2

► Wake me Up : Kimi no Nikki (mai 2017)

On dit toujours, en mai, fais ce qu’il te plaît ! Ça résume bien mon mois de mai en tout cas ! Les beaux jours commencent à arriver, un peu trop vite parfois, à croire qu’on a même pas eu de printemps ici ! Mais ce temps agréable m’a donnée envie de sortir un maximum et de partir toujours plus à la découverte de Tokyo !

1er mai : Sonnent les Tacos

Alors que c’est la fête du travail en France, ici les japonais bouclent leurs dernières tâches au boulot avant la Golden Week. Moi comme tous les lundis, c’était mon jour de repos. Mais comme j’allais travailer pendant la Golden Week, je suis juste sortie à Shibuya avec Pauline pour déjeuner. Nous avons mangé à Taco Bell, qui est une chaîne de restauration rapide servant de la nourriture mexicaine, avec Fajitas, Tacos et Burritos. Vous connaissez peut-être, en tout cas moi c’était la première fois que j’y allais xD. Merci Pauline !

J’ai choisi le Chesse Core Burrito avec un Taco et des frites. Ce n’était pas mauvais ! Il y a plusieurs menus, vous pouvez choisir quelle viande vous préférez (bœuf, porc ou poulet) et la dose de piment. Avec un menu vous avez les boissons à volonté, en revanche il faut rajouter 100 yens pour une sauce, ce qui est un peu une arnaque quand on sait que dans d’autres chaînes du même type, elle est gratuite ! Enfin, pour le côté « japonais » vous pouvez tester le Taco-Don, qui est un taco (sans la tortilla) dans un bol de riz !

Il y a quatre restaurants Taco Bell à Tokyo, incluant celui de Shibuya !

Taco Bell (タコベル)
Adresse : 2-25-14 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Lines, Keio Inokashira Line, Tokyu Lines, Tokyo Metro Lines) sorties 1 ou 3a

2 mai : Jurassic Park à Shibuya

J’ai profité de finir plus tôt pour me rendre à Shibuya et assister à une séance du Dino Safari à Hikarie Hall A. C’était du 26 avril au 6 mai et il y avait plusieurs séances dans la journée pour 2 800¥ (5 300¥ pour deux tickets ensemble).

Je suis allée à la séance de 19h30. La capacité du hall était de 1000 personnes environ. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et vu le prix je craignais de me faire arnaquer. Qu’il n’y ait pas de vrai spectacle et qu’on voit seulement des acteurs dans un petit déguisement de dinosaure. Et c’était plus ou moins ça au final >_< !

Comme j’étais dans les dernières à rentrer, je n’ai pas eu trop le choix pour la place. On pouvait s’asseoir soit par terre sur du faux gazon ou sur des chaises. Je me suis mise par terre vers le fond. En fait jusqu’à ce que ça commence, je ne savais pas si il y avait une scène ou pas. Je redoutais que les dinosaures entrent par les 4 coins de la salle xD.

Le spectacle a commencé vers 19h35. La salle a plongé dans le noir complet et les gens commençaient à paniquer xD. Parfois j’ai l’impression que les japonais exagèrent. Les acteurs sont d’abord arrivés et se sont présentés. Y avait le héros et son assistante qui était genre la japonaise relou et naïve avec la petite voix aiguë bien agaçante qu’on entend souvent dans les animes xD. Ils étaient accompagnés par 4 dresseurs. Je ne comprenais pas toujours tout ce qu’ils disaient m’enfin c’était pas compliqué en gros. On était comme en pleine jungle avec un fond sonore et parfois quelques jeux de lumières et on partait en exploration quoi xD.

On a d’abord vu un tricératops, le plus gentil. Il était assez imposant mais la matière du costume ne le rendait pas assez réel. En revanche dans les gestes les acteurs ont bien géré. Pour l’imitation de ses rugissements aussi. Il marchait partout dans la salle, s’approchant du public, et parfois très près. Pendant un petit laps de temps on pouvait prendre des photos et vidéos, en évitant le flash, ça aurait pu énerver le dino xD.

Dans la seconde partie du spectacle, la nana s’est ramenée avec un œuf de dino en mode toute contente d’avoir fait une trouvaille. Et au même moment deux méchants dinos, les propriétaires de l’œuf j’ai supposé, sont arrivés par les entrées du fond de la salle, soit dans notre dos. Ils se sont placés derrière l’actrice, toujours aussi fière d’avoir son œuf pendant que le public lui gueulait de se retourner. En se retournant elle a poussé un énorme cri comme dans les films et les dinos se déplaçaient partout dans la salle et allaient vers les spectateurs pour les « dévorer ». Certains criaient, des enfants pleuraient xD. Bon ça manquait un peu de réalisme, genre les héros se faisaient attaquer et bouffer le bras mais ils pétaient toujours la forme xD.

A la fin, on a eu le grand tyrannosaure, qui était pas si grand que ça ! Donc lui et les autres méchants attaquaient le public. A la fin c’est le tricératops qui a sauvé tout le monde et l’œuf volé a été rendu aux propriétaires.

Le spectacle a duré 50min. Bien mais sans plus. Plus d’effets, de décors et de réalisme auraient été mieux. Ça m’a donnée envie de revoir Jurassic Park !

3~6 mai : Sympa Golden Week

Cette semaine était la Golden Week, une série de jours fériés au Japon durant laquelle beaucoup de japonais peuvent profiter de vacances nationales pour se reposer et partir en voyage. C’est d’ailleurs une période rouge, les billets d’avion et de train voient leur prix tripler !

