1

► キミ先生のフランス語⓵ | Kimi Sensei’s French Lesson #1

Kimi no Furansugo

 最初の言葉First words / Premiers mots

皆さん、こんにちは!お元気ですか。初めに、紹介します!
Hello everyone! How are you? First of all, I’m going to introduce myself!
Bonjour à tous ! Vous allez bien ? Pour commencer cette leçon, je me présente !

(439)

Bonjour ! Enchantée ! Je m’appelle Kimi.
J’habite à Tokyo.
Je suis française.
Je parle français, anglais et un peu japonais.
Et vous ?

こちらの言葉は何ですか?私は説明します!
What are these words? I’m going to explain to you!
Ces mots, qu’est-ce que c’est ? Je vous explique !

Bonjour = こんにちは / Hello
Enchanté(e) = 初めまして / Nice to meet you
Je m’appelle Kimi = 私の名前はキミです。/ My name is Kimi.
J’habite à Tokyo. = 私は東京に住んでいます。/ I’m living in Tokyo.
Je suis française. = 私はフランス人です。/ I’m French.
Je parle français, anglais et un peu japonais. = 私はフランス語と英語を話します。日本語も少し話せます。/ I speak French, English, and a little Japanese.
Et vous ? = あなたは? / And you?

これから、この人は紹介します。読んでください!
Now, this guy is going to introduce himself! Please read!
Maintenant, cette personne va aussi se présenter ! Lisez !

Bonjour ! Enchanté ! Je m’appelle Yonghwa.
J’habite à Séoul.
Je suis coréen.
Je parle coréen, japonais et anglais.

わかりますか。じゃ、皆さん、ご紹介してください。コメントページで書くことができますよ!
Do you understand? So, everyone, please introduce yourself! You can write on the comment page!
Vous comprenez ? Alors, tout le monde, présentez-vous ! Vous pouvez écrire dans les commentaires !

単語 / Vocabulary / Vocabulaire

挨拶 / Greetings / Les Salutations
Bonjour = こんにちは / Hello, Good morning
Bonsoir = こんばんは / Good evening
Bonne nuit = おやすみなさい / Good night
Ça va ?, Vous allez bien ? = お元気ですか。/ How are you?
Ça va. = げんきです。/ I’m fine.
Merci. = ありがとう / Thank you.
Et vous ? = あなたは? / And you?
Au revoir ! = さよなら / Goodbye!
A bientôt = またね。/ See you soon!
français (langue) = フランス語 / French
japonais (langue) = 日本語 / Japanese
coréen (langue) = 韓国語 / Korean
anglais (langue) = 英語 / English
français(e) (personne) = フランス人 / French
japonais(e) (personne) = 日本人 / Japanese
coréen(ne) (personne) = 韓国人 / Korean

大切な言葉 / Important words / Les mots importants
Qu’est-ce que c’est ? = これは何ですか。/ What’s this?
Lisez = 読んでください / Read please
Ecrivez = 書いてください / Write please
Vous comprenez ? = わかりますか / Do you understand?


もし、何か分からない言葉や質問があれば、聞いてください。皆様にこの授業が良かったら、献金してもいいですよ。献金だと、もう良い授業になることができます。宜しくお願い申し上げます^_^。

If you have any question and request, feel free to ask! If these lessons are useful for you, you can donate a little amount to help me giving good lessons. Thank you very much ^_^.

Donate Button with Credit Cards
Homepage / ホームページ

Publicités
1

► Apprenez le japonais avec Kimi #3 : Pronoms personnels (人称代名詞) et comment s’adresser aux gens

Quels mots emploierez-vous si vous deviez vous adresser à un japonais que vous rencontrez pour la première fois ? Un ami japonais ? Un supérieur hiérarchique ? Un commerçant ? De la même manière, comment parleriez-vous de vous si vous deviez vous présenter lors d’un rendez-vous ? D’une conférence ?

