2

► In My Head : COTO Language Academy

À la recherche d’une école de japonais pour apprendre intensivement le japonais, ou régulièrement une ou deux fois par semaine pendant votre temps libre ? Apprendre mais aussi profiter des différents services et saisir l’opportunité de rencontrer d’autres personnes ?

Aujourd’hui, je vous présente une école de japonais ! Pas une école gratuite hélas, mais qui offre un très bon service d’enseignement.

Bienvenue chez COTO Language Academy !

COTO Language Academy (コトランゲージアカデミー)

Adresse : 3F Iidabashi Building, 4-9-4 Iidabashi, Chiyoda-ku, Tokyo (東京都千代田区飯田橋4−9−4 飯田橋ビル1号館3F)
Accès : Iidabashi Station (JR Sobu Line, Yurakucho Line, Nanboku Line, Oedo Line, Tozai Line) sortie A4
Site Internet : https://cotoacademy.com

Présentation

Située à Iidabashi, cette école existe depuis 2000 et offre des cours fun et vivants par le biais de conversation diverses dans des classes de petits groupes. Si elle n’offre pas de visa étudiants, ceux qui rejoignent COTO Language Academy sont soit résidents au Japon, soit en court séjour en tant que touriste venant d’Asie, d’Europe ou d’Amérique. Les cours peuvent s’adapter aux personnes flexibles dans leur emploi du temps ou pour celles qui souhaitent suivre un programme intensif. Ses 40 professeurs qualifiés travaillent et enseignent avec des manuels de l’école ou le classique Minna no Nihongo ainsi que d’autres ressources pour travailler la grammaire, la communication, le business ou encore préparer l’examen du JLPT.

Dans l’enceinte de l’école, vous trouverez un espace salon avec un accès gratuit au wi-fi pour étudier et manger. Des distributeurs de boissons et de la nourriture sont à votre disposition pour 100¥. Gratuitement, il y a du thé, du café et de l’eau. 8 secrétaires sont présentes à l’accueil pour répondre à vos questions et vous guider en japonais ou en anglais.

De temps en temps, l’école organise des sorties (excursion à la montagne ou au onsen) et des événements pour réunir son staff et ses étudiants.

Les cours

Pour correspondre au mieux aux besoins des étudiants et leurs disponibilités, des cours réguliers ou intensifs en groupe et des cours privés sont enseignés chez COTO Language Academy. Un cours en groupe dure deux fois 50 minutes avec 10 minutes de pause au milieu. Dans chaque classe, il y a entre 2 et 8 étudiants. Un cours privé dure 50 minutes. À l’arrivée, vous vérifiez l’emploi du temps du jour pour connaitre la salle où vous avez cours et votre professeur.
Selon le niveau, l’achat d’un manuel utilisé en classe peut s’avérer nécessaire. Les prix varient entre 1200 ¥ et 3700 ¥. Un manuel est souvent utilisé pour les niveaux débutants et les classes de cours intensifs. A partir du niveau intermédiaire, et pour les classes régulières, les professeurs préparent des copies.
En détails, les différents cours disponibles chez COTO Language Academy :

Cours intensifs
Du lundi au vendredi, de 9h30 à 12h20 ou de 14h10 à 17h00, pour progresser rapidement en conversation et en écoute. Chaque programme débute toutes les 4 semaines en moyenne, l’idéal étant de suivre un programme en entier pour avoir une progression efficace. Il est possible de rejoindre un programme toutes les semaines.

– Tarif pour une semaine : 30 000 ¥
– Tarif pour deux semaines : 50 000 ¥
– Tarif pour quatre semaines : 100 000 ¥
Des réductions sont valables si vous décidez d’étudier pendant plus de deux mois à l’école.

Le contenu est défini selon 6 niveaux :
– Débutant (JLPT N5, 12 semaines) : bases et conversation simples de la vie quotidienne, apprentissage des kanas et de 150 kanjis et 300 mots de vocabulaire
– Débutant avancé (JLPT N4, 12 semaines) : conversation détaillée, communication, apprentissage de 150 kanjis et 300 mots de vocabulaire
Pré-intermédiaire (JLPT N4~N3, 12 semaines) : conversation quotidienne et naturelle, communication, apprentissage de 150 kanjis et 500 mots de vocabulaire
– Intermédiaire (JLPT N3, 12 semaines) : communication courante et naturelle et apprentissage de 300 kanjis et 600 mots de vocabulaire
– Intermédiaire avancé (JLPT N3~N2, 8 semaines) : conversation sur des sujets et domaines spécialisés, exprimer son point de vue, apprentissage de 200 kanjis et 300 mots de vocabulaire
Avancé (JLPT N2-N1, 12 semaines) : Japonais niveau business, communication avec des natifs, apprentissage de 500 kanji et 750 mots de vocabulaire

S’ajoute en plus, un programme super-intensif de 4 semaines pour les débutants complets. Ce programme se focalise sur l’apprentissage des hiragana et katakana et des sujets et des situations de la vie quotidienne. La méthode d’enseignement se concentre sur l’apprentissage des phrases clés sans mettre l’accent sur les explications grammaticales.

• Cours en part-time 
Cours réguliers et flexibles dans les horaires. Inclut le programme Nihongo Plus basé sur la conversation avec beaucoup d’expressions essentielles et utiles et JLPT Prep pour, comme son nom l’indique, préparer l’examen du JLPT. Pour rejoindre ces classes, vous achetez un pack de leçons valable pour une période définie. Plus on prend un gros pack, plus le prix diminue pour une leçon. Vous choisissez les classes qui vous conviennent le mieux selon votre niveau (défini après un test) et selon vos disponibilités. Vous pouvez rejoindre autant de classes par semaine que vous pouvez du moment qu’elles ne sont pas encore complètes. Vous réservez en avance et si vous ne pouvez pas assister au cours, vous devez annuler la veille avant 18h00, sinon votre leçon est quand même utilisée. Vous possédez une carte sur laquelle le professeur met un tampon pour chaque cours auquel vous assistez.

– Pack d’essai 8 leçons : 18 400 ¥ valable 1 mois
– Pack 16 leçons : 33 600 ¥ (soit 2 100 ¥ la leçon) valable 6 mois
– Pack 32 leçons : 64 000 ¥ (soit 2 000 ¥ la leçon) valable 8 mois
– Pack 48 leçons : 91 200 ¥ (soit 1 900 ¥ la leçon) valable 12 mois
Il est aussi possible d’acheter un pack de leçon valable seulement un mois !
– Pack 16 leçons : 28 800 ¥
– Pack 24 leçons : 42 600 ¥
Attention, un cours durant deux fois 50 minutes, c’est donc compté comme deux leçons du pack.

Comme pour les cours intensifs, le contenu est défini selon différents niveaux :
Débutant 1 (JLPT N5) : pratique des bases pour les débutants et apprentissage des Kana et de la grammaire de base
Débutant 2 (JLPT N5) : pratique des bases de façon plus naturelle
Débutant avancé (JLPT N4) : grammaire et conversation essentielle
Intermédiaire (JLPT N3) : communication courante et naturelle, lecture et conversation sur divers sujets
Intermédiaire avancé (JLPT N3~N2) : grammaire et conversation complexes, expressions
Avancé (JLPT N2-N1) : lecture et conversation sur divers sujets, japonais niveau business, entrainement au langage honorifique

Lors de votre inscription, vous recevez aussi par mail vos identifiants et mots de passe pour accéder au service internet de l’école. Ainsi, vous pouvez suivre les cours auxquels vous vous êtes inscrits et le nombre de cours restants de votre pack. Vous pouvez choisir de recevoir un rappel par e-mail de la date de votre prochaine leçon mais aussi fixer les dates de vos classes ou les annuler.