Pour moi ce n’était pas des vacances, mais une semaine de cours intensifs à l’école. Le bon côté était que j’ai pu travailler à des horaires normaux et profiter de passer des soirées tranquilles à la maison. Les journées étaient intenses et chargées mais malgré la fatigue accumulée, c’était une semaine enrichissante qui m’a permise de rencontrer des personnes très charmantes ! J’ai vraiment passé une super semaine ! J’ai donné des cours pour débutants et j’ai eu la joie d’enseigner à une classe motivée et dynamique. C’étaient des cours agréables et j’étais triste de devoir déjà me séparer de cette classe 😭. Il y avait même une coréenne vraiment adorable et la voir aussi motivée pour apprendre le français m’a convaincue de me remettre sérieusement au coréen 😌 !

Ce travail de prof, ça n’a pas toujours été rose. J’ai du en faire du chemin, mais récemment j’ai réalisé les choses positives que ça m’a apporté. Plus de confiance, moins de timidité, le partage de deux cultures bien différentes, des challenges quotidiens… Mais surtout… des apprenants attachants qui sont devenus comme des amis, et qui me ramènent souvent des cadeaux hahaha.

Pour eux surtout, après une première année passée chez Ecole Sympa, j’ai signé un contrat pour une nouvelle année ! Car il me reste malgré tout encore des choses à prouver. Je ne suis pas encore allée jusqu’au bout et je veux savoir comment vont progresser mes classes ! Donc bientôt je vais pouvoir renouveler mon visa travail et rester au moins un an de plus au Japon 🎊 !

7 mai : 友達💞

Ça faisait très longtemps que je n’avais pas vu ma baka Géraldine ! Nous avons passé une bonne journée à Harajuku/Shibuya. D’abord un déjeuner chez Sukiya (すき家), une chaîne de restau de Gyudon très connue, et peut-être même la meilleure niveau qualité-prix ! Leur bol de Gyudon ne sont pas mauvais et vous avez plusieurs tailles disponibles pour des prix allant de 290¥ à 870¥. Et ouais, à ce prix-là, on peut laaargement se faire plaisir ! Même le Gyudon au 3 fromages est pas mal ! Vous pouvez aussi y manger du riz avec du curry et du maguro (un bol de riz avec du sashimi de thon).

Sukiya Jingumae Sanchome (すき家神宮前三丁目店)
Adresse : Trinity Building 1F, 3-23-3 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (JR Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji Jingumae Station (Chiyoda Line, Fukutoshin Line) sortie 5

Ensuite pause détente au café Reissue avec Elodie qui nous a rejoint un peu plus tard. Dans ce café ils font ce qu’on appelle du latte art, avec la mousse on peut avoir une déco en 2D ou même en 3D du dessin de notre choix. C’est tout mignon ! Prenez juste un peu votre mal en patience pour avoir votre boisson, parce que ce ne doit pas être évident à faire ^^’ !

REISSUE (リシュー)
Adresse : Tanji Building 2F, 3-25-7 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (JR Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji Jingumae Station (Chiyoda Line, Fukutoshin Line) sortie 5

Puis, la tradition du dimanche le veut, Karaoké Free Time ! Récemment j’écoute beaucoup les nouvelles chansons de mes amours CNBLUE et je pensais pouvoir les chanter cette fois. Mais elles n’y étaient pas encore 😭. Mais on est retourné à l’époque de nos 15 ans où on écoutait toutes Sum 41, Gazette et… KAT-TUN ! Oui ce genre-là ! On est passé par tous les styles ! On a aussi eu un moment de nostalgie en chantant Ai Otsuka et Mika Nakashima, vers la période de notre jeunesse durant laquelle on regardait des dramas, et on s’est encore dit qu’on ne connaîtra jamais la fin de NANA x’D !

Après l’effort, le réconfort, on a terminé par un dîner au Uobei Genki Sushi !

9 mai : ランチタイム

C’est mardi ! Ma semaine commence mais avant de me rendre au travail, je suis allée déjeuner à Jiyugaoka avec des amies. Nous sommes allées à Cafe & Books Bibliotheque qui sert des plats avec une petite touche française, des pancakes et des gâteaux. C’est une petite chaîne, il y a des restau à Tokyo, Osaka, Fukuoka, Kumamoto… Vous pouvez y manger n’importe quand : petit déjeuner, déjeuner, pause café et dîner !

Cafe & Books Bibliotheque Tokyo Jiyugaoka (カフェ&ブックス ビブリオテーク 東京・自由が丘)
Adresse : Etomo 1F, 1-28 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie nord

Les menus tournent autour de 1000¥ environ avec une boisson offerte. Pour le midi vous pouvez ajouter un dessert pour 500¥ parmi les choix possibles.

Nous avons goûté le curry, le gratin et les pancakes. Pour moi le curry était bon mais les pancakes étaient vraiment délicieux et bien moelleux. Pour le dessert on a opté pour le gâteau au chocolat et le parfait à la fraise. C’était vraiment bon ! Pour 1500¥ vous pouvez savourer un bon déjeuner avec un dessert dans une ambiance et une déco sympa !

14 mai : Nya !

Après mon cours de japonais du dimanche matin, je suis partie à Kanda pour voir une exposition sur des photographies de chats à Kyoto par un photographe japonais, Mitsuaki Iwago, un photographe japonais spécialisé dans le domaine de la nature. Il a entre autres voyagé dans de nombreux pays pour photographier les chats du monde entier. Une étudiante de mon école a offert des tickets gratuits. Une exposition gratuite pour moi, ça ne se refuse pas !

Mais, en arrivant à Kanda, j’ai eu la chance de tomber d’abord sur le Kanda Matsuri en pleine parade des mikoshi (神輿, littéralement « palanquin divin ») dans les rues du quartier, avec différents groupes que l’on distinguait par la couleur des vêtements traditionnels, les nombreux japonais participant en famille et les touristes prenant des photos.

