0

► Metropolis : Concert de Lee Jong Hyun à Yokohama

Le jeudi 14 juin, je suis allée accompagnée de Marine et Aurélie au concert solo de Jonghyun à Yokohama, connu surtout en tant que chanteur et guitariste de CNBLUE, dans le cadre de sa tournée pour promouvoir son deuxième album solo METROPOLIS.

​Mon dernier concert de CNBLUE remontait à très loin. Maintenant, quand je me rends à un concert des garçons, que je croise des fans partout, je ne suis pas à l’aise. Pas spécialement à cause de l’âge car justement, je crois que je suis parmi les plus jeunes fans encore ! Mais plutôt l’état d’esprit… Je ne me sens plus à ma place dans ce troupeau de moutons bleus ! Je n’avais même pas prévu de faire les concerts solo de Jonghyun à vrai dire. Mais la présence de Marine et d’Aurélie avec moi était une bonne raison de profiter de voir Jonghyun sur scène même si j’aurais préféré y voir CNBLUE.

Comme je me suis littéralement détachée ​du fanclub, je ne suis plus du tout l’actu, si bien que j’ai même loupé la vente fanclub des tickets. J’ai du acheter des tickets à la billetterie normale. Mais cela ne m’a pas empêchée d’obtenir de bons sièges bizarrement ! Je crois que les filles m’ont porté chance ! Même pour le concert de Yonghwa dans la même salle quelques mois avant, je n’étais pas aussi près !

​Pour faire leur promo avant leur concert solo le mois prochain, ou pour remplir les derniers sièges vides de la salle (hélas, Jonghyun ne fait pas sold out ​malgré son grand talent é_è), N.Flying a assuré la première partie. Ça faisait du bien de les revoir ! Je les ai vu à leurs débuts, plusieurs fois pendant les concerts FNC KINGDOM et après les avoir vu ce soir-là, j’ai remarqué du changement, de l’évolution ! Ils sont devenus bien plus confiants et meilleurs en live ! C’est la première fois que je sautais autant pendant leur performance, sans vraiment connaître toutes les chansons (je ne suis pas du tout à jour dans leur discographie) ni leur nouveau membre que j’ai eu du mal à accepter au début xD.

​Joli clin d’œil à mes bébés, ils ont fait des reprises des chansons de CNBLUE mais dans le style N.Flying. C’était pas trop mal et ça a bien mis l’ambiance dans la salle ! On a eu BETWEEN US, L.O.V.E Girl ​et​ You’re so Fine​. Les garçons étaient bien énergiques, les deux chanteurs sautaient sans cesse et nous incitaient à en faire autant. ​Ils nous ont quand même fait profiter d’une de leurs récentes chansons, The real,​ avant de nous remercier et de nous inciter à aller les voir pour leurs concerts solo en juillet. Avec Marine on y sera et j’ai bien hâte finalement :D !

On a attendu un peu, puis finalement, l’homme de la soirée est entré sur scène ! Sa guitare en main, il a débuté par la chanson titre de son album, Starry Places.​ Le décor rappelait un peu le style de son premier album, Sparkling Night, le grand rideau rouge avec parfois des jeux de lumières aux teintes chaudes et vives. Jonghyun était accompagné de musiciens et de danseurs pour certaines chansons plus pop et dynamiques comme Pina Colada que j’adore ! Mais pendant ces moments, par la simple envie de vouloir danser, on se concentre plus sur les pas des danseurs que sur Jonghyun lui-même XD.

Il a joué des chansons de son dernier album. Je n’avais pas vraiment eu le temps d’écouter donc par moment c’était la découverte. J’ai reconnu celles du premier album comme Smile, NothingMoonlight Swing

Mais il a aussi joué des chansons de CNBLUE, principalement celles qu’il a composées, comme Blind Love ❤. Belle surprise de sa part, il y en a eu d’autres auxquelles je ne m’attendais absolument pas. Je n’en revenais pas quand j’ai entendu les premières notes de When I Was Young. Le titre ne me revenait même pas au début. Voilà ce que ça donne quand on a pas écouté son groupe préféré pendant des mois 😅.

Bien qu’il soit plus sérieux et réservé, il a quand même pris plusieurs pauses pour parler une dizaine de minutes. Il a mentionné son voyage avec Jungshin et Minhyuk en Suisse et les quelques fans européennes dans la salle ont gueulé « Revenez pour un concert la prochaine fois !! » 😌 Ce jour n’est pas prêt d’arriver mais bon l’espoir fait vivre…

Le moment de demander le rappel était vraiment fun ! Pour une fois, il n’y avait pas que des « Encore » mous… Quand j’ai entendu quelque part dans la salle une fan crier « LEE JONGHYUN », j’ai fait pareil en tapant des mains, en levant les bras et en ajoutant des « Wow ». Marine et Aurélie ont éclaté de rire et font fait de même. Puis des japonaises derrière nous ont accompagnées. Les Boices autour nous regardaient avec le sourire. Oui, nous sommes des étrangères très fans et on met l’ambiance pour le rappel ;D.

C’est passé très vite et Jonghyun est finalement revenu vêtu du T-shirt du concert. Le meilleur moment de ce rappel reste sans doute Starlit Night. Jonghyun nous a tendu le micro pour qu’on chante le refrain. Il nous a fait répéter plusieurs fois (ce mec est trop perfectionniste, visiblement, on chantait pas assez bien ni assez fort pour lui xD). Puis il a demandé si il y avait des hommes qui accompagnaient leurs femmes ce soir. Quelques mains dans les premières rangées se sont levées. Il a alors donné son micro à un premier homme qui a chanté seul le refrain… Le mec fait chanter les maris des femmes BOICE ! J’aurais aimé qu’ils nous demandent, à nous les étrangères, de chanter aussi… J’aurais dit oui tout de suite ! A la fin de sa courte performance, le monsieur à modifié la dernière et a chanté Jonghyun no kokoro ga hikarase te iru (le cœur de Jonghyun s’illumine si je comprends bien les paroles), et tout le monde a hurlé ! Deux-trois personnes ont aussi eu l’opportunité de chanter et tous ont repris les mêmes mots ! C’était mignon et ça a fait sourire Jonghyun. A la fin, on a chanté plusieurs fois le refrain tous ensemble. Cette chanson est vraiment magique !

​Le rappel fut assez court comparé à d’habitude avec CNBLUE. Jonghyun a quitté la scène assez rapidement sans trop saluer le public, ça m’a un peu surprise… 😐

C’était une bonne soirée au final. Un concert, ça fait toujours du bien.


♫ Un article = Une chanson ► Lee Jonghyun – Starry Places

Publicités
1

► Spring Days : Kimi no Nikki (avril 2018)

En avril, ne te découvre pas d’un fil ! C’est le cas de le dire ! Les fleurs de cerisiers sont tombées pour laisser place aux journées ensoleillées ☀, mais avec des températures entre 25 et… 15 degrés. Et parfois encore un peu de pluie ☔. Avec tant de différences, c’est le bon plan pour encore chopper la grippe pendant cette saison !

Avril a été un mois très chargé ! J’ai eu la visite de la famille, donc je l’ai emmenée faire beaucoup d’activités et de sorties à Tokyo : Todoroki Valley (等々力渓谷), Yokohama (横浜), les jardins de Rikugien (六義園), Odaiba (お台場), le parc Yoyogi (代々木公園) et Meiji Jingu (明治神宮)…

Je suis aussi allée pour la première fois au temple de Kuhombutsu Joshin-ji (九品仏浄真寺), le temple des 9 Bouddha. Ce large temple abrite 9 statues géantes de Bouddha. C’est grand et reposant. Il n’est pas très connu des touristes et pourtant il vaut le coup ! En automne, les koyo rendent les lieux encore plus magnifiques à voir !

Kuhombutsu Joshin-ji (九品仏浄真寺)
Adresse : 7-41-3 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区奥沢7−41−3)
Accès : Kuhombutsu Station (Tokyu Oimachi Line)

J’ai aussi rendu visite à une personne que je n’avais pas vu depuis longtemps : mon ancien patron, celui de mon premier baito. Je suis allée à l’Izakaya dans lequel j’ai travaillé pendant un an. Il est petit, ce n’est pas le plus connu, il n’est pas dans le quartier le plus populaire, mais j’adore y manger et y boire ! Il y a une grande variété de saké et de whisky, yakitori (焼き鳥), salade (サラダ), sashimi (刺身), kushiage (串揚げ)… Un jour, si vous passez par Ichigaya, faites-y un petit tour !

