2

▶ Neurose : Kimi no Nikki (juin 2020)

Juin, c’est l’arrivée de l’été, avec sa chaleur, son humidité étouffante et son ennuyeuse saison des pluies, toujours là pour faire passer certains weekends à la maison ou annuler les sorties prévues en extérieur comme des pique-niques.

Après une longue période de mode de vie en stay home dès que possible pendant l’État d’urgence, les écoles, les magasins et les cafés-restaurants ont de nouveau rouvert leurs portes. On revient petit à petit à un rythme normal mais en restant très prudents.

Afin de prévenir la propagation de l’infection, il est demandé de respecter la règle des « trois densités » (3つの密) mise en place par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (厚生労働省), soit d’éviter :
– les endroits confinés (密閉)
– les endroits bondés (密集)
– les contacts trop rapprochés (密接)

Pour éviter autant que possible la propagation de l’infection, le pays entier doit s’adapter à un « nouveau style de vie » (新しい生活様式). Tout d’abord, chaque personne doit respecter les gestes et contrôles contre l’infection :
– lavage des mains (手洗い)
– port du masque (マスクの着用)
– maintien d’une distance de sécurité (身体的距離の確保)

Les bases (基本的) de la vie quotidienne (日常生活) se résument ainsi :
– lavage et désinfection des mains avec diligence (まめに手洗い・手指消毒)
– (咳エチケットの徹底)
– ventilation régulière des pièces (こまめに換気)
– maintien d’une distance de sécurité (身体的距離の確保)
– respect des 3 densités (3密の回避)
– chaque matin prendre la température, vérifier son état de santé et en cas de fièvre ou de symptôme d’un rhume, rester à la maison (毎朝、体温測定、健康チェック。発熱又は風邪の症状がある場合は無理せず自宅で療養)

Dans les lieux publiques, à l’entrée des magasins et des restaurants, du gel hydroalcoolique ou du désinfectant est mis à disposition des clients. Dans les écoles, on contrôle la température de chaque élève à son arrivée et en cas de fièvre il peut être renvoyé à son domicile.

Ainsi va la vie au Japon avec le Coronavirus !

※ Les événements du mois 🎊

• Suika Wari (スイカ割り)

C’est l’été, soit le moment de ressortir les maillots de bain, les serviettes de plage, les bouées et les ballons pour s’amuser sur les plages. Et au Japon, on rajoute… bâton et bandeau ! Mais pourquoi faire ? Pour jouer au jeu Suika Wari (スイカ割り), littéralement jeu de la pastèque fendue !

Comme son nom l’indique, ce jeu estival populaire chez les Japonais consiste à fendre une pastèque avec un bâton en ayant les yeux bandés. On pratique ce jeu en général sur les plages (海水浴場), mais aussi pendant les festivals, les pique-niques ou encore dans les écoles maternelles (保育園・幼稚園).

Pour jouer au Suika Wari, il faut :
– une pastèque bien mûre (よく熟れたスイカ)
– un bâton (棒)
– un bandeau (目隠し)

Les règles « officielles » (公式ルール) de ce jeu ont été établies en 1991 par la « Japan Suika Wari Association » (日本すいか割り協会). La JSWA fut créé dans le but d’une campagne menée par la Coopérative agricole JA (農業協同組合) pour augmenter la consommation de pastèques. Cependant, celle-ci n’existe plus au jour d’aujourd’hui.

En tout cas, les règles sont très simples :
– avant de commencer, le concurrent doit se trouver à une distance entre 5 et 7 m de la pastèque
– le bâton doit mesurer moins d’1m20 avec un diamètre de 5 cm
– le concurrent dispose d’1 min 30 pour fendre la pastèque les yeux bandés et en se basant sur les voix des autres participants qui le guident (dans ce délais, il a droit à 3 coups de bâton)
– chaque concurrent est jugé selon la découpe de sa pastèque ; 0 point si coup manqué, 1 point si la pastèque est frappée, 2 à 4 points si la pastèque peut-être fendue après coup, 5 à 10 points si on peut apercevoir l’intérieur de la pastèque après coup

Sans suivre à la lettre chaque règle, certains choisissent de ne pas fixer de limite de temps mais d’ajouter par exemple un handicap au concurrent en le faisant tourner sur lui-même avant qu’il se lance à la recherche de la pastèque. En privilégiant aussi le côté « fun » au lieu du mode « compétition », comme c’est le cas dans les écoles maternelles, il n’y a pas forcément de juge non plus. L’important est avant tout de s’amuser et de se régaler ensuite en dégustant de généreuses portions de pastèque !

※ Les sorties et excursions du mois 🏞 🏙

• Hiking Adventure in Kobe (神戸でハイキングアドベンチャー)

Juin a beau être un mois où il pleut beaucoup en raison de la saison des pluies (梅雨 ☔ tsuyu), il y a tout de même de rares journées ensoleillées. Il ne faut alors pas manquer l’occasion de sortir profiter du soleil !

Alors c’est parti pour une journée à Kobe (神戸) ! Ville de la baie d’Osaka située dans le centre du Japon, elle est entre autres connue pour son paysage montagneux pittoresque qui entoure le port. C’est pourquoi après l’excursion d’une journée en février dernier, on part pour une journée de randonnée dans les montagnes.

Suivez le Kimitinéraire pour un parcours sympa d’une journée au cœur des montagnes de Kobe !
Nature et panorama exceptionnels garantis !

Départ de la station Sannomiya à 8h40, on monte en passant par le petit parc Suwayama (諏訪山公園). On y croise et salut des personnes effectuant leur sport matinal ou une petite pause pendant leur randonnée du dimanche. Paisible, tranquille et agréable, on s’y pose et on s’y relaxe.

Du point de vue Kinsedai (金星台) ou de Venus Bridge (ヴィーナスブリッジ), on admire la vue sur la ville et ses environs. Le ciel bleu et le soleil resplendissant font qu’on peut rester des heures comme ça sans s’en lasser, respirant l’air frais avec un fond sonore des bruits des voitures et du dynamisme de la ville.

C’est parti ensuite pour la première étape, on emprunte le circuit de randonnée jusqu’à Irakiyama (錨山) ! L’altitude n’est pas très élevée (moins de 300 mètres), la montée ne prend que 25 minutes environ depuis Venus Bridge pour 1 kilomètre de pente et de marches assez raides entourés de verdure. Suivez les panneaux, référez-vous aux plans pour vous guider. Les circuits sont assez bien indiqués. Arrivé au sommet, le paysage y est toujours aussi beau. On continue vers Shishōyama (市章山), 500 mètres plus loin. La vue y est davantage splendide. À croire que plus on monte, plus elle est impressionnante ! Beaucoup de passionnés de randonnée empruntent ce circuit et viennent admirer la ville de là-haut. Il est facile d’engager la conversation et de passer du bon temps pendant notre pause.

De là on poursuit notre route pour atteindre l’étang Shōjō (猩々池), faire une pause au café Hanareya (カフェはなれ家) et son ambiance jazz pour un jus d’orange frais et déjeuner chez takibi neko (タキビネコ). Durant les derniers kilomètres, on passe par le temple Dairyuji (大龍寺) avant d’arriver au parc Futatabi (再度公園) et son étang Shuhogahara (修法ヶ原池). Vaste et disposant de toilettes, cafés et aires de pique-nique, il est très fréquenté. On se sent comme en vacances en venant manger et s’amuser entre amis ou en famille.

On termine le parcours en redescendant jusqu’au sanctuaire Gion (祇園神社) en passant par le mont Nabebuta (鍋蓋山) et le col Shichisan (七三峠). Et la boucle est bouclée !

