2

▶ Road trip de Tokyo à Aomori : Le Kimitinéraire

Planifiez-vous un petit voyage sympa avec l’aide de Kimi !

Ce Kimitinéraire vous propose de partir sur les routes en mini-van pour parcourir principalement la préfecture de Aomori (青森県) depuis Tokyo (東京) en passant par Ibaraki (茨城), Sendai (仙台), Yamagata (山形), Akita (秋田) et d’autres coins sur le chemin à l’occasion d’un road trip de 14 jours en été. Liste des destinations à visiter, budget requis pour une seule personne, routes empruntées en évitant au maximum les péages, stationnement dans le plus de parkings gratuits possible… Tout ce qu’il faut savoir et faire pour rendre ce voyage exceptionnel !

Jour 1 🌧️

  • Arrivée à l’aéroport de Narita (成田空港)
  • Récupération du mini-van et paiement de la location le matin (7:30) | 90 018 ¥
    Route nationale 51 (国道51号) et route nationale 355 (国道355号) : 52 km, 1 heure 20 environ
  • Lac Kasumigaura Walking or Cycling course : Tsuchiura City Kasumigaura Comprehensive Park (霞ヶ浦総合公園), Tennozaki Park (天王崎公園) | 90 km location de vélo 1 500 ¥ de 9:30 à 16:30
    Route 354 (国道354号) : 20 km, 30 minutes environ
  • Onsen Yura no Sato Tsuchiura (湯楽の里 土浦店)| 810 ¥
    Route 354 (国道354号) : 20 km, 30 minutes environ
  • Nuit à Michi no Eki Tamatsukuri (道の駅 たまつくり)

Jour 2 🌦️

  • Départ pour Sanctuaire Osugi (大杉神社)
    Route nationale 125 (国道135号) : 37 km, 40 minutes environ
  • Sanctuaire Osugi (大杉神社)
    Route préfectorale 107 (県道107号) et route préfectorale 25 (県道25号) : 18 km, 25 minutes environ
  • Ushiku Daibutsu (牛久大仏) | 800 ¥
    Route nationale 6 (国道6号) : 68 km, 1 heure 45 environ
  • Sanctuaire Oarai Isosaki (大洗磯前神社) & Côte Oarai (大洗海岸)
  • Oarai Marine Tower (大洗マリンタワー) | 340 ¥
    Route nationale 6 (国道6号) : 123 km, 2h40 environ
  • Onsen et nuit à Michi no Eki Naraha (道の駅 ならは) | 700 ¥

Jour 3 🌦️

  • Départ pour Chutes d’Akiu (秋保大滝)
    Route nationale 6 (国道6号) et route nationale 4 (国道4号) : 150 km, 3 heures 30 environ
  • Chutes d’Akiu (秋保大滝)
  • Jardin Botanique des Chutes d’Akiu (秋保大滝植物園) | 240 ¥
    Route préfectorale 62 (県道62号) : 28 km, 45 minutes environ
  • Yamadera (山寺) & Risshaku-ji Moutain Trail (立石寺登山) | 300 ¥, parking 300 ¥
    Route nationale 112 (国道112号) : 36 km, 45 minutes environ
  • Onsen Mizusawa (水沢温泉) | 300 ¥
  • Nuit à Michi no Eki Nishikawa (道の駅 にしかわ)

Jour 4 🌦️

  • Départ pour Mont Gassan (月山)
    Route nationale 112 (国道112号) : 22 km, 35 minutes environ
  • Mont Gassan (月山) | 200 ¥, télésiège 600 ¥
    Route nationale 112 (国道112号) : 20 km, 35 minutes environ
  • Sanctuaire du Mont Yudono (湯殿山神社本宮) | 400 ¥, purification 500 ¥
    Route nationale 112 (国道112号) et Shonai Kobaecha Line (庄内こばえちゃライン) : 50 km, 55 minutes environ | péage 210 ¥
  • Hagurosan (羽黒山)
    Route préfectorale 115 (県道115号) : 17 km, 20 minutes environ
  • Onsen Denden (田田温泉) | 450 ¥
    Route nationale 7 (国道7号) : 34 km, 45 minutes environ
  • Nuit à Michi no Eki Chokai Flat (道の駅 鳥海)

Jour 5 🌤️

  • Côte Nishinoama (西浜海岸)
  • Étang Maruike (丸池様)
    Route Chokai Blue Line (鳥海ブルーライン) : 21 km, 30 minutes environ
  • Mont Chokai (鳥海山)
    Route Chokai Blue Line (鳥海ブルーライン) : 15 km, 20 minutes environ
  • Cascades Mototaki (元滝伏流水)
    Route préfectorale 58 (県道58号) et route nationale 7 (国道7号) : 89 km, 1 heure 35 environ
  • Onsen et nuit à Michi no Eki Tennou (道の駅 てんのう) | 500 ¥

Jour 6 ☁️

  • Parc de Tennou Green Land (天王グリーンランド遊園地)
    Route nationale 101 (国道101号) : 109 km, 2 heures environ
  • Oiwa (大岩) & Sanctuaire Ebisu (恵比須神社)
    Route nationale 101 (国道101号) : 62 km, 1 heure 10 environ
  • Sanctuaire Takayama Inari (高山稲荷神社)
    Route melon (メロンロード) : 27 km, 30 minutes
  • Cap Kodomari (小泊岬) & Gongenzaki Promenade (権現崎遊歩道)
    Route nationale 339 (国道339号), route préfectorale 12 (県道12号) et route nationale 280 (国道280号) : 87 km, 1 heure 50 environ
  • Onsen Asamushi (浅虫温泉) | 360 ¥
    Route nationale (国道279号) : 56 km, 1 heure environ
  • Nuit à Michi no Eki Yokohama Nanohana Plaza (道の駅 よこはま菜の花プラザ)

Jour 7 🌧️

  • Départ pour Kawauchikawa Valley (川内川渓谷)
    Route nationale 279 (国道279号), route nationale 338 (国道338号) et route préfectorale 46 (県道46号) : 60 km, 1 heure 15 environ
  • Kawauchikawa Valley (川内川渓谷)
    Route préfectorale 253 (県道253号) et route nationale 338 (国道338号) : 25 km, 35 minutes environ
  • Hotokegaura Rock Formations (仏ヶ浦)
    Route nationale 338 (国道338号), route préfectorale 253 (県道253号) et route préfectorale 46 (県道46号) : 70 km, 2 heures environ
  • Mont Osore (恐山) & Temple Bodaiji (菩提寺) | 500 ¥
    Route nationale 279 (国道279号) et route nationale 4 (国道4号) : 142 km, 2 heures 46 environ
  • Onsen Ten’nen Wanoyu (天然温泉 和ノ湯) | 440 ¥
    Route préfectorale 27 (県道27号) : 1,2 km, 4 minutes environ
  • Nuit à Michi no Eki Namioka (道の駅 なみおか)

Jour 8 🌤️

  • Départ pour Château de Hirosaki (弘前城)
    Route nationale 7 (国道7号) : 18 km, 25 minutes environ
  • Château de Hirosaki (弘前城) | 320 ¥, parking 300 ¥
    Route préfectorale 28 (県道28号) : 34 km, 1 heure environ
  • Aqua Green Village ANMON (アクアグリーンビレッジANMON)
    Route préfectorale 28 (県道28号) : 52 km, 2 heures 30 environ
  • Étang Nie Tsubo (沸壺の池), Aoi Ike (青池), Shiragamisanchi (白神山地) & Mountain Trail Juniko Course (登山十二湖散策コース)
    Route nationale 101 (国道101号) : 17 km, 20 minutes environ
  • Onsen et nuit à Koganezaki Furofushi (黄金崎不老ふ死温泉) | 10 600 ¥

Jour 9 🌤️

  • Onsen Koganezaki Furofushi (黄金崎不老ふ死温泉)
    Route nationale 101 (国道101号) : 100 km, 2 heure 5 minutes environ
  • Sannai Maruyama Special Historical Site (三内丸山遺跡) | 410 ¥
    Route préfectorale 44 (県道44号) : 6 km, 15 minutes environ
  • Maison Nebuta Warasse (ねぶたの家 ワ・ラッセ) | 620 ¥, parking 220 ¥
  • Onsen Aomori Machinaka (青森まちなかおんせん) | 450 ¥
    Route nationale 7 (国道7号) : 45 km, 1 heure environ
  • Nuit à Michi no Eki Nijinoko (道の駅 虹の湖)

Jour 10 ☁️

  • Départ pour Lac Towada (十和田湖)
    Route nationale 102 (国道102号) et route nationale 454 (国道454号) : 38 km, 55 minutes environ
  • Oirase Gorge (奥入瀬渓流), Lac Towada (十和田湖) et Sanctuaire Towada (十和田神社) | parking 500 ¥
    Route nationale 454 (国道454号) et route préfectorale 45 (県道45号) : 59 km, 1 heure 20 environ
  • Onsen Pony (ポニー温泉) | 370 ¥
    Route préfectorale 45 (県道45号) : 11 km, 15 minutes environ
  • Nuit à Michi no Eki Towada (道の駅 とわだ)

