1

► Beautiful Days : Kimi no Nikki (novembre 2019)

Le temps passe vite quand on s’amuse ! Novembre est passé bien vite avec ses événements remplis de bonheur et de découvertes ! Novembre était aussi le mois d’un petit weekend vers des terres inconnues : Koyasan (高野山) avec entre autres ses spots sympathiques pour profiter des feuilles rouges d’automne (紅葉) ! Le guide consacré à cet endroit arrivera dans un prochain article !

En milieu de mois, le froid est arrivé petit à petit, les soirées devenant de plus en plus fraîches et la température maximale en journée perdant quelques degrés chaque jour. On rallume le chauffage, on ressort le kotatsu et on prend de bons bains chauds en soirée. Malgré cela, on apprécie les couleurs d’automne et les journées en général ensoleillées ! Idéal pour une petite promenade à pied ou à vélo pendant le weekend !

※ Les événements du mois

• Récolte de mikan (みかん狩り)

C’est la saison des mikan (mandarines) ! Et elles arrivent au bon moment avec le plein de vitamines pour se préparer à affronter l’hiver ! Au Japon, la récolte des mikan, dit mikan gari en japonais (みかん狩り🍊✨), en devient une petite excursion scolaire amusante pour les petits en classe de maternelle des jardins d’enfants (幼稚園).

Départ en bus dans la matinée. Les professeurs expliquent le programme et discutent ou chantent des chansons pour occuper les enfants pendant le trajet.
Arrivés sur le lieu de récolte, les enfants se lancent librement dans la cueillette de ces agrumes doux et juteux. On cueille et on déguste, on compare qui peut relever le défi d’en manger le plus possible ! On prend des photos commémoratives, une mikan à la main en disant fièrement « mikan gari » et on termine par un pique-nique sous un beau soleil frais.
De retour à l’école vers midi, les enfants sont récompensés par un cadeau peu surprenant : un sac de mikan à partager en famille !

Pas seulement pour les enfants, c’est une activité répandue dans les différentes régions du Japon, permettant de déguster de délicieuses mikan fraîches dans un environnement naturel avec de beaux paysages aux alentours. En effet, il s’agit du fruit le plus récolté au Japon. Les préfectures de Wakayama (和歌山県) et d’Ehime (愛媛県) sont connues pour leurs zones de productions réputées. Les mikan poussent dans les lieux ensoleillés et aérés. Les champs se situent donc le plus souvent sur des collines faisant face à la mer. L’emplacement avec vue sur la mer ou les montagnes en fait un des attraits de cette activité.

Bien sûr, celle-ci ne se fait pas librement sans autorisation préalable. Rendez-vous dans une ferme (農園) proposant la récolte. Le prix de la chasse à la mikan varie selon certaines conditions : dégustation à volonté pendant la récolte (食べ放題), souvenirs inclus (お土産), barbecue ou pique-nique possible… Comptez de 500¥ à 3800¥ environ pour une récolte durant entre une heure et quatre heures.

Lassés des mikan vendus en supermarché, profitez de la saison automne-hiver pour aller en récolter près de chez vous et bénéficier d’un meilleur gout et de leur fraîcheur !

※ Les restau et cafés du mois

• J.S BURGERS CAFE

Pour changer de la cuisine japonaise et s’offrir une bonne assiette de salade ou un burger accompagné de frites croustillantes, il faut passer outre les coins traditionnels et les chaines de restauration typiques du pays et se tourner vers des noms plus occidentaux.

Au Japon, les restaurants proposant ce type de menu sont les cafés ou les restaurants de Burgers. Plusieurs enseignes existent, avec plus ou moins de qualité dans leurs plats et à divers prix.

Dans le lot, on choisit J.S BURGERS CAFE. Burgers et café, tout est dit dans le nom et le lieu est à l’image de ce dernier : vous pouvez aussi bien y aller pour un burger au déjeuner ou vous y poser à tout moment pour un café. Que serait la vie sans un bon burger fait de tranches de petits pains de blé entier et d’une tranche épaisse de bœuf bien moulue ? J.S BURGERS CAFE appartient au groupe Bays Crew qui possède d’autres chaines de café, boulangerie, restaurants comme Boule Ange ou encore des magasins de vêtements, meubles et autres fournitures.

Les burgers plutôt de bonne qualité et consistants. Il y a également des sandwich, des hot dog et des salades de poulet ou saumon. En semaine est proposé le salad bar : avec un menu comprenant burger et frites, de la salade est disponible à volonté. Les burgers sont vendus à partir de 920¥, les hot dog à partir de 750¥ et les sandwich à partir de 880¥. Pour la pause café, milk shake, thé, café, boissons fraîches sont proposés dans le menu avec sundae, cheesecake ou gâteau au chocolat.

Spacieux et sympathique, si vous allez dans la chaîne située à Ikebukuro, il est possible de manger en terrasse pendant les journées ensoleillées et agréables.
En revanche, le point noir qui pourrait donner l’envie de ne pas revenir ou d’opter pour une chaîne concurrente, le staff n’est pas toujours aimable ! Désagréable même !

J.S BURGERS CAFE LUMINE Ikebukuro (J.S BURGERS CAFE ルミネ池袋店)
Adresse : Lumine 8F, 1-11-1 Nishi Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo (東京都豊島区西池袋1丁目11−1 ルミネ池袋8F)
Accès : Ikebukuro Station (JR Lines, Tobu Line, Fukutoshin Line, Marunouchi Line)
Site internet : http://burgers.journal-standard.jp/

• Izakaya Tototoriton (居酒屋 とととりとん)

À la recherche d’un bon Izakaya avec des prix attractifs à Shinjuku ? Dans ce quartier moderne et animé de la capitale, les Izakaya ne manquent pas ! Mais parmi eux, se trouve l’Izakaya apprécié par beaucoup, Tototoriton (とととりとん), aussi présent dans les quartiers d’Ikebukuro et Shibuya !

Dans son petit espace (pas plus d’une quarantaine de places), Tototoriton propose des plats chauds à base de poulet, des plats incontournables comme le sashimi frais et un service clientèle amical.

Que ce soit du karaage (唐揚げ, poulet frit), du poulpe frit (タコの唐揚げ), du dashimaki tamago (出汁巻きたまご, omelette roulée), de la salade (サラダ), des yakitori (焼き鳥), des galettes de pomme de terre frites avec du camembert (カマンベールチーズのポテト揚げ), la nourriture satisfait la clientèle. Le secret de sa saveur réside dans la fraîcheur du poulet fraîchement moulu et des ingrédients frais.
Accompagnez tout ça de boisson fraîches, de saké ou autre alcool ! Un service boisson à volonté (飲み放題) de deux heures ne vous demandera que 1800¥.

Un personnel dynamique, soucieux de la qualité, de la fraîcheur et de la convivialité, de nombreuses formules disponibles pour des événements : fête d’anniversaire (誕生日会), banquet (宴会), pot de départ (送別会), fête de bienvenue (歓迎会), fête de fin d’année (忘年会), fête du Nouvel An (新年会)… Tototoriton vous accueille chaleureusement pour passer une bonne soirée !

Tototoriton Shinjuku (とととりとん 新宿)
Adresse : Masuya Building 2F, 1-15-5 Nishi Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo (東京都新宿区西新宿1-15-5升屋ビル2F)
Accès : Shinjuku Station (JR Yamanote Line, Odakyu Line, Marunouchi Line) sortie sud
Site internet : https://izakaya-toriton.jp/tototoriton/shinjuku

• Sorekarumegi (ソレカルメギ)

Plus les années passent et plus le quartier coréen de Shin-Okubo (新大久保) gagne en visiteurs et touristes. Boutiques de K-pop et surtout restaurants de cuisine authentique coréenne attirent les clients qui forment de longues files d’attente le long de la rue, la rendant aussi bondée que les quartiers populaires et touristiques de la capitale. Le choix du bon restau où manger en devient pénible et difficile, il faut prendre son mal en patience.

En levant un peu la tête, on aperçoit la devanture traditionnelle en bois de Sorekarumegi (ソレカルメギ), restaurant situé à l’étage et proposant le meilleur de la cuisine coréenne. Alors que par chance, le restau ne se retrouve pas encore bondé vers midi (cela s’est joué à quelques minutes), on s’installe à une des rares tables libres. L’intérieur est plutôt élégant et sophistiqué. L’atmosphère y est chaleureuse et idéale pour tout type de clientèle. On peut aussi bien y déjeuner entre amis ou profiter d’un dîner en amoureux.

Au menu, on s’offre deux portions de cheese takkarubi (チーズタッカルビ) ! Sachez qu’on ne peut commander qu’à partir de deux portions (une portion par personne) mais deux portions pour trois personnes est également possible. Tant que vous commandez d’autres plats à côté comme du tteokbokki (トッポッキ), du cheese kimchi jijimi (チーズキムチチヂミ), du kimchi (カクテキ) ou encore du concombre épicé au kimchi (きゅうりキムチ). Il y a du choix dans le menu pour découvrir ou redécouvrir la cuisine authentique du pays du matin calme. En effet, vous pouvez aussi déguster bœuf bulgogi (牛プルコギ), naengmyeon (水冷麺), japchae (チャプチェ), bibimbap (ビビンバ). Et enfin, il y a le plat que la maison vous recommande : le Karmegisal (カルメギサル), soit du « porc sagari » (豚サガリ), une partie rare puisqu’il s’agit du diaphragme et qu’on en trouve qu’en petite quantité. Toute cette bonne nourriture faite d’ingrédients de qualité vous coûtera en moyenne 3500¥.

Le personnel est à votre service et vous prépare soigneusement votre barbecue ou votre cheese takkarubi avant de vous laisser le soin de gérer vous-même la cuisson pour qu’elle s’accorde le mieux à vos goûts et vos envies ! Si le restaurant lui-même tente à proposer le Karmegisal, on retient le bon goût du cheese takkarubi fait de bons légumes, de patate douce et de viande tendre sur lesquels s’ajoute le fromage fondu, ainsi que le cheese kimchi jijimi où le mélange offre une nouvelle saveur appréciable. L’estomac est satisfait après le repas !

Sorekarumegi (ソレカルメギ)
Adresse : Shoei Building 206, 1-16-16 Okubo, Shinjuku-ku, Tokyo (東京都新宿区大久保1-16-16 祥栄ビル206)
Accès : Shin-Okubo Station (JR Yamanote Line)

• Mori Mori Sushi (もりもり寿司)

Il n’y a peut-être pas la mer aux environs de Kyoto (京都), ville entourée de montagnes, cela n’empêche pas d’y déguster de bons sushis ! De passage dans le quartier historique de Gion (祇園), parmi les nombreux magasins et centre commerciaux, se trouvent plusieurs restaurants de sushis. Situé près de OIOI Kyoto Marui, il y a entre autres Mori Mori Sushi (もりもり寿司), chaîne plutôt bien notée de kaitenzushi (回転寿司, littéralement « sushi tournant »), soit un restaurant où les sushis sont préparés et servis sur tapis roulant. C’est un peu la version « restauration rapide » des sushis. La qualité des sushis y est inférieure à celle des restaurants de grands maîtres sushis mais le prix y est aussi plus attractif !

Quoiqu’il en soit, chez Mori Mori Sushi il s’agit de bons poissons et fruits de mer frais qui sont livrés quotidiennement depuis les ports de Kanazawa (金沢) et Noto (能登). Dans le menu, on retrouve donc bien entendu le thon et le saumon, mais aussi des fruits de mer rares pêchés dans la mer du Japon tels que la crevette blanche. Le riz, le vinaigre, la sauce soja et le miso sont spécialement élaborés dans la région de Hokuriku (北陸地方). De nombreux sakés locaux de Hokuriku viennent compléter ces délicieux sushis.

Restaurant assez spacieux, il y a cependant un peu d’attente. Vous pouvez choisir entre un siège à table pour vous détendre en famille ou entre amis et un siège au comptoir pour déguster vos assiettes de sushis fraîchement préparés en regardant de près leur préparation par les cuisiniers. Sushi à la crevette, au saumon, à l’oursin, à l’anguille, au natto, au steak (oui, oui), Inarizushi, etc… il y a en effet du choix ! Matcha, gingembre et épices sont mis à disposition à chaque table.