Circuit sympa et accessible à tous bien qu’un peu physique. Lors d’un séjour à Kobe, profitez de ce petit moment dans la nature en journée pour y voir Kobe sous différents angles et rester jusqu’à la tombée de la nuit à un des spots pour admirer un très beau panorama de Kobe de nuit, comme on peut le voir depuis d’autres spots comme Kikuseidai (掬星台) ou depuis les jardins de Nunobiki (布引ハーブ園) !

Parc Suwayama (諏訪山公園)
Adresse : 5-1 Yamamotodori, Chuo-ku, Kobe, Hyogo(兵庫県神戸市中央区山本通5丁目1)
Accès : Sannomiya Station (Seishin-Yamate Line, JR Lines) sortie ouest, Kobe-Sannomiya Station (Hanshin Line, Kobe Kosoku Line, Kobe Line) sortie ouest
Site internet : https://www.kobe-park.or.jp

Temple Dairyuji (大龍寺)
Adresse : 1 Kobeko Jikata, Chuo-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市中央区神戸港地方1)
Accès : Dairyuji Bust Stop (Kobe City Bus 25)
Site internet : http://www.tairyuji.com

Parc Futatabi (再度公園)
Adresse : Yamadacho Shimotanigami, Kita-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市北区山田町下谷上)
Accès : Saido Park Bus Stop (Kobe City Bus 25)
Site internet : https://www.kobe-park.or.jp

Sanctuaire Gion (祇園神社)
Adresse : 12-1 Kamigioncho, Hyogo-ku, Kobe, Hyogo (兵庫県神戸市兵庫区上祇園町12−1)
Accès : Hirano Bus Stop (Kobe City Bus 7)
Site internet : http://www.kobe-gionjinjya.com/

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷

• Pique-nique au parc (公園でピクニック)

C’est samedi et par chance le temps est plutôt ensoleillé après une semaine bien pluvieuse ! Hors de question pour les Japonais de rester enfermé ! C’est l’occasion de sortir la tente, les bâches et les tables pour aller se poser dans le parc du coin et y faire un pique-nique en famille ou entre amis !

Posés dans le parc Nakanoshima (中之島公園) à Osaka, près de la rivière, c’est un rassemblement international ! Comme tout le monde ne se connait pas forcément, on se présente avant de trinquer et de goûter aux différents plats préparés et rapportés par chacun : inarizushi, omelette à l’indienne, curry indien, karaage… Avec un petit fond musical et les rayons du soleil qui passent entre les arbres, on profite d’un moment vraiment agréable.

On pratique quelques jeux sportifs ou ludiques avant de s’offrir le dessert : cookies, gelée au café et gâteau roulé aux fruits. L’après-midi est passée vite et il est déjà temps de plier bagages et de se dire au revoir en espérant remettre ça très bientôt !

Même si l’été au Japon est difficilement supportable, ça fait toujours du bien d’être en bonne compagnie dans un endroit calme et reposant teinté de vert. Les Japonais et résidents au Japon en tout cas adorent !

Parc Nakanoshima (中之島公園)
Adresse : 1-1 Nakanoshima, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区中之島1丁目1)
Accès : Kitahama Station (Keihan Line, Sakaisuji Line) sortie 26
Site internet : http://www.city.osaka.lg.jp

※ Les restau et cafés du mois 🍴☕

• Ramen Rai Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Il est midi et c’est l’heure de manger. Encore une fois c’est l’envie de manger des nouilles qui l’emporte. On retourne chez Rai Rai Tei (来来亭), une très bonne chaîne de restaurants de ramen à laquelle on est devenu habitué depuis avril 2020 !
Alors on voit venir quelques réactions… Manger des ramen alors que l’été se rapproche et qu’il commence à faire chaud ??  Et bien figurez-vous qu’à l’approche de l’été les Japonais ont pour coutume de manger des nouilles froides ! On appelle ça des reimen (冷麺, rei pour froid et men pour nouilles).

Normalement c’est un plat qui est originaire de Corée du Nord mais qui a très vite fait sa réputation au Japon. Si on peut en manger dans des restaurants de ramen on en trouve également dans les konbinis et les supermarchés. C’est aussi un plat très facile à réaliser. Mais quand on a pas envie de cuisiner, c’est toujours mieux de savourer un bon plat dans un restaurant qu’on apprécie.

Rai Rai Tei propose donc dans son menu un bol de reimen classique (冷麺), et un plus spécial (特製冷麺, tokusei reimen) avec un œuf (味玉子) et du kimchi (キムチ). On peut les accompagner dans un menu contenant par exemple des gyoza (餃子) ou du karaage (唐揚げ) avec une demie-portion de riz cantonais (半チャーハン) pour moins de 1500 ¥.

Pour lutter contre le natsubate (夏バテ, coup de chaleur), c’est un bon compromis ! Les nouilles sont rafraîchissantes bien qu’un peu fermes. La sauce est onctueuse et le kimchi apporte la petite touche épicée. On ressort l’estomac bien rempli et satisfait.

Ce mois également, on en a profité pour tester le curry ramen (カレーラーメン) avec un œuf (味玉子) en topping accompagné toujours de riz cantonnais (チャーハン) et de karaage (唐揚げ) en menu. Un régal à 1490 ¥ qui remplit sans conteste l’estomac. Le curry est bien épicé, les nouilles sont épaisses et tendres. À goûter à la moindre occasion, le curry ramen de Rai Rai Tei est une valeur sûre !

Ramen Rai Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp

• takibi neko (タキビネコ)

Situé au milieu des montagnes de Kobe (神戸), sur le parcours menant au parc Futatabi (再度公園), ce bar-café permet aux voyageurs et alpinistes de profiter d’une pause agréable pendant leur promenade. Petit mais relativement confortable, si toutes les tables et les places en comptoir sont prises, il y a toujours possibilité de se poser en terrasse.

Du comptoir, on peut observer la préparation des plats servis. Au menu : onigiri (おにぎり), hot dog toasté (ホットドッグトースト), pizza toastée (ピザトースト), omurice (オムライス) pour des prix allant de 500 ¥ à 1000 ¥. Pour les boissons : jus de fruits, bière, vin, wishky sont proposés pour se rafraîchir.

De la bonne musique est diffusée pour animer l’endroit, la déco et l’architecture ont un petit côté occidental. Manger un omurice dans cette ambiance est un moment agréable. Servi bien chaud, la taille de la portion est tout juste ce qu’il faut et c’est meilleur que les omurice servis dans les restau.

Très peu connu, si vous passez par l’étang Shōjō (猩々池) ou si vous vous rendez au parc Futatabi (再度公園), rendez-vous jusqu’à ce bar-café ! Le personnel (certainement un jeune couple) y est très agréable et leurs plats fait maison sont un très bon remontant !

cafe and bar takibi neko (タキビネコカフェバー)
Adresse : 118 Kobeko Jikata, Chuo-ku, Kobe-shi, Hyogo (兵庫県神戸市中央区神戸港地方118)
Accès : Nihonmatsu Bus Stop (Kobe City Bus 25)
Marcher environ 17 minutes jusqu’au café

• Niboshi Ramen Tamagoro (煮干しらーめん 玉五郎)

La quête de nouveau Ramen se poursuit ! À la recherche d’un endroit pour dîner dans Kuzuha Mall Dining Street, on trouve Niboshi Ramen Tamagoro, une chaîne de Ramen appartenant à la compagnie Genki Factory qui réunit en plusieurs chaînes de restaurant le must to eat de la cuisine japonaise : ramen (ラーメン), tsukemen (つけ麺), kushiage (串揚げ), yakiniku (焼肉)…

L’élément phare de Niboshi Ramen Tamagoro, c’est son bouillon à base de poisson, précisément une soupe à base d’anchois, de bonite et de maquereau soigneusement sélectionnés et mélangé à un riche bouillon de fruits de mer. Y sont plongées des nouilles moyennement épaisses et d’une texture riche et ferme. La maison vous invite également à goûter ses gyoza cuits à la vapeur (水餃子).