Jour 11 🌦️

  • Départ pour Towada Art Center (十和田市現代美術館)
    Route préfectorale 45 (県道45号) : 8 km, 15 minutes environ
  • Towada Art Center (十和田市現代美術館) | 1 200 ¥
    Route nationale 4 (国道4号), route nationale 104 (国道104号) et route préfectorale 29 (県道29号) : 46 km, 1 heure 5 environ
  • Côte Tanesashi (種差海岸) & Yodo no Matsubara Promenade (淀の松原遊歩道)
    Route préfectorale 1 (県道1号) : 6 km, 10 minutes environ
  • Ashigezaki Observatory (葦毛崎展望台)
    Route préfectorale 1 (県道1号) : 6 km, 10 minutes environ
  • Onsen Noma no Yu Ten’nen Land (野馬の湯天然ラドン温泉) | 450 ¥
    Route nationale 45 (国道45号) : 9 km, 13 minutes environ
  • Nuit à Michi no Eki Hashikami (道の駅 はしかみ)

Jour 12 ☀️

  • Départ pour Hasshoku Center (八食センター)
    Route nationale 45 (国道45号) : 17 km, 25 minutes environ
  • Hasshoku Center (八食センター)
    Route préfectorale 1 (県道1号) : 12 km, 20 minutes environ
  • Sanctuaire Kabushima (蕪嶋神社)
    Route préfectorale 1 (県道1号) : 2,2 km, 5 minutes environ
  • Promenade de Ashigezaki Observatory (葦毛崎展望台) à Osuka Beach (大須賀海岸)
    Route nationale 340 (国道340号) et route nationale 4 (国道4号) : 115 km, 2 heures 40 environ
  • Onsen Orahono (おらほの温泉) | 500 ¥
    Route nationale 4 (国道4号) et autoroute Tohoku E4 (東北道E4) : 190 km, 3 heures environ | péage 2 720 ¥
  • Nuit à Michi no Eki Oosato (道の駅 おおさと)

Jour 13 🌦️

  • Départ pour Chutes de Kegon (華厳の滝)
    Route préfectorale 8 (県道8号), route nationale 4 (国道4号), autoroute Tohoku E4 (東北道E4) et route Nikko (日光道) : 304 km, 5 heures 50 environ | péage 3 340 ¥
  • Chutes de Kegon (華厳の滝) & Lac Chuzenji (中禅寺湖) | parking 320 ¥
    Route nationale 120 (国道120号) : 3,3 km, 6 minutes environ
  • Onsen Oku Nikko Hotel Shikisai (奥日光ホテル四季彩温泉) | 1 000 ¥
    Route nationale 119 (国道119号) et route nationale 4 (国道4号) : 108 km, 2 heures 30 environ
  • Nuit à Michi no Eki Shimotsuma (道の駅 しもつま)

Jour 14 🌥️

  • Départ pour Narita (成田)
    Route nationale 408 (国道408号) : 79 km, 2 heures environ
  • Retour du mini-van en matinée à Narita (9:30)

Budget approximatif (予算)

  • Transport / Logement : 100 618 ¥
  • Essence : 32 625 ¥
  • Parking / Péage : 7 540 ¥
  • Nourriture / Restaurants : 16 946 ¥
  • Visites / Activités : 6 984 ¥
  • Onsen : 6 330 ¥
  • Achats / Souvenirs / Cadeaux : 13 842 ¥

Total : 184 885 ¥ (~ 1 435,72 €)
Cela reste un chiffre approximatif et pour une seule personne ! Le prix de location du mini-van peut être partagé à plusieurs, ainsi que l’essence, le parking et la nourriture.

Kimi témoigne (キミの証言)

Dorénavant, pendant mes vacances d’été j’aime me faire un road trip. Après Hokkaido, Shikoku, Izumo, Mie… Il me fallait une nouvelle destination, une région sympa à parcourir en voiture. Voulant m’offrir des vacances « fraiches », sans trop de chaleur ni humidité, je me suis une nouvelle fois tournée vers le nord. Direction donc la préfecture de Aomori qui avait de belles choses à me montrer !

L’entreprise chez qui j’avais loué mon mini-van pour mon road trip à Hokkaido, Samurai Rental Car, que je recommande vivement, étant aussi basée à Narita, j’ai décidé de repasser par leur service. J’ai été agréablement surprise des options de mon mini-van, digne presque d’un 3 étoiles ! Le staff avait monté le « lit », préparé oreiller, sac de couchage et couverture, il était possible de monter une petite table, il y avait de l’espace sous le lit pour stocker les bagages et une batterie permettant de fournir de l’électricité. Je n’ai pas trop compris comment ça chargeait, ça fonctionnait grâce à l’énergie solaire. Ainsi, grâce aux prises électriques je pouvais recharger mon téléphone sans problème (et pas squatter le konbini du coin), et grâce aux guirlandes lumineuses, le véhicule pouvait être éclairé la nuit. Le GPS dispo en anglais et japonais était facile à comprendre et à utiliser. Par contre il n’était pas toujours à jour au niveau de la carte.

Mon point de départ se situait donc à proximité de l’aéroport de Narita d’où je suis remontée tranquillement jusqu’à Aomori. J’ai donc rajouté d’autres préfectures à mon programme : Ibaraki, Yamagata, Akita… Cette partie du Japon est vraiment riche en sommets montagneux, certains cachant des temples et sanctuaires spectaculaires, des Onsen. Chaque journée était riche en surprises ! Le nord-est du Japon, qu’on appelle Tohoku (東北) est vraiment très beau !

J’ai commencé le périple sous la pluie, en raison du passage du typhon 10 au large de Tokyo. Ma première activité du jour (tour de lac à vélo) est donc littéralement tombée à l’eau et je me suis contentée d’en faire le tour… en conduisant. Oui, oui. J’ai tenté d’affronter les averses mais c’était bien trop violent, en 5 minutes j’étais littéralement trempée ! La plupart de mes activités étaient en extérieur donc quand la météo était capricieuse, ce n’était pas toujours top… Et bien sûr la pluie m’a suivie jusqu’à la fin du voyage ! 15 jours de pluie, ce n’est même plus de la malédiction là ! C’est juste rageant quand on a un programme chargé et qu’on ne peut pas juste attendre que ça se calme, surtout que ça ne se calmait pas !

Les routes empruntées jusqu’à Sendai étaient des routes nationales passant par des petites villes, tranquilles très tôt le matin, mais très vite bondées passé 8h00. Le problème de ces routes japonaises est que la vitesse est limitée à 50km/h, même hors agglomération, et qu’il y a des feux tricolores à chaque intersection. On était loin des routes d’Hokkaido, agréables et garantissant un panorama de ouf. La route préfectorale reliant les Chutes d’Akiu à Yamadera, passant dans les montagnes, est tout de même sensationnelle et vertigineuse. Un peu dangereuse avec ses virages très serrés et ses passages étroits. Les branches d’arbres et les rochers sont nombreux, il faut donc conduire avec prudence. Mais quand on prend de la hauteur et qu’on aperçoit au loin les montagnes voisines et les agglomérations, c’est juste grandiose ! Les routes de Yamagata et d’Aomori au milieu des montagnes m’ont un peu rappelé Hokkaido. C’était sympa d’y conduire en globalité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce fut mon plus long road trip et il m’a fait apprécier davantage ce mode de voyage, ce mode de vie « simple ». J’aimerais pouvoir continuer à parcourir les routes et découvrir le Japon de cette façon.


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards

♫ Un article = Une chanson ► Auliʻi Cravalho – How Far I’ll Go

3

▶ Butter : Les restaurants indiens (インド料理レストラン)

La cuisine japonaise, on l’apprécie, on en raffole et pour la plupart des expats au pays du soleil levant, elle s’instaure rapidement dans nos repas quotidiens. Mais d’autres pays sont aussi populaires pour leur cuisine ! Dans chaque grande ville, chaque quartier très fréquenté, il n’est pas rare de trouver des grandes chaînes américaines de fast-food, des restaurants italiens, français et aussi… des restaurants indiens !

Les restaurants indiens sont assez courants au Japon bien que la cuisine indienne soit très épicée pour les Japonais. Un bon curry avec un naan (et pas un âne, pardon pour le jeu de mots) ou du riz, ça ne se refuse pas !

C’est pourquoi dans cet article, Kimi va vous parler de ces restaurants en particulier et vous présenter ceux qu’elle recommande.

Kimi et les restaurants indiens (キミとインド料理の物語)

Pourquoi parler de restaurants indiens alors que je pourrais plutôt consacrer un article aux restaurants français (ça viendra peut-être plus tard) ? Tout simplement parce qu’en venant vivre au Japon, j’ai commencé à raffoler de la cuisine indienne. Et c’est vrai qu’on voit très souvent des restaurants proposant cette cuisine.

Je n’avais jamais vraiment mangé indien avant de venir au Japon et j’ignorais limite l’existence du naan (feuille de pain faite de farine de blé et cuite sur la paroi brûlante d’un four). J’aimais de base le curry épicé et sa préparation dans la cuisine indienne, en plus de la découverte du naan et du cheese naan, ont fait que ce plat est vite devenu un de mes favoris ! En particulier depuis que j’en ai mangé dans un restaurant situé à Shibuya et dans lequel je me suis souvent rendue par la suite tellement c’était un régal à chaque repas !