J’étais très contente de voir ça ! Les japonais sont très fidèles à leurs traditions et unissent ensemble leur force et leur énergie pour porter leur mikoshi, y compris les femmes toutes petites et toutes minces. Car ce machin doit peser une tonne certainement ! J’aimerais essayer un jour ! Autour, les passants et les membres de la même équipe encouragent en tapant et scandant des répliques que je ne comprends pas.
Un article à venir prochainement pour plus de détails sur le Kanda Matsuri.

Puis j’ai filé à Mitsukoshi Nihonbashi. C’est un department store avec des boutiques et des restaurants/cafés comme on en trouve partout au Japon. Comme l’exposition avait lieu là j’en ai profité pour y manger.

Mitsukoshi Nihonbashi (日本橋三越本店)
Adresse : 1-4-1 Nihonbashi Muromachi, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Mitsukoshi Mae Station (Ginza Line, Hanzomon Line), Nihonbashi Station (Ginza Line, Tozai Line, Asakusa Line) sortie B9, Kanda Station (JR Lines) sortie est

Mais voilà, Mitsukoshi c’est bien mais les restaurants des derniers étages sont affreusement chers xD. Du coup je me suis rabattue sur un petit restau coréen, Han Bi Jea (韓美膳). On peut manger sur place ou acheter un bento à emporter. En choisissant un menu à 1 382¥ j’ai eu un énorme plateau avec de la soupe, un pancake coréen, de la salade, du riz, un plat de takkarubi, et un mini-dessert. Je pensais ne pas pouvoir tout manger, mais finalement c’était assez léger et très peu gras. Donc c’était parfait ! En plus vous pouvez utiliser votre carte T-money de Family Mart et gagner des points ! Et c’est une chaîne qui possède plusieurs restau dans Tokyo !

Han Bi Jea (韓美膳)
Adresse : Mitsukoshi Nihonbashi New Building B1F, 1-4-1 Nihonbashi Muromachi, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Mitsukoshi Mae Station (Ginza Line, Hanzomon Line), Nihonbashi Station (Ginza Line, Tozai Line, Asakusa Line) sortie B9, Kanda Station (JR Lines) sortie est

Après manger, j’ai retrouvé Elodie avec qui je suis allée à l’exposition Neko no Kyoto (猫の京都 – Les Chats de Kyoto). Ça avait lieu au 7ème étage de Mitsukoshi. Au même endroit il y avait un salon avec pleins de produits et accessoires à l’effigie des chats avec des photos de l’exposition dans un book, en format cartes postales, en pochettes… L’embarras du choix pour bien claquer une partie de ta paie fraîchement reçue parce que tu ne peux pas résister à la mignontitude des chats !

Quant à l’exposition, les photos étaient vraiment magnifiques ! Elles étaient réparties selon les 4 saisons, dont le printemps avec les sakura et l’automne avec les koyo. J’ai préféré les photos d’automne car les couleurs étaient éclatantes. Le photographe, Mitsuaki Iwago, très célèbre au Japon, a été en mesure de capturer un chat en plein saut ou essayant d’attraper une feuille d’érable volante, à mettre en valeur le sujet grâce à une bonne maîtrise de l’ouverture. J’admire le travail qu’il a fait ! Je n’ai pas acheté le book mais j’ai pris une petite pochette avec une des photos que j’ai le plus aimée ! A la fin de l’expo, on pouvait regarder une vidéo expliquant le travail qu’a accompli le photographe. D’après ses paroles il souhaitait, à travers ce projet photo, transmettre l’esprit et l’atmosphère de Kyoto par l’intermédiaire des chats, qui pourrait se résumer à une vie tranquille, paisible et toujours proche de ses traditions. Les chats de Kyoto semblent avoir la belle vie !

Comme à l’expo nous avons reçu un coupon de 200¥ nous sommes allées ensuite au Neko Cafe Mocha de Shibuya pour rester dans le thème et gaga-tiser encore un peu. C’est un café à chats qui possèdent plusieurs branches dans les quartiers de Tokyo (Shibuya, Harajuku, Ikebukuro, Akihabara) ainsi qu’une autre à Osaka. Il y a entre 15 et 20 chats dans chaque café. Le premier café a ouvert en 2015 à Ikebukuro.
En arrivant, vous vous déchaussez, vous lisez le règlement et vous vous désinfectez les mains. Dans le café, vous pouvez prendre une boisson au distributeur pour 350¥, lire des mangas et jouer avec les chats ! 200¥ par tranche de 10 minutes ! Comme c’est un endroit qui attire beaucoup d’étrangers, le staff se débrouille un peu en anglais et les consignes sont également dispo en anglais bien sûr !

Les chats avaient l’air un peu blasé mais étaient tout mignons ! Il y avait beaucoup de monde cependant, ça devait les saouler, les pauvres ! Pour ma part, j’avais déjà testé un Cat Café à Shibuya en décembre 2013, plus petit mais avec une déco plus colorée et plus de confort aussi. J’ai trouvé que dans celui-là il y avait très peu de fauteuils pour se poser xD.

Neko Cafe Mocha Shibuya (猫カフェMoCHA渋谷店)
Adresse : Asoruti Shibuya 8F, 32-12 Udagawacho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

Pour bien finir la journée par un bon repas, on a décidé de manger un curry indien. Le premier qu’on a trouvé dans Shibuya, faut le trouver si on a pas Google Map ! Il est à l’étage dans une petite rue à côté d’un restau de BBQ coréen. Il est petit mais les différents curry et les nan sont délicieux ! Surtout qu’il y a du cheese nan, le meilleur ! J’ai choisi un menu pour 1 480¥ incluant deux saveurs de curry, un chicken tandoori, un cheese nan, une salade et un verre de mango lassi ! On a aussi goûté des samoussa, qui étaient différents des samoussa au poulet ou au bœuf que j’avais l’habitude de manger. Dans ceux-là il y avait de la patate douce et des légumes ! C’était super bon et le staff est très sympathique !