Les japonais sont très pointilleux sur les bonnes manières et la politesse. Il est donc important d’utiliser le langage approprié avec chaque personne selon son statut ou selon la relation que vous partagez avec elle et avec le nom correct. Si vous parlez de vous-même, vous devez aussi faire attention à employer le bon niveau de politesse. Les pronoms personnels (人称代名詞 – にんしょうだいめいし – ninshou daimeishi) sont peu utilisés car ils sont considérés comme impolis et agressifs. C’est le contexte et les différents formes de grammaire utilisées qui vous permettent de comprendre de qui il est question. On préférera s’adresser aux autres par leur nom en ajoutant parfois leur titre (社長 – しゃちょう – shachou, 課長 – かちょう – kachou, 先生 – せんせい – sensei) ou en attachant un suffixe (さん – san, ちゃん – chan, 様 – さま – sama).

Malgré cela, les pronoms personnels existent aussi en japonais et ils sont aussi nombreux selon le niveau de politesse et le genre. En effet, les hommes et les femmes ont leur propre langage aussi et donc leurs propres pronoms !

En se référant à soi-même : 私 (Je)

Les différentes manières de dire « je » sont divisées en deux catégories : genre et politesse. Cependant certains pronoms peuvent être à la fois employés par les hommes et par les femmes. Le pronom personnel le plus utilisé, et celui que l’on apprend en premier est qui se lit de deux façons : わたくし (watakushi) et わたし (watashi). La première lecture est utilisée dans un contexte formel. La seconde sert dans un contexte poli. En terme de genre et de politesse,  est la référence la plus générique pour dire « je » en japonais.

Mais il n’est pas le seul et voici ci-dessous la liste de tous les pronoms pour exprimer « je » :

  • 私 (わたくし – watakushi) : neutre, formel
  • 私 (わたし – watashi) : neutre, poli
  • 僕 (ぼく – boku) : masculin, poli et informel
  • 俺 (おれ – ore) : masculin, informel
  • あたし (atashi) : féminin, informel
  • わし (washi) : masculin (plus précisément les hommes d’âge moyen)

On peut aussi parler de soi-même en utilisant son propre nom, mais ça reste une manière très féminine et enfantine.

私の名前キミと申します。 (わたくしのなまえきみともうします。 – Watakushi no namae wa Kimi to moushimasu) = Mon nom est Kimi. (neutre, formel)
私の名前キミです。 (わたしのなまえきみです。 – Watashi no namae wa Kimi desu.) = Mon nom est Kimi. (neutre, poli)
僕の名前ヨンファです。 (ぼくのなまえよんふぁです。 – Boku no namae wa Yonghwa desu.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, poli)
僕の名前ヨンファ。 (ぼくのなまえよんふぁ。 – Boku no namae wa Yongwha da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
俺の名前ヨンファ。 (おれのなまえよんふぁ。 – Ore no namae wa Yonghwa da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
あたしの名前キミ。 (Atashi no namae wa Kimi.) = Mon nom est Kimi. (féminin, informel)

► Remarques

  • Si vous avez retenu ce que je vous ai appris dans la Leçon 2, vous comprendrez que le  (da) peut-être omis, ce que j’ai volontairement fait dans le dernier exemple, mais que j’ai laissé pour les phrases au masculin, puisque rappelons-le, est très souvent utilisé par les hommes !
  • En ajoutant la particule の (no) aux pronoms vous formez le possessif ; mon, ma, mes. Il en est de même pour la 2ème et 3ème personne du singulier et pour le pluriel. Rappel encore une fois ; il n’y a ni genre ni nombre !

En se référant aux autres

En japonais, on s’adresse généralement aux autres par leur nom suivi par un suffixe. Le plus utilisé, autant pour les femmes que pour les hommes, et en contexte poli, est さん (san), mais là aussi, il en existe plusieurs selon le genre et la politesse. Dans le milieu professionnel, on préférera employer les titres des personnes auxquelles on s’adresse. On évite de s’adresser à une personne en utilisant « tu », c’est grossier au Japon. Trois niveaux sont définis pour s’adresser à quelqu’un : 1) utiliser le nom + un suffixe ou un titre, 2) ne rien utiliser, 3) utiliser « tu » mais c’est mieux de l’éviter à moins que vous soyez proches de la personne ou que vous lui cherchez les emmerdes.

