1

▶ Wherever I Go : 22 juin 2020 ; 5 ans au Japon

22 juin 2020. Il y a un an, en rédigeant mon article des 4 ans, je ne pensais pas que cet article serait publié un jour. Comme quoi l’avenir n’est jamais vraiment tracé et le moindre événement, la moindre chose peut tout modifier ! En tout cas, voilà, 5 ans désormais que j’ai posé le pied au Japon avec pour projet de m’y installer pour quelques temps, ce « quelques temps » qui s’est transformé en « 5 ans… voire plus ». Ouais, le Japon aura du mal à se débarrasser de moi pour l’instant !

Cette année fut vraiment épanouissante ! Des voyages et des expériences incroyables ! Même si après 4 ans, la liste des mauvais côtés du Japon se rallongeait et parfois me désespérait, le Japon n’aura finalement pas fini de me faire rêver et de me surprendre ! Après tout, chaque pays a ses bons et ses mauvais côtés ! La première est que je ne regrette pas d’avoir quitté Tokyo pour le Kansai ! Merci Ecole (pas) Sympa de m’avoir fait « sombrer », ça m’a ouvert la meilleure porte ! Ma nouvelle vie dans le Kansai m’a permise de redevenir un peu un pigeon voyageur et réveiller mon âme d’aventurière ! Les voyages, c’est tellement génial, même si la plupart ne duraient qu’un weekend ! Je me découvre encore une nouvelle partie de moi-même en voyageant, je me sens davantage épanouie et plus forte. Je me ressource et à la fin de chacun d’eux, je suis de nouveau prête à relever de nouveaux défis et à continuer à aller de l’avant.

Comme chaque année, faisons donc le bilan :
J’ai fait un road trip à Hokkaido.
J’ai escaladé le Mont Fuji pour la troisième fois et fait le tour du cratère.
– Je suis allée à FujiQ (enfin !!)
– J’ai du commencer à porter des lunettes de vue.
– J’ai profité des festivals d’été comme il y a 5 ans à mon arrivée, avec Bon Odori et feux d’artifice.
– J’ai réussi le JLPT N3 !
Je me suis tapée un déménagement seule du Kanto au Kansai. J’ai porté des cartons et des meubles comme un homme, j’ai appris à gérer l’administratif et l’organisation, à passer des coups de fils en japonais et surtout à gérer le stress de tous ces préparatifs.
J’ai porté le mikoshi lors du festival Kitazawa Hachiman Jinja à Shimokitazawa.
– J’ai expérimenté un nouveau domaine professionnel et je me suis découverte de nouvelles compétences. Pas seulement, j’ai assisté à beaucoup d’événements et expérimenté beaucoup de choses de la culture japonaise et des traditions : les festivals de sport scolaire (運動会), la récolte de mikan (みかん狩り, mikan gari), la fabrication du mochi (mochitsuki)… J’ai récité deux discours en japonais, chanté les chansons de Noël populaires au Japon et joué l’interprète anglais-japonais pour le père Noël et les enfants pendant les spectacles de Noël.
Je suis allée à Universal Studios pour Halloween.
J’ai eu 30 ans et je trouve que c’est vraiment un bel âge finalement !
– J’ai commencé à collectionner les Goshuin.
– J’ai escaladé le Mont Koya deux fois et visité la ville. J’ai séjourné dans un temple, ai participé aux cérémonies bouddhistes et goûté le plat traditionnel bouddhiste.
– J’ai voyagé dans divers endroits du Kansai comme Nachi-Katsuura avec excursion aux chutes de Nachi, Uji avec dégustation de matcha dans des ramen, smoothie, glace et pancakes,…
– J’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes et créé des amitiés grâce aux événements Meetup.
– Grâce à Kotoba House Liceo, j’ai fait et refait l’expérience de la culture et des traditions japonaises : cérémonie de thé, calligraphie, essai de kimono…
– J’ai redécouvert les coins du Kansai que j’avais déjà visité six ans auparavant pour les aimer davantage : Kyoto, Osaka, Kobe, Nara…
– J’ai participé au festival Jidai Matsuri (時代祭) à Kyoto
– J’ai parcouru les îles entre Onomichi (préfecture d’Hiroshima sur Honshu) à Imabari (préfecture d’Ehime sur Shikoku) à vélo en passant par Shimanami Kaido.
J’ai obtenu le permis national japonais.
– On m’a offert un poste normalement destiné à un(e) Japonais(e) avec plus de responsabilités, de la paperasse et de la communication en japonais, en plus d’enseigner l’anglais à plus de 100 enfants japonais dynamiques et énergiques. C’est parfois difficile, mais c’était le challenge qui me manquait dans ce travail de prof d’anglais. Et je m’éclate comme une enfant !
– Je suis passée du vélo au scooter. Vive la liberté sur les routes et la découverte de beaux endroits au hasard !
– J’ai commencé à réaliser des vidéos et ai donc lancé ma chaîne Youtube
– Après un cours d’essai dans un club de ma ville, j’ai décidé de reprendre le tennis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est une liste bien longue ! Et j’en suis contente, je me suis bien rattrapée par rapport aux trois années précédentes où j’avais peu voyagé à travers le pays. J’en suis à cinq ans au Japon et je croque la vie à pleine dents ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ce pays malgré ses défauts et quelques déceptions. Je n’ai pas l’intention de quitter le Japon tout de suite ! Première raison : il me reste encore et toujours beaucoup à faire, beaucoup à découvrir :

