1

▶ Doll : Hina Matsuri (ひな祭り)

Le 3 mars, c’est Hina Matsuri (雛祭り, ひな祭り), soit littéralement la fête des poupées ! Vous avez aperçu récemment par hasard des poupées japonaises aux alentours des temples, dans les devantures de certaines boutiques, les écoles ou bien chez vos amis japonais ? C’est normal, c’est pour célébrer cette fête, destinée en particulier aux petites filles. Il s’agit de leur souhaiter une bonne croissance, le bonheur et la santé. Cette fête remonte à l’époque Heian (平安時代).

Quelques jours avant et pendant Hina Matsuri, appelé aussi Momo no sekku (桃の節句, fête de la pêche) des poupées traditionnelles japonaises sont exposées pour protéger des mauvais esprits et de la malchance. Cette fête est célébrée dans la plupart des foyers, qu’il y ait une fille mariée ou non, mais aussi dans les écoles maternelles où les enfants sont pris en photos autour des poupées. Les enseignants préparent pour chaque classe et le personnel du zenzai (ぜんざい), offrent des hina arare (ひなあられ) et pour le déjeuner le chirashi sushi (ちらし寿司) est choisi comme menu du jour !

Les poupées de la cour impériale

Les poupées Hina (ひな人形) sont posées sur des petites estrades à plusieurs niveaux. Ces poupées spéciales, appelées katashiro (形代), qui se transmettent parfois de génération en génération, sont rangées dans un carton tout le reste de l’année. Elles représentent des personnages de la cour impériale de l’ère Heian. On retrouve :
– l’Empereur (お内裏さま, O-Dairi-sama)
– l’Impératrice (お雛さま, O-Hina-sama)
– les trois domestiques, trois dames de cour (三人官女, san-nin kanjo)
– les cinq musiciens (五人囃子, go-nin bayashi) dont un chanteur

L’escalier sur lequel sont disposées les poupées est appelé hina kazari (雛飾り), il est recouvert d’un tapis rouge. Sur le niveau le plus haut, on retrouve l’Empereur à gauche et l’Impératrice à droite ; un paravent doré fait souvent office d’arrière-plan. Sur le deuxième niveau sont disposées les trois dames de cour portant des flacons de saké. Les cinq musiciens se tiennent sur la troisième marche.

Divers petits objets de décorations accompagnent ces poupées comme par exemple :
– deux lampes japonaises en papier (雪洞, bonbori) aux côtés de l’Empereur et de l’Impératrice
– du hishimochi (菱餅, petits mochi tricolores en forme de losange)
– des fleurs de pêchers (桃の花)

Il arrive de trouver d’autres personnages secondaires sur d’autres niveaux inférieurs. La quatrième étagère inclut souvent deux ministres (大臣, daijin) : le ministre de gauche (左大臣, sadaijin) représenté par une personne âgée (年配者, nenpaisha) et placé à droite, et le ministre de droite (右大臣, udaijin) représenté par une jeune personne (若者, wakamono) et placé à gauche. La cinquième est pour les serviteurs (従者, jusha) ou les gardes (衛士, eji).

Le hishi mochi (菱餅), douceur et symbole du Hina Matsuri

Bien sûr comme chaque fête qui se respecte, il y a des spécialités à boire et à manger ! Pâtisserie japonaise en forme de losange, on le retrouve parmi les décorations qui accompagnent les poupées, le hishi mochi est l’aliment de référence du festival !

Sa forme, adoptée ainsi depuis l’ère Edo, ferait référence à la fertilité. Il est généralement formé de trois couches de mochi colorés qui sont de haut en bas :

  • le rose, couleur représentant celle des fleurs de pêchers, pour honorer les ancêtres et être en bonne santé
  • le blanc, couleur associée à la neige et ses effets purifiants
  • le vert, couleur rappelant celle de la plante armoise (ハハコグサ) et ses bienfaits pour le sang

Selon la région, le rose peut être remplacé par du jaune, ou encore avoir 2, 5 ou 7 couches à la place. L’ordre des couleurs peut aussi différer. Dans le Kansai par exemple, le hishi mochi se présente sous 5 couches avec du rouge et du jaune en plus des trois autres couleurs principales.