A table ou au comptoir, les sushis défilent sous vos yeux, il n’y a qu’à se servir librement ! Et comme le fait un restaurant Uobei Genki Sushi, on peut également effectuer une commande spéciale par le biais d’une tablette et recevoir nos sushis sur un petit train… plus particulièrement sur un Shinkansen ! On peut enfin commander d’autres plats comme du chawanmushi (茶碗蒸し, littéralement « bol de thé à la vapeur », flan aux œufs contenant comme ingrédient peu commun, la graine du ginkgo et généralement du poulet et des crevettes), de la soupe miso et des desserts.

Environnement et service agréable, rapport qualité-prix satisfaisant, c’est une bonne adresse en matière de sushis !

Mori Mori Sushi Shijo-Kawaramachi (もりもり寿司 四条河原町店)
Adresse : Sumitomo Fudosan Building FOOD HALL 8F, Junpucho, Shimogyo-ku, Kyoto (京都府京都市下京区順風町 住友不動産京都ビル FOOD HALL 8F)
Accès : Kyoto-Kawaramachi Station (Hankyu-Kyoto Line) sortie 4, Gion-Shijo Station (Keihan Line) sortie 3

• Koya Chaya Wakyu (高野茶屋和久)

Petit café chaleureux et décontracté pour les personnes en voyage à Koyasan (高野山). Envie d’une petite pause à l’arrivée ou au moment de rentrer par le funiculaire ? Posez-vous à une table pour recevoir un café ou une boisson fraîche et pourquoi pas un dessert.

En cas de faim, des plats simples mais typiques sont aussi proposés : kitsune udon ou soba, niku udon ou soba, plat de tofu, riz… pour moins de 1 000¥ !
Petit mais convivial, il y a en plus une petite boutique si vous souhaitez repartir avec quelques souvenirs. Pour vos achats, le personnel vous offre un petit cadeau de remerciement !

Koya Chaya Wakyu (高野茶屋和久)
Adresse : 4-2 Koyasan, Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山4-2)
Accès : Koyasan Station (Koyasan Cable Car, Koyasan Nankai Rinkan Bus)

※ Dans ma vie Nippone

• 30 ans, ça se fête !

Comme je ne pouvais pas être auprès de la famille pour une grande fête, je suis allée un weekend à Tokyo pour célébrer ma nouvelle décennie entourée de mes précieux ami(e)s là-bas.

Restau, café, Izakaya… Bien manger et boire tout en profitant de ce plaisir de retrouver ces personnes importantes et de passer des heures à se raconter nos vies.
Je suis très heureuse à Hirakata mais c’est vrai que mes amis et ma « famille japonaise » de Tokyo me manquent beaucoup et avoir pu m’entourer d’eux pour mon anniversaire m’a fait grand plaisir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un peu nostalgique en retournant dans certains endroits où j’avais l’habitude d’aller et pas mal de stress en retrouvant la foule ultra bondée de Tokyo ! Je n’étais déjà plus habituée aux grandes gares noires de monde et aux trains remplis de passagers 😂.

Le weekend de trois jours est passé vite mais je suis rentrée avec une valise chargée de cadeaux, de messages touchants et surtout de beaux souvenirs !

• Kotatsu-san is back !

Avec l’arrivée du froid, les logements mal isolés du Japon deviennent eux aussi froids. Il était donc temps de se réchauffer en ressortant le kotatsu (炬燵) !

Bientôt trois ans que je l’ai et il fonctionne toujours aussi bien pour me réchauffer pendant les longues soirées d’hiver ! Encore merci à mon ex-colocataire de me l’avoir donné !

Un kotatsu, qu’est-ce que c’est ? Revenez sur cet article pour en savoir plus ;) !

• Christmas Party (クリスマスパーティー)

En avance oui. Mais quand on prévoit de rentrer en France pendant les fêtes on a pas d’autres choix que d’avancer le réveillon de Noël au Japon. Surtout que le Japon est le pays qui passe en mode Noël dès le lendemain d’Halloween… Alors pourquoi attendre plus longtemps ?

J’ai donc célébré en fin de mois Noël chez mon amie vietnamienne à Osaka avec des personnes de nationalités différentes. Au menu : des plats vietnamiens, un shortcake et des crêpes. Mon amie a préparé la plupart des plats et nous l’avons aidée. J’ai appris à préparer des nems et des rouleaux de printemps et j’ai découvert qu’au Vietnam, on mangeait aussi des baguettes avec du pâté ! Bien sûr ils se sont inspiré de la France ! Ce fut une très bonne découverte culinaire. Quant aux crêpes, c’est moi qui les ai faites et quel plaisir de pouvoir en manger ! Tout le monde s’est régalé ! Mon amie vietnamienne souhaite que je lui en prépare encore !

Soirée à la fois conviviale et internationale. Nous avons dîné, fait un jeu de société sur le thème de Doraemon et échangé des cadeaux.

J’ai pu passer une sympathique petite fête de Noël au Japon, ce qui m’est rarement arrivée étant donné qu’au Japon, ce n’est pas une fête aussi importante qu’en France. Grâce à mon amie vietnamienne qui est un vrai cordon bleu, j’ai dégusté de délicieux plats comme le Phở (フォー , plat constitué de nouilles de riz dans un bouillon de bœuf), les Nem rán (揚げ春巻き, les nems vietnamiens), les Gỏi cuốn (生春巻き, les rouleaux de printemps) et le Bánh mì (バインミー , le sandwich vietnamien fait de baguette de pain, de pâté et de crudités). Je vous recommande la cuisine vietnamienne, c’est vraiment très bon :) surtout quand c’est fait maison !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► Daniel Boone – Beautiful Sunday

1

► PA PA YA : Kimi no Nikki (octobre 2019)

Octobre ! Après le changement de saison, des typhons (pour certains violents) sont passés, le nouvel empereur japonais a effectué sa cérémonie d’intronisation pendant une journée pluvieuse, les enfants ont fêté Halloween dans les écoles et les plus grands se sont réunis déguisés dans les quartiers populaires et animés. On pense en premier à Shibuya bien sûr, devenu le grand lieu de rassemblement depuis quelques années alors qu’Halloween commençait à devenir populaire au Japon. Culture, traditions et divers événements ont fait d’octobre un mois plutôt mouvementé !

※ Les événements du mois

• Festival de sport scolaire (運動会)

Ce mois, les jardins d’enfants (幼稚園) et écoles primaires d’Hirakata (枚方市) ont organisé les Undou Kai (運動会), littéralement « rencontre sportive ». Il s’agit d’un festival de sport entre toutes les classes d’une même école, avec des compétitions et des jeux sportifs ainsi que des mini-spectacles devant le public composé des familles et des professeurs. Cela équivaut à peu près à nos kermesses d’école.

Ils se déroulent en général le samedi matin et durent en moyenne quatre heures. À l’ouverture, après le discours du directeur, toutes les classes réunies chantent l’hymne de l’école et du festival. Puis un petit échauffement avec le professeur de sport et on peut commencer !

Un programme est défini et les différentes classes passent à tour de rôle sur le terrain de sport. Une occasion pour les enfants de révéler leurs petits talents, leurs capacités sportives, développer leur esprit de compétition et de montrer fièrement à leurs parents ce qu’ils ont appris pendant plusieurs heures de répétitions. Parfois les familles des enfants s’affrontent aussi, ou bien parents et enfants ensemble. Le staff et les professeurs peuvent aussi participer à certains jeux !

Chaque école a son programme et c’est ce qui peut les démarquer ou faire leur réputation. Car face au vieillissement de la population et la diminution du taux de natalité, la concurrence se fait ressentir et tous les moyens, festivals sportifs inclus, sont bons pour convaincre les parents d’inscrire leurs enfants dans la bonne école.

À la fin, les enfants reçoivent en récompense une médaille et des cadeaux. Un dernier discours de remerciement par le directeur clôture l’événement.

C’est une journée chargée pour les enfants qui donnent toute leur énergie pendant chaque épreuve mais en général récompensée par une journée de repos le lundi suivant.

• Soirée d’échange international (国際交流会)

À l’occasion d’une soirée d’échange international (国際交流会), on se retrouve un samedi soir dans un Izakaya situé à Umeda, Osaka (大阪梅田). Un rassemblement pour deux heures d’ambiance festive et animée comme dans tout Izakaya typique, avec boisson à volonté (飲み放題) et nourriture japonaise en tout genre !

Pour cette occasion c’est sous forme de « course » (コース), soit un menu déjà décidé avec des plats servis les uns après les autres à plusieurs intervalles dans la soirée. Étant donné que le samedi soir, les Izakaya se retrouvent bondés, la sortie des plats est parfois un peu longue en raison du service occupé à prendre les commandes de boissons. Cependant, le contenu reste satisfaisant : gyoza cuits à la vapeur (水餃子), tebasaki (手羽先), brochettes d’œufs de caille frites (うずら串揚げ), pommes de terre frites (ポテトコロッケ), salade de nouilles udon (うどんサラダ), riz cantonais (炒飯) et des choux à la crème (シュークリーム) pour le dessert !

Étrangers et japonais réunis au nombre de 26 personnes sont installés autour de deux longues tables. On commence par une petite présentation, on trinque et on profite de cette sympathique soirée pour parler, faire connaissance, rire et s’amuser. Après deux heures de bon moment, il est temps de clore la fête et de se dire au revoir… Jusqu’à la prochaine soirée !

Enfin, pour certains, ce fut trop court alors en plus petit comité on part pour un Nijikai (二次会, deuxième partie de soirée) dans un autre Izakaya à proximité. Semblable au premier mais plus lumineux et tranquille. Le menu est varié et on se laisse tenter par des brochettes frites (串揚げ), du karaage (唐揚げ) et de l’okonomiyaki (お好み焼き) avec une dernière boisson !

À l’approche de l’heure des derniers trains, il est vraiment temps cette fois de clôturer la soirée et de rentrer le ventre bien rempli !

Izakaya Taketori Hana Monogatari HEP Navio (竹取花物語 居酒屋 HEPナビオ店)
Adresse : HEP Navio 6F, 7-10 Kakuda-cho, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区角田町7−10 HEPナビオ内6F)
Accès : Umeda Station (Midosuji Line, Hankyu Line, Hanshin Line), Osaka Station (JR Lines) sortie J4

Naniwa Aji Hiikiya HEP (なにわ味 贔屓屋 HEP通り店)
Adresse : 2-3F Lucky Building, 6-2 Kakuda-cho, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区角田町6−2 2~3F ラッキービル)
Accès : Umeda Station (Midosuji Line, Hankyu Line, Hanshin Line), Osaka Station (JR Lines) sortie J4

• Jidai Matsuri (時代祭)

Littéralement traduit en « Festival des époques », le Jidai Matsuri (時代祭) nous fait voyager dans le passé. Au fur et à mesure que la parade défile dans la rue, on redécouvre les différentes époques qui ont marqué l’histoire du Japon. Tenu pour la première fois en 1895, soit la 28ème année de l’ère Meiji (明治), ce festival est connu comme le grand festival du sanctuaire Heian Jingu (平安神宮) et l’un des trois plus importants festivals de Kyoto avec le Aoi Matsuri (葵祭) en mai et le Gion Matsuri (祇園祭) en juillet.

Exceptionnellement cette année, le festival a eu lieu le 26 octobre au lieu du 22 octobre, date d’anniversaire de la fondation de Kyoto. Petit à petit, à l’approche de l’heure du passage de la parade, les gens prennent place le long des rues du parcours qui s’étend sur cinq kilomètres environ, partant du palais impérial pour terminer au sanctuaire. La foule devient plus dense au point de départ et à l’approche du point d’arrivée.

Les habitants et voyageurs sont donc nombreux et encombrent les rues de Kyoto pour admirer le défilé de 1 000 années en deux heures, durant lesquelles Kyoto était la capitale nationale. De l’ère Meiji (明治時代) à l’ère Enryaku (延暦時代), environ 2 000 personnes défilent vêtus des vêtements et costumes des différentes époques, certains réincarnant des personnalités importantes, des nobles et aristocrates les plus remarquables de l’époque, telles que Sakamoto Ryoma.