Kessen Zenya (決戦前夜)
Adresse : 4-8-35 Kudan Minami, Chiyoda-ku, Tokyo (東京都千代田区九段南4丁目8−35)
Accès : Ichigaya Station (JR Chuo Line, Yurakucho Line, Namboku Line, Chiyoda Line), sortie A3

Pas seulement Tokyo, j’ai voyagé dans le Kansai (Osaka 大阪, Kyoto 京都, Nara 奈良 et Kobe 神戸) et j’ai passé une nuit au Panda Village (パンダヴィレッジ 🐼❤) !
On a fait un petit circuit : Osaka, Nara, Kyoto et Kobe. Pour les transports, j’ai opté comme souvent pour le bus Willer de nuit mais cette fois, j’ai choisi un de leurs nouveaux bus (Cocoon bus), un peu plus cher (9600 ¥), mais bus de luxe quoi ! Chacun son siège qu’on peut allonger quasiment à l’horizontal, un plateau pour poser ses affaires, une mini-télé avec de la musique et des films, un miroir, une couverture, une prise électrique… Bref tout le confort pour passer une bonne nuit dans le bus ! On a aussi voyagé en train Limited Express (特急) et en Shinkansen (新幹線🚄), qui ont l’avantage d’être rapide et confortable même si le prix n’est pas toujours donné 😅.

De retour à Tokyo, nous sommes allés à Kamakura (鎌倉) avec Eiko. J’ai visité pour la première fois le temple Hokokuji (報国寺) avec le petit jardin de bambou (la version mini de la forêt d’Arashiyama) et fait les magasins dans la rue Komachi (小町通り).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sans oublier les bonnes soirées avec les amis et mes étudiants. Eiko nous a offert un diner familial et un accueil chaleureux.

Avec, mes étudiants et ma team de choc, nous avons fait des Nomikai mémorables ! Notamment, la soirée avec ma classe de champions et mes collègues ou dirais-je plutôt, mes amis. Je crois que c’était ma meilleure soirée ici. Ces moments où on rigole comme des cons, où on fait des photos débiles (qui resteront privées bien sûr), où on discute de tout sans se prendre la tête… Ça me manquait tellement ! Grâce à eux, je suis toujours là. ありがとう皆❤🐼

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour passer de bons Nomikai à un prix correct, je vous recommande donc quatre Izakaya sympa :). Il y a un petit côté traditionnel avec des tatamis, on peut manger divers plats japonais et boire du bon saké :D. Avec un budget d’environ 3500 ¥ par personne.

En (えん)
Adresse : Myrich Building, 1-10-4 Jiyugaoka, Meguro-ku Tokyo (東京都目黒区自由が丘1−10−4 マイリッチビル)
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie nord
Site Internethttp://wasyoku-en.com

Tori Yoshi (鳥良)
Adresse : 2-10-8 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo (東京都目黒区自由が丘2-10-8)
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie centrale

Hashidaya (はし田屋)
Adresse : 1-15-8 Kami Meguro, Meguro-ku, Tokyo (東京都目黒区上目黒1-15-8)
Accès : Naka-Meguro Station (Tokyu Toyoko Line, Hibiya Line) sortie principale

Hanbey (半兵ヱ ハンベエ)
Adresse : 1-6-8 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo(東京都渋谷区道玄坂1丁目6−8)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 6 ou 8
Site internet : http://www.hanbey.com

Pour sortir un peu du style japonais et manger un peu de cuisine occidentale, j’ai testé un restaurant / café de pancakes hawaiiens !

Les assiettes, salées ou sucrées, sont assez grandes (et le prix aussi du coup 😅). Mais elles sont plutot bonnes. C’est bien d’aller là si vous avez envie d’un bon dessert bien copieux. Niveau boisson, j’ai vu plus original. Des boissons simples et basiques. Les serveuses portent des jupes à fleurs qui rappellent Hawaii mais je n’ai pas trouvé le service très efficace. Trop de temps d’attente car trop long de préparer une table, hum…

Hawaiian Pancake Factory Shinjuku MyLord (ハワイアンパンケーキファクトリー新宿ミロード店)
Adresse : Odakyu Shinjuku MyLord M2F, 1-1-3 Nishi-Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo (東京都新宿区西新宿1-1-3 小田急新宿ミロードM2F)
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud
Site Internethttp://www.giraud.co.jp

Maintenant que le printemps est officiellement là, la saison des pique-niques commence ! J’avais toujours pensé à faire un pique-nique près de la rivière Tama. Ça s’est finalement fait un dimanche midi/aprem ensoleillé et assez chaud (on est monté jusqu’à 30° 😨).

On s’est posé au parc Hyogojima de Futako-tamagawa (二子玉川 兵庫島公園). Chacun a ramené nourriture et boisson. C’était un temps agréable avec une vue sympa sur la rivière. On avait l’impression d’être en vacances !

« We could be immortals »
Toujours aussi bon sur scène ! J’ai été voir Fall Out Boy en concert au Nippon Budokan.

Je les ai découvert étant adolescente, je suis partie pour le Japon en les écoutant dans l’avion, et j’ai réussi à les voir deux fois à Tokyo malgré mon emploi du temps chargé ! Bref ce concert tombait bien j’avais besoin de calmer mes nerfs du boulot 😂 et me défouler un peu… beaucoup, comme à l’époque de mes concerts à Paris. Eh oui en plus j’étais en fosse, dans le bloc des plus fous ! Si bien que le staff a du renforcer la sécurité en ajoutant des barrières supplémentaires (ils pensaient vraiment que de simples cordes pour délimiter la zone allaient suffire ?! 😂). Ambiance excellente, set list parfaite, animations splendides et mise en scène efficace ! J’ai passé un super concert 🎶 Ça me manque tellement de ne plus en faire autant !

« Thanks for the memories ❤ »

Pour finir j’ai acheté un Daruma.
Qu’est-ce que c’est ?

Les daruma sont des figurines creuses, de forme arrondie, sans bras ni jambes. Elles sont le plus souvent rouges, mais parfois jaunes, vertes, violettes et blanches. Le visage de la figurine est moustachu et barbu, les yeux sont blancs, sans iris.

On peut se procurer les daruma dans les temples bouddhistes ou à proximité. Les prix varient de 1 000 yens pour les plus petites, qui avoisinent 15 cm de hauteur, à plus de 10 000 yens pour les plus grandes d’environ 60 cm de hauteur. On possède généralement un seul daruma entamé à la fois.

On utilise de l’encre noire pour dessiner la pupille circulaire du premier œil en se formulant mentalement le vœu. Jusqu’à ce que le vœu se réalise, on entrepose le daruma en hauteur dans sa maison. Si le souhait se réalise, on dessine alors la seconde pupille, et on écrit la façon dont le vœu a été réalisé. Ceci apporte, au-delà des superstitions, l’avantage d’apporter une réflexion sur la façon d’accomplir ce qui est désiré. Si le vœu ne se réalise pas, et que le daruma a été acheté dans un temple (il porte alors le sceau du temple), son propriétaire peut l’y renvoyer pour qu’il y soit brûlé. La plupart des temples refuseront de brûler des figurines qu’ils n’ont pas confectionnées. Le rituel de destruction par le feu, qui a généralement lieu à la fin de l’année, indique aux dieux que l’on n’a pas renoncé à son souhait mais que l’on cherchera d’autres moyens pour qu’il se réalise.

Source : Wikipedia

Cette année, je ne suis pas partie sur de bonnes bases et beaucoup de choses m’ont déçue, bouleversée, attristée. De même, je ne suis pas satisfaite de moi-même. Je ne veux plus faire d’erreurs stupides et sombrer au moindre faux pas. Ce Daruma, auquel j’ai dessiné une première pupille est là pour me rappeler qu’il y a toujours du bon quelque part et des personnes pour me soutenir, que même en galérant on peut y arriver. Je veux croire encore en mon avenir et continuer à me battre pour l’atteindre, être plus forte pour enfin grandir et ne plus craindre quoi que ce soit. Je vais continuer à faire des efforts pour réaliser tout ça et pouvoir avec fierté dessiner la deuxième pupille de mon Daruma.


♫ Un article = Une chanson ► BTS – 봄날 (Spring Day)

0

► Run : Kimi no Nikki (janvier 2018)

Après mon super Nouvel An, ce fut le retour à la réalité… Ma semaine de vacances a pris fin et il a fallu reprendre le train-train quotidien.

