1

▶ Let’s Get It Started : Kimi no Nikki (janvier 2022)

L’embarquement pour le vol 2022 est annoncé ! N’emportez dans vos bagages que les meilleurs souvenirs de 2021 !
Laissez les mauvais moments aux objets perdus ! La durée de votre voyage sera d’exactement 12 mois ! Vos prochaines escales sont : Santé, Amour, Joie, Harmonie, Prospérité et Paix ! Le Commandant de bord vous propose le menu suivant, servi durant le vol : Cocktail de l’amitié, Suprême de bonne santé, Gratinée de prospérité, Plateau d’excellentes nouvelles, Salade de réussite, Bûche d’émerveillement… Le tout accompagné de bulles d’éclats de rires.
Bon et agréable voyage à bord du vol 2022 à destination du bonheur.

Très beau message de S. Roos redigé sur Japon de Tous les Jours

Et oui 2022 commence ! Une année où risque de souvent planer le doute, ou bien l’espoir. Une année de plus où il faudra continuer à s’adapter à la présence du COVID-19 dans nos vies. Mais comme toujours, chaque début d’année et une occasion de repartir du bon pied et de prendre un nouveau départ. Nouveaux objectifs, nouveau challenge, toujours pour atteindre ou poursuivre ses rêves. Et on espère pour ce blog de nouveaux articles intéressants, de nouvelles vidéos, beaucoup de belles photos et des voyages passionnants à partager !

Le grand froid de janvier plane et n’incite pas à sortir mais plutôt à vouloir rester enfouis sous la couette. Heureusement, le soleil est souvent là pour rendre cet hiver plus supportable. Il est bon de se balader sous le soleil et respirer un air frais !

📔 Articles à consulter

• 健康・Santé •

🚪 La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Procédures 🚪

🚪 La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Hébergements 🚪

• 飲食・Manger & Boire •

Harry Potter Cafe (ハリーポッターカフェ)

• 極楽・S’amuser •

🎢 Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 🎢

• 旅行・Voyages •

🇫🇷 Voyager en France pendant la pandémie 🇫🇷

🛌 Koyasan – Séjour dans un Shukubo (宿坊) 🛌

📷 Galerie photos à admirer

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🏞️ Koyasan (高野山) 🏞️

🎥 Vidéos à visionner ce mois

⚡ 本日のカフェ・Le café du jour「Harry Potter Cafe」⚡

🛌 本日の体験・L’expérience du jour「Séjour dans un Shukubo」🛌

🇯🇵 Dans ma vie Nippone

• Nouvelle année en quarantaine・検疫中での新年 •

J’ai commencé 2022 en France entourée de ma famille. J’aurais aimé que mes premiers jours de 2022 en France soit plus nombreux. Mais il fallait déjà revenir au Japon. Cela n’a jamais été aussi stressant. Plus d’angoisse que de mal, j’ai passé la frontière et je suis bien rentrée sur le territoire. Mais en contrepartie, j’ai perdu ma valise et je suis revenue avec le COVID-19 alors que j’avais fait en sorte d’être très prudente. Surtout qu’en France, les gens ne faisaient pas tous attention et la situation était vraiment catastrophique. J’ai réalisé la rapidité et la facilité avec lesquelles le virus pouvait se transmettre. Même en étant soi-même prudent ça ne suffit pas.

Une quarantaine dans un hébergement sécurisé, puis un autre. Parfois je ne savais plus vraiment ou j’en étais, où je me trouvais. La France était déjà bien loin mais je ne me considérais pas comme rentrée au Japon. J’avais l’impression d’être à l’hôpital, d’être un spécimen dangereux. Ces premiers jours ont vraiment été étranges. Le plus dur pendant cette quarantaine et que les journées se suivent et se ressemblent, comme on est seul et qu’il y a souvent des moments où on a rien à faire, on se retrouve facilement à avoir des pensées négatives. C’est facile de se sentir déprimé. Je me suis instaurée une routine quotidienne et des activités pour ne pas y penser. J’ai souvent occupé mon temps avec Netflix, ma Nintendo Switch, en écrivant des articles pour le blog, en pensant à mes prochains voyages, en écrivant à mes proches et ceux qui me demandaient des nouvelles. Je faisais trois séances de sport par jour et des allers-retours dans la chambre pour bouger. Au fil des jours je me suis habituée à ce mode de vie restreint. Il m’a permis de me consacrer à des choses auxquelles je ne peux pas forcément donner de temps, d’être plus en contact avec la famille et les amis dont certains que je n’avais pas contacté depuis longtemps, de prendre plus soin de moi et de me relaxer. Après le choc du transfert et de la quarantaine rallongée, j’allais quand même mieux. Ce qui était difficile, c’était aussi savoir qui contacter selon le problème rencontré. Y a tellement d’informations partout que c’est facile de s’y perdre. J’étais aussi ennuyée qu’on ne me donne pas beaucoup de médicaments car mes symptômes demeuraient présents et inchangés au fil des jours.

C’était un peu injuste comme j’ai pu le penser au début, mais ça m’a aussi apporté beaucoup de choses positives et une (drôle) d’expérience en plus !

• Reprise du train-train quotidien, ou pas ?・通常の生活に戻る。もしかして戻らないかな? •

Après la quarantaine, place à la reprise du boulot et de ma vie nippone en toute logique. Sauf que je n’ai jamais réussi à faire une vraie journée de boulot complète. Le Japon est submergé par la sixième vague du COVID-19 avec le variant Omicron. Les membres du personnel, les enfants, beaucoup sont testés positif et en accord avec les mesures prises par la ville, l’école a du fermer ses portes. Au total, deux semaines de fermeture. Les événements sont repoussés, l’emploi du temps réorganisé. J’ai eu droit à des journées de « repos » à la maison et à des journées calmes de travail où j’en ai profité pour m’avancer un maximum. Mais je n’ai toujours pas revu tous les élèves. Et ça me manque car c’est ça qui rend ce travail amusant, ce pourquoi je suis motivée pour travailler. C’est dur car j’ai besoin d’eux. Ils sont ma seule occasion de recevoir un peu de chaleur humaine, d’amour. Oui, car au Japon, c’est très facile de se sentir seul(e) quand la famille ou les amis proches ne sont pas à nos côtés. Au fil des années, quand on comprend comment « fonctionnent » les Japonais, ce manque est davantage plus grand.

Je partais optimiste pour faire de cette année 2022 une superbe année. Rester moi-même, profiter du moment présent, ne pas me préoccuper des personnes toxiques. Mais finalement, des événements tragiques ou des incidents font que l’on perd tout espoir et qu’on se sent perdu.


♫ Un article = Une chanson ► The Black Eyed PeasLet’s Get It Started

3

▶ Take me Home : La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Hébergements

Pour toute personne entrant au Japon, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) impose 14 jours d’isolement (隔離) qui débute le jour suivant celui de l’arrivée au Japon pour prévenir la propagation du COVID-19 et de ses différents variants. Le lieu de quarantaine est en général le domicile ou un autre endroit choisi par le résident. Cependant, selon le pays de provenance et si ce pays est plus ou moins touché par le virus, la totalité ou une partie de la quarantaine doit s’effectuer dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. 

En tant qu’expatriée française revenue au Japon à la date du 4 janvier 2022, Kimi vous liste dans cet article les différents hébergements et lieux de quarantaine ainsi que leurs déroulement. Attention : notez que depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 jours à 10 jours. 


La quarantaine dans un hébergement sécurisé

安全な建設での検疫


Selon les mesures imposées par le gouvernement japonais, les personnes entrant au Japon en provenance de la France doivent passer d’abord 6 jours dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. Il s’agit d’hôtels 2 à 4 étoiles fermés aux touristes habituels et réaménagés de façon à accueillir les arrivants pour leur période d’isolement. Entre autres, le groupe hôtelier japonais APAHOTEL (アパホテル) a mis à disposition une grande partie de ses hôtels autour des aéroports de Narita, Haneda et du Kansai. Les frais sont entièrement pris en charge par le gouvernement et aucune réservation n’est requise. La répartition dans ces hébergements s’effectue aléatoirement et il n’est pas possible de choisir sa chambre ni la localisation.

Ci-dessous, pour se faire une idée de l’environnement et du confort, une courte liste des hôtels actuellement réaménagés parmi un grand nombre d’autres :

▶ À propos de l’hébergement sécurisé (安全な施設について)

Le jour de l’admission dans l’hébergement sécurisé est considéré comme le jour 0. Le check-out s’effectue le jour 6 entre 16h et 18h dans le cas d’un résultat négatif au test de dépistage. Si l’heure de départ est décidée, informer le personnel.