• Cours privé et semi-privé
Les deux premiers programmes ne vous correspondent pas ? Il reste toujours les cours privé ou semi-privé ! Les horaires disponibles sont de 9h50 à 21h30 en semaine et de 10h50 à 17h50 le samedi. Le prix d’une leçon privée est de 4200 ¥ et celui d’une leçon semi-privée avec deux personnes ou plus est de 2800 ¥. Attention, si une des personnes est absente, la leçon est quand même comptée comme payée. Les cours se basent sur le profil et la rapidité de l’étudiant et surtout ses besoins avec en plus 5 minutes de conversation, des devoirs à la maison et des tests. De même que pour les cours en part-time, il est possible d’acheter un pack de leçons réduisant le prix de la leçon à l’unité.

• Cours privé spécial
A la différence du cours privé et semi-privé où les cours sont basés sur les manuels, le cours privé spécial se tourne vers les personnes souhaitant un cours vraiment particulier, incluant par exemple des préparations aux entretiens d’embauche ou des corrections de rédactions, lettres, etc… Le prix d’une leçon est de 5200 ¥ avec possibilité d’acheter un pack de plusieurs leçons.

• Cours à domicile
Bon, en fait, vous avez carrément la flemme de bouger vos fesses ? Eh bien avec COTO Language Academy, les professeurs peuvent aussi se déplacer et donner cours à votre domicile ou sur votre lieu de travail. Les horaires sont fixés entre 9h00 et 21h00. En dehors de cette plage horaire, ajoutez 20% du prix de votre leçon. Vous pouvez choisir entre une leçon de 60 minutes ou de 90 minutes. Les frais de transport de l’école au lieu de votre leçon sont à votre charge.

– Pack 8 leçons : 39 600 ¥ (60 min) ou 59 400 ¥ (90 min) valable 3 mois
– Pack 16 leçons : 76 800 ¥ (60 min) ou 115 200 ¥ (90 min) valable 6 mois
– Pack 32 leçons : 148 800 ¥ (60 min) ou 223 200 ¥ (90 min) valable 8 mois
– Pack 48 leçons : 216 000 ¥ (60 min) ou 324 000 ¥ (90 min) valable 12 mois

Inscription

Commencez par contacter l’école via leur formulaire disponible sur cette page. Elle vous contacte ensuite pour fixer un rendez-vous par Skype ou sur place si vous résidez déjà au Japon. Le rendez-vous vous permet d’avoir une présentation claire de l’école, une visite et une petite évaluation de votre niveau. A la suite du rendez-vous, si vous décidez de vous inscrire, vous payez les frais d’entrée (入会金) de 10 000 ¥ et du programme d’apprentissage souhaité. Les modes de paiement possible sont liquide, carte de crédit, virement bancaire et Paypal.

Mes impressions

Je voulais une école équivalente à Ecole Sympa, des cours réguliers de une à trois fois par semaine. Et avec les cours en part-time, j’ai trouvé mon bonheur ! Autre raison ; ma baka a étudié dans cette école et elle m’en a dit du bien.

J’ai eu une bonne impression générale suite à ma première visite. Professeurs accueillants et gentils, atmosphère tranquille et conviviale… J’ai alors acheté un pack de 16 leçons valables six mois pour assister aux classes de mon niveau (j’ai été évaluée niveau intermédiaire, Natural and Fluent Japanese 1 & 2).
La méthode d’enseignement me convient. On étudie le point de grammaire, on fait des exercices en travaillant la répétition, la mémoire et on termine par une discussion où on utilise le point étudié.

Je vous recommande COTO Language Academy volontiers si vous voulez progresser en japonais en même temps que votre travail !


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – In My Head

Publicités
0

► Can you hear me : Aller chez le médecin au Japon (1)

(1) parce que il y aura peut-être une partie (2) si je choppe un jour l’Influenza 😷

Pour la première fois en dehors de mes visites médicales annuelles, j’ai du consulter un médecin. Pas pour un rhume ou une maladie qui peut-être soignée par un médecin généraliste, mais pour un problème auditif.

Je déteste aller chez le médecin et je préfère éviter cette option quand je suis malade mais là, avoir les oreilles bouchées et parfois douloureuses commençait à devenir inquiétant. Je me suis donc rendue dans une clinique ORL.

Le système médical japonais est assez complexe pour moi car très différent de la France. Au Japon, on va à l’hôpital (病院) ou à la clinique (医院 ou クリニック). Les traitements et services proposés sont différents selon les hôpitaux et certains sont plus spécialisés dans un domaine que d’autres. Donc vérifiez avant de vous rendre dans un hôpital qu’il pourra vous recevoir en consultation avec ou sans rendez-vous. Voilà une autre raison pour laquelle je n’aime pas aller chez le médecin 😂.

Je me suis rendue à la clinique ORL Shimada (島田耳鼻咽喉科医院) dans le quartier de Okusawa. Après cette expérience, je vous explique comment ça se passe !

D’abord à l’entrée, si vous voyez des chaussons, enlevez vos chaussures et mettez des chaussons ! Puis allez à l’accueil (受け付け), donnez la raison de votre visite et les symptômes, votre carte d’assurance (被保険者証) et remplissez un formulaire avec votre nom, adresse et numéro de téléphone. On vous enregistre dans la liste des patients et vous recevez une carte que vous devez présenter à chacune de vos visites (plus besoin de remontrer votre carte d’assurance).

Dans cette clinique, sans rendez-vous c’est possible. Mais pour d’autres il est nécessaire de prendre rendez-vous par téléphone ou via le site internet.

Vous patientez, le médecin appelle votre nom, ça donne par exemple ストロ 様 😂 (Stro-sama, 様 étant un suffixe pour s’adresser de façon très polie à quelqu’un comme un client ou un supérieur) et vous vous rendez en salle de consultation (診察室).
La secrétaire a transmis avant vos symptomes donc le médecin n’a plus qu’à faire son travail.
À la fin de la consultation, le médecin dit toujours お大事に (Odaiji ni, soignez vous bien / prenez soin de vous). Vous retournez à l’accueil pour payer. En étant assuré (c’est obligatoire et ça peut-être avec l’assurance maladie (健康保険) de votre mairie ou celle de votre employeur) vous ne payez que 30% de la consultation.

J’ai du m’y rendre trois matins d’affilée donc j’ai payé 920¥ la première consultation, 530¥ la deuxième et la troisième. Le personnel de cet hôpital est très gentil et patient ! Malgré mon niveau de japonais, on a réussi à se comprendre et le médecin ainsi que la secrétaire parlaient lentement. J’ai pu être rassurée et pas trop stressée. Mais bon malgré ça, j’espère ne pas avoir à y retourner si tôt 😂.

Clinique ORL Shimada (島田耳鼻咽喉科医院)
Adresse : Shimada Mansion 1F, 3-35-14 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区奥沢3丁目35−14 島田マンション 1F)
Accès : Okusawa Station (Meguro Line) sortie 1
Site Internet : http://www.tamagawa-med.or.jp

Un peu de vocabulaire

Hôpital = 病院 (びょういん – byouin)
Clinique = クリニック (kurinikku)
ORL = 耳鼻咽喉科 (じびいんこうか – jibiinkouka)
Accueil = 受け付け (うけつけ – uketsuke)
Médecin = 医者 (いしゃ – isha)
Assurance = 保険 (ほけん – hoken)
Assurance maladie = 健康保険 (けんこうほけん – kenkou hoken)
Carte d’assuré = 被保険者証 (ひほけんしゃしょう – hihokensha shou)
Oreille = 耳 (みみ – mimi)
Consultation = 診察 (しんさつ – shinsatsu)
Salle de consultation = 診察室 (しんさつしつ – shinsatsu shitsu)
Médicament = 薬 (くすり – kusuri)
Ausculter = 診る (みる – miru)
J’ai mal aux oreilles. = 耳が痛いんです。(みみがいたいんです。- Mimi ga itai ndesu.)
J’ai les oreilles bouchées. = 耳がつまるんです。(Mimi ga tsumaru ndesu.)
Est-ce qu’une consultation est possible maintenant ? = 今診察ができますか。(いましんさつができますか。- Ima shinsatsu ga dekimasu ka ?)
Soignez-vous bien. = お大事に (おだいじに – Odaiji ni)


Plus de vocabulaire dans Cours de Japonais.
Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► Enrique Iglesias – Can You Hear Me

0

► Run : Kimi no Nikki (janvier 2018)

Après mon super Nouvel An, ce fut le retour à la réalité… Ma semaine de vacances a pris fin et il a fallu reprendre le train-train quotidien.

