1

▶ The Feels : Kimi no Nikki (juillet~août 2022)

Il est bien là l’été japonais ! Avec la saison des pluies qui refuse de nous quitter et perdure jusqu’à mi-juillet. Attention aux fortes chaleurs ! Il fait très chaud (jusqu’à un ressenti de 43°), humide et le soleil tape fort ! Tout est bon pour attraper un coup de chaleur (熱中症) ! Boire de l’eau toute la journée est indispensable ! Ou toute autre boisson fraîche d’ailleurs, comme une Frozen Butterbeer ou un lassi à la fraise vendus à Universal Studios Japan !

Il est quand même bon de profiter de ses vacances d’été jusque fin août ou pendant la période de Obon (お盆), et de partir en voyage à droite à gauche ou de faire l’expérience de diverses activités saisonnières en extérieur ou dans la nature. L’été reste signe de repos et d’un peu de liberté ! Sans oublier pour le Japon, les festivals (お祭り) et feux d’artifices (花火大会) qui pour certains reprennent malgré la présence continue du COVID-19.

📔 Articles à consulter

• 日常生活・Vie quotidienne •

📝 Passer le JLPT au Japon (日本語能力試験) 📝

• 健康・Santé •

⚕️ Effectuer un bilan de santé (健康診断) ⚕️

• 飲食・Manger & Boire •

🥨 La pause Katsuya (かつやの休憩) 🥨

• 極楽・S’amuser •

🎢 Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 🎢

• 文化&伝統・Culture & Tradition •

🎋 Tanabata (七夕) 🎋

🎁 Ochūgen (御中元), le cadeau de l’été 🎁

• 旅行・Voyages •

🏝️ L’île d’Awaji – Guide de visites 🏝️

📷 Galeries photos à admirer

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🎋 Tanabata (七夕) 🎋

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🗻 Ascension du Mont Fuji (富士山登山)🗻

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🏝️ Awaji Island (淡路島) 🏝️

🎥 Vidéos à visionner

🗻 本日の旅・L’excursion du jour「Ascension du Mont Fuji」 🗻

🇯🇵 Dans ma vie Nippone

• Exposition Demon Slayer・鬼滅の刃展 •

Je l’ai appris en me rendant à un événement Meetup; une exposition sur le manga Demon Slayer (鬼滅の刃) se déroulait à Osaka pendant tout l’été jusqu’au 4 septembre après s’être d’abord tenu à Tokyo du 26 octobre au 12 décembre 2021 ! J’ai voulu aussitôt m’y rendre le jour-même où j’ai appris la nouvelle mais il fallait acheter son ticket en avance dans les points de ventes proposés. Cette exposition a énormément attiré le public nippon. Il était difficile de trouver un bon créneau pour s’y rendre. Ça se confirmait une fois le jour J arrivé. À peine sur les lieux de l’exposition, l’organisation à la japonaise trop carrée en devenait aussitôt bien chiante. En plus, le détail que j’avais pas vu sur mon ticket était que l’heure indiquée dessus ne correspondait bien pas à l’heure présumée d’entrée mais il y avait en plus de renseigée une petite lettre. Moi c’était la lettre D. Dans chaque tranche horaire il y avait donc 4 groupes et chaque lettre correspondait en fait à l’heure « officielle » pour se rassembler et faire la queue. Donc si sur votre ticket l’heure indiquée était 15h00, vous ne rentriez pas à 15h00 ! Pour ma part, étant donc dans le groupe D, je pouvais faire la queue entre 15h45 et 16h00 ! Je suis donc officiellement rentrée une heure après mon arrivée ! J’ai profité d’une partie de ce temps pour me poser au café à côté qui proposait à l’occasion un menu spécial. On pouvait s’y rendre qu’une seule fois le même jour que notre visite. La présence du ticket était absolument obligatoire sinon on devait se passer des boissons fraîches à l’effigie de Tanjiro ou Nezuko, et des plats comme les spaghettis carbonara Zen’itsu, le curry Inozuke ou encore le omurice Rengoku.

Dans l’exposition, il y avait bien entendu un monde de malade. On avait le temps de lire chaque extrait, de regarder en détails chaque illustration. Il était interdit de prendre des photos dans la plupart des zones vu qu’il s’agissait le plus souvent d’illustrations originales. Il y avait de beaux decors réalistes dans certaines pièces du hall et quelques animations sympathiques.

Le stand de goodies était cependant une déception. Des articles banals et peu originaux étaient proposés à la vente. Beaucoup de goodies, notamment des badges ou des magnets, à l’effigie des différents personnages de la série étaient vendus au hasard, sans que l’on puisse savoir sur quel personnage on allait tomber. Comment obliger les fans à mettre la main au porte-monnaie pour espérer avoir son petit favori… L’avantage est que cela m’aura évité de grosses dépenses ! Et puis chaque visiteur recevait un petit cadeau en bonus pour l’achat d’un ticket !

Kimetsu no Yaiba Gotoge Koyoharu Exhibition (鬼滅の刃 吾峠呼世晴原画展)
Dates : 14 juillet ~ 4 septembre 2022
Horaires : 10:00 ~ 19:30
Lieu : EVENT Lab. Grand Front Osaka North Building B1F
Tarifs : 2 000 ¥ (3 600 ¥ avec un cadeau exclusif)
Site internet : https://kimetsuten.com/

• De superbes vacances d’été・楽しい夏休み•

Quel été chargé ! Cela se remarque avec le peu d’articles proposés dans ce numéro et les zéro nouveautés depuis le numéro précédent. Comme je l’avais déjà annoncé dans un précédent article, je priorise mes activités, mes loisirs et ma vie d’expatriée. Je continue de profiter du Japon. Il ne faut donc plus s’attendre à une forte activité sur le blog mais je ne le délaisse pas pour autant. C’est toujours bien de l’écrire pour le fun quand j’ai un peu de temps libre.