Mon premier restau indien remonte à mon arrivée en 2015, quand j’étais en PVT et travaillais dans une guest house à Asakusa. Une de mes co-workers japonaises m’y avait emmené. Je n’ai jamais retrouvé le nom de celui-ci. Mais depuis la découverture par le plus grand des hasards d’un de mes restaurants fétiches, quand une occasion se présente, je m’offre un bon déjeuner. La cuisine indienne est vraiment délicieuse, le personnel indien est pour la plupart du temps agréable, bien que souvent ils parlent les bases du japonais et quasiment pas anglais.

Après, ces restaurants sont-ils vraiment le reflet de la véritable cuisine indienne ? Est-ce que le cheese naan existe vraiment en Inde ou est-ce une invention ? Comme les yakitori au poulet et au fromage qu’on trouve en France alors que ça n’existe absolument pas au Japon ! Les vrais restaurants indiens tournent-ils de cette manière en proposant tous les plats dans leur menu comme les restaurants japonais en France gérés par des chinois qui proposent à la fois des sushis, des yakitori et des nems ? Chose inconcevable au Japon ! Appelle-t-on réellement ces plats indiens en sauce du « curry » ? En effet, le mot « curry » est un terme générique désignant une grande variété de préparations épicées. Des personnes de nationalité indienne que j’ai eu l’occasion de rencontrer m’ont clairement dit : « Non, ça ne s’appelle pas du curry ! » En réalité, le terme ne serait même pas employé en Inde ! Ces plats indiens en sauce sont qualifiés de curry par les occidentaux mais les Indiens emploieront différents noms selon les régions et les épices utilisées.

Il faudrait que je voyage en Inde pour en avoir le cœur net. Mais en tous cas, j’adhère à ces restaurants indiens chaleureux !

Présentation (紹介)

Implanté dans un décor à l’image du pays, parfois de la musique indienne en fond pour une bonne immersion, les restaurants indiens proposent le meilleur du curry ! Les currys sont un des mets les plus connus de la cuisine indienne. La plupart des plats indiens sont généralement à base de curry, préparés en ajoutant différents types de légumes, de lentilles ou de viandes. Les ingrédients du curry et le style de préparation varient selon la région. La plupart des currys sont à base d’eau, avec l’utilisation occasionnelle de produits laitiers et de lait de coco. Les currys sont généralement épais et épicés et sont consommés avec du riz cuit à la vapeur ou une variété de pains indiens, dont le populaire naan (プレーンナン).

Une grande variété de currys sont proposés : poulet au beurre (バターチキン), poulet (チキン), légumes (野菜), épinards (ほうれん草), noix de coco, fruits de mer (海鮮), keema (キーマ)… Il y a différents menus selon les estomacs et les préférences des clients. En général, un menu classique inclut deux saveurs de curry, une salade et un naan. Parfois on peut trouver en plus du poulet tandoori, un seul curry ou carrément trois ! Selon les restaurants il est possible de choisir la dose de piment (辛さ) du plus doux (甘口, amaguchi) au plus épicé (辛口, karakuchi).

Bien sûr, les currys peuvent aussi être commandés à l’unité et d’autres variétés de naan sont proposés : fromage (チーズナン), patate douce (さつまいも), miel (ハニーナン), oignons (玉ねぎ), sésame (胡麻), naan frit (あげナン)…
A la carte, on peut enfin découvrir les autres plats typiques de la cuisine indienne : samoussa, poulet tandoori (タンドリーチキン, poulet cuit sur un four de pierre en feu), chiche-kebab, biriyani (plat à base de riz préparé avec des épices, de la viande, des œufs ou des légumes), riz safrané… Côté boisson, c’est le lassi (boisson traditionnelle à base de lait fermenté) qui est le plus souvent à l’honneur.

Le midi, les menus sont un peu différents du dîner mais tout est moins cher et les naan sont servis à volonté. En comparaison, on paye quasiment moitié prix le midi. En moyenne, les menus du midi varient de 700 ¥ à 1 100 ¥ contre 1 400 ¥ à 2 000 ¥ le soir, un lassi ou un mango lassi peut couter seulement 100 ¥ le midi contre 400 ¥ le soir et un cheese naan coute 200 ¥ ou 300 ¥ !

Il y a également de la vente à emporter (持ち帰り) et pour faire patienter le client, le personnel très serviable offre une boisson (en général un lassi) gratuitement !

Quelques adresses (色々場所)

Si pour Kimi, le meilleur restaurant indien n’est autre que LUMBINI (ルンビニ), il y a d’autres restaurants approuvés qu’il est bon de tester ! Ils sont répertoriés par ordre de préférence ci-dessous !

① LUMBINI (ルンビニ)

Comme dit plus haut, c’est le meilleur ! Kimi, cliente fidèle certifiée, a quasiment fait le tour des menus. Pour plus de détails, on vous renvoie à l’article dédié à ce restaurant : LUMBINI (ルンビニ), le meilleur restau indien du Kansai

② Shib Mahal (インド料理 SHIB MAHAL)

Assez difficile à trouver sans Google maps ! D’ailleurs c’est grâce à Google maps, en cherchant bêtement un restaurant indien dans Shibuya, que Kimi en a fait la découverte ! Et elle ne compte plus le nombre de fois où elle s’y est rendue ! Les plats de curry sont très bons, en particulier celui aux épinards et tofu, les naan de grande taille. Pas de doute qu’on ressort toujours le ventre bien rempli après avoir choisi un menu au top : deux currys, un cheese nan, une salade et un morceau de poulet tandoori !

Le restau est assez petit et il peut arriver qu’il soit bondé, au point qu’il soit préférable de réserver sa table si on ne veut pas patienter. Mais justement, pour les clients qui se retrouvent à attendre qu’une table se libère, les serveurs offrent un verre de lassi pour patienter.

Adresse : Minatsu Building 2F, 2-6-2 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区道玄坂2丁目6-2 美奈津ビル 2階)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

③ Akriti (アケティ)

Repéré par hasard lors d’une virée à scooter dans Hirakata. Situé à la sortie de la station Gotenyama (御殿山), on y propose de la cuisine indienne et népalaise.

Restaurant petit mais accueillant, on peut s’installer à table ou au comptoir. Staff 100% indien mais avec un bon niveau de communication en japonais. Sous fond de musique indienne, divers menus sont servis pour le déjeuner. Dans ces menus variant de 700 à 1 600 ¥ environ :
• Quatre types de curry au choix : poulet, keema, épinards ou curry du jour (日替わり)
• Cinq niveaux de piment (辛さ) : doux (甘口), normal (普通), moyennement épicé (中辛), épicé (辛口), très épicé (激辛)
• Trois types de naan au choix : classique, miel, frit
• Pour un cheese naan, il faut choisir le menu cheese nan (チーズナンセット)
• Selon le menu choisi, le client peut s’offrir un ou deux currys accompagné(s) d’une boisson, de salade, de soupe et d’un morceau de poulet tandoori.

Le menu cheese naan (チーズナンセット) à 1 050 ¥ est recommandé : deux currys au choix, cheese naan, tebamoto (手羽元, ailes de poulet, moins gras qu’un tebasaki, 手羽先), salade, soupe et boisson ! La boisson, la salade et la soupe sont servies en premier pour prendre le temps de déguster ce menu consistant bien chaud.

Un mango lassi rafraîchissant, du curry au poulet et aux épinards bien pimentés. On attend un peu mais on savoure cette attente avec le curry bien chaud et le cheese naan au fromage bien fondant fraîchement cuit si bien qu’il brûle presque les mains. Les bols de curry sont un peu petits mais au vu du prix incluant un cheese nan sans avoir à rajouter un supplément de 300 ¥ et des accompagnements on ne va pas chipoter.

On a tout de même la peau du ventre bien tendu après ça mais si il reste de la place dans notre estomac, il y a toujours les trois types de naan à volonté ! Il est d’ailleurs possible de demander le type de cuisson et la taille adaptée à la gourmandise de chacun.

En quittant les lieux, penser à prendre un petit prospectus du restaurant qui offre des petits bons de réduction sur la prochaine visite.

Adresse : 1-18-17 Nagisanishi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市渚西1丁目18-17)
Accès : Gotenyama Station (Keihan Line)

④ Khazana (カザーナ)

Situé à Odaiba Decks, par temps ensoleillé, le client peut prendre une table en terrasse avec une vue sur Tokyo et le pont Rainbow. De quoi donner l’impression d’être en vacances ! Evidemment, pour ce cadre de rêve, il faut compter plus cher que les autres restaurants indiens. Environ 1 600 ¥ un menu plus 500 ¥ une boisson. Le plateau n’en reste pas moins consistant puisqu’il inclut tout de même deux currys au choix, un généreux poulet tandoori, une brochette de chiche-kebab, une salade, du riz, un naan, et un yaourt pour le dessert.

Mais pour les gourmands qui veulent vraiment en profiter à un bon prix, il est préférable d’opter pour le buffet à volonté proposé à 1 300 ¥. Quatre saveurs de curry, du poulet tandoori, du riz, du naan et du dessert pendant 60 minutes ! De quoi vraiment se faire plaisir !