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Faire un road trip à Shikoku
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Mie, Hiroshima, Nagasaki, Goto, Kanazawa, Shirakawago, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting

Ce n’est pas garantie que je réussisse à tout accomplir en une année mais peu importe ! Ça prendra le temps qu’il faut. L’important c’est qu’en attendant, ma vie dans le Kansai reste épanouissante avec un bon équilibre et plus de positif que de négatif. Je ne sais pas ce que cette sixième année me réserve mais je souhaite qu’elle me permette de m’enrichir davantage et qu’elle m’apporte toujours plus de bonheur !


♫ Un article = Une chanson ► OneRepublic – Wherever I Go

3

► 完全感覚Dreamer : 22 juin 2019 ; 4 ans au Japon

22 juin 2019. Cette date marque le quatrième anniversaire de mon arrivée au pays du soleil levant.

Le chiffre 4 est le chiffre « porte malheur » au Japon. J’ai presque envie de dire « C’est pas faux ! ». Cette célébration est un peu différente des précédentes, elle ne marque pas une folle année de succès, mais des changements et un avenir proche encore bien flou…

En début de mois, j’ai décidé de démissionner. Oui, Ecole Sympa, c’est terminé pour moi ! Je n’expliquerai pas les raisons en détails. J’ai passé trois années dans cette école. C’était parfois difficile, j’en ai chié mais ça m’a fait grandir et j’y ai trouvé un métier passionnant et enrichissant. Je faisais ce boulot avec enthousiasme tout en apprenant énormément.

Mais voilà il se trouve qu’on est au Japon, le pays où les gens passent leur vie au travail et détiennent un nombre record d’heures supplémentaires… Je n’ai jamais détesté vivre au Japon. La vie est géniale ! Mais le travail nous empêche de profiter de cette superbe vie ! 10 jours de congés payés par an, obligé de travailler pendant Golden Week, Obon, et les jours fériés… C’est triste mais après trois ans sans vraiment voyager comme je le souhaitais (ça restait un de mes principaux objectifs en m’installant ici), et surtout sans bien me reposer, mon corps a fini par dire « Stop ! ».

La santé est plus important que tout et il était hors de question que je la ruine davantage. J’avais besoin de repos. Et c’est incroyable comme ça fait du bien ! Avoir du temps pour soi, prendre soin de soi, sortir, faire des excursions, aller à l’école de japonais pour étudier un peu, essayer de parler avec les japonais qu’on croise ou rencontre par hasard… J’ai pu faire tout ça ces trois dernières semaines !

C’est donc le bon moment pour tourner la page et commencer un nouveau chapitre de ma vie. Je veux croire en un avenir enrichissant, de nouvelles découvertes où je pourrais presque dire : « Je regrette de ne pas avoir quitté Ecole Sympa plus tôt ! ». Oui, car ce n’est pas là que j’aurais pu évoluer et monter en grade. Je suis avide de connaissances et après les métiers que j’ai déjà expérimentés, je veux en exercer d’autres. On a qu’une vie, je veux la croquer à pleines dents et qu’elle me montre tout ce qu’elle me réserve encore !

Pour le moment, je n’ai pas encore de nouveau travail mais je reste positive. L’expérience du travail au Japon, je connais. Si je dois quitter le pays dans trois mois, eh bien tant pis je partirai. Et je reviendrai pour accomplir mes périples restants et pour voir les précieux ami(e)s que je me suis fait. Qui sait ? Peut-être que mon avenir professionnel ne se trouve pas au Japon finalement mais plutôt dans un autre pays. Bien sûr, ma petite routine et ne plus pouvoir parler la langue me manqueront énormément. C’est pour ça que je ne lâcherai rien jusqu’au dernier moment.