Ces derniers mois ont été vraiment riches en expériences, découvertes et en excursions à travers le pays. Ah c’est tellement bien les vacances d’été pour ça ! Oui, cette année, elles ont été intenses et bien chargées, mais tellement géniales ! C’est d’ailleurs bien difficile de s’en remettre. Avec la visite de la famille pendant deux semaines, je suis repartie en voyage comme à l’époque, pour découvrir et redécouvrir le Japon : de Kyoto à Tokyo, en passant par Hiroshima, Kobe, Himeji et le lac Biwa.

J’ai aussi passé un weekend camping en juillet sur une île près de la préfecture de Wakayama. C’était un peu Koh-Lanta ; des intempéries, pas de douche, dormir avec des ratons laveurs qui venaient gratter la tente et se servir dans les poubelles… Mais ça en reste une superbe aventure !

Je suis remontée au sommet du Mont Fuji, j’ai expérimenté le canyoning avec mes potes d’Osaka dans la préfecture de Shiga et j’ai enfin revu des feux d’artifice (花火大会) après 3 ans et dont un en mode VIP depuis le toit d’un immeuble, offrant une vue magnifique sur le spectacle sans se sentir oppressé par la foule toujours aussi nombreuse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tant de bons moments et de beaux souvenirs de créés. Après une vague de bonheur comme ça, c’est toujours très triste de retrouver une vie normale et son train-train quotidien. Il n’y a plus qu’à se motiver tous les jours à travailler dur tout en attendant avec impatience les prochaines aventures !

• Ma propre voie・自分の道 •

Suivre sa propre voie et prendre un chemin que personne n’a emprunté avant. On a tendance à vouloir faire comme tout le monde, ou bien à vouloir faire mieux que ces personnes qui semblent avoir tout réussi. Mais on oublie aussi que nous sommes tous uniques et que chaque destinée est différente. Nos choix nous appartiennent et tout n’arrive pas au hasard. Nos envies, nos émotions, nos rêves nous guident sur une voie qui est la nôtre et seulement la nôtre. Une voie qui peut nous appoter bien plus que celle sur laquelle nous nous efforçons de rester mais qui ne permet pas notre bonheur. Je la cherche encore un peu cette voie-là. Celle où je me trouve actuellement me faut douter du fait qu’elle soit la bonne. Je ne m’y sens plus à ma place. Donc, si ce n’est plus là que je veux être maintenant, c’est qu’il est temps d’emprunter un chemin que je ne connais pas.

Rendez-vous dans le prochain numéro de Kimi no Nikki pour découvrir ce qui se trouve au bout de ces routes inconnues !


♫ Un article = Une chanson ► TWICE The Feels

3

▶ My Universe : 22 juin 2022 ; 7 ans au Japon (日本で7年間が経った)

En ce 22 juin 2022, nous célébrons 7 ans de vie au Japon 🇯🇵 !


Ne reporte pas ce jour, vis-le pleinement.

Il y a tant d’émotions à ressentir et de belles expériences à vivre. Découvre la vie, comprends-la, sois fascinée par elle et laisse-la te surprendre. Ne reporte pas tes voyages, vis chacun d’eux à fond. Que ton sentiment de paix, qui avance à sa manière, éclaire ton chemin.


7 ans 😳Kimi était loin de s’imaginer qu’elle serait encore au Japon après 7 années ! Qu’est-ce qui aura changé par rapport à l’année dernière ? Nous allons le découvrir ensemble dans cet article !

Chaque année je finis par me répéter… Mais oui… Je ne peux m’empêcher de faire cette réflexion. « Je ne pensais pas arriver jusque là ! » Et pourtant si ! Je suis encore là, au Japon ! Cette année non plus n’a pas été évidente. Elle s’est même révélée un peu plus difficile par rapport à d’autres. Cela aurait bien pu me convaincre de définitivement laisser tomber le Japon, de me dire qu’il était peut être temps de rentrer finalement. Mais ces pensées négatives, en plus de cette saloperie de COVID-19 qui a eu un fort impact sur nos vies et qui m’a beaucoup touché personnellement, ont plus fait de l’ombre au reste qu’autre chose. Il suffisait de faire le point, de lâcher prise afin de pouvoir rallumer la lumière. Non, je peux dire que je suis toujours bien au Japon et que j’aime la vie dans ce pays !

Il y a des choses positives et négatives, des choses qui m’ennuient mais aussi d’autres qui me permettent de m’épanouir. Je me contente de rester optimiste et de me concentrer sur le positif, sans me prendre la tête avec de sombres pensées et des doutes. On a qu’une vie merde ! On a pas de temps ni d’énergie à gaspiller pour des choses ou des personnes toxiques qui n’en valent pas la peine ! Là, maintenant, je n’ai envie que d’une chose : profiter de la vie car on en a qu’une ! Maintenir une vie sociale et des activités pour garder un équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Passer du temps avec les gens que j’aime, faire les choses que j’aime, découvrir à travers les voyages et les excursions, c’est ce qui me permet de me sentir bien aujourd’hui.

De ce fait, dans cet article des 7 ans, je me suis dit que ce serait intéressant que je liste les choses que je préfère au Japon et celles que je apprécie moins et pour lesquelles je préfèrerais parfois être en France !


🇯🇵 Pourquoi vivre au Japon c’est bien 🇯🇵


On se sent en sécurité !

