussi profiter de goûter du Ssiat Hotteok, un des genres de Hotteok, le pancake coréen, pour 1000 wons (82 cts). La pâte est faite à partir de farine de blé, d’eau, de lait, de sucre et de levure. On laisse la pâte s’élever pendant plusieurs heures. Les boulettes de cette pâte raide sont remplies d’un mélange sucré, qui peut contenir du sucre brun, du miel, des arachides hachées et de la cannelle. La pâte remplie est ensuite placée sur une grille graissée, et pressée à plat. Le Ssiat Hotteok, spécialité de Busan, contient pour sa part du sucre brun !

20150202_135127 img_5652

Enfin, laissez-vous juste guider par vos pieds, par les odeurs de nourriture et vous pourrez découvrir pleins d’autres variétés de street food à petits prix, entre 1000 et 2000 wons en moyenne !

20150202_144729 img_5648 img_5660

Marché Bupyeong (부평시장)
Adresse : Bupyeong-dong, Jung-gu, Busan
Accès : Jagalchi Station (Busan Line 1), sortie 5, aller vers le nord

Voilà, régalez-vous pendant votre prochain séjour à Busan ! N’hésitez pas à me partager vos bons plans si vous en avez aussi :) !


♫ Un article = Une chanson ► Block B닐리리맘보(NILLILI MAMBO)

1

► JUST DO IT : Kimi no Nikki (octobre 2016)

154

Le mois d’octobre n’est pas particulièrement un mois que je préfère mais il s’est avéré plutôt sympa cette année, même si on a commencé à ressentir le froid… En plus de mon concert de MWAM et de ma soirée Halloween, c’était un bon mois !

1er octobre : 自由が丘で会食

Après le boulot un samedi soir, une de mes nouvelles amies japonaises, Tomoko, m’a invitée à manger chez elle et son mari, avec également d’autres amis à eux. Nous étions 7 et nous avons mangé, bu, mangé… Tomoko avait préparé de la salade et de la pâte à Takoyaki que nous avons cuit ensemble ! J’avais pas trop perdu la main depuis ma première fois lors de la soirée Takoyaki organisée par ma guest house où j’ai travaillé en arrivant avec mon PVT. J’ai tellement envie d’un appareil à Takoyaki pour m’en préparer toutes les semaines !

6

Puis c’est pas tout, on était déjà bien rempli que le mari de Tomoko et un de ses amis ont préparé des Okonomiyaki, des Negiyaki, des Yakisoba et Omuyakisoba ! Trois tonnes de nourriture ! C’était bien bon !

1 8

2 octobre : Vamos a la playa !

Deuxième dimanche d’affilée qu’il fait un magnifique soleil après de longues semaines de pluies et de typhon… Là je ne voulais pas passer à côté de l’occasion d’aller à la plage ! Il faisait très beau, et pas humide. Je me suis rendue en début d’après midi à Enoshima pour me poser sur la plage Katase Higashihama près de l’île. Il y avait pas mal de monde, de bateaux et des gros poissons qui faisaient des énormes bonds hors de l’eau. L’eau était booonne ! Je suis facilement rentrée dedans pour une bonne trempette et quelques brasses pendant un peu plus d’une heure ! Oui, EN-FIN ! Pour la première fois je me baignais et j’allais à la plage au Japon ! En octobre… Il était temps ! Mais ça m’a fait un bien fou ! Vivement l’été prochain maintenant, car je doute d’avoir l’occasion d’y retourner d’ici là pour me baigner xD.

19 20 22

Katase Higashihama Beach (片瀬東浜海水浴場)
Adresse : Fujisawa, Kanagawa Prefecture
Accès : Katase-Enoshima Station (Odakyu Enoshima Line), Enoshima Station (Enoshima Dentetsu Line), Shonan-Enoshima Station (Shonan Monorail)

Et parce que la plage ça donne faim, sur le chemin du retour, arrêt à Chuo Rinkan pour dîner à Osaka Ohsho, une chaîne de restaurants où principalement des gyoza accompagnent votre menu de riz cantonnais, de ramen ou de poulet… Les plats sont variés, il y a un mix japonais-chinois ! Si ce restaurant s’appelle Osaka Ohsho ce n’est pas pour rien ! C’est parce que son premier restaurant a ouvert à… Osaka ! Et c’est lui !