Shib Mahal Shibuya (インド料理 SHIB MAHAL)
Adresse : Minatsu Building 2F, 2-6-2 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

Voilà un bon dimanche comme je les aime !

​21 mai : On se prend un apéro ?

Du 19 au 21 se tenait un événement à l’image de la France à Daikanyama, près de Shibuya. C’était comme un salon sur la gastronomie française avec des dégustations de plats et de boissons. Par curiosité et parce qu’à l’école on en a fait la pub, j’y suis allée le dimanche avec Violaine.

Cet événement, appelé Apéritif 365, a lieu dans plusieurs villes du Japon : Tokyo, Yokohama, Saitama, Sendai, Toyama, Kyoto, Matsuyama… L’entrée est gratuite mais il faut payer la plupart de vos dégustations. Et en moyenne c’est 500¥ pour deux petits morceaux de pâtés ou pour un croissant… On a fait nos pauvres et on s’est contenté de déguster gratuitement du beurre salé et un petit morceau de rillettes. Ce n’était pas très grand mais il y avait du monde. Faut prévoir le budget aussi si on veut se faire plaisir 😂.

Apéritif 365 in Tokyo (アペリティフ365 in 東京)
Adresse : Hillside Terrace, 18-8 Sarugakucho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie principale
Site internet : http://www.aperitifjapon.com/tokyo.html

Après avec Violaine, nous sommes restées à Daikanyama. C’est un quartier vraiment sympa avec des petites rues mignonnes et calmes, à proximité de tout, dont Shibuya où on peut facilement s’y rendre à pied. Il y a pas mal d’enseignes françaises. C’est un peu chic et bling bling, mais on doit bien y vivre. Nous nous sommes posées pour boire un petit Smoothie ​​dans un tout petit bar à jus de fruits Why Juice? (Ouais pourquoi ? Parce que c’est bon et rafraîchissant, surtout quand il fait 30 degrés). C’est tout mignon, bon le truc est petit pour 500¥ mais les fruits sont frais et bons ! Nous y sommes restées papoter une heure au soleil. Ça fait du bien d’échanger et de discuter de tout librement. Avant de rentrer nous sommes passées par un café qui propose des Donuts super bons ! Je vous recommande le Pistachio Cheese Cake avec un cafe Mo​cha, c’est super bon ! L’environnement est même super mignon et il y a une terrasse. Ce café tient son origine de Portland. Au Japon, il y en a deux ; un à Daikanyama et un autre à Yokohama :) !

Why Juice?
Adresse : 13-8 Daikanyama-cho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord
Site internet : http://www.why-juice.me

Camden’s Blue Star Donuts Daikanyama (カムデンズブルースタードーナツ代官山店)
Adresse : The Mart at Fred Segal, 13-1 Daikanyama-cho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord

Camden’s Blue Star Donuts Yokohama (カムデンズブルースタードーナツ横浜店)
Adresse : The Mart at Fred Segal, 1-3-1 Shinminato, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord

28 mai : Marie-Claire à Jiyugaoka

Du 27 au 29 mai se tenait le festival Marie-Claire à Jiyugaoka, un quartier vraiment sympa, celui où je travaille ! Et Marie-Claire, c’est l’une des rues du quartier, oui, oui ! Une rue remplie de magasins, boutiques haut de gamme et des salons de beauté. Le festival Marie-Claire, c’est un petit événement réunissant la France et le Japon. Chaque année, les drapeaux des deux pays sont brandis le long de la rue Marie-Claire et des petits concerts ont lieu sur une scène, mettant en avant la musique française avec quelques grands classiques. Pour profiter en même temps des performances, les visiteurs sont invités à déguster du vin et à manger de la street food qu’on trouve dans tous les festivals, comme des yakitori, des yakisoba, mais aussi des pizzas, des brochettes, et même de la nourriture coréenne !

Comme je travaillais sur place, j’y ai fais un tour le samedi pendant ma pause déjeuner. J’y ai aussi fait un peu de pub pour l’école notamment auprès des quelques stands de vin et de nourriture. Les commerçants étaient sympa, et forcément, parlaient un peu français, donc c’était agréable d’échanger en français/japonais. Le monsieur qui gérait le stand de nourriture coréenne était drôle aussi, il me disait « Bonjour ! Je t’aime ! » avec un grand sourire xD. Il a mérité que je lui achète du Takkarubi ! Les japonais étaient en famille et entre amis, squattait les bancs et les tables avec trois tonnes de nourritures et 36 000 verres de vin et de bière, sous un agréable soleil ! Je les enviais un peu ! J’aurais aimé me poser tranquille pépère avec les amis, déconner, discuter et juste profiter de ce temps agréable et de cette atmosphère qui rappelle un peu les vacances ! Tant pis, je pourrais toujours y retourner l’année prochaine un dimanche n_n. Des volontaires pour m’accompagner ?

29 mai : Retour vers le futur… à Odaiba !