Bref, finalement j’en ai dit beaucoup. Il est temps de faire le bilan de toute l’année :
– J’ai déménagé à Yokohama, dans un appartement non-meublé et sans internet. Beaucoup de démarches ont suivi et tant bien que mal je suis contente d’avoir pu les accomplir pour être bien installée.
– Malheureusement, comme c’est mal isolé, j’ai passé un été assez chaud mais surtout un hiver très glacial ! J’ai été un peu traumatisée et jusqu’en mai j’utilisais encore un peu mon kotatsu xD.
– J’ai recommencé le tennis. J’aime toujours autant et j’y ai rencontré des gens vraiment adorables ! C’est un plaisir chaque dimanche de jouer avec eux !
– J’ai escaladé le Mont Fuji une deuxième fois.
– J’ai fait des excursions au col d’Ashigara, au Mont Nokogiri (鋸山) deux fois 💕👍, à Sagamiko, au parc à fleurs d’Ashikaga… La randonnée au Japon, c’est tellement génial !
– J’ai porté le mikoshi à l’occasion du Hikawa Jinja Matsuri à Nakano (中野氷川神社例大祭). Ça restera un moment inoubliable !
– J’ai navigué sur un navire japonais Wan (和船).
– Je suis allée au cinéma deux fois.
– Je suis allée au Chichibu Yomatsuri (秩父夜祭り) en décembre.
– J’ai visité le marché de Boroichi (ボロ市), le temple Gotokuji, le musée Nezu, les musées team Lab et vu des expositions intéressantes.
– J’ai fait de la patinoire à Yokohama.
– J’ai fêté Setsubun (節分).
– J’ai passé un week-end au village Nozawa Osen (野沢温泉) avec au programme ski et onsen !
– J’ai vu la danse du Dragon d’Or (金龍の舞) à Asakusa (浅草).
– J’ai visité le jardin Rikugien au printemps pour voir les sakura.
– J’ai refait Hanami (花見) au parc Kinuta.
– J’ai assisté aux concerts de FTISLAND, Panic! At The Disco, Bon Jovi, L’Arc~en~Ciel, The Offspring… et surtout MAN WITH A MISSION !
– Je suis allée à Disney Sea.
– J’ai fait de l’accrobranche à Hakone.
– J’ai fait traduire mon permis de conduire.
– J’ai testé beaucoup de restau, Izakaya, cafés… Manger et boire au Japon est toujours aussi bon et bien !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai fait pas mal de choses cette année aussi en fin de compte. Mais il m’en reste encore beaucoup (trop) à faire… Le Japon me cache encore tellement de merveilles…

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Faire un road trip à Hokkaido
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, au Mont Koya, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, aux chutes de Nachi, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Aller à FujiQ
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izaka (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Shizuoka, Kyushu, Mie, Hiroshima, Nagasaki, Kanazawa, Shirakawago, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Aller de Honshu à Shikoku à vélo en passant par Shimanami Kaido
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali…
– Réussir le JLPT N3
– Faire du rafting

J’accomplirai ces objectifs, je ferai tout pour ça. Avec ou sans travail. En visa travail ou touriste. Seule ou accompagnée.


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCK – 完全感覚Dreamer

1

► Don’t Lose Yourself : Chercher du travail au Japon

C’est bien connu, travailler au Japon est le rêve de beaucoup de ressortissants français. Et un rêve à portée de mains quand on sait où et comment chercher avec motivation et persévérance. L’important est de ne pas avoir peur d’affronter les difficultés, de rester positif et de ne pas baisser les bras au moindre refus. Il faut se dire que ce n’était pas l’opportunité du siècle et qu’une meilleure nous attend plus loin ou plus tard. Et puis, oui, bien sûr, ce n’est pas une tâche facile. C’est fatigant, ça prend du temps et de l’énergie mais dites-vous que vos efforts finiront par être récompensés et vos compétences en japonais seront meilleures !

Je suis passée par là moi aussi et maintenant que je suis revenue à la case « départ », à la recherche d’une nouvelle opportunité professionnelle, je partage dans cet article quelques conseils et connaissances que j’ai appris sur la recherche d’emploi au Japon. En espérant que cela éclaire votre chemin vers votre avenir professionnel au Japon. Et n’abandonnez pas ! Il y a toujours de l’espoir !

Comment et où chercher

① Hello Work

Hello Work est le centre de service de l’emploi au Japon. C’est un peu le Pôle Emploi japonais. Les bureaux Hello Work gèrent une base de données complète d’offres d’emploi récentes mises à la disposition des demandeurs d’emploi via un système intranet interne et sur Internet. En outre, il gère les prestations d’assurance-chômage pour les travailleurs japonais et étrangers, une allocation sous condition de ressources versée aux demandeurs d’emploi à faible revenu sans assurance-emploi qui participent à une formation professionnelle, et propose également des programmes de compensation pour les chômeurs.

Il est possible de trouver de nombreuses offres d’emploi dans tous les domaines et tous les types de contrat en se rendant dans la branche la plus proche de votre lieux d’habitation. La branche la plus accessible pour les étrangers (j’entends par là avec des interprètes japonais-anglais) se trouve quant à elle à Shinjuku.

Pour plus d’informations sur le fonctionnement des recherches avec Hello Work, retrouver l’article dédié sur ce lien.

② Internet

Maintenant Internet, notre meilleur ami, est là aussi pour la recherche de travail de façon plus simple, plus rapide et à n’importe quel moment ! Je retiens trois façons d’y chercher un emploi : sur les réseaux sociaux / sites de recherche d’emploi, sur les sites des agences de recrutement et sur le site officiel des entreprises chez qui vous souhaitez postuler.

► Sites internet de recherche d’emploi et réseaux sociaux
Career Cross (japonais, anglais)
Coto Work (anglais)
DODA | デューダ (japonais)
en world (japonais, anglais)
GaijinBank (japonais, anglais)
GaijinPot Jobs (japonais, anglais)
Japan Times Jobs (japonais, anglais)
Kimi Will Be (anglais)
Nikkei Career Net | 日経キャリアNET (japonais)

LinkedIn (LE réseau social professionnel)
Facebook (eh oui, même lui il s’y met !)

