3

▶ My Universe : 22 juin 2022 ; 7 ans au Japon (日本で7年間が経った)

En ce 22 juin 2022, nous célébrons 7 ans de vie au Japon 🇯🇵 !


Ne reporte pas ce jour, vis-le pleinement.

Il y a tant d’émotions à ressentir et de belles expériences à vivre. Découvre la vie, comprends-la, sois fascinée par elle et laisse-la te surprendre. Ne reporte pas tes voyages, vis chacun d’eux à fond. Que ton sentiment de paix, qui avance à sa manière, éclaire ton chemin.


7 ans 😳Kimi était loin de s’imaginer qu’elle serait encore au Japon après 7 années ! Qu’est-ce qui aura changé par rapport à l’année dernière ? Nous allons le découvrir ensemble dans cet article !

Chaque année je finis par me répéter… Mais oui… Je ne peux m’empêcher de faire cette réflexion. « Je ne pensais pas arriver jusque là ! » Et pourtant si ! Je suis encore là, au Japon ! Cette année non plus n’a pas été évidente. Elle s’est même révélée un peu plus difficile par rapport à d’autres. Cela aurait bien pu me convaincre de définitivement laisser tomber le Japon, de me dire qu’il était peut être temps de rentrer finalement. Mais ces pensées négatives, en plus de cette saloperie de COVID-19 qui a eu un fort impact sur nos vies et qui m’a beaucoup touché personnellement, ont plus fait de l’ombre au reste qu’autre chose. Il suffisait de faire le point, de lâcher prise afin de pouvoir rallumer la lumière. Non, je peux dire que je suis toujours bien au Japon et que j’aime la vie dans ce pays !

Il y a des choses positives et négatives, des choses qui m’ennuient mais aussi d’autres qui me permettent de m’épanouir. Je me contente de rester optimiste et de me concentrer sur le positif, sans me prendre la tête avec de sombres pensées et des doutes. On a qu’une vie merde ! On a pas de temps ni d’énergie à gaspiller pour des choses ou des personnes toxiques qui n’en valent pas la peine ! Là, maintenant, je n’ai envie que d’une chose : profiter de la vie car on en a qu’une ! Maintenir une vie sociale et des activités pour garder un équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Passer du temps avec les gens que j’aime, faire les choses que j’aime, découvrir à travers les voyages et les excursions, c’est ce qui me permet de me sentir bien aujourd’hui.

De ce fait, dans cet article des 7 ans, je me suis dit que ce serait intéressant que je liste les choses que je préfère au Japon et celles que je apprécie moins et pour lesquelles je préfèrerais parfois être en France !


🇯🇵 Pourquoi vivre au Japon c’est bien 🇯🇵


On se sent en sécurité !

Il n’y a pas de risque zéro bien sûr ! Et au Japon aussi il y a des crimes et des viols. Mais en 7 ans, il ne m’est jamais rien arrivé de grave ou je ne me suis jamais retrouvée dans une situation de grand danger.

C’est propre !

Pas de déchets, de mégots de cigarettes dans les rues pour la plupart des quartiers (cependant, évitez Shibuya ou Shinjuku un samedi soir…). Et il faut vraiment se trouver dans un coin paumé au fin fond de la nature japonaise pour tomber sur des toilettes sales, et encore pas mal d’entre elles sont propres et fournies en PQ !

La vie en général est cool !

Oui, honnêtement, si je retire le travail et le climat, la vie au Japon est tout simplement géniale ! Au bout de 7 ans, je me suis construite une vie agréable et convenable. J’ai ma routine, un travail, un bon confort, des activités. Je peux me faire plaisir régulièrement. Ce point fait entièrement la balance contre toutes les choses qui peuvent me déranger !

La gentilesse et la politesse des Japonais, notamment pour les services, est irréprochable.

Par contre je me suis un peu trop habituée à ça au point d’être devenue une cliente très exigeante et dès que quelqu’un se montre désagréable je peux très vite m’énerver et me plaindre… comme une bonne française !

La nourriture est bonne et il y a moyen de s’offrir de bons repas pour pas cher !

Bien sûr, des restaurants luxueux et gastronomiques, ça existe aussi ! Et quand on dit pas cher, ce n’est pas toujours de la nourriture très saine et équilibrée. Mais de temps en temps cela ne fait pas de mal et ça fait toujours un petit plaisir ! Que ce soit un ramen, un katsudon, un yakisoba, des sushis, un okonomiyaki, des douceurs au matcha, c’est toujours un immense plaisir gustatif ! Et à côté de ça les compotes, le pain et le fromage ne me manquent pas tant que ça !

Chaque jour est une nouvelle découverte culturelle, linguistique et humaine !

J’apprends un nouveau mot japonais tous les jours (que j’oublie une semaine après, soit…). Je m’enrichie davantage sur la culture japonaise grâce à mon travail et mes différents réseaux. Je découvre de nouveaux aspects du mode de vie au Japon avec les démarches administratives ou grâce aux Japonais de mon entourage. De nouvelles facettes de ma personnalité se révèlent à chaque nouveau voyage ou nouvelle découverte du pays. Chaque jour a sa nouvelle expérience !

On partage nos expériences avec d’autres expatriés venus du monde entier, certains en deviennent même nos meilleurs amis.

Se faire des vrais amis japonais reste très difficile. J’en ai très peu, mais ces amis-là, je sais que je peux compter sur eux ! En plus de mes amis français, indiens, vietnamiens, malaisiens… !


🇫🇷 Pourquoi vivre en France c’est bien 🇫🇷


Le climat est plus agréable !

Non, si il y a bien une chose que j’ai du mal à supporter au Japon, une des premières est le climat ! Un été humide, un automne avec des typhons, un hiver très sec et un printemps… Hum non à la limite le printemps reste la seule saison agréable au Japon, à condition que la météo ne soit pas trop capricieuse ! Le soleil se lève et se couche à des heures différentes, donnant l’impression qu’elles sont plus courtes. En France, on peut profiter de longues journées d’été notamment ! Ou alors au Japon, il faut se lever à 5 heures du matin…

On travaille de manière plus détendue et les relations sont plus humaines !

Je n’insinue pas que c’est le cas dans toutes les entreprises ni pour tous les types de jobs. J’ai quitté la France à 25 ans et à ce moment-là je n’avais eu qu’un CDI et des petites missions intérims… Mais de ce que j’ai pu en tirer entre mes expériences professionnelles en France et au Japon, en France on montre plus d’empathie, on est plus « humains », on donne son opinion pour proposer des solutions et évoluer. Alors qu’au Japon, on se contente de suivre les règles, les procédures sans réfléchir et on n’essaye jamais de faire les choses différement. En France, certains collègues sont devenus de vrais amis. Au Japon, mes collègues japonais restent des collègues et ça n’ira jamais plus loin. C’est aussi un peu le même ressenti concernant la santé. Dur de faire confiance à un médecin quand en plus il ne comprend pas notre langue ! Sans parler des prescriptions médicales à tout va parce que ce sont « les procédures à suivre » et qu’il faut s’en mettre pleins les poches, tout ça sans donner un réél avis au cas par cas.