Une fois admis dans l’hébergement, il n’est pas du tout possible de se rendre à l’extérieur. Il faut s’assurer de porter un masque pour ouvrir la porte au moment de récupérer son repas, déposer ses déchets, récupérer ses commandes, etc… Il est interdit de fumer dans l’hébergement et de consommer de l’alcool au risque que les résultats de test soient erronés.

Il y a un téléphone dans chaque chambre utilisé seulement pour les appels internes. Les appels externes peuvent être transmis via la réception de l’hôtel. Si le résident ne répond pas aux appels du staff, ou en cas de suspicion, ce dernier se réserve le droit de déverrouiller la chambre et d’y entrer pour des raisons de sécurité. La réception est ouverte en général de 7h à 21h. Elle reste cependant disponible après 21h le jour de l’admission et pour les cas urgents.

Les chambres sont étroites mais demeurent confortables avec le nécessaire pour la toilette, des serviettes, des yukata, du thé, la TV (avec parfois la VOD gratuite exceptionnellement) et le Wi-Fi. Selon les hôtels et les disponibilités, il se peut que les chambres soient plus grandes et plus luxueuses. Bien sûr, comme il s’agit d’une quarantaine, le ménage n’est pas fait quotidiennement et il n’est pas possible d’utiliser la laverie. En cas d’un quelconque besoin (serviettes, oreiller supplémentaire, dentifrice, lessive), appeler directement la réception.

Les résidents peuvent se faire livrer leurs achats personnels à condition qu’il ne s’agisse pas de nourriture fraîche ou d’alcool en raison de possible intoxication ou du fait que les résultats de test peuvent être impactés. Dès qu’une commande est passée, le personnel doit en être informé pour pouvoir la déposer devant la chambre et vérifier son contenu avec le résident. Les livraisons doivent être planifiées aux horaires d’ouverture de la réception.

▶ Check-in (入所)

À l’arrivée, les résidents sont accueillis et guidés par le personnel en grand effectif à l’accueil. L’entrée s’effectue par celle réservée normalement au personnel et aux livraisons et non par l’entrée principale. Ce n’est pas la même atmosphère que si on se rend dans le même hôtel en tant que touriste pour des vacances. À l’accueil, trois réceptionnistes qui l’une après l’autre effectuent respectivement les tâches suivantes : réception du formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項), distribution d’un thermomètre avec une fiche de contrôle de la santé et un guide, et enfin remise de la clef de la chambre. Les voyageurs doivent directement rejoindre leur chambre sous la surveillance de plusieurs membres du personnel près des ascenseurs et dans les couloirs. Une seule personne par ascenseur est autorisée et il ne faut rien toucher à part ses propres bagages jusqu’à la chambre. Une fois installé, il faut confirmer l’arrivée sur le lieu de quarantaine avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ Repas (食事)

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner sont servis respectivement à 8h00, 12h30 et 18h00. Une fois déposé devant la porte de chaque chambre, il est possible de récupérer le repas une fois l’annonce faite par le service de quarantaine via le haut-parleur de toutes les chambres. Il faut le récupérer rapidement sinon en cas d’oubli, le service de quarantaine rappelle via le téléphone de la chambre. Une fois terminé, il faut trier et disposer les déchets dans des sacs plastiques devant la porte de sa chambre comme indiqué dans le guide fourni par le service de quarantaine. À Osaka, par exemple, on sépare les déchets combustibles (燃えるゴミ) comme le papier (紙類), les baguettes (お箸) et les restes de nourriture (食べ残し) et les déchets non-combustibles (燃えないゴミ) comme les boîtes à repas (弁当容器) et le plastique (プラスチック類). Il faut disposer selon ce tri sélectif les déchets dans deux sacs poubelles. En ce qui concerne les bouteilles (ビン), les canettes (缶) et les bouteilles en plastique (プラスチックボトル), celles-ci ne sont pas collectées et doivent être gardées et laissées dans la chambre jusqu’au départ.

Les repas sont servis dans des boîtes à bento (弁当) jetables en plastique, certaines joliment décorées. Il s’agit de bento que l’on peut retrouver en supermarché livrés par l’équivalent de nos traiteurs en France, dit des kyūshoku kaisha (給食会社, entreprises livrant des déjeuners). Il y a donc divers aliments qui sont consommés froids (même le riz). Selon les différents hébergements sécurisés, les bento peuvent être meilleurs, plus gros et le menu plus ou moins varié. Il y a également des plats végétariens qui peuvent s’avérer meilleurs puisqu’ils contiennent plus de légumes et de féculents.

Voici quelques exemples de menu. Le petit-déjeuner se veut en partie occidental, mélangeant salé et sucré. Il y a du pain avec du beurre et de la confiture, un œuf dur ou une omelette, du bacon ou des saucisses, un peu de salade, un pot de gelée… Cependant, aucune boisson chaude. Pas de café, il faut se contenter du thé disposé dans la chambre ou en faire la demande à la réception et il n’y a pas de lait non plus. Parfois il arrive que le pain soit remplacé par du riz. Pour la boisson, c’est de l’eau et parfois un jus de fruits. Au déjeuner, c’est plus japonisant et on retrouve les aliments typiques du bento : du riz, des légumes, des tsukemono (pickles, produits saumurés), de la viande ou du poisson, des fritures, des gyoza… Il est accompagné d’une bouteille de thé ōlong (ウーロン茶, 烏龍茶). Pour le dîner, il y a un sachet de soupe miso (みそ汁) histoire de consommer quelque chose de chaud. Puis, comme pour le déjeuner, les aliments habituels du bento. Le tout servi avec une bouteille de thé vert (緑茶).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est assez bon mais parfois un peu lourd, consistant et pas toujours très équilibré. Sachant que l’on passe la journée enfermé, il vaut mieux essayer de bouger et de faire un peu d’exercice. Au fil des jours, on sent que les menus ne sont pas très variés non plus et qu’il y a souvent des aliments typiques de la cuisine japonaise mais qui ne sont pas forcément appréciés des étrangers. Ces aliments particuliers et forts en saveur comme la prune séchée ou les épices shichimi sont-ils ajoutés pour tester notre perte de goût ? Peut-être… Mais des plats plus neutres et avec une touche occidentale de temps en temps passeraient mieux.

▶ Suivi de l’état de santé (体調確認)

Matin et soir, il faut vérifier sa température corporelle et la noter sur la fiche de contrôle. Si elle dépasse 37,5 °C et si des symptômes apparaissent (difficulté respiratoire, toux, mal de gorge, fatigue, perte du goût et de l’odorat…) contacter immédiatement la réception.

▶ Utilisation des applications (アプリ使用)

Une fois admis dans son hébergement sécurisé, il faut enregistrer son lieu de quarantaine via l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ». Quand une personne change de lieu de quarantaine pour diverses raisons ou pour terminer la quarantaine à domicile, il faut à nouveau faire ce « check-in » pour enregistrer sa localisation.

Tous les jours, il faut renseigner la présence ou l’absence de symptômes et son état de santé via l’application MySOS. Répondre par oui ou non aux questions. Si c’est oui, il est recommandé de contacter le centre de consultation le plus proche pour donner plus de détails. Si cela n’est pas fait, un centre de consultations contactera directement la personne pour obtenir plus de détails.

L’application MySOS envoie aussi plusieurs fois par jour (3 à 5 fois) à des heures non fixées une notification pour demander à confirmer qu’on se trouve bien dans notre lieu de quarantaine. On peut confirmer sa localisation par 3 méthodes selon la notification reçue :
• en appuyant pendant plus de 5 secondes sur le bouton « I’m here » de l’application;
• en répondant à un appel vidéo d’une intelligence artificielle durant lequel on se filme pendant 30 secondes le temps de l’enregistrement. Il faut s’assurer que l’espace dans lequel on se se trouve soit bien visible (pas besoin de parler);
• en répondant à un appel venant d’un technicien.

▶ Test de dépistage (検査)

Un test salivaire est effectué au 3e et 6e jour de quarantaine. Il doit être effectué dans la chambre et immédiatement après le réveil, à environ 6h30. Il ne faut pas se gargariser, se brosser les dents, boire ou manger avant le test. De même, pour éviter que l’échantillon ne soit pas mauvais et puisse être correctement mesuré, il ne faut pas effectuer le test le jour avant la date prévue et ajouter une quantité suffisante pour remplir la partie triangulaire du pot.