La première moitié du mois, j’ai rien fait 😂. Je suis tombée malade et une fois quasiment remise (difficile de guérir avec ce froid du mois de janvier qui est moins supportable que le mois de décembre), j’ai eu beaucoup de travail 😅. Nouveaux projets, nouvelles taches… Je me donne à fond et je vais de l’avant !

J’ai fait un shinnen karaoke (新年カラオケ, c’est comme le shinnenkai 新年会 sauf que c’est une soirée karaoké 😂), ​ça ne change pas. Le karaoké reste un de mes loisirs favoris au Japon ! Parmi mes collègues, nous avons créé un petit groupe « Karaoké » et nous y allons souvent ensemble !

Je suis allée au Lock Up avec Elodie, Violaine et Suzon. Pour notre shinnenkai, mais surtout parce qu’il y avait un menu spécial temporaire jusque fin février, Red or Alive. Pour 3 500 yens plusieurs plats à l’apparence dégueu et effrayante étaient servis : un apéritif HELLO! eyes avec du fromage, du guacamole et des chips de tortillas Red Spirits « Salsa », de la salade avec du radis rouge RED MEDICINE, du karaage avec une sauce tartare rouge Red-chiki=Red Karaage, des frites avec de la poudre de paprika NOT SPICY POTATO, des spaghettis carbonara sanglantes Born to be my RED PASTA, du poulet tandoori Red Players « Chicken », du pain grillé au fromage rouge RAD ON BRAD « PANGRATAN » et du gâteau, toujours avec une sauce très rouge. Le tout avec boisson à volonté (飲み放題) pendant deux heures. Voici ce que ça donne en images (attention expectation VS reality xD) !

L’avantage est qu’on a vraiment payé que ça (et pas les frais d’entrée, les frais de service et les taxes…) et on a bien mangé même si c’était loin d’être de la grande cuisine.

L’inconvénient, ou les inconvénients : si on voulait picoler des boissons alcoolisées et les cocktails bien présentés dans des béchers et des éprouvettes, il fallait payer en plus. Du coup, bah comme on avait peur de la note salée avec les frais supplémentaires (qu’on a finalement pas payés), on s’est contentés des boissons sans alcool pas du tout originales xD. Ensuite, on était pas dans une cellule de prison, mais une grande salle semblable à celle d’un vieux manoir où on pouvait accueillir 10 personnes (sauf qu’on était que 4, c’était un peu « trop » grand pour une fois). Enfin, les monstres osaient à peine venir nous faire peur pendant le monster show (c’est surtout pour ça qu’on vient dans ce genre d’endroits..). J’aime bien aller au Lock Up pour l’ambiance d’habitude, mais je ne me laisserai plus tenter par les événements et menus spéciaux. Un peu déçue, heureusement que je n’ai payé que 3 500 yens ! Je préfère opter pour le menu à la carte et dépenser plus et au moins m’amuser un peu !

​Mot du mois : Tako-Paa (タコパー 🐙 ) ! Qu’est-ce que c’est ? C’est simple, c’est une Takoyaki Party, une soirée où on cuisine et mange des takoyaki ! Comme nous et la raclette party ou crêpes party !

​Une de mes étudiantes nous a invités, mes collègues et moi, à une takoyaki party chez elle. Miam miam ! Ce fut enfin l’occasion d’utiliser pour la première fois mon appareil que j’ai depuis presque deux ans xD ! La dernière fois que j’avais cuit des Takoyaki remontait à plus d’un an mais je n’avais pas perdue la main 💪.

​On a fait des Takoyaki classiques (donc avec le poulpe) puis des Cheeseyaki, c’est comme des Takoyaki sauf qu’à la place du poulpe, on a mis du fromage ! On est pas français pour rien ;D et c’est aussi bon !

Le 22 janvier (deux ans et sept mois au Japon, c’est un signe) il a neigé ! En une matinée Tokyo s’est teint de blanc avec une grosse vague de froid. C’était beau 💖. Ouais, mais c’était la première fois que je voyais une forte averse de neige à Tokyo.

Je m’en rappellerai de cette journée enneigée à Tokyo. Des alertes à la vague de froid ont été faites ainsi que des consignes disant de rentrer le plus tôt possible chez soi. Dans certaines entreprises japonaises, les employés ont été autorisés à rentrer chez eux à partir de 15h. Du côté des trains, beaucoup de perturbations. Des retards, des annulations, des trains énormément bondés. Fallait prendre son mal en patience et moi je suis pas du tout patiente. Parce que le temps c’est de l’argent. J’ai poireauté pendant une heure et demie à Shibuya avant de pouvoir prendre un train.

En rentrant chez moi après avoir passé 3h dans les transports il a fallu affronter une petite tempête de neige. Les routes n’étaient pas dégagées et il y avait jusqu’à 20 cm de neige.

Bref là, la neige c’est moins cool tout d’un coup. La prochaine fois, je ne quitte pas ma maison, je reste chez moi !

​Enfin, la grande info de ce mois est la suivante : je suis passée à la télé japonaise !

« Sensei, on vous a vu à la télé ! »

Mes étudiants m’ont vue et reconnue tout de suite ! ​Surprise ! Eh oui, début janvier, j’ai enregistré une interview pour la chaîne japonaise TBS​ dans le cadre de l’émission この差って何ですか (Quelle est cette différence ?), une émission de variétés qui traite des différences de culture, d’événements dans le monde.

Le thème de l’épisode, diffusé le mardi 30 janvier 2018, auquel j’ai participé était 日本の不思議 (Les ​merveille​s​ du Japon)​. Des étrangers ont été interviewés pour parler des aspects surprenants au Japon tout en les comparant avec leur pays d’origine. Moi, comme je suis française, on m’a demandé de parler… du pain ! Après une courte présentation, j’ai comparé le pain en France et au Japon, en mentionnant les pains à la crème ou aux haricots rouges et les pains au curry. A la fin, le journaliste m’a demandé si j’avais une question particulière et elle a été : « Pourquoi seulement le pain au curry est-il frit et pas les autres ? » 😂

Quelle est cette différence ?! Hum, hum question intéressante n’est-ce pas ? 😂 Pour connaitre la réponse, regardez la vidéo de l’émission ci-dessous. Vous pouvez voir en plus une super animation avec ma tête. J’ai l’air d’une mamie. Mon entourage a bien rigolé en regardant ça :​

Parler en japonais a été un bon challenge ! Je suis sûre que j’ai fait beaucoup de fautes ! D’ailleurs, poser ma question a été difficile, je n’arrivais pas à retenir tous les mots, on a du tourner 36 fois ! Les journalistes ont été très patients et gentils. En cadeau, ils m’ont offert…. du pain au curry et du pain à crème et aux haricots rouges qui ont fait mon déjeuner ! C’était une super expérience !​ ​

Pour plus d’infos sur l’émission, consultez le site internet.
この差って何ですか : http://www.tbs.co.jp/konosa/
Le staff cherche régulièrement des personnes parlant japonais pour leurs interviews. Si vous voulez tenter l’expérience, n’hésitez pas à demander 😉.


♫ Un article = Une chanson ► BTS – RUN

0

► +1 : Renouvellement du Visa Travail

Comme je l’annonçais dans un de mes précédents articles, j’ai renouvelé mon contrat de travail. Par conséquent, le renouvellement de mon Visa Travail a suivi !

Renouveler un Visa Travail au Japon, comment ça se passe ? Je vous explique ! 

Cette démarche s’applique aux ressortissants étrangers souhaitant poursuivre leurs activités avec leur statut de résident actuel (prolongement d’un contrat de travail ou renouvellement d’un visa époux par exemple). Il faut effectuer la demande avant l’expiration du statut de résident du demandeur, à partir de trois mois avant la date d’expiration.

Documents à fournir pour constituer le dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (在留期間更新許可申請書) partie employé (à télécharger ici)
  • 2 La photocopie du passeport et de la carte de résident actuelle (recto-verso) (パスポート及び在留カード(表裏)のコピー)
  • 3 Une photo d’identité (写真) format 3*4cm datant de moins de trois mois
  • 4 Une attestation de paiement des impôts (納税証明書) et un certificat de la taxe d’habitation (住民税の課税証明書) de l’année précédent celle de la demande
  • 5 Les autres documents sont fournis par votre employeur ;) ! Sont inclus le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (partie employeur), une lettre de demande d’extension de la période de séjour, une copie du contrat de travail et le justificatif des activités de votre employeur et de ses bénéfices.
  • 6 4 000¥ en timbres fiscaux à payer si l’application est acceptée, le jour du retrait du visa. Le prix varie selon le statut demandé.