À la tête du défilé se trouvent des personnalités telles que le gouverneur de la préfecture de Kyoto, le maire de la ville de Kyoto et le président du conseil municipal, transportés dans des calèches tirées par des chevaux dans le style du milieu du XIXème siècle. Il y a également une fanfare avec tambours et flûtes ainsi qu’une réincarnation des soldats qui se seraient battus avec les forces impériales.

Le dernier groupe clôturant le défilé reste le plus important en termes de rituels shinto. Un grand nombre de participants accompagnent et portent deux mikoshi contenant les esprits de l’empereur Kammu et de l’empereur Komei, respectivement le premier et le dernier empereur à régner à Kyoto.

Avec musiques traditionnelles, costumes réalistes et équipements anciens, ce sont deux heures d’histoire riche !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jidai Matsuri (時代祭)
Date : 22 octobre
Lieux : Sanctuaire Heian Jingu et aux alentours
Adresse : 97 Okazaki-nishi Tenno-cho, Sakyo-ku, Kyoto (京都市左京区岡崎西天王町97)
Accès : Jingu Marutamachi Station (Keihan Line) sortie 4, Higashiyama Station (Tozai Line)
Site internet : http://www.heianjingu.or.jp/festival/jidaisai.html

• Halloween à Universal Studios Japan (ユニバーサル・スタジオ・ジャパン ハロウィンイベント)

C’est bien connu, octobre se termine par le jour d’Halloween et au Japon, ça se fête dans beaucoup d’endroits, y compris bien sûr dans les parcs d’attractions ! Dans le lot, on choisit Universal Studios Japan et ses attractions temporaires effrayantes ainsi que ses zombies et autres créatures monstrueuses. Des sensations fortes pour toute la famille et des expériences d’horreur, frissonnez pendant Halloween Horror Nights !

Passez la journée entre les attractions permanentes populaires dans les différentes zones du parc : de Hollywood avec Hollywood Dream The Ride & Backdrop, en marche avant ou arrière avec de la musique pleins les oreilles, à New York où vous jouez les super-héros avec Spider-Man, en passant par une excursion à Jurassic Park où vous prenez votre envol dans The Flying Dinosaur, ou encore un petit tour dans le parc des Minions. Sans oublier un voyage direction Poudlard, là où la magie opère n’importe où, The Wizarding World of Harry Potter !

En vous baladant près des attractions pour enfants ou vers Universal Wonderland, vous croiserez peut-être Snoppy, Hello Kitty ou des Minions déguisés pour Halloween ! Les enfants peuvent participer à des jeux et animations et remporter des bonbons. Vous avez une petite faim ? Posez-vous dans les divers restaurants ou achetez de la nourriture à manger en marchant aux nombreux stands présents dans le parc ! Et en période d’Halloween, il y a des boissons et autres douceurs spéciales !

Puis à la tombée de la nuit, le parc plonge dans l’angoisse et la peur d’Halloween. Les zombies, les monstres, sortent et envahissent les allées du parc, effrayant les visiteurs sur leur passage. De temps en temps, quand des performances musicales ont lieu sur les différentes scènes du parc, c’est la Zombie De Dance qui met l’ambiance. La plus grande horde de zombies vous invite à danser et à prendre part au spectacle de danse acrobatique. Jusqu’à la fermeture, les visiteurs (certains vêtus aussi de costumes originaux pour l’occasion) frissonnent et se font peur.

Cette année, Halloween se fêtait du 6 septembre au 4 novembre. Le prochain événement à venir sera Noël bien sûr !

Universal Studios Japan (ユニバーサル・スタジオ・ジャパン)
Adresse : 2-1-33 Sakurajima, Konohana-ku, Osaka (大阪府大阪市此花区桜島2丁目1−33)
Accès : Universal City Station (JR Lines)
Site internet : https://www.usj.co.jp/e/

※ Les sorties et excursions du mois

• Yamadaike Park (山田池公園)

Profiter des derniers beaux jours pour se promener. Quoi de plus agréable qu’un parc paisible et tranquille. À Hirakata (枚方市), le parc Yamadaike (山田池公園) vous offre un petit parcours autour de son vaste étang (山田池) et avec ses forets de bambou et ses champs de fleurs, changeant au fil des saisons, et bien d’autres.

Sa superficie est si large qu’on peut y passer son après-midi à se promener, pique-niquer, faire des activités sportives ou se poser tranquillement pour lire ou se relaxer. Il y a différents jardins de fleurs, des petits ruisseaux et aires de jeux pour que les enfants s’amusent, la vallée de momiji (もみじ谷), où les feuilles d’automne y sont magnifiques, ainsi que le petit mais magnifique temple Myoji (明尾寺) avec sa cloche bouddhique tsurigane (釣り鐘).

Envie d’un barbecue ? Au BBQ Square (バーベキュー広場), endroit entièrement gratuit et basé sur le principe du premier arrivé, premier servi (pas de réservation d’emplacement) installez votre tente ou votre bâche, préparez vos ingrédients et faites-vous un barbecue entre amis ou en famille.

Enfin, divers événements comme des leçons de remise en forme (健康づくり教室), de taichi (太極拳) ou des récoltes de légumes (収穫体験会) ont lieu de temps en temps chaque mois. Selon les saisons, diverses expositions de fleurs sont présentées. Au parc Yamadaike, on ne s’ennuie jamais !

Yamadaike Park (山田池公園)
Adresse : 1-1 Yamadaike Kouen, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市山田池公園1−1)
Accès : Fujisaka Station (JR Line) sortie nord
Site internet : http://yamadaike.osaka-park.or.jp/

• Kitakawachi Cycle Line (北河内サイクルライン)

Hirakata a beau être une ville assez vaste, elle reste assez campagnarde avec beaucoup de verdure comparé aux grandes villes voisines. Ça en fait un avantage pour ceux qui aiment la nature et respirer un air frais.

Si vous aimez la promenade ou le vélo, empruntez à pied ou à vélo le circuit Kitakawachi (北河内サイクルライン). Cette piste cyclable circulaire d’une distance de 45,5 km qui débute à Tsurumi Ryokuchi (鶴見緑地), passe par les rivières Yodo (淀川) et Hoga (穂谷川), la deuxième route Keihan (二京阪道路) pour enfin revenir à son point de départ, Tsurumi Ryokuchi (鶴見緑地).

Un parcours agréable et à la portée de tous, avec quelques surprises sur son chemin, des espaces verts pour se reposer, des parcs, des sites historiques et culturels et de beaux paysages à admirer.

• Osaka Ikuno Korean Town (大阪・生野コリアタウン)

Comment profiter de la Corée, de sa nourriture délicieuse et de ses ruelles animées par les musiques populaires de K-pop quand on vit dans le Kansai ? Sans avoir à acheter un billet d’avion pour Séoul, rendez-vous du côté de Tsuruhashi (鶴橋), à Ikuno Korean Town (生野コリアタウン), le quartier coréen d’Osaka !

En sortant de la station Tsuruhashi, vous avez déjà un pied en Corée ! L’esprit du pays du matin calme est présent dans la shoutengai de Tsuruhashi (鶴橋商店街, rue commerçante couverte comme on en trouve souvent au Japon) qui regorge de boutiques et petits restaurants typiques de la Corée où vous pouvez acheter kimchi et autres produits coréens en vrac, manger sur place ou prendre à emporter les petits plats populaires et street food comme le odaeng (오댕, gâteau de poisson), le tteokbokki (떡볶이, gâteaux de riz courts et épais dans une sauce pimentée), les kimbap (김밥, les maki coréens), le jijimi (지짐이, crêpe coréenne), le japchae (잡채, plat à base de nouilles de patates douces mélangé avec divers légumes) ou encore le hotteok (호떡, pancake coréen). L’atmosphère, l’odeur de la nourriture et les marchands incitant de vive voix les clients à venir dans leur commerce réveille votre estomac et vous êtes tenté de déguster toute cette délicieuse nourriture vendue à des prix attractifs ! Pour se poser dans un endroit plus spacieux et savourer un bon barbecue coréen accompagné d’autres plats divers, il y a aussi des restaurants proposant ce menu !

D’autres shoutengai à proximité cachent des petits commerces, cafés et boutiques coréennes et quelques mètres plus au sud, vous rejoignez l’entrée du quartier coréen Ikuno Korean Town. Les musiques des groupes de K-pop populaires résonnent dans la rue, les magasins de vêtements et de cosmétiques proposent des produits importés avec parfois des promotions, et encore et toujours, les cafés de desserts coréens et les petits commerces de street food attirent la population le plus souvent composée de jeunes qui font la queue pour s’offrir là aussi soit des kimbap, des tteokbokki ou entre autres le fameux potato cheese corn dog chez Jongno Cheese Hatogu bien gourmand en fromage !

C’est la Corée comme si vous y étiez ! Aussi bien les ressortissants coréens que les japonais ou même occidentaux s’y rendent pour tout type de nécessités, il y a de tout : restaurants, magasins de kimchi, cosmétiques, vêtements et accessoires, supermarchés, boutiques de K-pop… pour un total de 120 commerces accueillant plus de 100 millions de visiteurs chaque année. Vous voulez profiter davantage de bons prix dans vos emplettes ? Sur le site internet du quartier, obtenez divers coupons et réductions proposés par les différents commerces. Enfin, vivez et expérimentez la culture coréenne avec le festival annuel du quartier, Ikuno Korean Town Matsuri. durant lequel les visiteurs peuvent admirer diverses performances comme danses K-pop ou encore musique et danses traditionnelles.

Osaka Ikuno Korean Town (大阪・生野コリアタウン)
Adresse : 4-5-15 Momodani, Ikuno-ku, Osaka (大阪府大阪市生野区桃谷4丁目5−15)
Accès : Tsuruhashi Station (JR Line, Kintetsu Line, Sennichimae Line) sortie est
Site internethttp://ikuno-koreatown.com/

※ Les restau et cafés du mois

• Lumbini (ルンビニ)

À la recherche d’un bon restaurant indien, à Hirakata (枚方市), ils sont moins nombreux qu’à Tokyo mais dans ce petit nombre, on en trouve des aussi bons !

Le restaurant et café indien Lumbini (ルンビニ) en fait partie. Issu du groupe Milan・Lumbini (ミラン・ルンビニ), il existe moins d’une dizaine de restaurants dans les préfectures d’Osaka (大阪府), Kyoto (京都府) et Nara (奈良県). Celui d’Hirakata est assez spacieux et lumineux, décoré à l’image de l’Inde et diffusant de la musique indienne en tout genre. Dans le personnel, indiens mais aussi japonais sont présents.

Le midi, le restaurant vous propose 3 types de menu midi contenant nan, curry et salade avec en plus, selon le type de menu choisi, du poulet tandoori, un deuxième plat de curry, un dessert pour des prix allant de 830¥ à 1000¥. Il y a aussi un menu enfant et un menu spécial avec salade, soupe, deux plats de curry, poulet tandoori, nan, dessert pour 1300¥. Plus classique, on retrouve le curry accompagné d’une généreuse portion de riz et du katsu curry, respectivement pour 700¥ et 800¥. Tout ça sachant que vous pouvez commander du nan à volonté !

Le soir, d’autres menus sont proposés pour un peu plus cher mais avec plus de contenu et des menus spécial famille. À la carte on retrouve le meilleur de la cuisine indienne et une variété de curry : le populaire curry au poulet, curry aux légumes, aux épinards, à la noix de coco, aux fruits de mer… Mais attention dans les menus, le choix est imposé entre poulet, épinards, légumes ou le curry du jour !

Quand vous passez commande, vous choisissez le niveau de piment, allant de 0 (doux) à 6 (très très épicé). Ça devient vraiment piquant à partir du niveau 4. Et en ce jour férié où nous prenons table, la boisson et/ou le dessert sont offerts gratuitement. Pour changer de type de nan, ajoutez 200¥ en plus. Vous avez le choix entre cheese nan, nan aux oignons, au sésame ou… à la patate douce mais attention cette dernière n’est disponible qu’en quantité très limitée !