► Suffixes, préfixes et titres

  • さん (san) : neutre, poli
  • 君 (くん – kun) : masculin (plus jeune ou du même âge), familier
  • ちゃん (chan) : féminin (plus jeune ou du même âge), familier avec un côté mignon et attachant
  • 様 (さま – sama) : neutre, formel, marque de respect, personne de niveau hiérarchique supérieur, on retrouve également ce suffixe dans les adresses postales (voir l’image de cet article) ou les e-mails professionnels
  • 先輩 (せんぱい – senpai) : aîné, personne qui a plus d’expérience dans un domaine
  • 後輩 (こうはい – kouhai) : personne qui a moins d’expérience dans un domaine
  • 先生 (せんせい – sensei) : professeur, s’emploie aussi quand on s’adresse à son médecin ou son dentiste
  • 部長 (ぶちょう – buchou) : chef de département d’une entreprise
  • 課長 (かちょう – kachou) : chef de section d’une entreprise
  • 会長 (かいちょう – kaichou) : PDG
  • 社長 (しゃちょう – shachou) : président d’une entreprise

ご (go) et お (o) sont des préfixes honorifiques que l’on peut utiliser pour nommer des personnes (ご主人 – ごしゅじん – goshujin = votre mari, お友達 – おともだち – otomodachi = votre ami, お客様 – おきゃくさま- okyakusama = « vous » quand on s’adresse à un client…).

► Le pronom « Tu »

  • あなた (anata) : utilisé dans les occasions où il n’y a pas de manières de s’adresser à une personne ou lorsqu’il est impossible de connaître son nom
  • 君 (きみ – kimi) : par les hommes vers les femmes quand ils sont proches
  • お前 (おまえ – omae) : surtout utilisé par les hommes, manière dure et plate (je l’ai souvent entendu dans Bleach et d’autres animes)
  • あんた (anta) : familier, cela peut signifier que l’utilisateur est fâché
  • 手前 (てまえ – temae) : très grossier (celui-là aussi je l’ai souvent entendu dans Bleach xD)
  • 貴様 (きさま – kisama) : très, très grossier, là vous avez dépassé les limites de la vulgarité

► La 3ème personne et autres

  • 彼 (かれ – kare) : il (peut aussi signifier « petit-ami » selon le contexte)
  • 彼女 (かのじょ – kanojo) : elle (peut aussi signifier « petite-amie » selon le contexte)
  • 私たち (わたしたち – watashitachi) : nous
  • あなたたち (anatatachi) : vous
  • 彼ら (かれら – karera) : ils
  • 彼女たち (かのじょたち – kanojotachi) : elles

Cela sera détaillé dans une prochaine leçon (je vous y prépare), notez qu’il y a aussi différents mots et pronoms pour définir les membres de la famille, plus précisément quand vous voulez parler de votre famille ou quand vous voulez parler de celle de quelqu’un d’autre ! Eh oui tant de mots pour définir une même personne font toute la richesse de la langue japonaise !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

3

► Apprenez le japonais avec Kimi #2 : だ (état-d’être) et です

Ueno Zoo, Tokyo – Décembre 2013 レッサーパンダです。

Pour cette leçon, je vais vous parler de ce qu’on appelle l’état-d’être désigné par le caractère hiragana だ(da), et です (desu). Car les premières phrases que vous apprenez sont construites avec ces éléments.

Par exemple, prenons des phrases simples et basiques en français : « Je suis français(e). » En japonais, vous pouvez le traduire par :
フランス人。(わたしフランスじん。- Watashi wa furansujin da.) = Je suis français(e).
フランス人です。(わたしフランスじんです。- Watashi wa furansujin desu) = Je suis français(e).