Préparer le dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (在留期間更新許可申請書) : à compléter en anglais ou en japonais. Il y a différents formats selon les activités effectuées. Ce n’est pas le même formulaire que celui du changement de statut c’est une demande pour rallonger la durée du visa travail. Mais les informations à remplir sont les mêmes : nationalité, nom, coordonnés, emploi, etc…
  • 2 Une attestation de paiement des impôts (納税証明書) et un certificat de la taxe d’habitation (住民税の課税証明書) : étant donné que maintenant vous êtes à un an d’activités professionnelles, vous payez donc les impôts comme tout le monde. Rendez-vous à la mairie pour demander les documents. Il faut remplir un formulaire de demande pour chaque document (納税証明申請書 et 市民税・県民税証明の申請書). Vous écrivez votre adresse, votre nom, votre date de naissance, votre numéro de téléphone, l’année d’imposition et le nombre d’exemplaires souhaités, vous présentez votre carte de résident avec le formulaire au comptoir des attestations écrites (証明書受付, Shomeisyo uketsuke). Temps d’attende de 15 minutes environ, c’est assez rapide, vous récupérez vos documents au comptoir de récupération des documents (お渡し窓口 Owatashi Madoguchi) et vous payez les frais de service (de 200 à 600¥ environ) ! Attention : quand vous demandez l’attestation des impôts sur une année, il faut aller à la mairie de là où vous habitiez cette année au 1er janvier, sauf si vous faites la demande à partir du 1er juin.

Dépôt du dossier

Comme j’habite dans la préfecture de Kanagawa désormais, ça me prend plus d’une heure pour aller au bureau d’immigration de Tokyo, Shinagawa. J’en ai donc choisi un plus proche, à 40 minutes de chez moi. Je me suis rendue à la branche de Kawasaki situé près de la station Shin Yurigaoka. Le bureau ouvre de 9h00 à 16h00. L’avantage de ce bureau est que même en arrivant à 8h35, il y a rarement plus de dix personnes devant vous ! Plus besoin de camper ! Ça change du bureau d’immigration à Shinagawa où on peut trouver plus de 30 personnes en arrivant à 7h30.

Tokyo Immigration Bureau Kawasaki Branch Office (東京入国管理局川崎出張所)
Adresse : Kawasaki West Joint Government Building, 1-3-14 Kamiaso, Aso-ku, Kawasaki City, Kanagawa Prefecture
Accès : Shin Yurigaoka Station (Odakyu Line), sortie Sud

Le bureau ouvre pile à l’heure. C’est tout petit donc c’est pas compliqué de trouver le bon comptoir, y en a qu’un. Vous allez à la réception (受付) pour faire vérifier votre dossier avec votre passeport et votre carte de résident. Vous remplissez la carte postale qui vous est envoyé plus tard avec la réponse et on vous remet un ticket.

En étant numéro 3 vous pouvez vous rassurer de ne pas avoir à passer des heures au bureau… 😂 En effet en 30 minutes c’est fait. Vous récupérez votre passeport, votre carte de résident avec un tampon indiquant que votre statut est en cours de changement et la notice avec votre numéro de dossier expliquant que pendant son étude, il est possible de rester jusqu’à deux mois sur le territoire japonais. A la différence du bureau d’immigration de Tokyo (Shinagawa), la notice n’est qu’en japonais 😂. Il ne reste plus qu’à attendre le verdict final.

Réception du Visa

Environ deux semaines après le dépôt du dossier, vous recevez la carte postale indiquant de vous présenter à l’immigration dans les deux semaines suivantes avec passeport, carte de résident, 4000¥ de timbres fiscaux, la notice avec le numéro de dossier et la carte postale. Selon la demande et peut-être le bureau d’immigration, la durée du traitement du dossier peut-être plus longue, jusqu’à deux mois parfois !

Donc c’est reparti direction le bureau d’immigration à Shin Yurigaoka. ​​​​Au bureau de Shinagawa, on peut acheter les timbres au konbini du bureau. Sinon, il faut se rendre à la poste. A l’immigration, vous remettez la carte postale, le timbre (vous signez le formulaire en même temps et y collez le timbre), la notice avec le numéro de dossier, passeport et carte de résident. En échange vous recevez un ticket et attendez (environ 30 minutes) que votre numéro soit appelé pour récupérer votre nouvelle carte de résident.

Et vous voilà avec votre précieux visa ! 🎉 楽しみましょう🎵💕


♫ Un article = Une chanson ► Martin Solveig (feat. Sam White)+1

2

► Taking Off : Kimi no Nikki (février 2017)

Mon mois de février a été plutôt chargé ! Malgré mon séjour en France et à Busan qui ont fait un peu mal au porte-monnaie faut l’avouer, j’ai réussi à occuper mes week-ends en sortant avec les amis et en faisant quelques visites abordables !

4 février : Otsukaresama et Kanpai !

Boulot fini et week-end, comme c’est samedi soir, je rejoins un ami japonais pour manger et boire un coup à l’Izakaya. J’ai facilement adopté cette coutume d’aller avec les amis ou les collègues trinquer et déguster divers plats en discutant et rigolant pour se dire « Otsukaresama » après le boulot et avant de profiter pleinement de son week-end.

Comme je travaille à Jiyugaoka (à 10min en train de Shibuya, au sud ouest de Tokyo) nous sommes allés dans un des Izakaya du quartier, Ikkyu. C’est une chaîne et si vous prenez leur carte de fidélité à 300 yens, vous avez des réductions sur tous les plats et toutes les boissons 😉.

3 2

Dans cet Izakaya, on peut avoir une table dans une zone non-fumeur car contrairement à chez nous, c’est toujours autorisé de fumer dans les lieux publiques, et les japonais fument beaucoup dans la soirée. Je puais bien la clope quand je travaillais à l’Izakaya à l’époque…

1

On a mangé… beaucoup 😂 Karaage, tamagoyaki, yakitori, tempura au fromage, mochi frit… et pour le dessert, un pancake avec de la crème que l’on ajoute devant vous, jusqu’à 15cm de hauteur !

5

Pour moi, ces soirées sont aussi une occasion de pratiquer mon japonais et d’en écouter aussi. Et c’est encore difficile sans dico car je retiens pas ce fichu vocabulaire ! 😣 Mais d’après mes amis, je m’améliore. Mouais…

En tout cas après un an et sept mois depuis mon arrivée, j’ai quand même progressé. Suffisamment pour réussir le JLPT N5 !! 🎉🎶 Yahoo enfin ! En rentrant, j’ai eu le plaisir de découvrir dans ma boîte aux lettres mon précieux certificat ! J’ai eu 159/180, j’ai réussi chaque partie à plus de 67% dont un sans-faute pour la partie écoute ! Je suis super contente !

6

Prochaine étape : le N4 en juillet ! Comme les kanji sont plus nombreux et plus difficiles j’ai déjà commencé à les apprendre, je n’ai pas le choix si je veux réussir !

5 février : Yokohama sous la pluie

Une journée à Yokohama pour ce dimanche ! Mais la chose bien frustrante était qu’il pleuvait ce jour là alors que depuis mon retour il n’y avait pas eu une goutte de pluie ! POURQUOI DE LA PLUIE LE SEUL JOUR OÙ JE PEUX SORTIR ?! Va mourir le Japon avec ta météo de merde !

7

J’ai retrouvé mon ami Shiro qui habite Yokohama et nous sommes allés au Strawberry Festival qui se tenait au Aka Renka Shoko (赤レンガ倉庫), deux grands bâtiments rouges brique qui abritent des petits magasins, restaurants et cafés. Je me suis rappelée que j’y étais passée cet été pendant le Pikachu Matsuri mais je n’avais pas tout vu. Cet endroit est en fait super pour faire du shopping et trouver des cadeaux sympas ! J’ai acheté un sweat mignon à un magasin qui s’appelle Laundry, situé au deuxième étage du bâtiment 2. Leurs vêtements et accessoires sont trop chou. Si vous aimez les chats en particulier, faites un petit tour dans ce magasin ! J’ai aussi acheté des petits souvenirs traditionnels chez Warakuya Okame. J’y retournerais à l’occasion !