Dans le menu choisi et servi rapidement, le curry du jour est le curry au potiron et okura. Les plats de curry sont un régal avec le piment dosé comme demandé, le fromage contenu dans le cheese nan est bien coulant. Les portions sont un peu plus grosses qu’un restau indien en pleins Tokyo pour un prix équivalent.

Ambiance agréable, service efficace, plats délicieux et consistants. C’est un plaisir de venir manger dans ce restaurant ! Et pour vous donner envie d’y revenir, au moment de régler l’addition, vous recevez un coupon que plusieurs personnes peuvent se partager ! Au choix : boisson gratuite le midi ou réduction de 10% le soir !
Testé, approuvé et recommandé à 100% !

Lumbini Hirakata (ルンビニ枚方店)
Adresse : 1-2231 Shodai Kitamachi, Hirakata, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2231)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : http://www.milan-lumbini.com

• Hakuundai (白雲台)

De passage dans le quartier coréen, pour profiter pleinement de la cuisine authentique coréenne, rien de tel qu’un bon barbecue chez Hakuundai (白雲台) ! Les plats et les divers kimchi sont fait maison afin de satisfaire pleinement la clientèle. Pour la viande, il s’agit principalement de bœuf japonais soigneusement sélectionné et originaire de Sendai ou Saga.

Composé de plusieurs étages, les tables sont assez espacées et certaines situées dans des pièces plus tranquilles, permettant au client de profiter d’un bon barbecue dans une atmosphère conviviale, comme à la maison. Les plats sont servis rapidement et une fois votre viande prête, à vous de jouer et de la passer sur le grill ! Comptez en moyenne 1500¥ pour les plats de viande et le double si vous souhaitez une qualité supérieure !

Déception cependant si on souhaite accompagner notre viande de kimbap ou tteokbokki… Ces petits plats populaires ne sont pas proposés dans le menu. Il faudra se contenter de kimchi, jijimi, soupe, namul (plats d’accompagnement faits de végétaux assaisonnés), japchae, et bien d’autres ! Il est possible de commander les plats à la carte (単品) ou en menu (定食). Plusieurs menus sont affichés, avec plusieurs plats consistants inclus (au nombre de presque dix assiettes). Leurs prix est élevé mais les plats peuvent être partagés entre plusieurs personnes. Après tout, un barbecue, ça se partage toujours et en Corée, on aime partager les grands plats !

Hakuundai Tsuruhashi (白雲台 鶴橋駅前店)
Adresse : 5-25 Shimoajihara-cho, Tennoji-ku, Osaka (大阪府大阪市天王寺区下味原町5−25)
Accès : Tsuruhashi Station (JR Line, Kintetsu Line, Sennichimae Line), sortie principale
Site internet : http://www.hakuundai.com/

• Yonine Korean Restaurant (韓国家庭料理ヨンイネ)

Un petit restaurant de quartier comme on en trouve en Corée ! Mélange entre épicerie et pojangmacha, on peut acheter des plats et divers kimchi à emporter ou s’installer à une table ! Envie de kimbap, de tteokbokki ou de odaeng ? Il y a de tout !

Épicerie au rez-de-chaussée et restaurant au premier étage, si vous consommez sur place, vous pouvez éviter le bruit de la foule et manger dans une atmosphère tranquille et chaleureuse. L’inconvénient peut-être serait que le personnel oublie parfois sa clientèle installée à une table et apporte les plats commandés avec du retard ! Le personnel étant composé de coréens, la communication est parfois difficile et, les bonnes manières n’étant pas toujours les mêmes, manque de tact et d’amabilité. Si un client demande de l’eau à la place d’un verre de thé, on lui refuse catégoriquement !

Les divers kimchi proposés et les plats servis sont assez bons en globalité mais sans plus ! On trouvera toujours meilleur ailleurs !

Yonine Korean Restaurant (韓国家庭料理ヨンイネ)
Adresse : 3-15 Higashiobase, Higashinari-ku, Osaka (大阪府大阪市東成区東小橋3丁目15)
Accès : Tsuruhashi Station (JR Line, Kintetsu Line, Sennichimae Line) sortie est

• Ramen Kairikiya (ラーメン魁力屋)

On peut trouver de bons restaurants de ramen à Kyoto ! Ramen Kairikiya (ラーメン魁力屋) est l’une des chaines populaires de la préfecture, son plat numéro un étant le ramen à la sauce soja (醤油ラーメン). On retrouve aussi dans le menu le ramen salé (塩ラーメン), le miso ramen épicé (辛みそラーメン) et d’autres plats en édition limitée comme par exemple le Umakara Maze Soba (旨辛まぜそば). Il est possible de demander un supplément d’œufs, de viande ou de légumes à chaque bol de ramen et sauces, herbes et épices sont disponibles à table en libre-service.

Les bols, de taille moyenne (並), large (大) ou extra-large (特大) pour certains coûtent entre 650 et 1130¥ environ et peuvent être consommés seuls (単品) ou en menu (定食) avec du riz, du karaage (唐揚げ), du chicken katsu (チキンカツ), des gyoza (餃子) pour un supplément de 250¥ en moyenne.

Les tables et comptoirs sont spacieux mais la superficie du restaurant reste assez petite, limitant le nombre de sièges. En cas d’affluence, souvent le weekend ou à l’heure de la pause déjeuner, il y a donc un peu d’attente. Mais l’attente en vaut la peine car une fois bien installée, dans une ambiance sympa et détendue avec de la bonne musique et un personnel agréable, la commande arrive rapidement.

Les bols de ramen et soba sont savoureux et consistants. Les plats en édition limitée sont à tester absolument, ils réservent de bonne surprises pour les papilles ! Mais les accompagnements dans les menus ne semblent pas être le meilleur du restaurant. Si les gyoza sont jugés délicieux, le chicken katsu semble avoir baigné trop longtemps dans l’huile, ayant un gout fade ou plutôt un gout de cramé. Cela ne reste qu’un petit détail. Globalement, on mange bien pour le prix et avec la carte de fidélité, on peut cumuler les tampons et obtenir des réductions. De quoi nous donner l’envie d’y revenir !

Ramen Kairikiya Kawaramachi Sanjo (ラーメン魁力屋 河原町三条店)
Adresse : 1F Hijikata Building, 435-2 Ebisu-cho Kawaramachi Sanjo, Nakagyo-ku, Kyoto (京都府京都市中京区河原町三条ル 恵比須町435番地2 ヒジカタビル1F)
Accès : Sanjo Station (Keihan Line, Tozai Line) sortie 7
Site internet : http://www.kairikiya.co.jp/tenpo/004sanjokawaramati/

• Umezono (梅園)

Kyoto, ville traditionnelle et ville du thé, du matcha et desserts japonais incontournables à base de mochi, dango, haricots rouges… Il est inconcevable de passer à Kyoto sans effectuer un arrêt dans un café proposant ces délicieuses saveurs ! Où en déguster de qualité dans une atmosphère simple et traditionnelle ? Prenez table à Umezono (梅園) !

Chaîne de café réputée et implantée dans plusieurs quartiers de Kyoto, il y a souvent une longue attente pour avoir une table. Une variété de desserts sont proposés et souvent accompagné de mitarashi-dango (みたらし団子, boulettes de riz et mochi couvertes de sauce soja sucrée). Il est aussi possible de prendre en menu avec une boisson sachant que du thé est servi à volonté. Vous n’aimez pas attendre ? Vous pouvez aussi prendre votre commande à emporter !

Les menus et desserts diffèrent selon les cafés mais contiennent tous du matcha, du mitarashi-dango, du warabi mochi (わらび餅) ou encore du zenzai (ぜんざい, soupe de haricots rouges). A vous de choisir selon vos préférences. En tout les cas, le plateau est consistant ! Le mitarashi-dango, dessert originaire de Kyoto et inclus dans la plupart des menus, est d’une qualité et d’un gout bien meilleur que ceux qu’on trouve dans les festivals ou les supermarchés et sont servis bien chauds ! Un double, voire triple dessert qui remplit à coup sûr l’estomac en cas de petit creux !

Umezono Sanjo (梅園 三条店)
Adresse : 526 Tenshojimae-cho, Nakagyo-ku, Kyoto (京都府京都市中京区天性寺前町526)
Accès : Sanjo Station (Keihan Line, Tozai Line) sortie 7, Kyoto Shiyakusho-mae Station (Tozai Line)
Site internet : http://www.umezono-kyoto.com

※ Dans ma vie Nippone

• J’ai 30 ans

J’ai 30 ans.
J’en suis où ?

Ces derniers mois, des personnes chères à mon cœur m’ont quittée. Certaines que je considérais importantes mais qui m’ont trahie ou laissée tomber, je les ai définitivement rayées de ma vie. Je n’ai pas été en bonne santé.
Je n’ai toujours pas trouvé ma moitié, je n’ai pas encore fondé de famille et pour maintenant je me dis que ça n’arrivera probablement jamais. Je compense en profitant un maximum, entre excursions et voyages qui m’offrent d’extraordinaires découvertes et qui me font réaliser que la vie est quand même chouette !
J’ai appris à garder le moral, à me fixer des objectifs quotidiens pour garder la motivation. J’ai affronté seule beaucoup de choses que je pense certaines personnes ne seraient pas capable d’affronter. J’ai appris à me débrouiller seule parce qu’on ne peut pas toujours compter sur les autres.

Donc à 30 ans, je n’ai pas une vie de rêve, je ne vis pas dans le luxe mais j’ai la patate et la force de me battre.

J’ai 30 ans et ce changement de dizaine arrive au moment où j’ai tourné la page pour commencer un nouveau chapitre. Renaître. Et à l’heure où j’écris ces lignes, cette nouvelle vie me satisfait, je ne regrette pas d’avoir sauté le pas alors que le risque de se louper était présent. Bien sûr, des moments de mou et des problèmes font surface de temps en temps mais c’est normal n’est-ce pas ? J’ai plus de courage pour les affronter et je n’oublie pas mes buts à atteindre.

Donc aujourd’hui, jour de mes 30 ans, mon Daruma peut obtenir son deuxième œil ! Ne baissez jamais les bras. La vie est parfois injuste mais les personnes fortes sont celles qui ont le courage de se battre et qui se débrouillent ! Tant que c’est réaliste, vos rêves peuvent devenir réalité.


♫ Un article = Une chanson ► BABYMETAL – PA PA YA!! (feat. F.HERO)

0

► The Crown : Kimi no Nikki (septembre 2019)

Septembre, c’est la transition entre l’été et l’automne. Le climat devient petit à petit de plus en plus supportable et on profite des derniers festivals quand ceux-ci ne sont pas annulés ou perturbés par des typhons.
Enfin, septembre est un mois de changement ! Pour Kimi no BLUE TRAVEL en tout cas ! La vie dans le Kansai débute officiellement ! C’est parti pour une autre aventure avec de nouvelles découvertes et de nouvelles rencontres !

※ Les événements du mois

• Kitazawa Hachiman Jinja Festival 2019 (2019年北澤八幡神社例大祭)

Vous croyez que les festivals sont finis en septembre ? Détrompez-vous ! Il y en a encore ! Et en voici un à ne pas manquer : grand festival annuel du sanctuaire Kitazawa Hachiman qui se trouve dans le quartier de Shimokitazawa. A l’approche de l’automne, le dieu du sanctuaire Kitazawa Hachiman, sanctuaire historique de plusieurs centaines d’années, fondé au cours de l’année de la civilisation de la période Muromachi, est placé dans un mikoshi (御輿) pour aller bénir les habitants et commerçants du quartier.

L’année dernière, le festival était présenté à travers les yeux d’un spectateur. Cette année, on revit le festival en tant que participant et porteur d’un des mikoshi (御輿) !

Ça commence dès le matin, quelques heures avant le début officiel des festivités. Chaque mikoshi (御輿) assigné aux différentes zones du quartier, est préparé par les prêtes. Ils placent d’abord la relique du sanctuaire, incarnation physique du dieu, dans le mikoshi. Ils portent pour cela des masques et des gants pour ne pas le souiller. Le prêtre principal prononce ensuite les incantations sacrées et appelle le dieu à s’incarner dans le mikoshi avant de le sceller.