Au vue de ces deux phrases vous constatez probablement que だ(da), et です (desu) pourraient tous les deux signifier « être ». Eh ben… vous avez tout faux ! Même si je combine  et です dans cette leçon, prenez avant tout note que  et です sont totalement différents ! Pourquoi ? Je vous expliquais dans la leçon précédente qu’en japonais il y avait différents degrés de politesse. De ce fait, beaucoup de personnes ayant appris le japonais ont souvent pensé que です était la version polie de  (moi aussi je suis tombée dans le panneau, argh !) mais ce n’est pas le cas et vous allez comprendre (j’espère) quand je vous expliquerez ce que sont ces deux notions importantes.

Expression de l’état-d’être : だ (da)

En japonais, il n’existe aucun verbe pour désigner un état-d’être tel que « être ». だ(da) a donc ce rôle d’exprimer l’état-d’être, la nature d’une chose. Cependant, certains éléments n’ont pas besoin de  pour exprimer cet état-d’être. Il n’est possible (et ça reste facultatif) d’ajouter  qu’à des noms (名詞 – めいし – meishi) ou des adjectifs nominaux, dit adjectifs en na (な形容詞 – なけいようし – na-keiyoushi). Le japonais se base beaucoup sur le contexte de la phrase pour exprimer différentes choses, dont l’état d’être. Dans ce cas, vous allez me dire… A quoi sert Eh bien  est un déclaratif. Il apporte un ton plus prononcé dans une déclaration. Les hommes ont tendance à plus souvent l’utiliser. De ce fait, vous ne pouvez pas non plus utiliser dans une phrase interrogative, ça n’a aucun sens. Enfin, s’il n’est pas toujours nécessaire pour exprimer l’état-d’être, vous verrez dans les prochaines leçons que pour différents types de grammaire, sa présence devient indispensable !

。(さかな。- Sakana da.) = C’est un poisson.
今日私の誕生日。(きょうわたしのたんじょうび。- Kyou wa watashi no tanjoubi da.) = Aujourd’hui c’est mon anniversaire.

► Forme négative – ない形
Comme un verbe, peut se conjuguer pour ainsi exprimer l’état-d’être à la forme négative. L’état-d’être négatif s’exprime avec じゃない (janai), qui vient remplacer si il est présent dans la phrase.

友達じゃない。(ともだちじゃない。- Tomodachi janai.) = Ce n’est pas un ami(e).
静かじゃない。(しずかじゃない。- Shizuka janai.) = Ce n’est pas calme.

► Forme passé – た形
On exprime l’état-d’être passé en ajoutant だった (datta) pour la forme affirmative et じゃなかった (janakatta) pour la forme négative.

だった。(さかなだった。- Sakana datta.) = C’était un poisson.
学生じゃなかった。(がくせいじゃなかった。- Gakusei janakatta.) = Ce n’était pas un étudiant.

Un grain de politesse : です (desu)

C’est un peu compliqué de définir clairement ce qu’est です (desu), car ne n’est ni la version polie de だ (da) ni le verbe « être » bien que l’on puisse le traduire comme tel en français. On retrouve です (desu) en général à la fin d’une phrase pour la rendre plus polie et vient remplacer だ (da) si il est présent. Comme un verbe, vous pouvez conjuguer です (desu) donc attention, n’allez pas l’utiliser avec les verbes ! Il est possible d’ajouter です (desu) après les noms (名詞 – めいし – meishi), les adjectifs nominaux (な形容詞 – なけいようし – na-keiyoushi) et les adjectifs verbaux, dit adjectifs en i (い形容詞 – いけいようし – i-keiyoushi). A la différence de だ (da), vous pouvez employer です (desu) dans une phrase interrogative où vous y ajoutez la particule de questionnement définie par le caractère hiragana か (ka).

かわいい。→ かわいいです。(Kawaii desu.) = C’est mignon.
静か)。→ 静かです。(しずかです。- Shizuka desu.) = C’est calme.
そう()。→ そうです。(Sou desu.) = C’est ainsi.
これです。(これなんです。= Kore wa nan desu ka?) = Qu’est-ce que c’est ? / Ceci est quoi ?

