2

► J’t’emmène au vent : Voyager sans préparation au Japon

J’ai voyagé trois fois au Japon, et chacune de ces fois à été différente.

La première fois, je ne suis allée qu’à Tokyo et sa banlieue, guidée par une amie qui était déjà allée au Japon. Donc on peut dire qu’au niveau des préparations, je n’avais pas fait grand chose mis à part acheter mon billet d’avion et réserver ma chambre en guest house. J’ai fait confiance à mon amie pour les visites et j’ai pu découvrir une capitale moderne, sûre et conservatrice de ses traditions.

La deuxième fois, j’ai voyagé seule. Et ça a été plus enrichissant et plus passionnant que la première fois. Même si j’avais bien préparé ce voyage (hôtels, visites), il a été révélateur et j’ai pu en apprendre plus sur ma personnalité. J’ai affronté ma timidité et j’ai appris à aller vers les autres. J’ai découvert une autre ville, Nagoya, dont le rythme de vie est bien différent de Tokyo.

La troisième fois, la moitié de mon séjour était sans préparation. Munie d’un JR Rail Pass et avec l’envie de découvrir plus le Kansai, j’ai effectué plusieurs aller-retours depuis Tokyo où je logeais dans une guest house pour me rendre à Kyoto, Nara et Osaka… En Shinkansen, sans réservation. Je suis partie dans chacune de ces villes pour une journée, pour les parcourir à pied et visiter leurs meilleurs endroits. Et si je n’avais pas le temps de tout voir, ce n’était pas grave, je pouvais revenir un autre jour ! Je vivais un peu au jour le jour, car c’était l’été à ce moment et il a plu de temps en temps malheureusement !

Pour ma part, je préfère préparer pour ne pas perdre de temps (c’est certainement le seul inconvénient d’un voyage sans préparation) mais après ces trois séjours, voyager sans préparation au Japon, c’est tout à fait possible !

Arriver avec un sac à dos, sans carte de transport, sans plan, de l’argent liquide dans le portefeuille, quelques bases en japonais. C’est “l’aventure” !

Vous débarquez à l’aéroport. Suivez les panneaux indiqués en japonais mais aussi en anglais, ils vous guideront vers les trains en direction de Tokyo. Le réseau ferré au Japon est très développé et même si vous risquez de vous perdre à cause de ces nombreuses lignes de trains et des indications pas assez précises pour les étrangers, vous pourrez toujours aller quelque part ! Dans le train, vous n’êtes jamais perdus : des écrans annoncent en japonais, anglais (parfois aussi en chinois et coréen) la station suivante en même temps qu’une annonce sonore. A chaque station, vous savez où vous vous trouvez, d’où vous venez et où vous allez (vous pouvez lire sur les panneaux en anglais la station actuelle, la station suivante et la station précédente).

Vous ne voulez pas rester à Tokyo ? Achetez à tout moment un ticket de Shinkansen et partez aussitôt pour le Kansai, le Kyushu ou l’Hokkaido ! On peut voyager facilement entre les grandes villes. En une heure, beaucoup de Shinkansen partent pour diverses destinations partout dans le Japon, ce qui évite d’attendre trop longtemps à la gare. Et même si vous devez attendre quelques minutes ou quelques heures, vous pouvez vous reposer dans une salle d’attente, dit “waiting room”, avec des prises électriques, des distributeurs automatiques de boissons ou de nourriture et des sièges.

Si vous avez un budget limité et souhaitez économiser une nuit d’hôtel ou à l’auberge de jeunesse, rendez-vous au “Bus Terminal” et achetez un ticket de bus pour partir ailleurs. Pas seulement de jour, vous pouvez aussi effectuer un voyage de nuit dans un bus équipé pour ce type de trajet : sièges réglables pour s’allonger, une visière et des rideaux pour ne pas être gêné par la lumière, des écrans pour regarder des films ou écouter de la musique, des prises électriques et parfois même le wi-fi !

Sans obligatoirement réserver avant, on peut loger dans des hôtels capsules, des manga cafés ou Internet cafés. Ceux-ci sont souvent moins chers et offrent malgré tout le minimum de facilités et sont pratiques pour les courts séjours improvisés : affaires de toilettes, TV, alarme, wi-fi gratuit, espace-détente et espace de lecture avec des mangas, des ordinateurs avec Internet, des distributeurs de boissons, etc…

Une petite ou une grosse faim ? Dans les grandes villes et les quartiers très fréquentés, des allées avec de nombreux cafés et restaurants seront présentes pour vous rassasier ! Et vous avez très souvent le choix ! Restaurants japonais, mais aussi italiens, français, indiens ou bien fast-food… Parmi tous ces choix, vous pouvez même en trouver avec un menu très abordable. Vous ne comprenez pas le japonais ? Pas de problème ! Beaucoup de restaurants mettent en vitrine les présentations de leurs plats et des menus traduits en anglais avec des photos. Enfin, pour une petite faim ou un achat urgent, il y a des combinis partout ouvert 24 heures sur 24 !

Pour les visites, vous n’avez rien préparé ? Ce n’est pas grave ! L’office de tourisme est là pour vous renseigner en anglais et des guides volontaires vous attendent à la sortie de certaines stations (comme Shinjuku) pour vous faire visiter les alentours.

On peut aussi parcourir les grandes villes comme Tokyo, Osaka, Kyoto et Kobe par exemple à pied. C’est aussi en marchant sans objectif particulier qu’on fait de belles découvertes par hasard. C’est souvent une agréable surprise et quand il s’agit d’un endroit peu connu des touristes, on est fier et heureux d’en avoir fait la découverte !

Enfin, même si ça demande encore de l’amélioration, des réseaux wi-fi gratuits sont de plus en plus disponibles pour vous offrir un accès à Internet, notamment dans les combinis ou les grandes stations. Ainsi, vous n’êtes pas complètement coupé du monde et vous pouvez effectuer une recherche rapide ou consulter une carte si vous êtes perdus !