Choisissez votre plat au distributeur à l’entrée, entre le niboshi ramen salé (塩煮干しらーめん), épicé (辛煮干しらーめん) et tsukemen (煮干しつけ麺). Ajoutez selon vos préférences des accompagnements : œuf, oignons verts, menma… Prix moyen, environ 1000 ¥. Remettez votre ticket de commande et prenez place au comptoir ou à table.

On est servi assez rapidement quand le restau n’est pas bondé. La taille des bols est raisonnable et le bouillon a bon goût. Pour changer un peu des bouillons classiques, cette chaîne est à essayer à l’occasion !

Niboshi Ramen Tamagoro Kuzuha Mall (煮干しらーめん 玉五郎 くずはモール店)
Adresse : 1F Kuzuha Mall Dining Street (大阪府枚方市樟葉花園町15-1くずはモールダイニングストリート 1F)
Accès : Kuzuha Station (Keihan Line)
Site internet : http://www.genki-factory.com/shoplist/tamagoroh/

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Rentrée scolaire, deuxième 🏫 !

Etat d’urgence enfin levé, il était enfin temps de reprendre l’école ! Nouvelle rentrée scolaire très mouvementée ! Dès le premier jour, beaucoup de tâches, de communication, si bien qu’on ne voit pas le temps passer et qu’on n’a pas le temps de stresser ! Mais quelle joie de pouvoir s’amuser à nouveau avec les petits dans la cours de récré ! Au niveau des cours, j’ai mieux fait, la reprise fut un peu difficile le temps de retrouver les habitudes et d’être bien organisé. Ce n’est pas un travail de tout repos et pour une personne étrangère assignée à ce poste normalement destiné à un japonais, la paperasse et la préparation des classes demande plus de temps et de concentration pour comprendre le japonais. C’est un challenge et il faut se donner à fond tous les jours, accepter les remarques, bonnes ou mauvaises, et ne pas laisser tomber.

En tout cas, grâce aux enfants, vraiment, je m’amuse et j’apprécie ce travail. De belles retrouvailles avec les primaires et leurs mamans avec qui je reste parler après les leçons. Elles sont d’une telle gentillesse ! Mes premières leçons avec les maternelles étaient géniales aussi, même si dans une classe, ils m’ont appelé par le nom de leur ancienne professeure ! Cependant, il y a eu une connexion directe, c’était comme si ils m’avaient toujours eu comme professeure ! Ils semblaient déjà habitués à mon personnage et ma façon d’enseigner. Quelle joie ! C’est vraiment génial de se dire qu’on s’éclate au travail ! Je suis très occupée et débordée avec toutes les tâches administratives et toute la gestion de l’école mais quand je vois les sourires des enfants radieux après une leçon, certains venant me dire « C’était vraiment amusant ! » ça fait mon bonheur et ma satisfaction après mes leçons. Je fais chaque leçon avec vraiment beaucoup d’enthousiasme. Je repense au théâtre, car c’était mon moyen de surmonter mon stress et ma timidité. Je continue dans cette dynamique pour surmonter mon stress, mon principal souci étant de ne pas réussir à me faire comprendre à cause du japonais. Je fais un petit sketch, je joue un personnage qui vraiment plaît aux enfants si bien qu’à chaque fin de leçon j’ai droit à ma séance de high touch et de câlins. Entre ça et les événements de l’école qui m’apportent vraiment un plus dans la culture et une immersion dans le mode de vie japonais, même si je rentre épuisée du travail je suis quand même super contente de ce que je fais.

• Nouveau téléphone 📱

Hélas, plus de 3 ans après l’avoir acheté, mon Axon 7 Mini a finalement rendu l’âme. Il commençait déjà à marcher au ralenti et une partie de l’écran tactile ne fonctionnait plus. Et comme une bonne imbécile, j’ai cassé l’écran. Il marchait toujours mais était inutilisable. Je ne pouvais même pas désactiver le réveil, tous les matins il continuait à sonner 😂 ! Ce fut donc le moment de racheter un nouveau téléphone. Possédant une carte SIM du temps de mon PVT, j’ai simplement acheté un smartphone free sim chez Bic Camera comme j’ai fait il y a trois ans. Les démarches sont très simples : on choisit son smartphone, on paye et le personnel vous effectue gratuitement la configuration avec la carte SIM. En 30 minutes c’est fait !

Me voilà avec un Motorola Moto g7 ! Il est un peu grand mais il a un beau design et des fonctions intéressantes. Parmi les propositions du magasin, c’était celui qui correspondait le mieux à mes attentes (opéré par Android, longue autonomie de batterie, compatibles avec les appli que j’utilise, photos de bonne qualité…) et mon budget.


♫ Un article = Une chanson ► MY FIRST STORY – 虚言NEUROSE

1

► Whatever it takes : Kimi no Nikki (mai 2018)

Mai, c’est le début de la période où il se passe beaucoup de choses, du renouveau et de l’évolution. D’abord, c’est la Golden Week, et donc cours intensifs pendant une semaine, c’est crevant mais quel bonheur de faire des horaires normaux, rentrer tôt chez soi, profiter de sa soirée tranquille, se détendre, jouer à Harry Potter sur le smartphone (bah oui, vous pensiez que j’allais pas y jouer ? J’ai toujours rêvé d’aller à Poudlard 😹)… Plus sérieusement, j’ai pu trier mes photos et mettre à jour une partie de ma galerie Flickr. Allez donc voir pour le plaisir des yeux, je vous fais voyager un peu grâce à elles :).

Une fois la Golden Week finie, on fête ça et on reprend les soirées Izakaya. Et j’avais une bonne raison ! Puisque Marine était de retour au Japon :D !! Il fallait fêter nos retrouvailles à Tokyo ! Pendant son année en Working Holiday, on va pouvoir, j’espère, bien en profiter comme il y a deux ans. Elle m’avait manquée, c’était un plaisir de la revoir ! On est resté presque 4 heures à parler ! Je n’ai pas vu le temps passer !

C’est flou… mais c’est en attendant une meilleure photo ^^’

Pour ce qui est donc du renouveau, j’ai signé un nouveau contrat chez Ecole Sympa, pour… trois ans cette fois ! Donc ça veut dire bientôt un visa travail de trois ans ! J’ai réuni les documents nécessaires pour le prolongement de mon visa et je suis allée déposer le dossier, toujours au même bureau d’immigration que l’année dernière. J’attends impatiemment la réponse ! J’espère encore trois belles années durant lesquelles je vais essayer vraiment de voyager et évoluer davantage au travail. Bon et aussi m’améliorer en japonais !

En parlant de m’améliorer en japonais ! La nouvelle session de cours de japonais à Human Academy a d’ailleurs débuté ce mois. Cette fois, j’ai décidé de m’inscrire en plus à la branche de Ginza qui offre le même programme. Ça se passe exactement comme à Shinjuku, le premier cours est pour l’évaluation du niveau et l’enquête sur ce qu’on veut étudier. Du coup, j’assiste à trois classes à Ginza et deux classes à Shinjuku. Ça remplit bien mon emploi du temps mais je veux voir mon niveau augmenter. Je stagne depuis un an je trouve. Je suis déterminée à étudier et progresser pour vraiment être à l’aise en japonais dans la vie de tous les jours ou pour les tâches administratives. C’est aussi pour ça qu’en plus, je me suis finalement inscrite dans une école de japonais pour enrichir la grammaire et le vocabulaire et pouvoir réussir le JLPT N3.