► Forme négative – ない形
Après un adjectif en i (い形容詞) : です (desu) ne change pas, c’est l’adjectif qui change (je vous expliquerai plus en détails la terminaison lorsque j’aborderai la leçon sur les adjectifs).
Après un adjectif en na (な形容詞) ou un nom (名詞) : j’ai recensé deux formes négatives différentes. です (desu) devient soit じゃないです (janai desu), じゃありません (ja arimasen). Apparemment la terminaison « officielle » serait じゃありません, qui est la forme présente dans mon manuel Minna No Nihongo. Mais j’entend très souvent la forme じゃないです sans doute parce que c’est plus court et plus simple à prononcer.

かわいです。→ かわいくないです。(Kawaikunai desu.) = Ce n’est pas mignon.
静かです。→ 静かじゃありません。(しずかじゃありません。- Shizuka ja arimasen.) = Ce n’est pas calme.

► Forme passé – た形
Après un adjectif en i (い形容詞) : です (desu) ne change pas, c’est l’adjectif qui change (même remarque, attendez la leçon sur les adjectifs pour mieux comprendre la terminaison).
Après un adjectif en na (な形容詞) ou un nom (名詞) : です (desu) devient でした (deshita) à la forme affirmative. A la forme négative, です (desu) devient soit じゃなかったです (janakatta desu), じゃありませんでした (ja arimasen deshita).

かわいです。→ かわいかったです。(Kawaikatta desu.) = C’était mignon.
かわいです。→ かわいくなかったです。(Kawaikunakatta desu.) = Ce n’était pas mignon.
静かです。→ 静かでした。(しずかでした。- Shizuka deshita.) = C’était calme.
静かです。→ 静かじゃありませんでした。(しずかじゃありませんでした。- Shizuka ja arimasen deshita.) = Ce n’était pas calme.

Alors, avez-vous été en mesure de différencier だ(da), et です (desu) ?


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante

2

► Apprenez le japonais avec Kimi #1 : Le système d’écriture

Mitama Matsuri, Tokyo – Juillet 2015

Pour vous, qui ne connaissez rien du japonais et découvrez cette langue pour la première fois, il s’avère que c’est représenté par des… dessins ? Des signes ? Des hiéroglyphes ? Bref quelque chose d’illisible !

Première chose à savoir est que ces « dessins » sont tout d’abord répartis en deux catégories, deux alphabets (dit aussi kana – かな) : les hiragana (ひらがな) et katakana (カタカナ) (et pas katana hein haha). Les caractères qui les composent sont des caractères chinois simplifiés utilisés pour former les syllabes. Chaque caractère correspond au son d’une voyelle ou d’une consonne + une voyelle. La seule exception est pour le caractère ん / ン (n).

Kana – かな : Hiragana et Katakana

Vous avez remarqué comment ont été écrits précédemment les mots « hiragana » et « katakana » en japonais ? Vous avez vu la différence ? Voilà ce qui les distingue. Les hiragana et katakana possèdent les mêmes sons, mais écrit avec des caractères différents ! Les hiragana sont utilisés pour les différentes formes de grammaire et les terminaisons (on les appelle alors aussi okurigana  (送り仮名), littéralement « kana qui accompagne ») tandis que les katakana sont employés pour écrire les mots d’origine occidentale. A l’écrit, il arrive qu’on trouve un mot écrit en katakana pour le mettre en avant (comme nous quand on écrit un mot en MAJUSCULE ou en italique). On utilise également les hiragana pour indiquer la prononciation des kanji, on les appelle alors furigana (振り仮名). Vous retrouvez les furigana écrits en petit à côté d’un kanji quand celui-ci est jugé difficile pour le lecteur concerné (par exemple dans les livres pour enfants, les manuels scolaires, etc…). Enfin, je vous parle vite fait des romaji, qui correspondent à la transcription en lettres latines des kana, ce que j’emploierai régulièrement au cours de mes leçons pour vous aider à les lire. On retrouve des romaji sur les panneaux importants et dans les stations de métro, afin de permettre aux étrangers de lire les caractères.