Voyager en mode “aventurier”, sans trop savoir où on va offre un meilleur épanouissement pendant le voyage et nous permet d’en apprendre plus sur nous-mêmes. Grâce à ses facilités et ses indications traduites en anglais, il est assez facile de voyager au Japon en totale improvisation !


Et vous, voyagez-vous sans préparation ? Comment voyagez-vous ?
Version japonaise – 日本語


♫ Un article = Une chanson ► Louise Attaque – J’t’emmène au vent

Publicités
1

► Champion : 22 juin 2018 ; 3 ans au Japon

Mes cheveux ont aussi incroyablement poussé o_o’

Nous y voilà ! Aujourd’hui je fête mes 3 ans au Japon. J’ai passé un grand cap et avec mon nouveau visa travail, j’ai encore 3 ans à passer ici !

Cette troisième année était pleine de rebondissements ! J’ai vécu six mois de bonheur entourée d’une super équipe, des étudiants adorables qui m’ont permise de m’épanouir dans mon travail et d’être toujours plus investie et motivée pour eux. C’est un travail fatigant mais grâce auquel j’ai pu passer de bons moments et en apprendre beaucoup. Le plus dur a été d’accepter que notre équipe si parfaite change et qu’un membre parte dans une autre branche. Au fond, je n’accepte toujours pas. Mais c’est la vie et il faut s’y faire.

J’ai accompli et continue d’accomplir divers projets au travail. C’est passionnant, stimulant et enrichissant. J’ai envie d’en faire et d’en apprendre encore plus à chaque fois. Je deviens un peu japonaise à ce niveau, je m’investie beaucoup mais je sais faire la part des choses. Dès que j’ai l’occasion de sortir et de voyager, j’en profite !

Quelques événements bouleversants sont venus me gâcher mon début d’année. Ça a été dur de se relever mais j’en suis sortie plus forte, du moins j’espère. J’espère être suffisamment forte et mature pour affronter les futurs problèmes qui viendront se dresser sur ma route. C’est pas facile tous les jours. Suffit parfois d’un coup de fatigue ou d’une mauvaise nouvelle pour avoir un coup de mou et déprimer mais je me relève toujours !

Quand on vit à Tokyo, on a un rythme de dingue.. Je me demande encore comment est-ce possible ! Il y a beaucoup de choses que je ne trouve plus le temps de faire… Par manque de temps, j’ai laissé un peu tomber la Kimi BOICE, accro à CNBLUE, j’ai stoppé le site cnblue.fr, arrêté de suivre l’actu des garçons, j’ai fait moins de concerts et d’events… Oui mine de rien, tout ça prend du temps aussi… C’est marrant parce que c’est un peu tombé au « bon » moment. Maintenant le groupe est en pause pour deux ans minimum (service militaire coréen oblige), trois membres sur quatre continuent des activités solo, mais pour moi ce n’est pas la même chose. Ça fait un peu mal au cœur par moment, car ils sont comme des frères pour moi et les concerts vécus au Japon, en Asie étaient mémorables. J’aimais partager ces moments de bonheur avec les fans autour du monde. Leur musique, c’est une source d’énergie, une motivation, un réconfort, une force pour aller de l’avant… Ils me manquent… Mais en attendant, leur musique ne meurt pas et elle est toujours là.

J’ai failli laisser tomber autre chose aussi : ce blog. Je l’ai créé sur demande des proches qui voulaient avoir des nouvelles et suivre mes aventures au Japon. Sauf que je me suis rendue compte que la plupart s’en fichait. Alors à quoi servait-il ? À pas grand chose…

Mais en fait si… J’y ai aussi partagé mes bons plans, des services et des conseils. Car galérer, je sais ce que c’est. Alors si je peux me rendre utile pour des personnes dans ce cas, c’est une bonne raison d’exister pour ce blog. Je vous avoue même qu’aujourd’hui, je consulte mon propre blog quand j’en ai besoin 😂. La Kimi du passé aide la Kimi du présent ! Donc oui c’est long, je ne suis pas 100% active mais je le continue quand même, au moins pour moi.

Bref, faisons le point. Je suis contente de mon année car j’ai fait beaucoup de choses encore :
– J’ai passé mes meilleures soirées Izakaya / Karaoké et aussi des fêtes inoubliables à l’école avec l’équipe parfaite et les étudiants.
– Certaines de ces soirées étaient aussi les pires cuites de ma vie 😂.
– Je suis allée en Corée du Sud un week-end. J’ai vu mes amis et CNBLUE pour qui j’ai réalisé un don de riz à l’occasion de leurs concerts à Séoul, un projet que je rêvais d’accomplir depuis longtemps.
– Je suis allée au Matsuri de Odawara (j’en ai aussi profité pour visiter son chateau qui est blanc comme celui d’Himeiji).
– J’ai escaladé le Mont Fuji de nuit. Cette expérience reste une de mes plus grandes aventures !
– J’ai vu le feu d’artifice de Jingu Gaien (le seul de cette année 😢).
– J’ai obtenu le JLPT N4.
– J’ai escaladé le Mont Takao et en même temps assisté au Momiji Matsuri.
– J’ai eu le coup de coeur pour Kobe. Si je devais habiter dans une autre ville que Tokyo, j’irais là-bas sans aucun doute !
– J’ai visité le musée Ghibli.
– J’ai fêté mon anniversaire au Lock Up avec ma baka ❤.
– J’ai fêté le Nouvel An japonais avec toutes ses traditions (hatsuhinode, osechi, etc…).
– Je suis passée à la TV japonaise.
– J’ai fait mon premier Hanami au parc Kinuta.
– Mes parents sont revenus au Japon. Je les ai emmenés dans le Kansai et je leur ai présenté mes collègues et amis.
– J’ai passé une nuit au village Panda.
– J’ai vu des Maiko et des Geisha quand je me baladais à Kyoto.
– J’ai fait un pique-nique au bord de la rivière Tama.
– Marine est revenue au Japon pour un an. De beaux moments ensemble nous attendent ❤.
– J’ai renouvelé mon contrat chez Ecole Sympa pour 3 ans.
– J’ai débuté des cours de japonais chez COTO Language Academy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon hélas, je n’ai pas accompli tous mes objectifs, mais ce n’est que partie remise. Ce qui est sûr, c’est que j’ai au moins trois ans pour les accomplir :