Human Academy c’est bien oui, mais mes disponibilités me permettent seulement d’assister aux classes de niveau intermédiaire et au bout de trois ans à aller là-bas, j’étudie toujours la même chose. Ou bien ce n’est pas assez approfondi par manque de temps. Et puis, j’en ai aussi un peu marre de voir les mêmes chinoises qui viennent depuis 10 ans et qui font qu’ouvrir leur gueule et parler chinois pendant le cours. 😒

Quelle est donc cette école pour laquelle j’ai finalement mis la main au porte-monnaie ? C’est COTO Language Academy !

Pourquoi cette école ? Contrairement aux nombreuses écoles qui proposent des cours intensifs tous les matins ou toutes les aprem pour des visas étudiants, COTO propose aussi des cours en groupe une fois par semaine, programme que j’avais du mal à trouver ailleurs. Je voulais une école équivalente à Ecole Sympa. Autre raison ; ma baka a étudié dans cette école et elle m’en a dit du bien.

J’avais pris rendez-vous pour visiter l’école et passer un cours d’essai en mars. J’avais eu une bonne impression générale. Après réflexion, j’ai décidé de tenter les cours là-bas. J’ai acheté un pack de 16 leçons valables six mois et je peux assister aux classes de mon niveau autant de fois que je veux par semaine si il y a de la place. Pour commencer, j’y vais le mardi matin et de temps en temps le lundi après-midi. J’ai une carte sur laquelle le professeur met un tampon pour chaque cours auquel j’assiste.

Je vous présente l’école plus en détails dans cet article. Je vous la recommande volontiers ! J’ai bien aimé mon premier cours. J’ai enfin appris quelque chose de nouveau ! Le staff et les professeurs sont sympa. La méthode d’enseignement me convient. On étudie le point de grammaire, on fait des exercices (sur des copies fournies par le professeur donc pas de manuel à acheter pour ma part) et on termine par une discussion où on utilise le point étudié. Bon la chose un peu inutile, c’est nous faire répéter des phrases et des dialogues plusieurs fois pour mémoriser et réciter après. Je ne trouve pas ça très utile. Pour des conjugaisons ou des kanji, je veux bien mais je préfère produire par moi-même à partir de quelques mots imposés. Mais bon, c’était malgré ça vivant et concis, je n’ai pas vu le temps passer :D. Je verrai après avoir utilisé mon pack si je continue ou pas mais pour l’instant je suis satisfaite.

Pour ce qui est des soirées, nous avons fait une fête à l’école, car celle d’Halloween commençait à dater… Nous avons choisi comme thème le cinéma 😁. On avait fait un peu de déco avec un tapis rouge, un coin photo avec des accessoires, et on avait préparé des jeux avec des cadeaux à gagner. Puis on s’était habillé de façon chic, comme des stars XD. On a bien rigolé et on garde des photos mémorables !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et avec une affiche comme ça, ça ne pouvait être qu’une super fête 8D

Enfin, le grand jour est arrivé ! Ma maman japonaise, Eiko a ouvert son propre café à Yamato ! Il s’appelle La Grenouille et il se situe juste à la sortie de la gare. Ça faisait presque un an que le projet était en cours et finalement l’ouverture s’est faite le 10 mai dernier. C’est petit mais mignon, avec des grenouilles partout.

Il y a café et diverses saveurs de thé et si vous avez une petite faim, vous pouvez prendre un déjeuner pour 1000 ¥ incluant le plat du jour accompagné de riz, salade, soupe et une boisson au choix ! Le prix des boissons seules varie de 300 à 500 ¥. Il y a une étagère avec divers livres en vente et d’autres objets et gâteaux à emporter.

Pour ma première visite, j’y ai pris mon déjeuner avec un jus de pomme bien frais. C’était très bon 😁. Et le café latte est très bon aussi !

Café La Grenouille (カフェ ラ グレノイユ)
Adresse : Tamaruya Building 102, 2-4-20 Chuo, Yamato-shi, Kanagawa-ken (神奈川県大和市中央2-4-20 田丸屋ビル102)
Accès : Yamato Station (Odakyu Line, Sotetsu Line) sortie nord

Envie d’un petit café ou d’une boisson rafraîchissante ? Si vous passez par Yamato, allez donc chez La Grenouille :) !

Voilà ce qui fait un mois de mai chargé ! Rendez-vous le mois prochain pour la suite des changements :).


♫ Un article = Une chanson ► Imagine Dragons – Whatever It Takes

2

► Wake me Up : Kimi no Nikki (mai 2017)

On dit toujours, en mai, fais ce qu’il te plaît ! Ça résume bien mon mois de mai en tout cas ! Les beaux jours commencent à arriver, un peu trop vite parfois, à croire qu’on a même pas eu de printemps ici ! Mais ce temps agréable m’a donnée envie de sortir un maximum et de partir toujours plus à la découverte de Tokyo !

1er mai : Sonnent les Tacos

Alors que c’est la fête du travail en France, ici les japonais bouclent leurs dernières tâches au boulot avant la Golden Week. Moi comme tous les lundis, c’était mon jour de repos. Mais comme j’allais travailer pendant la Golden Week, je suis juste sortie à Shibuya avec Pauline pour déjeuner. Nous avons mangé à Taco Bell, qui est une chaîne de restauration rapide servant de la nourriture mexicaine, avec Fajitas, Tacos et Burritos. Vous connaissez peut-être, en tout cas moi c’était la première fois que j’y allais xD. Merci Pauline !

J’ai choisi le Chesse Core Burrito avec un Taco et des frites. Ce n’était pas mauvais ! Il y a plusieurs menus, vous pouvez choisir quelle viande vous préférez (bœuf, porc ou poulet) et la dose de piment. Avec un menu vous avez les boissons à volonté, en revanche il faut rajouter 100 yens pour une sauce, ce qui est un peu une arnaque quand on sait que dans d’autres chaînes du même type, elle est gratuite ! Enfin, pour le côté « japonais » vous pouvez tester le Taco-Don, qui est un taco (sans la tortilla) dans un bol de riz !

Il y a quatre restaurants Taco Bell à Tokyo, incluant celui de Shibuya !

Taco Bell (タコベル)
Adresse : 2-25-14 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Lines, Keio Inokashira Line, Tokyu Lines, Tokyo Metro Lines) sorties 1 ou 3a

2 mai : Jurassic Park à Shibuya

J’ai profité de finir plus tôt pour me rendre à Shibuya et assister à une séance du Dino Safari à Hikarie Hall A. C’était du 26 avril au 6 mai et il y avait plusieurs séances dans la journée pour 2 800¥ (5 300¥ pour deux tickets ensemble).

Je suis allée à la séance de 19h30. La capacité du hall était de 1000 personnes environ. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et vu le prix je craignais de me faire arnaquer. Qu’il n’y ait pas de vrai spectacle et qu’on voit seulement des acteurs dans un petit déguisement de dinosaure. Et c’était plus ou moins ça au final >_< !

Comme j’étais dans les dernières à rentrer, je n’ai pas eu trop le choix pour la place. On pouvait s’asseoir soit par terre sur du faux gazon ou sur des chaises. Je me suis mise par terre vers le fond. En fait jusqu’à ce que ça commence, je ne savais pas si il y avait une scène ou pas. Je redoutais que les dinosaures entrent par les 4 coins de la salle xD.