C’était encore une belle journée ensoleillée ! Un bon dimanche s’annonçait ! Avec Géraldine et Elodie, nous sommes allées à Odaiba. Il faisait beau et chaud, c’était la journée idéale. Nous avons d’abord mangé dans un restaurant indien à Odaiba Decks. Nous étions en terrasse face à la mer avec le pont Rainbow et la vue sur Tokyo. On avait l’impression d’être en vacances, ailleurs, c’était agréable avec un verre de Lassi et un bon curry accompagné de cheese nan ! Bon pour le cadre et le lieu, comptez plus cher que le petit restau indien de Shibuya, environ 2000¥ le menu plus le verre de Lassi et le supplément pour le cheese nan. Mais si vous êtes gourmand vous pouvez prendre le buffet à volonté où vous pouvez goûter quatre curry différents, du tandoori et un dessert.

Khazana (カザーナ)
Adresse : Decks Tokyo Beach 5F, 1-6-1 Daiba, Minato-ku, Tokyo
Accès : Tokyo Telephort Station (Rinkai Line) sortie B, Odaiba Kaihinkoen Station (Yurikamome Line) sortie nord

Après Géraldine avait proposé de faire une visite au Miraikan qui comme son nom l’indique, est un musée sur le futur avec comme problématique comment la science changera le futur et que pouvons-nous faire pour le futur.. Bon ça ne correspondait pas trop à ce qu’on espérait. Je pensais plutôt y voir des robots, les nouvelles technologies qui feraient notre quotidien dans les prochaines années… Le site Internet donnait envie d’y faire une visite. Finalement c’était plutôt des vidéos, des simulations sur l’avenir de l’humanité avec le nucléaire ou comment la population affronterait une grosse épidémie (par exemple… une épidémie de zombies o_o arrêtez de regarder The Walking Dead…). On a aussi vu deux droïdes mais ils faisaient peur xD ! La partie la plus intéressante était celle qui m’a rappelée mes cours d’SVT avec des explications sur les gènes et les cancers et tumeurs avec des mini-jeux interactifs. Emmener ton gosse pour déjà lui apprendre la vie est plus instructif que le mettre devant un jeux-vidéo. Les Japonais marquent un point en venant ici en famille :).

Pour l’entrée, comptez 620¥. A faire si vraiment le sujet vous porte un fort intérêt mais beaucoup de choses manquent pour que cela vaille vraiment le coup !

Miraikan
Adresse : 2-3-6 Aomi, Koto-ku, Tokyo
Accès : Fune-no Kagakukan Station (Yurikamome Line) sortie est, Telecom Center Station (Yurikamome Line) sortie nord, Tokyo Teleport Station (Rinkai Line) sortie B

Ainsi c’est terminé mon mois de mai ! C’était chouette !


♫ Un article = Une chanson ► B.A.P – WAKE ME UP

Publicités
3

► A sky full of lighters : Kimi s’amuse à Tokyo #4

Bonjour ! Voici les dernières news de ma vie Tokyoïte avec mes activités du mois d’août !

1er août 2015 : Edogawa Fireworks festival

Après l’expérience traumatisante du Sumida fireworks festival, avec Marine nous avons décidés de nous rattraper et d’aller admirer celui qui se tenait à la rivière Edo. Comme je le disais dans un autre article, les feux d’artifices au Japon sont un véritable spectacle qui attire la foule. Ceux qui se tiennent au bord d’un fleuve et d’une rivière relèvent donc d’une super organisation si on veut bien profiter du spectacle ! Car comme il y a du monde, il faut déjà trouver de la place ! Et…. Il y en a souvent jamais assez ! Il faut donc être prévoyant et les organisateurs recommandent toujours de venir au moins une heure, voire une heure et demie avant !! D’ailleurs, il est peut-être parfois possible de « réserver » sa place, à reconfirmer, mais ça ne m’étonnerait pas que ce soit possible ! Et là, les japonais m’étonnent encore xD ! Ils ont tout l’attirail pour être bien installé ! La couverture, les petites tables et chaises de camping, la grosse glacière à pique-nique… Avec Marine on s’est demandé si certains ne venaient pas carrément passer la journée sur place !

(2)

Le Edogawa Fireworks festival est l’un des plus grands avec approximativement 14 000 feux d’artifices de lancés.
Accès : Koiwa Station (JR Sobu-Line)
Shinozaki Station (Toei-Shinjuku Line)

Marine et moi sommes arrivées vers 18 heures. Nous avons marchés environ 30 minutes jusqu’à la rivière et une fois arrivées, on en a longé une bonne partie pour s’asseoir pas très loin de l’endroit où les feux étaient lancés. Comme il y avait déjà pleiiiins de monde on était un peu les uns sur les autres, mais la vue était plutôt bien ! En attendant que le feu d’artifice commence, on en voyait un autre au loin. Le notre a commencé à 19h15 et a duré jusque 20h30. 1h15 de lumière, de musique… Comme des gosses, on avait tous des étoiles pleins les yeux, en laissant échapper des « wouaaaaaah » ! Même les feux d’artifices sont super bien organisés ! Je veux dire par là, que c’est coupé en différentes parties, annoncées par une petite voix. Une petite musique accompagne aussi le spectacle. Bref, je le redis, les feux d’artifices sont juste beaux et impressionnants ici ! Ca pourrait recouvrir tout le ciel ! Et certains ont même des formes de smileys, d’étoiles, ou de Hello Kitty (mais j’ai pas réussi à les avoir en photos, désolée) !

Si vous voulez voir une petite vidéo pour vous faire une idée, visitez mon Instagram~ ^^. I just wanna reach the light ♪ミ☆

9 août 2015 : Awa-Odori dance festival

J’étais pas loin de Shibuya ce jour-là, j’en ai donc profité pour partir un peu loin du centre, vers Shimokitazawa, un des quartiers de Setagaya, à l’ouest de Tokyo, à 10 minutes en train de Shibuya. En arrivant dans ce coin, on se sent plus comme dans un petit village, plus calme et plus tranquille, loin de la folie du centre ville. Ceci dit, il y a pas mal de monde quand même et pas mal de commerces, et des maisons trop mignonnes !