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Visiter Hakone
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, à la vallée Yushin, au Mont Nokogiri aux Cascades Kegon de Nikko, au col d’Ashigara, à Shosenkyo Gorge…
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Aller à FujiQ
– Tester les restaurants et cafés recommandés par mes étudiants
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Fêter Setsubun
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Aller à Okinawa, Kyushu, Mie, Hiroshima, Shirakawago, Hokkaido, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Aller à Nagasaki avec Marine
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’ile aux lapins
– Aller au lac Miyagase
– Aller au Chichibu Saitama festival en décembre
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Rikugien au printemps pour voir les sakura
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Aller de Honshu à Shikoku en vélo en passant par Shimanami Kaido
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Bali…
– Réussir le JLPT N3

J’étais habitué au visa d’un an mais là je réalise pas que j’en ai pour trois ans ! 3 ans c’est long mais je sens que je ne les verrai pas passer non plus !

To be continued…


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Champion

2

► In My Head : COTO Language Academy

À la recherche d’une école de japonais pour apprendre intensivement le japonais, ou régulièrement une ou deux fois par semaine pendant votre temps libre ? Apprendre mais aussi profiter des différents services et saisir l’opportunité de rencontrer d’autres personnes ?

Aujourd’hui, je vous présente une école de japonais ! Pas une école gratuite hélas, mais qui offre un très bon service d’enseignement.

Bienvenue chez COTO Language Academy !

COTO Language Academy (コトランゲージアカデミー)

Adresse : 3F Iidabashi Building, 4-9-4 Iidabashi, Chiyoda-ku, Tokyo (東京都千代田区飯田橋4−9−4 飯田橋ビル1号館3F)
Accès : Iidabashi Station (JR Sobu Line, Yurakucho Line, Nanboku Line, Oedo Line, Tozai Line) sortie A4
Site Internet : https://cotoacademy.com

Présentation

Située à Iidabashi, cette école existe depuis 2000 et offre des cours fun et vivants par le biais de conversation diverses dans des classes de petits groupes. Si elle n’offre pas de visa étudiants, ceux qui rejoignent COTO Language Academy sont soit résidents au Japon, soit en court séjour en tant que touriste venant d’Asie, d’Europe ou d’Amérique. Les cours peuvent s’adapter aux personnes flexibles dans leur emploi du temps ou pour celles qui souhaitent suivre un programme intensif. Ses 40 professeurs qualifiés travaillent et enseignent avec des manuels de l’école ou le classique Minna no Nihongo ainsi que d’autres ressources pour travailler la grammaire, la communication, le business ou encore préparer l’examen du JLPT.

Dans l’enceinte de l’école, vous trouverez un espace salon avec un accès gratuit au wi-fi pour étudier et manger. Des distributeurs de boissons et de la nourriture sont à votre disposition pour 100¥. Gratuitement, il y a du thé, du café et de l’eau. 8 secrétaires sont présentes à l’accueil pour répondre à vos questions et vous guider en japonais ou en anglais.

De temps en temps, l’école organise des sorties (excursion à la montagne ou au onsen) et des événements pour réunir son staff et ses étudiants.

Les cours

Pour correspondre au mieux aux besoins des étudiants et leurs disponibilités, des cours réguliers ou intensifs en groupe et des cours privés sont enseignés chez COTO Language Academy. Un cours en groupe dure deux fois 50 minutes avec 10 minutes de pause au milieu. Dans chaque classe, il y a entre 2 et 8 étudiants. Un cours privé dure 50 minutes. À l’arrivée, vous vérifiez l’emploi du temps du jour pour connaitre la salle où vous avez cours et votre professeur.
Selon le niveau, l’achat d’un manuel utilisé en classe peut s’avérer nécessaire. Les prix varient entre 1200 ¥ et 3700 ¥. Un manuel est souvent utilisé pour les niveaux débutants et les classes de cours intensifs. A partir du niveau intermédiaire, et pour les classes régulières, les professeurs préparent des copies.
En détails, les différents cours disponibles chez COTO Language Academy :

Cours intensifs
Du lundi au vendredi, de 9h30 à 12h20 ou de 14h10 à 17h00, pour progresser rapidement en conversation et en écoute. Chaque programme débute toutes les 4 semaines en moyenne, l’idéal étant de suivre un programme en entier pour avoir une progression efficace. Il est possible de rejoindre un programme toutes les semaines.

– Tarif pour une semaine : 30 000 ¥
– Tarif pour deux semaines : 50 000 ¥
– Tarif pour quatre semaines : 100 000 ¥
Des réductions sont valables si vous décidez d’étudier pendant plus de deux mois à l’école.