L’avantage est que la plupart de ces réseaux possèdent leur propre application, ce qui facilite la recherche et vous permet de consulter les offres d’emploi n’importe où et n’importe quand depuis votre tablette ou votre smartphone. Les réseaux sociaux sont pour la plupart aujourd’hui associé à LinkedIn et il vous suffit de lier votre compte LinkedIn pour partager vos données sur les autres réseaux sociaux. Les sites internet de recherche d’emploi demandent la création d’un compte puis de compléter leur CV en ligne ou d’uploader le votre. Certains contiennent des articles avec des conseils pour la rédaction du CV et des exemples de CV. Enfin, pas seulement les entreprises elles-mêmes mais les agences de recrutement y postent leurs offres d’emploi et peuvent ainsi vous contacter si vous postulez.

► Agences de recrutement
Archidas | アーキダス (japonais)
Global Power | グローバルパワー (japonais)
GoooJob | j Career (japonais)
Hays | ヘイズ (japonais et anglais)
JAC Recruitment (japonais)
Japan Career (japonais et anglais)
Michael Page (japonais et anglais)
Tempstaff (japonais et anglais)
WDB (japonais)

A la différence des réseaux sociaux et sites de recherche qui proposent le plus souvent une liste vaste d’offres d’emploi, les agences de recrutement vous permettent de construire votre profil pour mieux cibler vos recherches et vous proposer par la suite les meilleures offres qui correspondent à votre profil et vos compétences. Certaines agences proposent des offres d’emplois dans tous les secteurs d’activité, d’autres se focalisent dans un secteur en particulier, d’autres demandent de posséder le JLPT N2 pour prétendre à recevoir des offres intéressantes malgré le souhait de se montrer très gaijin friendly comme chez j Career

Donc, pour ne pas trop souffrir de ce malaise et favoriser autrement notre intégration, ces agences organisent parfois des événements, des salons, etc… pour nous donner l’occasion de pratiquer un peu le japonais, de faire des rencontres pour élargir notre réseau et d’en apprendre plus sur la culture et le travail au Japon

C’est avec des tests psychologiques en ligne et divers questionnaires sur votre cadre de vie, votre état de santé vos conditions souhaitées de travail, etc… que certaines agences procèdent. Après quoi, un consultant revient vers vous par téléphone ou par e-mail si vous n’êtes pas joignable pour fixer un entretien par téléphone ou dans les bureaux de l’agence afin de discuter de vos objectifs de carrière professionnelle ou des offres d’emploi qui vous ont intéressées ou qui seraient susceptibles de vous intéresser. Ils vous proposent quelques offres et si une vous intéresse, ils se chargent de proposer votre candidature à l’entreprise. Le consultant fait le lien entre l’employeur et vous.

Ceci dit, ne vous reposez pas sur les consultants et agences de recrutement. N’attendez pas qu’ils vous recontactent toujours d’eux-mêmes pour vous proposer quelque chose. Ils le font rarement. Montrez-leur donc que vous êtes motivé en envoyant régulièrement des mails pour vous tenir au courant des offres d’emplois en cours. De même, après un entretien ou une première proposition de poste, remerciez-les toujours par e-mail et n’hésitez pas à les relancer pour demander des nouvelles sur la progression du processus de recrutement.

③ Contact et candidature spontanée

Visant des entreprises spécifiques chez qui vous souhaitez travailler, optez pour la candidature spontanée. Insérez votre CV (履歴書 (Rirekisho) et 職務経歴書 (Shokumu Keirekisho)) dans une enveloppe avec la mention 履歴書在中 (CV joint) et envoyez-les par voie postale. Plus d’informations sur l’envoi des CV par la poste sur cet article.

Autre moyen plus rapide, contactez les entreprises par e-mail si vous l’avez. Ci-dessous, voici un exemple d’e-mail destiné au service recrutement des employeurs. Les parties en rose sont à modifier avec vos infos. La traduction en français est approximative ! Veillez à bien garder une mise en forme espacée et aérée pour rendre votre mail agréable à lire par les recruteurs.

件名 : 職応募の件/ジョン・キミ 
Objet
: Demande d’emploi / Votre nom

文面 (Texte)
株式会社 キミのブルートラベル
採用ご担当
Nom de l’entreprise Co., Ltd.
Madame, Monsieur en charge du recrutement,

はじめまして。
ジョン・キミと申します。
Enchanté(e).
Je m’appelle JUNG Kimi.

ハローワークで御社の求人情報を拝見し、
これまでの経験を御社に活かせるのではと思い、
職に応募したくご連絡を差し上げました。
J’ai pris connaissance de votre offre d’emploi par Hello Work,
souhaitant faire usage de mes précédentes expériences professionnelles chez vous,
je souhaite candidater pour un poste en vous envoyant ce courriel.