Le spectacle a commencé vers 19h35. La salle a plongé dans le noir complet et les gens commençaient à paniquer xD. Parfois j’ai l’impression que les japonais exagèrent. Les acteurs sont d’abord arrivés et se sont présentés. Y avait le héros et son assistante qui était genre la japonaise relou et naïve avec la petite voix aiguë bien agaçante qu’on entend souvent dans les animes xD. Ils étaient accompagnés par 4 dresseurs. Je ne comprenais pas toujours tout ce qu’ils disaient m’enfin c’était pas compliqué en gros. On était comme en pleine jungle avec un fond sonore et parfois quelques jeux de lumières et on partait en exploration quoi xD.

On a d’abord vu un tricératops, le plus gentil. Il était assez imposant mais la matière du costume ne le rendait pas assez réel. En revanche dans les gestes les acteurs ont bien géré. Pour l’imitation de ses rugissements aussi. Il marchait partout dans la salle, s’approchant du public, et parfois très près. Pendant un petit laps de temps on pouvait prendre des photos et vidéos, en évitant le flash, ça aurait pu énerver le dino xD.

Dans la seconde partie du spectacle, la nana s’est ramenée avec un œuf de dino en mode toute contente d’avoir fait une trouvaille. Et au même moment deux méchants dinos, les propriétaires de l’œuf j’ai supposé, sont arrivés par les entrées du fond de la salle, soit dans notre dos. Ils se sont placés derrière l’actrice, toujours aussi fière d’avoir son œuf pendant que le public lui gueulait de se retourner. En se retournant elle a poussé un énorme cri comme dans les films et les dinos se déplaçaient partout dans la salle et allaient vers les spectateurs pour les « dévorer ». Certains criaient, des enfants pleuraient xD. Bon ça manquait un peu de réalisme, genre les héros se faisaient attaquer et bouffer le bras mais ils pétaient toujours la forme xD.

A la fin, on a eu le grand tyrannosaure, qui était pas si grand que ça ! Donc lui et les autres méchants attaquaient le public. A la fin c’est le tricératops qui a sauvé tout le monde et l’œuf volé a été rendu aux propriétaires.

Le spectacle a duré 50min. Bien mais sans plus. Plus d’effets, de décors et de réalisme auraient été mieux. Ça m’a donnée envie de revoir Jurassic Park !

3~6 mai : Sympa Golden Week

Cette semaine était la Golden Week, une série de jours fériés au Japon durant laquelle beaucoup de japonais peuvent profiter de vacances nationales pour se reposer et partir en voyage. C’est d’ailleurs une période rouge, les billets d’avion et de train voient leur prix tripler !

Pour moi ce n’était pas des vacances, mais une semaine de cours intensifs à l’école. Le bon côté était que j’ai pu travailler à des horaires normaux et profiter de passer des soirées tranquilles à la maison. Les journées étaient intenses et chargées mais malgré la fatigue accumulée, c’était une semaine enrichissante qui m’a permise de rencontrer des personnes très charmantes ! J’ai vraiment passé une super semaine ! J’ai donné des cours pour débutants et j’ai eu la joie d’enseigner à une classe motivée et dynamique. C’étaient des cours agréables et j’étais triste de devoir déjà me séparer de cette classe 😭. Il y avait même une coréenne vraiment adorable et la voir aussi motivée pour apprendre le français m’a convaincue de me remettre sérieusement au coréen 😌 !

Ce travail de prof, ça n’a pas toujours été rose. J’ai du en faire du chemin, mais récemment j’ai réalisé les choses positives que ça m’a apporté. Plus de confiance, moins de timidité, le partage de deux cultures bien différentes, des challenges quotidiens… Mais surtout… des apprenants attachants qui sont devenus comme des amis, et qui me ramènent souvent des cadeaux hahaha.

Pour eux surtout, après une première année passée chez Ecole Sympa, j’ai signé un contrat pour une nouvelle année ! Car il me reste malgré tout encore des choses à prouver. Je ne suis pas encore allée jusqu’au bout et je veux savoir comment vont progresser mes classes ! Donc bientôt je vais pouvoir renouveler mon visa travail et rester au moins un an de plus au Japon 🎊 !

7 mai : 友達💞

Ça faisait très longtemps que je n’avais pas vu ma baka Géraldine ! Nous avons passé une bonne journée à Harajuku/Shibuya. D’abord un déjeuner chez Sukiya (すき家), une chaîne de restau de Gyudon très connue, et peut-être même la meilleure niveau qualité-prix ! Leur bol de Gyudon ne sont pas mauvais et vous avez plusieurs tailles disponibles pour des prix allant de 290¥ à 870¥. Et ouais, à ce prix-là, on peut laaargement se faire plaisir ! Même le Gyudon au 3 fromages est pas mal ! Vous pouvez aussi y manger du riz avec du curry et du maguro (un bol de riz avec du sashimi de thon).

Sukiya Jingumae Sanchome (すき家神宮前三丁目店)
Adresse : Trinity Building 1F, 3-23-3 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (JR Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji Jingumae Station (Chiyoda Line, Fukutoshin Line) sortie 5

Ensuite pause détente au café Reissue avec Elodie qui nous a rejoint un peu plus tard. Dans ce café ils font ce qu’on appelle du latte art, avec la mousse on peut avoir une déco en 2D ou même en 3D du dessin de notre choix. C’est tout mignon ! Prenez juste un peu votre mal en patience pour avoir votre boisson, parce que ce ne doit pas être évident à faire ^^’ !

REISSUE (リシュー)
Adresse : Tanji Building 2F, 3-25-7 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (JR Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji Jingumae Station (Chiyoda Line, Fukutoshin Line) sortie 5

Puis, la tradition du dimanche le veut, Karaoké Free Time ! Récemment j’écoute beaucoup les nouvelles chansons de mes amours CNBLUE et je pensais pouvoir les chanter cette fois. Mais elles n’y étaient pas encore 😭. Mais on est retourné à l’époque de nos 15 ans où on écoutait toutes Sum 41, Gazette et… KAT-TUN ! Oui ce genre-là ! On est passé par tous les styles ! On a aussi eu un moment de nostalgie en chantant Ai Otsuka et Mika Nakashima, vers la période de notre jeunesse durant laquelle on regardait des dramas, et on s’est encore dit qu’on ne connaîtra jamais la fin de NANA x’D !

Après l’effort, le réconfort, on a terminé par un dîner au Uobei Genki Sushi !

9 mai : ランチタイム

C’est mardi ! Ma semaine commence mais avant de me rendre au travail, je suis allée déjeuner à Jiyugaoka avec des amies. Nous sommes allées à Cafe & Books Bibliotheque qui sert des plats avec une petite touche française, des pancakes et des gâteaux. C’est une petite chaîne, il y a des restau à Tokyo, Osaka, Fukuoka, Kumamoto… Vous pouvez y manger n’importe quand : petit déjeuner, déjeuner, pause café et dîner !

Cafe & Books Bibliotheque Tokyo Jiyugaoka (カフェ&ブックス ビブリオテーク 東京・自由が丘)
Adresse : Etomo 1F, 1-28 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie nord

Les menus tournent autour de 1000¥ environ avec une boisson offerte. Pour le midi vous pouvez ajouter un dessert pour 500¥ parmi les choix possibles.