Adresse : Decks Tokyo Beach Seaside Mall 5F, 1-6-1 Daiba, Minato-ku, Tokyo (東京都港区台場1丁目6−1 デックス東京ビーチシーサイドモール 5F)
Accès : Tokyo Telephort Station (Rinkai Line) sortie B, Odaiba Kaihinkoen Station (Yurikamome Line) sortie nord

⑤ Jaipur (ジャイプール)

A première vue, ce restaurant n’a rien de très indien. La façade et l’intérieur ne portent aucun élément en référence au pays du curry mais le mobilier est propre et moderne et la déco simple et sophistiquée. Et puis, on y mange tout de même bien ! Le personnel se compose de cuisiniers indiens et de serveurs japonais. Malgré cette balance pour faciliter la communication avec les clients, le service n’est pas toujours très chaleureux et les demandes particulières lors des commandes pas toujours prises en compte (oubli de changer de type de naan, etc…)

Situé dans la zone commerçante à proximité de la station Motosumiyoshi, à Kawasaki (préfecture de Kanagawa, proche de Tokyo), les prix y sont raisonnables quoique un peu élevés en comparaison à des restau situés en province : au déjeuner, compter en moyenne 1 000 ¥ pour un menu contenant deux currys au choix parmi ceux du jour, pour changer de type de naan, rajouter un supplément de 400 ¥ et deux poulets tandoori coutent 700 ¥.
Dans les currys proposés, on va trouver quelques exclusivités qu’il n’y a pas toujours dans les autres restaurants indiens comme le poulet au curry blanc (ホワイトチキンカレー), le curry aux aubergines et à la viande hachée (なすミンチのカレー), le curry au navet (かぶのカレー) ou encore le curry aux fruits de mer (シーフードカレー).

Les naan sont croustillants, le poulet au curry blanc est doux, le curry aux aubergines et le curry aux légumes sont étonnamment épicés. Il est cependant dommage de ne pas pouvoir choisir le niveau de piment. Le pudding à la mangue inclus dans un des menus déjeuner en guise de dessert apporte la petite touche douceur pour bien terminer le repas.

Adresse : La Bonne Maison 1F, 1-29-13 Kizuki, Nakahara-ku, Kawasaki, Kanagawa (神奈川県川崎市中原区木月1-29-13 ラボンヌメゾン1F)
Accès : Motosumiyoshi Station (Toyoko Line, Meguro Line) sortie ouest

⑥ Indo Shokudo Futaba (インド食堂 ふたば)

Si le nom ne sonne pas très indien, la déco et le fond musical est à l’image du pays. On est dans l’ambiance, presque dépaysé. Mais pour nous rappeler que ce n’est pas tout à fait le cas et éviter les problèmes de communication, le personnel parle plutôt bien japonais, bien que pas toujours très aimable comparé à des serveurs japonais.

Pour le déjeuner il y a trois menus possibles. Le premier contient un plat de curry et le deuxième deux plats de curry. Tous deux sont accompagnés de salade, poulet tandoori, naan ou riz. Pour les gros gourmands, le troisième menu offre trois plats de curry avec salade, poulet tandoori, naan ET riz !

Concernant le curry, il y a le choix parmi quatre types : poulet au beurre, porc, tofu et épinards, potiron et viande hachée. Le prix varie de 700 ¥ à 1 200 ¥ (hors taxes). Ajouter 150 ¥ pour recevoir une boisson ou un dessert.

Hélas, pour bénéficier de plus de choix dans la carte et savourer un cheese naan, il est préférable de venir pour le diner. Situé dans le quartier de Jiyugaoka, l’avantage du déjeuner en semaine est que le client peut bénéficier du calme et de la tranquillité du restau peu fréquenté dans cette plage horaire. En tout cas, le curry qui y est servi ainsi que ses tendres naan et les autres plats à la carte (biriyani, riz safrané…) en valent le détour au moins une fois !

Adresse : Terasse Jiyugaoka 2F, 5-20-17 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区奥沢5-20-17 テラス自由が丘 2F)
Accès : Jiyugaoka Station (Toyoko Line, Oimachi Line) sortie sud

⑦ DIYA Roppongi Hills (ディヤ六本木ヒルズ店)

Un restaurant qui mélange à la fois tradition et modernité. L’intérieur chic très lumineux avec des lampes jaunes cylindriques reflètent le désir du restaurant d’apporter cette lumière chaleureuse de l’Inde et d’inviter ses clients à y voyager à travers sa cuisine. La maison propose des menus authentiques, de la cuisine indienne riche accompagnée de vin indien. Pour le cadre et la richesse du menu, le budget nécessaire tourne autour de 1 500 ¥ pour le déjeuner et 5 500 ¥ pour le diner.

Adresse : Roppongi Hills Mori Tower B1F, 6-10-1 Roppongi, Minato-ku, Tokyo (東京都港区六本木6丁目10−1 ヒルサイドB1F)
Accès : Roppongi Station (Hibiya Line, Oedo Line) sortie 1c

⑧ SITAL Nishi-Ogikubo (SITAL 西荻窪店)

Testé uniquement pour un menu à emporter, on retient le service chaleureux et le lassi gratuit offert pendant l’attente de la commande. La spécialité de la maison est son curry à la viande hachée et à l’œuf (挽肉と卵のカレー). Les currys sont savoureux et le cheese naan contient une quantité généreuse de fromage. On y mange bien avec un bon rapport qualité-prix. Populaire auprès des habitants du quartier, le restaurant est souvent bondé aux heures de pointe, accueillants des familles, des jeunes couples, des employés en pause-déjeuner…

Adresse : Nishijima Building 1F, 2-12-2 Nishiogikita, Suginami-ku, Tokyo (東京都杉並区西荻北2丁目12−2 西嶋ビル1F)
Accès : Nishi-Ogikubo Station (Chuo Line, Chuo-Sobu Line) sortie nord
Site internet : https://sital-nishiogikubo.owst.jp/

Une atmosphère qui fait voyager et une cuisine qui diffère de la cuisine japonaise les restaurants indiens permettent de varier les gouts et les plaisir.


Aimez-vous la cuisine indienne ?
Y a-t-il des restaurants indiens que vous recommandez ?


♫ Un article = Une chanson ► BTSButter 

5

▶ Haircut : Aller chez le coiffeur (美容院)

Mesdames et messieurs. Quand on vit au Japon pour une longue durée, prendre soin de soi reste important n’est-ce pas ? Y compris nos cheveux ! Vous avez passé de longs mois sans vous rendre dans un salon de coiffure si bien que vos cheveux sont devenus trop longs pour vous ? Ou bien vous avez envie de changer de style ? Alors allons chez le coiffeur !

Au Japon, le coiffeur représente un certain budget, mais il existe dans le genre rapide et cheap, les petits salons QB House, que l’on peut trouver un peu partout, y compris dans les gares !
Pour un étranger, confier ses cheveux à des coiffeurs japonais peut inquiéter, le type de cheveux étant différent et en particulier si on a des cheveux bouclés. Mais ils savent s’adapter et possèdent de très bons produits de soins. Certains sont mêmes plutôt contents de pouvoir s’occuper des cheveux d’une personne occidentale.

Dans cet article, Kimi vous explique comment se passe un passage chez le coiffeur, basé sur sa propre expérience et en prenant l’exemple du salon de coiffure qu’elle a l’habitude de fréquenter.

Le salon de coiffure : EARTH Hair & Make

En plus de QB House cité précédemment, il existe beaucoup de salons locaux ou des chaînes implantées dans tout le pays, avec des coiffeurs parfois parlant anglais. Selon vos critères, il y a possibilité de trouver le bon salon pour vous. Kimi se rend chez le salon EARTH Hair & Make. C’est à la fois un salon de beauté (美容室, biyōshitsu) et un salon de coiffure (美容院, biyōin). Il y en a plusieurs dans le pays, au nombre de 250 salons. Les prix sont un peu élevés mais le service y est très bien. Les salons sont luxueux et spacieux, le personnel est agréable et accueillant. Vous pouvez vous y faire couper les cheveux, essayer une permanente et aussi y faire vos ongles (ネイル) et vos cils (まつ毛) !

Pourquoi ce salon en particulier ? Pour les raisons citées précédemment et parce qu’il a été présenté par une amie japonaise qui y travaille !

EARTH Hair & Make Yokohama (EARTH Hair & Make 横浜店)
Adresse : House Plan Yokohama 1F, Tsurumaya-cho, Kanagawa-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken (神奈川県横浜市神奈川区鶴屋町1-7-12 ハウスプラン横浜1F)
Accès : Yokohama Station (JR Yokohama Line, Toyoko Line) sortie ouest

EARTH Hair & Make Kyoto Station (EARTH Hair & Make 京都駅前店)
Adresse : Torimaru Shichijo Building 1F, 191-2 Higashisakaicho, Shimogyo-ku, Kyoto (京都府京都市下京区東境町191-2 鳥丸七条ビル1F)
Accès : Kyoto Station (JR Line) sortie centrale, Shichijo Station (Keihan Line) sortie 1

Prendre rendez-vous (予約する)

On peut réserver par internet ou par téléphone. La réservation par internet est relativement simple et rapide. De plus, il y a souvent des coupons de réductions pour des coupes ou des couleurs mais les tarifs varient selon les salons.