Puis finalement, direction le Strawberry Festival juste à côté. Que vous raconter, la fraise est partout et sous toutes les coutumes. Il y a à la fois des accessoires et de la nourriture avec la fraise comme ingrédient principal : omelette, glace, crêpes, mont blanc, mochi… Pleins de bonnes choses que les japonais, venus entre amis ou en famille se mettent sous la dent ! Il y a aussi des attractions pour les enfants, un photo spot avec une fraise géante où on vous file un bonnet en forme de fraise pour la photo et pleins d’autres petits événements. Et bien sûr les magasins du Aka Renka Shoko font pour certains des éditions spéciales de leurs produits avec la fraise. Le festival avait lieu du 3 au 12 février cette année de 11h à 18h.

2425

Aka Renka Shoko (赤レンガ倉庫)
Adresse : 1-1 Shinkou, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken
Accès : Bashamichi Station (Tokyu Toyoko Line) sortie 6

Comme c’était encore la période du Nouvel An Chinois, l’après-midi nous nous sommes rendus à China Town, dit aussi 中華街 (Chuukamachi). Les festivités les plus intéressantes avaient lieu le 28 janvier mais jusqu’au 5 février il y avait encore quelques petits spectacles. Nous avons pu voir une représentation de danse du lion et du dragon par des petits jeunes. C’était beau et surprenant à voir. Pour les lions ils étaient deux et pour les dragons ils étaient peut-être dix. C’est un sacré travail de synchronisation et de timing, si une personne se loupe dans les pas, c’est foutu !

On a regardé la première représentation, il y en avait d’autres après mais la pluie et le froid nous ont incités à aller manger un plat chaud dans un des nombreux restaurants chinois du quartier. On a pu manger un bon menu avec soupe, gyoza, yakisoba pour 800¥ 👍. On a fini par un petit tour dans le game center du coin pour échapper au froid et à la pluie incessante.

67 69 70 72

Si vous en avez l’occasion, je vous invite à aller voir les festivités du Nouvel An chinois ou même tout simplement vous balader dans China Town. Ça en fait une des attractions à Yokohama. Les centaines de restaurants chinois sont parmi les meilleurs niveau qualité prix et pour découvrir les véritables spécialités. Il y a également des boutiques de souvenirs et le quartier est entouré de ses quatre portes (Nord, Sud, Est, Ouest) plus cinq supplémentaires au cœur de la zone, avec en plus le temple Kanteibyo qui, construit en 1873 par les résidents chinois, est dédié au Dieu chinois de la prospérité.

J’ai eu l’occasion de me rendre à China Town pour la première fois lors de mon voyage au Japon en août 2014. Vous pouvez voir quelques photos sur ma galerie Flickr !

3654

China Town (中華街)
Adresse : Yamashita-chō, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa ken
Accès : Motomachi Chukagai Station (Minato Mirai Line), sortie 1

14 février : Joyeux Saint Chocolat

Ce jour tout le monde le connait c’est la Saint Valentin ! Au Japon, c’est la journée où les femmes offrent des chocolats à leur bien-aimé.. mais aussi à tous les autres hommes qui les entourent (famille, amis, collègues, boss). « C’est obligatoire », m’a dit une de mes étudiantes. 😂 Il arrive aussi qu’entre amies on s’échange des chocolats. Deux étudiantes ont pensé à moi en ce jour. 💃🍫💑
Moi, en bonne française célibataire, je n’ai rien offert ! 😌😅

75

La tradition veut que les hommes qui reçoivent des chocolats doivent offrir un cadeau plus cher aux femmes lors du White Day, le 14 mars !

19 février : 花見楽しみに🌸🍶✨

Comme souvent le dimanche, je fais mes courses dans mon habituel Aeon. Et en effectuant mes petits achats j’ai remarqué qu’avec l’approche du Hanami (la période des cerisiers en fleurs, appelés 桜 🌸 sakura), mon cher supermarché se mettait déjà au parfum ! J’ai donc déniché quelques produits au sakura 😊 : matcha, gâteau, yaourt, pancakes et assiettes 💕 bonne petite découverte pour une bonne stratégie marketing mais je ne peux résister au parfum du sakura.

103

Et en fait, beaucoup de magasins et même les konbinis s’y mettent ! Quelques jours plus tard, j’ai vu divers produits ailleurs ! Le Hanami en devient un événement commercial… Les Sakura sont partouuuut !

Même chez Starbucks avec le Frappuccino et le Chiffon Cake.. au Sakura ! Et j’ai donc j’ai fini par aussi acheter des verres Sakura… Haha..

5 6

Hâte d’être au Hanami 😍

20 février : Au paradis des fleurs

77

Après un déjeuner à Shibuya je me suis baladée du côté d’Omotesando où j’y ai vu près de la station Nogizaka des fleurs de pruniers qui commençaient à pointer le bout de leur nez 😍. Puis direction Ginza pour voir une exposition d’Ikebana. Une de mes étudiantes m’avait offert un ticket.

98

L’Ikebana (生け花) c’est l’arrangement floral japonais ! On le connait également sous le nom de kadō (花道), signifiant « la voie des fleurs » ou « l’art de faire vivre les fleurs ». Au contraire de la forme décorative des arrangements floraux dans les pays occidentaux, l’arrangement floral japonais crée une harmonie de construction linéaire, de rythme et de couleurs. Alors que les Occidentaux tentent d’accentuer la quantité et les couleurs des fleurs, portant leur attention essentiellement sur la beauté de la fleur, les Japonais accentuent l’aspect linéaire de l’arrangement. Ils ont développé un art qui valorise aussi bien le vase, les tiges, les feuilles et les branches que la fleur elle-même. La structure complète de l’arrangement floral japonais est axée sur trois points principaux symbolisant le ciel, la terre et l’humanité à travers les trois piliers, asymétrie, espace et profondeur.

Source : Wikipedia

86

Ça avait lieu au grand department store Matsuya Ginza. Je suis d’abord passée par les nombreux magasins de bouffe où j’y ai vu du pain et du fromage. J’ai goûté un morceau de camembert qui venait de Normandie ! Je n’ai pas manqué de dire à la vendeuse que je venais de là hihi. Puis je suis arrivée à l’exposition au huitième étage. Les compositions étaient jolies bien que assez simples pour certaines. Le même type de fleur revenait souvent. Mais je me suis quand même fait plaisir pour les photos ! Sans être une grande passionnée de fleurs, j’ai beaucoup aimé !

84 87 88

Pour voir plus de photos, rendez-vous sur Flickr les amis :) !

Matsuya Ginza
Adresse : 3-6-1 Ginza, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Ginza Station (Ginza Line, Marunouchi Line, Hibiya Line), sortie A12.

Cette excursion m’a donnée soif. De retour sur Omotesando, je suis allée dans un café. Une photographe japonaise que je suis sur Instagram y exposait tout le mois de février quelques unes de ses photos. Elle se spécialise dans les portraits. Je voulais donc les voir. Par la même occasion j’ai pu découvrir un café sympa. Décor et ambiance agréable. Je me suis régalée avec leur cheese cake et leur Oreo Smoothie.

100

Puis les photos de Yuri-chan décorent vraiment bien de petit coin détente. Il y a même une photo de Chloé ! Quelle classe ! Moi aussi j’aimerais poser pour des photographes T^T !

102

76CAFE
Adresse : MM Building 1F & B1, 4-9-2 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Omotesando Station (Ginza Line, Hanzomon Line) sortie A2.

25 février : La cuisine coréenne putain c’est bon

Après le travail, je suis allée manger chez mon amie Tomoko. Elle avait invité ses amies (dont certaines que je connaissais déjà), mais aussi une amie coréenne qui a cuisiné pour nous. Tteokbokki, japchae, kimbap, pancake coréen… C’était super bon, elle a vraiment bien cuisiné !

106 107

Pour le dessert, chacun avait ramené quelque chose. Moi j’avais ramené des mochi en forme de sakura 😂. Il y avait aussi des fraises, des macarons de chez Picard (parce que maintenant il y a Picard au Japon hehe).

108 109 110

C’était un peu difficile de parler japonais, mais j’adore écouter mes amis parler même si je ne comprends pas encore tout. Et Tomoko fait toujours l’effort d’utiliser son français ou son anglais pour me traduire. Je me sens vraiment bien en sa compagnie et ses amis sont vraiment sympa. C’est assez difficile de se lier d’amitié avec des japonais, mais Tomoko est certainement la première japonaise à m’avoir déjà dit : « Si un jour tu as vraiment un problème ou un soucis, n’hésites pas à me demander de l’aide ! » Je sais que je peux lui faire confiance !