Les kits de test sont distribués le jour avant la date de test et déposés devant chaque chambre. Après collecte de l’échantillon, remettre le pot dans un sac plastique et l’accrocher à la porte de la chambre. Les résultats sont communiqués individuellement par téléphone le jour-même entre midi et 16h.

Si le résultat du test du 6e jour est négatif, le résident peut quitter l’hébergement sécurisé et rejoindre son domicile pour y terminer sa quarantaine. En revanche, si il est positif au 3e ou 6e jour, la personne infectée est transférée dans un nouveau lieu de quarantaine le soir-même. Avant de quitter sa chambre, elle doit s’assurer de jeter tous ses déchets dans des poubelles réservées aux personnes infectées. Elle rapporte également le résultat positif sur l’application COCOA afin de prévenir les cas contacts.

▶ Check-out (退所)

En principe, le résident peut quitter l’établissement le 6e jour après connaissance du résultat négatif à son test en fin de journée. Il doit informer dès lors l’heure à laquelle il compte quitter les lieux et par quel moyen de transport pour rejoindre son domicile. L’utilisation des transports en commun est interdite puisque la quarantaine n’est pas encore terminée et il faut s’orienter vers des véhicules privés ou le véhicule d’un ami ou membre de la famille tant que ce dernier prend toutes les précautions nécessaires et ne vit pas sous le même toit. Certains hébergements renvoient les résidents à l’aéroport par l’intermédiaire d’une navette à une heure fixée en début ou milieu d’après-midi. Après quoi de l’aéroport chaque résident rejoint son autre lieu de quarantaine par un moyen autre que les transports en commun. Au moment du départ, remettre la fiche de contrôle avec le thermomètre et la clef. Le résident rejoint son véhicule sous la surveillance du personnel.


La quarantaine dans un hébergement réservé aux personnes infectées

感染者施設での検疫


▶ Transfert et check-in (移転と入所)

La personne est emmenée dans son (nouveau) lieu de quarantaine par un véhicule privé ou une ambulance (救急車). Elle est guidée par plusieurs membres du personnel doublement protégés, maintenant au maximum les distances de sécurité et en prenant l’ascenseur séparément.

Si la personne infectée a séjourné avant dans un hébergement sécurisé, elle doit partir le soir-même du test et déposer ses déchets dans des poubelles réservées aux personnes infectées avant de quitter sa chambre. Cela sert à éviter toute contamination dans l’hébergement. Les documents la concernant remis à l’admission dans le premier hébergement sont transmis à la réception du nouvel hébergement.

À l’arrivée, la réception remet un guide, une fiche de contrôle de l’état de santé avec un thermomètre, un questionnaire à remettre au départ de l’établissement, des masques et la clef de la chambre. Le personnel contrôle la température corporelle et l’oxygène et vérifie la présence de symptômes. Puis le patient est amené jusqu’à sa chambre. Une fois installé, il faut confirmer l’arrivée sur le nouveau lieu de quarantaine avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ À propos de l’hébergement réservé aux personnes infectées (感染者施設について)

Les conditions de séjour sont un peu semblables à celles d’un hébergement sécurisé pour les non-infectés. Que ce soit après l’arrivée au Japon ou suite à un changement d’hébergement, le jour de l’admission est considéré comme le jour 0. La personne doit rester isolée aussi longtemps qu’elle restera contagieuse et effectue à partir du 9e jour après l’entrée au Japon un test salivaire tous les jours pour une sortie possible au 11e jour. Une fois que la personne obtient un résultat négatif pendant 2 jours consécutifs, elle peut quitter l’établissement et la quarantaine se termine. Tant qu’il n’y a pas de résultats négatifs pendant 2 jours consécutifs, la personne doit poursuivre son séjour dans l’établissement.

Le personnel de la quarantaine se compose d’officiers, infirmières et médecins disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et la réception est ouverte de 7h à 20h. Si le résident a besoin de quelque chose (eau, serviettes, draps de rechange…), elle peut en faire la demande par téléphone. Il est possible de demander des médicaments dans la limite des stocks disponibles et selon le symptôme.

Les hébergements pour personnes infectées se situent le plus souvent pas loin de l’aéroport et les chambres sont assez spacieuses avec du rangement. Il y a affaires de toilette, serviettes, draps de rechange, la TV et le Wi-Fi. Une laverie est disponible gratuitement. Il faut en informer le staff la veille du jour d’utilisation souhaité. Des lingettes désinfectantes et autres produits ménagers sont mis à disposition dans chaque chambre pour faire le ménage et désinfecter régulièrement.

Une fois admis dans l’établissement on ne peut pas sortir, il faut porter un masque en cas de nécessité, penser à aérer sa chambre régulièrement et se laver les mains. Il est interdit de fumer, de consommer de l’alcool et de parler fort. Les déchets doivent être déposés devant la porte de la chambre. La collecte s’effectue une fois par jour à 14h. Aucun tri sélectif n’est demandé puisque étant des déchets de personnes infectées, donc des déchets contaminés, ils sont recyclés différemment.

Les résidents peuvent se faire livrer leurs achats ou affaires personnelles à l’hébergement. Il faut informer le staff du jour et de l’heure de livraison. La nourriture fraîche, surgelée, le tabac, l’alcool, les produits dangereux et électriques sont interdits. À la livraison, le staff vérifie le contenu avant de le déposer devant la chambre et d’informer le résident par téléphone.

▶ Repas (食事)

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner sont servis respectivement à 7h, 12h et 18h. Ils sont à chaque fois déposés devant la porte de la chambre. Une fois déposé, le personnel frappe à la porte ou appelle pour donner l’autorisation de se servir. Le déjeuner et le dîner sont servis dans des boîtes à bento comme tout autre hébergement, parfois accompagné d’un sachet de soupe miso. Le déjeuner est plutôt un repas léger (軽食, keishoku) par rapport au dîner qui ce compose souvent de friture comme le tonkatsu (とんかつ, porc pané). Le petit-déjeuner est une petite boîte en carton contenant du pain et/ou des viennoiseries, un fruit, une brique de jus de fruit, des bonbons et des sachets de thé vert.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

▶ Suivi de l’état de santé (体調確認)

Le personnel est plus vigilant et suit de près l’état de santé des résidents. En cas d’accident ou pour toute autre urgence, il faut appeler immédiatement le staff. Il faut vérifier sa température deux fois par jour, à environ 9h30 et 17h, et la noter en plus des symptômes sur la fiche de contrôle. Le personnel appelle à ces mêmes horaires pour vérifier l’état de santé. En cas d’absence de réponse, le personnel se rend directement dans la chambre.

▶ Utilisation des applications (アプリ使用)

Hébergement sécurisé, domicile ou hébergement réservé aux personnes infectées… Quelque soit le lieu de la quarantaine, pendant toute sa durée il faut continuer à utiliser normalement les applications. Cependant, une fois déclaré positif au COVID-19, la personne infectée est directement prise en charge et suivie par le centre de santé et le service de quarantaine. La personne doit suivre les instructions données par le service de quarantaine jusqu’à la fin de la quarantaine. Ainsi, l’utilisation de MySOS n’est plus requise et l’enregistrement est annulé (un message est envoyé via l’application). Plus aucune action n’est demandée.

▶ Activités et bien-être (活動と厚生)

Rester enfermé, seul, sans pouvoir se rendre à l’extérieur peut s’avérer compliqué psychologiquement et stressant. C’est pourquoi il est recommandé de boire beaucoup d’eau et de faire de l’exercice. Le personnel invite ses résidents à effectuer des petits exercices de gym et des étirements afin de réduire le stress et de garder la forme. Il conseille également de bien dormir, se relaxer, et pratiquer des activités qu’on aime et qui nous font du bien (écrire, lire, regarder la télé, jouer aux jeux vidéos…), parler à ses proches par appel visio. Même si il est important de rester informé des news relatives au covid et de l’actualité en général, il vaut mieux éviter de trop lire les infos ainsi que les rumeurs tous les jours.

▶ Test de dépistage (検査)

Un test salivaire est effectué tous les jours à partir du jour correspondant au 9e jour depuis l’entrée au Japon. La méthode utilisée est le test quantitatif d’antigènes (抗原定量検査), réalisé par la station de quarantaine de l’aéroport du Kansai (関西空港検疫所) pour les voyageurs arrivant par cet aéroport.