Optez donc pour cette méthode plus pratique ! Pour réserver par internet chez EARTH Hair & Make :
– aller sur le site officiel : https://hairmake-earth.com/
– dans le menu, cliquer sur サロン検索 (recherche de salon)
– sélectionner sur la carte la préfecture du lieu de résidence, par exemple, la préfecture de Kyoto (京都府)
– choisir le salon le plus proche du lieu de résidence et cliquer sur le bouton
簡単ネット予約 (réservation simple par internet)
– une nouvelle fenêtre apparait, choisir alors la méthode de réservation (予約方法) souhaitée : depuis le choix de la personne en charge (担当者), le menu et les coupons disponibles (メニュー・クーポン) ou depuis l’historique (履歴) en cas de compte existant
– une fois choisi, sélectionner la date et l’heure (日時) du rendez-vous selon les disponibilités
– à ce moment il est possible de créer un compte sur le site internet (会員登録して予約) ou de faire une réservation sans en créer un (会員登録せずに予約) avant d’être renvoyé à la page de confirmation (予約確認)
– sur la page de confirmation sont renseignés la date et l’heure de la visite du salon (ご来店日時) ainsi que le menu et le coupon choisi (メニュー・クーポン)
– sélectionner si c’est la première visite du salon ou non en cochant oui (はい) ou non (いいえ) à la question 初めてのご来店ですか?(Est-ce votre première visite du salon ?)
– pour recevoir une confirmation la veille par e-mail (前日確認メール), sélectionner 希望する (je souhaite)
– pour tout commentaire, écrire dans la zone dédiée (コメント)
– confirmer en cliquant sur le bouton rouge 上記の内容で予約する (Faire une réservation avec le contenu ci-dessus)
– quand la réservation est complétée (予約完了), un e-mail de confirmation est envoyé à l’adresse e-mail enregistrée

Après si vous souhaitez le challenge et exercer votre japonais, vous pouvez toujours téléphoner ! Lors d’une prise de rendez-vous, au plus simple, dire : 予約したいと思います (Yoyaku shitai to omoimasu. = Je voudrais prendre rendez-vous.), puis quel jour et quelle heure conviendrait et enfin donner son nom. La réception confirmera par la suite.

Pour réviser les jours de la semaine, les dates et l’heure, consultez les cours de japonais de Kimi no BLUE TRAVEL venir prochainement).

Le jour du rendez-vous (予約日)

A l’arrivée, se présenter à l’accueil en disant : 本日〇〇時に予約しました。〇〇と申します。(Honjitsu 〇〇 ji ni yoyaku shimashita. 〇〇 to mōshimasu. = J’ai une réservation aujourd’hui à 〇〇 heures. Je m’appelle 〇〇.) puis mettre ses affaires dans un casier. Le staff se charge de prendre le manteau du client et de l’installer à un siège. Il y a des catalogues de coupe et de coloration à disposition. Des exemples de coiffure sont également publiés sur le site internet, indiquant en plus à quel type de cheveux et quelle forme de visage elles vont le mieux.

Le plus difficile quand on ne parle pas bien japonais est de réussir à bien expliquer ce que l’on veut quand le coiffeur demande : 本日はいかが致しますか? (Honjitsu wa ikaga itashimasu ka? = Que désirez-vous aujourd’hui ?). Pour ne pas être déçu(e), mieux vaut bien préparer ses explications et des photos de la coupe souhaitée. Quelques exemples de phrases :

  • ヘアスタイルはボブなんですが、髪量は少ないほうがいいです。(Hea sutairu wa bobu nan desu ga, kamiryō wa sukunai hō ga ii desu.) = Je voudrais une coupe au carré mais avec peu de volume.
  • 後ろはかなり短くして、サイドはあごの長さで切ってもらえますか。(Ushiro wa kanari mijikaku shite, saido wa ago no nagasa de kitte moraemasu ka.) = Pourriez-vous raccourcir à l’arrière et couper les côtés à la longueur du menton ?
  • 写真のとおりに切ってください。(Shashin no toori ni kitte kudasai.) = Coupez comme sur la photo s’il vous plaît.

Comme on le voit assez régulièrement, le service est impeccable. Le personnel explique clairement le travail qu’il va réaliser sur les cheveux, commente chaque étape de la coupe ou de la coloration et dit 失礼します (Shitsurei shimasu, littéralement « je commets une impolitesse ») à chaque contact. Cela peut paraître étrange aux yeux des étrangers mais cette expression est naturellement utilisée au travail.
En période de Covid, le port du masque est obligatoire pour tous. Le salon peut en fournir pour 20 ¥ le masque.

La coupe inclut un shampoing classique. Le prix est de 3 000 ¥ en moyenne. Le shampoing est un moment agréable et relaxant. Le client bénéficie d’un bon massage crânien. Pour éviter les éclaboussures dans les yeux, on recouvre le visage avec une petite serviette. Un peu comme dans nos salons en France, les coiffeurs profitent de ce moment et de celui de la coupe pour discuter un peu. En parlant un peu japonais et en engageant la conversation, elle en deviendra bien plus sympathique encore et divers sujets peuvent être abordés ! Un très bon exercice pour réviser son japonais et passer un moment agréable si bien que le temps passe plus vite que prévu.

Avant cela, si c’est inclut dans les souhaits du client, il y a la coloration. Dans ce cas, cela demandera en toute logique plus de temps et d’argent. La coloration demande environ 4 000 ¥. Pour aller plus vite et pour que chaque partie de la chevelure s’imprègne de la couleur dans le même laps de temps, il arrive que deux personnes prennent en charge le client (à moins que certains n’aient rien d’autres à faire en période creuse ou en période Covid…). Pour éviter de tâcher les oreilles, on leur met de petites charlottes. Le temps d’attente pour que les cheveux s’imprègnent de la couleur est d’environ 30 minutes. Après quoi c’est le rinçage et le shampoing, suivi d’un traitement si le client l’a rajouté en option (rajouter alors environ 2 000 ¥).

Puis enfin, c’est la coupe et le petit brushing ! Compter au total environ une heure pour une simple coupe. Et vous voilà avec des cheveux resplendissants !

Montant total pour une coloration et une coupe avec traitement : approximativement 7 920 ¥. On remercie les réductions grâce aux coupons proposés par le salon ! Lors de sa première visite, le client reçoit une carte de fidélité avec laquelle il peut cumuler des points et obtenir des réductions par la suite.

Vocabulaire (単語)

美容室 (びようしつ – biyōshitsu) = salon de beauté
美容院 (びよういん – biyōin) = salon de coiffure
髪型 (かみがた – kamigata) = coiffure
ヘアスタイル (heasutairu) = coupe de cheveux
カット (katto) = coupe
カラー (karaa) = coloration
パーマ (paama) = permanente
ブリーチ (buriichi) = décoloration
トリートメント (toriitomento) = traitement
シャンプー (shanpū) = shampoing
頭皮 (とうひ – tōhi) = cuir chevelu
髪量 (かみりょう – kamiryō) = volume des cheveux
髪質 (かみしつ – kamishitsu) = qualité des cheveux
顔型 (かおがた – kaogata) = forme du visage
長髪 (ちょうはつ – chōhatsu) = cheveux longs
短髪 (たんぱつ – tanpatsu) = cheveux courts
髪を切りそろえる (かみをきりそろえる – kami wo kirisoroeru) = égaliser
カールする (kaaru suru) = boucler
ボブ (bobu) = coupe au carré
段 (だん – dan) = dégradé
女性の前髪 (じょせいのまえがみ – josei no maegami) = frange
カール (kaaru) = boucle
三つ編み (みっつあみ – mittsuami) = tresse
ポニーテイル (poniiteiru) = queue de cheval
お団子ヘア (odangohea) = chignon
フレンチブレイド (furenchi bureido) = tresse africaine
髪の束 (かみのたば – kami no taba) = couette
カーラー (kaaraa) = bigoudi
ヘアスプレー (hea supuree) = laque
髪留め (かみとめ – kamitome) = pince à cheveux, barrette
まつ毛エクステ (matsuge ekusute) = extensions de cils
ネイル (neiru) = ongle
お客様の頭皮は敏感ですか?(Okyaku-sama no tōhi wa binkan desu ka?) = Avez-vous un cuir chevelu sensible ?
シャンプーからはじめます。(Shanpū kara hajimemasu.) = Nous commençons par le shampoing.
こちらへどうぞ。(Kochira he dōzo.) = Par ici s’il vous plaît.
お湯の温度はいかがですか?(Oyu no hondo wa ikaga desu ka?) = La température de l’eau vous convient-elle ?
お湯が熱かったり、冷たかったら言って下さい。(Oyu ga atsukattari, tsumetakattara itte kudasai.) = Si l’eau est trop chaude ou trop froide, dites-le s’il vous plaît.
熱すぎます。(Atsu sugimasu.) = C’est trop chaud.
冷たすぎます。(Tsumeta sugimasu.) = C’est trop froid.
丁度良いです。(Chōdo ii desu.) = C’est parfait.
お決まりの分け目はありますか?(Okimari no wakeme wa arimasu ka?) = Où faites-vous la raie des cheveux ?
真ん中で分けてほしいんですが、できますか?(Man’naka de wakete hoshī ndesu ga, dekimasu ka?) = Je voudrais que la raie soit au milieu, est-ce possible ?
右側 (みぎがわ – migi gawa) = côté droit
左側 (ひだりがわ – hidari gawa)= côté gauche
終わりましたが、いかがですか?(Owarimashita ga, ikaga desu ka?) = C’est terminé, qu’en pensez-vous ?
椅子を回しますので、後ろもご覧下さい。(Isu wo mawashimasu node, ushiro mo goran kudasai.) = Je vais tourner le siège pour vous montrer l’arrière également.
もう少し短く切ってくれますか?(Mou sukoshi mijikaku kitte kuremasu ka?) = Pouvez-vous couper un peu plus court ?
領収書 (りょうしゅうしょ – ryōshūsho) = reçu