Dans l’élan de la conversation, j’en suis venue à leur apprendre à dire « putain » et « je t’emmerde » ! Hahaha. Et nous sommes partis dans un fou rire interminable ! Et parce que la bouffe, « Putain c’est bon » ! 😂

111

26 février : Si on chantait~🎤

Journée au karaoké avec Elodie ! Comme d’habitude, c’était au Uta Hiroba à Shibuya, car le dimanche, de 11h00 à 20h00 il y a le forfait Free Time pour 1 320 yens avec boissons non-alcoolisées à volonté ! Donc un bon verre de Milk Tea et en avant la musique ! On a chanté pendant cinq heures et on aurait bien continué xD ! Le truc amusant dans les karaokés, ce n’est pas seulement entendre les splendides capacités vocales de ses voisins dans les autres salles (certains sont incroyables, j’ai de moins en moins honte d’aller chanter), c’est aussi les vidéos de ouf qu’ils mettent pour les chansons… Non des fois, ce serait tellement mieux si il y avait les clips vidéos pour certaines chansons… C’est niais à mort et tellement pas crédible… Parfois le défi, ce n’est pas de réussir à bien chanter, c’est de chanter sans éclater de rire à cause de la vidéo ! Bref, j’ai chanté les nouvelles chansons de ONE OK ROCK et mes chansons habituelles, dont Supernova de CNBLUE 8D, la piste incontournable de ma playlist ! Et c’est sur ses notes que je termine ce long article !


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCKTaking Off

0

► Boulevard of (un)broken dreams : Chercher un logement au Japon

Ma future maison… Un jour peut-être !

Je donne une suite à cet article, car après avoir trouvé un travail et obtenu mon visa travail, il était temps pour moi de… déménager ! Un salaire bien mieux que trois baito cumulés, le sentiment de me sentir de plus en plus à l’étroit dans ma share house… Oui, là il fallait que je passe à l’étape suivante : déménager… Précisément, avoir un appartement, un vrai, rien que pour moi !

Chercher un logement au Japon ; le guide par Kimi, basé sur sa propre expérience !

De ce que j’avais entendu, chercher un logement au Japon quand on est étranger relève d’un véritable parcours du combattant, et après être passé par là, je ne déconne pas xD. Et ce n’est pas la peine de vous lancer là dedans si vous n’avez pas les choses suivantes : un statut de résident, un travail (et PAS un baito) et beaucoup, beaucoup d’argent ! Car oui, il faut savoir que se procurer un logement au Japon demande des économies énormes (qui pour moi pouvaient être jusqu’à l’équivalent de trois fois mon salaire, haem…).

► First Step : recherches, critères & frais

Ne sachant pas trop comment procéder et ne connaissant aucune agence qui pouvait accepter des étrangers, j’ai commencé mes recherches au même endroit où j’ai commencé mes recherches de boulot : sur le site GajinPot, qui possède aussi une section pour les logements. Par GaijinPot, j’ai pu trouver plusieurs annonces de diverses agences et directement envoyer une demande de visite. Ensuite c’est directement l’agence en question qui répond pour fixer un rendez-vous pour une visite, voir proposer d’autres logements selon vos critères. Les choses à préciser et que les agences vous demanderont toutes :

  • La surface désirée, le type de logement et votre budget
  • La station de train la plus proche de votre zone de recherche (et éventuellement la distance maxi entre le logement et la station)
  • La date à laquelle vous souhaitez emménager (évitez de dire que vous souhaitez emménager dans deux ou trois mois et soyez prêt à signer dans l’immédiat si un appartement vous plait, les agences japonaises ne traînent pas, et puis il y a toujours de nombreux logements de disponibles à tout moment !)
  • Combien de temps vous comptez rester
  • Votre nationalité
  • Votre niveau de japonais
  • Votre type de visa

Les types d’appartements au Japon sont nommés comme suit :

  • 1R : R pour Room, une seule pièce avec la cuisine et la salle de bain comprises
  • 1K / 2K / 3K : K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s) (se référer au chiffre), une salle de bain, une cuisine très petite souvent disposée dans l’entrée et faisant la liaison avec la pièce à vivre
  • 1DK / 2DK / 3DK : D pour Dining, K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s), une grande salle à manger avec la cuisine, une salle de bain
  • 1LDK / 2 LDK / 3 LDK : L pour Living, D pour Dining, K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s), une grande salle à manger/pièce à vivre avec la cuisine, une salle de bain

Ensuite pour les surfaces et prix, c’est comme partout : plus vous vous éloignez du centre, plus vous pouvez avoir un logement plus grand pour moins cher. Le loyer varie aussi selon si vous êtes situés dans une zone bruyante ou pas, près de la gare ou de divers commerces… Pour vous donner un exemple, je me base sur un studio que j’ai visité dont le loyer était de 55 000 yens. Les frais d’entrée dans un appartement comprennent :

  1. Le loyer de base : 55 000 yens
  2. Les charges : 6 500 yens
  3. La caution 敷金 : qui la plupart du temps n’est pas remboursable car elle est utilisé pour réparer les éventuels dommages causés dans l’appartement (un peu comme chez nous au final). Équivalent à un mois de loyer : 55 000 yens
  4. Le « cadeau » au propriétaire 礼金 : ce système vient de la seconde guerre mondiale, alors que Tokyo était en reconstruction, les logements se faisaient très très rare et afin de pouvoir acquérir un logement, les locataires offraient de l’argent en plus aux propriétaires, et depuis, ce supplément existe toujours (hahaha chouette pour le porte monnaie). Équivalent à un mois de loyer, parfois deux mois : 55 000 yens
  5. Les frais d’agence, environ un mois de loyer ou selon l’agence : 59 400 yens
  6. L’assurance incendie (valable pour la durée du contrat, soit un an ou deux ans), varie selon l’agence et la compagnie d’assurance : 16 200 yens
  7. Les frais de nettoyage avant l’entrée, varie selon la surface et l’agence : 35 000 yens
  8. Les frais de garant, comme vous êtes étrangers, l’agence se porte automatiquement garant, le montant varie selon l’agence ou parfois c’est l’équivalent d’un mois de loyer : 30 750 yens
  9. D’autres frais peuvent s’ajouter selon les agences (frais pour le changement de la clef et du système de verrouillage, service assistance 24h…)

Ce qui fait un total de : 312 850 yens, soit 2 760 euros ! Pour informations, il s’agissait d’un studio 1R de 16 m² sans AUCUN meuble, même pas un frigo, sans internet (donc forfait à souscrire à part pour en moyenne 5 000 yens par mois) situé à 30 minutes de Shibuya dans l’arrondissement de Setagaya.

Au début, je n’avais pas de critères particuliers, mais après la visite de deux appartements de 16 m² (que j’ai jugé trop petit ><) sans meubles avec des frais énormes, je me suis imposée mes critères et j’ai décidé d’être plus sélective : pas de cadeau (ils vont se faire f****** je ne suis pas riche), des meubles, un garage à vélo, du rangement, pas un loyer dépassant 70 000 yens, minimum 23 m², et internet.

► Second Step : agences & visites

Je suis entré en contact avec cinq agences différentes et j’ai visité 4 appartements. Je vous donne leurs noms car ils parlent anglais, leurs logements sont propres et ils répondent assez rapidement. Mais notez que toutes ces agences peuvent vous proposer le même logement ! A vous de voir celle qui fera la meilleure offre !

L’organisation d’une visite fonctionne comme suit : vous avez rendez-vous à l’agence pour commencer à établir un dossier avec vos critères. Ensuite vous allez visiter les appartements qui ont attiré votre attention. Dans le cas de AghartA, ils m’ont envoyée seule visiter les appartements en me donnant le code d’entrée par téléphone (je devais donc leur téléphoner une fois arrivée et juste avant de partir pour verrouiller à nouveau la porte). Si je choisissais un de leur appartements, un nouveau rendez-vous était fixé pour signer le contrat. Dans le cas de BALLEGGS, l’agent vous emmène en voiture visiter et si c’est le coup de cœur, vous retournez à l’agence pour signer. Pour les autres agences, je n’ai pu échanger que quelques mails avec eux seulement.

► Third Step : le bon choix, ou le coup de cœur

J’ai commencé mes recherches début juin. Entre les rendez-vous, les e-mails à envoyer, le temps filait rapidement. Et il fallait absolument que je quitte ma share house avant fin août, date de fin de mon contrat car un renouvellement impliquait le paiement de l’assurance pour une nouvelle année… Non et non. Je devais partir avant !