Nous avons goûté le curry, le gratin et les pancakes. Pour moi le curry était bon mais les pancakes étaient vraiment délicieux et bien moelleux. Pour le dessert on a opté pour le gâteau au chocolat et le parfait à la fraise. C’était vraiment bon ! Pour 1500¥ vous pouvez savourer un bon déjeuner avec un dessert dans une ambiance et une déco sympa !

14 mai : Nya !

Après mon cours de japonais du dimanche matin, je suis partie à Kanda pour voir une exposition sur des photographies de chats à Kyoto par un photographe japonais, Mitsuaki Iwago, un photographe japonais spécialisé dans le domaine de la nature. Il a entre autres voyagé dans de nombreux pays pour photographier les chats du monde entier. Une étudiante de mon école a offert des tickets gratuits. Une exposition gratuite pour moi, ça ne se refuse pas !

Mais, en arrivant à Kanda, j’ai eu la chance de tomber d’abord sur le Kanda Matsuri en pleine parade des mikoshi (神輿, littéralement « palanquin divin ») dans les rues du quartier, avec différents groupes que l’on distinguait par la couleur des vêtements traditionnels, les nombreux japonais participant en famille et les touristes prenant des photos.

J’étais très contente de voir ça ! Les japonais sont très fidèles à leurs traditions et unissent ensemble leur force et leur énergie pour porter leur mikoshi, y compris les femmes toutes petites et toutes minces. Car ce machin doit peser une tonne certainement ! J’aimerais essayer un jour ! Autour, les passants et les membres de la même équipe encouragent en tapant et scandant des répliques que je ne comprends pas.
Un article à venir prochainement pour plus de détails sur le Kanda Matsuri.

Puis j’ai filé à Mitsukoshi Nihonbashi. C’est un department store avec des boutiques et des restaurants/cafés comme on en trouve partout au Japon. Comme l’exposition avait lieu là j’en ai profité pour y manger.

Mitsukoshi Nihonbashi (日本橋三越本店)
Adresse : 1-4-1 Nihonbashi Muromachi, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Mitsukoshi Mae Station (Ginza Line, Hanzomon Line), Nihonbashi Station (Ginza Line, Tozai Line, Asakusa Line) sortie B9, Kanda Station (JR Lines) sortie est

Mais voilà, Mitsukoshi c’est bien mais les restaurants des derniers étages sont affreusement chers xD. Du coup je me suis rabattue sur un petit restau coréen, Han Bi Jea (韓美膳). On peut manger sur place ou acheter un bento à emporter. En choisissant un menu à 1 382¥ j’ai eu un énorme plateau avec de la soupe, un pancake coréen, de la salade, du riz, un plat de takkarubi, et un mini-dessert. Je pensais ne pas pouvoir tout manger, mais finalement c’était assez léger et très peu gras. Donc c’était parfait ! En plus vous pouvez utiliser votre carte T-money de Family Mart et gagner des points ! Et c’est une chaîne qui possède plusieurs restau dans Tokyo !

Han Bi Jea (韓美膳)
Adresse : Mitsukoshi Nihonbashi New Building B1F, 1-4-1 Nihonbashi Muromachi, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Mitsukoshi Mae Station (Ginza Line, Hanzomon Line), Nihonbashi Station (Ginza Line, Tozai Line, Asakusa Line) sortie B9, Kanda Station (JR Lines) sortie est

Après manger, j’ai retrouvé Elodie avec qui je suis allée à l’exposition Neko no Kyoto (猫の京都 – Les Chats de Kyoto). Ça avait lieu au 7ème étage de Mitsukoshi. Au même endroit il y avait un salon avec pleins de produits et accessoires à l’effigie des chats avec des photos de l’exposition dans un book, en format cartes postales, en pochettes… L’embarras du choix pour bien claquer une partie de ta paie fraîchement reçue parce que tu ne peux pas résister à la mignontitude des chats !

Quant à l’exposition, les photos étaient vraiment magnifiques ! Elles étaient réparties selon les 4 saisons, dont le printemps avec les sakura et l’automne avec les koyo. J’ai préféré les photos d’automne car les couleurs étaient éclatantes. Le photographe, Mitsuaki Iwago, très célèbre au Japon, a été en mesure de capturer un chat en plein saut ou essayant d’attraper une feuille d’érable volante, à mettre en valeur le sujet grâce à une bonne maîtrise de l’ouverture. J’admire le travail qu’il a fait ! Je n’ai pas acheté le book mais j’ai pris une petite pochette avec une des photos que j’ai le plus aimée ! A la fin de l’expo, on pouvait regarder une vidéo expliquant le travail qu’a accompli le photographe. D’après ses paroles il souhaitait, à travers ce projet photo, transmettre l’esprit et l’atmosphère de Kyoto par l’intermédiaire des chats, qui pourrait se résumer à une vie tranquille, paisible et toujours proche de ses traditions. Les chats de Kyoto semblent avoir la belle vie !

Comme à l’expo nous avons reçu un coupon de 200¥ nous sommes allées ensuite au Neko Cafe Mocha de Shibuya pour rester dans le thème et gaga-tiser encore un peu. C’est un café à chats qui possèdent plusieurs branches dans les quartiers de Tokyo (Shibuya, Harajuku, Ikebukuro, Akihabara) ainsi qu’une autre à Osaka. Il y a entre 15 et 20 chats dans chaque café. Le premier café a ouvert en 2015 à Ikebukuro.
En arrivant, vous vous déchaussez, vous lisez le règlement et vous vous désinfectez les mains. Dans le café, vous pouvez prendre une boisson au distributeur pour 350¥, lire des mangas et jouer avec les chats ! 200¥ par tranche de 10 minutes ! Comme c’est un endroit qui attire beaucoup d’étrangers, le staff se débrouille un peu en anglais et les consignes sont également dispo en anglais bien sûr !

Les chats avaient l’air un peu blasé mais étaient tout mignons ! Il y avait beaucoup de monde cependant, ça devait les saouler, les pauvres ! Pour ma part, j’avais déjà testé un Cat Café à Shibuya en décembre 2013, plus petit mais avec une déco plus colorée et plus de confort aussi. J’ai trouvé que dans celui-là il y avait très peu de fauteuils pour se poser xD.

Neko Cafe Mocha Shibuya (猫カフェMoCHA渋谷店)
Adresse : Asoruti Shibuya 8F, 32-12 Udagawacho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

Pour bien finir la journée par un bon repas, on a décidé de manger un curry indien. Le premier qu’on a trouvé dans Shibuya, faut le trouver si on a pas Google Map ! Il est à l’étage dans une petite rue à côté d’un restau de BBQ coréen. Il est petit mais les différents curry et les nan sont délicieux ! Surtout qu’il y a du cheese nan, le meilleur ! J’ai choisi un menu pour 1 480¥ incluant deux saveurs de curry, un chicken tandoori, un cheese nan, une salade et un verre de mango lassi ! On a aussi goûté des samoussa, qui étaient différents des samoussa au poulet ou au bœuf que j’avais l’habitude de manger. Dans ceux-là il y avait de la patate douce et des légumes ! C’était super bon et le staff est très sympathique !

Shib Mahal Shibuya (インド料理 SHIB MAHAL)
Adresse : Minatsu Building 2F, 2-6-2 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

Voilà un bon dimanche comme je les aime !

​21 mai : On se prend un apéro ?

Du 19 au 21 se tenait un événement à l’image de la France à Daikanyama, près de Shibuya. C’était comme un salon sur la gastronomie française avec des dégustations de plats et de boissons. Par curiosité et parce qu’à l’école on en a fait la pub, j’y suis allée le dimanche avec Violaine.