La première moitié du mois, j’ai rien fait 😂. Je suis tombée malade et une fois quasiment remise (difficile de guérir avec ce froid du mois de janvier qui est moins supportable que le mois de décembre), j’ai eu beaucoup de travail 😅. Nouveaux projets, nouvelles taches… Je me donne à fond et je vais de l’avant !

J’ai fait un shinnen karaoke (新年カラオケ, c’est comme le shinnenkai 新年会 sauf que c’est une soirée karaoké 😂), ​ça ne change pas. Le karaoké reste un de mes loisirs favoris au Japon ! Parmi mes collègues, nous avons créé un petit groupe « Karaoké » et nous y allons souvent ensemble !

Je suis allée au Lock Up avec Elodie, Violaine et Suzon. Pour notre shinnenkai, mais surtout parce qu’il y avait un menu spécial temporaire jusque fin février, Red or Alive. Pour 3 500 yens plusieurs plats à l’apparence dégueu et effrayante étaient servis : un apéritif HELLO! eyes avec du fromage, du guacamole et des chips de tortillas Red Spirits « Salsa », de la salade avec du radis rouge RED MEDICINE, du karaage avec une sauce tartare rouge Red-chiki=Red Karaage, des frites avec de la poudre de paprika NOT SPICY POTATO, des spaghettis carbonara sanglantes Born to be my RED PASTA, du poulet tandoori Red Players « Chicken », du pain grillé au fromage rouge RAD ON BRAD « PANGRATAN » et du gâteau, toujours avec une sauce très rouge. Le tout avec boisson à volonté (飲み放題) pendant deux heures. Voici ce que ça donne en images (attention expectation VS reality xD) !

L’avantage est qu’on a vraiment payé que ça (et pas les frais d’entrée, les frais de service et les taxes…) et on a bien mangé même si c’était loin d’être de la grande cuisine.

L’inconvénient, ou les inconvénients : si on voulait picoler des boissons alcoolisées et les cocktails bien présentés dans des béchers et des éprouvettes, il fallait payer en plus. Du coup, bah comme on avait peur de la note salée avec les frais supplémentaires (qu’on a finalement pas payés), on s’est contentés des boissons sans alcool pas du tout originales xD. Ensuite, on était pas dans une cellule de prison, mais une grande salle semblable à celle d’un vieux manoir où on pouvait accueillir 10 personnes (sauf qu’on était que 4, c’était un peu « trop » grand pour une fois). Enfin, les monstres osaient à peine venir nous faire peur pendant le monster show (c’est surtout pour ça qu’on vient dans ce genre d’endroits..). J’aime bien aller au Lock Up pour l’ambiance d’habitude, mais je ne me laisserai plus tenter par les événements et menus spéciaux. Un peu déçue, heureusement que je n’ai payé que 3 500 yens ! Je préfère opter pour le menu à la carte et dépenser plus et au moins m’amuser un peu !

​Mot du mois : Tako-Paa (タコパー 🐙 ) ! Qu’est-ce que c’est ? C’est simple, c’est une Takoyaki Party, une soirée où on cuisine et mange des takoyaki ! Comme nous et la raclette party ou crêpes party !

​Une de mes étudiantes nous a invités, mes collègues et moi, à une takoyaki party chez elle. Miam miam ! Ce fut enfin l’occasion d’utiliser pour la première fois mon appareil que j’ai depuis presque deux ans xD ! La dernière fois que j’avais cuit des Takoyaki remontait à plus d’un an mais je n’avais pas perdue la main 💪.

​On a fait des Takoyaki classiques (donc avec le poulpe) puis des Cheeseyaki, c’est comme des Takoyaki sauf qu’à la place du poulpe, on a mis du fromage ! On est pas français pour rien ;D et c’est aussi bon !

Le 22 janvier (deux ans et sept mois au Japon, c’est un signe) il a neigé ! En une matinée Tokyo s’est teint de blanc avec une grosse vague de froid. C’était beau 💖. Ouais, mais c’était la première fois que je voyais une forte averse de neige à Tokyo.

Je m’en rappellerai de cette journée enneigée à Tokyo. Des alertes à la vague de froid ont été faites ainsi que des consignes disant de rentrer le plus tôt possible chez soi. Dans certaines entreprises japonaises, les employés ont été autorisés à rentrer chez eux à partir de 15h. Du côté des trains, beaucoup de perturbations. Des retards, des annulations, des trains énormément bondés. Fallait prendre son mal en patience et moi je suis pas du tout patiente. Parce que le temps c’est de l’argent. J’ai poireauté pendant une heure et demie à Shibuya avant de pouvoir prendre un train.

En rentrant chez moi après avoir passé 3h dans les transports il a fallu affronter une petite tempête de neige. Les routes n’étaient pas dégagées et il y avait jusqu’à 20 cm de neige.

Bref là, la neige c’est moins cool tout d’un coup. La prochaine fois, je ne quitte pas ma maison, je reste chez moi !

​Enfin, la grande info de ce mois est la suivante : je suis passée à la télé japonaise !

« Sensei, on vous a vu à la télé ! »

Mes étudiants m’ont vue et reconnue tout de suite ! ​Surprise ! Eh oui, début janvier, j’ai enregistré une interview pour la chaîne japonaise TBS​ dans le cadre de l’émission この差って何ですか (Quelle est cette différence ?), une émission de variétés qui traite des différences de culture, d’événements dans le monde.

Le thème de l’épisode, diffusé le mardi 30 janvier 2018, auquel j’ai participé était 日本の不思議 (Les ​merveille​s​ du Japon)​. Des étrangers ont été interviewés pour parler des aspects surprenants au Japon tout en les comparant avec leur pays d’origine. Moi, comme je suis française, on m’a demandé de parler… du pain ! Après une courte présentation, j’ai comparé le pain en France et au Japon, en mentionnant les pains à la crème ou aux haricots rouges et les pains au curry. A la fin, le journaliste m’a demandé si j’avais une question particulière et elle a été : « Pourquoi seulement le pain au curry est-il frit et pas les autres ? » 😂

Quelle est cette différence ?! Hum, hum question intéressante n’est-ce pas ? 😂 Pour connaitre la réponse, regardez la vidéo de l’émission ci-dessous. Vous pouvez voir en plus une super animation avec ma tête. J’ai l’air d’une mamie. Mon entourage a bien rigolé en regardant ça :​

Parler en japonais a été un bon challenge ! Je suis sûre que j’ai fait beaucoup de fautes ! D’ailleurs, poser ma question a été difficile, je n’arrivais pas à retenir tous les mots, on a du tourner 36 fois ! Les journalistes ont été très patients et gentils. En cadeau, ils m’ont offert…. du pain au curry et du pain à crème et aux haricots rouges qui ont fait mon déjeuner ! C’était une super expérience !​ ​

Pour plus d’infos sur l’émission, consultez le site internet.
この差って何ですか : http://www.tbs.co.jp/konosa/
Le staff cherche régulièrement des personnes parlant japonais pour leurs interviews. Si vous voulez tenter l’expérience, n’hésitez pas à demander 😉.


♫ Un article = Une chanson ► BTS – RUN

3

► In the End : Passer le JLPT au Japon

Le fameux examen qui évalue votre niveau en japonais : le JLPT ! Il peut vous être utile si vous souhaitez travailler au Japon ou pour vos études ou tout simplement si vous êtes curieux de savoir à quel point vous pouvez parler japonais.

Qu’est-ce que c’est ?

JLPT signifie Japanese Language Proficiency Test. C’est le test qui évalue votre niveau de langage dans la langue japonaise, dans trois domaines : vocabulaire, grammaire/lecture et écoute. Il y a quatre niveaux allant du N5 au N1.