履歴書と職務経歴書を添付しております。
ご査収の程、よろしくお願い申し上げます。
Veuillez trouver en pièces jointes mon curriculum vitae.
Merci beaucoup pour votre attention.

お忙しいところ大変恐縮ですが、
面接の機会をいただけますと幸いです。
何卒、よろしくお願い申し上げます。
Bien que votre service soit très occupé,
j’espère recevoir l’opportunité de décrocher un entretien.
Bien cordialement.

署名 (Signature)
———————————–
JUNG Kimi (ジョン・キミ) (Nom en lettres latines et en katakana)
000−0000 東京都渋谷区 (Code Postal + Adresse)
📲 070−0000−0000 (Numéro de téléphone)
kiminobluetravel@docomo.co.jp (Adresse mail)
———————————–

Enfin, contactez les agences de recrutement ou directement les consultants que vous avez rencontré auparavant et qui vous ont remis leur carte de visite (autant qu’elles vous servent à quelque chose). Au choix, par e-mail ou par téléphone.

Exemple d’e-mail destiné aux agences et consultants. Il ressemble à quelques lignes près à l’e-mail destinés aux entreprises.

件名 : 履歴書ご送付の件/ジョン・キミ 
Objet
: Envoi de CV / Votre nom

文面 (Texte)
株式会社 キミのブルートラベル
〇〇 様
Nom de l’agence Co., Ltd.
Madame, Monsieur 〇〇,

ジョン・キミと申します。
Je m’appelle JUNG Kimi.

これから、新しい仕事を探し、
ご指示いただきました履歴書と職務経歴書をお送りいたします。
ご査収の程、よろしくお願い申し上げます。
Je suis actuellement à la recherche d’un emploi,
je vous adresse dans ce courriel mon curriculum vitae.
Merci beaucoup pour votre attention.

お忙しいところ大変恐縮ですが、
面接の機会をいただけますと幸いです。
何卒、よろしくお願い申し上げます。
Bien que votre service soit très occupé,
j’espère recevoir l’opportunité de décrocher un entretien.
Bien cordialement.

署名 (Signature)
———————————–
JUNG Kimi (ジョン・キミ) (Nom en lettres latines et en katakana)
000−0000 東京都渋谷区 (Code Postal + Adresse)
📲 070−0000−0000 (Numéro de téléphone)
kiminobluetravel@docomo.co.jp (Adresse mail)
———————————–

Les offres d’emploi (求人)

Bien sûr, il ne faut pas postuler sans prendre le temps de lire et surtout de comprendre les offres d’emploi ! Voici les différentes informations que vous pouvez retrouver dans les offres d’emploi :

  • 採用企業名 (Nom de l’employeur)
  • 業種 (Secteur d’activité) : 食品 (alimentaire), 編集 (édition), 広告 (publicité), 教育 (éducation), 自動車 (automobile), 建築 (bâtiment), 医療 (médecine), 香料 (parfumerie)…
  • 職種 (Type d’emploi) : 秘書 (secrétariat), アシスタント (assistance), 事務 (travail de bureau), 生産管理 (contrôle de la production), 品質保証 (assurance qualité), 品質管理 (contrôle qualité), 研究 (recherche), 開発 (développement), 分析 (analyse), 購買 (achats), 物流 (logistique), 販売 (ventes), 接客 (service clientèle), 営業 (commercial), 貿易事務・国際事務 (commerces import-export), 総務 (administration),
    業務 (réception), 人事 (RH), 労務 (gestion du personnel), 財務 (finances), 経理 (comptabilité), 広報 (relations publiques), 翻訳 (traduction), 通訳 (interprétariat), カスタマーサービス (service client)…
  • 雇用形態 (Type de contrat) : 正社員 (employé permanent), 契約社員 (CDD), 派遣社員 (Contrat temporaire), 試用期間 (période d’essai)…
  • 勤務地 (Lieu de travail)
  • 仕事内容 (Description du travail)
  • 勤務条件 (Conditions de travail) : 勤務時間 (temps de travail), フレックスタイム制度 (horaires flexibles), 平均残業時間月10時間 (10 heures d’heures supplémentaires en moyenne par mois)…
  • 休日 / 休暇 (jour(s) de repos / vacances) : 土曜日・日曜日 (samedi – dimanche), 祝日 (jour férié), 年末年始 (nouvelle année), 有給休暇 (congés payés), 夏季休暇 (vacances d’été), 慶弔休暇 (congés décès), 産前産後休暇 (congé maternité), 育児休暇 (congé parental)…
  • 応募条件, 必須経験 (Conditions d’application, expériences requises) : 学歴 (formation) 大卒 (diplôme universitaire), 修士 (maîtrise universitaire, master), 専門卒 (formation professionnelle)…
  • 求める経験・能力 (Expériences & compétences recherchées), 資格 (Qualifications)
  • 年収 / 給与 (Revenu annuel / salaire)
  • 待遇 (Traitement), 福利厚生 (Avantages) : 昇給 (augmentation de salaire), 賞与 (bonus), 社員旅行 (voyage d’entreprise), 通勤交通費支給 (frais de transport), 社会保険 (assurances sociales), 住宅取得援助 (aide pour la recherche de logement), 社宅 (logement d’entreprise), 定期健康診断 (examen médical régulier), 退職金 (allocation retraite), 住宅手当 (allocation logement), 家族手当 (allocation familiale)…
  • 語学力 (Compétences linguistiques) : 初級 (niveau débutant), 中級 (niveau intermédiaire), ビジネスレベル (niveau business),  不問 (non-demandé)…
  • 応募方法 (Méthode d’application)
  • 選考プロセス / 選考過程 (Processus de sélection) : 書類選考 (sélection par documents), 面接数回を予定 (planification de plusieurs entretiens)…