Cet événement, appelé Apéritif 365, a lieu dans plusieurs villes du Japon : Tokyo, Yokohama, Saitama, Sendai, Toyama, Kyoto, Matsuyama… L’entrée est gratuite mais il faut payer la plupart de vos dégustations. Et en moyenne c’est 500¥ pour deux petits morceaux de pâtés ou pour un croissant… On a fait nos pauvres et on s’est contenté de déguster gratuitement du beurre salé et un petit morceau de rillettes. Ce n’était pas très grand mais il y avait du monde. Faut prévoir le budget aussi si on veut se faire plaisir 😂.

Apéritif 365 in Tokyo (アペリティフ365 in 東京)
Adresse : Hillside Terrace, 18-8 Sarugakucho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie principale
Site internet : http://www.aperitifjapon.com/tokyo.html

Après avec Violaine, nous sommes restées à Daikanyama. C’est un quartier vraiment sympa avec des petites rues mignonnes et calmes, à proximité de tout, dont Shibuya où on peut facilement s’y rendre à pied. Il y a pas mal d’enseignes françaises. C’est un peu chic et bling bling, mais on doit bien y vivre. Nous nous sommes posées pour boire un petit Smoothie ​​dans un tout petit bar à jus de fruits Why Juice? (Ouais pourquoi ? Parce que c’est bon et rafraîchissant, surtout quand il fait 30 degrés). C’est tout mignon, bon le truc est petit pour 500¥ mais les fruits sont frais et bons ! Nous y sommes restées papoter une heure au soleil. Ça fait du bien d’échanger et de discuter de tout librement. Avant de rentrer nous sommes passées par un café qui propose des Donuts super bons ! Je vous recommande le Pistachio Cheese Cake avec un cafe Mo​cha, c’est super bon ! L’environnement est même super mignon et il y a une terrasse. Ce café tient son origine de Portland. Au Japon, il y en a deux ; un à Daikanyama et un autre à Yokohama :) !

Why Juice?
Adresse : 13-8 Daikanyama-cho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord
Site internet : http://www.why-juice.me

Camden’s Blue Star Donuts Daikanyama (カムデンズブルースタードーナツ代官山店)
Adresse : The Mart at Fred Segal, 13-1 Daikanyama-cho, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord

Camden’s Blue Star Donuts Yokohama (カムデンズブルースタードーナツ横浜店)
Adresse : The Mart at Fred Segal, 1-3-1 Shinminato, Naka-ku, Yokohama-shi, Kanagawa
Accès : Daikanyama Station (Tokyu Toyoko Line) sortie nord

28 mai : Marie-Claire à Jiyugaoka

Du 27 au 29 mai se tenait le festival Marie-Claire à Jiyugaoka, un quartier vraiment sympa, celui où je travaille ! Et Marie-Claire, c’est l’une des rues du quartier, oui, oui ! Une rue remplie de magasins, boutiques haut de gamme et des salons de beauté. Le festival Marie-Claire, c’est un petit événement réunissant la France et le Japon. Chaque année, les drapeaux des deux pays sont brandis le long de la rue Marie-Claire et des petits concerts ont lieu sur une scène, mettant en avant la musique française avec quelques grands classiques. Pour profiter en même temps des performances, les visiteurs sont invités à déguster du vin et à manger de la street food qu’on trouve dans tous les festivals, comme des yakitori, des yakisoba, mais aussi des pizzas, des brochettes, et même de la nourriture coréenne !

Comme je travaillais sur place, j’y ai fais un tour le samedi pendant ma pause déjeuner. J’y ai aussi fait un peu de pub pour l’école notamment auprès des quelques stands de vin et de nourriture. Les commerçants étaient sympa, et forcément, parlaient un peu français, donc c’était agréable d’échanger en français/japonais. Le monsieur qui gérait le stand de nourriture coréenne était drôle aussi, il me disait « Bonjour ! Je t’aime ! » avec un grand sourire xD. Il a mérité que je lui achète du Takkarubi ! Les japonais étaient en famille et entre amis, squattait les bancs et les tables avec trois tonnes de nourritures et 36 000 verres de vin et de bière, sous un agréable soleil ! Je les enviais un peu ! J’aurais aimé me poser tranquille pépère avec les amis, déconner, discuter et juste profiter de ce temps agréable et de cette atmosphère qui rappelle un peu les vacances ! Tant pis, je pourrais toujours y retourner l’année prochaine un dimanche n_n. Des volontaires pour m’accompagner ?

29 mai : Retour vers le futur… à Odaiba !

C’était encore une belle journée ensoleillée ! Un bon dimanche s’annonçait ! Avec Géraldine et Elodie, nous sommes allées à Odaiba. Il faisait beau et chaud, c’était la journée idéale. Nous avons d’abord mangé dans un restaurant indien à Odaiba Decks. Nous étions en terrasse face à la mer avec le pont Rainbow et la vue sur Tokyo. On avait l’impression d’être en vacances, ailleurs, c’était agréable avec un verre de Lassi et un bon curry accompagné de cheese nan ! Bon pour le cadre et le lieu, comptez plus cher que le petit restau indien de Shibuya, environ 2000¥ le menu plus le verre de Lassi et le supplément pour le cheese nan. Mais si vous êtes gourmand vous pouvez prendre le buffet à volonté où vous pouvez goûter quatre curry différents, du tandoori et un dessert.

Khazana (カザーナ)
Adresse : Decks Tokyo Beach 5F, 1-6-1 Daiba, Minato-ku, Tokyo
Accès : Tokyo Telephort Station (Rinkai Line) sortie B, Odaiba Kaihinkoen Station (Yurikamome Line) sortie nord

Après Géraldine avait proposé de faire une visite au Miraikan qui comme son nom l’indique, est un musée sur le futur avec comme problématique comment la science changera le futur et que pouvons-nous faire pour le futur.. Bon ça ne correspondait pas trop à ce qu’on espérait. Je pensais plutôt y voir des robots, les nouvelles technologies qui feraient notre quotidien dans les prochaines années… Le site Internet donnait envie d’y faire une visite. Finalement c’était plutôt des vidéos, des simulations sur l’avenir de l’humanité avec le nucléaire ou comment la population affronterait une grosse épidémie (par exemple… une épidémie de zombies o_o arrêtez de regarder The Walking Dead…). On a aussi vu deux droïdes mais ils faisaient peur xD ! La partie la plus intéressante était celle qui m’a rappelée mes cours d’SVT avec des explications sur les gènes et les cancers et tumeurs avec des mini-jeux interactifs. Emmener ton gosse pour déjà lui apprendre la vie est plus instructif que le mettre devant un jeux-vidéo. Les Japonais marquent un point en venant ici en famille :).

Pour l’entrée, comptez 620¥. A faire si vraiment le sujet vous porte un fort intérêt mais beaucoup de choses manquent pour que cela vaille vraiment le coup !

Miraikan
Adresse : 2-3-6 Aomi, Koto-ku, Tokyo
Accès : Fune-no Kagakukan Station (Yurikamome Line) sortie est, Telecom Center Station (Yurikamome Line) sortie nord, Tokyo Teleport Station (Rinkai Line) sortie B

Ainsi c’est terminé mon mois de mai ! C’était chouette !