  • N5 : Être capable de comprendre un peu de japonais basique (lire et comprendre des phrases et expressions écrites en hiragana et katakana et en kanji simples, écouter et comprendre des courtes conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N4 : Être capable de comprendre les bases du japonais (lire et comprendre des phrases avec du vocabulaire basique et en kanji, écouter et comprendre des conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N3 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des documents au contenu spécifique de la vie quotidienne, saisir les informations importantes d’un document, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours parlées à un rythme naturel)
  • N2 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours et dans une variété de circonstances jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des articles de presse, des magazines et autres articles divers, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours, les informations télévisées parlées à un rythme naturel)
  • N1 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans une variété de circonstances (lire et comprendre du contenu logique ou abstrait sur divers sujets, des articles de presse, des chroniques, écouter et comprendre des conversations cohérentes, des informations, les points essentiels d’un discours oral)

Le test a lieu deux fois par an au Japon. La première session se passe en Juillet et la deuxième en Décembre.

Inscription et préparation

L’inscription s’effectue par Internet, sur le site JEES ou bien par courrier (attention à la date butoire). Il faut avoir un compte sur le site pour pouvoir s’inscrire.
Il est possible de s’inscrire en individuel ou en groupe. Il faut remplir le formulaire avec les coordonnés et joindre une photo et payer. Le coût de l’examen est de 5 000¥ (+ taxes). Il est possible de régler au konbini ou par carte bancaire.

Un mois avant l’examen, un récépissé (Test Voucher) est envoyé à l’adresse indiquée pendant l’inscription. Il est très important de le garder précieusement car il contient toutes les infos nécessaires le jour de l’examen : date, heure et durée du test, l’adresse du campus où l’examen aura lieu, numéro de candidat, le numéro de salle et le règlement. A ne surtout pas oublier le jour J !

Entre la période d’inscription et le jour du test, il n’y a plus qu’à bosser pour être le mieux préparé possible. Il est parfois arrivé que des sessions d’entraînements aient lieux un mois avant l’examen pour les inscrits au test officiel. Ces sessions se déroulent dans les mêmes conditions et les participants peuvent en cadeau recevoir 2 000¥ !

Lieux où se passe l’examen

Selon le lieu de résidence et le niveau choisi, les lieux de l’examen varient. Mes trois tests déjà passés étaient dans trois lieux différents. Les examens se passent dans différentes universités, dans toutes les préfectures du Japon.

Quelques adresses

Keio University Hiyoshi Campus
Adresse : 4-1-1 Hiyoshi, Kohoku-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken
Accès : Hiyoshi Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Meguro Line, Yokohama Municipal Subway Green Line) sortie est

Senshu University Ikuta Campus
Adresse : 2-1-1 Higashimita, Tama-ku, Kawasaki-shi, Kanagawa-ken
Accès : Mukougaoka-Yuen Station (Odakyu Line) sortie sud

Aoyama Gakuin University Sagamihara Campus
Adresse : 5-10-1 Fuchinobe, Chuo-ku, Sagamihara-shi, Kanagawa-ken
Accès : Fuchinobe Station (JR Yokohama Line) sortie nord

L’accès aux universités est indiqué sur le Test Voucher reçu. Aucun risque de vous perdre pour y aller : suivez les troupeaux de Chinois. Ils sont toujours très nombreux. 😂

Déroulement de l’examen

Les salles d’examens ouvrent 30 minutes avant le début du test, à partir de midi et les premières épreuves commencent à 12h30. Et l’heure, c’est l’heure. Arrivez en retard et vous pouvez abandonner l’idée de passer le test. Les règles sont très strictes. Il y a trois surveillants par salle de classe. Les épreuves durent entre 30 et 110 minutes et entre chaque il y a 30 minutes de pause pour s’aérer, boire ou aller aux toilettes.
Le jour de l’examen, il faut se présenter muni du Test Voucher et du matériel nécessaire pour écrire (un crayon papier HB ou à mine et une gomme à laquelle il faut retirer l’étui en carton) et une montre sans option mémoire. Il faut se placer à la table contenant le même numéro de candidat que sur le Test Voucher.
La même annonce avec les règles ainsi que la vérification du visage et de la photo est répétée quinze minutes avant chaque épreuve. Le JLPT c’est comme le foot ! Il y a des règles à respecter et toute infraction est sanctionnée soit par un carton jaune ou un carton rouge. Tentez de tricher et vous êtes hors-jeu !

Résultats

Les résultats sont annoncés par envoi d’un courrier avec le certificat si le test est validé deux mois plus tard. Il est possible de les connaitre en avance par Internet, toujours sur le site JEES, vers la fin du mois suivant l’examen. Il faut avoir minimum 100/180 pour passer.

Mes impressions

Le JLPT au Japon, c’est militaire 😂. Les examinateurs et surveillants sont stricts et sévères. Mon premier examen en particulier, l’examinatrice nous parlait comme à des soldats, très sèche et sans le moindre sourire.
Les universités sont immenses et j’aime beaucoup l’architecture pour certaines ! J’avais vraiment l’impression de redevenir étudiante, mais limite une étudiante dans une université prestigieuse xD.
Concernant le test en lui-même, je n’ai passé que le N5 et le N4 et je trouve déjà le N4 bien difficile… La partie vocabulaire est vicieuse avec parfois des kanji très ressemblant, la partie grammaire/lecture demande beaucoup de concentration et la partie écoute je dirais que c’est la plus facile alors que ça a toujours été mon point faible dans l’apprentissage d’une langue o_o.


♫ Un article = Une chanson ► Linkin Park – In the End

2

► Taking Off : Kimi no Nikki (février 2017)

Mon mois de février a été plutôt chargé ! Malgré mon séjour en France et à Busan qui ont fait un peu mal au porte-monnaie faut l’avouer, j’ai réussi à occuper mes week-ends en sortant avec les amis et en faisant quelques visites abordables !

4 février : Otsukaresama et Kanpai !

Boulot fini et week-end, comme c’est samedi soir, je rejoins un ami japonais pour manger et boire un coup à l’Izakaya. J’ai facilement adopté cette coutume d’aller avec les amis ou les collègues trinquer et déguster divers plats en discutant et rigolant pour se dire « Otsukaresama » après le boulot et avant de profiter pleinement de son week-end.

Comme je travaille à Jiyugaoka (à 10min en train de Shibuya, au sud ouest de Tokyo) nous sommes allés dans un des Izakaya du quartier, Ikkyu. C’est une chaîne et si vous prenez leur carte de fidélité à 300 yens, vous avez des réductions sur tous les plats et toutes les boissons 😉.

3 2

Dans cet Izakaya, on peut avoir une table dans une zone non-fumeur car contrairement à chez nous, c’est toujours autorisé de fumer dans les lieux publiques, et les japonais fument beaucoup dans la soirée. Je puais bien la clope quand je travaillais à l’Izakaya à l’époque…

1

On a mangé… beaucoup 😂 Karaage, tamagoyaki, yakitori, tempura au fromage, mochi frit… et pour le dessert, un pancake avec de la crème que l’on ajoute devant vous, jusqu’à 15cm de hauteur !

5

Pour moi, ces soirées sont aussi une occasion de pratiquer mon japonais et d’en écouter aussi. Et c’est encore difficile sans dico car je retiens pas ce fichu vocabulaire ! 😣 Mais d’après mes amis, je m’améliore. Mouais…

En tout cas après un an et sept mois depuis mon arrivée, j’ai quand même progressé. Suffisamment pour réussir le JLPT N5 !! 🎉🎶 Yahoo enfin ! En rentrant, j’ai eu le plaisir de découvrir dans ma boîte aux lettres mon précieux certificat ! J’ai eu 159/180, j’ai réussi chaque partie à plus de 67% dont un sans-faute pour la partie écoute ! Je suis super contente !

6

Prochaine étape : le N4 en juillet ! Comme les kanji sont plus nombreux et plus difficiles j’ai déjà commencé à les apprendre, je n’ai pas le choix si je veux réussir !

5 février : Yokohama sous la pluie

Une journée à Yokohama pour ce dimanche ! Mais la chose bien frustrante était qu’il pleuvait ce jour là alors que depuis mon retour il n’y avait pas eu une goutte de pluie ! POURQUOI DE LA PLUIE LE SEUL JOUR OÙ JE PEUX SORTIR ?! Va mourir le Japon avec ta météo de merde !