Il n’y a pas de risque zéro bien sûr ! Et au Japon aussi il y a des crimes et des viols. Mais en 7 ans, il ne m’est jamais rien arrivé de grave ou je ne me suis jamais retrouvée dans une situation de grand danger.

C’est propre !

Pas de déchets, de mégots de cigarettes dans les rues pour la plupart des quartiers (cependant, évitez Shibuya ou Shinjuku un samedi soir…). Et il faut vraiment se trouver dans un coin paumé au fin fond de la nature japonaise pour tomber sur des toilettes sales, et encore pas mal d’entre elles sont propres et fournies en PQ !

La vie en général est cool !

Oui, honnêtement, si je retire le travail et le climat, la vie au Japon est tout simplement géniale ! Au bout de 7 ans, je me suis construite une vie agréable et convenable. J’ai ma routine, un travail, un bon confort, des activités. Je peux me faire plaisir régulièrement. Ce point fait entièrement la balance contre toutes les choses qui peuvent me déranger !

La gentilesse et la politesse des Japonais, notamment pour les services, est irréprochable.

Par contre je me suis un peu trop habituée à ça au point d’être devenue une cliente très exigeante et dès que quelqu’un se montre désagréable je peux très vite m’énerver et me plaindre… comme une bonne française !

La nourriture est bonne et il y a moyen de s’offrir de bons repas pour pas cher !

Bien sûr, des restaurants luxueux et gastronomiques, ça existe aussi ! Et quand on dit pas cher, ce n’est pas toujours de la nourriture très saine et équilibrée. Mais de temps en temps cela ne fait pas de mal et ça fait toujours un petit plaisir ! Que ce soit un ramen, un katsudon, un yakisoba, des sushis, un okonomiyaki, des douceurs au matcha, c’est toujours un immense plaisir gustatif ! Et à côté de ça les compotes, le pain et le fromage ne me manquent pas tant que ça !

Chaque jour est une nouvelle découverte culturelle, linguistique et humaine !

J’apprends un nouveau mot japonais tous les jours (que j’oublie une semaine après, soit…). Je m’enrichie davantage sur la culture japonaise grâce à mon travail et mes différents réseaux. Je découvre de nouveaux aspects du mode de vie au Japon avec les démarches administratives ou grâce aux Japonais de mon entourage. De nouvelles facettes de ma personnalité se révèlent à chaque nouveau voyage ou nouvelle découverte du pays. Chaque jour a sa nouvelle expérience !

On partage nos expériences avec d’autres expatriés venus du monde entier, certains en deviennent même nos meilleurs amis.

Se faire des vrais amis japonais reste très difficile. J’en ai très peu, mais ces amis-là, je sais que je peux compter sur eux ! En plus de mes amis français, indiens, vietnamiens, malaisiens… !


🇫🇷 Pourquoi vivre en France c’est bien 🇫🇷


Le climat est plus agréable !

Non, si il y a bien une chose que j’ai du mal à supporter au Japon, une des premières est le climat ! Un été humide, un automne avec des typhons, un hiver très sec et un printemps… Hum non à la limite le printemps reste la seule saison agréable au Japon, à condition que la météo ne soit pas trop capricieuse ! Le soleil se lève et se couche à des heures différentes, donnant l’impression qu’elles sont plus courtes. En France, on peut profiter de longues journées d’été notamment ! Ou alors au Japon, il faut se lever à 5 heures du matin…

On travaille de manière plus détendue et les relations sont plus humaines !

Je n’insinue pas que c’est le cas dans toutes les entreprises ni pour tous les types de jobs. J’ai quitté la France à 25 ans et à ce moment-là je n’avais eu qu’un CDI et des petites missions intérims… Mais de ce que j’ai pu en tirer entre mes expériences professionnelles en France et au Japon, en France on montre plus d’empathie, on est plus « humains », on donne son opinion pour proposer des solutions et évoluer. Alors qu’au Japon, on se contente de suivre les règles, les procédures sans réfléchir et on n’essaye jamais de faire les choses différement. En France, certains collègues sont devenus de vrais amis. Au Japon, mes collègues japonais restent des collègues et ça n’ira jamais plus loin. C’est aussi un peu le même ressenti concernant la santé. Dur de faire confiance à un médecin quand en plus il ne comprend pas notre langue ! Sans parler des prescriptions médicales à tout va parce que ce sont « les procédures à suivre » et qu’il faut s’en mettre pleins les poches, tout ça sans donner un réél avis au cas par cas.

Il y a plus de jours de congés !

Quand un pays comme le Japon est tellement génial et surprenant en voyage, en tant que résident, on aimerait avoir plus de temps libre pour en profiter !

La famille est à proximité !

Oui, malheureusement le Japon et la France se trouvent aux deux extrémités du globe. Au fil des années, des personnes qui nous sont chères nous quittent, nous laissant ce sentiment de regret. Le regret de ne pas avoir pu rentrer plus souvent au pays pour profiter de leurs derniers instants. La famille, les amis, des gens qui nous ont influencés, qui nous ont encouragés à sauter le pas de s’expatrier, sans qui nous ne serions pas là où nous sommes aujourd’hui. Quand au Japon on vit sans montrer la moindre empathie, avec une hypocrisie involontaire et le tatemae qui empêchent de véritables relations humaines sincères et d’amitié, on aimerait que les gens qui nous comprennent soient auprès de nous.

On ne paye pas l’assurance maladie et les fruits / légumes un bras !

Puis les frais bancaires, les frais pour louer un appartement ou acheter une maison… Il y a parfois des choses à payer qui sont un peu abusives.