♫ Un article = Une chanson ► B.A.P – WAKE ME UP

1

► Bon Voyage : Le Franponais

La perle de Daiso, Busan (Corée du Sud)

La perle de Daiso, Busan (Corée du Sud)

C’est bien connu, le franponais (mot-valise composé de français et japonais, désignant l’utilisation souvent malencontreuse de mots français par les japonais) est très présent ! On le retrouve énormément dans des domaines relatifs à l’image de la France, que ce soit la mode, la cuisine, la coiffure ou la pâtisserie. Le français apparaît surtout à l’écrit sur les enseignes des magasins, les T-shirts, les menus des restaurants…

Coucou, Nagoya

Coucou, Nagoya

Pause Café, Kyoto

Pause Café, Kyoto

Je me rappelle qu’une amie m’avait refilée un bouquin contenant certaines « perles » de franponais, et pour certains, c’était bien drôle ! En habitant ici, j’ai bien remarqué que je voyais pas mal de franponais un peu partout où j’allais. Et pas qu’au Japon, mais aussi en Corée (on dit du franréen ou du coréçais dans ce cas-là ? -pan-) C’est pourquoi à mon tour, j’ai décidé d’en capturer des clichés et de vous les montrer ici. Certains sont drôles d’autres moins, certains ont de belles fautes, d’autres non, bref, voici tout ce que j’ai pu trouver :D !

Dans un restaurant, Matsumoto

Dans un restaurant, Matsumoto

Rafraîchir, c’est se sentir comme une toute nouvelle personne ! Si je l’enseigne à mes étudiants, comprendront-ils ?

Ton ami, entre Tokyo et Nagano

Ton ami, entre Tokyo et Nagano

Sur la route, tu n’es jamais seul(e) ! TON AMI est toujours là pour toi !

Grande Dieu Poule, Osaka

Grande Dieu Poule, Osaka

Ou Grand Déesse Coq ?! Ici on a encore du mal à différencier masculin et féminin…

/!\ Cet article sera régulièrement mis à jour ;) !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► ONE OK ROCK – Bon Voyage

2

▶ Alive in Tokyo : Kimi no Nikki (janvier 2017)

Gâteau au Matcha + Frappuccino = La viiiie !

Gâteau au Matcha + Frappuccino = La viiiie !

Pour commencer cet article, je vous souhaite tout d’abord une très bonne année 2017 ! Vivez, profitez de la vie, poursuivez vos rêves, le tout avec le bonheur et la santé !

Cette fois je ne vais pas vous écrire d’article sur le Nouvel An au Japon, parce que d’une je l’ai déjà fait et de deux, j’ai passé le Nouvel An en France, ce qui est hors sujet avec mon blog. Mais j’ai passé un bon séjour aux côtés de mes proches et je suis rentrée avec de beaux cadeaux de Noël et beaucoup de chocolats… Bien que mon vol retour ait eu quelques problèmes et que ma valise n’ait pas voyagé avec moi. Au moins je n’ai pas eu à la porter jusqu’à la maison 😂.

Donc ce mois ce fut plutôt la reprise du train-train quotidien et du repos au maximum. Mais, pour bien commencer l’année j’ai quand même un truc à raconter. Une fois de retour au Japon, j’ai cassé mon téléphone… Inutilisable. Le faire réparer coûtait aussi cher qu’un téléphone neuf.. Etant donné que j’avais dans l’idée d’investir dans un téléphone neuf, c’était le moment de mettre la main au porte monnaie. Au début je pensais souscrire à un abonnement avec l’achat du téléphone. Ici ça fonctionne comme ça ; vous vous engagez sur un contrat de deux ans et tous les mois vous payez le téléphone et votre forfait. Deux ans plus tard, au moment de renouveler votre contrat, on vous propose un nouveau téléphone avec une réduction. Cependant, en voyant les prix, je préférais garder ma carte BIC SIM et juste acheter un téléphone Free Sim. C’est possible oui oui !

Acheter un téléphone Free Sim au Japon

C’est très simple ; vous choisissez votre téléphone, vous montrez votre passeport ou votre carte de résident, vous payez et c’est fait ! Comme j’aime dire à mes étudiants, « C’est facile !! » 😂 J’ai juste eu des démarches supplémentaires à faire pour ma carte sim, car dans mon nouveau téléphone je ne pouvais mettre qu’une nano sim (dans la plupart des téléphones japonais on ne peut insérer que des cartes nano sim, donc de taille plus petite que les nôtres). J’ai du donc remplir un document pour demander un changement de carte tout en conservant le même numéro de téléphone. Il fallait juste renseigner les coordonnés de mon compte, donner ma carte de résident et payer en plus 1 382 yens pour l’opération. Du coup j’en ai aussi profité pour mettre à jour mes coordonnées perso, je ne l’avais pas fait.

En tout cas me voilà enfin avec mon premier smartphone neuf pour 38 653 yens (318 euros). C’est un Axon 7 Mini. Cette marque ne vous dit rien ? Moi non plus ! Chez Bic Camera, pas d’Iphone, Sony, Xperia et compagnie en téléphone Free Sim mais des marques moins connues pour des prix entre 10 000 et 60 000 yens (82 à 493 euros). Un des vendeurs m’a proposée trois smartphones selon mes critères et j’ai fait mon choix en suivant les conseils de mes amis japonais. En tous les cas, j’en suis contente, il marche bien, il est moderne et commercialisé depuis 2016, il est opéré sous Android, il fait des belles photos (il y a même des filtres intégrés pour éradiquer les boutons sur la gueule et les cernes xD), le son est correct, il a pleins de fonctionnalités utiles et rigolotes comme la lampe torche… Et punaise, j’ai la 4G désormais ! Par contre il est assez grand, presque autant que le dernier Iphone ! Et donc la première appli que j’y ai installée, c’est Pokemon Go parce que mon ancien téléphone était trop vieux pour mdr ! Enfin ! Je m’y mets en même temps que les coréens o/ !

3

Sinon j’ai terminé ce mois en revoyant Elodie et Violaine un dimanche. Nous sommes allées à Shimokitazawa pour le festival Shimokita Ichibangai qui avait lieu le week-end du 28-29 janvier. Mais il fallait croire que le dimanche il n’y avait plus rien d’intéressant. J’avais embarqué mon reflex avec ma nouvelle sacoche pour faire des photos mais y avait rien à prendre… En effet, pendant le festival, il y a une parade durant laquelle une tête géante de Tengu (un moine bouddhiste) rouge est portée, mais celle-ci n’a lieu que le samedi. Le reste du temps, monsieur grosse tête Tengu reste au temple Maryu-ji pour recevoir les visiteurs. Bon on aura quand même pu le voir…

10

Finalement on a fini dans un petit café sympa qui propose entre autres des smoothie et des pancakes. Un café assez petit donc en heure de pointe, prenez votre mal en patience. Pareil pour recevoir votre smoothie ou votre pancake, mais l’attente vaut le coup car tout est quasiment fait maison ! Mon Banana Smoothie était très bon !

Nine Pancake House
Adresse : 2-33-6 Kitazawa, Setagaya, Tokyo
Accès : Shimokitazawa Station (Odakyu Line, Keio-Inokashira Line), sortie sud

Pour finir, Elodie et moi avons fait notre petite soirée au Karaoké à Shibuya avec le forfait « Free Time » jusqu’à 20h. Ça nous a bien défoulé comme d’habitude et on a bien gueulé xD. Et enfin on a dîné à Uobei Genki Sushi à Shibuya. C’était une bonne journée pour de belles retrouvailles. Ça fait du bien 😊.

Voilà je reprends tranquillement ma vie nippone avec mon boulot, mes cours de japonais et une liste d’excursions et de voyages à faire ! Je vous laisse avec mon gros coup de cœur de ce début d’année et qui sera donc la chanson qui accompagnera cet article : la nouvelle chanson de mes incroyables loups, MAN WITH A MISSION ! Cette chanson dépote tout, allez écouter !


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSIONDead End in Tokyo