Plus de vocabulaire dans Cours de Japonais.
Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards

♫ Un article = Une chanson ► Linkin ParkPapercut

1

▶ Lost in the Echo : Kimi no Nikki (mai 2021)

Osaka - Banpaku Kinen Park - Flower Hill (1)

Un mois de mai qui a commencé comme toujours par la Golden Week. Mais cette année aussi, elle fut bien triste en raison de l’État d’Urgence de déclaré, recommandant de ne pas sortir sauf en cas de nécessité et de ne pas se déplacer entre les préfectures. Voyages annulés, des Shinkansen majoritairement vides, des attractions et endroits touristiques fermés… La Golden Week se passait à domicile pour la deuxième année consécutive.

Il y a heureusement le retour du soleil pour remonter le moral un peu. Sauf que la plupart du temps il préfère passer son weekend ailleurs et nous laisser la pluie et les nuages. Pire, avec trois semaines d’avance, c’est la saison des pluies, tsuyu (梅雨) qui s’est pointée avec averses torrentielles interminables et une humidité qui dépasse les 300 % ! Du coup, la plupart des weekends se sont passés à la maison et on craint ce que réservera juin niveau météo.

Bref, en mai, on n’a pas toujours fait ce qui nous plaisait !

※ Les articles à consulter ce mois 📔

• ビザ・Visa •

💼 Obtenir un Visa Travail (就労ビザの取得) 💼

1622415101403

💳 Renouvellement du Visa Travail (就労ビザの更新) 💳

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

• 極楽・S’amuser •

🌞 Parc Banpaku Kinen (万博記念公園) 🌞

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Tokyo Golden Week・東京ゴールデンウイーク •

Maintenant que le mois est passé je peux le dire, j’ai passé ma Golden Week à Tokyo. Alors oui ce n’est pas intelligent en pleine pandémie et État d’Urgence mais j’assume ! Quand on est expatrié, sans pouvoir rentrer au pays, la présence des amis proches est un indispensable pour garder le moral. Et je n’allais pas manquer l’occasion de passer un peu de temps avec eux, qui sont toujours à Tokyo. Surtout quand certains quittent le Japon pour d’autres aventures. Donc oui je suis allée à Tokyo pour la Golden Week. Le temps n’a pas toujours été au top et les activités assez limitées avec l’État d’Urgence. Mais j’ai réussi à varier les plaisirs et à voir quelques amis. Ça fait une bonne coupure, ça nous requinque pour la reprise du boulot 😊.

• Nouveau visa travail・新しい就労ビザ •

Plus de deux longues semaines d’attente. De l’impatience et du stress. Mais enfin ! Après avoir envoyé les papiers manquants pour compléter mon dossier de demande de renouvellement de visa, ENFIN, la petite carte postale arrivait dans ma boîte aux lettres ! Je n’ai pas perdu de temps, le jour suivant, un matin pluvieux, avec un bon rhume, je me rendais au bureau d’immigration.

Avec mon travail et mes classes que je ne peux pas me permettre d’annuler, j’ai dû y aller le plus tôt possible pour ne pas attendre trop longtemps. Je suis arrivée une heure avant l’ouverture et j’étais la première parmi ceux étant venus récupérer un visa. Ce fut cependant le pompon ! J’étais arrivée en avance pour être sûre de passer la première et ne pas rester trop longtemps. J’avais bien fait ! J’avais un mauvais pressentiment au niveau de la photo, je ne sais pas pourquoi cela m’est venu d’un coup mais en effet, ça n’a pas loupé. Connaissant les Japonais, ils n’allaient pas accepter ma photo qui était la même que celle sur mon passeport renouvelé en novembre, soit six mois avant. Hors il faut une photo datant de moins de 3 mois. Je pensais économiser une photo mais finalement non ! Ils m’ont obligée à aller refaire des photos d’identité pour finaliser les procédures.

Kimi en chie toujours pour parvenir à ses fins mais au final, au bout de 20 minutes, mon numéro était appelé et on me rendait ma nouvelle carte de résident avec une durée de… 5 ans !! Incroyable ! Je ne m’attendais pas à tant ! Quel bonheur de voir que je vais encore pouvoir profiter de ce beau pays encore 5 ans ! Le chemin se poursuit vers d’autres destinations. De nouvelles aventures se profilent à l’horizon !


♫ Un article = Une chanson ► Linkin ParkLOST IN THE ECHO

1

▶ Reviver : Kimi no Nikki (octobre 2020)

Octobre : arrivée de l’automne et Halloween. Été et typhons définitivement finis ? Des journées tantôt fraîches, tantôt encore chaudes où les températures oscillent entre 17 et 26 degrés. Des typhons un peu dangereux et dévastateurs ont traversé ou sont passés pas loin du pays avec vents violents et pluie sans fin. Mais après quoi de belles journées ensoleillées étaient de retour pour nourrir le corps de vitamines D grâce aux rayons du soleil, réchauffer les cœurs et motiver.

※ Les événements du mois 🎊

• Excursion Parents-Enfants (親子遠足)

Dans la société japonaise où beaucoup se consacrent plus au travail qu’à la vie de famille, pouvoir suivre et avoir un aperçu de la scolarité de ses enfants est important pour les mères japonaises qui préfèrent en général quitter leur travail pour les élever et maintenir les liens. Il n’est donc pas rare de voir dans les écoles maternelles, des journées « Excursion Parents-Enfants » (親子遠足), pour permettre aux enfants de créer de beaux souvenirs avec leurs parents tout en restant dans l’environnement scolaire.

Les lieux et destinations varient selon les écoles. Certaines organiseront l’excursion dans des grands parcs tandis que d’autres opteront pour une sortie à l’aquarium ou au zoo. Pour l’excursion Parents-Enfants de ce jour, un vendredi initialement frais mais finalement doux, venteux mais ensoleillée, rendez-vous au parc Yamadaike (山田池公園) d’Hirakata pour récolter des glands !

Rassemblement en milieu de matinée vers 10h00 au point de rendez-vous indiqué par l’école. Chacun vient par ses propres moyens et munis des affaires nécessaires pour l’excursion : bento (弁当), bouteille d’eau ou de thé (水筒), serviette pour les mains (お手ふき)…

Comme à tout lancement de ce type d’événement, le directeur est en charge de livrer un petit discours en ajoutant en plus les précautions à prendre pour que l’excursion se déroule en sécurité et sans accident. Puis chaque enfant part à la quête de glands accompagnés de leurs parents. Une petite heure de quête, immortalisée par des photos commémoratives.

Les excursions, ça ouvre l’appétit ! La récolte une fois terminée, il est temps de se rassembler pour partager la pause déjeuner. Au menu, chacun reçoit son mignon bento préparé et décoré avec amour. Après quoi, la dernière heure est consacrée à des jeux avant de clôturer l’événement, préparés et organisés par les enseignants. Par exemple, le jeu boushi tori (帽子取り👒). Attrapez le chapeau de l’ennemi avant qu’il n’attrape le votre ! Un jeu qui plaît beaucoup aux enfants en binôme avec leur maman, courant vivement partout dans le parc en rigolant.

L’événement termine par un dernier discours de clôture et chacun peut rentrer se reposer tranquillement chez soi avant d’attaquer une nouvelle semaine en pleine forme !

• Récolte de mikan (みかん狩り🍊)

On renouvelle l’expérience de l’année dernière. La saison des mikan (mandarines) étant arrivée, on part en sortie scolaire pour la récolte des mikan, dit mikan gari en japonais (みかん狩り🍊✨).

Activité répandue dans les différentes régions du Japon, elle permet de déguster de délicieuses mikan fraîches dans un environnement naturel tout en profitant de beaux paysages. Fruit le plus récolté au Japon, c’est dans les préfectures de Wakayama (和歌山県) et d’Ehime (愛媛県) qu’on trouve les meilleures zones de productions réputées. Les champs se situent le plus souvent sur des collines faisant face à la mer et c’est par temps ensoleillé et frais que les mikan poussent.

Départ en bus dans la matinée. Le trajet se passe dans la joie, la bonne humeur et l’impatience de pouvoir déguster des mikan à volonté ! On chante, on lit un livre ensemble et on écoute attentivement les consignes du professeur pour que l’excursion se passe dans le meilleur des mondes. Arrivés sur le lieu de récolte du côté de Katano (交野市) 40 minutes plus tard, c’est l’école qui régale et se charge des frais pour une récolte en dégustant à volonté (食べ放題) et avec un sac de mikan en souvenirs (お土産).