En tout cas, cela ne m’a pas empêché d’accomplir de belles choses, ce qui me rend d’autant plus heureuse et me convaint de rester encore un peu ! Faisons le bilan de cette année :
– J’ai repris les cours de Japonais.
– J’ai escaladé le Mont Fuji (富士山) pour la quatrième fois. Malheureusement je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout du circuit Gotemba. C’est pourquoi un mois après je refaisais le circuit Fujinomiya, où j’étais plus à l’aise. C’était aussi génial qu’il y a deux ans avec un magnifique lever de soleil !
– Je suis allée à Hakone (箱根).
– Je suis allée à Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 9 fois grâce à mon pass annuel. J’ai bien profité de la collaboration temporaire (hélàs) avec Kimetsu no Yaiba (鬼滅の刃) que j’ai adorée.
Je me suis faite vacciner contre le COVID-19 et ai au total reçue trois doses.
– Malgré le fait que ce soit toujours aussi difficile de travailler avec des Japonais, du moins ceux qui sont mes collègues, j’ai appris davantage de choses dans mon métier. C’est toujours aussi enrichissant autant du point de vue humain que professionnel. J’ai aussi fait de mon mieux pour m’ouvrir plus aux autres et essayer d’être plus familière et amicale avec certains collègues. C’est pas évident de à la fois rester soi-même et s’adapter.
– J’ai fait un road trip au départ de Tokyo (東京) pour monter jusqu’à la préfecture de Aomori (青森県). Je suis passée par de beaux endroits comme Ibaraki (茨城), Oarai (大洗), Sendai (仙台), Yamagata (山形) et Akita (秋田県) et Nikko (日光).
– J’ai escaladé le Mont Gassan (月山) dans la préfecture de Yamagata (山形県) dans des conditions très mauvaises (pluie, tempête, pas assez équipée en vêtements et ressources…)
– J’ai vu les chutes de Kegon (華厳の滝) à Nikko (日光) et me suis promenée près du lac Chūzenji (中禅寺湖).
– Après la chaîne Youtube, je me suis mise à faire aussi quelques vidéos sur Tik Tok !
– J’ai pris le déjeuner dans le café éphémère Harry Potter (ハリーポッターカフェ), ouvert à l’occasion des 20 ans depuis la sortie du premier film, celui qui m’a fait découvrir et aimer cette saga.
– J’ai escaladé le Mont Kunimi (国見山) à Hirakata (枚方市).
– Je suis retournée à Nara (奈良), et ai visité des endroits que je ne connaissais pas comme les temples Yakushiji (薬師寺) et Toshodaiji (唐招提寺), ainsi que le palais Heijo (平城宮跡).
– Je suis allée à Nagoya (名古屋) pour une journée pour visiter le musée des Sciences (名古屋市科学館) et découvrir une superbe boulangerie française.
– J’ai déjeuné au Pokémon Cafe d’Osaka (ポケモンカフェ大阪).
– J’ai repassé un weekend dans un Shukubo (宿坊) à Koyasan (高野山).
– Je suis allée au zoo de Tennoji (天王寺動物園) à Osaka.
– Je suis rentrée en France pour les fêtes de fin d’année après deux ans sans y mettre les pieds. J’ai découvert ma nouvelle maison et une nouvelle région à laquelle je suis déjà attachée. J’ai profité des fêtes en famille et de l’air frais de la Bretagne. Je suis même revenue avec le COVID-19 comme souvenir !
– J’ai expérimenté la quarantaine au Japon. C’est une expérience étrange et difficile mais aussi une occasion de remettre beaucoup de choses en question et de se consacrer à des choses auxquelles on ne donne pas assez de temps.
– J’ai mangé la meilleure galette des rois maison au Japon grâce à mon amie Haïda.
– Je continue à jouer au tennis avec toujours autant de plaisir. Je commence même à participer à des compétitions !
– J’ai découvert et expérimenté la fête indienne Holi (होली) grâce à mes amis indiens. Ce fut une de mes plus belles journées de printemps !
– J’ai parcouru une des routes de pélerinages de Kumano Kodo (熊野古道). J’ai marché sur la route Nakahechi (中辺路) pendant 3 jours sur une distance totale de 39 km en 17 heures jusqu’au grand sanctuaire Kumano Hongu (熊野本宮大社).
– J’ai fait Hanami (花見) et admiré les fleurs de cerisiers à Hirakata (枚方市) et d’autres endroits sympa par hasard.
– J’ai visité Okunoshima (大久野島), l’île des lapins !
– J’ai vu l’exposition Fullmetal Alchemist RETURNS (鋼の錬金術師展 RETURNS) tenue à l’occasion des 20 ans de publication du manga. Cela m’a rendue nostalgique et je me suis remise à regarder des animés comme à l’époque de mon adolescence. Chose que je n’avais plus fait d’ailleurs depuis mon arrivée au Japon !
– J’ai exploré les alentours de Hirakata (枚方市) à scooter et passé des journées sympa dans des parcs et jardins comme Yamada Ike (山田池) ou Tsurumi Ryokuchi (鶴見緑地).
– J’ai eu un nouveau scooter pour remplacer l’ancien qui se faisait un peu trop vieux !
– J’ai découvert la région de Kyushu (九州) à l’occasion d’un séjour à Fukuoka (福岡) que j’ai beaucoup aimé !
– J’ai assisté à un match de basket (バスケット試合).
– Je suis retournée à Tokyo (東京) le temps d’un weekend pour y revoir mes proches amis en particulier. Même si je me suis habituée à la campagne d’Hirakata, Tokyo et Yokohama restent chers à mon coeur avec les beaux souvenirs que je me suis créée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et comme toujours, il y a encore beaucoup de choses que je souhaite accomplir :
– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Aller plus souvent au cinéma
– Reprendre les sorties festivals d’été (夏祭り) et feux d’artifice (花火) en yukata (浴衣)
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire le tour du lac Kasumigaura (霞ヶ浦湖) à vélo
– Faire une excursion à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Escalader le Mont Gassan, le Mont Chokai, le Mont Mitake, le Mont Tsukuba…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Nagasaki, Goto, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Voir la Grande Muraille de Chine
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam, au Canada, aux US…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting
– Faire du parapente à Maishima (舞洲)

La liste est toujours aussi longue, oui ! Mais j’ai encore au moins 4 ans avec mon visa actuel pour tout accomplir. On y croit !