Le hishi mochi est vendu dans les supermarchés et chez la plupart des fabricants de pâtisseries et confiseries traditionnelles japonaises.

Les autres spécialités du Hina Matsuri

Pour accompagner le hishi mochi, on boit traditionnellement du amazake (甘酒) ou du shirozake (白酒), boissons peu ou pas alcoolisées à base de riz, et on mange des hina arare (ひなあられ, biscuits à base de riz) et du chirashi sushi (ちらし寿司 bol de riz assaisonné devinaigre de riz sur lequel sont déposées des garnitures froides comme du sashimi de saumon, de thon, des tamagoyaki, du kamaboko, du concombre…).

Dans les supermarchés, à l’approche de l’événement, on peut trouver d’autres douceurs. Il y a par exemple les hina matsuri manju (ひなまつり饅頭), les manjus étant de petits gâteaux ronds et blancs, préparés avec de la pâte de haricots rouges enveloppée d’une pâte à base de farine, d’eau, de sucre et de fécule et cuits à la vapeur. Si les manjus classiques sont blancs, les hina matsuri manju se présentent sous trois couleurs différentes, soit celles du hishi mochi, rose, blanc et vert.

C’est aussi l’occasion de manger du zenzai (善哉) pour le dessert ! Dessert japonais traditionnel consistant en une soupe sucrée de haricots rouges azuki et de shiratama (白玉, boulettes de mochi faits de farine de riz et cuits dans de l’eau bouillante), il est souvent consommé en automne et en hiver. Malgré son goût très fort en sucre, cet en-cas, en plus de réchauffer pendant les journées hivernales, éloignerait les maladies et les mauvais esprits. Il peut être vendu en sachet ou en canette (servie chaude).

Les festivités prennent fin le soir-même. Selon la croyance traditionnelle, il faut ranger les poupées le soir du 3 mars, sans quoi la fille de la maison ne pourra pas se marier pendant un an.


♫ Un article = Une chanson ► SCANDAL – DOLL

1

▶ Just One Yesterday : Kimi no Nikki (février 2021)

Il fait encore bien froid en février. Et pas toujours très beau. La moindre journée ensoleillée et douce est l’occasion parfaite pour se promener ou faire du jogging près de la rivière. On pense à l’arrivée du printemps que l’on fête pendant Setsubun, à la maison ou à l’école. Entre Setsubun au Japon et la Chandeleur en France, février est un mois où on a souvent l’occasion de manger ! Après ça, c’est la Saint-Valentin qui régale avec ses chocolats !

Vers la fin du mois, les fleurs de pruniers (梅の花) fleurissent dans les parcs et jardins ainsi que les premières fleurs de cerisiers, du moins celles qui fleurissent plutôt vers la fin de l’hiver comme les kawazu sakura (河津桜). Le spectacle est toujours aussi grandiose et on l’immortalise en prenant des photos.

※ Les articles à consulter ce mois 📔

• イベント・Évenements •

💝 La Saint-Valentin (バレンタインデー) 💝

• 飲食・Manger & Boire •

🍜 Ramen Tsukemen no Hifumi (ラーメン・つけ麺のひふみ) 🍜

• 文化&伝統・Culture & Traditions •

👹 Setsubun (節分) 👹

• 料理・Cuisine •

🧁 Muffins aux raisins blonds (ゴールデンレーズンマッフィン) 🧁

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• 自分の幸せはずっと手の中にある・Notre bonheur est toujours entre nos mains •

Ce n’était pas mon meilleur mois et je commence à me dire que 2021 ne sera pas très chouette. Le passé ainsi que ses moments de bonheur, la vie simple et tranquille avant l’arrivé du Coronavirus sont loin derrière nous. Et même si on serait prêt à échanger plusieurs lendemains pour revivre une seule belle journée du passé, il faut se contenter des souvenirs et aller de l’avant.