Le contenu est défini selon 6 niveaux :
– Débutant (JLPT N5, 12 semaines) : bases et conversation simples de la vie quotidienne, apprentissage des kanas et de 150 kanjis et 300 mots de vocabulaire
– Débutant avancé (JLPT N4, 12 semaines) : conversation détaillée, communication, apprentissage de 150 kanjis et 300 mots de vocabulaire
Pré-intermédiaire (JLPT N4~N3, 12 semaines) : conversation quotidienne et naturelle, communication, apprentissage de 150 kanjis et 500 mots de vocabulaire
– Intermédiaire (JLPT N3, 12 semaines) : communication courante et naturelle et apprentissage de 300 kanjis et 600 mots de vocabulaire
– Intermédiaire avancé (JLPT N3~N2, 8 semaines) : conversation sur des sujets et domaines spécialisés, exprimer son point de vue, apprentissage de 200 kanjis et 300 mots de vocabulaire
Avancé (JLPT N2-N1, 12 semaines) : Japonais niveau business, communication avec des natifs, apprentissage de 500 kanji et 750 mots de vocabulaire

S’ajoute en plus, un programme super-intensif de 4 semaines pour les débutants complets. Ce programme se focalise sur l’apprentissage des hiragana et katakana et des sujets et des situations de la vie quotidienne. La méthode d’enseignement se concentre sur l’apprentissage des phrases clés sans mettre l’accent sur les explications grammaticales.

• Cours en part-time 
Cours réguliers et flexibles dans les horaires. Inclut le programme Nihongo Plus basé sur la conversation avec beaucoup d’expressions essentielles et utiles et JLPT Prep pour, comme son nom l’indique, préparer l’examen du JLPT. Pour rejoindre ces classes, vous achetez un pack de leçons valable pour une période définie. Plus on prend un gros pack, plus le prix diminue pour une leçon. Vous choisissez les classes qui vous conviennent le mieux selon votre niveau (défini après un test) et selon vos disponibilités. Vous pouvez rejoindre autant de classes par semaine que vous pouvez du moment qu’elles ne sont pas encore complètes. Vous réservez en avance et si vous ne pouvez pas assister au cours, vous devez annuler la veille avant 18h00, sinon votre leçon est quand même utilisée. Vous possédez une carte sur laquelle le professeur met un tampon pour chaque cours auquel vous assistez.

– Pack d’essai 8 leçons : 18 400 ¥ valable 1 mois
– Pack 16 leçons : 33 600 ¥ (soit 2 100 ¥ la leçon) valable 6 mois
– Pack 32 leçons : 64 000 ¥ (soit 2 000 ¥ la leçon) valable 8 mois
– Pack 48 leçons : 91 200 ¥ (soit 1 900 ¥ la leçon) valable 12 mois
Il est aussi possible d’acheter un pack de leçon valable seulement un mois !
– Pack 16 leçons : 28 800 ¥
– Pack 24 leçons : 42 600 ¥
Attention, un cours durant deux fois 50 minutes, c’est donc compté comme deux leçons du pack.

Comme pour les cours intensifs, le contenu est défini selon différents niveaux :
Débutant 1 (JLPT N5) : pratique des bases pour les débutants et apprentissage des Kana et de la grammaire de base
Débutant 2 (JLPT N5) : pratique des bases de façon plus naturelle
Débutant avancé (JLPT N4) : grammaire et conversation essentielle
Intermédiaire (JLPT N3) : communication courante et naturelle, lecture et conversation sur divers sujets
Intermédiaire avancé (JLPT N3~N2) : grammaire et conversation complexes, expressions
Avancé (JLPT N2-N1) : lecture et conversation sur divers sujets, japonais niveau business, entrainement au langage honorifique

Lors de votre inscription, vous recevez aussi par mail vos identifiants et mots de passe pour accéder au service internet de l’école. Ainsi, vous pouvez suivre les cours auxquels vous vous êtes inscrits et le nombre de cours restants de votre pack. Vous pouvez choisir de recevoir un rappel par e-mail de la date de votre prochaine leçon mais aussi fixer les dates de vos classes ou les annuler.

• Cours privé et semi-privé
Les deux premiers programmes ne vous correspondent pas ? Il reste toujours les cours privé ou semi-privé ! Les horaires disponibles sont de 9h50 à 21h30 en semaine et de 10h50 à 17h50 le samedi. Le prix d’une leçon privée est de 4200 ¥ et celui d’une leçon semi-privée avec deux personnes ou plus est de 2800 ¥. Attention, si une des personnes est absente, la leçon est quand même comptée comme payée. Les cours se basent sur le profil et la rapidité de l’étudiant et surtout ses besoins avec en plus 5 minutes de conversation, des devoirs à la maison et des tests. De même que pour les cours en part-time, il est possible d’acheter un pack de leçons réduisant le prix de la leçon à l’unité.

• Cours privé spécial
A la différence du cours privé et semi-privé où les cours sont basés sur les manuels, le cours privé spécial se tourne vers les personnes souhaitant un cours vraiment particulier, incluant par exemple des préparations aux entretiens d’embauche ou des corrections de rédactions, lettres, etc… Le prix d’une leçon est de 5200 ¥ avec possibilité d’acheter un pack de plusieurs leçons.

• Cours à domicile
Bon, en fait, vous avez carrément la flemme de bouger vos fesses ? Eh bien avec COTO Language Academy, les professeurs peuvent aussi se déplacer et donner cours à votre domicile ou sur votre lieu de travail. Les horaires sont fixés entre 9h00 et 21h00. En dehors de cette plage horaire, ajoutez 20% du prix de votre leçon. Vous pouvez choisir entre une leçon de 60 minutes ou de 90 minutes. Les frais de transport de l’école au lieu de votre leçon sont à votre charge.

– Pack 8 leçons : 39 600 ¥ (60 min) ou 59 400 ¥ (90 min) valable 3 mois
– Pack 16 leçons : 76 800 ¥ (60 min) ou 115 200 ¥ (90 min) valable 6 mois
– Pack 32 leçons : 148 800 ¥ (60 min) ou 223 200 ¥ (90 min) valable 8 mois
– Pack 48 leçons : 216 000 ¥ (60 min) ou 324 000 ¥ (90 min) valable 12 mois

Inscription

Commencez par contacter l’école via leur formulaire disponible sur cette page. Elle vous contacte ensuite pour fixer un rendez-vous par Skype ou sur place si vous résidez déjà au Japon. Le rendez-vous vous permet d’avoir une présentation claire de l’école, une visite et une petite évaluation de votre niveau. A la suite du rendez-vous, si vous décidez de vous inscrire, vous payez les frais d’entrée (入会金) de 10 000 ¥ et du programme d’apprentissage souhaité. Les modes de paiement possible sont liquide, carte de crédit, virement bancaire et Paypal.