♫ Un article = Une chanson ► Coldplay X BTSMy Universe

1

▶ Run Girl Run : Kimi no Nikki (décembre 2021)

Dernier mois de cette année 2021 assez chaotique et qui a un peu suivi la lignée de 2020. Un mois que l’on redoute et que l’on attend avec impatience à la fois, entre le stress de boucler à temps les tâches et objectifs de l’année au travail et l’impatience de tourner une nouvelle page entouré de ses proches. Sous les illuminations et les chants de Noël, découvrons ce journal du mois de décembre.

※ Les articles à consulter ce mois 📔

• 極楽・S’amuser •

🎢 Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 🎢

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

• 文化&伝統・Culture & Traditions •

🍡 La fabrication de mochi (餅つき) 🍡

• 旅行・Voyages •

🕊️ Hiroshima – Guide de visites 🕊️

※ La galerie photos à admirer ce mois 📷

🎄 Sagamiko Illumilion (相模湖イルミリオン) 🎄

※ Les vidéos à visionner ce mois 🎥

🍜 本日のレシピ・La recette du jour「尾キミ道醤油ラーメン」🍜

@kimi_no_blue_travel

Quand les héros de #DemonSlayer #鬼滅の刃 s’invitent a UniversalStudiosJapan, c’est comment ? C’est la folie !!! #usj #日本 #japan #kimetsunoyaiba #osaka

♬ Gurenge – LiSA

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Adieu 2021・さよなら2021年 •

La fin d’année est comme toujours une période bien chargée. Si bien que j’en ai délaissé ma vie sociale et le blog encore une fois pour un peu de repos et de films de Noël sur Netflix dès qu’un peu de temps libre s’offrait à moi. Aussi, en cette fin d’année, j’éprouvais un grand besoin de me ressourcer. Et par me ressourcer j’entends bien, dans mon pays natal.

Deux ans que je n’avais pas mis le pied sur le sol français. Et ce n’était pas le variant Omicron qui allait me convaincre de laisser tomber encore une fois. Non j’avais un énorme besoin de rentrer, d’être auprès de ma famille, offrir la plus belle surprise de Noël à ma sœur, découvrir notre nouvelle maison dans une des plus belles régions de France. J’ai fait tout mon possible pour m’offrir ce voyage, ces vacances nécessaires et méritées. Des soirées et weekends à checker les informations, préparer tout le nécessaire. Des semaines difficiles et stressantes mentalement. En tous les cas, me retrouver au dernier moment dans le regret d’annuler ne serait jamais venu de ma propre volonté.

Mais ça s’est fait ! J’ai réussi à rentrer. Plus « facilement » que je ne l’espérais. Beaucoup de stress pour un voyage presque aussi habituel. Tant que les documents sont bien préparés et les conditions respectées, il n’y a aucun problème. C’était étrange au début de reposer le pied sur le sol français après deux ans, de découvrir une France souffrante du COVID et les Français portant tous un masque (enfin… Presque). Mais on retrouve aussi vite nos habitudes et notre confort familial. J’ai aussi bien réalisé que les Français étaient clairement pas disciplinés à côté des Japonais et que les mesures sanitaires n’étaient pas toujours très strictes. Pas rassurant quand on doit à tout prix rentrer au Japon, mille fois plus strict avec la volonté de protéger sa population.

J’ai pu terminer cette année compliquée sur une bonne note, entourée de ma famille, dans un endroit chaleureux et convivial en jouant aux jeux de société et regardant les émissions TV du réveillon. C’est avec un grand plaisir que je dis adieu à cette année 2021 peu réjouissante ! Adieu.


♫ Un article = Une chanson ► WoodkidRun Boy Run

1

▶ SADVENTURES : Kimi no Nikki (octobre 2021)

L’esprit d’Halloween est partout dans les boutiques ! Les journées sont encore très agréables et ensoleillées. Cependant les températures ont littéralement chutées une fois la première moitié du mois passé. Du jour au lendemain, on a perdu 10 degrés ! Et ça se ressent aussitôt dans l’air peu humide. Ce fut ainsi le passage du atsui desu ne (暑いですね, il fait chaud n’est-ce pas) à samui desu ne (寒いですね, il fait froid n’est-ce pas).

※ Les articles à consulter ce mois 📔

• 飲食・Manger & Boire •

🇮🇳 LUMBINI, le meilleur restau indien du Kansai 🇮🇳

🍜 Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊), le ramen perdu d’Ibaraki 🍜

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

🎃 Halloween au Japon (日本でのハロウィン) 🎃

• 旅行・Voyages •

🅿️ Road trip au Japon – Les Michi no Eki (道の駅) 🅿️

🦪 Hiroshima – Nourriture et Restaurants 🦪

🏞️ Road trip à Shikoku & Awaji Island – Le Kimitinéraire 🏞️

※ La vidéo à visionner ce mois 🎥

🍜 本日のレストラン・Le restau du jour「ラーメン 一遊」🍜

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Happy Birthday・お誕生日おめでとう •

Le 31 octobre n’est pas seulement le jour d’Halloween pour moi. C’est aussi le jour de mon anniversaire. Occupée par le travail et pas d’humeur festive, ce fut cette année une journée solitaire, sans fête surprise ni délicieux gâteau. Cependant, ce n’est pas tous les jours que l’on franchit le cap d’une année supplémentaire, alors j’ai juste célébré mon 23ème anniversaire avec des petite douceurs et des bougies pour apporter un peu de joie et de lumière.