Comme je n’avais pas encore vu de performance de Awa-Odori, il fallait que je vois celui-là ! Il se déroule dans les rues de Shimokitazawa, je ne suis pas sûre de l’endroit exacte, et quand j’y suis allée, j’ai un peu cherché au pif jusqu’à trouver les groupes de danseurs !
Adresse : Kitazawa, Setagaya-ku, Tokyo 155-0031
Accès : Shimokitazawa Station (Odakyu Line, Keio-Inokashira Line) sortie nord

(42)

Et si je vous parlais de ce qu’est le Awa-Odori ? Allons-y !

Awa-Odori (阿波踊り, littéralement « danse d’Awa », dit aussi « danse des fous ») est un festival japonais célébré durant la période du O-Bon. Ce festival a toujours été marqué par des manifestations spectaculaires au Japon, surtout à Tokushima (sud du pays), lieu de naissance de cette danse. Les danseurs sont des amateurs passionnés qui s’entraînent toute l’année pour produire le spectacle le meilleur possible une fois par an. Les danseurs sont divisés en centaines de groupes, appelés ren (連), qui ont chacun leur style de danse et de musique. Ils portent des costumes courts et légers, aux couleurs propres à chaque troupe. Ils marchent et dansent en scandant « Yattosa ! Yattosa ! », accompagnés par le son des shamisens, tambours, cuivres et flûtes. Awa-Odori a son hymne : Awa Yoshikono. Le refrain est si simple qu’il peut être interprété dans le plus absolu état d’ébriété : « Les danseurs sont fous ! Les spectateurs sont fous ! Ils sont tous fous ! Alors pourquoi ne pas danser ? », d’où le surnom « danse des fous ».

Sources : WikipediaAwa Odori Paris

(28)

J’ai réussi à me faufiler et à me poser pour bien voir les danses, je dirai même que j’étais trop près tellement la rue était étroite xD. J’ai du voir 3-4 groupes passer à peu près ! Ils avaient chacun leur style et leur couleur mais dansaient vraiment tous à la perfection ! On devine qu’il y a eu des heures d’entraînement et de préparation ! Et c’est ce qui rend cette danse particulièrement impressionnante. Les danseurs effectuent les pas avec grâce, en parfaite synchronisation, en rythme avec la musique tout en chantant. Les danseurs exécutent leur danse dans la ferveur, mais aussi en observant une discipline extraordinairement stricte, presque militaire. J’étais en totale admiration devant chaque performance ! D’ailleurs, petite anecdote, dans un des groupes il y avait un étranger, c’était surprenant de voir ça, mais en plus il se débrouillait bien !

Et le reste du mois, je dois vous avouer que je ne l’ai pas vu passer ! En effet, j’ai beaucoup travaillé, mais aussi, je me suis lancée dans ma recherche de logement ! La guest house où je travaille fermant le 31 août, j’ai décidé de le prendre pour un changement, une nouvelle étape dans cette aventure. Car j’aurais très bien pu aller dans une autre branche de la guest house. Mais je ne me voyais pas passer mon année là-bas. La recherche de logement a été un peu rude, j’ai multiplié les trajets dans différents coins de Tokyo, dépensé comme une ouf pour ma carte Suica à cause des déplacement qui finissaient par coûter la peau du cul >.<. Quand on travaille comme un japonais et qu’on a peu de temps libre, on ne voit absolument pas le temps passer. Et c’est très frustrant remarque, car aujourd’hui même (22 août), ça fait déjà deux mois que je suis là ! En tout cas, je continue de profiter au maximum.

Pour revenir sur le logement, je l’ai trouvé depuis le 17 août. C’est une share house situé à Jingumae, entre les stations de Harajuku et Sendagaya. L’endroit est impeccable pour moi, je suis près de mes lieux de travail et de mes quartiers favoris ! J’ai donc ma chambre privée et vis en colocation avec une anglophone et quatre japonais ! Je raconterai le détails de mes recherches et de l’acquisition de ma chambre dans un prochain article, avec photos bien sûr :p.


♫ Un article = Une chanson ► Bad Meets Evil ft. Bruno MarsLighters

1

► Dance & fireworks : Kimi s’amuse à Tokyo #3

Comme d’habitude, petit retour sur la suite et fin de mes activités du mois de juillet !

23 juillet 2015 : Kagurazaka Matsuri Festival

Du 22 au 25 juillet, se tenait le Kagurazaka Matsuri Festival, dit aussi Kagurazaka Lantern Plant Market avec son Awa-odori Dance. Pendant les festivités, on effectue un bond en arrière en revivant l’ambiance du vieux Tokyo. Le long de Kagurazaka-dori où se situe le temple Bishamonten Zenkoku-ji, des volontaires, parfois vêtus de yukata, vous proposent nourriture et boissons diverses, ainsi que des stands d’Hozuki.

Adresse : 5-36 Kagurazaka, Shinjuku-ku, Tokyo 162-0825
Accès : Iidabashi Station (JR Chuo Sobu Line) sortie ouest
Iidabashi Station (Namboku Line, Oedo Line, Tozai Line, Yurakucho Line) sortie B3
Ushigomekagurazaka Station (Oedo Line) sortie A3
Kagurazaka Station (Tozai Line)

(277) (279)

Je me suis rendue à ce matsuri vraiment à l’heure où c’était censé débuter (vers 17h), je suis même arrivée trop tôt car les volontaires finissaient de préparer leur stand. Mais une fois les festivités débutées, la foule n’a pas tardé à bonder les rues et le temple. Vraiment du monde partout si bien qu’il en devient difficile de circuler et d’accéder aux stands pour manger. Dans mon périple j’aurais goûté ces deux choses délicieuses dont j’ai oublié le nom hahah.