Hiragana – ひらがな

あ (a) い (i) う (u) え (e) お (o)
か (ka) き (ki) く (ku) け (ke) こ (ko)  きゃ (kya) きゅ (kyu) きょ (kyo)
さ (sa) し (shi) す (su) せ (se) そ (so)  しゃ (sha) しゅ (shu) しょ (sho)
た (ta) ち (chi) つ (tsu) て (te) と (to)  ちゃ (cha) ちゅ (chu) ちょ (cho)
な (na) に (ni) ぬ (nu) ね (ne) の (no)  にゃ (nya) にゅ (nyu) にょ (nyo)
は (ha) ひ (hi) ふ (fu) へ (he) ほ (ho)  ひゃ (hya) ひゅ (hyu) ひょ (hyo)
ま (ma) み (mi) む (mu) め (me) も (mo)  みゃ (mya) みゅ (myu) みょ (myo)
や (ya)   ゆ (yu)   よ (yo)
ら (ra) り (ri) る (ru) れ (re) ろ (ro)  りゃ (rya) りゅ (ryu) りょ (ryo)
わ (wa)       を (wo)
ん (n)

が (ga) ぎ (gi) ぐ (gu) げ (ge) ご (go)  ぎゃ (gya) ぎゅ (gyu) ぎょ (gyo)
ざ (za) じ (ji) ず (zu) ぜ (ze) ぞ (zo)  じゃ (ja) じゅ (ju) じょ (jo)
だ (da) ぢ (dji) づ (dzu) で (de) ど (do)
ば (ba) び (bi) ぶ (bu) べ (be) ぼ (bo)  びゃ (bya) びゅ (byu) びょ (byo)
ぱ (pa) ぴ (pi) ぷ (pu) ぺ (pe) ぽ (po)  ぴゃ (pya) ぴゅ (pyu) ぴょ (pyo)

Katakana – カタカナ

ア (a) イ (i) ウ (u) エ (e) オ (o)
カ (ka) キ (ki) ク (ku) ケ (ke) コ (ko)  キャ (kya) キュ (kyu) キョ (kyo)
サ (sa) シ (shi) ス (su) セ (se) ソ (so)  シャ (sha) シュ (shu) ショ (sho)
タ (ta) チ (chi) ツ (tsu) テ (te) ト (to)  チャ (cha) チュ (chu) チョ (cho)
ナ (na) ニ (ni) ヌ (nu) ネ (ne) ノ (no)  ニャ (nya) ニュ (nyu) ニョ (nyo)
ハ (ha) ヒ (hi) フ (fu) ヘ (he) ホ (ho)  ヒャ (hya) ヒュ (hyu) ヒョ (hyo)
マ (ma) ミ (mi) ム (mu) メ (me) モ (mo)  ミャ (mya) ミュ (myu) ミョ (myo)
ヤ (ya)   ユ (yu)   ヨ (yo)
ラ (ra) リ (ri) ル (ru) レ (re) ロ (ro)  リャ (rya) リュ (ryu) リョ (ryo)
ワ (wa)       ヲ (wo)
ン (n)

ガ (ga) ギ (gi) グ (gu) ゲ (ge) ゴ (go)  ギャ (gya) ギュ (gyu) ギョ (gyo)
ザ (za) ジ (ji) ズ (zu) ゼ (ze) ゾ (zo)  ジャ (ja) ジュ (ju) ジョ (jo)
ダ (da) ヂ (dji) ヅ (dzu) デ (de) ド (do)
バ (ba) ビ (bi) ブ (bu) ベ (be) ボ (bo)  ビャ (bya) ビュ (byu) ビョ (byo)
パ (pa) ピ (pi) プ (pu) ペ (pe) ポ (po)  ピャ (pya) ピュ (pyu) ピョ (pyo)