J’ai fêté Halloween avec mes élèves à l’école. Nous nous sommes déguisés et avons échangé des bonbons. J’ai aussi reçu des petits mots gentils pour mon anniversaire. Joyeux anniversaire moi. La vie ne t’as pas toujours fait de cadeaux, mais souviens-toi qu’une fois tu rêvais d’être là où tu es maintenant. Je sais que même à 23 ans (oups j’ai fait une faute de frappe), tu vas continuer à faire de ton mieux chaque jour, et profiter de la vie comme il se doit !


♫ Un article = Une chanson ► NOISEMAKERSADVENTURES

2

▶ Hiroshima Travel : Le Guide de Kimi

Une ville qui a connu une histoire tragique et pour laquelle on ne peut que s’y attacher.

Hiroshima (広島), ville moderne située sur l’île japonaise de Honshū (本州), a été détruite en grande partie lors d’un bombardement atomique de la Seconde Guerre Mondiale, larguée à 600 mètres d’altitude au-dessus du centre-ville. Aujourd’hui, son parc du Mémorial de la Paix rend hommage aux victimes de ce drame survenu le 6 août 1945.

On peut visiter Hiroshima en une journée, voire deux si on veut prendre son temps. Pour mieux rentabiliser le voyage, le mieux est de rajouter une journée ou deux pour aller jusqu’à Miyajima (宮島).

Dans cet article, Kimi vous présente le meilleur de la ville d’Hiroshima !

Se rendre à Hiroshima (広島へ行き方)

La ville d’Hiroshima (広島市) se situe dans la préfecture du même nom (広島県) à environ 330 km d’Osaka. Le plus rapide et pratique pour s’y rendre depuis Osaka est le Shinkansen. On peut modifier l’heure du ticket une fois sans frais ainsi on peut partir ou rentrer plus tôt ou plus tard, à l’heure qui nous convient le mieux car il y a des départs toutes les dix minutes en moyenne.

• En bus (バスで)

Shin-Osaka Station
Willer Express Bus (direction Hiroshima)
Hiroshima Bus Center
Coût : 3 900 ¥
Temps de trajet : 6 heures environ

• En train (電車で)

Shin-Osaka Station
↓ Tokaido Sanyo Shinkansen (direction Hakata) ↓
Hiroshima Station
Coût : 10 630 ¥
Temps de trajet : 1 heure 20 environ

Visites (観光)

La plupart des sites à visiter se trouvent assez proches de la gare, à maximum 30 minutes de marche. Il est donc possible de visiter la ville à pieds uniquement. Par temps ensoleillé c’est bien plus agréable de marcher plutôt que de prendre les transports. Découvrez un Top 3 des sites à ne pas manquer à Hiroshima.

① Le château d’Hiroshima (広島城)

Arrivé à la gare d’Hiroshima le matin, on peut commencer par la visite de son château, accessible en 20 minutes à pieds en empruntant les rues nommées la promenade de la culture (文化の道) ou de la paix (平和の道). Le château d’Hiroshima est aussi surnommé le château de la Carpe (鯉城, Ri-jō) dû au fait que la zone de sa construction s’appelait à l’époque Koi no Ura (己斐浦), Koi signifiant « carpe ».

Histoire du château d’Hiroshima (広島城の歴史)

La construction du château d’Hiroshima fut décidée par Mori Terumoto (毛利輝元) qui était un membre du Conseil des Cinq Anciens (五大老, go-tairō) créé par Toyotomi Hideyoshi (豊臣秀吉). Cet édifice constitue un exemple de l’architecture des châteaux de plaine. Il bâtit son château en 1589 dans le delta de la rivière Ōta (太田川) appelé à cette époque Gokamura (五箇村 , 5 villages). La ville d’Hiroshima n’existait alors pas encore. Le 5 avril 1589, après la cérémonie de pose de la première pierre du château, la recherche d’un nom plus approprié fut décidé. Le caractère 広 (hiro) fut emprunté au nom de Oeno Hiromoto (大江広元), un ancêtre de la famille Mori, et fut ajouté à 島 (shima), emprunté au nom de Fukushima Motonaga (福島正則), celui qui guida Terumoto vers ce site. Le nom Hiroshima, qui littéralement signifie « grande île » ferait aussi référence à l’une des îles du delta de la rivière Ōta sur laquelle fut bâti le château.

Terumoto s’établit dans le château d’Hiroshima en 1591 pour gouverner les 9 provinces qui correspondent de nos jours à Hiroshima, Shimane (島根県), Yamaguchi (山口県) et à une partie des préfectures de Tottori (鳥取県) et Okayama (岡山県).

Pendant la période Edo (江戸時代), le château d’Hiroshima occupait une superficie importante et était entouré de trois douves ainsi que de la rivière Otagawa (太田川) qui formait une douve naturelle. Cependant, entre les périodes Meji (明治時代) et Showa (昭和時代), les douves extérieures et centrales se remplirent progressivement. À présent la plupart des terrains d’origine du château sont occupés par des bureaux et des écoles. Les restes de la douve intérieure ainsi que l’enceinte principale (本丸, honmaru) et l’enceinte secondaire (二の丸, ninomaru) ont été désignés comme site national historique en 1953.