7

J’ai retrouvé mon ami Shiro qui habite Yokohama et nous sommes allés au Strawberry Festival qui se tenait au Aka Renka Shoko (赤レンガ倉庫), deux grands bâtiments rouges brique qui abritent des petits magasins, restaurants et cafés. Je me suis rappelée que j’y étais passée cet été pendant le Pikachu Matsuri mais je n’avais pas tout vu. Cet endroit est en fait super pour faire du shopping et trouver des cadeaux sympas ! J’ai acheté un sweat mignon à un magasin qui s’appelle Laundry, situé au deuxième étage du bâtiment 2. Leurs vêtements et accessoires sont trop chou. Si vous aimez les chats en particulier, faites un petit tour dans ce magasin ! J’ai aussi acheté des petits souvenirs traditionnels chez Warakuya Okame. J’y retournerais à l’occasion !

Puis finalement, direction le Strawberry Festival juste à côté. Que vous raconter, la fraise est partout et sous toutes les coutumes. Il y a à la fois des accessoires et de la nourriture avec la fraise comme ingrédient principal : omelette, glace, crêpes, mont blanc, mochi… Pleins de bonnes choses que les japonais, venus entre amis ou en famille se mettent sous la dent ! Il y a aussi des attractions pour les enfants, un photo spot avec une fraise géante où on vous file un bonnet en forme de fraise pour la photo et pleins d’autres petits événements. Et bien sûr les magasins du Aka Renka Shoko font pour certains des éditions spéciales de leurs produits avec la fraise. Le festival avait lieu du 3 au 12 février cette année de 11h à 18h.

2425

Aka Renka Shoko (赤レンガ倉庫)
Adresse : 1-1 Shinkou, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken
Accès : Bashamichi Station (Tokyu Toyoko Line) sortie 6

Comme c’était encore la période du Nouvel An Chinois, l’après-midi nous nous sommes rendus à China Town, dit aussi 中華街 (Chuukamachi). Les festivités les plus intéressantes avaient lieu le 28 janvier mais jusqu’au 5 février il y avait encore quelques petits spectacles. Nous avons pu voir une représentation de danse du lion et du dragon par des petits jeunes. C’était beau et surprenant à voir. Pour les lions ils étaient deux et pour les dragons ils étaient peut-être dix. C’est un sacré travail de synchronisation et de timing, si une personne se loupe dans les pas, c’est foutu !

On a regardé la première représentation, il y en avait d’autres après mais la pluie et le froid nous ont incités à aller manger un plat chaud dans un des nombreux restaurants chinois du quartier. On a pu manger un bon menu avec soupe, gyoza, yakisoba pour 800¥ 👍. On a fini par un petit tour dans le game center du coin pour échapper au froid et à la pluie incessante.

67 69 70 72

Si vous en avez l’occasion, je vous invite à aller voir les festivités du Nouvel An chinois ou même tout simplement vous balader dans China Town. Ça en fait une des attractions à Yokohama. Les centaines de restaurants chinois sont parmi les meilleurs niveau qualité prix et pour découvrir les véritables spécialités. Il y a également des boutiques de souvenirs et le quartier est entouré de ses quatre portes (Nord, Sud, Est, Ouest) plus cinq supplémentaires au cœur de la zone, avec en plus le temple Kanteibyo qui, construit en 1873 par les résidents chinois, est dédié au Dieu chinois de la prospérité.

J’ai eu l’occasion de me rendre à China Town pour la première fois lors de mon voyage au Japon en août 2014. Vous pouvez voir quelques photos sur ma galerie Flickr !

3654

China Town (中華街)
Adresse : Yamashita-chō, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa ken
Accès : Motomachi Chukagai Station (Minato Mirai Line), sortie 1

14 février : Joyeux Saint Chocolat

Ce jour tout le monde le connait c’est la Saint Valentin ! Au Japon, c’est la journée où les femmes offrent des chocolats à leur bien-aimé.. mais aussi à tous les autres hommes qui les entourent (famille, amis, collègues, boss). « C’est obligatoire », m’a dit une de mes étudiantes. 😂 Il arrive aussi qu’entre amies on s’échange des chocolats. Deux étudiantes ont pensé à moi en ce jour. 💃🍫💑
Moi, en bonne française célibataire, je n’ai rien offert ! 😌😅

75

La tradition veut que les hommes qui reçoivent des chocolats doivent offrir un cadeau plus cher aux femmes lors du White Day, le 14 mars !

19 février : 花見楽しみに🌸🍶✨

Comme souvent le dimanche, je fais mes courses dans mon habituel Aeon. Et en effectuant mes petits achats j’ai remarqué qu’avec l’approche du Hanami (la période des cerisiers en fleurs, appelés 桜 🌸 sakura), mon cher supermarché se mettait déjà au parfum ! J’ai donc déniché quelques produits au sakura 😊 : matcha, gâteau, yaourt, pancakes et assiettes 💕 bonne petite découverte pour une bonne stratégie marketing mais je ne peux résister au parfum du sakura.

103

Et en fait, beaucoup de magasins et même les konbinis s’y mettent ! Quelques jours plus tard, j’ai vu divers produits ailleurs ! Le Hanami en devient un événement commercial… Les Sakura sont partouuuut !

Même chez Starbucks avec le Frappuccino et le Chiffon Cake.. au Sakura ! Et j’ai donc j’ai fini par aussi acheter des verres Sakura… Haha..

5 6

Hâte d’être au Hanami 😍

20 février : Au paradis des fleurs

77

Après un déjeuner à Shibuya je me suis baladée du côté d’Omotesando où j’y ai vu près de la station Nogizaka des fleurs de pruniers qui commençaient à pointer le bout de leur nez 😍. Puis direction Ginza pour voir une exposition d’Ikebana. Une de mes étudiantes m’avait offert un ticket.

98

L’Ikebana (生け花) c’est l’arrangement floral japonais ! On le connait également sous le nom de kadō (花道), signifiant « la voie des fleurs » ou « l’art de faire vivre les fleurs ». Au contraire de la forme décorative des arrangements floraux dans les pays occidentaux, l’arrangement floral japonais crée une harmonie de construction linéaire, de rythme et de couleurs. Alors que les Occidentaux tentent d’accentuer la quantité et les couleurs des fleurs, portant leur attention essentiellement sur la beauté de la fleur, les Japonais accentuent l’aspect linéaire de l’arrangement. Ils ont développé un art qui valorise aussi bien le vase, les tiges, les feuilles et les branches que la fleur elle-même. La structure complète de l’arrangement floral japonais est axée sur trois points principaux symbolisant le ciel, la terre et l’humanité à travers les trois piliers, asymétrie, espace et profondeur.

Source : Wikipedia

86

Ça avait lieu au grand department store Matsuya Ginza. Je suis d’abord passée par les nombreux magasins de bouffe où j’y ai vu du pain et du fromage. J’ai goûté un morceau de camembert qui venait de Normandie ! Je n’ai pas manqué de dire à la vendeuse que je venais de là hihi. Puis je suis arrivée à l’exposition au huitième étage. Les compositions étaient jolies bien que assez simples pour certaines. Le même type de fleur revenait souvent. Mais je me suis quand même fait plaisir pour les photos ! Sans être une grande passionnée de fleurs, j’ai beaucoup aimé !

84 87 88

Pour voir plus de photos, rendez-vous sur Flickr les amis :) !

Matsuya Ginza
Adresse : 3-6-1 Ginza, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Ginza Station (Ginza Line, Marunouchi Line, Hibiya Line), sortie A12.

Cette excursion m’a donnée soif. De retour sur Omotesando, je suis allée dans un café. Une photographe japonaise que je suis sur Instagram y exposait tout le mois de février quelques unes de ses photos. Elle se spécialise dans les portraits. Je voulais donc les voir. Par la même occasion j’ai pu découvrir un café sympa. Décor et ambiance agréable. Je me suis régalée avec leur cheese cake et leur Oreo Smoothie.