Le test doit être effectué dans la chambre et immédiatement après le réveil avant 7h du matin. Les kits de tests sont distribués la veille devant chaque chambre. Après collecte de l’échantillon, remettre le pot dans un sachet plastique et l’accrocher à la porte de sa chambre. Les résultats sont communiqués individuellement par téléphone le jour même en fin de journée.

▶ Check-out (退所)

À condition de ne plus avoir le moindre symptômes et des résultats négatifs aux tests, le résident peut quitter l’établissement le 11e jour. Il s’agit précisément du 11e jour après l’entrée au Japon et non après l’admission dans l’hébergement si elle fait suite à un transfert. Par exemple, une personne ayant été transférée au cours de sa quarantaine en raison d’un résultat positif au test au 3e jour, sortira donc au plus tôt le 8e jour de séjour dans l’hébergement (soit le 11e jour depuis l’entrée au Japon) si les tests effectués la veille et l’avant-veille sont négatifs. En cas de symptômes tels que fièvre ou toux, la date de sortie est repoussée.

La personne peut partir entre 10h et 18h. Elle informe en avance le personnel de l’heure souhaitée de sortie. Pour éviter que tous les résidents ne sortent en même temps, c’est le personnel qui donne le signal pour sortir par téléphone. D’abord, un membre du personnel vient récupérer la fiche de contrôle avec le thermomètre, le questionnaire et la clef. Puis par téléphone, le résident est autorisé à sortir de sa chambre et à rejoindre la réception. Il reçoit alors un certificat de quarantaine (検疫証明書). La quarantaine étant donc officiellement terminée, il est possible de rejoindre son domicile en prenant les transports en commun.


La quarantaine à domicile

自宅での検疫


Pour une personne entrant au Japon depuis la France, suite aux 6 jours passés dans l’hébergement sécurisé sans développer le moindre symptôme, l’isolement se poursuit à domicile (ou tout autre lieu de son choix) jusqu’au 14e jour*.

▶ Retour au domicile (帰宅)

La personne doit se rendre jusqu’à son lieu de fin de quarantaine sans prendre les transports en commun. Elle doit faire appel à un véhicule privé, appelé corona taxi. Ces véhicules privés avec conducteur ont mis en place des mesures supplémentaires telles que les barrières en plastique entre le passager et le conducteur. Contrairement à l’hébergement sécurisé, les frais sont à la charge du voyageur et sont très coûteux : entre 12 000 et 30 000 ¥ selon la distance et la durée du trajet. Il peut y avoir des frais de nuit si le départ s’effectue après 18h. S’ il y a des frais de péage, ils sont aussi à la charge du voyageur. La réservation doit être faite au préalable 3 jours avant et il faut renseigner une heure approximative en tenant compte des heures d’annonce des résultats de test et de temps de trajet pour retourner à l’aéroport si le départ depuis l’hébergement sécurisé n’est pas possible. Il y a généralement des frais d’annulation mais selon les compagnies, il se peut que ces frais ne soient pas applicables en cas de résultat positif à un test PCR.

Les compagnies suivantes proposent un moyen de transport acceptable par le service de quarantaine :

  • Diolabs Car : 12 000 ~ 25 000 ¥ selon la distance, transfert des aéroports de Narita et Haneda à l’adresse de la destination souhaitée;
  • Rakuraku Taxi (ラクラクタクシー) : 15 000 ~ 50 000 ¥ selon la distance, transfert des aéroports de Narita et Haneda à l’adresse de la destination souhaitée;
  • MK Taxi : 15 000 ~ 85 000 ¥ selon la durée du trajet, compter par exemple 21 600 ¥ pour un trajet de Osaka à Hirakata (31 km, 1 heure environ), transfert de l’aéroport de Narita, Haneda et du Kansai ou de l’hébergement sécurisé à l’adresse de destination souhaitée.

Arrivé à son lieu de quarantaine, la première chose à faire est de signaler sa localisation avec l’application MySOS en cliquant sur le bouton « check-in ».

▶ Conditions (条件)

Jusqu’à la fin de la quarantaine, la personne doit continuer à respecter les règles comme décrites dans la déclaration sur l’honneur qu’elle a signée : ne pas sortir de chez soi, garder un œil sur son état de santé et continuer à utiliser les applications tous les jours. Ce sont des conditions de vie un peu semblables à ce qu’ils ont vécu les premiers jours sauf que cette fois, on se trouve dans un environnement qui nous est familier, avec le choix de nos repas et sans être réveillé tôt le matin à cause d’un coup de fil ou d’une annonce sonore.

Au bout des 14 jours*, si la personne ne présente aucun symptôme, sa période de quarantaine prend fin et c’est le retour à la liberté !

*Depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 à 10 jours.


Kimi témoigne

キミの証言


Effectuer une quarantaine dans un endroit étroit et inconnu où on a pas notre confort habituel peut s’avérer difficile pour beaucoup. Surtout quand on tombe sur une chambre vraiment très petite. Tenir 6 jours dans un si petit espace peut en devenir difficile psychologiquement. Il faut vraiment faire de son mieux pour s’adapter et ne pas se laisser envahir par le stress. D’autant plus que le changement brutal engendré par ce retour dans son pays d’adoption seule après avoir retrouvé les siens sur sa terre d’origine est déjà lui-même difficile.

On se sent un peu comme des espèces dangereuses ou des prisonniers. C’est très bien surveillé, on est pas prêt de tenter toute violation de la déclaration sur l’honneur. Les notifications des applications ne surviennent pas moins de 5 fois par jour à n’importe quel moment de la journée ! Il m’est arrivé de recevoir la notification pour confirmer ma localisation puis deux minutes après de recevoir un appel enregistré ! Ou bien de devoir recevoir un appel enregistré alors que je sortais de la douche ou pendant que je me brossais les dents.

Revenant de vacances mouvementées et avec le jet-lag, j’ai malgré tout vu cette quarantaine comme une occasion de bien me reposer, d’apprendre à vivre avec le minimum et de pratiquer des activités relaxantes et d’apprendre de nouvelles choses. Mon premier jour, soit le lendemain de mon arrivée, je l’ai passé à juste dormir tellement j’étais épuisée du voyage (et même de mes dernières semaines intensives de boulot). Après, hélas, mes premières nuits j’ai mal dormi ou je ne trouvais pas le sommeil. Soit à cause du jet-lag, soit parce que j’étais barbouillée à cause du dîner pas du tout léger !
En effet, au bout de 2 jours, j’étais déjà trop gavée des repas servis. Portions trop grosses pour moi (le midi ça passe encore mais le matin et le soir je mange léger en général), trop de riz et de friture… J’ai jamais été aussi écœurée de la nourriture japonaise ! Pourtant j’adore ça à la base et surtout j’adore manger tout simplement ! Mais là, c’était plus possible. J’avais beau faire du sport, me défouler pour dépenser de l’énergie, je n’avais jamais très faim au moment des livraisons des repas. « Ce n’est pas grave si vous jetez les restes. » me répondait le personnel… Or, je n’aime pas le gaspillage !
Ça a été dur de trouver mon rythme et de dormir comme je le souhaitais car le matin j’étais soit réveillée par l’annonce de l’arrivée du petit-déjeuner à 8h, soit par mon réveil pour faire mon test salivaire à 6h30 du matin.

Apprendre que j’étais positif à mon test salivaire du 3e jour a foutu un petit coup au moral. Être transférée par ambulance, me retrouver dans un endroit où seuls des malades y résident, la décoration de la chambre, les odeurs… J’avais vraiment l’impression de me retrouver dans un hôpital. Ça en était d’autant plus frustrant car je n’avais pas beaucoup de symptômes, et que je me sentais plutôt bien. J’aurais aimé profiter d’une partie de ma quarantaine tranquille à la maison pour pouvoir faire des choses que je n’ai pas le temps de faire d’habitude. La chambre était cependant beaucoup plus spacieuse avec beaucoup de rangements. Comme j’étais partie pour y rester plus longtemps, je me suis vraiment installée en disposant mes affaires un peu partout pour me sentir comme chez moi. J’ai trouvé les repas servis bien meilleur et parfois moins consistant que dans le premier hébergement, même si la boîte à petit déjeuner du matin ressemblait plus à une boîte à malbouffe. J’ai tenté de demander par curiosité les plats végétariens distribués dans cet hébergement. J’ai préféré continuer à manger les plats normaux quand ils m’ont répondu qu’ils servaient des pâtes pour le déjeuner et du curry pour le dîner. Où sont passés les bons légumes ?!