シェ (she) ジェ (je) チェ (che)
ティ (ti) トゥ (tu) ディ (di) ドゥ (du)
ファ (fa) フィ (fi) フェ (fe) フォ(fo)
ヴァ(va) ヴィ(vi) ヴ (vu) ヴェ(ve) ヴォ(vo)
ウィ(wi) ウェ (we) ウォ (wo)

► Quelques remarques

  • Le signe ゙ est appelé dakuten et le signe ゚ est appelé handakuten. Ils servent à transformer certains sons pour en former des syllabes « dérivées ».
  • Les allongements des sons des katakana sont notés par un trait ー tandis que pour les hiragana on rajoute la voyelle concernée, à savoir あ (a) pour le son « a », い (i) pour les sons « e » et « i » et う (u) pour les sons « u » et « o ».
  • Les caractères や (ya), ゆ (yu), よ (yo) écrits en petits et combinés avec des syllabes se terminant par le son « i » forment des sons supplémentaires en « iya » « iyu » « iyo ».
  • Le caractères つ (tsu) écrit en petit sert à doubler la consonne qui suit (もっと = motto).
  • Les katakana シ (shi) et ツ (tsu), ainsi que ン (n) et ソ (so) sont quasi-identiques. Et ça fait chier tout le monde (moi la première). Souvenez-vous juste que pour シ (shi) et ン (n) les petits traits sont presque horizontaux et que le trait plus long est tracé de bas en haut lorsqu’on l’écrit. Pour ツ (tsu) et ソ (so) les petits traits sont presque verticaux et le trait plus long est tracé de haut en bas.
  • Pareil pour le trio タ (ta), メ (me), ヌ (nu) et フ (fu), ワ (wa), ウ (u). Oui, ils se ressemblent aussi et vous risquez de souvent les confondre. Courage ! Avec le temps ça viendra !
  • Pour les katakana, il arrive que l’on utilise le caractère ・pour définir un espace, notamment pour les noms étrangers par exemple (ジョン・キミ = Jung Kimi). Car en japonais, les espaces, ça n’existe pas !
  • Vous remarquerez la présence de caractères supplémentaires chez les katakana. Il s’agit de sons supplémentaires qui n’étaient pas à l’origine dans la langue japonaise, comme « ti », « di », « fa »… On y a également ajouté le son « v » mais il n’est pas souvent utilisée car les japonais ont du mal à prononcer ce son et optent plutôt pour le son « b » à la place. Les mots ayant un son en « v » peuvent alors s’écrire de deux façons, avec un caractère au son « v » ou au son « b ». Je vous prend l’exemple de mon prénom : Davina. En katakana, il s’écrit ダヴィナ (da-vi-na) mais en raison de ce son « v », j’ai préféré l’écrire ダビナ (da-bi-na) puisqu’au final, dans la prononciation des japonais, ça sonne pareil. Il y a après pas mal d’autres exceptions dans l’écriture mais je vais éviter de vous assassiner avec les katakana (à coup de katana ? -je sors-). Vous les découvrirez en pratiquant avec le temps. Ne vous posez pas trop de questions non plus, ils sont écrits comme ça, un point c’est tout !

Kanji – 漢字

C’est là que l’on va commencer à se marrer. Les kanji sont des caractères dérivés du chinois qui servent à écrire les noms, adverbes et radicaux des verbes et adjectifs. Il existe plus de 40 000 kanji parmi lesquels environ 2 000 sont décrétés d’usage commun et que les Japonais doivent connaître. Contrairement aux kana, les kanji ne représentent pas des syllabes, mais plutôt des idéogrammes, un concept, un thème, une idée. Chaque caractère possède deux lectures : Onyomi (音読み) la lecture d’origine chinoise et Kunyomi (訓読み) la lecture d’origine japonaise. La première est employée quand plusieurs kanji sont combinés pour former un ensemble et la seconde quand le kanji se distingue seul.