100

Puis les photos de Yuri-chan décorent vraiment bien de petit coin détente. Il y a même une photo de Chloé ! Quelle classe ! Moi aussi j’aimerais poser pour des photographes T^T !

102

76CAFE
Adresse : MM Building 1F & B1, 4-9-2 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Omotesando Station (Ginza Line, Hanzomon Line) sortie A2.

25 février : La cuisine coréenne putain c’est bon

Après le travail, je suis allée manger chez mon amie Tomoko. Elle avait invité ses amies (dont certaines que je connaissais déjà), mais aussi une amie coréenne qui a cuisiné pour nous. Tteokbokki, japchae, kimbap, pancake coréen… C’était super bon, elle a vraiment bien cuisiné !

106 107

Pour le dessert, chacun avait ramené quelque chose. Moi j’avais ramené des mochi en forme de sakura 😂. Il y avait aussi des fraises, des macarons de chez Picard (parce que maintenant il y a Picard au Japon hehe).

108 109 110

C’était un peu difficile de parler japonais, mais j’adore écouter mes amis parler même si je ne comprends pas encore tout. Et Tomoko fait toujours l’effort d’utiliser son français ou son anglais pour me traduire. Je me sens vraiment bien en sa compagnie et ses amis sont vraiment sympa. C’est assez difficile de se lier d’amitié avec des japonais, mais Tomoko est certainement la première japonaise à m’avoir déjà dit : « Si un jour tu as vraiment un problème ou un soucis, n’hésites pas à me demander de l’aide ! » Je sais que je peux lui faire confiance !

Dans l’élan de la conversation, j’en suis venue à leur apprendre à dire « putain » et « je t’emmerde » ! Hahaha. Et nous sommes partis dans un fou rire interminable ! Et parce que la bouffe, « Putain c’est bon » ! 😂

111

26 février : Si on chantait~🎤

Journée au karaoké avec Elodie ! Comme d’habitude, c’était au Uta Hiroba à Shibuya, car le dimanche, de 11h00 à 20h00 il y a le forfait Free Time pour 1 320 yens avec boissons non-alcoolisées à volonté ! Donc un bon verre de Milk Tea et en avant la musique ! On a chanté pendant cinq heures et on aurait bien continué xD ! Le truc amusant dans les karaokés, ce n’est pas seulement entendre les splendides capacités vocales de ses voisins dans les autres salles (certains sont incroyables, j’ai de moins en moins honte d’aller chanter), c’est aussi les vidéos de ouf qu’ils mettent pour les chansons… Non des fois, ce serait tellement mieux si il y avait les clips vidéos pour certaines chansons… C’est niais à mort et tellement pas crédible… Parfois le défi, ce n’est pas de réussir à bien chanter, c’est de chanter sans éclater de rire à cause de la vidéo ! Bref, j’ai chanté les nouvelles chansons de ONE OK ROCK et mes chansons habituelles, dont Supernova de CNBLUE 8D, la piste incontournable de ma playlist ! Et c’est sur ses notes que je termine ce long article !


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCKTaking Off

8

► Human Academy : Japanese Student Job

J’étudie aussi avec ce bouquin, je vous le recommande :) !

Prendre des cours de japonais, c’est possible ! Mieux, être payé pour, c’est possible aussi ! J’avais besoin de continuer à prendre des cours, mais je voulais éviter de payer une école. C’est pourquoi depuis mon arrivée au Japon, je vais à l’école Human Academy, école proposant le programme Artificial Student ; on assiste à des cours donnés par des professeurs de japonais en formation et dans l’attente de décrocher leur certificat.

Ce programme était d’abord disponible dans la branche située à Shinjuku mais désormais, on peut recevoir ces cours dans la branche de Ginza et Yokohama. Je me suis inscrite, j’ai commence à Shinjuku et 3 ans après, j’ai également rejoint l’école de Ginza.

Human Academy Shinjuku (ヒューマンアカデミー 新宿校)

Adresse : Keio Shinjuku Oiwake Building, 3-1-13 Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo (東京都新宿区新宿3−1−13 京王新宿追分ビル)
Accès : Shinjuku Station (JR Line) sortie sud ou sud-est
Shinjuku Sanchome Station (Marunouchi Line, Fukutoshin Line, Toei Shinjuku Line) sortie A1
Shinjuku-Nishiguchi Station (Oedo Line) sortie D5
L’école se trouve au 8ème étage de l’immeuble. Au rez-de-chaussée se trouve un magasin FOREVER 21.

Human Academy Ginza (ヒューマンアカデミー 銀座校)

Adresse : Takenaka Ginza Building, 2-6-4 Ginza, Chuo-ku, Tokyo (東京都中央区銀座2−6−4 竹中銀座ビル)
Accès : Ginza Itchome Station (Yurakucho Line) sortie 8
Ginza Station (Marunouchi Line, Hibiya Line, Ginza Line) sortie A13

Human Academy « Artificial Student » : Nani kore ?

Human Academy est une école de japonais qui propose parmi ses programmes des formations pour enseigner le japonais à des étrangers. Ainsi durant les cours proposés, l’un des exercices est à la fois pour l’élève d’apprendre le japonais et pour le professeur d’apprendre à comment enseigner le japonais à des étudiants étrangers. Le programme semble assez chargé et sévère pour les futurs professeurs. Les classes sont observées, parfois filmées afin que les professeurs corrigent leurs erreurs et l’observateur n’hésite pas à intervenir et à faire la moindre remarque à l’enseignant si quelque chose ne va pas.

► Inscription
L’inscription s’effectue sur place uniquement. Les documents à fournir sont : votre carte de résident, votre passeport avec votre visa, votre Passbook ou votre carte bancaire. Les cours sont payés 1000 yens / heure, vous recevez votre salaire par virement bancaire le 25 du mois. Notez cependant que le type de visa ne peut pas toujours vous faire bénéficier d’un petit complément de salaire. Les personnes possédant un Visa Travail ne peuvent être payés pour les cours (pourquoi ? C’est la loi certainement…). Pour les autres (Working Holiday, Visa Époux, Visa Etudiant…) il n’y a pas de problème, c’est considéré comme un baito. Durant le temps où j’étais en PVT, j’ai pu être payé. Dès lors que j’ai changé de visa, l’école m’a informée qu’elle ne pouvait me payer mais que je pouvais toujours assister aux cours gratuitement. A la place, elle me rembourse pour les transports, chose qui normalement n’est pas comprise dans le salaire.

Vous serez admis dans la session sur le point de débuter et vous choisirez quels jours vous souhaitez assister aux cours. Avant il était possible d’assister à n’importe quel cours, mais récemment, la popularité de ce programme a augmenté et beaucoup de personnes assistent au classes. Désormais, à Shinjuku il est possible de ne choisir que maximum deux cours par semaine ! Cependant, il est possible de rejoindre les classes non remplies. Pour Ginza, il n’y a pas de limite pour l’instant. Si vous ne pouvez pas assister à l’un de vos cours, vous devez en informer l’école. Soyez sûrs de choisir une classe dans laquelle vous serez rarement absent.

► Être Artificial Student à Human Academy
Il y a différentes classes selon quatre niveaux définis :

  • Débutant : pour les personnes n’ayant jamais étudié le japonais et qui ne savent ni lire ni écrire les hiragana et katakana
  • Débutant avancé : pour les personnes ayant au moins appris à lire et écrire les hiragana et katakana
  • Débutant avancé ~ Intermédiaire : il est nécessaire de savoir lire et écrire les katakana et les kanji et de connaître la grammaire de base (construction d’une phrase, les particules, la forme en ~masu des verbes soit la conjugaison standard/polie) et de savoir au moins se présenter et parler de soi.
  • Intermédiaire : il est nécessaire d’avoir beaucoup de connaissances, du vocabulaire riche et de savoir lire quelques kanjis. Beaucoup de formes grammaticales sont étudiées, incluant parfois le Keigo (la forme très polie).