Le château ne fut pas épargné par la bombe atomique et fut entièrement détruit le 6 aout 1945. Il fut reconstruit en 1958 et sert à présent de musée de l’histoire d’Hiroshima avant la Seconde Guerre Mondiale.

• Visite du château d’Hiroshima (広島城の訪問)

Avant de s’aventurer au cœur du château, on l’admire en parcourant le chemin de course à pieds (広島城ランニングコース) faisant le tour complet du château sur une distance de 1,5 km. Idéal pour le petit jogging matinal ! Puis on peut se promener dans le parc, s’y relaxer et admirer les fleurs qui colorent le parc de différentes couleurs selon les saisons.

À l’intérieur, c’est la découverte de l’histoire du château, sa construction et sa culture à travers des maquettes et des reproductions en grandeur nature de commerces et maisons reflétant le mode de vie de l’époque. Des armures, des armes et d’autres antiquités sont également exposées, mais avec interdiction de les photographier. Enfin, au sommet de la tour, classée comme Trésor National le 19 janvier 1931, on profite d’un panorama à 360 degrés sur la ville.

Dans le parc du château, on peut également passer par le sanctuaire Gokoku d’Hiroshima (広島護國神社). Petit détour qui vaut le coup d’œil, le sanctuaire est très peu fréquenté et donc relativement calme. C’est un petit moment sympa de s’y balader entre la visite du château et celle du parc du Mémorial de la Paix.

Château d’Hiroshima (広島城)
Adresse : 21-1 Motomachi, Naka-ku Hiroshima (広島県広島市中区基町21-1)
Accès : Hiroshima Station (JR Lines) sortie sud
Site internet : http://www.rijo-castle.jp/index.html
Horaires : 9h00 – 18h00 (décembre à février : 9h00 – 17h00)
Tarifs : 370 ¥ (adultes) 180 ¥ (étudiants, personnes de plus de 65 ans)

Sanctuaire Gokoku d’Hiroshima (広島護國神社)
Adresse : 21-2 Motomachi, Naka-ku (広島市中区基町21-2)
Accès : Hiroshima Station (JR Lines) sortie sud
Site internet : https://www.h-gokoku.or.jp/

② Le Parc du Mémorial de la Paix (平和記念公園)

Après cela, direction le parc du Mémorial de la Paix (平和記念公園). Rendant hommage aux victimes de la bombe atomique, il faut avoir le cœur solide pour le visiter, certes, mais il est sans doute l’un des premiers lieux à visiter avec le château. Le parc comporte aussi les ruines du dôme de Genbaku (原爆ドーム), l’un des quelques bâtiments à ne pas avoir été entièrement décimés.

Inauguré en août 1955, son musée expose des photos, des témoignages, des objets retrouvés et retrace le déroulement du drame dans une ambiance pesante et lourde. Des audioguides (400 ¥ la location) et des guides volontaires sont disponibles pour accompagner les visiteurs et donner des explications en plusieurs langues. Les successeurs de survivants sont aussi présents pour transmettre le vécu de ce drame et la volonté de vivre dans un monde de paix. Compter une à deux heures de visite.

Dans le bâtiment principal (本館, honkan), on apprend les effets de l’atomisation et on découvre des objets laissés par des victimes ainsi que des documents témoignant de l’atrocité du drame afin de transmettre les dévastations du 6 août 1945, les ravages causés par les radiations et comment les survivants ont affronté les difficultés et les souffrances. La partie consacrée aux enfants disparus lors de cette catastrophe est profondément bouleversante. Les cris de ces jeunes âmes pourraient presque se faire entendre.

Le bâtiment Est (東館, higashitate), comporte sur deux étages trois zones d’exposition thématiques :
Introduction aux Expositions (導入展示) : la découverte d’une ville réduite en cendres avec une projection en 3D de la zone urbaine d’Hiroshima avant et après le bombardement ;
Les Dangers des Armes Nucléaires (核兵器の危険性) : en commençant par leur développement, leurs menaces pour terminer par leur abolition ;
Histoire d’Hiroshima (広島の歩み) : d’un aperçu de la ville victime de la guerre à la création d’un Monde de Paix, en passant par les nombreux soutiens pour sa reconstruction.
Cela en plus d’un espace vidéo dédié aux témoignages de survivants de la bombe A. Les visiteurs peuvent visionner les témoignages de leur choix en plusieurs langues (japonais, anglais, chinois, coréen) grâce à des cabines individuelles. Le rez-de-chaussée (1F) propose des expositions spéciales pour compléter les expositions permanentes et approfondir les connaissances relatives au bombardement atomique ou à la paix, ainsi que des projections de films documentaires en japonais et anglais. Enfin, le premier sous-sol (B1F) expose des objets et documents récemment acquis ainsi qu’une bibliothèque regorgeant de documents relatifs à la bombe atomique et à la paix.
Pour les passionnés d’Histoire et ceux qui souhaitent repartir avec des souvenirs, des ouvrages, DVD et autres produits sont disponibles à la boutique.

La mémoire des victimes de la bombe atomique et la lecture de témoignages permettent aux visiteurs de ressentir cette expérience tragique et de mieux comprendre le véritable impact de cette catastrophe.