Mes impressions

Je voulais une école équivalente à Ecole Sympa, des cours réguliers de une à trois fois par semaine. Et avec les cours en part-time, j’ai trouvé mon bonheur ! Autre raison ; ma baka a étudié dans cette école et elle m’en a dit du bien.

J’ai eu une bonne impression générale suite à ma première visite. Professeurs accueillants et gentils, atmosphère tranquille et conviviale… J’ai alors acheté un pack de 16 leçons valables six mois pour assister aux classes de mon niveau (j’ai été évaluée niveau intermédiaire, Natural and Fluent Japanese 1 & 2).
La méthode d’enseignement me convient. On étudie le point de grammaire, on fait des exercices en travaillant la répétition, la mémoire et on termine par une discussion où on utilise le point étudié.

Je vous recommande COTO Language Academy volontiers si vous voulez progresser en japonais en même temps que votre travail !


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – In My Head

0

► Can you hear me : Aller chez le médecin au Japon (1)

(1) parce que il y aura peut-être une partie (2) si je choppe un jour l’Influenza 😷

Pour la première fois en dehors de mes visites médicales annuelles, j’ai du consulter un médecin. Pas pour un rhume ou une maladie qui peut-être soignée par un médecin généraliste, mais pour un problème auditif.

Je déteste aller chez le médecin et je préfère éviter cette option quand je suis malade mais là, avoir les oreilles bouchées et parfois douloureuses commençait à devenir inquiétant. Je me suis donc rendue dans une clinique ORL.

Le système médical japonais est assez complexe pour moi car très différent de la France. Au Japon, on va à l’hôpital (病院) ou à la clinique (医院 ou クリニック). Les traitements et services proposés sont différents selon les hôpitaux et certains sont plus spécialisés dans un domaine que d’autres. Donc vérifiez avant de vous rendre dans un hôpital qu’il pourra vous recevoir en consultation avec ou sans rendez-vous. Voilà une autre raison pour laquelle je n’aime pas aller chez le médecin 😂.

Je me suis rendue à la clinique ORL Shimada (島田耳鼻咽喉科医院) dans le quartier de Okusawa. Après cette expérience, je vous explique comment ça se passe !

D’abord à l’entrée, si vous voyez des chaussons, enlevez vos chaussures et mettez des chaussons ! Puis allez à l’accueil (受け付け), donnez la raison de votre visite et les symptômes, votre carte d’assurance (被保険者証) et remplissez un formulaire avec votre nom, adresse et numéro de téléphone. On vous enregistre dans la liste des patients et vous recevez une carte que vous devez présenter à chacune de vos visites (plus besoin de remontrer votre carte d’assurance).

Dans cette clinique, sans rendez-vous c’est possible. Mais pour d’autres il est nécessaire de prendre rendez-vous par téléphone ou via le site internet.

Vous patientez, le médecin appelle votre nom, ça donne par exemple ストロ 様 😂 (Stro-sama, 様 étant un suffixe pour s’adresser de façon très polie à quelqu’un comme un client ou un supérieur) et vous vous rendez en salle de consultation (診察室).
La secrétaire a transmis avant vos symptomes donc le médecin n’a plus qu’à faire son travail.
À la fin de la consultation, le médecin dit toujours お大事に (Odaiji ni, soignez vous bien / prenez soin de vous). Vous retournez à l’accueil pour payer. En étant assuré (c’est obligatoire et ça peut-être avec l’assurance maladie (健康保険) de votre mairie ou celle de votre employeur) vous ne payez que 30% de la consultation.

J’ai du m’y rendre trois matins d’affilée donc j’ai payé 920¥ la première consultation, 530¥ la deuxième et la troisième. Le personnel de cet hôpital est très gentil et patient ! Malgré mon niveau de japonais, on a réussi à se comprendre et le médecin ainsi que la secrétaire parlaient lentement. J’ai pu être rassurée et pas trop stressée. Mais bon malgré ça, j’espère ne pas avoir à y retourner si tôt 😂.

Clinique ORL Shimada (島田耳鼻咽喉科医院)
Adresse : Shimada Mansion 1F, 3-35-14 Okusawa, Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区奥沢3丁目35−14 島田マンション 1F)
Accès : Okusawa Station (Meguro Line) sortie 1
Site Internet : http://www.tamagawa-med.or.jp

Un peu de vocabulaire

Hôpital = 病院 (びょういん – byouin)
Clinique = クリニック (kurinikku)
ORL = 耳鼻咽喉科 (じびいんこうか – jibiinkouka)
Accueil = 受け付け (うけつけ – uketsuke)
Médecin = 医者 (いしゃ – isha)
Assurance = 保険 (ほけん – hoken)
Assurance maladie = 健康保険 (けんこうほけん – kenkou hoken)
Carte d’assuré = 被保険者証 (ひほけんしゃしょう – hihokensha shou)
Oreille = 耳 (みみ – mimi)
Consultation = 診察 (しんさつ – shinsatsu)
Salle de consultation = 診察室 (しんさつしつ – shinsatsu shitsu)
Médicament = 薬 (くすり – kusuri)
Ausculter = 診る (みる – miru)
J’ai mal aux oreilles. = 耳が痛いんです。(みみがいたいんです。- Mimi ga itai ndesu.)
J’ai les oreilles bouchées. = 耳がつまるんです。(Mimi ga tsumaru ndesu.)
Est-ce qu’une consultation est possible maintenant ? = 今診察ができますか。(いましんさつができますか。- Ima shinsatsu ga dekimasu ka ?)
Soignez-vous bien. = お大事に (おだいじに – Odaiji ni)


Plus de vocabulaire dans Cours de Japonais.
Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► Enrique Iglesias – Can You Hear Me

1

► I need u : Kimi no Nikki (février 2018)

Comment vous dire… Ce mois de février n’a pas été super excitant. En fait, ce n’était carrément pas un bon mois. À croire que mon année 2018 commence plutôt mal. Je ne traverse pas une période facile, la fatigue s’accumule car trop investie dans mon travail. Donc je ne fais… strictement rien de fun en ce moment.