Prêts, partez ! Les enfants et les enseignants se lancent librement dans la cueillette de ces agrumes doux et juteux. On cueille et on déguste, on compare qui peut relever le défi d’en manger le plus possible ! On prend des photos commémoratives, une mikan à la main en disant fièrement « mikan gari » et on termine par un pique-nique sous un beau soleil chaud.

Le temps est idéal pour s’amuser encore un peu après le déjeuner. Quelques minutes de récréation avant de reprendre le chemin de l’école… En mangeant des mikan ?!

Fraîches et délicieuses, avant l’arrivée de l’hiver et des journées froides, c’est un plaisir de pouvoir faire le pleins de vitamines avec ces délicieux fruits de saison !

• Récolte de patates (芋掘り🍠)

Après la récolte de mikan (みかん狩り) quelques jours plus tôt, on profite d’une autre journée ensoleillée pour aller déterrer cette fois des… patates ! C’est parti pour le Imohori (芋掘り) ! Un bon prétexte pour partir en sortie scolaire et profiter d’une expérience amusante et enrichissante pour les enfants d’école maternelle.

Imo (芋) signifiant « patate » et hori (掘り) « creuser », ce terme désigne donc l’activité de déterrer des patates en tout genre, dont les pommes de terre (ジャガイモ) ou encore les patates douces (サツマイモ). Cette activité se déroule en général dans les fermes (農園) de mi-septembre à fin octobre.

Départ en bus vers 10h direction le lieu de récolte, la ferme Arasui (あらすいも掘農園), situé à Joyo (城陽市) dans la préfecture de Kyoto (京都府) à environ 40 minutes de route, au milieu des champs et des zones industrielles. Dans des fermes comme celle-ci, il est possible d’y venir déterrer des patates. La réservation et la quantité souhaitée sont requises pour un prix à partir de 380 ¥ environ.

Une fois arrivé, les potagers sont prêts, il n’y a plus qu’à creuser et déterrer les patates douces pendant une petite heure. Des patates douces en masse sont déterrées et chacun repart avec un lourd sac bien rempli. Alors lundi, qu’est-ce que ce sera pour le déjeuner ? Des patates ? Et mardi ? Des patates aussi ?!

※ Les sorties et excursions du mois 🏞 🏙

• Balade à Katano jusqu’au parc forestier préfectoral Kurondo (交野市で散歩、府民の森くろんど園地まで)

Un dimanche ensoleillé fin octobre. L’automne est bien là mais les érables japonais ne rougissent pas encore. Le temps est idéal pour aller marcher à Katano (交野市), ville voisine d’Hirakata (枚方市) du côté de la station Kisaichi (私市駅). Pas pour aller au parc Hoshida (ほしだ園地), la principale attraction du coin mais pour faire un peu de randonnée vers le parc voisin, Kurondo (くろんど園地).

Autour de la station Kisaichi (私市駅) et de la station voisine de la même ligne de train, il y a trois principaux circuits de randonnée sympa pour découvrir des étangs, des temples, de beaux panoramas depuis le sommet des montagnes et profiter d’une nature paisible dans les parcs forestiers de la préfecture d’Osaka :
① le circuit Kurondo-ike (くろんど園地コース)
② le circuit Hoshida (ほしだ園地コース)
③ le circuit Katano Ikimo no Fureai no Sato (交野市いきものふれあいの里コース)

Ces parcours sont assez populaires auprès des amoureux de randonnée ou de course à pieds, qu’ils soient jeunes ou âgés. Beaucoup profitent de cette belle journée et on croise des randonneurs sympathiques prêts à aider et indiquer le bon chemin.

De la station Kisaichi (私市駅), on emprunte aujourd’hui le circuit Kurondo-ike (くろんど池ハイキングコース) jusqu’aux cascades Tsuki no Wa (月の輪滝). Départ vers 14h00 pour un petit parcours de 1,1 km en 25 minutes environ. Passage par des rues bordées d’habitations avant de pénétrer dans la forêt où le ruissellement de l’eau se fait aussitôt entendre. Ecoutez ce son agréable, ils vous mène directement jusqu’aux cascades. Ce ne sont pas les plus hautes ni les plus impressionnantes mais le cadre naturel est bluffant. On escalade et on joue les aventuriers de la jungle pour admirer le plus près possible les chutes d’eau.

Le circuit n’étant pas fini, autant continuer un peu pour arriver 30 minutes après à l’étang Suiren (すいれん池) avec aire de repos et toilettes. C’est le moment de s’offrir une petite pause. Mais la nuit tombant très vite, et n’étant pas équipé pour le la randonnée nocturne, suivre les conseils d’un randonneur rencontré précédemment sur le chemin est plus raisonnable. En effet, il reste encore environ deux heures avant de boucler le circuit sachant qu’il y a d’autres belles choses à y voir ! Il est préférable de faire demi-tour, mais ce n’est que partie remise !

Retour donc à la civilisation. Pour aujourd’hui, on choisit de rejoindre la station Kawachimori par la petite ville campagnarde, au milieu des maisons et des potagers.

Habitant(e) d’Hirakata, on retient qu’on a pas besoin d’aller bien loin si on peut se ressourcer en pleine nature et se balader tranquillement pour une journée. Eh oui le Kansai, c’est incroyablement splendide et on est loin de s’imaginer qu’on habite si près de beaux endroits cachés !

Parc Kurondo (くろんど園地)
Adresse : 3192-1 Kisabe, Katano, Osaka (大阪府交野市私部3192-1)
Accès : Kisaichi Station ou Kawachimori Station (Katano Line)
Site internet : http://osaka-midori.jp/mori/kurondo/

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷

※ Les restau et cafés du mois 🍴☕

• Freshness Burger (フレッシュネスバーガー)

Si chez Kimi no BLUE TRAVEL on opte le plus souvent pour la nourriture japonaise, on se laisse de temps en temps tenter par d’autres saveurs selon la situation. Quand on a peu de temps pour la pause déjeuner et qu’on veut rester à proximité de son lieu de travail, on peut se rendre dans un restaurant de burger. Même si ce n’est pas la nourriture la plus saine et équilibrée, il faut aussi savoir se faire plaisir !

On zappe McDo et on part pour des petits burgers plus appétissants chez Freshness Burger (フレッシュネスバーガー) 🍔. Chaîne de fastfood implantée partout dans le pays, on peut même en trouver dans les gares et station de métro comme les autres petites chaînes populaires de fastfood et de café. Dans la grande gare d’Ikebukuro par exemple, vous trouverez près des sorties C1 et C2 du métro, un Freshness Burger implanté et non loin d’un Starbucks !

Il y a des menus incluant le burger de votre choix accompagné de salade ou de frites et d’une boisson au choix pour un supplément d’environ 500 ¥ en plus du prix du burger choisi. Il est également possible bien sûr de ne prendre que le burger et un accompagnement séparément. Une fois la commande et le paiement effectué au comptoir, le burger est servi à votre table.

Il y a des burgers classiques, des burgers au poulet, des burgers épicés… Certaines branches proposent d’autres burgers spéciaux et originaux comme le gyoza burger (餃子バーガー), le cheese fondue burger (チーズフォンデュバーガー) ou encore le demikatsu burger (デミカツバーガー). Compter entre 400 et 900 ¥ le burger.
Pas envie d’un burger ? Pas de problème ! Il y a également des salades, des hot-dogs ou encore des plats de pâtes ! Enfin, pour finir sur une touche sucrée, il y a des gâteaux, des crêpes et des gaufres pour le dessert !

La taille reste raisonnable, tout en étant une taille « japonaise », soit un peu plus petit qu’un burger en Occident. Le pain est tendre, la viande assez cuite et la dose d’épices correcte. Avec une petite salade fraîche, c’est suffisant pour poursuivre la journée !

Freshness Burger Echika Ikebukuro (フレッシュネスバーガーエチカ池袋店)
Adresse : Echika Ikebukuro, 3-28-14 Nishi-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo (東京都豊島区西池袋3-28-14エチカ池袋)
Accès : Ikebukuro Station (JR Lines, Tobu-Tojo Line, Yurakucho Line, Marunouchi Line, Fukutoshin Line)
Site internet : https://www.freshnessburger.co.jp/

• Cocarde (コカルド)

Un dimanche tranquille du côté de Kyobashi, à Osaka. Les rues du quartier ne sont pas très animées ni bondées dans l’après-midi mais les boutiques et les cafés du centre commercial Keihan Mall sont ouvertes et quelques clients font leur petit shopping du weekend.

Il est facile de trouver une table dans le café Cocarde (コカルド) dont les mignons gâteaux miniatures (プチガトー, petit gâteau pour une personne) exposés en vitrine du café et de la boutique attirent l’attention. Et comme en ce mois d’octobre on s’apprête à célébrer Halloween, des gâteaux à l’effigie de cette fête sont proposés temporairement ! Il y a par exemple le cheesecake momie (マミー), le monstre mont blanc (森の一ツ目), la mousse fantôme (ベロベロ, berobero) ou la mousse citrouille au potiron (ニヤニヤ, niyaniya)… Ces petits gâteaux qu’on ose à peine manger tellement on les trouve beaux coûtent en moyenne 700 ¥.