Malheureusement, comme j’avais mes cours de japonais à Shinjuku, j’ai du quitter le festival tôt et je n’aurais pas pu voir la performance de Awa-odori. Une prochaine fois !

(278) (283)

25 juillet 2015 : Sumida fireworks festival 

Ce samedi très chaud et ensoleillé, mes amies de la guest house et moi avons sorties nos yukata pour le Sumida fireworks festival qui a lieu aux alentours de Asakusa. Une japonaise m’a aidée à revêtir mon yukata et Haru-chan a voulu en plus me maquiller (elle a sortie tout son attirail make-up, je crois que j’en possède même pas le tiers xD).

(289) (290)

Puis vers 15h, j’ai d’abord retrouvé Hiromi-chan avec qui j’ai passé un peu de temps au frais dans un café avant de rejoindre Marine et ses amis près du pont Azuma.

Le Sumida fireworks festival est particulier : deux feux d’artifices sont tirés en même temps à deux points différents de la rivière Sumida, non loin des ponts Komagata et Kototoi. Pour le voir, on est allé vers Asakusa, au pont Azuma. Je me réjouissais de voir ces feux d’artifices mais comment dire, laissez-moi vous expliquer comment c’était organisé : déjà, comme c’est en pleine ville avec pleins de super hauts buildings, on ne peut pas s’asseoir pour admirer les feux d’artifices ! On ne peut donc voir le spectacle qu’en passant sur le pont. Et quand y a tout Tokyo qui se ramène, ça fait du monde, du monde et du monde partout !! Les rues sont bloquées, et même certaines stations de métro. Encadrés par la police, plusieurs groupes de personnes passaient donc sur le pont pour s’arrêter 10 secondes, regarder les feux d’artifices et partir. Le premier feu d’artifice avait commencé, on était même pas sur le pont xD. Mais au final on a bien gérés car on aura pu voir les deux en même temps quand nous sommes passés.

Il était ensuite encore possible d’en voir un bout depuis les rues voisines, mais tous les immeubles immenses gâchaient le paysage TT. Pour se consoler, heureusement il y avait la Tokyo Sky Tree illuminée de belles couleurs vertes et bleues~!

Un peu traumatisant comme expérience, surtout si on aime pas la foule ! Mais les feux d’artifices au Japon sont tellement impressionnants que ça attire toujours une forte population ! D’ailleurs, je dois dire, moi qui adore ça, je ne regrette finalement pas d’avoir été à ce festival. Les feux d’artifices durent longtemps (environ une heure, ça change de nos 15 minutes en France xD) et sont vraiment beaux ! Il y en a tellement en été aussi que vous pouvez être sûrs de pouvoir au moins en voir un.

29 juillet 2015 : Bon-Odori festival au temple Tsukiji

Avec Mai-chan, je suis aussi allée au Bon-Odori festival du temple Tsukiji qui se tenait du 29 juillet au 1er août. Tout d’abord, le Bon ou O-Bon, c’est quoi ?

O-Bon (お盆) ou simplement Bon (盆, sans le préfixe honorifique) est une coutume bouddhiste japonaise honorant les esprits des ancêtres. Celle-ci existe depuis plus de 500 ans et fut importé de Chine où elle est appelée fête des fantômes. A l’origine, le O-Bon dure trois jours, mais les dates exactes varient selon les régions.
Au fil des ans, cette fête religieuse s’est transformée en réunion de famille durant laquelle les gens des grandes villes retournent à leur ville natale et s’occupent des tombes de leurs ancêtres. Les jours du O-Bon ne sont pas considérés comme fériés mais de nombreux Japonais prennent des jours de vacances et certaines entreprises ferment.

Un festival de danse, le Bon-Odori, est traditionnellement donné pendant cette période, voire même durant tout l’été désormais. Originellement le Bon-Odori était une danse folklorique destinée à réconforter les esprits des défunts. Le style de cette danse varie d’une région à l’autre. Les différentes préfectures ont souvent des danses particulières du Bon-Odori et leur musique propre allant avec. Le plus souvent la danse a lieu dans un temple, sur les rives d’une rivière ou de la mer, ou dans un lieu public quelconque. Les gens forment généralement une ronde autour d’un petit bâtiment de bois nommé yagura où des musiciens jouent du Taiko pour donner le rythme.

Source : Wikipedia

Le Bon-Odori festival de Tsukiji a lieu au pied du temple sur une grand place, où sont aussi implantés plusieurs stands de nourriture et de boissons. Il y a également des tables pour que les personnes s’installent pour admirer la danse tout en mangeant.

(332)

Adresse : 3-15-1 Tsukiji, Chuo-ku, Tokyo 104-8435
Accès : Tsukiji Station (Hibiya Line) sortie 1
Tsukijishijo Station (Oedo Line) sortie A1
Higashi-Ginza (Asakusa Line) sortie 5

Il y avait énormément de monde quand nous y sommes allées, en particulier du côté de la nourriture haha. Des personnes habillées en yukata dansaient autour du yagura, parfois des personnes en civils se joignaient à la danse, ainsi que des enfants. Les japonais sont vraiment attachés à leur religion et leur croyance et j’apprécie l’existence de ces petites fêtes qui permettent de réunir toute cette population, dansant ensemble pour honorer les esprits des ancêtres pendant une performance de Taiko. Les musiques s’enchaînaient avec une danse différente à chaque fois. Il y a également eu une pause pendant laquelle un groupe de musiciens a effectué une performance de Taiko à la place de l’endroit où les gens dansaient. Il y avait plusieurs instruments et les musiciens s’échangeaient les places. La façon dont ils bougeaient tout en gardant le rythme… Wuah, j’étais admirative ! Ca m’a donné envie d’apprendre à en faire !