Il y a plus de jours de congés !

Quand un pays comme le Japon est tellement génial et surprenant en voyage, en tant que résident, on aimerait avoir plus de temps libre pour en profiter !

La famille est à proximité !

Oui, malheureusement le Japon et la France se trouvent aux deux extrémités du globe. Au fil des années, des personnes qui nous sont chères nous quittent, nous laissant ce sentiment de regret. Le regret de ne pas avoir pu rentrer plus souvent au pays pour profiter de leurs derniers instants. La famille, les amis, des gens qui nous ont influencés, qui nous ont encouragés à sauter le pas de s’expatrier, sans qui nous ne serions pas là où nous sommes aujourd’hui. Quand au Japon on vit sans montrer la moindre empathie, avec une hypocrisie involontaire et le tatemae qui empêchent de véritables relations humaines sincères et d’amitié, on aimerait que les gens qui nous comprennent soient auprès de nous.

On ne paye pas l’assurance maladie et les fruits / légumes un bras !

Puis les frais bancaires, les frais pour louer un appartement ou acheter une maison… Il y a parfois des choses à payer qui sont un peu abusives.

En tout cas, cela ne m’a pas empêché d’accomplir de belles choses, ce qui me rend d’autant plus heureuse et me convaint de rester encore un peu ! Faisons le bilan de cette année :
– J’ai repris les cours de Japonais.
– J’ai escaladé le Mont Fuji (富士山) pour la quatrième fois. Malheureusement je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout du circuit Gotemba. C’est pourquoi un mois après je refaisais le circuit Fujinomiya, où j’étais plus à l’aise. C’était aussi génial qu’il y a deux ans avec un magnifique lever de soleil !
– Je suis allée à Hakone (箱根).
– Je suis allée à Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 9 fois grâce à mon pass annuel. J’ai bien profité de la collaboration temporaire (hélàs) avec Kimetsu no Yaiba (鬼滅の刃) que j’ai adorée.
Je me suis faite vacciner contre le COVID-19 et ai au total reçue trois doses.
– Malgré le fait que ce soit toujours aussi difficile de travailler avec des Japonais, du moins ceux qui sont mes collègues, j’ai appris davantage de choses dans mon métier. C’est toujours aussi enrichissant autant du point de vue humain que professionnel. J’ai aussi fait de mon mieux pour m’ouvrir plus aux autres et essayer d’être plus familière et amicale avec certains collègues. C’est pas évident de à la fois rester soi-même et s’adapter.
– J’ai fait un road trip au départ de Tokyo (東京) pour monter jusqu’à la préfecture de Aomori (青森県). Je suis passée par de beaux endroits comme Ibaraki (茨城), Oarai (大洗), Sendai (仙台), Yamagata (山形) et Akita (秋田県) et Nikko (日光).
– J’ai escaladé le Mont Gassan (月山) dans la préfecture de Yamagata (山形県) dans des conditions très mauvaises (pluie, tempête, pas assez équipée en vêtements et ressources…)
– J’ai vu les chutes de Kegon (華厳の滝) à Nikko (日光) et me suis promenée près du lac Chūzenji (中禅寺湖).
– Après la chaîne Youtube, je me suis mise à faire aussi quelques vidéos sur Tik Tok !
– J’ai pris le déjeuner dans le café éphémère Harry Potter (ハリーポッターカフェ), ouvert à l’occasion des 20 ans depuis la sortie du premier film, celui qui m’a fait découvrir et aimer cette saga.
– J’ai escaladé le Mont Kunimi (国見山) à Hirakata (枚方市).
– Je suis retournée à Nara (奈良), et ai visité des endroits que je ne connaissais pas comme les temples Yakushiji (薬師寺) et Toshodaiji (唐招提寺), ainsi que le palais Heijo (平城宮跡).
– Je suis allée à Nagoya (名古屋) pour une journée pour visiter le musée des Sciences (名古屋市科学館) et découvrir une superbe boulangerie française.
– J’ai déjeuné au Pokémon Cafe d’Osaka (ポケモンカフェ大阪).
– J’ai repassé un weekend dans un Shukubo (宿坊) à Koyasan (高野山).
– Je suis allée au zoo de Tennoji (天王寺動物園) à Osaka.
– Je suis rentrée en France pour les fêtes de fin d’année après deux ans sans y mettre les pieds. J’ai découvert ma nouvelle maison et une nouvelle région à laquelle je suis déjà attachée. J’ai profité des fêtes en famille et de l’air frais de la Bretagne. Je suis même revenue avec le COVID-19 comme souvenir !
– J’ai expérimenté la quarantaine au Japon. C’est une expérience étrange et difficile mais aussi une occasion de remettre beaucoup de choses en question et de se consacrer à des choses auxquelles on ne donne pas assez de temps.
– J’ai mangé la meilleure galette des rois maison au Japon grâce à mon amie Haïda.
– Je continue à jouer au tennis avec toujours autant de plaisir. Je commence même à participer à des compétitions !
– J’ai découvert et expérimenté la fête indienne Holi (होली) grâce à mes amis indiens. Ce fut une de mes plus belles journées de printemps !
– J’ai parcouru une des routes de pélerinages de Kumano Kodo (熊野古道). J’ai marché sur la route Nakahechi (中辺路) pendant 3 jours sur une distance totale de 39 km en 17 heures jusqu’au grand sanctuaire Kumano Hongu (熊野本宮大社).
– J’ai fait Hanami (花見) et admiré les fleurs de cerisiers à Hirakata (枚方市) et d’autres endroits sympa par hasard.
– J’ai visité Okunoshima (大久野島), l’île des lapins !
– J’ai vu l’exposition Fullmetal Alchemist RETURNS (鋼の錬金術師展 RETURNS) tenue à l’occasion des 20 ans de publication du manga. Cela m’a rendue nostalgique et je me suis remise à regarder des animés comme à l’époque de mon adolescence. Chose que je n’avais plus fait d’ailleurs depuis mon arrivée au Japon !
– J’ai exploré les alentours de Hirakata (枚方市) à scooter et passé des journées sympa dans des parcs et jardins comme Yamada Ike (山田池) ou Tsurumi Ryokuchi (鶴見緑地).
– J’ai eu un nouveau scooter pour remplacer l’ancien qui se faisait un peu trop vieux !
– J’ai découvert la région de Kyushu (九州) à l’occasion d’un séjour à Fukuoka (福岡) que j’ai beaucoup aimé !
– J’ai assisté à un match de basket (バスケット試合).
– Je suis retournée à Tokyo (東京) le temps d’un weekend pour y revoir mes proches amis en particulier. Même si je me suis habituée à la campagne d’Hirakata, Tokyo et Yokohama restent chers à mon coeur avec les beaux souvenirs que je me suis créée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et comme toujours, il y a encore beaucoup de choses que je souhaite accomplir :
– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Aller plus souvent au cinéma
– Reprendre les sorties festivals d’été (夏祭り) et feux d’artifice (花火) en yukata (浴衣)
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire le tour du lac Kasumigaura (霞ヶ浦湖) à vélo
– Faire une excursion à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Escalader le Mont Gassan, le Mont Chokai, le Mont Mitake, le Mont Tsukuba…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Nagasaki, Goto, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Voir la Grande Muraille de Chine
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam, au Canada, aux US…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting
– Faire du parapente à Maishima (舞洲)

La liste est toujours aussi longue, oui ! Mais j’ai encore au moins 4 ans avec mon visa actuel pour tout accomplir. On y croit !