Bon en toute honnêteté, les kanji relèvent d’un vrai casse-tête et leur maîtrise demandent des heures de travail, au risque de vous faire abandonner l’apprentissage de la langue. Ne faites pas cette bête erreur ! Pour ma part, je l’avoue, je ne me fais pas chier à étudier les kanji en long, en large et en travers en les recopiant 50 fois par jour. J’ai la flemme et surtout pas assez de temps à leur consacrer ! Pour moi, c’est inutile d’apprendre un kanji si c’est pour à peine s’en servir, car je sais que je l’oublierai systématiquement. Je ne retiens que ceux que je rencontre souvent dans mes cours ou dans la vie quotidienne. Je ne dois même pas connaître 10 kanji au final. Oui c’est handicapant pour la lecture et l’écriture mais ça ne m’empêche pas non plus d’apprendre le reste. Tout ça pour dire que concernant les kanji, les apprendre ou pas, le choix vous revient, mais ne les ignorez pas pour autant. Mon conseil est écrivez directement tout en kanji avec le furigana jusqu’à ce que vous le mémorisiez.

Prononciation – 発音

La prononciation du japonais n’est pas très difficile en soit. Prêtez juste une attention particulière au « h » aspiré, les voyelles brèves et longues (qui peuvent parfois modifier la signification d’un mot) et redoublement de consonnes. Les voyelles « u » et « i » sont très souvent à peine prononcées comme par exemple dans です (desu) où on prononcera plutôt « dess » et 山下 (やました – yamashita) où la prononciation correcte sera « yamashta ». Là aussi, la maîtrise viendra avec la pratique. Pas de recette miracle pour se familiariser avec la prononciation : écoutez régulièrement du japonais.

Ecriture – 執筆

Un point très important en ce qui concerne l’écriture du japonais : l’ordre des traits doit être impérativement respecté !

  • Les traits horizontaux se tracent de gauche à droite et les traits verticaux de haut en bas. Les traits continus suivent la même logique. On part toujours du haut vers le bas et de la gauche vers la droite.
  • Lorsque vous écrivez un caractère comportant plusieurs traits, vous devez toujours commencer du haut vers le bas ou de la gauche vers la droite.
  • Le trait central, comme pour le kanji 水 (みず – mizu), est tracé en premier, ensuite vien(nen)t le(s) trait(s) situé(s) à gauche, puis le(s) trait(s) à droite. Attention, certains kanji ne suivent pas cette logique comme 火 (ひ – hi) où les petits traits sont tracés en premier.
  • Lorsque deux traits se croisent, comme pour le kanji 七 (なな – nana), le trait horizontal est tracé en premier, mais là aussi il y a certaines exceptions.
  • Lorsque deux traits obliques se croisent, comme pour le kanji 文 (ぶん – bun), le trait partant du haut à droite pour se terminer vers le bas à gauche est tracé en premier.
  • Le trait sectionnant vertical, comme pour le kanji 中 (なか – naka), est tracé en dernier, excepté s’il ne dépasse ni en haut, ni en bas, où dans ce cas-là, il est tracé après la partie supérieure et avant la partie inférieure.
  • De même si le trait sectionnant est horizontal, il sera tracé en dernier, comme pour le kanji 女 (おんな – onna).
  • Les traits englobant d’autres éléments du caractère sont tracés en premier, comme pour le kanji 国 (くに – kuni).

Grammaire – 文法

Je termine par quelques points concernant la grammaire qu’il est essentiel que vous sachiez avant d’attaquer les prochaines leçons.

  • L’ordre des mots est très différente du français, en fait il n’y a aucun rapport. Le verbe vient toujours à la fin de la phrase.
  • Il n’y a pas d’accord en genre et en nombre, tout dépend du contexte de la phrase.
  • Il n’existe pas d’articles définis et indéfinis, mais il y a ce qu’on appelle des particules.
  • Les verbes ne s’accordent pas avec le sujet (hourra) mais changent en fonction du degré de politesse : forme neutre, forme polie, forme humble/honorifique. Il n’y a que deux principaux temps : le présent et le passé. Mais il y a de nombreuses formes pour tout type de circonstances.

Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon précédente | Sommaire des leçons | Leçon suivante