A chaque mikoshi son groupe de porteurs, distingué par le kanji au dos de la veste happi (ハッピ). Cette fois, on participe en tant que membre du groupe Shinno Mutsumi (新野睦) ! Le mikoshi une fois prêt, les porteurs et organisateurs se rassemblent autour pour le premier verre de saké à boire pour se purifier. Le grand chef fait un petit discours d’ouverture et donne le départ pour porter le mikoshi et suivre le parcours défini. Il est 9h30, le festival a officiellement commencé tandis que les premiers commerces ouvrent leurs portes.

Le mikoshi se déplace dans les petites ruelles de sa zone, encore un peu tranquilles, seuls le son des sifflets des organisateurs, qui motivent et guident les porteurs en rythme, et les chants et exclamations de motivation des porteurs animent les environs. Après ce premier effort, une pause s’impose avec un curry bien chaud et du thé frais ! La course reprend trente minutes plus tard et en fin de matinée, c’est le rassemblement de tous les mikoshi dans l’avenue menant au sanctuaire. Les mikoshi se suivent les uns les autres jusqu’à l’enceinte principale du sanctuaire. La montée des marches est rude et chaque groupe redouble d’efforts, les porteurs se donnent le relais pour porter à tour de rôle le mikoshi pour atteindre le point d’arrivée. C’est l’heure de faire une nouvelle pause !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ça repart dans l’après-midi. Les mikoshi se dispersent dans leur zone attitrée et ne se réuniront plus jusqu’à la fin du festival. On profite d’un autre en-cas dans l’après-midi pour tenir jusqu’à 20h00. Les derniers mètres, les dernières minutes semblent interminables. Les porteurs agitent le mikoshi, le balancent tout en continuant de scander de vive voix les incantations au rythme des sifflets. A la fin, le mikoshi est soulevé plusieurs fois, un nombre qui semble infini, le grand chef insistant pour répéter sans abandonner. Et enfin après des heures passées, des kilomètres parcourus, beaucoup d’efforts et d’énergie dépensés, c’est le discours final et les remerciements pour le travail fourni. On applaudit et on peut clôturer la fête comme il se doit !

La petite fête de clôture et très animée et conviviale. Rassemblés autour d’un gros bidon de saké, on en boit à tour de rôle dans un large récipient en bois. Servi par le chef, par deux on transporte le saké au même rythme qu’on portait le mikoshi et avec les encouragements des autres porteurs. On s’avance vers les organisateurs qui doivent toucher le récipient pour nous donner l’autorisation de boire… cul sec ! Et on boit, on boit, jusqu’à la dernière goutte ! Les derniers instants sont enfin consacrés à un dernier gros repas pour se remettre de cette journée chargée !

Une expérience inoubliable où même un non-japonais peut se sentir intégré et considéré comme un membre de la famille ! Car oui, dans un groupe de porteurs de mikoshi, vous êtes comme en famille !

Résumé du groupe Shinno Mutsumi (新野睦) lors du festival en vidéo : 2019年北澤八幡神社例大祭 新野睦会

Hachiman Jinja Festival (北澤八幡神社例大祭)
Dates : premier samedi de septembre et le dimanche suivant
Lieu : Hachiman Jinja (北澤八幡神社)
Adresse : 3-25-3 , Setagaya-ku, Tokyo (東京都世田谷区代沢3-25-3)
Accès : Shimokitazawa Station (Odakyu Line, Keio Inokashira Line) sortie sud 1
Site internet : https://setagaya.guide/events/kitazawa-hachiman-shrine-annual-festival/

• Soirée franco-japonaise à Osaka (フランスパーティー大阪)

Vous êtes français(e) ? Vous êtes japonais(e) ? Vous voulez rencontrez des français(e)s et japonais(e)s ? Vous voulez parler en français et en japonais ? Basée à Osaka, mais aussi Tokyo, la communauté France Party (フランスパーティー) organise tous les samedis une soirée franco-japonaise réunissant japonais et étrangers expatriés au Japon. Bien que ce soit appelé soirée « franco-japonaise », des personnes de toutes nationalités se joignent à l’événement !

La fête se déroule dans une petite salle et dure environ deux heures et demie avec boisson à volonté et pizza ! Mais pour cela, comptez 2 000 ¥ pour les femmes et les hommes étrangers, 3 000 ¥ pour les hommes japonais. Si vous amenez un(e) ami(e) non-japonais(e) vous pouvez recevoir une réduction de 500 ¥. C’est une soirée simple avec un fond musical durant laquelle les personnes discutent et font connaissance. Une bonne occasion de rencontrer du monde quand on est nouveau dans le quartier et de pratiquer le japonais !

France Party Osaka (フランスパーティー大阪)
Date :
le samedi de 19h00 à 22h00
Adresse :
Sazan Building 4F, 3-4-8 Minami Honmachi, Chuo-ku, Osaka (大阪府大阪市中央区南本町3-4-8 サザンビルディング4階)
Accès :
Honmachi Station (Chuo Line, Midosuji Line, Yotsubashi Line) sortie 9
Tarifs :
2 000 ¥ (femme et homme non-japonais) 3 000 ¥ (homme japonais)
Site internet : http://franceparty-osaka.com/

• Meetup Card game & ️Language Exchange in Umeda

Envie de rencontrer et de discuter avec des personnes venues de divers horizons ? Avec les événements Meetup, c’est possible !

Meetup, qu’est-ce que c’est ? Beaucoup connaissent déjà sans doute. Ce site permet de créer différents groupes de personnes qui partageraient des centres d’intérêts communs et voulant faire de nouvelles rencontres et partager ses centres d’intérêts (amicales en priorité, ce n’est pas Meetic).

Rejoignez un ou plusieurs groupe qui vous correspondent et situés près de chez vous pour rester connecté et suivre ses activités. Ces groupes organisent des rassemblements et des sorties dans plusieurs lieux (cafés, restaurants) pour des séances de discussions, d’échanges et de jeux. A travers le site, prévenez de votre participation.

C’est le week-end, c’est samedi ! On se joint au groupe [KSC] Kansai Sightseeing Club pour leur rendez-vous bimensuel [Cafe 英会話] Card game & ️Language Exchange à Umeda (Osaka).

Ça se passe à &COFFEE MAISON KAYSER, une chaîne de café situé un peu partout au Japon et possédant une petite boutique vendant pains, viennoiseries et pâtisseries. Situé dans Hankyu Sanbaigai (阪急三番街), le café possède son comptoir au milieu d’un food court entouré de nombreux restaurants. Une atmosphère animée et un lieu très fréquenté le week-end. Un cadre idéal pour un événement Meetup en toute sécurité. La participation est gratuite pour les étrangers mais vous payez votre consommation.

Autour d’une tasse de café, le rendez-vous Meetup commence par une partie de jeux de cartes et se poursuit par une séance de conversation sur divers sujets, d’abord en anglais et ensuite en japonais ! On échange régulièrement les places à table, ainsi tout le monde peut communiquer avec tout le monde et être bien intégré dans le groupe.

A la fin, ceux qui ont du temps libre restent un peu plus longtemps pour déjeuner ensemble sur place et prolonger un peu plus la conversation. Il y a l’embarras du choix avec fast-food, nourriture japonaise, chinoise, occidentale à des prix raisonnables ! Par exemple il y a Miyatake Sanuki Udon (宮武讃岐うどん) dont le premier restaurant a ouvert en avril 2010 à Takamatsu, dans la préfecture de Kagawa (Shikoku). On y sert de délicieux bols de nouilles udon fraîchement réalisés par son personnel expérimenté et que vous pouvez accompagner de karaage ou de divers tempura ! En prenant votre commande vous pouvez d’ailleurs observer les cuisiniers en train de confectionner les nouilles udon de A à Z !

&COFFEE MAISON KAYSER
Adresse : B2F Hankyu Sanbaigai Bâtiment Nord, 1-1-3 Shibata, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区芝田1-1-3 阪急三番街 北館 B2F)
Accès : Hankyu Umeda Station (Hankyu Line), Osaka Station (JR Lines), Umeda Station (Midosuji Line)
Site internet : http://maisonkayser.co.jp

Miyatake Sanuki Udon (宮武讃岐うどん)
Adresse : Umeda Food Hall, B2F Hankyu Sanbaigai Bâtiment Nord, 1-1-3 Shibata, Kita-ku, Osaka (大阪府大阪市北区芝田1-1-3 阪急三番街 北館 B2F ウメダフードホール)
Accès : Hankyu Umeda Station (Hankyu Line), Osaka Station (JR Lines), Umeda Station (Midosuji Line)
Site internet : http://www.miyatakeudon.com/

※ Les sorties et excursions du mois

• Shorenin Temple (青蓮院門跡)

Un temple avec un jardin paisible et agréable à découvrir en fin d’été à Kyoto ! Le temple Shorenin (青蓮院門跡) est l’un des cinq temples Monzeki (門跡) de la secte Tendai (天台宗) à Kyoto incluant donc les temples Shorenin (青蓮院門跡), Myohoin (妙法院), Sanzenin (三千院), Manshuin (曼殊院門跡) et Bishamondo (毘沙門堂門跡). Les prêtres bouddhistes de ces temples appartenaient à la famille impériale. Le temple Shorenin faisait autrefois partie du temple Enryaku (延暦寺) sur le mont Hiei (比叡山), qui est le temple principal de la secte bouddhiste Tendai.

Retirez vos chaussures et aventurez-vous d’abord dans les différentes pièces en tatamis décorées d’œuvres d’art traditionnelle. En premier, découvrez la salle Kacho-den (華頂澱) contenant des des peintures de fleurs de lotus de l’artiste Kimura Hideki avant de vous poser quelques minutes au bord vers l’extérieur. Faisant face à la pièce à vivre Kogosho (小御所) qui était autrefois la pièce du prêtre principal, et offrant une vue sur le jardin avec le petit étang Ryujin (龍心池) ainsi que les autres bâtiments, c’est agréable de s’y poser pour se relaxer, étudier ou lire un livre. Bien mieux et plus tranquille que dans un simple café !

Enfin, promenez-vous dans le reste de l’enceinte du temple, passant par les jardins de Kirishima et Soami, la cascade Sensi qui s’écoule depuis le mont Awata, la cloche bouddhique et la salle de cérémonie de thé.

Si le temple est principalement ouvert en journée, des visites nocturnes spéciales et des spectacles de lumière sont également organisés tous les ans au printemps et en automne. A quelle occasion ? Le temple Shorenin étant dédié au Shijoko Nyorai (Bouddha) qui signifie la lumière elle-même, et Fudomyo-o, une de ses incarnations la Lumière y est considéré comme divine.

Le spectacle de lumière est artistiquement élaboré avec divers instruments d’éclairage. Pendant le spectacle, on peut également visiter les intérieurs du temple et se promener dans le jardin éclairé. L’endroit semble se transformer en un monde mystérieux : arbres et fleurs s’estompent dans l’obscurité et les différents monuments du temple s’illuminent majestueusement.

Intéressée par les temples bouddhistes et les jardins réputés pour leur élégance, n’hésitez pas à visiter Shorenin ainsi que les autres temples Monzeki.

Shorenin Temple (青蓮院門跡)
Adresse
: 69-1 Awadaguchi Sanjobo-cho, Higashiyama-ku, Kyoto (京都府京都市東山区粟田口三条坊町69−1)
Accès : Higashiyama Station (Tozai Line)
Tarif : 500 ¥ (adulte) 400 ¥ (enfant)
Site internet : http://www.shorenin.com/

※ Les restau et cafés du mois

• Café Bistrot Bons Morceaux (カフェ・ビストロ・ボンモルソー)

Kyoto étant de plus en plus fréquenté par des touristes et de plus en plus d’expatriés s’y installant, les restaurants de cuisine exotique et occidentale ne sont pas difficiles à trouver. Y compris les restaurants et bistrots français ! On teste pour une première fois le café bistrot Bons Morceaux à l’heure du déjeuner, situé près de Potoncho (先斗町).