♫ Un article = Une chanson ► Coldplay X BTSMy Universe

2

▶ 少女S : Kimi no Nikki (mai 2022)

Kimi a bien profité de son mois de mai ! Voyages, sport, détente, sorties entre amis… Un mois chargé mais Kimi no BLUE TRAVEL a tout de même essayé d’être plus actif cette fois ! Voilà donc un nouveau numéro !

En mai, fais ce qu’il te plait ! Chaque année ce dicton revient et on sait très bien pourquoi ! De belles journées, plus douces, la Golden Week qui permet à beaucoup de faire un break de quasiment une semaine et de prendre un peu de vacances grâce à une succession de plusieurs jours fériés. Et beaucoup en profitent ! Les grandes villes, les endroits touristiques sont envahis de touristes. Les Shinkansen (新幹線), avec pourtant des départs toutes les 5 minutes, voient tous leurs sièges réservés, il y a des embouteillages sur les routes…

Cette année en particulier, sans grosses restrictions ni état d’urgence, beaucoup de Japonais n’ayant pas profité de voyager au cours des deux dernières années en raison du coronavirus se sont offerts des vacances non seulement dans l’archipel, mais aussi à l’étranger ! Tout ça pendant que les frontières demeurent fermées aux touristes étrangers par peur de propager le virus davantage sur le territoire. Où est la logique dans tout ça quand la population japonaise a elle le droit de vagabonder en dehors du pays et d’y revenir tranquillement ? Ah, les Japonais ont bien compris et suivi notre dicton cité plus haut !

Soit, pour en revenir à la Golden Week, dans cette série de jours de congés, on retrouve la journée des enfants, Kodomo no Hi (こどもの日) à l’occasion de laquelle, on déguste le kashiwa mochi (柏餅). Délicieuse pâtisserie japonaise, il est idéal pour le dessert 😋 !

De belles journées mais ce n’est pas encore le retour des fortes chaleurs ! Il pleut parfois plusieurs jours consécutifs, ce qui fait rechuter les températures et parfois augmenter l’humidité. Il ne fait pas toujours beau au bon moment et c’est assez rageant quand on a que ses weekends pour retrouver ses amis autour d’un pique-nique et profiter du soleil…

📔 Articles à consulter

• 飲食・Manger & Boire •

🥨 La pause Katsuya (かつやの休憩) 🥨

• 極楽・S’amuser •

🌞 Le Parc Banpaku Kinen (万博記念公園) 🌞

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

• 文化&伝統・Culture & Traditions •

🎏 Kodomo no Hi (こどもの日) 🎏

🍵 La cérémonie de thé (茶道) 🍵

• 旅行・Voyages •

🛌 Koyasan Stay : Séjour dans un Shukubo (宿坊) 🛌

• 料理・Cuisine •

🍆 Aubergines Nanban (なす南蛮) 🍆

🍜 Onokimichi Shoyu Ramen (尾キミ道醤油ラーメン) 🍜

🍜 Onokimichi Shio Ramen (尾キミ道塩ラーメン) 🍜

• 日本語授業・Cours de japonais •

👩🏻‍🏫 Les particules (助詞) ① 👩🏻‍🏫

📷 Galeries photos à admirer

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🌳 Osaka Prefectural Forests (大阪府民の森) 🌳

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🍵 Uji (宇治) 🍵

Ce diaporama nécessite JavaScript.

⛰️ Koyasan (高野山) ⛰️

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🏞️ Mont Nokogiri (鋸山) ⛰️

🎥 Vidéos à visionner

🛌 本日の体験・L’expérience du jour「Séjour dans un Shukubo」🛌

@kimi_no_blue_travel

Déjeuner sain et léger et dégustation d’un magnifique plateau de desserts salé-sucré avec le matcha comme ingrédient phare chez le restaurant 1899 à Ochanomizu (レストラン1899御茶ノ水) ! Un plaisir pour les yeux et un régal pour les papilles ! #lunch #ランチ #東京 #サラダ #食事 #アフタヌーンティー #Tokyo #Ochanomizu #video #ビデオ #teatime #restaurant #抹茶 #お菓子 #sweets #matcha #御茶ノ水 #レストラン #抹茶パフェ #キーマカレー #うまい #Japan #yummy #日本 #foodporn #外国人 #関東 #Kanto #blogger #キミのブルートラベル

♬ Delicious Food – Mdstocksound

🇯🇵 Dans ma vie Nippone

• Animé nostalgique・懐かしいアニメ •

Je retombe dans une période animé. Après mon gros coup de coeur pour Kimetsu no Yaiba (鬼滅の刃), je me suis remise à regarder des animés de mon adolescence et des nouveaux animés diffusés sur Netflix (avec pour certains des sous-titres en anglais, merci !) : Spy Family, Fairy Tail, Bleach… Je suis retournée à l’époque de mes 15 ans ! Ca remplit mes soirées, en particulier celles où je n’ai le courage de rien faire d’autres !

Il y a aussi un autre animé qui a marqué mes jeunes années innocentes : Full Metal Alchemist (鋼の錬金術師). Quelle intrigue bouleversante ! Et cette année, à l’occasion des 20 ans du manga (déjà !), une exposition se déroule en ce moment à… Hirakata ! Oui, ma petite ville de résidence ! Hors de question que je ne la voie pas !

Le manga Full Metal Alchemist a débuté en juillet 2001 et a donc fêté ses 20 ans précisément en juillet 2021. Afin de remercier les fans pour leur soutien et leur fidélité au cours de ces 20 années, Fullmetal Alchemist Exhibition RETURNS (鋼の錬金術師展 RETURNS) s’est d’abord tenu à Tokyo du 18 décembre 2021 au 16 janvier 2022 avant de venir jusque dans la région d’Osaka du 12 mars au 26 juin. Elle se déroule dans la salle des expositions du parc d’attractions Hirakata Park (ひらかたパーク). Cette exposition entre autres une version améliorée de l’exposition originale qui a eu lieu de 2017 à 2019. A travers des illustrations détaillées et colorées, des échantillons de planches remémorant les moments marquants de l’intrigue, des extraits vidéos, des reproductions des armes et des costumes, les visiteurs revivent l’histoire incroyable de Ed et Al. Ils sont guidés dans chaque salle par les voix des personnages principaux que l’on peut écouter à travers l’audioguide.