Les classes durent 1h30, soit deux fois 45 minutes avec un professeur différent. Il y a quatre sessions par an, soit une par saison :

  • Winter Term : de février à avril
  • Spring Term : de avril à juin
  • Summer Term : de juillet à septembre
  • Autumn Term : de octobre à décembre

Chaque session comprenait 9 cours enseignés par en moyenne sept professeurs. Après le premier cours, on vous remet une feuille de présence. A Shinjuku, il faut l’apporter à chaque cours mais à Ginza, ce sont les professeurs qui gardent les feuilles. Il y a des classes le matin (10h30-12h00) l’après-midi (14h30-16h00 ou 15h00-16h30) et le soir (18h30-20h00 ou 19h00-20h30) 5 jours par semaine, parfois tous les jours (mais l’emploi du temps change sans cesse). De mon expérience dans ce programme, les classes de l’après-midi sont plus ludiques, on fait beaucoup d’activités et de jeux avec des accessoires et des images, des jeux de rôle avec du matériel pour rendre la situation la plus réelle possible, et pour la dernière classe, il y a même un petit repas ! Et si vous avez des professeurs en or, vous recevez un diplôme à la fin ! Les classes du matin et du soir sont en revanche plus studieuses ; comme à l’école, chacun à sa table, on étudie plus profondément la grammaire, on écrit et on fait beaucoup d’exercices, de la lecture et de l’étude de textes. Vous êtes en plus chargés d’évaluer le cours en remplissant un questionnaire. En bref, les classes de l’après-midi sont plutôt destinées à ceux qui veulent s’amuser et passer un bon moment. Pour ceux qui veulent bosser dur avec un vrai objectif, les classes du matin et du soir seront plus adaptées !

► Déroulement des cours
La première leçon est généralement une leçon de présentation des professeurs et des apprenants avec un questionnaire à remplir. Vous renseignez votre pays d’origine, votre nombre d’années d’études du japonais et de quelle manière, vos objectifs, ce que vous voulez étudier en particulier. C’est souvent assez fun car les professeurs utilisent beaucoup d’objets et de matériels et proposent des jeux intéressants. On fait pas mal de conversations pour faire connaissance pendant que les professeurs se font une idée de notre niveau.

Viennent ensuite les huit cours réguliers. A chaque cours d’1h30, deux professeurs assurent pendant 45 minutes. Les cours sont chronométrés afin de voir si les professeurs savent gérer leur temps. Ce ne sont donc jamais les mêmes selon les semaines et par conséquent, les leçons ne se suivent pas. Un thème différent ou un point de grammaire différent sont abordés chaque semaine. Dans les niveau plus avancés, une partie du cours est consacré uniquement à la discussion ou des débats sur un thème. Les classes sont en moyenne constituées d’une dizaine à une vingtaine d’élèves. Les cours sont très bien préparés et présentés, parfois en images et avec des mini-jeux. Le professeur parle et explique uniquement en japonais. Votre rôle à vous c’est de bien suivre le cours, participer, poser des questions (parfois pièges pour voir comment le professeur saura répondre) et d’évaluer le cours.
L’avantage : on découvre différentes façons d’enseigner, les cours sont bien expliqués, et puis la petite paie à la fin du mois fait plaisir ! Si vous loupez une classe, vous n’êtes pas perdus à la classe suivante puisque aucun cours ne se suit !
L’inconvénient : les cours pourront paraître compliqués pour les personnes n’ayant vraiment aucune notions, il vaut mieux, même pour le niveau Débutant, en connaître quelques unes. Le fait que les cours ne se suivent pas et que chaque semaine se soit un cours totalement différent en gênera peut-être certains qui veulent un suivi logique dans leur apprentissage et qui veulent sentir une vraie progression (dans le cas-là j’ai envie de vous dire, inscrivez-vous et payez vos cours dans une école  avec des professeurs qualifiés hein ;)). Et aussi, au bout de plusieurs années à participer aux classes de même niveau, vous finissez pas connaitre les leçons par cœur, et donc plus de progression…

Human Academy « Artificial Student » : mes impressions

Ma première fois chez Human Academy remonte à mon arrivée avec un PVT. Je me suis inscrite aux classes de niveau Débutant du soir. A l’époque, on passait un test de niveau écrit avec des exercices de grammaire et de vocabulaire. C’étaient des textes à trou à compléter. Les premiers exercices étaient relativement simples. En revanche, les derniers se basent sur des formes grammaticales et des expressions plus complexes. Si on a peu de vocabulaire, la compréhension est tout de suite plus compliquée, car tout est en japonais bien sûr, mêmes les consignes ! Pour les niveau débutants, les kanjis sont retranscrits en furigana. Celui que j’avais passé s’était avéré un peu compliqué vers les derniers exercices. En même temps, vous passez en face à face avec deux professeurs pour une expression orale durant laquelle on vous demande de vous présenter et de répondre à diverses questions. Plus vous développez vos réponses, mieux le dialogue s’engage et les professeurs peuvent clairement distinguer votre niveau à l’oral. Mais désormais, ce test n’est plus inclus dans le programme. Le premier cours de cette session, je l’avais trouvé très spécial ! Durant celui-ci, nous rencontrions en binôme ou tout seul tous les professeurs, chacun pendant 10 minutes (exactement), où nous revoyions les différents exercices du test et des points de grammaires particuliers. Mais attention, si notre niveau était trop bas, il était possible de ne pas  pouvoir assister à la session.

Par la suite, j’ai souvent assisté à des classes l’après-midi de niveau Débutant avancé. Je les trouvais vraiment agréables et les professeurs étaient très gentils et attentifs. Pour se détendre, c’est bien de venir dans ces classes. L’ambiance y est bon enfant et on rigole beaucoup. Comme les étudiants viennent de pays différents (il y a de tout ; chinois, coréen, américain, africains…), parfois on partage les coutumes de nos propres pays et ça lance des sujets de conversations intéressants. On apprend aussi beaucoup sur la culture japonaise comme les matsuri ou les traditions du Nouvel An

J’ai aussi assisté aux classes Débutant avancé ~ Intermédiaire du matin et du soir. Les professeurs étaient jeunes en majorité et on voyait qu’ils débutaient vraiment dans le métier. C’est drôle, pour moi qui enseigne aussi, à travers leurs cours j’ai pu voir tous les défauts, ressentir leur stress par moment, mais je comprenais la difficulté ! Du coup, en plus d’apprendre le japonais, j’ai pu apprendre à m’améliorer dans ma façon d’enseigner. Enfin j’ai aussi été à une classe niveau Intermédiaire. Et c’est franchement, un niveau trop difficile pour moi pour l’instant ! La majorité des étudiants sont chinois (lol), le rythme est très rapide et il y a entre vingt et trente élèves dans la classe !

En globalité, je trouve les cours bien préparés même s’ils ne se suivent jamais. Les professeurs insistent sur la prononciation et font en sorte que tout le monde prenne la parole dans la classe. Ils ont beau parler uniquement en japonais, les points de grammaire sont expliqués simplement avec des images et des bons exemples. Ce n’est donc pas très dur à comprendre, à moins de vouloir se prendre bêtement la tête, ou alors c’est que vous n’êtes vraiment pas au niveau ! Le seul truc qui me dérange est qu’ils n’écrivent pas assez au tableau les réponses ou des exemples concrets. Et on ne nous laisse pas assez de temps pour prendre des notes aussi !

A cause du travail, pour ma part, c’est difficile en général d’assister à tous mes cours. Mais c’est un bon moyen d’étudier la langue, surtout quand on a rien à sortir de sa poche =). Je fais des rencontres vraiment très sympathiques, dont un certains nombre de français avec qui je garde contact. Pour moi c’est vraiment un moment détente et j’adore venir à cette école et rencontrer à chaque nouvelle session des personnes sympathiques :). Après, au bout de trois ans, j’ai quand même ressenti le besoin d’aller en parallèle dans une école payante pour progresser, car j’assiste toujours aux même classes de niveau intermédiaire (mes disponibilités sont très limitées avec mon travail) c’est du déjà étudié et mon niveau stagne.