Lieu chaleureux et décontracté, le restaurant est animé par des titres rétro français et décoré de divers œuvres, photographies, cartes à l’image de la France. Mais hélas, aucun personnel français et les serveurs japonais ne parlent pas français non plus. Et en tant que bistro, l’éclairage se veut minimal. On aurait même tendance à penser qu’il fait un peu trop sombre.

Côté cuisine, c’est la cuisine traditionnelle lyonnaise qui est à l’honneur et qui régale la clientèle ! Il est d’ailleurs conseillé de réserver une table car elles sont très vite occupées. La charcuterie artisanale et les plats sont réalisés par le chef et propriétaire japonais Kubo Masaki (久保正樹), certifié depuis 2013 par le label 5A, soit l’Association amicale des amateurs d’andouillette authentique, qui regroupe des professionnels des métiers de bouche et de l’univers de la table.

A l’heure du déjeuner, vous avez le choix entre plusieurs menus contenant un plat seul ou accompagné de boisson, entrée et/ou dessert au prix variant de 1 200 à 2 000 ¥. Ou bien, il est aussi possible de commander à la carte. On se laisse tenter par une assiette de charcuterie en entrée avec pâté en croûte, foie gras, rillettes dressés sur une salade et des lentilles accompagnés par une moelleuse tranche de pain de campagne. Pour le plat, on opte pour un hachis parmentier bien chaud. Les assiettes sont bien présentées et introduites par les serveurs. Mais ceux-ci semblent oublier que les français aiment prendre leur temps quand ils mangent pour savourer chaque bouchée ! Si bien qu’ils ont tendance à vouloir vous débarrasser alors qu’il reste encore de la nourriture dans l’assiette !

Hormis ce bémol, les plats sont un régal et les prix (en moyenne 1 200 ¥) restent assez raisonnables pour de la cuisine française. Si vous êtes en manque de bons plats lyonnais et de charcuterie, prenez-vous un déjeuner dans ce café bistrot !

Café Bistrot Bons Morceaux (カフェ・ビストロ・ボンモルソー)
Adresse : (京都府京都市中京区恵比須町534-18 ステラム 1F)
Accès : Sanjo Station (Keihan Line) sortie 7, Kyoto Shiyakusho-mae Station (Tozai Line) sortie 1
Site internet : http://www.bonsmorceaux.jp/

• Dotonbori Ichiaki (道頓堀一明)

Que ce serait regrettable de passer par Osaka (大阪) sans manger de l’Okonomiyaki ! Surtout que les restaurants ne manquent pas ! Une bonne raison de vous rendre dans la rue animée de Dotonbori (道頓堀), destination principale pour découvrir la gastronomie de la ville d’Osaka.

Connaissez-vous l’okonomiyaki (お好み焼き) ? Composé des mots okonomi (お好み, ce que vous aimez) et yaki (焼き, grillé), il s’agit d’un plat japonais composé d’une pâte (mélange de farine, œuf et dashi) qui enrobe les ingrédients découpés en petits morceaux, principalement du chou puis d’autres variables selon les restaurants ou les goûts de chacun, le tout étant cuit sur une plaque chauffante en fer, appelée teppan (鉄板).
C’est un plat typiquement japonais n’ayant pas vraiment d’équivalent occidental, souvent comparé à la pizza, à la crêpe ou encore à l’omelette. Il est souvent servi dans des restaurants spécialisés, où il est parfois possible de réaliser son okonomiyaki soi-même en utilisant le teppan intégré à la table.

A Osaka, face à ma rivière Dotonbori, optez pour la saveur unique des okonomiyaki de Ichiaki (一明) ! Chez ce restaurant populaire, les okonomiyaki sont fait d’ingrédients de qualité minutieusement sélectionnés et grillés par des professionnels, leur offrant une texture croustillante à l’extérieur et tendre à l’intérieur. Leur prix varie entre 885 ¥ et 1 400 ¥ environ.
Dans le menu, retrouvez également tonpeiyaki (omelette contenant principalement du porc, du chou et des oignons verts, enroulée et de forme ovale) à 518 ¥, yakisoba entre 865 ¥ et 1 200 ¥ environ, et un large choix de boissons, alcools et cocktails.

On peut demander à cuire l’okonomiyaki soi-même. Sinon il est d’abord préparé en cuisine, puis ramené à table pour être maintenu au chaud sur la plaque et en bonus le staff ajoute la sauce (au choix épicée ou non) et fait un mignon petit dessin avec la mayonnaise.

De plus, en parlant de mignontitude, on peut demander des menus spéciaux avec des okonomiyaki en forme de cœur !

Un régal aussi bien pour les yeux que pour l’estomac, dans une atmosphère agréable et avec un personnel sympathique, Ichiaki est recommandé pour profiter de la bonne gastronomie d’Osaka !

Dotonbori Ichiaki (道頓堀一明)
Adresse : Nico Building B1, 1-6-12, Dotonbori, Chuo-ku, Osaka (大阪府大阪市中央区道頓堀1-6-12 ニコービルB1)
Accès : Namba Station (Midosuji Line, Nankai Line), Osaka-Namba (Kintetsu Line)
Site internet : https://ichiaki.gorp.jp/

※ Dans ma vie Nippone

• C’est la rentrée !

Septembre c’est la rentrée des classes ! Et ça l’était pour moi aussi ! Nouveau travail, nouvelle école, nouveaux collègues. Maintenant, j’enseigne l’anglais à des enfants en école maternelle et primaire, parfois en crèche à des adultes. J’ai passé les premiers cours à assister mon collègue japonais. Il y a beaucoup d’informations et il faut s’habituer au nouvel environnement. Puis après deux semaines, j’ai commencé à faire mes premiers cours toute seule. Ce n’est pas toujours facile mais ça me pousse à donner le meilleur de moi-même (et à me remettre plus sérieusement à la grammaire anglaise haha). Les conditions sont cependant plutôt cools, le personnel est très gentil, les enfants sont adorables (certains un peu turbulents et difficile à garder en place) et les tous petits prennent beaucoup d’énergie 😅 ! La plupart se sont très vite attachés à moi et j’adore profiter de la pause déjeuner en mangeant et en m’amusant avec eux. Les journées sont crevantes mais je m’amuse bien avec les enfants pendant les cours. C’est un plaisir de pouvoir créer un lien avec eux malgré nos origines différentes et la barrière de la langue. Enseigner l’anglais en s’amusant aux enfants est très enrichissant. Le directeur me prête son vélo pour que je me rende dans les différentes écoles. Le premier mois est en partie satisfaisant. Je ferai de mon mieux pour que ça dure !

À côté, je me fais très bien à ma nouvelle vie à Hirakata (枚方市). Ma petite routine s’est faite naturellement, entre travail, sport, vélo, courses, moment de glandage ou visites / sorties avec les amis. J’ai pu profiter de longs weekends, enfin !!! Merci mon nouveau travail 💕 J’ai pu redécouvrir Kyoto et Osaka, me reposer, faire du sport… Les gens sont gentils et prêts à nous aider, même quand on en a pas forcément besoin.

Hirakata a une partie citadine avec son centre-ville, puis ses quartiers résidentiels calmes et autour il y a beaucoup de verdure. Donc c’est vraiment agréable d’y habiter. Près de la gare, on peut retrouver le dynamisme de la ville, le vendredi soir et le weekend, il y a pas mal de monde, puis en allant vers les habitations, on est tranquille comme à la campagne.


♫ Un article = Une chanson ► SUPER JUNIOR – The Crown

1

► Start Again : Kimi déménage – Tome 4

Non ! Je ne déménage pas au Pôle Nord, je vous rassure !

La saga du déménagement continue ! Je quitte déjà Yokohama… J’ai beaucoup aimé y habiter. Mais je pars pour une nouvelle aventure dans un autre coin du Japon que j’affectionne : le Kansai !! Alors c’est reparti pour un nouvel épisode de Recherche Appartement ou Maison au Japon avec Kimi !

Au revoir Président : Kimi annonce qu’elle quitte son logement

Un peu avec tristesse car j’aimais quand même mon logement même si il était un peu vieux et mal isolé. Je m’étais bien installée et m’y sentais vraiment bien. J’aimais mon quartier, ma gare qui me permettait de me rendre facilement partout, et puis Yokohama… Je m’y étais vraiment attachée !

Cette fois les étapes ne se sont pas faites dans le même ordre. En premier j’ai d’abord notifié l’agence immobilière de mon intention de rendre le logement. L’agence m’avait fourni avec mon contrat un formulaire de résiliation (解約通知書). J’avais signé un contrat de deux ans donc il m’a fallu remplir ce document. Lors de cette étape, il est important de tenir compte de la durée du préavis écrit dans le contrat avant de procéder à l’envoi de la demande de résiliation. Pour moi, c’était un préavis de deux mois, ce qui tombait assez bien.

Complétez simplement le document et envoyez-le par la poste ou par FAX. Vous pouvez aussi directement le déposer à l’agence. Si vous ne connaissez pas encore votre nouvelle adresse, vous pouvez la renseigner plus tard bien sûr !

Ensuite, n’oubliez pas de contacter aussi la société d’assurance par téléphone pour la prévenir de la date de fin de contrat : renseignez votre numéro de contrat (契約番号) et votre date de naissance pour vérification d’identité. Si vous partez plus tôt que la durée initiale de votre bail et que vous aviez déjà payé, la société vous rembourse la différence par virement bancaire. Dans ce cas, renseignez aussi votre numéro de compte (口座番号). Enfin, pensez aussi à la société de gaz, d’électricité et d’eau, éventuellement internet, également par téléphone. Indiquez toujours votre nom, votre numéro de client (お客様番号), votre nouvelle adresse pour recevoir les dernières factures et la date d’arrêt du service.

Et quand vous connaissez enfin votre nouvelle adresse, comme d’habitude, prévenez votre banque, votre bureau de poste ainsi que tous les services auxquels vous avez souscrits (forfait téléphone, etc…). N’oubliez pas d’effectuer le changement d’adresse et d’assurance maladie à la mairie de la ville que vous quittez puis votre nouvelle mairie. Pour plus de détails, je vous renvoie à l’article datant de mon déménagement à Yamato !

► Vocabulaire : comprendre un formulaire de résiliation
解約通知書 = formulaire d’avis de résiliation
解約通知日 = date de la demande de résiliation
入居者名 = nom du locataire
契約者 = client / signataire du contrat
引っ越し予定日 = date prévue de déménagement
解約理由をお書かせて下さい。= Veuillez nous faire entendre la raison de la résiliation
就職 = nouvel emploi
転職 = changement d’emploi
転勤 = transfert / mutation
結婚住宅購入 = achat d’une maison de mariage
ルームチェック = état des lieux
立会い = présence
連帯保証人 = garant
希望日 = date souhaitée
転居先住所 = adresse de déménagement
電話番号 = numéro de téléphone
敷金の返金 = remboursement de la caution

Kimi à la recherche de son nouveau logement

Pour être rapide et efficace dans mes recherches, j’ai fait confiance à SUUMO (スーモ) comme la dernière fois, c’est une application pratique qui nous met en relation avec beaucoup d’agences (la plupart japonaises). Je n’avais pas envie de me prendre la tête vu le temps qui m’était compté (je n’avais qu’un mois et demi environ pour trouver quelque chose) ! J’ai donc effectué mes recherches avec les critères suivants :

  • un loyer inférieur à 70 000 yens (賃料)
  • une surface entre 25 et 30 m² (専有面積)
  • du rangement (クロゼット)
  • les toilettes et lavabo séparés de la salle de bain (バス・トイレ別)
  • un parking à vélo (駐輪所)
  • proche de la gare (駅の近くに)
  • gazinière incluse (ガスコンロ)
  • prises électriques bien placées (コンセント)
  • un plan de travail dans la cuisine (システムキッチン)
  • contrat sans le « cadeau » au propriétaire (礼金不要)
  • la fibre optique pour internet (光ファイバー)

Une fois un appartement intéressant trouvé, via le site, il suffit d’envoyer un formulaire pour savoir si le logement est toujours disponible (空室状況を問い合わせ) et d’attendre que l’agence vous contacte pour planifier le rendez-vous pour une visite (見学予約) !