Deux bonnes heures de passées dans l’univers des frères Elric. Les illustrations exposées sont vraiment magnifique avec un grand soucis du détail. Il y a également des produits sympa en vente à la boutique pour terminer l’exposition. Mais personnellement, je serais bien repartie avec ça !

Et non elle n’était pas en vente ! Mais wouah magnifique ! Cette exposition m’a donné envie de revoir cet animé aussi !

Fullmetal Alchemist Exhibition RETURNS Osaka (鋼の錬金術師展 RETURNS 大阪)
Dates : 12 mars ~ 26 juin 2022
Horaires : 10:00 ~ 17:00
Lieu : Hirakata Park Event Hall
Tarifs : 2 000 ¥
Site internet : https://l-tike.com/event/mevent/?mid=616925

• J’ai un nouveau scooter・新しい原付きをもらった! •

En commençant mon travail dans le Kansai, je pouvais soit bénéficier d’un vélo ou un scooter pour mes déplacements jusqu’à mon lieu de travail, tout frais réglé par l’école. Après avoir obtenu mon permis japonais, j’ai réalisé un de mes rêves d’ado en obtenant un 50cc.

Cependant, ce n’était pas un scooter neuf et après deux années de bons et loyaux services, il commençait à être en pas très bon état, si bien que le réparer ne servait à rien. Entre l’aiguille de vitesse qui ne bougeait plus et le verrou du siège cassé, finalement la meilleure solution était d’en avoir un plus neuf. L’école s’est donc chargée de m’obtenir un nouveau scooter tout beau, auquel les collègues chauffeurs de bus ont même installé un coffre pour remplacer le panier que je n’avais plus comme sur l’ancien scooter. Ils m’ont rendu un énorme service et pour respecter les bonnes manières japonaises, je les ai remercié mille fois et leur ai même offert des chocolats 😂.

Cette nouvelle année scolaire se poursuit bien. J’apprécie davantage conduire à scooter avec ce nouveau 50cc !

• J’ai assisté à un match de basket・バスケット試合を見た •

Je ne suis pas du tout de près le calendrier des compétitions sportives mais j’ai eu l’opportunité de pouvoir assister à un match de basket. Mis à part à la télé, je n’avais jamais vu un match, encore moins au Japon.

J’ai pu, grâce à un ticket offert pour un siège non réservé (自由席), assister à la finale du championnat de la première division de la B.LEAGUE japonaise ! Celle-ci opposait l’équipe d’Osaka, Osaka Evessa (大阪エヴェッサ), à celle de Nagoya, Nagoya Diamond Dolphins (名古屋ダイヤモンドドルフィンズ), et qui se tenait au Ookini Arena Maishima (おおきにアリーナ舞州).

Je ne connais rien aux règles du basket ni au déroulement, le temps des matchs. Ceci dit, sans être passionnée ni supporter d’une équipe, j’aime assister à des matchs pour vivre l’ambiance que ce soit du football, du basket, ou mieux, du tennis 🎾😁. Regardez c’était vraiment cool !

Ces championnats sont-ils aussi populaires que ceux de baseball ou de sumo, telle est la question. L’arène n’était pas pleine à craquer et il était encore possible de se procurer un ticket le jour-même. Ceci dit, il restait difficile de trouver une bonne place parmi les sièges non réservés et de même, les sièges réservés étaient quasiment tous pris.

À l’entrée, chaque spectateur recevait un verre en cadeau et un poster en papier cartonné à l’effigie de l’équipe d’Osaka. Le poster en carton était à plier en accordéon et à utiliser pour taper avec dans nos mains et donner le rythme pendant les chants des supporters. Des « clap clap » résonnaient dans toute l’arène. Les chants de supporters variaient et changeaient systématiquement selon les actions de l’équipe d’Osaka. Il y avait un chant lorsque les joueurs étaient en position d’attaque, un autre quand ils étaient plus sur la défensive, puis un autre quand le jeu prenait une forte ampleur et que l’intensité montait d’un cran.

Après environ deux heures de match entrecoupées de performances des cheerleaders d’Osaka, c’est hélas l’équipe de Nagoya qui est ressortie vainqueur ! Un très bon match dans l’ensemble, dans une bonne ambiance et sympa à regarder.

• Back to Tokyo・東京に戻った •

Je suis retournée du côté de Tokyo le temps d’un week-end. Je suis restée à l’endroit que j’ai quitté il y a bientot 3 ans : Shin-Yokohama. Que de nostalgie en profitant d’une balade matinale ! Je n’ai vécu qu’un an à Yokohama mais j’ai beaucoup aimé y habiter. Cette ville est devenue chère à mon cœur. J’ai surtout saisi cette occasion de retourner du côté de Tokyo pour y voir des amis. Car, les amis, les vrais, c’est très important quand on vit dans un pays étranger. Pouvoir revoir ces personnes importantes m’a remémoré beaucoup de beaux souvenirs et de bons moments lorsque je vivais à Tokyo. Et à quel point ils m’ont aidée et ont rendu ma vie au Japon vraiment géniale !

J’ai bien mangé, j’ai bien bu, comme à l’époque. J’ai redécouvert un Harajuku et un Shibuya animés et bondés comme lors de mes premiers voyages. J’avais l’impression d’être redevenue la touriste, la voyageuse qui découvrait son tant aimé Japon ! Ce fut un weekend court et chargé mais absolument génial et relaxant ! Même si me retrouver dans un train bondé sans pouvoir m’asseoir, voir des gens partout, finit par me stresser, trop habituée à la tranquilité de Hirakata, j’aime toujours Tokyo et y venir de temps en temps me fait du bien ! Vivement la prochaine fois !

A bientôt pour le prochain numéro de Kimi no Nikki !


♫ Un article = Une chanson ► SCANDAL – 少女S

5

▶ Haircut : Aller chez le coiffeur (美容院)

Mesdames et messieurs. Quand on vit au Japon pour une longue durée, prendre soin de soi reste important n’est-ce pas ? Y compris nos cheveux ! Vous avez passé de longs mois sans vous rendre dans un salon de coiffure si bien que vos cheveux sont devenus trop longs pour vous ? Ou bien vous avez envie de changer de style ? Alors allons chez le coiffeur !

Au Japon, le coiffeur représente un certain budget, mais il existe dans le genre rapide et cheap, les petits salons QB House, que l’on peut trouver un peu partout, y compris dans les gares !
Pour un étranger, confier ses cheveux à des coiffeurs japonais peut inquiéter, le type de cheveux étant différent et en particulier si on a des cheveux bouclés. Mais ils savent s’adapter et possèdent de très bons produits de soins. Certains sont mêmes plutôt contents de pouvoir s’occuper des cheveux d’une personne occidentale.