Parc du Mémorial de la Paix (平和記念公園)
Adresse : 1-1 Nakajima-cho, Naka-ku, Hiroshima (広島県広島市中区中島町1-1)
Accès : Hiroshima Station (JR Lines) sortie sud

Musée du Mémorial de la Paix (平和記念資料館)
Adresse : 1-2 Nakajima-cho, Naka-ku, Hiroshima (広島県広島市中区中島町1-2)
Accès : Hiroshima Station (JR Lines) sortie sud
Site internet : http://hpmmuseum.jp
Horaires : 8h30 – 18h00 (décembre à février : 8h30 – 17h00 / août : 8h30 – 19h00 / ouverture jusqu’à 20h00 les 5 et 6 août)
Tarifs : 200 ¥ (adultes), 100 ¥ (lycéens, personnes de plus de 65 ans)

③ Le Jardin Shukkei (縮景園)

Puis il y a enfin le jardin japonais Shukkei (縮景園). Sa construction remonte à 1620, l’année suivant celle où Asano Nagaakira (浅野長晟) est devenu le Daimyō (大名, seigneur féodal japonais) d’Hiroshima. Il a été construit par son principal serviteur, Ueda Sōko (上田宗箇), un célèbre maître de la cérémonie du thé, en tant que jardin de la villa de Nagaakira. Son nom signifiant littéralement « jardin paysager rétractable » exprime l’idée de collecter et de miniaturiser de nombreuses vues panoramiques, et selon la tradition, il s’agit d’un paysage miniaturisé sous le modèle de Xihu (lac de l’Ouest) à Hangzhou, en Chine.

Afin de rendre le jardin Shukkei plus vaste que sa superficie réelle, chaque partie est riche en paysages variés, que ce soit des petites montagnes isolées comme Kifukuzan (祺福山, la montagne de la paix et des bénédictions), des vallées solitaires comme Koshōkei (古松渓, la vallée des vieux pins) ou Gingakei (銀河渓, la vallée de la Voie Lactée), auxquelles se mêlent les couleurs des différentes saisons sur le halo de fleurs de cerisiers (桜花巷, ōkakō) ou sur le verger de pruniers (梅林, bairin) pour un spectacle concentré et une diversité qui rendent vraiment le jardin digne de son nom.

En 1945, le jardin fut détruit par la bombe atomique. Cependant, le Conseil Préfectoral de l’Éducation d’Hiroshima prit la décision d’établir des réparations pour restaurer son paysage d’origine, ainsi que les différentes structures.

Ce jardin élégant datant donc de l’ère Edo (江戸時代) s’apprécie à toutes les saisons. On peut profiter de la beauté des feuilles d’érables en automne, les fleurs de pruniers en fin d’hiver et les fleurs de cerisiers et pêchers au printemps. Le grand tour du jardin prend environ 40 minutes. Il y a de très bons spots pour prendre de belles photos et admirer la beauté des fleurs. Au centre du jardin se trouve l’étang Takuei (濯纓池, l’étang de la pureté purifiante), contenant plus de 10 îlots comme Suishin-tō (水心島, l’île du cœur de l’eau). Autour de sa circonférence, vallées, ponts sont reliés par un chemin par lequel on peut se promener et apprécier l’étendue du jardin.

Le pont qui enjambe le centre de l’étang, Kokō-kyō (跨虹橋, pont arc-en-ciel chevauchant), a d’abord été construit différemment, puis démoli et refait dans sa forme actuelle à l’ordre de Asano Shigeakira (浅野重晟), septième seigneur du clan, par un célèbre bâtisseur de Kyoto. Il témoigne d’une maîtrise libre d’une technique audacieuse et novatrice qui rappelle à la fois Engetsubashi dans le jardin Koishikawa Korakuen (小石川後楽園) à Tokyo et Chitosebashi au palais détaché de Shūgakuin (修学院) à Kyoto.

Les salons de thé Seifūkan (清風館) et Meigetsutei (明月亭) se trouvent respectivement près du centre du jardin et au nord. Ils étaient particulièrement appréciés des nombreuses générations de Daimyo du clan Asano.

Près de l’entrée principale, la boutique propose des souvenirs en plus de plats et boissons à déguster sur des tables à côté en extérieur (il est interdit de manger et boire dans l’enceinte du jardin). Dans l’enceinte du jardin se trouve également le musée d’art préfectoral. On peut le visiter de 9h à 17h au prix de 510 ¥.

Site touristique très populaire, le jardin Shukkei attire aujourd’hui environ 250 000 visiteurs chaque année.

Jardin Shukkei (縮景園)
Adresse : 2-11 Kaminobōri-chō, Naka-ku, Hiroshima (広島県広島市中区上幟町2−11)
Accès : Hiroshima Station (JR Lines) sortie sud
Site internet : https://shukkeien.jp/
Horaires : 9h00 – 18h00 (octobre à mars à : 9h00 – 17h00)
Tarifs : 260 ¥ (adultes), 150 ¥ (étudiants), 100 ¥ (lycéens et enfants) gratuit pour les personnes de plus de 65 ans

Il vous reste du temps ? Si ces trois spots ne suffisent pas, il y a d’autres choses à voir dans la ville de la paix et le reste de sa préfecture. L’Office de tourisme d’Hiroshima est très bien fourni : https://visithiroshima.net

Budget approximatif (予算)

Combien prévoir pour voyager à Hiroshima ? En se basant sur un séjour de deux jours avec une nuit dans un hôtel, le transport en train, en mangeant dans des restaurants et en se faisant plaisir, voici les chiffres approximatifs pour une personne partant de la préfecture d’Osaka.

  • Transport : 23 320 ¥
  • Logement : 5 907 ¥
  • Nourriture / Restaurants : 5 360 ¥
  • Visites / Activités : 1 090 ¥
  • Achats / Souvenirs / Cadeaux : 3 590 ¥

Total : 39 267 ¥ (~ 303 €)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► BTS Dynamite