Comment tenir dans cette ambiance qui regorge de négatif ? Aller puiser le positif là où on peut le trouver : dans les activités qu’on aime, en faisant les choses qu’on aime comme cuisiner, écouter de la musique ou regarder des films… Prendre conscience des émotions qu’on ressent et se dire que notre bonheur est finalement entre nos mains et qu’il est toujours avec nous.

Pour garder le moral, je suis allée découvrir Super Nintendo World à Universal Studios Japan où j’ai retrouvé mes 5 ans et me suis amusée comme une enfant. J’ai joué et mangé du Super Mario, allant jusqu’à tester les éditions limitées du 7 eleven. J’ai cuisiné de bons petits plats et desserts, j’ai multiplié les cours de tennis en y allant quasiment deux fois par semaine.

Ce sont de petites choses simples qui permettent de me faire ressentir un peu de bonheur lorsque que je profite du moment présent. Sourire à la vie quand on est de bonne humeur, ne pas hésiter à dire « la vie est belle » lorsqu’on se sent heureux(se). Nous pouvons toujours nous épanouir et grandir. Alors, il faut continuer d’avancer !


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Just One Yesterday ft. Foxes

2

▶ Kimi no Reshipi #11 : Muffins aux raisins blonds (ゴールデンレーズンマッフィン)

Février est plutôt un mois de fêtes durant lesquelles on fait que manger ! Entre Setsubun au Japon, où on souhaite le bonheur et la fortune en mangeant des graines de haricots et des ehomaki (恵方巻), et la Chandeleur en France, durant laquelle on cuisine et déguste des crêpes salées et sucrées, on se fait plaisir ! Après quoi, c’est la Saint-Valentin qui régale avec ses chocolats ! Toute cette bonne nourriture donne l’envie de cuisiner davantage de bonnes choses !
2月は、たくさんイベントで食べる月!日本では、節分に豆や恵方巻を食ますが、フランスでは、「Chandeleur」(シャンドルール)で、しょっぱくて甘いクレープを作って食べる!そして、世界中に祝うバレンタインデーでチョコレートを贈って食べる!美味しいものを食べさせていただいたら、もっと料理作りたくなってきた!

Dans cette recette, Kimi a décidé de faire ses premiers muffins ! Mais quel genre de muffins ? Pas des muffins au chocolat, mais plutôt des muffins aux raisons secs !
今回のレシピでは、マッフィンを作ってみよう!でも、どんなマフィンかな?チョコレートじゃなくて、レーズンを入れよう!

Les raisins secs sont des raisins séchés au soleil ou de manière artificielle. Ce fruit se mange directement ou peut-être utilisé non seulement dans le pain et les sucreries, mais également dans divers plats. Ils sont divisés en plusieurs types selon le raisin d’origine : raisins verts, noirs ou encore raisins blonds.
レーズンは、天日により、もしくは熱風などの人工的手法で乾燥させたブドウの果実である。ドライフルーツの一種で、直接喫食されるほか、パンや菓子だけでなく様々な料理に用いられる。レーズンは、原料のブドウによっていくつかの種類に分けられる。緑、黒、または「ゴールデンレーズン」などがある。

Ayant reçu des raisins blonds de France, ce sont ces derniers que Kimi a choisi d’inclure dans ses muffins. Moelleux et doux, à l’heure du thé c’est un très bon petit en-cas !
フランスの友達にもらったゴールデンレーズンを使って、ゴールデンレーズンマッフィンを作った。ふわふわ、ソフトで、お茶と一緒に食べたら、とても美味しいよ!