Avec Mai-chan on a pas mal regardé les gens danser puis vers la fin, nous nous sommes dit « Allons-y ! ». Du coup on a fait les deux dernières danses ! Oui, Kimi elle a dansé le O-Bon ! J’étais pas toujours dans le rythme mais j’ai eu une bonne sensei à côté de moi qui m’a bien montré les pas, une femme âgée habillée en yukata, qui montrait un peu à tout le monde comment faire. La série de pas reste la même, mais c’est aussi très facile de se tromper tellement les danses sont parfois toutes les mêmes. A la toute fin de la danse, nous nous sommes tous tournés vers le temple et nous nous sommes inclinés. Un festival de plus auquel j’ai adoré assister !

(345)


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryFirework

2

► 7 juillet 2015 : Kimi fête le Tanabata

(96)

7 juillet, 7/07, jour du Roi des Démons ! Non pardon, j’ai trop lu NANA désolée :’)… Jour du Tanabata !

(99)

Tanabata (七夕 = « La septième nuit [du septième mois] ») est la célébration annuelle des étoiles japonaise, qui pioche son origine dans la fête des étoiles chinoise Qīxī. Selon la légende, Orihime (織姫/織女, étoile de Vega) et Hikoboshi (彦星, étoile d’Altaïr), également appelés le Bouvier et la Tisserande, des amants séparés, sont autorisés à se rencontrer sur la Voie Lactée (天の川, une rivière d’étoiles qui traverse le ciel) une fois par an, le septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire.

Habituellement, on célèbre dans certaines régions du Japon le Tanabata le 7 juillet, mais si on se fie au calendrier luni-solaire, le 7ème jour du 7ème mois tombe plus aux alentours du mois d’août que du mois de juillet. De ce fait, certaines régions célèbrent le Tanabata le 7 août.

La coutume veut que l’on élève des branches de bambou feuillues dans les jardins et dans les rues, et que les personnes écrivent des poèmes, quelques mots ou des souhaits sur des tanzaku (短冊 = petite carte verticale utilisée à l’origine pour écrire des poèmes) ou des longues bandes de papier colorés qui sont nouées aux feuilles de bambou. Beaucoup de japonais profitent aussi de cette fête pour porter le yukata. On dit qu’Orihime et Hikoboshi feront que les vœux deviennent réalité. Après avoir été décoré, vers minuit ou le jour suivant l’arbre en bambou est jeté dans un fleuve ou brûlé pour que les vœux se réalisent.

Sources : Japan GuideJNTOCLICK Japan

La première fois que j’ai entendu parler du Tanabata, c’était en lisant le manga NANA (eh oui tout a commencé avec ça, j’ai des super références). J’avais vraiment envie de voir à quoi ressemblait cette fête en réalité. Grâce à la guest house où je travaille, j’ai appris qu’une fête du Tanabata se tiendrait justement ce 7 juillet au temple Zojoji. J’ai donc proposé à mes amies japonaises Hiromi et Emiko d’y aller. Cette fête était aussi l’occasion pour moi de porter mon yukata. Emiko m’a aidée à le mettre (parce que toute seule ça relève de l’impossible x’D) et donc je me suis rendue comme ça à la fête !

Je n’ai pas trouvé de meilleurs endroits que les toilettes, désolée !

C’est un sacré défi que je me suis relevée (ce qui me connaissent bien comprendront). J’osais pas sortir au début www. Parce que une gaijin en yukata, ça court pas les rues… (Vous avez vu une gaijin se promener en yukata à Shinjuku ? C’était moi !) et je ne vous parle pas de la réaction des japonais, certains me dévisageaient, c’était un peu embarassant (mais y a quand même une japonaise qui m’a dit en passant « Kawaii~ » x)). Hiromi aussi arrêtait pas de dire que j’étais kawaii haha #^^’#.

Nous nous sommes donc rendues au temple Zojoji, pour le Tanabata Festival aux alentours de 19 heures. Pour y aller, emprunter les lignes Asakusa ou Oedo jusqu’à la station Diamon (sortie A6) ou la ligne Mita, station Shiba-Koen (sortie A4). Pour infos, à 19 heures il fait déjà nuit au Japon. Donc en arrivant, on a pu voir toutes les bougies éclairant l’enceinte du temple Zojoji avec en arrière plan la Tokyo Tower illuminée. Je vais pas en dire plus, les photos vont se charger de parler (je me suis fait plaisir à en faire des c’était juste magnifique T^T, j’ai été prise en flag par Hiromi www).

Comme le veut la tradition, nous avons écrit nos vœux sur un tanzaku avant de les accrocher à une branche de bambou. J’ai écrit le mien en japonais (mais j’avais pas le niveau pour en faire un poème xD), on verra si il se réalisera.

Pour terminer la soirée, nous sommes allées manger près du temple, dans un restaurant de sushis. Des sushis en tout genre (des makis et nigirizuhis au saumon, thon, crevette, omelette, tous avec du wasabi dedans), des tempuras et d’autres spécialités que je connaissais pas, comme les boulettes aux crevettes et du tofu frit et mariné au miso. Voilà tout ce qu’on s’est mis sous la dent !  美味しかった♡ !

J’ai été très contente de ce 7 juillet et de cette fête du Tanabata passée avec mes amies. Encore merci à elles ^w^.

(136) (134)


♫ Un article = Une chanson ► Anna Tsuchiya inspi’ NANALucy