Mis à part que j’ai mangé comme très souvent à Katsuya, que j’ai cuisiné du pain perdu avec du pain fait maison par Eiko-san, que j’ai testé la boisson spéciale Sakura du Starbucks

Sinon c’était le mois du curry parce que je suis fan de curry. Je suis allée avec mon amie et collègue Nobuyo à un restau de curry à Ikebukuro. C’est petit et il y a seulement un comptoir pour manger. On est servis rapidement et le staff est très sympa. On peut parler avec les serveurs en mangeant pendant les heures creuses.

J’ai choisi un curry avec un niveau de piment moyen (que je n’ai pas trouvé si piquant, vous avez trois niveaux possible) avec de la viande et du fromage, accompagné d’une bonne assiette de riz et d’un verre de lassi ! 1130¥ au total. Je valide :) ! Et comme c’est une petite chaîne, vous pouvez aussi retrouver ce restau à Nakano, Waseda, Idabashi ou Jimbocho. Vous pouvez consommer sur place, prendre à emporter ou vous faire livrer !

YamiTuki Curry (ヤミツキカリー)
Adresse : 5-1-7 Nishi Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo (東京都豊島区西池袋5-1-7)
Accès : Ikebukuro Station (JR lines, Fukutoshin Line, Marunouchi line, Yurakucho line, Saikyo line…), sortie C2
Site Internethttp://syokushindou.jp/bukuro.htm

Puis le second restau, c’était un curry indien auquel j’allais pour la troisième fois ! Je vous en ai parlé dans cet article, c’est le restau Shib Mahal à Shibuya (インド料理 SHIB MAHAL) et je vous le recommande vivement. Les plats de curry sont très bons, les nan sont énormes et vous avez le ventre bien rempli après ! J’y ai mangé avec Élodie pour fêter notre dernière soirée ensemble avant son déménagement. Elle va me manquer. Nos soirées karaoké free time suivies d’un genki sushi ou d’un curry indien aussi. Elle reste une de mes meilleures rencontres ici. これからも、頑張ってエロディ!出会えってよかった!

Enfin… Ah si j’ai fait un 女子会 (une soirée entre filles) quand même un samedi soir ! Nous sommes allées à un bar-Izakaya à Jiyugaoka. Malgré mon moral un peu bas, j’ai passé une super soirée ! On switchait entre japonais et français et parfois dans le doute et l’incompréhension, on éclatait de rire bêtement ! Peut-être que l’alcool y était pour quelque chose aussi 😅 en tout cas ils servent du bon umeshu ! Pour le menu, c’est normal et varié. Y a du poisson, du poulet, de la salade, des pâtes et niveau boissons, de la bière, du vin, des cocktails…

Jiyugaoka Wine Cellar (自由が丘直出し ワインセラー事業部)
Adresse : Felly de Fleur 1F, 1-24-8 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo (東京都目黒区自由が丘1-24-8 フェリ・ド・フルール1F)
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie nord
Site internethttp://www.jiyugaoka-wine-cellar.com

Voilà, ce mois (de merde) est terminé. Les mois se suivent mais ne se ressemblent pas, j’espère. En tout cas, en voyant les produits au sakura dans les magasins, j’ai déjà hâte de faire Hanami 🌸


♫ Un article = Une chanson ► BTS – I NEED U (Japanese Ver.)

0

► Run : Kimi no Nikki (janvier 2018)

Après mon super Nouvel An, ce fut le retour à la réalité… Ma semaine de vacances a pris fin et il a fallu reprendre le train-train quotidien.

La première moitié du mois, j’ai rien fait 😂. Je suis tombée malade et une fois quasiment remise (difficile de guérir avec ce froid du mois de janvier qui est moins supportable que le mois de décembre), j’ai eu beaucoup de travail 😅. Nouveaux projets, nouvelles taches… Je me donne à fond et je vais de l’avant !

J’ai fait un shinnen karaoke (新年カラオケ, c’est comme le shinnenkai 新年会 sauf que c’est une soirée karaoké 😂), ​ça ne change pas. Le karaoké reste un de mes loisirs favoris au Japon ! Parmi mes collègues, nous avons créé un petit groupe « Karaoké » et nous y allons souvent ensemble !

Je suis allée au Lock Up avec Elodie, Violaine et Suzon. Pour notre shinnenkai, mais surtout parce qu’il y avait un menu spécial temporaire jusque fin février, Red or Alive. Pour 3 500 yens plusieurs plats à l’apparence dégueu et effrayante étaient servis : un apéritif HELLO! eyes avec du fromage, du guacamole et des chips de tortillas Red Spirits « Salsa », de la salade avec du radis rouge RED MEDICINE, du karaage avec une sauce tartare rouge Red-chiki=Red Karaage, des frites avec de la poudre de paprika NOT SPICY POTATO, des spaghettis carbonara sanglantes Born to be my RED PASTA, du poulet tandoori Red Players « Chicken », du pain grillé au fromage rouge RAD ON BRAD « PANGRATAN » et du gâteau, toujours avec une sauce très rouge. Le tout avec boisson à volonté (飲み放題) pendant deux heures. Voici ce que ça donne en images (attention expectation VS reality xD) !