• Budget (予算) : ~700 ¥
• Temps de préparation (調理時間) : ~30 min (~30分)
• Difficulté (難しさ) : facile (簡単)

Ingrédients (材料)

/!\ Pour 28 muffins (マッフィン28個分) /!\

• Raisins blonds (ゴールデンレーズン) : 125 g
• Farine (小麦粉) : 150 g
• Fleur de maïs (コーンスターチ) : 150 g
• Levure (ベーキングパウダー) : 1/2 sachet (1/2袋) environ 5,5 g
• Sucre (白砂糖) : 50 g
• Beurre (バター) : 60 g
• Œufs (卵) : 2 unités (2個)
• Lait de soja (豆乳) : 200 ml
• Sucre vanillé (バニラシュガー) : 1 sachet (1袋)

Préparation (作り方)

① Préchauffer le four à 180 degrés.
180℃のオーブンを予熱します。

② Mélanger la farine, la fleur de maïs et la levure puis ajouter le sucre et les raisins blonds.
小麦粉、コーンスターチ、ベーキングパウダーを混ぜ、砂糖とゴールデンレーズンを加えます。

③ Fouetter les œufs, le sucre vanillé et le lait dans un grand bol. Incorporer le beurre fondu.
大きなボウルに卵、バニラシュガー、豆乳を入れてよく混ぜた後溶かしたバターを入れて混ぜ合わせます。

④ Ajouter le mélange de l’étape ② à celui de l’étape ③ en laissant des grumeaux.
混合②は、混合③に加えます。塊は少しあったままでも大丈夫です。

⑤ Remplir au 2/3 des moules recouverts de papier aluminium et enfourner pendant 20 minutes à 180 degrés.
アルミホイール紙を敷いた型に2/3いっぱい入れ、180℃のオーブンで20分焼きます。

⑥ Servir 5 minutes après la sortie du four. Si vous décidez de manger les muffins le lendemain, conserver à température ambiante dans du papier d’aluminium. Si les muffins sont un peu durs et secs, les réchauffer 10 secondes au micro-ondes.
オーブンから取り出して、5分がすぎたら、盛ります。 次の日マフィンを食べることにした場合は、室温でホイルに入れておいてください。 マフィンが少し固くて、乾燥している場合は、電子レンジ(600W)で10秒加熱します。

Bon appétit !
食事を楽しみましょう!

Valeurs nutritives (栄養素)

Pour un muffin (マッフィン1個当たり)

• Energie (エネルギ) : 82 kcal
• Protéines (タンパク質) : 1,2 g
• Lipides (脂質) : 2 g
• Glucides (炭水化物) : 14,4 g
• Sucres (糖質) : 5,4 g
• Fibres alimentaires (食物繊維) : 0,2 g
• Sodium (ナトリウム) : < 1 mg
• Sel (食塩相当量) : < 0,1 g

Vocabulaire (単語)

オーブン = four
予熱する = préchauffer
混ぜる = mélanger
加える = ajouter
ボウル = bol
溶かす = fondre
入れる = ajouter, intégrer, incorporer
合わせる = combiner, unir, mélanger
アルミホイール紙 = papier aluminium
型 = moule
焼く = cuire, griller, rôtir
過ぎる = passer, s’écouler (temps)
盛る = servir (nourriture)
室温 = température ambiante
電子レンジ = four à micro-ondes
熱する = chauffer


Cette recette vous a plu ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Sommaire des recettes | Plus de vocabulaire

2

▶ Irresistible : Les ramen inédits de Hifumi

Encore un ramen ! Parce que ce plat typique réchauffe le cœur, qu’il en existe une infinité de types selon les régions du Japon, et que les restaurants locaux ou les chaines se trouvent à tous les coins de rues. Et puis, ça reste un plat à petit budget, moins cher et meilleur qu’un McDo !

D’autant plus que celui que nous allons vous présenter dans cet article est un petit ramen de quartier qui se démarque des chaines habituelles de la région. Au lieu d’y trouver les ramen classiques et assez banals, le menu propose des ramen atypiques avec des spécialités inédites qu’on ne trouvera pas ailleurs !

Par l’envie de manger un tsukemen (つけ麺, littéralement nouilles trempées soit des nouilles servis séparément du bouillon et consommées une fois trempées dedans), nous avons trouvé Hifumi (ひふみ), situé à la sortie de la station Gotenyama (御殿山) sur la ligne Keihan, à Hirakata (枚方市).