Dans cet article, Kimi vous explique comment se passe un passage chez le coiffeur, basé sur sa propre expérience et en prenant l’exemple du salon de coiffure qu’elle a l’habitude de fréquenter.

Le salon de coiffure : EARTH Hair & Make

En plus de QB House cité précédemment, il existe beaucoup de salons locaux ou des chaînes implantées dans tout le pays, avec des coiffeurs parfois parlant anglais. Selon vos critères, il y a possibilité de trouver le bon salon pour vous. Kimi se rend chez le salon EARTH Hair & Make. C’est à la fois un salon de beauté (美容室, biyōshitsu) et un salon de coiffure (美容院, biyōin). Il y en a plusieurs dans le pays, au nombre de 250 salons. Les prix sont un peu élevés mais le service y est très bien. Les salons sont luxueux et spacieux, le personnel est agréable et accueillant. Vous pouvez vous y faire couper les cheveux, essayer une permanente et aussi y faire vos ongles (ネイル) et vos cils (まつ毛) !

Pourquoi ce salon en particulier ? Pour les raisons citées précédemment et parce qu’il a été présenté par une amie japonaise qui y travaille !

EARTH Hair & Make Yokohama (EARTH Hair & Make 横浜店)
Adresse : House Plan Yokohama 1F, Tsurumaya-cho, Kanagawa-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken (神奈川県横浜市神奈川区鶴屋町1-7-12 ハウスプラン横浜1F)
Accès : Yokohama Station (JR Yokohama Line, Toyoko Line) sortie ouest

EARTH Hair & Make Kyoto Station (EARTH Hair & Make 京都駅前店)
Adresse : Torimaru Shichijo Building 1F, 191-2 Higashisakaicho, Shimogyo-ku, Kyoto (京都府京都市下京区東境町191-2 鳥丸七条ビル1F)
Accès : Kyoto Station (JR Line) sortie centrale, Shichijo Station (Keihan Line) sortie 1

Prendre rendez-vous (予約する)

On peut réserver par internet ou par téléphone. La réservation par internet est relativement simple et rapide. De plus, il y a souvent des coupons de réductions pour des coupes ou des couleurs mais les tarifs varient selon les salons.

Optez donc pour cette méthode plus pratique ! Pour réserver par internet chez EARTH Hair & Make :
– aller sur le site officiel : https://hairmake-earth.com/
– dans le menu, cliquer sur サロン検索 (recherche de salon)
– sélectionner sur la carte la préfecture du lieu de résidence, par exemple, la préfecture de Kyoto (京都府)
– choisir le salon le plus proche du lieu de résidence et cliquer sur le bouton
簡単ネット予約 (réservation simple par internet)
– une nouvelle fenêtre apparait, choisir alors la méthode de réservation (予約方法) souhaitée : depuis le choix de la personne en charge (担当者), le menu et les coupons disponibles (メニュー・クーポン) ou depuis l’historique (履歴) en cas de compte existant
– une fois choisi, sélectionner la date et l’heure (日時) du rendez-vous selon les disponibilités
– à ce moment il est possible de créer un compte sur le site internet (会員登録して予約) ou de faire une réservation sans en créer un (会員登録せずに予約) avant d’être renvoyé à la page de confirmation (予約確認)
– sur la page de confirmation sont renseignés la date et l’heure de la visite du salon (ご来店日時) ainsi que le menu et le coupon choisi (メニュー・クーポン)
– sélectionner si c’est la première visite du salon ou non en cochant oui (はい) ou non (いいえ) à la question 初めてのご来店ですか?(Est-ce votre première visite du salon ?)
– pour recevoir une confirmation la veille par e-mail (前日確認メール), sélectionner 希望する (je souhaite)
– pour tout commentaire, écrire dans la zone dédiée (コメント)
– confirmer en cliquant sur le bouton rouge 上記の内容で予約する (Faire une réservation avec le contenu ci-dessus)
– quand la réservation est complétée (予約完了), un e-mail de confirmation est envoyé à l’adresse e-mail enregistrée

Après si vous souhaitez le challenge et exercer votre japonais, vous pouvez toujours téléphoner ! Lors d’une prise de rendez-vous, au plus simple, dire : 予約したいと思います (Yoyaku shitai to omoimasu. = Je voudrais prendre rendez-vous.), puis quel jour et quelle heure conviendrait et enfin donner son nom. La réception confirmera par la suite.

Pour réviser les jours de la semaine, les dates et l’heure, consultez les cours de japonais de Kimi no BLUE TRAVEL venir prochainement).

Le jour du rendez-vous (予約日)

A l’arrivée, se présenter à l’accueil en disant : 本日〇〇時に予約しました。〇〇と申します。(Honjitsu 〇〇 ji ni yoyaku shimashita. 〇〇 to mōshimasu. = J’ai une réservation aujourd’hui à 〇〇 heures. Je m’appelle 〇〇.) puis mettre ses affaires dans un casier. Le staff se charge de prendre le manteau du client et de l’installer à un siège. Il y a des catalogues de coupe et de coloration à disposition. Des exemples de coiffure sont également publiés sur le site internet, indiquant en plus à quel type de cheveux et quelle forme de visage elles vont le mieux.

Le plus difficile quand on ne parle pas bien japonais est de réussir à bien expliquer ce que l’on veut quand le coiffeur demande : 本日はいかが致しますか? (Honjitsu wa ikaga itashimasu ka? = Que désirez-vous aujourd’hui ?). Pour ne pas être déçu(e), mieux vaut bien préparer ses explications et des photos de la coupe souhaitée. Quelques exemples de phrases :

  • ヘアスタイルはボブなんですが、髪量は少ないほうがいいです。(Hea sutairu wa bobu nan desu ga, kamiryō wa sukunai hō ga ii desu.) = Je voudrais une coupe au carré mais avec peu de volume.
  • 後ろはかなり短くして、サイドはあごの長さで切ってもらえますか。(Ushiro wa kanari mijikaku shite, saido wa ago no nagasa de kitte moraemasu ka.) = Pourriez-vous raccourcir à l’arrière et couper les côtés à la longueur du menton ?
  • 写真のとおりに切ってください。(Shashin no toori ni kitte kudasai.) = Coupez comme sur la photo s’il vous plaît.

Comme on le voit assez régulièrement, le service est impeccable. Le personnel explique clairement le travail qu’il va réaliser sur les cheveux, commente chaque étape de la coupe ou de la coloration et dit 失礼します (Shitsurei shimasu, littéralement « je commets une impolitesse ») à chaque contact. Cela peut paraître étrange aux yeux des étrangers mais cette expression est naturellement utilisée au travail.
En période de Covid, le port du masque est obligatoire pour tous. Le salon peut en fournir pour 20 ¥ le masque.