L’avantage aussi était que comme j’ai dû passer la totalité de ma quarantaine dans un hébergement, une fois sortie je n’ai pas eu à me casser le cul à trouver un véhicule privé hors de prix pour rejoindre mon domicile. J’ai fait des économies sur le budget nourriture et sur la consommation d’eau, gaz et électricité.

J’ai reçu un bon accueil de la part du personnel et ils étaient toujours disponibles pour répondre à mes demandes quand ils le pouvaient. Je n’ai pas été trop maltraitée ni dans des conditions abominables comparé à ce que j’ai pu entendre. Mais comme certains plus chanceux, je n’ai pas non plus bénéficié à moi toute seule d’une grande chambre de 3~4 personnes avec des repas de luxe. Nous sommes tous égaux face à cette condition, il serait plus normal de recevoir, dans la mesure du possible, le même service.


Vocabulaire

単語


隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
検査 (けんさ – kensa) = inspection, examen, test
採取 (さいしゅ – saishu) = cueillette, collecte
唾液 (だえき – daeki) = salive, crachat
起床 (きしょう – kishō) = réveil, lever
量 (りょう – ryō) = quantité
不足 (ふそく – fusoku) = insuffisance, manque
陰性 (いんせい – insei) = négatif (réaction, attitude)
陽性 (ようせい – yōsei) = positif
施設 (しせつ – shisetsu) = établissement, institution
結果 (けっか – kekka) = résultats
弁当容器 (べんとうようき – bentō yōki) = récipient à bento
感染者 (かんせんしゃ – kansensha) = personne infectée
救急車 (きゅうきゅうしゃ – kyūkyūsha) = ambulance
軽食 (けいしょく – keishoku) = repas léger
薬 (くすり – kusuri) = médicament
検疫証明書 (けんえきしょうめいしょ – ken’eki shōmeisho) = certificat de quarantaine
完了 (かんりょう – kanryō) = achèvement, accomplissement
抗原 (こうげん – kōgen) = antigène
定量 (ていりょう – teiryō) = quantitatif


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION Take me home

2

▶ Check It Out : La quarantaine au Japon (日本での検疫) – Procédures

Pour toute personne entrant au Japon, le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) impose 14 jours d’isolement (隔離) qui débute le jour suivant celui de l’arrivée au Japon pour prévenir la propagation du COVID-19 et de ses différents variants. Cette mesure vise à empêcher de contaminer quelqu’un et de s’assurer qu’une personne infectée avant son arrivée ne tombe pas gravement malade sans que personne ne s’en rende compte.

Selon les explications des experts traduites par Infos Locales Japon, une personne est particulièrement contagieuse entre le 3e et le 10e jour d’isolement, même sans symptômes. Les symptômes peuvent apparaître pendant les 14 premiers jours qui suivent une contamination. Si les symptômes apparaissent, on risque de devenir très contagieux. Un des problèmes des tests PCR, c’est qu’ils ne donnent de bons résultats que si on a été infecté au moins 4 ou 5 jours plus tôt. Avant cela, il est plus difficile d’être sûr. De ce fait, deux solutions se présentent : s’isoler pendant 14 jours à partir du jour où on aurait pu être infecté (donc à partir du moment où nous avons été dans un endroit clos et mal aéré) et faire des tests PCR régulièrement. Les tests PCR ne détectent pas 100 % des cas. Les études montrent qu’ils peuvent donner des « faux positifs » et des « faux négatifs ». Pour être plus sûr, les services de quarantaine font le choix de répéter ces tests aux 3e, 6e, 10e jour de quarantaine. Enfin, pour être sûr que l’on ne risque pas d’infecter quelqu’un est donc cette période d’isolement de 14 jours. Si aucun symptôme apparaît après 14 jours, les experts considèrent que le risque de contagion est quasiment nul.

En raison de la propagation récentes du variant Omicron (オミクロン), le Japon a renforcé ses procédures de quarantaine pour toutes les personnes entrant au Japon. Les voyageurs testés positif au COVID-19 à leur arrivée doivent patienter jusqu’à la réalisation complète d’analyses pour détecter si ils sont infectés par le variant Omicron (オミクロン). Si ils sont affectés par ce variant, les passagers du même vol assis non loin seront considérés comme « cas contact » et seront en observation pendant 14 jours. Quand une personne est désignée cas contact pendant sa période de quarantaine, elle est transféré dans un autre lieu désigné par le service de quarantaine et les autorités locales. Les personnes étant déjà dans un hébergement sécurisé à ce moment doivent tenir informé le personnel de la réception des procédures de transfert.

Ceci étant jusqu’alors applicable, notamment pendant la période à laquelle Kimi a effectué son voyage, soit du 18 décembre 2021 au 4 janvier 2022. Cependant, il faut noter que depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 jours à 10 jours. Merci donc de prendre en compte cette information pour la lecture de la suite de cet article. Celle-ci est rappelée par un *.


Prévention contre le COVID-19 pour stopper sa propagation


COVID-19にならないためにすることや、他の人にうつさないためにすること

Le COVID-19 est une maladie infectieuse causée par le coronavirus appelé SARS-CoV-2. Il cause généralement des symptômes tels que la fièvre et / ou la toux. En général, il se transmet par contact physique et par les particules. Il a été souligné qu’il pouvait être contracté avant l’apparition des symptômes. Il est donc important de suivre habituellement les stratégies générales de prévention des maladies infectieuses, telles que la distanciation sociale et le port du masque en public.

▶ Gestes à adopter dans la vie de tous les jours (いつもの生活では何をすればいいですか?)

Les gestes à adopter en particulier sont :
• éviter de se rendre à l’extérieur
• se laver les mains
• se couvrir quand on tousse
• aérer régulièrement les pièces
• éviter les endroits clos et les endroits bondés
• éviter les contacts trop rapprochés

En plus, utiliser l’application COVID-19 Contacts Confirming Application (COCOA) pour connaître les possibilités d’être cas contact. Enfin, en cas de symptômes tels que la fièvre, ne pas se rendre sur son lieu de travail et rester chez soi. Contrôler et enregistrer tous les jours sa température corporelle.

▶ Aide pour les étrangers (外国人に手伝い)

Les centres d’appels sont disponibles dans plusieurs régions. La liste disponible sur le lien suivant recense plusieurs centres d’appels classés par région, l’objet de la demande et par langues parlées : liste des centres d’appels.
Les dernières informations concernant le virus sont régulièrement mises à jour sur le site du ministère : A propos des infections aux COVID-19 (新型コロナウイルス感染症について)

▶ En cas d’infection possible au COVID-19 (COVID-19の感染の場合)

Ne pas se rendre immédiatement dans une institution médicale et d’abord contacter un centre de consultation du COVID-19 à partir de la liste donnée précédemment. Renseigner en détail tous les symptômes, qu’il soit sévères ou légers (difficulté respiratoire, fièvre, toux, fatigue…) Un docteur déterminera si il est nécessaire d’effectuer un test de dépistage. En plus, des consultations peuvent être acceptées par des cabinets ou des cliniques dans certaines régions. Lors d’une visite pour une consultation, il faut s’assurer de porter un masque, bien se laver les mains, se couvrir le nez et la bouche quand on tousse ou éternue.


À propos de la Quarantaine et de la déclaration sur l’honneur


検疫と誓約書について

Toute personne entrant sur le territoire japonais s’engage à suivre les règles suivantes qu’elle a accepté en remettant la déclaration sur l’honneur (written pledge, 誓約書) :

① Rester chez soi ou dans un hébergement sécurisé et désigné par le service de quarantaine et éviter tout contact avec des gens pendant 14 jours*. Selon le pays de provenance, l’isolement dans un hébergement sécurisé peut varier de 3 à 10 jours avant de le poursuivre à domicile.

② Ne pas utiliser les transports en commun pendant 14 jours* (cela inclut le train, le taxi, les bus et les vols domestiques).