Si l’offre d’emploi vous intéresse, postulez depuis le site internet en cliquant sur le bouton « 応募 » (Postuler), ou selon la méthode souhaitée dans l’offre (envoi par courrier, par e-mail, etc…).

Vocabulaire

Comprendre

株式会社 = Société
必須 = Requis
未経験者 = Personne inexpérimentée
経験者 = Personne expérimentée
長所 = Qualité
短所 = Défaut
生活環境 = Cadre de vie
健康状況 = Etat de santé
本人確認書類 = Documents d’identité
件名 = Objet
文面 = Texte
署名 = Signature
応募する = Postuler
申し訳ございません。 = Veuillez nous excuser.
宜しくお願い申し上げます。= Merci d’avance.
先ほどはお電話にてお話させていただきありがとうございました。= Merci beaucoup pour l’appel téléphonique quelques instants plus tôt.
お電話をさせていただきたいと存じます。= Je souhaiterais pour contacter par téléphone.

Ecrire / S’exprimer

職応募 = Candidature
お世話になっております。= Je vous suis redevable.
ご連絡ありがとうございます。= Merci pour votre message.
ご連絡をお待ちしております。= Dans l’attente de votre réponse.

Après avoir réalisé tout ça, si des réponses positives vous reviennent avec une opportunité d’entretien, alors vous n’avez plus qu’à tout déchirer et à bien préparer votre entretien !

L’entretien d’embauche sera le sujet d’un prochain article ;) !


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – DON’T LOSE YOURSELF

0

► High Hopes : Kimi no Nikki (juin 2018)

Si mai était le changement de contrat et de visa, juin est le changement… d’appartement ! En effet, mon bail arrive à terme des deux ans. J’aurais pu renouveler mais, j’aime galérer et me taper de la paperasse en japonais que je comprends à peine 😂 haha. Et je n’en pouvais plus de toujours avoir au moins 50 minutes de trajet pour aller quelque part en prenant un train soit trop bondé, soit en retard (si, si, c’est possible au Japon !!).

J’ai cherché, trouvé, signé et effectué le premier paiement (qui a fait un peu mal au compte en banque 😂). Je me prépare à bouger le mois prochain. Je vais habiter dans un 34㎡ à Yokohama, à 5 min du Yokohama Arena haha et surtout à 20 minutes du boulot 👍. Quand je parlais de galérer, je faisais référence au fait que mon nouvel appartement n’est pas meublé et n’a pas Internet. Donc s’ajoutera après l’emménagement l’achat de meubles et l’installation d’Internet. Ça va être sympa !

Sinon, je n’avais pas pratiqué mon activité favorite du week-end depuis longtemps, à savoir le karaoké free time 😌. Ma partenaire de karaoké étant partie à Kobe, je n’avais plus d’occasion. Mais heureusement, maintenant Marine est là pour m’accompagner et pousser la chansonnette ! Il faisait beau ce lundi 4 juin mais vraiment chaud ☀😵💦. Petite balade à Shibuya et puis aprem karaoké ! On a chanté des grands classiques pop-rock qui dataient de plus de 10 ans, de la k-pop, sans oublier nos groupes favoris, FTISLAND et CNBLUE 😁. On a écouté les mêmes groupes donc on s’est offert de beaux duos ! Ça m’a replongée dans mes années collège-lycée avec tous les bons groupes de l’époque… Je me dis que cette période est loin derrière moi maintenant 😰.

On a remis​​ ça le dimanche suivant, avec Aurélie qui venait d’arriver pour deux semaines de vacances. Il pleuvait (salut tsuyu ☔) donc c’était mort pour notre sortie au Sanno Matsuri… Autant passer du bon temps à rire en chantant les quelques chansons cultes françaises qu’on peut trouver 😅🎤🎶.

Deux semaines après le dépôt de mon dossier pour mon visa, j’ai pu le récupérer en échange de 4000¥ de timbres fiscaux. Les démarches étaient les même que l’an passé mais cette fois, j’ai en mains un visa de… 3 ans ! 🎉😎 Une page se tourne, un nouveau chapitre se tourne. J’espère accomplir davantage de choses durant la validité de ce nouveau visa ! J’espérais tellement avoir plus longtemps qu’un an ! Je suis tranquille pour 3 ans et j’espère qu’en 3 ans, je pourrai accomplir beaucoup de choses et faire beaucoup de voyages !