L’avantage est qu’on a vraiment payé que ça (et pas les frais d’entrée, les frais de service et les taxes…) et on a bien mangé même si c’était loin d’être de la grande cuisine.

L’inconvénient, ou les inconvénients : si on voulait picoler des boissons alcoolisées et les cocktails bien présentés dans des béchers et des éprouvettes, il fallait payer en plus. Du coup, bah comme on avait peur de la note salée avec les frais supplémentaires (qu’on a finalement pas payés), on s’est contentés des boissons sans alcool pas du tout originales xD. Ensuite, on était pas dans une cellule de prison, mais une grande salle semblable à celle d’un vieux manoir où on pouvait accueillir 10 personnes (sauf qu’on était que 4, c’était un peu « trop » grand pour une fois). Enfin, les monstres osaient à peine venir nous faire peur pendant le monster show (c’est surtout pour ça qu’on vient dans ce genre d’endroits..). J’aime bien aller au Lock Up pour l’ambiance d’habitude, mais je ne me laisserai plus tenter par les événements et menus spéciaux. Un peu déçue, heureusement que je n’ai payé que 3 500 yens ! Je préfère opter pour le menu à la carte et dépenser plus et au moins m’amuser un peu !

​Mot du mois : Tako-Paa (タコパー 🐙 ) ! Qu’est-ce que c’est ? C’est simple, c’est une Takoyaki Party, une soirée où on cuisine et mange des takoyaki ! Comme nous et la raclette party ou crêpes party !

​Une de mes étudiantes nous a invités, mes collègues et moi, à une takoyaki party chez elle. Miam miam ! Ce fut enfin l’occasion d’utiliser pour la première fois mon appareil que j’ai depuis presque deux ans xD ! La dernière fois que j’avais cuit des Takoyaki remontait à plus d’un an mais je n’avais pas perdue la main 💪.

​On a fait des Takoyaki classiques (donc avec le poulpe) puis des Cheeseyaki, c’est comme des Takoyaki sauf qu’à la place du poulpe, on a mis du fromage ! On est pas français pour rien ;D et c’est aussi bon !

Le 22 janvier (deux ans et sept mois au Japon, c’est un signe) il a neigé ! En une matinée Tokyo s’est teint de blanc avec une grosse vague de froid. C’était beau 💖. Ouais, mais c’était la première fois que je voyais une forte averse de neige à Tokyo.

Je m’en rappellerai de cette journée enneigée à Tokyo. Des alertes à la vague de froid ont été faites ainsi que des consignes disant de rentrer le plus tôt possible chez soi. Dans certaines entreprises japonaises, les employés ont été autorisés à rentrer chez eux à partir de 15h. Du côté des trains, beaucoup de perturbations. Des retards, des annulations, des trains énormément bondés. Fallait prendre son mal en patience et moi je suis pas du tout patiente. Parce que le temps c’est de l’argent. J’ai poireauté pendant une heure et demie à Shibuya avant de pouvoir prendre un train.

En rentrant chez moi après avoir passé 3h dans les transports il a fallu affronter une petite tempête de neige. Les routes n’étaient pas dégagées et il y avait jusqu’à 20 cm de neige.

Bref là, la neige c’est moins cool tout d’un coup. La prochaine fois, je ne quitte pas ma maison, je reste chez moi !

​Enfin, la grande info de ce mois est la suivante : je suis passée à la télé japonaise !

« Sensei, on vous a vu à la télé ! »

Mes étudiants m’ont vue et reconnue tout de suite ! ​Surprise ! Eh oui, début janvier, j’ai enregistré une interview pour la chaîne japonaise TBS​ dans le cadre de l’émission この差って何ですか (Quelle est cette différence ?), une émission de variétés qui traite des différences de culture, d’événements dans le monde.

Le thème de l’épisode, diffusé le mardi 30 janvier 2018, auquel j’ai participé était 日本の不思議 (Les ​merveille​s​ du Japon)​. Des étrangers ont été interviewés pour parler des aspects surprenants au Japon tout en les comparant avec leur pays d’origine. Moi, comme je suis française, on m’a demandé de parler… du pain ! Après une courte présentation, j’ai comparé le pain en France et au Japon, en mentionnant les pains à la crème ou aux haricots rouges et les pains au curry. A la fin, le journaliste m’a demandé si j’avais une question particulière et elle a été : « Pourquoi seulement le pain au curry est-il frit et pas les autres ? » 😂

Quelle est cette différence ?! Hum, hum question intéressante n’est-ce pas ? 😂 Pour connaitre la réponse, regardez la vidéo de l’émission ci-dessous. Vous pouvez voir en plus une super animation avec ma tête. J’ai l’air d’une mamie. Mon entourage a bien rigolé en regardant ça :​

Parler en japonais a été un bon challenge ! Je suis sûre que j’ai fait beaucoup de fautes ! D’ailleurs, poser ma question a été difficile, je n’arrivais pas à retenir tous les mots, on a du tourner 36 fois ! Les journalistes ont été très patients et gentils. En cadeau, ils m’ont offert…. du pain au curry et du pain à crème et aux haricots rouges qui ont fait mon déjeuner ! C’était une super expérience !​ ​

Pour plus d’infos sur l’émission, consultez le site internet.
この差って何ですか : http://www.tbs.co.jp/konosa/
Le staff cherche régulièrement des personnes parlant japonais pour leurs interviews. Si vous voulez tenter l’expérience, n’hésitez pas à demander 😉.


♫ Un article = Une chanson ► BTS – RUN

0

► +1 : Renouvellement du Visa Travail

Comme je l’annonçais dans un de mes précédents articles, j’ai renouvelé mon contrat de travail. Par conséquent, le renouvellement de mon Visa Travail a suivi !