La coupe inclut un shampoing classique. Le prix est de 3 000 ¥ en moyenne. Le shampoing est un moment agréable et relaxant. Le client bénéficie d’un bon massage crânien. Pour éviter les éclaboussures dans les yeux, on recouvre le visage avec une petite serviette. Un peu comme dans nos salons en France, les coiffeurs profitent de ce moment et de celui de la coupe pour discuter un peu. En parlant un peu japonais et en engageant la conversation, elle en deviendra bien plus sympathique encore et divers sujets peuvent être abordés ! Un très bon exercice pour réviser son japonais et passer un moment agréable si bien que le temps passe plus vite que prévu.

Avant cela, si c’est inclut dans les souhaits du client, il y a la coloration. Dans ce cas, cela demandera en toute logique plus de temps et d’argent. La coloration demande environ 4 000 ¥. Pour aller plus vite et pour que chaque partie de la chevelure s’imprègne de la couleur dans le même laps de temps, il arrive que deux personnes prennent en charge le client (à moins que certains n’aient rien d’autres à faire en période creuse ou en période Covid…). Pour éviter de tâcher les oreilles, on leur met de petites charlottes. Le temps d’attente pour que les cheveux s’imprègnent de la couleur est d’environ 30 minutes. Après quoi c’est le rinçage et le shampoing, suivi d’un traitement si le client l’a rajouté en option (rajouter alors environ 2 000 ¥).

Puis enfin, c’est la coupe et le petit brushing ! Compter au total environ une heure pour une simple coupe. Et vous voilà avec des cheveux resplendissants !

Montant total pour une coloration et une coupe avec traitement : approximativement 7 920 ¥. On remercie les réductions grâce aux coupons proposés par le salon ! Lors de sa première visite, le client reçoit une carte de fidélité avec laquelle il peut cumuler des points et obtenir des réductions par la suite.

Vocabulaire (単語)

美容室 (びようしつ – biyōshitsu) = salon de beauté
美容院 (びよういん – biyōin) = salon de coiffure
髪型 (かみがた – kamigata) = coiffure
ヘアスタイル (heasutairu) = coupe de cheveux
カット (katto) = coupe
カラー (karaa) = coloration
パーマ (paama) = permanente
ブリーチ (buriichi) = décoloration
トリートメント (toriitomento) = traitement
シャンプー (shanpū) = shampoing
頭皮 (とうひ – tōhi) = cuir chevelu
髪量 (かみりょう – kamiryō) = volume des cheveux
髪質 (かみしつ – kamishitsu) = qualité des cheveux
顔型 (かおがた – kaogata) = forme du visage
長髪 (ちょうはつ – chōhatsu) = cheveux longs
短髪 (たんぱつ – tanpatsu) = cheveux courts
髪を切りそろえる (かみをきりそろえる – kami wo kirisoroeru) = égaliser
カールする (kaaru suru) = boucler
ボブ (bobu) = coupe au carré
段 (だん – dan) = dégradé
女性の前髪 (じょせいのまえがみ – josei no maegami) = frange
カール (kaaru) = boucle
三つ編み (みっつあみ – mittsuami) = tresse
ポニーテイル (poniiteiru) = queue de cheval
お団子ヘア (odangohea) = chignon
フレンチブレイド (furenchi bureido) = tresse africaine
髪の束 (かみのたば – kami no taba) = couette
カーラー (kaaraa) = bigoudi
ヘアスプレー (hea supuree) = laque
髪留め (かみとめ – kamitome) = pince à cheveux, barrette
まつ毛エクステ (matsuge ekusute) = extensions de cils
ネイル (neiru) = ongle
お客様の頭皮は敏感ですか?(Okyaku-sama no tōhi wa binkan desu ka?) = Avez-vous un cuir chevelu sensible ?
シャンプーからはじめます。(Shanpū kara hajimemasu.) = Nous commençons par le shampoing.
こちらへどうぞ。(Kochira he dōzo.) = Par ici s’il vous plaît.
お湯の温度はいかがですか?(Oyu no hondo wa ikaga desu ka?) = La température de l’eau vous convient-elle ?
お湯が熱かったり、冷たかったら言って下さい。(Oyu ga atsukattari, tsumetakattara itte kudasai.) = Si l’eau est trop chaude ou trop froide, dites-le s’il vous plaît.
熱すぎます。(Atsu sugimasu.) = C’est trop chaud.
冷たすぎます。(Tsumeta sugimasu.) = C’est trop froid.
丁度良いです。(Chōdo ii desu.) = C’est parfait.
お決まりの分け目はありますか?(Okimari no wakeme wa arimasu ka?) = Où faites-vous la raie des cheveux ?
真ん中で分けてほしいんですが、できますか?(Man’naka de wakete hoshī ndesu ga, dekimasu ka?) = Je voudrais que la raie soit au milieu, est-ce possible ?
右側 (みぎがわ – migi gawa) = côté droit
左側 (ひだりがわ – hidari gawa)= côté gauche
終わりましたが、いかがですか?(Owarimashita ga, ikaga desu ka?) = C’est terminé, qu’en pensez-vous ?
椅子を回しますので、後ろもご覧下さい。(Isu wo mawashimasu node, ushiro mo goran kudasai.) = Je vais tourner le siège pour vous montrer l’arrière également.
もう少し短く切ってくれますか?(Mou sukoshi mijikaku kitte kuremasu ka?) = Pouvez-vous couper un peu plus court ?
領収書 (りょうしゅうしょ – ryōshūsho) = reçu


Plus de vocabulaire dans Cours de Japonais.
Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards

♫ Un article = Une chanson ► Linkin ParkPapercut

6

▶ Where I am : 22 juin 2021 ; 6 ans au Japon (日本で6年間が経った)

Je ne pensais pas atteindre les six ans de vie au Japon ces dernières semaines, tellement j’ai stressé en attendant mon nouveau visa après les soucis de dossier. D’ailleurs, la Kimi âgée à l’époque de 25 ans à son arrivée au Japon avec un PVT ne s’imaginait pas non plus aller aussi loin, je suppose 😂. Du moins elle était loin de s’imaginer les péripéties, les aventures, les surprises et les déceptions, les problèmes qu’elle allait devoir surmonter.

Depuis mon premier visa, chaque année n’a jamais vraiment été la même et beaucoup de choses ont changé jusqu’à aujourd’hui. Je n’avais pas les mêmes priorités, les mêmes rêves, les mêmes problèmes et préoccupations, j’avais moins confiance en moi, le Covid n’existait pas… J’ai eu un parcours semé de beaucoup d’embûches et je n’avais parfois pas le choix que de les franchir. Je me suis débrouillée et j’ai dû apprendre à davantage me surpasser seule. Il le faut quand la famille est à des milliers de kilomètres et tout simplement parce qu’on ne peut pas compter sur les autres, mais on peut toujours compter sur soi-même. Je me suis battue pour atteindre mes objectifs et réaliser mes rêves. Et même si je n’ai pas choisi la facilité, si j’ai du fournir beaucoup d’efforts, faire des sacrifices et me démerder seule au contraire de personnes auxquelles on leur a tout tendu ou avaient les bons contacts, j’ai très rarement échoué. Même si j’ai beaucoup douté ou me suis souvent découragée et remise en question.