Le jeudi ​soir était en général le jour où je me rendais à un de mes cours de japonais à Human Academy de Ginza. Mais le jeudi 21 juin, j’ai préféré me joindre à Marine et Aurélie pour une dernière soirée karaoké à trois ​(ça tombait bien c’était la fête de la musique ce jour-là) ​​suivi d’un dîner à Uobei Genki Sushi. Car pour Aurélie, c’était déjà la fin de son séjour !​ Et puis, rien ne vaut un karaoké free time à Utahiroba pour à peine 1000¥ et des sushis servis sur un petit train à savourer tranquillou.

​Bon retour en France Aurélie. Ces quelques moments passés ensemble étaient un plaisir ! ❤

Le dimanche 24 juin, une de mes étudiantes participait à une exposition de photos à Daikan-yama. Le thème était les fleurs et les participants, qu’ils soient professionnels ou amateurs, y présentaient leurs meilleurs clichés.
C’était petit mais gratuit et les photos étaient très belles. J’ai pu parler un peu avec les photographes présents. Ils expliquaient comment ils réalisaient leurs photos, dans quelles conditions et avec quel matos. Certains ont déclaré qu’ils attendaient parfois longtemps avant de capturer le bon cliché pour se laisser le temps d’admirer le sujet, l’analyser et d’imaginer le résultat. Chose que moi je ne fais jamais xD ! Le temps est tellement court et précieux, mais je devrais essayer un jour.

Mon étudiante m’a aussi expliqué comment elle avait réalisé ses clichés, les conditions et le matos, en ajoutant que ça n’avait pas été évident. Mais le résultat était concluant alors ça en valait la peine !

Une source d’inspiration pour mes prochaines photos. D’ailleurs, j’aimerais bien y participer l’année prochaine. Mais l’inscription coûte chère 😿.

4th Facebook Group Exhibition 2018 (第4回花の写真FBグループ展)
Lieu : Daikan Yama Hillside Terrace Exhibition Room (代官山ヒルサイドテラス エキシビションルーム)
Adresse : Hillside Terrace Builging F, 18-8 Sarugaku-cho, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区猿楽町18−8ヒルサイドテラスF棟)
Accès : Daikan-yama Station (Toyoko Line) sortie centrale

On a profité de la pause déjeuner pour aller manger près de l’exposition. C’est un café où je suis déjà passée une fois. Pourquoi ? Parce qu’ils y font une glace dans un morceau de croissant ! Mais cette fois aussi au moment de commander notre dessert, les stocks étaient épuisés… Bon, une prochaine fois… Nous avons mangé de la pizza accompagnée de salade et de boisson rafraîchissante et terminé par une glace.

J’aime bien le décor et l’ambiance dans ce café. Il se trouve à TENOHA Daikan-yama, un espace extérieur avec une terrasse commune et de la végétation partagés par différentes enseignes. Un endroit tranquille avec une ambiance détendue, une atmosphère d’été. On s’y sent vraiment bien !

Bondolfi Boncaffé
Adresse : TENOHA Daikan-yama, 20-23 Daikan-yama-cho, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区代官山町20番23号TENOHA代官山)
Accès : Daikan-yama Station (Toyoko Line) sortie centrale
Site internet : http://www.bondolfi-boncaffe.jp

Maintenant que l’été est là et s’apprête à être très chaud et humide, je risque de souvent squatter ce genre d’endroit !


♫ Un article = Une chanson ► Panic! At The Disco – High Hopes

1

► The Other Side : La vie des étudiants en France et au Japon

Toujours pour le blog d’エコールサンパ, je parle de la vie des étudiants en France et les différences avec le Japon.

Quelle université rejoindre ? Plusieurs critères m’ont aidée à choisir la faculté : la localisation, les matières et mes compétences. Quand j’ai reçu mon diplôme du baccalauréat, j’ai cherché des facultés pour étudier la chimie et par la suite travailler dans le domaine des cosmétiques et de la pharmacie. J’ai trouvé trois facultés : à Nantes, à Caen et à Tours. Comme Nantes et Tours étaient loin de Cherbourg (ma ville natale) j’ai préféré aller étudier à Caen.

Après le lycée, j’ai donc étudié pendant trois ans à l’université, plus précisément à l’IUT (Institut Universitaire de Technologie). Je pouvais continuer les études deux ans de plus pour obtenir un master, mais je préférais travailler le plus tôt possible et je n’aimais pas étudier. (笑)