Ramen Tsukemen no Hifumi (ラーメン・つけ麺のひふみ)
Adresse : 1-18-17 Nagisanishi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市渚西1丁目18-17)
Accès : Gotenyama Station (Keihan Line)
Instagram : @ramenhifumi

Petit mais accueillant et convivial, comme dans la plupart des restau de ramen, on mange au comptoir. Les clients viennent manger et repartent aussitôt. Le personnel vous accueille chaleureusement et vous laisse choisir votre place librement avant de vous servir un verre d’eau accompagné du menu (disponible en japonais uniquement).

Hifumi propose deux types de bouillon pour accompagner ses ramen : bouillon classique, soit sauce soja et salé (清湯スープ) et bouillon au blanc de poulet (鶏白湯スープ). Le prix des bols varie de 750 ¥ à 1 000 ¥ et on peut y ajouter d’autres garnitures : fromage, chashu (チャーシュー), menma (メンマ), œuf… Pour les gros gourmands il y a des menus incluant en plus du riz, du kimchi, ou encore un chashudon (チャーシュー丼), des gyoza (餃子), du karaage (唐揚げ) pour un supplément allant de 150 à 350 ¥. Il est aussi possible de commander ces suppléments à la carte.

Il s’agit d’un des rares restaurants de ramen d’Hirakata à proposer le tsukemen. Et comme dit plus haut, il y a d’autres choses inédites qui sont le ramen au yuzu et sauce soja (柚子醤油, le yuzu étant un agrume ressemblant au citron), et le ramen poulet carbonara (鶏ボナーラ) !

Le délicieux et rare Tantan Tsukemen (坦々つけ麺)

Pour notre première visite, on a donc opté pour le Tantan Tsukemen (坦々つけ麺) fait à base du bouillon de blanc de poulet (鶏白湯スープ). 900 ¥ le bol moyen (並盛), 1 000 ¥ le gros bol (大盛), temps de préparation, 10 minutes. Le bouillon avec les morceaux de poulet est bien concentré et un peu épicé. Les nouilles sont bien fraîches et accompagnées d’oignons, d’une tranche de porc chashu et d’un demi-œuf dur.

Pour plus de détails, nous vous invitons à regarder la vidéo de
Kimi no Terebi (キミのテレビ) ci-dessous !

Le ramen phare « Tori-Bonara » (鶏ボナーラ)

Tori-Bonara (鶏ボナーラ) ; du poulet et de la carbonara dans un bol de ramen ! Hifumi y a pensé ! Ce plat a attisé notre curiosité lors de notre premier passage et étant la principale recommandation (おすすめ) et spécialité (名物) de la maison, il a fait l’objet d’une seconde visite dans le restaurant !

Le mélange du bouillon au blanc de poulet avec la sauce crémeuse à la carbonara forment la soupe légèrement sucrée mais dont le goût est accentué par le poivre noir. Y plonger des nouilles épaisses et tendres avec un œuf. Remplacer le chashu par des lardons et des tranches de bacon. On obtient ainsi un bol bien présenté, peu volumineux d’apparence mais la portion reste correcte. Servi bien chaud, on savoure chaque bouchée de ce plat incroyablement et étrangement bon. Avec la grosse cuillère en bois, les plus gourmands terminent la soupe jusqu’à la dernière goutte ! Pour ceux qui pensent que le volume ne sera pas suffisant, ils peuvent toujours opter pour les différents menus proposés. Kimi la gourmande a choisi d’accompagner son bol de ramen accompagné de 3 morceaux de karaage et d’un peu de riz pour un total de 1 100 ¥. C’est un bonheur !

Bon rapport qualité prix, un menu qui garantie de bonnes spécialités, voilà un restau de quartier qu’il est bon d’enregistrer dans la liste des favoris !