Renouveler un Visa Travail au Japon, comment ça se passe ? Je vous explique ! 

Cette démarche s’applique aux ressortissants étrangers souhaitant poursuivre leurs activités avec leur statut de résident actuel (prolongement d’un contrat de travail ou renouvellement d’un visa époux par exemple). Il faut effectuer la demande avant l’expiration du statut de résident du demandeur, à partir de trois mois avant la date d’expiration.

Documents à fournir pour constituer le dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (在留期間更新許可申請書) partie employé (à télécharger ici)
  • 2 La photocopie du passeport et de la carte de résident actuelle (recto-verso) (パスポート及び在留カード(表裏)のコピー)
  • 3 Une photo d’identité (写真) format 3*4cm datant de moins de trois mois
  • 4 Une attestation de paiement des impôts (納税証明書) et un certificat de la taxe d’habitation (住民税の課税証明書) de l’année précédent celle de la demande
  • 5 Les autres documents sont fournis par votre employeur ;) ! Sont inclus le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (partie employeur), une lettre de demande d’extension de la période de séjour, une copie du contrat de travail et le justificatif des activités de votre employeur et de ses bénéfices.
  • 6 4 000¥ en timbres fiscaux à payer si l’application est acceptée, le jour du retrait du visa. Le prix varie selon le statut demandé.

Préparer le dossier

  • 1 Le formulaire de demande d’extension de la période de séjour (在留期間更新許可申請書) : à compléter en anglais ou en japonais. Il y a différents formats selon les activités effectuées. Ce n’est pas le même formulaire que celui du changement de statut c’est une demande pour rallonger la durée du visa travail. Mais les informations à remplir sont les mêmes : nationalité, nom, coordonnés, emploi, etc…
  • 2 Une attestation de paiement des impôts (納税証明書) et un certificat de la taxe d’habitation (住民税の課税証明書) : étant donné que maintenant vous êtes à un an d’activités professionnelles, vous payez donc les impôts comme tout le monde. Rendez-vous à la mairie pour demander les documents. Il faut remplir un formulaire de demande pour chaque document (納税証明申請書 et 市民税・県民税証明の申請書). Vous écrivez votre adresse, votre nom, votre date de naissance, votre numéro de téléphone, l’année d’imposition et le nombre d’exemplaires souhaités, vous présentez votre carte de résident avec le formulaire au comptoir des attestations écrites (証明書受付, Shomeisyo uketsuke). Temps d’attende de 15 minutes environ, c’est assez rapide, vous récupérez vos documents au comptoir de récupération des documents (お渡し窓口 Owatashi Madoguchi) et vous payez les frais de service (de 200 à 600¥ environ) ! Attention : quand vous demandez l’attestation des impôts sur une année, il faut aller à la mairie de là où vous habitiez cette année au 1er janvier, sauf si vous faites la demande à partir du 1er juin.

Dépôt du dossier

Comme j’habite dans la préfecture de Kanagawa désormais, ça me prend plus d’une heure pour aller au bureau d’immigration de Tokyo, Shinagawa. J’en ai donc choisi un plus proche, à 40 minutes de chez moi. Je me suis rendue à la branche de Kawasaki situé près de la station Shin Yurigaoka. Le bureau ouvre de 9h00 à 16h00. L’avantage de ce bureau est que même en arrivant à 8h35, il y a rarement plus de dix personnes devant vous ! Plus besoin de camper ! Ça change du bureau d’immigration à Shinagawa où on peut trouver plus de 30 personnes en arrivant à 7h30.

Tokyo Immigration Bureau Kawasaki Branch Office (東京入国管理局川崎出張所)
Adresse : Kawasaki West Joint Government Building, 1-3-14 Kamiaso, Aso-ku, Kawasaki City, Kanagawa Prefecture
Accès : Shin Yurigaoka Station (Odakyu Line), sortie Sud

Le bureau ouvre pile à l’heure. C’est tout petit donc c’est pas compliqué de trouver le bon comptoir, y en a qu’un. Vous allez à la réception (受付) pour faire vérifier votre dossier avec votre passeport et votre carte de résident. Vous remplissez la carte postale qui vous est envoyé plus tard avec la réponse et on vous remet un ticket.

En étant numéro 3 vous pouvez vous rassurer de ne pas avoir à passer des heures au bureau… 😂 En effet en 30 minutes c’est fait. Vous récupérez votre passeport, votre carte de résident avec un tampon indiquant que votre statut est en cours de changement et la notice avec votre numéro de dossier expliquant que pendant son étude, il est possible de rester jusqu’à deux mois sur le territoire japonais. A la différence du bureau d’immigration de Tokyo (Shinagawa), la notice n’est qu’en japonais 😂. Il ne reste plus qu’à attendre le verdict final.

Réception du Visa

Environ deux semaines après le dépôt du dossier, vous recevez la carte postale indiquant de vous présenter à l’immigration dans les deux semaines suivantes avec passeport, carte de résident, 4000¥ de timbres fiscaux, la notice avec le numéro de dossier et la carte postale. Selon la demande et peut-être le bureau d’immigration, la durée du traitement du dossier peut-être plus longue, jusqu’à deux mois parfois !

Donc c’est reparti direction le bureau d’immigration à Shin Yurigaoka. ​​​​Au bureau de Shinagawa, on peut acheter les timbres au konbini du bureau. Sinon, il faut se rendre à la poste. A l’immigration, vous remettez la carte postale, le timbre (vous signez le formulaire en même temps et y collez le timbre), la notice avec le numéro de dossier, passeport et carte de résident. En échange vous recevez un ticket et attendez (environ 30 minutes) que votre numéro soit appelé pour récupérer votre nouvelle carte de résident.

Et vous voilà avec votre précieux visa ! 🎉 楽しみましょう🎵💕


♫ Un article = Une chanson ► Martin Solveig (feat. Sam White)+1