On m’a demandé récemment si j’étais fière de mon parcours.

Fière… Je ne suis pas du genre à me valoriser et à me jeter des fleurs. Mais oui pour une fois j’ai envie de dire que je suis fière de tout ce que j’ai pu accomplir, en particulier quand mon entourage me le fait remarquer également et qu’à ma place, certains n’auraient jamais osé. Nous grandissons en prenant des initiatives plus audacieuses et en essayant d’apprendre de nos expériences de vie. Parfois, nous nous accrochons à nos espoirs, nous surmontons nos peurs, nous réussissons et nous échouons. Ca fait partie de la vie. Mais chaque expérience ouvre la porte à de nouvelles possibilités. Toutes les étapes franchies font partie du voyage de font de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Et je suis aujourd’hui reconnaissante envers cette Kimi qui après tout ce parcours est devenue celle qu’elle est aujourd’hui. S’auto-complimenter, s’auto-féliciter, c’est aussi important pour être bien dans son corps et son esprit. J’ai appris à me rappeler que je n’avais pas que des défauts et que uniquement s’auto-critiquer ou se dévaloriser ne servait à rien. Non, il n’y aura pas toujours quelqu’un pour nous dire que nous sommes exceptionnel, génial, ou pour nous réconforter dans les moments difficiles. Mais il y aura toujours soi-même pour le faire.

On m’a demandé récemment si je regrettais d’être partie.

Mon plus grand regret aurait été de ne jamais être partie ! Un PVT on peut l’avoir qu’une fois dans sa vie. Il faut la saisir tant cette expérience nous apporte beaucoup personnellement. J’avais pourtant une vie stable en région parisienne : un CDI, un appartement, des loisirs, des sorties sympa à Paris, des super amis et collègues. J’ai tout laissé pour le Japon. J’étais jeune, sans conjoint, sans enfants, je n’avais pas cette contrainte contrairement à certaines de mes amies. C’était le moment d’y aller. Ce projet n’a jamais voulu quitter mon esprit, même si j’avais toujours la possibilité d’y voyager.

On m’a demandé récemment si quelque chose en France me manquait aujourd’hui.

Ça dépend de la chose en question. Le Japon a ses bons et mauvais côtés comme tout pays. Mais je m’y sens vraiment bien, en sécurité et surtout je sens que je suis moi-même. Je peux aussi me rendre dans des endroits qui me rappellent un peu mon pays. Ce qui me manque le plus, ce sont mes proches. Si j’avais le pouvoir de les amener tous ici, je le ferais.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, je me trouve encore au Japon avec une vie de construite : un travail, un logement, un mode de vie confortable et agréable, des loisirs, un petit réseau d’amis… J’ai passé une belle année encore. Donc comme d’habitude, faisons le bilan de cette belle année :
– J’ai repris le tennis dans un club.
– J’ai joué au jeu Suika Wari (スイカ割り) à l’école où je travaille, expérimenté la récolte de patates (芋掘り), de mikan (みかん狩り), de fraises (いちご狩り) et célébré d’autres fêtes traditionnelles comme Setsubun (節分) et Hina Matsuri (ひな祭り). Beaucoup d’événements qui rendent l’année scolaire au Japon enrichissante et passionnante !
– J’ai fêté le Tanabata (七夕) chez moi en décorant une branche de bambou feuillue et en écrivant des vœux.
– J’ai expérimenté le Taichi (太極拳).
– J’ai refait un road trip et cette fois je suis allée jusqu’à Shirakawago (白川郷), Kanazawa (金沢) et la péninsule de Noto (能登半島).
– J’ai passé un court mais très bon séjour à Tottori (鳥取), et pour une fois je ne voyageais pas seule.
– J’ai fait une balade à chameau dans les dunes de Tottori (鳥取) et du kayak au bords des côtes d’Ajiro (網代).
– J’ai fait un road trip à Shikoku (四国) en passant par l’île d’Awaji (淡路島).
– A défaut de ne pas avoir pu faire le Mont Fuji une quatrième fois, j’ai escaladé d’autres petites montagnes : le mont Maya (摩耶山) à Kobe (神戸), le mont Kyusho (久松山) à Tottori (鳥取), le mont Tsurugi (剣山) à Shikoku (四国), le mont Hiei (比叡山) à Kyoto (京都), le mont Misen (弥山) à Miyajima (宮島), le mont Konozan (交野山) à Katano (交野)…
– J’ai exploré les forêts et parcs naturels de la préfecture d’Osaka (大阪府民の森)
– J’ai fini par prendre goût aux voyages en voiture et à scooter, malgré les limites de vitesse pitoyables et la conduite catastrophique des gens du Kansai. J’ai entre autres voyagé jusqu’à Izumo (出雲) et la préfecture de Mie (三重県) à bord d’une titine confortable !
– J’ai renouvelé mon passeport (qui n’est pas prêt de me servir pour voyager…)
– Je n’ai pas fêté seule mon anniversaire malgré la pandémie. Je me suis offerte en cadeau un pass annuel à Universal Studios Japan.
– J’ai passé le TOEIC afin d’affirmer mes capacités à enseigner l’anglais (et parce que je n’avais jamais eu l’occasion de le passer).
– A défaut de ne pas avoir pu renter en France, j’ai passé les fêtes de fin d’année à Tokyo dans ma famille japonaise et passé du bon temps avec mes amis Tokyoïtes.
– Ma santé pas toujours au top m’a obligé à rendre visite au médecin, au dentiste, à l’opticien et l’ORL. Sinon tout va bien.
– J’ai visité le parc SUPER NINTENDO WORLD de Universal Studios Japan plusieurs fois. Je me suis en moyenne rendue une fois par mois au parc pour rentabiliser mon pass.
– J’ai suivi la tradition japonaise et offert des chocolats de Saint-Valentin à tous les hommes de mon entourage. Et pour le White Day, j’en ai même eu en retour !
– J’ai fêté un Hanami pluvieux au parc du château d’Osaka. Les cerisiers en fleurs étaient quand même magnifiques.
– J’ai voyagé à Hiroshima (広島) et Miyajima (宮島).
– J’ai visité le parc Banpaku Kinen (万博記念公園) et la tour du Soleil (太陽の塔).
– J’ai accompli une année en tant que professeure en charge de l’anglais dans une école maternelle. Loin du poste de simple assistante ! J’ai passé une année un peu difficile, parfois très stressante et éprouvante. Je n’avais pas imaginé l’ampleur des difficultés et avais sans doute surestimé mes capacités. A la fin de l’année scolaire, j’ai eu du mal à réaliser être parvenue à compléter une année scolaire entière !
– J’ai renouvelé mon visa travail et obtenu un nouveau visa de 5 ans !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et comme toujours, il y a encore beaucoup de choses que je souhaite accomplir :
– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Nagasaki, Goto, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting