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Irresistible ft. Demi Lovato

3

▶ Gimme chocolate : La Saint-Valentin au Japon (バレンタインデー)

Comme quasiment partout dans le monde, on fête aussi la Saint-Valentin (バレンタインデー) au Japon. Tout aussi commerciale, les chocolatiers et parfois les fleuristes profitent de ce jour pour mettre en vente leurs meilleurs chocolats et leurs plus beaux bouquets de fleurs, décorés à l’effigie de cet événement.

Au Japon, on s’offre donc des chocolats le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, ceux-ci ayant une valeur dépendante du sexe de l’expéditeur et du statut social du destinataire. Kimi no BLUE TRAVEL vous explique tout !

Une histoire de chocolat (チョコレートの物語) 💝

La Saint-Valentin est introduite au pays du soleil levant par des fabricants de chocolat, entre 1936 et 1960. Elle devient une fête commerciale où uniquement les femmes offrent des chocolats aux hommes, le 14 février de chaque année.

Les chocolats donnés par les femmes le jour de la Saint-Valentin sont destinés aux hommes pour lesquels elles ont des sentiments, à savoir leur mari, leur petit ami ou leur futur petit ami. Mais pas que ! On compte aussi dans les destinataires tous les autres hommes qui les entourent : famille, amis, collègues, supérieur hiérarchique…

Selon la relation entretenue ou le degré d’attachement avec le destinataire, les chocolats ont plus ou moins de valeur. Ainsi on distingue plusieurs types de chocolats dépendant de ce degré de valeur :

  • les chocolats du favori (本命チョコ, honmei choco) : offerts au bien-aimé, ils démontrent une grande valeur sentimentale et sont considérés comme une véritable marque d’amour en plus d’être des chocolats très chers mais de haute qualité. Ils ont parfois la forme d’un cœur et sont emballés dans de très belles boites. Certaines femmes fabriqueront également leurs chocolats elles-mêmes.

  • les chocolats d’obligation (義理チョコ, giri choco) : offerts au supérieur hiérarchique et aux collègues de travail importants, ils sont considérés comme une marque de politesse. Ce sont des chocolats classiques et peu couteux.
  • les chocolats d’ultra-obligation (超義理チョコ, chō-giri choco) : offerts aux hommes ayant peu d’estime ou les collègues de travail les moins populaires. Ils sont encore moins couteux que les chocolats d’obligation (義理チョコ, giri choco) et il arrive qu’ils soient offerts dans dans un petit sachet plastique.

  • les chocolats de l’amitié (友チョコ, tomo choco) : offerts aux amis et amies également, ils représentent une marque d’affection. Cette tendance est généralement répandue chez les collégiennes et les lycéennes. Ce sont des chocolats aux formes mignonnes, représentant parfois des personnages ou des animaux. Ils peuvent être remplacés par des confiseries et petites pâtisseries.
  • les chocolats du papa (パパチョコ, papa choco) : offerts par les jeunes filles à leur père.
  • les chocolats de la gratitude (世話チョコ, sewa choco) : offerts aux personnes auxquelles on souhaite exprimer sa gratitude.
  • les chocolats pour soi (自分チョコ, jibun choco) : pour les personnes qui décident de s’offrir leurs propres chocolats.

Ce qui fait beaucoup de chocolats pour beaucoup de personnes, surtout si on vit ou travaille dans un milieu en majorité masculin. Certains chocolats montrent une belle marque d’amour ou d’affection (quand on sait à quel point les Japonais ont souvent du mal à exprimer leurs sentiments), d’autres laissent plutôt croire que oui, offrir des chocolats alors qu’on n’éprouve rien de particulier, c’est embêtant mais on doit le faire quand-même ! Tout dans l’apparence pour se donner une bonne image…

Dans un second temps, les hommes qui ont reçu des chocolats le 14 février vont avoir l’opportunité d’offrir aux femmes un cadeau en retour, avec la création du White Day (ホワイトデー, howaito dee), célébré le 14 mars. En guise de présent, les femmes reçoivent du chocolat blanc, des bijoux ou de la lingerie de couleur blanche. La valeur de ces cadeaux peut être trois fois supérieure à celle des chocolats de ces dames. L’absence de cadeau en retour doit être considérée comme le signe d’un amour unilatéral.