En dehors de mes études, j’ai pratiqué le tennis pendant quinze ans, de l’école primaire jusqu’à la fin du lycée. J’ai malheureusement dû arrêter quand j’ai déménagé pour aller à l’université.
Quand on est jeune, on a beaucoup d’énergie à dépenser ! Et même pour un enfant, c’est nécessaire de relâcher la pression des études et de se détendre en faisant une activité ! C’est pour ça que mes parents m’ont incitée à faire une activité. J’ai donc choisi le tennis. J’en faisais une fois par semaine, parfois deux fois par semaine.
Quand j’étais à l’école primaire, j’ai aussi fait de la danse moderne. Au collège, j’ai rejoint l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire), la fédération nationale du sport scolaire qui permet aux collégiens et lycéens de pratiquer un sport et de participer à des compétitions sportives. J’ai pratiqué du handball et de la natation le mercredi après-midi. J’ai aussi eu l’opportunité d’essayer l’escalade et l’aviron.
Au lycée et à l’université, je me suis tournée plutôt vers les activités artistiques et intellectuelles. A cette période, je lisais beaucoup de manga, donc j’ai commencé à dessiner. J’écoutais beaucoup de musique asiatique aussi donc j’ai participé à la rédaction d’articles sur des sites d’actualités musicales et j’ai créé un blog pour écrire des critiques de CDs et des revues de concerts, en français et parfois en anglais. Je prenais aussi des photos pendant les concerts et je faisais de la traduction (du japonais ou anglais au français et du français à l’anglais).

J’ai fait beaucoup de choses pour le fun mais je n’ai jamais fait de formation ou de stage pour obtenir une certification pour un bon travail. Souvent, c’était à cause du manque de temps et d’argent. Par exemple, j’aurais aimé faire une formation dans la photographie mais ça coûtait très cher !

Au Japon, la majorité des étudiants commencent à visiter des dizaines d’entreprises pour passer des examens ou des entretiens et avant la fin de leurs études, ils ont déjà un job. Ils finissent leurs études en mars de la quatrième année et dès le mois d’avril, ils commencent à travailler à temps plein. Pour trouver un bon emploi, certains font des activités en tant que bénévole ou obtiennent diverses certifications.
Mais en Europe, c’est très différent ! Et je pense que j’aurais aimé avoir un système qui ressemble à celui du Japon ! L’université ne nous guide pas du tout pour chercher un travail. Il n’y a pas de séminaires non plus. Mais pendant la dernière année d’études, un stage dans une entreprise est souvent obligatoire. Donc la seule opportunité de trouver un travail avant la fin des études est grâce à l’entreprise dans laquelle on fait un stage. Si l’entreprise est satisfaite de notre travail et qu’elle a besoin d’un nouvel employé, elle peut proposer un contrat de travail à la fin du stage. J’ai eu la chance d’avoir cette opportunité ! Pendant ma troisième année de licence professionnelle, j’ai effectué un stage en alternance dans une entreprise qui m’a embauchée une fois que j’avais obtenu mon diplôme.

Malheureusement, six mois plus tard, le contrat n’a pas été renouvelé. Je me suis donc inscrite chez Pôle Emploi pour recevoir l’allocation chômage et des annonces pour du travail. Pendant six mois j’ai été au chômage. J’ai effectué plusieurs courtes missions d’Intérim avant de trouver une entreprise et d’y décrocher un CDI.

Il y a des personnes qui sont au chômage pendant très longtemps et qui parfois ne font même pas le travail correspondant à leurs études parce qu’elles ne trouvent pas d’entreprise. Même si on a un bon diplôme et des certifications en plus, ça ne nous aide pas plus pour avoir un travail en général. Ce que les entreprises demandent, c’est l’expérience professionnelle. C’est parfois même plus important que le diplôme !

On m’a dit que certains étudiants japonais ressentent le manque de culture après avoir fini leurs études. En Europe, le système scolaire et d’apprentissage est très différent du Japon. Il nous permet d’avoir cet apport culturel, d’imaginer, de réfléchir et de développer un esprit critique. En effet, de l’école primaire jusqu’à l’université, les jeunes français doivent écrire des exposés et des rapports de stage. Ils doivent apprendre à chercher seul des informations, à rédiger avec l’aide de leurs connaissances et de leurs ressources et enfin à présenter leur travail en parlant devant un public. Ce n’est pas un travail que beaucoup d’élèves apprécient je pense mais plus tard on réalise que c’est utile ! Ça nous permet de nous ouvrir à beaucoup de choses et de développer des compétences dans l’écriture et la communication.
Je détestais faire des exposés quand j’étais à l’école parce que j’étais très timide. J’avais très peur de parler devant des gens. Mais j’ai compris que c’était utile pour moi. Maintenant, je suis capable de parler en public sans stresser. La preuve est que je suis devenue professeur et grâce à l’échange avec mes étudiants je peux continuer à m’enrichir culturellement.
Les conseils que je veux donner aux Japonais sont : soyez ouvert d’esprit et si un sujet vous intéresse, cherchez par vous-même des informations plus précises ou lisez des articles sur ce sujet. Aujourd’hui avec Internet, c’est facile de s’informer et de rencontrer des personnes pour échanger sur la culture. Partagez les choses que vous aimez, dites pourquoi vous les aimez et incitez les gens autour de vous à s’y intéresser.
Ça peut aller de la photo Instagram d’une spécialité locale ou d’un lieu qui vous a marqué à l’article de blog où vous racontez un récit de voyage ou écrivez la critique du dernier film que vous avez vu par exemple.
Ouvrez-vous au monde et le monde s’ouvrira à vous !


♫ Un article = Une chanson ► The Greatest Showman – The Other Side