③ Avant l’arrivée au Japon, installer l’application MySOS du ministère permettant le suivi de la localisation et de l’état de santé. Enregistrer son lieu de quarantaine et reporter tous les jours sont état de santé et répondre aux notifications et appels visio pour confirmer sa localisation.
/!\ Sans nouvelles via l’application pendant plus de 2 jours ou en cas de perte ou de dommage du smartphone, s’assurer de contacter le centre de surveillance de la santé pour les arrivants d’outre-mer (Health Monitoring Center for Overseas Entrants, HCO) par téléphone au 03-6757-1038 ou par e-mail à followup@hco.mhlw.go.jp

④ Avant l’arrivée au Japon, installer l’application du ministère COCOA et l’utiliser tous les jours pour être tenu au courant des éventuels cas contact et reporter un résultat positif au test de dépistage. Si le smartphone n’est pas compatible avec les applications, il faut alors en louer un (frais non pris en charge, paiement par carte de crédit).

⑤ Avant l’arrivée au Japon, activer la localisation et le suivi des trajets sur Google map pour permettre aux services de santé d’avoir un historique des expositions en cas d’infection.

⑥ En cas de développement de symptômes durant les 14 jours* de quarantaine, avertir immédiatement un centre de consultation (téléphone : 0120-565653, appel gratuit, disponible de 9:00 à 21:00). Informer les pays et régions visitées et se rendre dans l’institution médicale spécifiée.

⑦ En cas de résultat positif au test de dépistage à l’arrivée, suivre les instructions fournies par le service de quarantaine.

⑧ Il est demandé de coopérer et suivre toute instruction donnée par les services de santé.

⑨ Appliquer toutes les mesures sanitaires pour prévenir la propagation du virus : port du masque, désinfection des mains, ventiler régulièrement la pièce, éviter les trois densités (3つの密) soit les endroits confinés (密閉), les endroits bondés (密集) et les contacts trop rapprochés (密接).

Si la déclaration sur l’honneur n’est pas remise, il faut rester pendant 14 jours* dans un hébergement sécurisé désigné par le service de quarantaine. En cas de violation de la déclaration sur l’honneur soumise à l’aéroport, le nom et la nationalité de la personne seront révélés publiquement et celle-ci sera susceptible de détention.


Procédures de Quarantaine


検疫手順

Arrivé au Japon, à l’aéroport, rejoindre directement la zone de quarantaine en suivant les indications du personnel. L’entrée au Japon sous quarantaine se fait en plusieurs étapes.

▶ Vérification du certificat de test négatif (陰性証明書確認)

Présenter le certificat de test PCR effectué avant le départ (出国前PCR検査証明書) édité par le gouvernement avec le passeport, la carte d’embarquement et le formulaire de santé (Health Card) reçu dans l’avion. Ce formulaire présente les règles à appliquer pendant les 14 jours* de quarantaine. Au verso, il faut renseigner si on s’est rendu dans les pays et régions particulièrement touchés par le virus et si des symptômes sont apparus au cours des 14 derniers jours.

▶ Attribution du numéro d’inspection (検査番号付与)

Chaque personne entrant reçoit un numéro d’inspection (検査番号) utilisé pour le test de dépistage. Une étiquette avec ce numéro est apposé sur le formulaire de santé (Health Card).

▶ Collecte d’échantillon (検体採取)

Chaque personne souhaitant entrer au Japon doit se soumettre à un test salivaire de dépistage. Après avoir remi l’échantillon, s’en suit un contrôle de la température corporelle via une caméra.

▶ Confirmation des documents requis (必要書類確認)

Présenter la déclaration sur l’honneur (誓約書) et le questionnaire d’entrée (質問票) dûment remplis en version papier et en ligne (présenter le QR code obtenu). Même s’il est toujours possible de se procurer les documents sur place, il est préférable d’effectuer la démarche avant de monter dans l’avion pour un gain de temps. Le personnel remet ensuite un formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項). Il faut y mentionner les éventuelles allergies (アレルギー) ou restrictions alimentaires (食事の制限), si on est sous traitement médical (治療中), si on a suffisamment de médicaments et si on en a besoin sous ordonnance (処方不要・処方必要).

▶ Vérification des applications (アプリ確認)

Trois applications sont à installer et paramétrer pour reporter sa localisation et son état de santé quotidiennement comme stipulé dans la déclaration sur l’honneur :
COCOA (COVID-19 Contact Confirming Application) : permet au résident de recevoir des informations concernant les éventuels contacts avec des personnes testées positives au COVID-19. Les utilisateurs peuvent obtenir des examens rapidement et le soutien des centres de santé et enregistrer un résultat positif au COVID-19. L’application n’est utilisable qu’à l’intérieur du Japon. Un message d’erreur apparaît en cas de tentative d’utilisation à l’étranger;
MySOS : pour faire part de sa localisation et de son état de santé. Elle permet aussi au centre de surveillance de la santé pour les arrivants d’outre-mer (HCO) d’effectuer des appels vidéo pour vérifier le lieu de quarantaine. Attention à bien vérifier que l’application est à jour. Sur la page d’accueil figurent la date du dernier jour de quarantaine ainsi que l’adresse approximative du lieu de quarantaine. Si ces informations n’apparaissent pas ou disparaissent au cours de la quarantaine, contacter le centre de surveillance (HCO) par e-mail à l’adresse suivante : app@hco.mhlw.go.jp
Google Map : en activant le GPS du smartphone et les paramètres de suivi, la localisation de l’utilisateur peut être sauvegardée pendant les 14 jours* de quarantaine. Ce paramètre est requis pour faire un rapport des lieux fréquentés en cas d’infection.

À l’aéroport, il faut vérifier que ces applications fonctionnent bien et activer tous les paramètres requis. Le personnel remet un guide détaillé de plus de 30 pages (en japonais ou en anglais) expliquant l’utilisation des applications et les règles à suivre pendant toute la durée de la quarantaine.

L’application MySOS remet également à disposition sur sa page d’accueil du mode Health Monitoring Center for Overseas Entrants, un lien renvoyant vers le guide de prévention du COVID-19 rédigé par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省) : guide de prévention du COVID-19. Se trouve également un lien renvoyant au guide remis à l’aéroport : guide d’entrée au Japon.
Toutes les informations nécessaires y figurent dans plusieurs langues. À partir du moment où une personne est déclarée positive au COVID-19, l’utilisation de MySOS n’est plus requise.

▶ Attente des résultats du test (検査結果待機)

Patienter dans une salle d’attente (qui se trouve être en fait une salle d’embarquement) le temps des résultats du test de dépistage. Il y a environ une à deux heures d’attente.

▶ Notification des résultats du test (検査結果通知)

Une fois le résultat négatif obtenu (le personnel appelle les personnes par leur numéro d’inspection), remettre le questionnaire d’entrée (質問票) et la déclaration sur l’honneur (誓約書). Faire apposer une étiquette prouvant le résultat négatif du test sur le formulaire de contrôle à l’entrée dans l’établissement (施設入所前の確認事項).

▶ Entrée sur le territoire (入国)

Le contrôle à l’immigration est plus long que d’habitude. En plus de compléter son Re-entry permit partie ② 再入国入国記録 Disembarkation Card for Reentrant, il y a des papiers supplémentaires à remplir sur lesquels on doit renseigner (encore) son état de santé et les villes visitées à quelles dates pendant son séjour à l’étranger. Pas un mais deux agents vérifient les papiers, le passeport, la carte de résident (在留カード) récupèrent le certificat de test PCR négatif (出国前PCR検査証明書) et posent des questions supplémentaires pour confirmer l’exactitude des informations. Récupérer ensuite la totalité de ses bagages et passer la douane.

À la sortie, le staff de la quarantaine guide les arrivants jusqu’au bus menant à l’hébergement sécurisé; le lieu est défini par le service de quarantaine et il s’agit d’hôtels fermés aux touristes habituels et réaménagés de façon à accueillir les arrivants pour leur quarantaine.

Ainsi débutent les 6 premiers jours de quarantaine.