Enfin, s’ajoute un dernier type de chocolats, offert par les hommes ! Quelques-uns d’entre eux offrent ce qu’on appelle les « chocolats inversés » (逆チョコ, gyaku choco), le nom faisant référence au fait que ces chocolats sont offerts aux femmes le jour de la Saint-Valentin. Cette tendance montre la volonté des Japonais à célébrer la Saint-Valentin de manière plus occidentale, mais surtout témoigne de la gratitude et de la sympathie envers les femmes qui jusque-là se devaient d’attendre le White Day pour obtenir un retour. Ces chocolats sont reconnaissables à leur emballage dont l’impression est volontairement retournée.

La Saint-Ramen-Valentin (バレンタイン・ラーメン・デー) 🍜 🍫

Envie de fêter la Saint-Valentin autrement ? Célibataire ou en couple, que vous souhaitiez oublier cette journée et ne pas déprimer ou bien vous offrir un dîner « romantique » bon marché, pourquoi ne pas fêter la Saint-Valentin en allant manger… un ramen… au chocolat ? Oui, au Japon, c’est possible !

Pour célébrer la fête des amoureux qui a pour tradition au Japon d’offrir du chocolat, la chaîne de ramen Kourakuen (幸楽苑) a décidé de mettre la dose de chocolat dans un bol de ramen ! Est-ce que le gout doux et sucré du chocolat se marie bien avec celui d’un shoyu ramen (しょうゆラーメン, ramen à la sauce soja) ? Kimi a eu envie de savoir !

La réponse est… oui pourquoi pas ! Les Japonais sont connus pour mélanger des ingrédients salés et sucrés ensemble pour créer quelque chose de vraiment étrange ! Un ramen au chocolat, c’est donc… étrangement bon. Loin d’être un pur délice mais c’est mangeable.
L’huile de cacao dans le bouillon n’est pas trop forte en gout comparé à l’odeur qui se dégage une fois votre bol servi. Cela évite d’être trop vite écœuré. La petite tablette de chocolat au lait apporte le petit gout en chocolat mais sans dominer celui du bouillon. Cependant, chez Kourakuen, la texture des nouilles est un peu ferme. Le bol coûte 640 ¥. Et au cas où la dose ne suffirait pas, le service vous offre un petit chocolat en cadeau !

Le ramen au chocolat (チョコレートラーメン) ainsi que le ramen au chocolat blanc (ホワイトチョコレートラーメン) sont proposés tous les ans en édition limitée du 1er au 14 février. Ceci dit, le concept ne date pas d’hier et le succès étant généralement au rendez-vous, Kourakuen renouvelle chaque année ce fameux ramen au chocolat. D’autres chaines proposent un menu spécial avec ramen au chocolat blanc ou encore tsukemen au chocolat.

Si vous l’avez loupé cette fois, surveillez donc le menu de Kourakuen et rendez-vous au restau près de chez vous l’année prochaine ! Bien entendu, vous pouvez également y aller à tout moment pour déguster tous les types de ramen (shoyu, miso, shio), tsukemen (つけ麺), tantanmen (担々麺)… Le menu est disponible en anglais, il y a de l’espace et le service est correct.

Kourakuen Dogenzaka (幸楽苑ラーメン道玄坂店)
Adresse : 2-16-6 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区道玄坂2丁目16-6)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Keio Inokashira Line, Tokyu Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Ginza Line) sortie 1
Site internet : http://www.kourakuen.co.jp/

Au Japon, pour la Saint-Valentin, on voit la vie surtout en chocolat !


Célébrez-vous la Saint-Valentin à la japonaise ?
Avez-vous déjà testé les ramen au chocolat ?


♫ Un article = Une chanson ► BABYMETAL – Gimme chocolate!!