Puis je suis finalement tombée sur une annonce pour un logement meublé situé vers Nerima (au nord ouest de Tokyo) et avec un loyer abordable, proposé par l’agence Leopalace 21. Hélas, une fois entré en contact avec l’agence, on m’annonce que cet appartement vient d’être réservé, mais qu’il y en a d’autres de disponibles à d’autres endroits. Et c’est finalement un de leurs appartements que j’ai choisie après la visite !

Le coup de cœur a été immédiat. J’avais pu voir en vidéo comment était l’appartement. J’étais quasi sûre de le choisir car le temps était compté, que je ne trouverais peut-être pas mieux à un meilleur prix, et aussi parce que Leopalace 21 faisait une promotion pour le mois de juillet : pas de cadeau, pas de caution, pas de frais d’agence, pas de facture d’eau, et les loyers d’août et de septembre offerts ! Une offre bien alléchante, si alléchante que j’avais peur de me faire avoir ! Mais Leopalace 21 est un grand et bon groupe, et j’ai bien posé le maximum de questions pour avoir le plus d’informations possible ! Je trouve que c’est une bonne agence, puisqu’elle répond surtout aux demandes des étrangers résidant au Japon, grâce à la présence d’un personnel parlant anglais, coréen et chinois. On peut trouver des logements de tout type partout au Japon. Il y a également des logements pour les étudiants et les personnes en voyages d’affaires cherchant un endroit où loger sur le court-terme. Il y a un forfait Internet (optionnel) et les logements sont meublés et sécurisés.

J’ai visité l’appartement un 24 juillet et j’étais convaincue ; je voulais finalement celui-là ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Immédiatement, je me suis rendue en compagnie de l’agent à la branche de Leopalace 21 située à Yokohama pour établir et signer le contrat !

► Fourth Step : signature du contrat

Le logement est trouvé, il faut maintenant passer à la partie administrative : création du contrat et sa signature ! Pour établir votre dossier, vous devez impérativement fournir les documents et informations suivantes :

  • Votre carté de résident et votre passeport
  • Votre numéro de téléphone (japonais)
  • Votre adresse actuelle
  • L’adresse et le numéro de téléphone de votre employeur
  • Document(s) justifiant de votre statue d’employé (contrat de travail, fiche de paie)
  • Vos coordonnés bancaires (passbook ou carte de crédit) pour le paiement mensuel de votre loyer
  • Les coordonnés d’une personne (membre de votre famille) résidant dans votre pays d’origine en cas d’urgence
  • Les coordonnés d’une personne résidant au Japon en cas d’urgence, en précisant quelle relation vous entretenez

Chez Leopalace 21, vous remplissez en premier lieu un formulaire d’application avec toutes les informations demandées ci-dessus. Il est en japonais mais une traduction en anglais est fournie pour vous aider à le remplir. Il y en a un exemplaire pour l’agence et un exemplaire pour vous.

Ensuite c’est la pluie de documents : une fiche descriptive de votre appartement avec le plan et la liste des utilités, les numéros de téléphone utiles (service en anglais disponible), une notice avec ce qu’il faut faire le jour de l’emménagement (en anglais), le règlement intérieur de la résidence (en anglais), l’organisation des poubelles, une notice expliquant comment démarrer internet (en anglais), un justificatif pour récupérer les clefs, un formulaire pour l’était des lieux d’entrée, un formulaire de départ, et pleins d’autres documents avec pleins d’informations, et les plus importants, votre contrat d’assurance et votre bail ! La durée d’un contrat sur le long-terme est de deux ans. Dans le cas d’un départ avant la fin du contrat, le petit formulaire de départ est à remplir et il faut payer l’équivalent d’un mois de loyer plus des frais de nettoyage. Dans le cas d’un renouvellement du contrat, il faut payer des frais (moi ça sera environ 28 500 yens).

Puis c’est le moment de payer ! Le premier paiement se fait par carte de crédit ou espèces. J’ai vidé une bonne partie de mon nouveau compte en banque fraîchement créé mais grâce à la promotion, j’ai pu échapper au découvert xD. Voici ce que comprenaient mes frais d’entrée :

  • L’assurance incendie (valable deux ans) : 15 850 yens
  • Les frais d’entretien de la résidence pour les mois d’août et septembre : 1 080 yens
  • Internet pour les mois d’août et septembre : 4 536 yens
  • Les frais de nettoyage : 23 328 yens
  • Les frais de garant : 63 308 yens

Total : 108 102 yens (soit environ 955 euros). L’électricité et le gaz seront payés à part tous les mois (compter environ 10 000 yens par mois d’après l’agence). Grâce à la promotion, je suis épargnée de la facture d’eau.

Je peux donc annoncer que je quitte ma share house ! Pour ça pas grand chose à faire. Juste à remettre le formulaire de départ en précisant à quelle date vous quitterez définitivement votre logement et les coordonnés bancaires pour être remboursé de la caution.

J’espère que ce petit guide vous aidera à comprendre un peu comment marche la recherche de logement au Japon. N’hésitez pas si vous avez des questions ^^.


♫ Un article = Une chanson ► Green Day – Boulevard Of Broken Dreams

1

► Michyeosseo ?! : CNBLUE & KMF 2015 Show Champion Special au Yokohama Arena

13 septembre 2015. J’étais loin de me douter que ce jour-là je doive poser un yasumi pour me rendre à un concert de K-pop (oui j’écoute de la K-pop, y a pas d’âge pour ça) mais surtout, je ne pensais pas y revoir CNBLUE ! Et non j’étais même pas au courant qu’ils faisaient partie des artistes présents ! Avec la sortie de leur album coréen et le comeback en Corée donc, j’étais plutôt surprise ! Quelques jours avant l’event, Tomo-chan m’envoie un message me disant qu’elle a une place mais qu’elle ne peut plus y aller. Franchement, allons-y quoi !

Donc, ce jour-là, je retournais au Yokohama Arena pour assister au KMF 2015 Show Champion Special avec MADTOWN, LABOUM, MR.MR, NU’EST (pensée pour Suna), HOMME, BTS, U-KISS, et les 4 hommes de mon cœur ! Même si leur performance prévoyait d’être courte vu le nombre d’artistes, rien que le fait que j’allais les revoir me réjouissait. Récemment, j’avais constaté en regardant leurs derniers DVDs live avec Marine à quel point ils me manquaient. La dernière fois que je les ai vu ensemble tous les quatre sur scène remonte à plus d’un an, lors du Summer Sonic à Osaka.

Je suis arrivée au Yokohama Arena pour retrouver Hiromi et Emiko. Toute cette foule m’a rappelée quand je suis venue pour voir FTISLAND avec Marine. Regardez, la photo est quasi identique à celle prise au mois de juillet xD !

20150913_164458

20150913_171108

Cette fois, ce ne sont pas des Primadonna qui sont là mais des fans de tous les groupes. Je vois quelques Boice mais très peu comparé à celle de U-KISS ou BTS haha… Après avoir retrouvé Hiromi et Emiko, il était déjà l’heure d’entrer dans l’arène. Rien de bien intéressant à voir dans le hall mais on a quand même pu faire une photo souvenir avec nos chéris 8D.

Enfin, presque… Hahaha.

Tomo m’avait prévenue, on avait des tickets de merde. Mais genre, je pensais pas que ça serait pire que pour FTISLAND, et pourtant ! On était en gradins, à l’opposé de la scène, la pire zone de la salle ! Heureusement que j’avais embarqué les jumelles !

Soit. Très loin. Mais je m’en fichais. Penser au fait que j’allais entendre leurs voix, le son de leurs instruments, ressentir leur énergie, c’était suffisant. Et puis, je pouvais partager ce moment avec mes amies. Les lumières se sont éteintes et une vidéo de présentation a démarrée. A la puissance des cris à chaque annonce d’un groupe, j’ai constaté que j’étais entourée de beaucoup de fans de U-KISS et BTS, je me suis sentie seule quand j’ai hurlé pour CNBLUE hahaha… A part U-KISS que j’adore et BTS que je ne connais que de nom, je n’avais aucune idée de qui étaient les autres groupes. C’était le festival de la découverte !

A l’ouverture du show, tous les groupes (enfin je crois) étaient présents avec des danseurs. Tellement on était loin, je distinguais à peine les visages sur scène ! Je ne saurais même pas vous dire si les CNBLUE étaient là à ce moment, j’ai pas pu les reconnaître xDD. Ensuite, pendant environ trois heures, les groupes sont passés chacun leur tour pour une performance de deux à cinq chansons. D’après l’ordre des présentations, CNBLUE jouait en dernier. Je craignais qu’ils ne jouent que deux chansons >.<. Certains des groupes ont parlé en japonais pendant les MC et chanté des chansons en japonais.