98

Il se trouve à Dotonbori dans le quartier de Namba !

Osaka Ohsho Dotonbori
Adresse : 1-6-13 Dotonbori, Chuo-ku, Osaka
Accès : Osaka Namba Station (Hanshin-Namba Line, Kintetsu-Nara Line), Namba Station (Midosuji Line, Sen-Nichimae Line, Yotsubashi Line), sortie 14

Osaka Ohsho Etomo Chuorinkan
Adresse : Etomo Chuorinkan 2F, 4-6-3 Chuorinkan, Yamato, Kanagawa Prefecture
Accès : Chuorinkan Station (Odakyu Enoshima Line, Den-en-toshi Line)

J’avais un petit manque de gyoza donc j’ai opté pour un menu avec gyoza, riz et chicken nanban, et pour 990 yens (8.70 euros) c’était bien bon !

23

8 octobre : Ça y est c’est le Week-end !

Semaine de boulot finie : otsukaresama desu ! Week-end : Izakaya & Karaoké please ! Avec Sehi, après le boulot, nous avons filé à Shibuya où nous avons retrouvé son amie coréenne de passage au Japon pour le week-end. Pour passer un bon petit moment et se détendre après une (dure) semaine de travail, rien de mieux qu’un Izakaya et 1h30 de Karaoké !

30

Nous avons choisi l’Izakaya Kushidaore (串だおれ), c’est une chaîne et plusieurs restaurants se trouvent dans Tokyo. On peut les repérer facilement grâce à leur logo qui est une tête de Bouddha jaune x). Leurs prix ne sont pas super élevés ! Pour trois personnes, six boissons, six pièces de yakitori (焼き鳥), du poulet, deux okonomiyaki (お好み焼き), cinq pièces de kushiage (串揚げ) : 5 700 yens ! Et c’était bon !

26 28

Kushidaore Shibuya Miyamasuzaka 串だおれ 渋谷 宮益坂店
Adresse : CR-VITE 2F, 1-12-7 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sortie 11

9 octobre : Dimanche chez Aeon-san

Souvent le week-end, si je ne fais rien de spécial, je me rends au grand magasin Aeon à vélo, à environ 30 minutes à pied de chez moi. J’aime bien aller là-bas car ça me permet de faire un peu de vélo, et parce que c’est assez grand et il y a un food court, des restaurants, un DAISO, plusieurs étages de magasins de vêtements, chaussures, et accessoires et même un cinéma ! Bref Carrefour peut aller se rhabiller ! Et cette fois après mes petites courses, j’avais faim j’ai donc décidé de me poser dans pour manger un bon set Katsudon et Soba (ヒレかつ小丼・小麺セット) chez Yonenoya de Gohan (米乃家deごはん). Pour le dessert j’ai craqué pour une petite glace Cookies-crème-Matcha spéciale Halloween à Rainbow Hat (レインボーハット) ! C’était l’occasion vu que Halloween approche (à grand pas…).

16 octobre : Sunny Sunday

Dimanche, soleil, jour de repos. Il ne m’en fallait pas plus pour me donner l’envie d’embarquer mon appareil photo pour aller me promener autour de chez moi pour prendre quelques photos avant d’aller en faire autant vers Shibuya et Harajuku. Pas grand chose à raconter, je me suis amusée à prendre diverses photos. Le temps était vraiment agréable, juste ça et je peux retrouver la forme et une bonne humeur après une semaine fatigante de boulot. Je suis passée par Shibuya et Harajuku avant de retrouver mes amies pour notre dîner CNBLUE.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

31 octobre : Happy Birthday Kimi !

Et finalement le mois se termine par une année de plus dans la gueule ! Comme j’avais fêté Halloween la veille, et parce que ce 31 octobre tombait un Lundi, je n’ai rien fait de spécial. Mais j’ai reçu des beaux cadeaux et des gentils messages. Même mes CNBLUE ont pensé à moi x’D ! Merci à tous !

hb


♫ Un article = Une chanson ► FTISLANDJUST DO IT