Vocabulaire (単語)


海外渡航 (かいがいとこう – kaigai dokō) = voyage à l’étranger
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur
いつもの生活 (いつものせいかつ – itsumo no seikatsu) = vie de tous les jours
相談 (そうだん – sōdan) = consultation, discussion
情報 (じょうほう – jōhō) = informations, renseignements
病院 (びょういん – byōin) = hôpital
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
手順 (てじゅん – tejun) = procédure, processus, protocole
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
陰性 (いんせい – insei) = négatif (réaction, attitude)
検査番号 (けんさばんごう – kensa bangō) = numéro d’inspection
付与 (ふよ – fuyo) = attribution
検体採取 (けんたいさいしゅ – kentai saishu) = collecte d’échantillon
書類 (しょるい – shorui) = papier, dossier, document
国籍 (こくせき – kokuseki) = nationalité
アレルギー (arerugii) = allergie
加熱 (かねつ – kanetsu) = chauffage
取り除く (とりのぞく – torinozoku) = supprimer, enlever
全く (まったく – mattaku) = vraiment, absolument, complètement, entièrement, totalement
提供禁止 (ていきょうきんし – teikyō kinshi) = interdiction de mise à disposition
食事の制限 (しょくじのせいげん – shokuji no seigen) = restriction alimentaire
治療 (ちりょう – chiryō) = traitement médical
処方 (しょほう – shohō) = ordonnance
不要 (ふよう – fuyō) = inutile
必要 (ひつよう – hitsuyō) = nécessaire, indispensable
滞在 (たいざい – taizai) = séjour
滞在国 (たいざいこく – taizaikoku) = pays de séjour
施設 (しせつ – shisetsu) = établissement, institution
帰宅 (きたく – kitaku) = retour chez soi
未定 (みてい – mitei) = non fixé, indéterminé
結果 (けっか – kekka) = résultats
待機 (たいき – taiki) = attente
通知 (つうち – tsūchi) = annonce, notification
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident海外渡航 (かいがいとこう – kaigai dokō) = voyage à l’étranger
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur


♫ Un article = Une chanson ► will.i.am, Nicki MinajCheck It Out

4

▶ The Feels : Voyager en France pendant la pandémie

La découverte du COVID-19 il y a 2 ans maintenant a entraîné beaucoup de perturbations dans notre quotidien et nos déplacements. Des pays ont fermé leurs frontières, d’autres ont instauré un confinement ou une période d’isolement. Après 2 ans passées avec cette pandémie, il est encore déconseillé de voyager à l’étranger et des mesures strictes sont mises en place pour rentrer ou sortir d’un pays.

Le Japon a de son côté fermé ses portes aux touristes et suspendus la délivrance de nouveaux visas. Pour les résidents japonais et étrangers (ceux possédant un visa de longue durée, soit plus de 3 mois), les déplacements restent possible à condition de suivre les procédures de quarantaine au retour et de s’isoler pendant plusieurs jours. Pour un(e) expatrié(e) français(e), il est donc possible de revenir au Japon après un voyage en France.

Dans cet article, Kimi vous raconte son périple réalisé en pleine pandémie et en compagnie de Mr. Omicron dans les conditions du 18 décembre 2021 au 4 janvier 2022. Prenez bien conscience de ces dates car, les mesures changeant régulièrement, il se peut qu’à l’heure où vous lisez ces lignes, certaines conditions ne soient plus mes mêmes ! Ces différences sont, dans la mesure du possible, signalées par un *. Kimi s’excuse d’avance si certaines modifications lui ont échappé 😅.

Avant le départ

▶ Test de dépistage

Pour un voyage à destination de la France, il est demandé d’effectuer un test PCR (nasopharyngé ou salivaire) ou antigénique 48 heures avant l’heure du départ et obtenir un certificat du résultat négatif traduit en français ou en anglais. Avec la découverte du variant Omicron, la présentation du certificat de vaccination ne suffit plus.

Attention. Toutes les institutions médicales ne délivrent pas de certificats pour les voyages à l’étranger (海外渡航) et la traduction ajoute des frais supplémentaires pouvant se lever jusqu’à 20 000 ¥. Ci-dessous, trois adresses d’institutions médicales délivrant des certificats pour les voyages à l’étranger situées entre Osaka et l’aéroport international du Kansai.

① Nakatsuka Orthopedic Clinic (なかつか整形外科リハビリクリニック)
Adresse : 832-1 Tsuruhara, Izumisano-shi, Osaka (大阪府泉佐野市鶴原832-1)
Accès : Higashi-Sano Station (JR Line)
Téléphone : 072-469-1300
Site internet : https://nakatsukaseikeigeka.com/

• Réservation par téléphone. Le personnel parle anglais et il est possible d’annuler à tout moment. Les tests sont réalisés à partir de 8h45 et durant les heures d’ouverture. Seul des tests PCR salivaires sont effectués pour 15 000 ¥. Il ne faut pas manger ni fumer 1h avant le test au risque que les résultats soient erronés. Le test s’effectue à l’extérieur du bâtiment, dans un endroit isolé car il faut enlever son masque.
• Pour confirmer la réservation, envoyer un email avec nom, date de naissance, numéro de téléphone et une copie du passeport. L’adresse mail est à récupérer sur le lien suivant : contact pour les voyages à l’étranger. Il est également demandé d’imprimer et de compléter un questionnaire (問診票) pour le jour du test.
• Le jour du test, apporter le questionnaire, le passeport et son certificat de vaccination. Il faut se présenter 15 minutes avant l’heure du test et téléphoner une fois arrivé devant l’établissement (ne pas entrer à l’intérieur).
• Le paiement s’effectue en cash uniquement au moment de faire le test.
• Les résultats sont disponibles à partir de midi. L’institut médical prévient par téléphone.
• Le certificat et récupérer directement à l’institut médical. Au moment de le récupérer, vérifier que les infos sont bien renseignées.

② Nishi Umeda City Clinic (西梅田シティクリニック)
Adresse : Dojima B5, 1 Dojima, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区堂島1丁目堂島地下5号)
Accès : Kita-Shinchi Station (JR Line)
Téléphone : 06-4797-7009
Site internet : https://nishiumeda.city-clinic.jp/

• Sans réservation. Les tests s’effectuent de 10h à 13h. Il s’agit de tests PCR pour 25 000 ¥.
• Apporter passeport et son certificat de vaccination.
• Les résultats sont disponibles à partir de 19h.

③ Osaka Honmachi Medical Clinic (大阪本町メディカルクリニック)
Adresse : Ikegami Building 5F, 3-3-5 Azuchimachi, Chuo-ku, Osaka (大阪府大阪市中央区安土町3丁目3-5 イケガミビル5階)
Accès : Honmachi Station (Midosuji Line, Yotsubashi Line, Chuo Line) sortie 1
Téléphone : 050-3161-5913
Site internet : https://tomohirokai.or.jp

• Réservation en ligne ou par téléphone. Possible d’annuler à tout moment en ligne (renseigner le code d’annulation obtenu).
• Les tests s’effectuent le matin et l’après-midi. Il s’agit de tests PCR nasopharyngé pour 25 000 ¥.
• Le paiement s’effectue en cash.
• Les résultats sont disponibles dans les 24 heures suivantes. Ils peuvent t’être reçu par mail dans lequel se trouve un QR code à scanner. Il n’est pas possible d’obtenir les résultats le jour-même du test.

▶ Pass Sanitaire

Le gouvernement français impose un pass sanitaire pour les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Il est obligatoire pour rentrer dans les cafés et restaurants ainsi que pour les voyages en train. Un(e) expatrié(e) au Japon vacciné et possédant son certificat de vaccination peut obtenir un pass sanitaire français.

Il faut donc prévoir ce pass sanitaire en effectuant sa demande sur Démarches Simplifiées, il est recommandé d’effectuer sa demande bien avant la date du départ car le traitement du dossier peut prendre jusqu’à 21 jours. Une fois le pass sanitaire obtenu, télécharger l’application TousAntiCovid et y enregistrer le QR code de son pass sanitaire.

Départ du Japon et arrivée en France

Un voyage particulier dont les préparatifs engendrent beaucoup de stress et de moments difficiles mentalement jusqu’à la date du départ. Mais au final tant que les papiers nécessaires sont bien présents et les règles respectées, inutile de se faire autant de mal psychologiquement.

Les longs vols internationaux sont remplis au quart, soit une à trois personnes par rangée dans l’avion. On peut dormir à l’aise sur trois ou quatre sièges. Dans la zone des départ internationaux de l’aéroport, très peu de monde. Cela n’a jamais été aussi rapide de faire son enregistrement, le contrôle de sécurité et le passage de l’immigration. Il n’y a clairement pas la queue. Mais au niveau shopping et restaurations, beaucoup de boutiques, restaurants et cafés sont fermés. Obligé de se rabattre sur les distributeurs automatiques ou d’attendre le repas de l’avion. Les vols nationaux et intra-européens sont plus remplis, voir affichent complets en période de fêtes. Dans l’avion, distribution de lingettes désinfectantes et port du masque obligatoire.