Le premier groupe était MADTOWN. Ils ont fait deux chansons plus le MC. Les chorégraphies étaient sympas et travaillées, avec quelques acrobaties. Ensuite, premier girlsband, LABOUM (quel nom) ! Deux chansons également, je suppose que c’est un nouveau groupe qui débute. Il y a eu quelques effets pyrotechniques, avec des fumigènes et pour une chanson, elles ont amené un kuma géant sur scène, c’était mignon. Elles portaient de jolies robes d’ailleurs. Puis sont venus les MR.MR qui je suppose ont déjà une carrière au Japon car ils ont parlé d’une tournée japonaise. Un groupe qui interagie pas mal avec son public. Ils sont souvent allés sur les cotés de la scène. Ils ont chanté trois chansons. Pendant le MC qui a suivi, j’ai entendu le nom U-KISS, j’ai donc cru que ce serait leur tour. Perdu ! C’était seulement Soohyun qui a également une carrière solo. Il a chanté une chanson tout seul avant de passer en duo avec une membre de LABOUM. Je connaissais le groupe suivant : NU’EST. Youhou sauf qu’ils ont chanté des chansons que je ne connaissais pas xD. Je ne connais que leurs toutes premières. Ils portaient des costumes sympas et leur chorégraphies étaient pas mal également. La troisième et dernière chanson de leur performance était en japonais, c’était une belle ballade avec de belles animations sur les écrans géants. J’ai beaucoup aimé. Il y a eu un nouveau MC avec les présentatrices de l’émission (deux membres du groupe KARA pour ce soir) quand tout à coup, des fans se sont mises à hurler. Au même moment, les BTS étaient apparus au milieu de la salle, entre la fosse et les gradins. Mais avant, c’est d’abord le duo HOMME (oui c’est leur nom) qui est monté sur scène. Composé de Lee Hyun et Changmin (2AM), je ne connaissais pas ce qu’ils faisaient à travers ce duo. Mais j’ai vite compris quand ils ont chanté. Ce sont eux les interprètes du morceau Love is the moment (eh non j’étais pas au courant haha). Cette chanson, j’ai du la supporter dans tous les épisodes du drama The Heirs, j’en ai fait une overdose tellement on entendait le même passage 36 fois par épisode ! Pour la deuxième chanson, ils ont mis un peu plus d’ambiance et ont fait participer le public en lui demandant de taper des mains. Puis la tension est vraiment montée d’un cran pour BTS ! Non seulement parce que beaucoup de fans les attendaient, mais aussi parce que la mise en scène était au top (faisceaux laser, lances-flammes…) et que le groupe a vraiment bien mené le show ! Une forte ambiance avec les fanchants pendant cinq chansons. Au final, j’ai beaucoup aimé aussi ! Avant dernier et enfin un groupe que j’apprécie ; U-KISS ! J’étais tout de suite plus enthousiaste ! Et leur performance était extra aussi ! A nouveau des lances-flammes et des fumigènes, c’était bien monté pour eux aussi. Ils ont en plus de ça commencé par NEVERLAND ! J’étais super contente et surprise car c’est pas une chanson récente, mais elle reste incontournable et l’une des meilleures d’eux, preuve est qu’elle faisait partie de la set list de ce soir ! Ils ont aussi chanté 만만하니 , une ancienne chanson également. J’espérais avoir Tick Tack du coup qui est une de leurs premières chansons japonaises mais là c’était trop demander xD. Comme je ne suis plus trop l’actualité de la K-pop, je n’ai pas reconnue les autres chansons. Il y en a eu une durant laquelle ils ont utilisé une towel, fallait faire une petite chorégraphie avec.

Finalement, plus de deux heures de concert de passé et enfin, le meilleur pour la fin ; mes CNBLUE ! Mais avant, Yonghwa est monté seul sur scène pour interpréter One Fine Day, extrait de son album solo du même nom. Pendant qu’il chantait, un beau ciel étoilé se dessinait sur les écrans géants, créant une atmosphère romantique. Comme toujours, sa voix qui dégage tellement d’émotions m’a hypnotisée et émerveillée. Mon étoilé était de retour~. Pendant que le staff installait les instruments, Yonghwa en profitait pour parler avec le public. « Are you ready?! » est la seule phrase que j’ai comprise. Il a parle en coréen et japonais, mais en alternant comme ça, mon cerveau n’arrivait plus à suivre, trop dur à comprendre pour moi ! Les autres membres l’ont rejoint, Yonghwa a pris sa guitare et ils ont lancé le show avec LOVE durant laquelle des faisceaux lasers verts ont été projetés dans tous les coins de l’arène. Les jeux de lumières étaient également très colorés. Le spectacle est toujours beau à voir avec eux. Et ce n’était que le début ! Durant le MC, Yonghwa a pris une camera pour filmer le public. On pouvait voir ce qu’il filmait sur les écrans géants. J’ai voulu sortir mon drapeau français mais vu comment j’étais loin ça servait à rien xD. Ils ont parlé de Cinderellaqui sortait officiellement le lendemain. J’ai compris dans leur phrases en japonais « Montrez beaucoup d’attention à cette chanson. » Puis ils ont ajoutée « La prochaine chanson sera en coréen également mais chantons tous ensemble. » Et ce fut Love Light. Tout le monde chantait en tapant des mains. Et désormais, et depuis un moment maintenant, Jungshin se charge de la partie rap. J’aime beaucoup sa voix aussi et son rap s’améliore de plus en plus. Comme c’était un event d’une émission coréenne, on n’a pas eu une seule chanson en japonais, ce que je trouve dommage car les autres groupes en ont fait quelques unes… J’aime croire au Père Noël, mais j’espérais qu’ils nous offrent Supernova. Ils m’auraient plus que comblée, cette chanson m’a tellement renversée ! Ou bien WHITE, il me tarde de l’entendre en live de mes propres oreilles. Soit, je disais quelques lignes plus haut que ce n’était que le début du spectacle. Oui, en effet ! Je crois que le meilleur moment de leur performance fut I’m Sorry ! Déjà je l’aime parce qu’elle a du punch et parce que le clip a été tourné à Londres ! Après, je l’aime parce que en live elle est pleine d’énergie et le groupe la joue à chaque fois à pleine puissance ! Mais ce soir… C’était vraiment un truc de ouf ! Plus d’énergie que je n’aurais pu espérer, et la mise en scène était également impressionnante, rendant la chanson encore plus spectaculaire ! Ils ont mis la dose de lance-flammes et d’artifices ! L’ambiance était bouillante !! Comme d’hab, je dansais et sautais comme une folle. Yonghwa n’a pas abandonné sa danse débile que tout le monde a adopté. Personnellement et franchement, cette performance de I’m Sorry était l’une des meilleures ! Hélas, le point négatif de ce genre d’évent est que le temps passe encore plus vite lorsque vous êtes en compagnie de votre groupe préféré. Et finalement la quatrième chanson fut la dernière. Derrière son clavier, Yonghwa a déclaré « Yokohama, I can’t stop loving you. » Et ils ont clôturé leur live avec Can’t Stop.

Même si ce fut que pour 30 minutes loin de la scène j’étais vraiment heureuse d’avoir assisté à ce concert. Ils étaient là. Et moi aussi. Ils m’avaient vraiment manquée ! Ça m’a fait un bien fou de les revoir tous les quatre. Et ce qui est bien aussi, c’est de se dire que je les revois bientôt, le mois prochain pour leurs concerts en Corée et ensuite pour le Arena Tour au Japon ! Je n’ai pas ce sentiment de frustration que je connais si bien quand je me dis « Quand les reverrai-je ? ». Non, pour l’instant, ce sentiment n’existe plus, c’est agréable !

Pour terminer la soirée en beauté, Emiko et Hiromi ont voulu qu’on dîne ensemble. On est allé dans un restau pas loin de la salle. Un restau dans lequel on était assises par terre et commandait à l’aide d’une tablette, sauf que la notre n’a pas voulu marcher hahaha. Omu yakisoba, sushi et pizza ont fait partie de notre menu. On a bien mangé comme d’hab ! Je n’ai pas regretté le sacrifice de quelques heures de boulot !


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUEI’m Sorry