Je souhaite que la crise sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an s’améliore, qu’on retrouve la vie normale que l’on a toujours connu pour pouvoir accomplir tous ces petits projets. Avec mon nouveau visa travail, je suis encore là pour au moins 5 ans. J’ai au moins 5 ans pour continuer à faire des découvertes et à profiter du Japon.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – Where you are

1

▶ Wherever I Go : 22 juin 2020 ; 5 ans au Japon

22 juin 2020. Il y a un an, en rédigeant mon article des 4 ans, je ne pensais pas que cet article serait publié un jour. Comme quoi l’avenir n’est jamais vraiment tracé et le moindre événement, la moindre chose peut tout modifier ! En tout cas, voilà, 5 ans désormais que j’ai posé le pied au Japon avec pour projet de m’y installer pour quelques temps, ce « quelques temps » qui s’est transformé en « 5 ans… voire plus ». Ouais, le Japon aura du mal à se débarrasser de moi pour l’instant !

Cette année fut vraiment épanouissante ! Des voyages et des expériences incroyables ! Même si après 4 ans, la liste des mauvais côtés du Japon se rallongeait et parfois me désespérait, le Japon n’aura finalement pas fini de me faire rêver et de me surprendre ! Après tout, chaque pays a ses bons et ses mauvais côtés ! La première est que je ne regrette pas d’avoir quitté Tokyo pour le Kansai ! Merci Ecole (pas) Sympa de m’avoir fait « sombrer », ça m’a ouvert la meilleure porte ! Ma nouvelle vie dans le Kansai m’a permise de redevenir un peu un pigeon voyageur et réveiller mon âme d’aventurière ! Les voyages, c’est tellement génial, même si la plupart ne duraient qu’un weekend ! Je me découvre encore une nouvelle partie de moi-même en voyageant, je me sens davantage épanouie et plus forte. Je me ressource et à la fin de chacun d’eux, je suis de nouveau prête à relever de nouveaux défis et à continuer à aller de l’avant.

Comme chaque année, faisons donc le bilan :
J’ai fait un road trip à Hokkaido.
J’ai escaladé le Mont Fuji pour la troisième fois et fait le tour du cratère.
– Je suis allée à FujiQ (enfin !!)
– J’ai du commencer à porter des lunettes de vue.
– J’ai profité des festivals d’été comme il y a 5 ans à mon arrivée, avec Bon Odori et feux d’artifice.
– J’ai réussi le JLPT N3 !
Je me suis tapée un déménagement seule du Kanto au Kansai. J’ai porté des cartons et des meubles comme un homme, j’ai appris à gérer l’administratif et l’organisation, à passer des coups de fils en japonais et surtout à gérer le stress de tous ces préparatifs.
J’ai porté le mikoshi lors du festival Kitazawa Hachiman Jinja à Shimokitazawa.
– J’ai expérimenté un nouveau domaine professionnel et je me suis découverte de nouvelles compétences. Pas seulement, j’ai assisté à beaucoup d’événements et expérimenté beaucoup de choses de la culture japonaise et des traditions : les festivals de sport scolaire (運動会), la récolte de mikan (みかん狩り, mikan gari), la fabrication du mochi (mochitsuki)… J’ai récité deux discours en japonais, chanté les chansons de Noël populaires au Japon et joué l’interprète anglais-japonais pour le père Noël et les enfants pendant les spectacles de Noël.
Je suis allée à Universal Studios pour Halloween.
J’ai eu 30 ans et je trouve que c’est vraiment un bel âge finalement !
– J’ai commencé à collectionner les Goshuin.
– J’ai escaladé le Mont Koya deux fois et visité la ville. J’ai séjourné dans un temple, ai participé aux cérémonies bouddhistes et goûté le plat traditionnel bouddhiste.
– J’ai voyagé dans divers endroits du Kansai comme Nachi-Katsuura avec excursion aux chutes de Nachi, Uji avec dégustation de matcha dans des ramen, smoothie, glace et pancakes,…
– J’ai rencontré beaucoup de personnes intéressantes et créé des amitiés grâce aux événements Meetup.
– Grâce à Kotoba House Liceo, j’ai fait et refait l’expérience de la culture et des traditions japonaises : cérémonie de thé, calligraphie, essai de kimono…
– J’ai redécouvert les coins du Kansai que j’avais déjà visité six ans auparavant pour les aimer davantage : Kyoto, Osaka, Kobe, Nara…
– J’ai participé au festival Jidai Matsuri (時代祭) à Kyoto
– J’ai parcouru les îles entre Onomichi (préfecture d’Hiroshima sur Honshu) à Imabari (préfecture d’Ehime sur Shikoku) à vélo en passant par Shimanami Kaido.
J’ai obtenu le permis national japonais.
– On m’a offert un poste normalement destiné à un(e) Japonais(e) avec plus de responsabilités, de la paperasse et de la communication en japonais, en plus d’enseigner l’anglais à plus de 100 enfants japonais dynamiques et énergiques. C’est parfois difficile, mais c’était le challenge qui me manquait dans ce travail de prof d’anglais. Et je m’éclate comme une enfant !
– Je suis passée du vélo au scooter. Vive la liberté sur les routes et la découverte de beaux endroits au hasard !
– J’ai commencé à réaliser des vidéos et ai donc lancé ma chaîne Youtube
– Après un cours d’essai dans un club de ma ville, j’ai décidé de reprendre le tennis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est une liste bien longue ! Et j’en suis contente, je me suis bien rattrapée par rapport aux trois années précédentes où j’avais peu voyagé à travers le pays. J’en suis à cinq ans au Japon et je croque la vie à pleine dents ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ce pays malgré ses défauts et quelques déceptions. Je n’ai pas l’intention de quitter le Japon tout de suite ! Première raison : il me reste encore et toujours beaucoup à faire, beaucoup à découvrir :

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Faire un road trip à Shikoku
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Mie, Hiroshima, Nagasaki, Goto, Kanazawa, Shirakawago, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting

Ce n’est pas garantie que je réussisse à tout accomplir en une année mais peu importe ! Ça prendra le temps qu’il faut. L’important c’est qu’en attendant, ma vie dans le Kansai reste épanouissante avec un bon équilibre et plus de positif que de négatif. Je ne sais pas ce que cette sixième année me réserve mais je souhaite qu’elle me permette de m’enrichir davantage et qu’elle m’apporte toujours plus de bonheur !


♫ Un article = Une chanson ► OneRepublic – Wherever I Go