▶ Enregistrement et contrôle de sécurité

Présenter son passeport, son billet d’avion, le certificat du résultat du test PCR ou antigénique négatif (s’assurer que toutes les informations, notamment la date, l’heure et le type de test sont bien renseignés) et la déclaration sur l’honneur dûment remplie. Ensuite au contrôle de sécurité, la carte d’embarquement suffit.

▶ Immigration

Penser à se procurer un Re-entry Permit (再入国許可) et à remplir la partie ① 再入国出国記録 Embarkation card for reentrant. Le personnel de l’aéroport est présent pour guider et aider les voyageurs. Une fois rempli, présenter ce document avec son passeport et sa carte de résident (在留カード). Le personnel remet plusieurs notices d’informations relatives au COVID-19 et aux conditions d’entrée sur le territoire japonais.

▶ Embarquement

Les voyageurs rejoignent leur avion dont les sièges sont répartis par zone. Quand la zone indiquée sur la carte d’embarquement est appelée, rejoindre les portes, présenter la carte d’embarquement et rejoindre l’avion.

▶ En cas d’escale

Tant que l’escale s’effectue dans la zone de transit, sans entrer officiellement sur le territoire, les démarches habituelles s’appliquent sans avoir à présenter tout document complémentaire relatif au COVID-19.

▶ Arrivée

Présenter son passeport et sa carte d’embarquement au passage de la frontière. Aucun test de dépistage ni demande de présentation du certificat du résultat du test effectué avant le départ, ni de déclaration sur l’honneur. Le Japon étant classé pays vert, aucun motif impérieux ni isolement ne sont exigés à l’arrivée.

Pendant le séjour en France

▶ Conditions de séjour

La France gère la pandémie un peu différemment par rapport au Japon. Cette gestion peut d’ailleurs par aitre moins stricte et donc moins safe. Vérifier tous les jours sa température corporelle et son état de santé. Penser à garder son pass sanitaire sur soi pour se rendre dans divers lieux. Mais à l’inverse du Japon, aucun contrôle de la température corporelle (que ce soit par un thermomètre ou une machine automatique), pas de barrière en plastique aux tables des restaurants, pas toujours du gel hydroalcoolique à l’entrée des commerces…

Si une personne devient cas contact, effectuer un test et s’isoler jusqu’à la connaissance des résultats, même sans symptômes. Le test est requis immédiatement lorsqu’on vit sous le même toit que la personne malade ou si des symptômes apparaissent. Il est requis 7 jours après le dernier contact avec la personne malade si on ne vit pas sous le même toit.

▶ Test de dépistage

Pour revenir au Japon, il est demandé d’effectuer un test PCR (nasopharyngé ou salivaire) ou antigénique quantitatif (qualitatif non accepté) 72 heures avant l’heure du départ dont le certificat doit être obtenu auprès d’un établissement médical et prouvant un résultat négatif. En tant que ressortissant(e) français(e) ne possédant plus de carte vitale, le test est alors payant au prix de 45€ environ. Les résultats sont disponibles 12 heures plus tard. Les autorités japonaises imposent à la fois une méthode de test ainsi qu’un modèle de certification du résultat. Ces exigences sont notamment détaillées sur le site du ministère des affaires étrangères du Japon. Un modèle de certificat en français à imprimer est disponible sur le lien suivant : certificat de test PCR négatif. Le résultat doit être certifié par la signature du médecin ayant réalisé l’examen ainsi que par le cachet de l’établissement si possible. L’absence du cachet est tolérée. En cas de non-respect de ces formes, les voyageurs s’exposent à un refus d’entrée au Japon. Pour trouver un centre de dépistage, le plus pratique est d’utiliser la plate-forme Doctolib.

Retour au Japon

▶ Enregistrement, contrôle de sécurité et immigration

Présenter son passeport, sa carte de résident (在留カード), son billet d’avion, le certificat de test PCR négatif (出国前検査証明書). Remplir la déclaration sur l’honneur (誓約書) et le questionnaire d’entrée (質問票) en version papier et en ligne (sauvegarder le QR code obtenu pour le présenter au service de quarantaine). Penser aussi à installer les applications nécessaires pendant la quarantaine : COCOA (COVID-19 Contact Confirming App) et MySOS. Ensuite au contrôle de sécurité, la carte d’embarquement suffit. Au moment de passer la frontière, présenter son passeport.

▶ Embarquement

Les voyageurs rejoignent leur avion dont les sièges sont répartis par zone. Quand la zone indiquée sur la carte d’embarquement est appelée, rejoindre les portes, présenter la carte d’embarquement, son certificat de test PCR négatif (出国前PCR検査証明書) et rejoindre l’avion.

▶ En cas d’escale

Même procédure qu’à l’aller. Tant que l’escale s’effectue dans la zone de transit, sans entrer officiellement sur le territoire, les démarches habituelles s’appliquent sans avoir à présenter tout document complémentaire relatif au COVID-19.

▶ Arrivée

Rejoindre directement la zone de quarantaine en suivant les indications du personnel. L’entrée au Japon sous quarantaine se fait selon des procédures strictes est obligatoires. Il faut remettre les documents demandés, effectuer un test de dépistage et vérifier le bon fonctionnement des applications précédemment installées. C’est un long parcours de deux à trois heures environ en plusieurs étapes durant lesquelles on présente et remplit des tonnes de documents, parfois pour répondre aux mêmes questions à plus d’une dizaine de personnes différentes.

Si le test de dépistage est négatif, on peut entrer officiellement sur le territoire japonais et rejoindre son lieu de quarantaine. Il faut s’isoler 14 jours* sans entrer en contact avec d’autres personnes ni se rendre à l’extérieur. Cette mesure vise à empêcher de contaminer quelqu’un et de s’assurer qu’une personne infectée avant son arrivée ne tombe pas gravement malade sans que personne ne s’en rende compte. Dans le cas de la France, il est demandé de passer les 6 premiers jours dans un hébergement sécurisé avant de terminer la quarantaine à domicile.

* Depuis le 15 janvier 2022, la durée de la quarantaine est passée de 14 à 10 jours.

Kimi témoigne

Un long parcours mais pas aussi difficile qu’en temps normal. Rentrer dans son propre pays reste possible et pas trop compliqué. Suffit d’être bien préparé et de rester vigilant vis-à-vis du virus 🦠. Cela s’annonçait moins drôle de rentrer au Japon par contre. Même si je n’étais pas contre prolonger mon séjour, je recommençais à stresser à l’idée du retour.

En effet, ce fut un stress et des moments d’angoisse bien plus intenses qu’à l’arrivée en France, surtout quand on connaît les conditions strictes imposées par le gouvernement japonais. Le moindre détail qui cloche pourrait entraîner un refus d’entrée sur le territoire. Notamment vis-à-vis du certificat du test PCR. J’avais entendu plusieurs histoires de refus et n’ayant pu obtenir le cachet de l’établissement, je craignais que ça ne passe pas. Or cela arrive souvent donc j’ai pu être rassurée. À vrai dire, ils regardent à peine cette partie et vérifienr surtout le type de test, la date et l’heure.

Le cheminement des procédures de la quarantaine est bien encadré, il y a du personnel (en sur-effectif limite) à chaque endroit et tout est bien indiqué. Mais il y a tellement d’étapes que cela prend plusieurs heures. Il y a des tonnes de papiers à montrer, à remplir et qui sont vérifiés par beaucoup de personnes. Atterrissage à 9:30, départ pour l’hôtel à 12:50.

Une fois monté dans le bus pour me rendre à mon lieu de quarantaine, ce fut un grand soulagement que tout se soit bien passé. Mais en contrepartie, c’est ma valise qui s’est retrouvée bloquée à Amsterdam. Les démarches pour l’envoi à mon lieu de quarantaine ont pris plus de temps mais l’avantage est que j’ai eu le bus pour moi toute seule.

Vocabulaire (単語)

海外渡航 (かいがいとこう – kaigai dokō) = voyage à l’étranger
再入国許可 (さいにゅうこくきょか – sainyū kyoka) = re-entry permit
在留カード (ざいりゅうかーど – zairyū kaado) = carte de résident
検査証明書 (けんさしょうめいしょ – kensa shōmeisho) = certificat de test
隔離 (かくり – kakuri) = isolement, séquestration
検疫 (けんえき – ken’eki) = quarantaine
誓約書 (せいやくしょ – seiyakusho) = déclaration sur l’honneur


♫ Un article = Une chanson ► TWICEThe Feels