Pour les visites, comme je devais me déplacer depuis Yokohama (en bus et shinkansen) et que ça demandait des frais, j’ai fait en sorte d’avoir mes visites le même jour. En cherchant avec SUUMO (スーモ), j’ai été contactée par mail et téléphone par des agences pour planifier des visites. J’ai visité les biens qui m’intéressaient de deux agences : Pitat House (ピタットハウス) et Apaman Shop (アパマンショップ). Ce sont deux agences qui proposent des appartements assez corrects et le fait d’être étranger ne pose pas trop de problème. Cependant les employés ne parlent pas trop anglais !

J’ai visité quatre logements (3 de Pitat House et 1 de Apaman Shop). Ça allait de l’appartement 1R de 40 m² avec un loyer de 47 000 yens datant de 1993 au 1LDK de 36 m² avec un loyer de 65 000 yens datant de 1997. J’ai porté mon choix sur un des biens de Pitat House. Donc une fois décidé, passage à l’agence pour remplir le formulaire d’application. Pendant cette démarche, accepter les conditions et le montant des frais d’entrée (vous pouvez essayer de négocier). Fournir votre carte de résidence, votre carte d’assurance maladie, compléter le formulaire avec vos coordonnées (écrivez bien votre nom comme il apparaît sur votre carte de résident en plus de l’écrire en katakana), les coordonnées de votre employeur et celles d’un contact d’urgence au Japon. Puis attendre quelques jours la réponse. Si la demande est acceptée, vous pouvez signer le contrat.

► Vocabulaire : comprendre les informations sur un logement en location (賃貸物件情報)
部屋情報 = informations sur le logement
建物種別 = type de bâtiment
マンション = immeuble type HLM
アパート = appartement
築年数 = nombre d’années
間取り = type de logement (1R, 1LDK…)
専有面積 = surface
向き = orientation
完成年月 = année et mois de construction
構造 = structure
閑静な住宅地 = quartier résidentiel calme

契約条件 =  conditions du contrat
賃料 = loyer
管理費・共益費 = charges, frais de gestion, frais d’entretien
敷金 = caution
礼金 = cadeau au propriétaire
保証金 = garantie
契約期間・種別 = durée / type de contrat
更新 = mise à jour / renouvellement
入居可能日 = date d’entrée possible
即可 / 即入居可 = disponible immédiatement / entrée immédiate possible
保険 = assurance
鍵交換費用 = frais d’échange des clés
その他費用 = autres frais
初期費用カード決済可 = paiement initial par carte possible
礼金不要 = cadeau au propriétaire inutile
敷金不要 = caution inutile

特徴・設備 = caractéristiques / équipements
バストイレ別 = salle de bain et toilettes séparées
バルコニー = balcon
エアコン = air conditionné
シーリングライト = plafonnier
都市ガス = gaz de ville
クロゼット = rangement
シューズボックス = armoire à chaussures
オートロック = verrouillage automatique
エレベーター = ascenseur
インターホン = interphone
光ファイバー = fibre optique
駐輪場 = parking à vélos
駐車場 = parking

Kimi a trouvé : elle signe !

J’ai porté mon choix sur un appartement dont le bâtiment est récent (construit en 2018 !) et qui répondait en globalité à mes conditions. La signature d’un contrat de location, c’est… beaucoup de documents ! Tout d’abord, vous devez fournir :

  • une photo d’identité (顔写真)
  • un justificatif de revenu (収入証明), par exemple vos trois derniers bulletins de salaire (給料明細3ヶ月分) et votre contrat de travail (採用通知)
  • votre inkan (印)

Puis, complétez et signez les documents suivants :

  • Fiche d’informations importantes du contrat (重要事項説明書) : un exemplaire pour l’agence et un pour vous, écrivez nom, coordonnées, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Contrat de location (賃貸借契約書) : un exemplaire pour l’agence et un pour vous, écrivez nom, date de naissance, coordonnées, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Formulaire d’application à l’assurance (保険契約申込書) : l’agence récupère le document, le contrat est défini à la même durée que celui du contrat de location, écrivez nom, coordonnées et inkan aux endroits appropriés.
  • Contrat de garant de location (賃貸保証契約書) : un exemplaire pour la société de garant (保証会社控), un pour l’agence (le bailleur 賃貸人様控) et un pour vous (le locataire 賃借人様控), prenez bien en compte que des frais pour la mise à jour de votre contrat sont nécessaires tous les ans (en général 10 000 yens), écrivez nom, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Formulaire de demande de prélèvement automatique (自動払込利用申込書) : un exemplaire pour les institutions financières (金融機関用), un pour la banque, un pour le commissaire (委託者様用) et un pour vous (お客様用), écrivez nom de votre banque, code de la branche (支店コード), numéro de compte (口座番号), votre nom comme écrit sur votre passbook ou votre carte et inkan aux endroits appropriés. Le transfert automatique du loyer est vivement recommandé pour vous éviter de faire d’une part la démarche vous-même et ensuite parce que les frais sont moins chers. Ces prélèvements sont effectués en général le 26 de chaque mois pour le loyer du mois suivant. Si le 26 tombe le week-end ou un jour férié, ce sera effectué le jour ouvré suivant. La seule précaution à prendre est de vous assurer que votre compte en banque ait assez d’argent. Aussi, les procédures étant différentes selon les comptes bancaires, la mise en place prend un à deux mois. C’est pourquoi parfois dans les frais d’entrée sont inclus les deux premiers mois de loyers.
  • Fiche de contact d’urgence dans le pays d’origine : écrivez nom, coordonnées du contact et la relation que vous entretenez avec (famille, ami…).

Pour terminer, payez les frais d’entrée par transfert (振込). Selon votre contrat, les frais d’entrée comprennent plusieurs éléments comme par exemple :

  • votre premier loyer avec les charges (賃料・共益費)
  • l’assurance incendie (火災保険)
  • le garant (賃貸保証)
  • les frais d’agence (仲介手数料)
  • l’émission des clés (カードキー発行)
  • le ménage quand vous quittez le logement (ハウスクリーニング)

Ils sont renseignés sur le relevé de paiement (決済金明細書) avec le montant total à régler et les coordonnés bancaires de l’agence. Encore une fois, n’oubliez pas d’appeler la société de gaz, d’électricité et d’eau cette fois pour prévenir de votre date d’entrée dans le logement. Les noms et numéros de téléphone sont renseignés sur la fiche d’informations importantes (重要事項説明書). Toutes ces démarches terminées, il ne vous reste plus qu’à attendre vos clés et le jour J d’entrée dans votre logement !

► Vocabulaire : comprendre un contrat de location
顔写真 = photo d’identité
収入証明 = justificatif de revenu
給料明細 = bulletin de salaire
採用通知 = contrat de travail
印 = empreinte du sceau (inkan)
借主 = emprunteur (locataire)
賃主 = prêteur (bailleur)
電気 = électricité
ガス = gaz
飲料水 = eau potable
給湯 = eau chaude
振込 = transfert
手数料 = frais
自動振替 = transfert automatique
銀行口座 = compte bancaire

Déménagement : au revoir Yokohama !

Sans doute la plus dure et la plus fatigante étape ! Déjà parce qu’il ne s’agissait pas d’un déménagement dans Tokyo, mais cette fois une plus longue distance entre les deux adresses. Ensuite, j’avais beaucoup d’affaires (c’est fou comme on emmagasine des choses en 4 ans) et mes propres meubles (frigo, machine à laver, etc…). Donc plutôt que de louer un camion, j’ai opté pour une société de déménagement (引っ越し会社). En effectuant une recherche sur internet, beaucoup de sociétés sont proposées. Il est possible de demander un devis gratuit. Pour cela, il faut renseigner les informations suivantes :

  • Nom du client (ご依頼者の氏名)
  • Contact (連絡先)
  • Lieu de résidence actuel (現在のお住まい)
  • Adresse de déménagement (お引越し先)
  • Type de bâtiment (建物のタイプ) : immeuble type HLM (マンション), appartement (アパート), maison individuelle (戸建て)
  • Type de logement (間取り) : 1R, 1LDK…
  • Nombres d’étages (階数)
  • Date(s) souhaitée(s) (希望日)
  • Nombre de personnes qui déménagent (引越し人数)
  • Meubles (荷物) : nom (名), quantité (数量) et dimensions (サイズ)

L’entreprise vous contacte ensuite le plus souvent par téléphone pour vous proposer un prix. Et c’est très cher ! Pour un déménagement de cette envergure, comptez entre 72 000 et 207 000 yens ! Le prix dépend du nombre de personnes, du type de logement, de la quantité d’affaires et des dates de chargement et de livraison souhaitées. Sur une longue distance, comme le chargement et le déchargement, ainsi que le trajet prennent du temps (d’autant plus qu’au Japon, on conduit en moyenne à 80km/h sur l’autoroute), il est courant que les affaires soient livrées entre deux et cinq jours plus tard. Faire le transfert sur une journée est possible bien sûr mais coûtera davantage plus cher. En attendant, c’est donc la vie en mode camping avec le minimum vital ou nuit(s) à l’hôtel ou dans un manga café. Le bon côté est qu’avec ce temps libre vous pouvez en profiter pour récupérer les clefs, effectuer l’ouverture du gaz, l’électricité, l’eau et les autres démarches administratives. A vous de bien choisir selon vos désirs et il n’y a plus qu’à faire vos cartons et à tout charger puis vous installer dans votre nouveau nid !

Si le prix est affreusement élevé, le service offert derrière est efficace. Le jour du chargement (搬出), les déménageurs arrivent à l’heure, parfois en avance, ils vérifient rapidement les affaires à charger et le travail commence ! Ils sont équipés en scotch, papiers bulle, cartons, organisés et ils font tout ! Vous avez juste à attendre la fin du chargement. Pour un logement de type 1LDK, le chargement est fait en deux heures environ !

Le personnel remet à la fin des papiers correspondant aux camions chargés (un par camion) avec coordonnés (氏名・住所・電話番号), la taille des camions (サイズ), le nombre de cartons (BOX 内個数), le poids total (重量) puis le relevé des affaires (引越荷物明細書). Signature et plus qu’à passer à la seconde étape : le déchargement (搬入) dans le nouveau logement. Il est tout aussi rapide ; environ 30 minutes puisque le staff dépose vos meubles et cartons aux endroits désirés et repart aussitôt après vérification et signature.

► Vocabulaire : comprendre les informations quand on demande un devis pour déménagement (見積もり依頼)
郵便番号 = code postal
都道府県 = préfecture
市区郡 = ville / arrondissement
町村 = quartier / rue
番地 = numéro de rue
マンション名 = nom de l’immeuble
その他 = autres
新築 = nouvelle construction
エレベーター (有・無) = ascenseur (avec – sans)

引越し日 = date de déménagement
搬出希望日 = date de chargement souhaitée
搬入希望日 = date de déchargement souhaitée
作業開始時間 = heure de début des opérations
引越荷物明細書 = relevé des affaires à déménager

► Vocabulaire : les meubles et le mobilier (荷物)
高さ = hauteur
横幅 = largeur
奥行 = profondeur

タンス = commode
本棚 = bibliothèque
布団 = futon
ベット (シングル・セミダブル・ダブル) = lit (simple, semi-double, double)
マットレス = matelas
エアーベッド = matelas gonflable
机 = bureau

テレビ = télé
テレビ台 = meuble télé
スピーカー = enceintes
ソファー = fauteuil
こたつ = kotatsu
コンピューター = ordinateur
プリンター = imprimante
チェスト = coffre

洗濯機 = machine à laver
洗濯物干し ハンガー = cintre à linge
多機能物干し = étendoir à linge
物干し竿 = barre à linge
扇風機 = ventilateur électrique
ストーブ = chauffage (poêle)
ファンヒーター = radiateur soufflant
カーペット = tapis

食器棚 = placard à vaisselle
冷蔵庫 = réfrigérateur
スチームオーブンレンジ = four à micro-ondes et à vapeur
電子レンジ = four à micro-ondes
オーブトースター = grille-pain
炊飯器 = cuiseur de riz
たこ焼き器 = appareil à takoyaki
ケトル = bouilloire
テーブル = table
椅子 = chaise

照明器具 = matériel d’éclairage
シーリングライト = plafonnier
掃除機 = aspirateur
コロコロ = corocoro
箒 = balai
鏡 = miroir
ゴミ箱 = poubelle
スーツケース = valise
体重計 = pèse personne
フラフープ = hulahoop
ヨガカーペット = tapis de yoga
ゴルフバック = sac de golf
スキー用品 = équipement de ski
電子ピアノ = piano électronique
自転車 = vélo
バイク = moto

ダンボール = carton
かばん = sac

Etat des lieux : merci Luna

Le logement qui n’est plus le mien désormais est vide. Il faut alors procéder à l’état des lieux. Contrairement à l’état des lieux d’entrée qui est fait sans le locataire, il faut être présent pour l’état des lieux de sortie. A la suite de l’état des lieux, des frais de rénovation (リフォーム代等) peuvent être demandés en cas de dommage. Si ça n’a pas été payé avant, il y a également les frais de nettoyage (ハウスクリーニング料) dont le prix varie en fonction de la surface, les frais de nettoyage des climatiseurs (エアコンクリーニング料). La caution est également remboursée si vous en aviez une. Le règlement est à effectuer par transfert (振込) dans les deux semaines qui suivent.