Plus classique, cette chaîne de café et confiseries née à Osaka propose divers gâteaux toujours aussi bien confectionnés esthétiquement, beaux et chics ainsi que des petites pâtisseries comme des financiers, des biscuits et des sablés.

Le café est spacieux et avec une déco aussi un peu chic. Une fois installé à votre table, choisissez votre gâteau favori et accompagnez-le de votre boisson favorite en optant pour le cake set à environ 1 300 ¥. Les gâteaux sont petits mais délicieux, la portion reste suffisante pour un petit plaisir à l’heure du goûter.

Cocarde La Terrasse Café Kyobashi (コカルド ラ・テラス 京橋カフェ)
Adresse : Keihan Department Store Mall, 2−1-38 Higashinodamachi, Miyakojima-ku, Osaka (大阪市都島区東野田町2-1-38 京阪百貨店モール)
Accès : Kyobashi Station (Keihan Line) sortie centrale, Kyobashi Station (JR Lines) sortie nord
Site internet : http://www.cocarde.jp/

• Gahojin Kappa (我逢人かっぱ)

Comme tous les samedis soir en général, le quartier de Gion à Kyoto est animé : les rues principales sont bondées au point de rendre la circulation difficile et les restaurants et Izakaya trouvent clients à leurs tables. Donc oui, qui dit samedi soir, dit sortie à l’Izakaya pour boire un coup !

On emprunte une petite ruelle près de la station de Gion Shijo (祇園四条駅) pour arriver devant Gahōjin Kappa (我逢人かっぱ), Izakaya d’apparence traditionnelle, à l’image de l’ancienne capitale nippone, avec lanternes éclairant l’entrée et portes coulissantes.

Cet Izakaya est dirigé par Kirinya Foods, groupe qui développe des restaurants principalement à Gion, Kyoto.
À partir de produits frais venant du marché matinal, chacun de ses restaurants offre nous à ses clients de bons plats de fruits de mer, viande, légumes, etc… dans le style japonais ou occidental et à moindre coût !

Prévention contre le Coronavirus oblige, du gel hydroalcoolique est mis à disposition à l’entrée et le personnel porte un masque. Le restaurant étant assez étroit, ne permettant pas de respecter la distance sociale, les clients sont séparés par des barrières transparentes pour minimiser les infections par les postillons. En effet, il n’y a qu’un comptoir entourant les fourneaux d’où on peut voir les cuisiniers préparer les plats et parfois les servir directement aux clients face à eux.

En dépit de cette situation difficile faisant assez souvent ressentir la solitude et l’éloignement, on se réconforte en petit comité, on oublie un instant ce qui se passe et on se fait plaisir en discutant de choses joyeuses et positives.

On trinque d’abord et on parcourt le menu : morceau de porc mijoté (豚角煮), sashimi de thon (マグロ刺身), karaage (とり唐揚), camembert frit (カマンベール唐揚), omelette roulée (だし巻き卵), morokyu (もろきゅう, concombre coupé en morceaux accompagné de miso moromi), yakitori (焼き鳥), kushiage (串揚げ), tempura (天ぷら)… Les plats à l’unité qu’on partage varient entre 500 ¥ et 750 ¥.

Après avoir bien mangé, testé divers saké japonais, bien bu mais raisonnablement, une dernière marche dans les rues désormais plus tranquilles avant que chacun ne rentre chez soi.

Gahōjin Kappa (我逢人かっぱ)
Adresse : 77 Sueyoshicho, Higashiyama-ku Kyoto (京都市東山区八坂新地末吉町77)
Accès : Gion-Shijo Station (Keihan Line) sortie 7
Site internet : http://www.kirinya-foods.jp/kappa/index.html

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Tokyo, long time no see! (久しぶり東京)

Un an depuis la dernière fois que je me suis rendue à Tokyo. Le temps passe tellement vite. Mais un an plus tard j’ai eu une bonne occasion de m’y rendre.

Un weekend est bien trop court malheureusement mais j’ai pu en profiter pour revoir mes plus proches amis qui vivent encore là-bas. J’ai bougé entre Ginza, Ikebukuro, Funabashi dans la préfecture de Chiba et Shinagawa. Pour faire plaisir à la petite Kimi enfant, je me suis rendue au Pokémon Center Mega Tokyo. J’ai admiré depuis le Shinkansen mon grand mont Fuji adoré 🗻. Avec un peu de tristesse moi qui voulais tant faire son ascension cette année encore.

Tokyo ne m’a pas semblé changé. La situation Corona est semblable à celle dans le Kansai. Un peu de nostalgie en passant par Yokohama mais désormais y venir pour le weekend me suffit. Pour rien au monde je regrette d’en être partie. C’était un petit weekend sympa et j’espère avoir l’occasion d’y revenir, en espérant que ça ne sera pas dans un an 😂.

• Renouvellement du passeport (新しいパスポート)

Mon passeport est arrivé au bout de ses dix ans d’existence et sera périmé le mois prochain. Ce qui veut aussi dire qu’il y a dix ans, je m’apprêtais à venir au Japon pour la première fois. J’avais 20 ans. Et c’est fou de constater qu’en dix ans, beaucoup de choses en nous peuvent changer. Soit, on grandit. Je n’avais pas les mêmes délires, les mêmes objectifs et je connaissais encore peu de choses de la vie. Je ne savais pas de quoi mon avenir serait fait, je me cherchais encore. Et j’étais loin de m’imaginer que ce pays si lointain que je m’apprêtais à visiter aurait un fort impact sur la vie.

Bref, c’était la minute réflexion. N’étant pas en France, j’ai du entreprendre les démarches dans mon pays d’expatriation, en passant par l’ambassade de France à Tokyo. Il faut bien sûr, s’y rendre sous rendez-vous et en présentant tous les documents nécessaires : le formulaire CERFA complété informatiquement, le passeport actuel avec photocopie, la carte de résident avec copie pour justificatif de domicile, une photo aux normes de biométrie, les droits de chancellerie en espèces et en yens, et une letter pack modèle rouge pour l’envoi du nouveau passeport par voie postale.

Fort heureusement pour les habitants du Kansai, il est possible d’obtenir un rendez-vous à l’Institut Franco-japonais du Kansai, à Kyoto ou Osaka, pendant les tournées consulaires. Elles n’ont pas lieu tout le temps et les dates et horaires sont très limitées. Difficile d’avoir le rendez-vous souhaité et il faut réajuster son emploi du temps perso et s’absenter de son travail.

En tout cas, pour ma part, demande faite en 20 minutes et 3 semaines plus tard, je recevrai mon nouveau passeport par la poste. A la réception, il faudra renvoyer l’ancien passeport avec une copie du nouveau passeport signé. Je me suis un peu foutue la pression pour le renouveler avant sa péremption mais au final c’est quasiment sûr que je ne rentrerai pas en France cette année pour les fêtes de fin d’année.

• Happy Birthday to me! (お誕生日おめでとう!)

L’année de mes 30 ans est passée. Un 1 se rajoute. Cette année dans une nouvelle dizaine a été riche ! Les derniers mois un peu difficiles mais l’année de mes 30 ans fut bonne en partie. De belles opportunités, de belles expériences. Des voyages inoubliables. J’ai fait en sorte de profiter au maximum. L’année de mes 30 ans, j’ai eu l’opportunité d’obtenir un poste avec plus de responsabilités, alors que je n’étais employée depuis même pas un an ! Qui aurait cru que cela arriverait ? Certainement pas moi ! Comme quoi, peut-être que je me sous-estime encore un peu trop. Je ne regrette pour rien au monde mon choix, même si j’ai pu éprouver du stress, le sentiment de ne pas être à la hauteur et l’envie d’abandonner. Non au contraire, maintenant, j’apprends à gérer mon stress et à avoir plus confiance en moi.

Chaque matin, je me réveille fraîche et avec la motivation pour relever mes défis quotidiens. Chaque matin est une chance de le faire. Quand je me réveille chaque matin, je me sens alors chanceuse ! Chanceuse d’être encore de ce monde, d’avoir tous mes membres, mes bras, mes jambes.

Bien sûr je retiens quand même une leçon après ces expériences professionnelles au Japon. Quand on travaille au Japon en tant qu’expatrié(e), il faut avoir un sacré mental ! Car si vous obtenez un poste destiné à un Japonais de base, on vous considèrera comme un Japonais. J’entends par là que vous devrez avoir le comportement approprié, communiquer et respecter la hiérarchie très importante dans le monde professionnel. Accepter les règles, même si c’est différent dans votre pays d’origine.

En tous les cas, malgré la situation sanitaire qui rend la vie difficile, j’ai quand même voulu marquer le coup ! Ce n’est pas le covid qui allait m’empêcher de fêter mon anniversaire. Je l’emmerde le covid. Merci à ceux qui ont pris le risque de se réunir pour une petite fête. J’ai pu passer un bon weekend bien entourée et bien m’amuser. Ca m’a fait autant plaisir de cuisiner de bons plats que de déguster un délicieux gâteau et recevoir de beaux cadeaux.


♫ Un article = Une chanson ► MY FIRST STORY – REVIVER