Donc pour récapituler, si vous voulez étudier le japonais pour le fun le temps de votre PVT : allez dans cette école, elle est très bien pour ça ! Si vous avez un vrai objectif, si vous voulez vivre et bosser au Japon : allez-y aussi mais je vous recommande une école payante avec un programme suivi.

Mes jolis diplômes :)

Mes jolis diplômes :)


♫ Un article = Une chanson ► Michael JacksonHuman Nature

1

► Apprenez le japonais avec Kimi #3 : Pronoms personnels (人称代名詞) et comment s’adresser aux gens

Quels mots emploierez-vous si vous deviez vous adresser à un japonais que vous rencontrez pour la première fois ? Un ami japonais ? Un supérieur hiérarchique ? Un commerçant ? De la même manière, comment parleriez-vous de vous si vous deviez vous présenter lors d’un rendez-vous ? D’une conférence ?

Les japonais sont très pointilleux sur les bonnes manières et la politesse. Il est donc important d’utiliser le langage approprié avec chaque personne selon son statut ou selon la relation que vous partagez avec elle et avec le nom correct. Si vous parlez de vous-même, vous devez aussi faire attention à employer le bon niveau de politesse. Les pronoms personnels (人称代名詞 – にんしょうだいめいし – ninshou daimeishi) sont peu utilisés car ils sont considérés comme impolis et agressifs. C’est le contexte et les différents formes de grammaire utilisées qui vous permettent de comprendre de qui il est question. On préférera s’adresser aux autres par leur nom en ajoutant parfois leur titre (社長 – しゃちょう – shachou, 課長 – かちょう – kachou, 先生 – せんせい – sensei) ou en attachant un suffixe (さん – san, ちゃん – chan, 様 – さま – sama).

Malgré cela, les pronoms personnels existent aussi en japonais et ils sont aussi nombreux selon le niveau de politesse et le genre. En effet, les hommes et les femmes ont leur propre langage aussi et donc leurs propres pronoms !

En se référant à soi-même : 私 (Je)

Les différentes manières de dire « je » sont divisées en deux catégories : genre et politesse. Cependant certains pronoms peuvent être à la fois employés par les hommes et par les femmes. Le pronom personnel le plus utilisé, et celui que l’on apprend en premier est qui se lit de deux façons : わたくし (watakushi) et わたし (watashi). La première lecture est utilisée dans un contexte formel. La seconde sert dans un contexte poli. En terme de genre et de politesse,  est la référence la plus générique pour dire « je » en japonais.

Mais il n’est pas le seul et voici ci-dessous la liste de tous les pronoms pour exprimer « je » :

  • 私 (わたくし – watakushi) : neutre, formel
  • 私 (わたし – watashi) : neutre, poli
  • 僕 (ぼく – boku) : masculin, poli et informel
  • 俺 (おれ – ore) : masculin, informel
  • あたし (atashi) : féminin, informel
  • わし (washi) : masculin (plus précisément les hommes d’âge moyen)

On peut aussi parler de soi-même en utilisant son propre nom, mais ça reste une manière très féminine et enfantine.

私の名前キミと申します。 (わたくしのなまえきみともうします。 – Watakushi no namae wa Kimi to moushimasu) = Mon nom est Kimi. (neutre, formel)
私の名前キミです。 (わたしのなまえきみです。 – Watashi no namae wa Kimi desu.) = Mon nom est Kimi. (neutre, poli)
僕の名前ヨンファです。 (ぼくのなまえよんふぁです。 – Boku no namae wa Yonghwa desu.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, poli)
僕の名前ヨンファ。 (ぼくのなまえよんふぁ。 – Boku no namae wa Yongwha da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
俺の名前ヨンファ。 (おれのなまえよんふぁ。 – Ore no namae wa Yonghwa da.) = Mon nom est Yonghwa. (masculin, informel)
あたしの名前キミ。 (Atashi no namae wa Kimi.) = Mon nom est Kimi. (féminin, informel)

► Remarques

  • Si vous avez retenu ce que je vous ai appris dans la Leçon 2, vous comprendrez que le  (da) peut-être omis, ce que j’ai volontairement fait dans le dernier exemple, mais que j’ai laissé pour les phrases au masculin, puisque rappelons-le, est très souvent utilisé par les hommes !
  • En ajoutant la particule の (no) aux pronoms vous formez le possessif ; mon, ma, mes. Il en est de même pour la 2ème et 3ème personne du singulier et pour le pluriel. Rappel encore une fois ; il n’y a ni genre ni nombre !

En se référant aux autres

En japonais, on s’adresse généralement aux autres par leur nom suivi par un suffixe. Le plus utilisé, autant pour les femmes que pour les hommes, et en contexte poli, est さん (san), mais là aussi, il en existe plusieurs selon le genre et la politesse. Dans le milieu professionnel, on préférera employer les titres des personnes auxquelles on s’adresse. On évite de s’adresser à une personne en utilisant « tu », c’est grossier au Japon. Trois niveaux sont définis pour s’adresser à quelqu’un : 1) utiliser le nom + un suffixe ou un titre, 2) ne rien utiliser, 3) utiliser « tu » mais c’est mieux de l’éviter à moins que vous soyez proches de la personne ou que vous lui cherchez les emmerdes.

► Suffixes, préfixes et titres

  • さん (san) : neutre, poli
  • 君 (くん – kun) : masculin (plus jeune ou du même âge), familier
  • ちゃん (chan) : féminin (plus jeune ou du même âge), familier avec un côté mignon et attachant
  • 様 (さま – sama) : neutre, formel, marque de respect, personne de niveau hiérarchique supérieur, on retrouve également ce suffixe dans les adresses postales (voir l’image de cet article) ou les e-mails professionnels
  • 先輩 (せんぱい – senpai) : aîné, personne qui a plus d’expérience dans un domaine
  • 後輩 (こうはい – kouhai) : personne qui a moins d’expérience dans un domaine
  • 先生 (せんせい – sensei) : professeur, s’emploie aussi quand on s’adresse à son médecin ou son dentiste
  • 部長 (ぶちょう – buchou) : chef de département d’une entreprise
  • 課長 (かちょう – kachou) : chef de section d’une entreprise
  • 会長 (かいちょう – kaichou) : PDG
  • 社長 (しゃちょう – shachou) : président d’une entreprise

ご (go) et お (o) sont des préfixes honorifiques que l’on peut utiliser pour nommer des personnes (ご主人 – ごしゅじん – goshujin = votre mari, お友達 – おともだち – otomodachi = votre ami, お客様 – おきゃくさま- okyakusama = « vous » quand on s’adresse à un client…).

► Le pronom « Tu »

  • あなた (anata) : utilisé dans les occasions où il n’y a pas de manières de s’adresser à une personne ou lorsqu’il est impossible de connaître son nom
  • 君 (きみ – kimi) : par les hommes vers les femmes quand ils sont proches
  • お前 (おまえ – omae) : surtout utilisé par les hommes, manière dure et plate (je l’ai souvent entendu dans Bleach et d’autres animes)
  • あんた (anta) : familier, cela peut signifier que l’utilisateur est fâché
  • 手前 (てまえ – temae) : très grossier (celui-là aussi je l’ai souvent entendu dans Bleach xD)
  • 貴様 (きさま – kisama) : très, très grossier, là vous avez dépassé les limites de la vulgarité

► La 3ème personne et autres

  • 彼 (かれ – kare) : il (peut aussi signifier « petit-ami » selon le contexte)
  • 彼女 (かのじょ – kanojo) : elle (peut aussi signifier « petite-amie » selon le contexte)
  • 私たち (わたしたち – watashitachi) : nous
  • あなたたち (anatatachi) : vous
  • 彼ら (かれら – karera) : ils
  • 彼女たち (かのじょたち – kanojotachi) : elles

Cela sera détaillé dans une prochaine leçon (je vous y prépare), notez qu’il y a aussi différents mots et pronoms pour définir les membres de la famille, plus précisément quand vous voulez parler de votre famille ou quand vous voulez parler de celle de quelqu’un d’autre ! Eh oui tant de mots pour définir une même personne font toute la richesse de la langue japonaise !


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Leçon Précédente | Sommaire des leçons | Leçon Suivante