Pour l’état des lieux, il faut venir avec :

  • votre inkan (印)
  • vos clés (鍵)
  • le guide d’utilisation de votre logement

Cela ne prend pas plus de 30 minutes en général et on vous remet à la fin le relevé avec le montant des frais à payer.

► Vocabulaire : comprendre un relevé d’état des lieux (ルームチェック表)
立会日 = date de rendez-vous
物件名 = nom de la propriété
号室 = numéro de l’appartement
入居日 = date d’emménagement
解約日 = date de résiliation
入居年数 = durée de résidence
入居者名 = nom du locataire
契約者名 = nom du client / signataire du contrat
保証人名 = nom du garant
月額会計 = montant mensuel
金額 = montant

Ainsi se termine donc ce déménagement ! Beaucoup de choses, beaucoup d’étapes. Un déménagement bien plus fatigant que les précédents mais qui s’est terminé sans encombres. Un petit pincement au cœur en disant au revoir à LUNA (le nom de mon appartement) mais je me sens déjà très bien dans mon nouveau nid dans le Kansai ! Malgré la barrière de la langue et le fait d’être seul sans famille dans un pays étranger, au final, un déménagement n’en demeure pas beaucoup plus compliqué qu’en France ! Il suffit d’être débrouillard !


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► OneRepublicStart Again ft. Logic

1

► Winding Road : Kimi a escaladé le Mont Fuji 🗻, jamais deux sans trois !

Ce fascinant Mont Fuji, fierté du Japon du haut de ses 3776 mètres, lui accordant le titre de montagne la plus haute de l’archipel.
Inscrit au patrimoine mondial depuis 2013 et dans le cœur de nombreux japonais, il l’est aussi dans le mien depuis le jour où je l’ai vu du haut du sanctuaire Arakura Fujisengen (新倉富士浅間神社). C’est ma montagne numéro un, qui a en plus fait naître en moi cette passion pour la randonnée.

Chaque été marque notre rendez-vous, celui où je fais l’ascension de nuit pour qu’il me montre un beau lever de soleil tout en respirant un air frais et pur. Même s’il n’est pas si facile de l’escalader, l’adrénaline est toujours là pour m’emmener au sommet. Après le circuit Yoshida (吉田) puis le circuit Subashiri (須走), c’était maintenant au tour du circuit Fujinomiya (富士宮) !

Le circuit Fujinomiya (富士宮ルート)

Le départ s’effectue à la 5ème station se trouvant à la plus haute altitude parmi les 4 circuits, soit 2390 mètres. Cela en fait le circuit le plus court (5km) avec son point d’arrivée proche du pic Kengamine (剣ヶ峰), le plus haut du Mont Fuji, à donc exactement 3776 mètres d’altitude. C’est pour ça qu’il est aussi très populaire auprès des alpinistes.

C’est le deuxième circuit le plus fréquenté après le circuit Yoshida. Donc même si la durée semble courte, il vaut s’assurer plus de temps en cas d’embouteillages ou de croisements entre ceux qui montent et ceux qui descendent. Car en effet, il est utile de préciser que la route pour la montée et la descente est la même contrairement aux circuits Yoshida et Subashiri.

Pour les débutants ou les non-habitués ainsi que les plus sensibles au changement d’altitude, le circuit Fujinomiya est un bon compromis après le circuit Yoshida. Ceci dit, il est préférable de ne pas commencer l’ascension aussitôt arrivé à la 5ème station pour permettre au corps de s’habituer à l’altitude. De plus il est aussi assez raide !

Pour se rendre à la 5ème station, il faut prendre les bus dits Climbers’ bus opérationnels pendant les dates d’ouverture des circuits. Pour le circuit Fujinomiya, il est possible de prendre le bus depuis les stations JR Shizuoka (静岡), Shinfuji (新富士), Fuji (富士) et Fujinomiya (富士宮). Le ticket aller-retour coûte 3 100¥ et est valable sur une durée de trois jours.

L’ascension (登山)

Départ de la 5ème station à 18h45, arrivée au sommet à 3h30.
Le parcours est d’abord en gravier et petits cailloux, puis rocheux après la 7ème station. La pente est raide et ce dès les premiers kilomètres !

La distance entre les stations est relativement courte et on y arrive en 30 minutes en moyenne, excepté entre la 6ème et la nouvelle 7ème station où cela prend 50 minutes environ (40 si vous êtes rapide et habitué 😁). On peut donc monter lentement mais surement et bien se reposer une fois arrivé à une station. Il y a des refuges, à manger, à boire et des toilettes à 200¥ à chacune des stations. Les toilettes sont bien surveillées, impossible de gruger.
A la 6ème station, le refuge propose dans son menu la spécialité (名物) du circuit, Fujinomiya Yakisoba (富士宮やきそば).
Petite anecdote : pendant un petit arrêt à cette station, on a ressenti le tremblement de terre qui s’est produit vers Fukushima.

Le temps était clair, avec un petit clair de Lune en début de soirée et sous un ciel étoilé toute la nuit. Tellement magnifique ! Plus on montait en altitude et plus les températures chutaient rapidement avec parfois du vent. Il faisait 6° au sommet à mon arrivée.

Plus on monte et plus il y a de gros rochers. On s’agrippe, on évite de glisser ou de perdre l’équilibre, on admire les étoiles scintillantes pour ne pas penser qu’on galère un peu même si pour les amoureux d’escalade c’est le meilleur circuit.

Après la 8ème station, la pente devient encore plus raide, il faut donc marcher prudemment et lentement pour ne pas accumuler davantage de fatigue.

Le sommet et le tour du cratère (山頂とお鉢巡り)

En arrivant du circuit Fujinomiya, le point de vue pour voir le lever du soleil est vaste et il est possible de s’asseoir et de bien voir. Pas besoin d’arriver trop à l’avance. Même si il y a autant de monde qu’au point d’arrivée des circuits Yoshida et Subashiri, tout le monde peut admirer le spectacle à l’aise.

Craignant le froid et le vent, j’avais emporté de quoi me couvrir en attendant. À mon arrivée le ciel commençait à s’éclaircir et les premières couleurs du jour apparaissaient. Le dégradé de bleu et le rouge des premiers rayons du soleil offraient déjà un beau spectacle, faisant grandir l’impatience de voir le soleil pointer le bout de son nez. L’attente n’a pas été trop longue et le soleil, magnifique et éblouissant, s’est montré, sans nuages pour gâcher le spectacle !

Il n’y a pas meilleure façon de bien commencer la journée ! L’effort de l’ascension est récompensé et la fatigue un peu oubliée. Un bol de ramen pour reprendre des forces et on est au taquet pour profiter des autres merveilles du sommet.
En une heure et demie environ pour une distance totale de 3km, c’est le petit tour du cratère avec un passage obligé par le pic Kengamine (剣ヶ峰). Il y a la queue pour y faire une photo souvenir. Le tour du cratère, soit le circuit Ohachimeguri (お鉢巡り) vous fait profiter d’un panorama à 360° de dingue ! De là-haut, en cas de très beau temps, on peut apercevoir les lacs entourant le Mont Fuji comme le célèbre lac Kawaguchi (河口湖), les villes de Hakone (箱根), Shizuoka (静岡) et bien d’autres ainsi que la mer et des massifs montagneux autour. On en oublie le froid et le petit vent frais.

C’est au sommet du circuit Fujinomiya que se trouvent le sanctuaire Sengen-taisha Okumiya (浅間大社奥宮神社) et… le bureau de poste du sommet du Mont Fuji (富士山頂郵便局) ! Une bonne occasion d’envoyer une carte postale depuis le sommet ! Les cartes postales coûtent 500¥ et il y a aussi des autocollants et autres petits produits sympa à envoyer partout dans le monde !

La descente (下山)

Départ du sommet à 8h30, arrivée à la 5ème station à 13h10.
La descente est agréable au début mis à part dans les pentes raides et quand il faut faire de grands pas entre les gros rochers. On s’agrippe autant que pendant la montée mais on va plus vite même si parfois on sent nos jambes trembler à cause de la fatigue. On croise beaucoup de personnes faisant l’ascension de jour puisque la route reste la même dans les deux sens.

Au début c’est facile… Mais, entre la 8ème et 7ème station, le parcours devient plus dangereux à cause des gros rochers. Puis jusqu’à la fin, c’est glissade sur glissade à cause des cailloux. Avec la fatigue accumulée, c’est difficile de garder appui sur les jambes et plus facile de perdre l’équilibre et de tomber en glissant sur les cailloux.

Bilan (結論)

Le circuit Fujinomiya est en effet court par rapport aux autres circuits. J’ai vraiment pris mon temps vers la fin pour monter car j’allais plus vite que la normale. Cela m’aura évité les courbatures dans les cuisses en enjambant les gros rochers et aussi de me les cailler trop longtemps au sommet. En montant tranquillement, on trouve le circuit assez simple à faire. Il y a pas mal de personnes à l’approche du sommet mais sans trop créer d’embouteillages. Il y en a juste eu sur les derniers 200 mètres.

Ce fut ma meilleure ascension bien que j’aime l’atmosphère du circuit Subashiri. J’aime beaucoup le circuit Fujinomiya pour sa partie rocheuse. Il faut parfois enjamber et bien prendre ses appuis. D’ailleurs je recommanderais des bâtons de marche comme avaient quasiment tous les japonais que j’ai croisés. En effet je me suis beaucoup tenue aux rochers ou à la corde qui délimitait le circuit.

En revanche, la descente était peut-être bien la pire. Ça reste toujours moins fun pour moi. C’est raide et ça glisse, et puis il y a le corps qui commence à lâcher. Comme j’ai fait le tour du cratère en plus, ça a dépensé encore plus d’énergie. J’ai fait une longue pause à la neuvième station et ensuite je ne me suis pas arrêtée longtemps. Dans la partie cailloux, j’en avais marre de glisser et tomber dès que j’essayais de descendre plus vite. Mes jambes tremblaient et j’étais pleine de poussière. Je suis arrivée en bas au bout de ma vie, à peine assez de souffle pour dire お疲れ様です (Otsukare sama desu), mais au fond heureuse et fière d’avoir pu réaliser ce parcours !

Et surtout heureuse d’avoir pu voir un lever de soleil comme j’en avais rêvé ! Et sans avoir le temps de crever de froid comme l’année précédente. Les paysages qu’on aperçoit en faisant le tour du cratère sont aussi merveilleux.

L’année prochaine encore j’y retournerai ! 🗻😎

Résumé des dépenses

  • Nourriture et boissons au konbini : 514¥
  • Barres énergétiques et lingettes rafraîchissantes (achetés chez L-Breath) : 2079¥
  • Bus (バス) : 3100¥ (aller-retour de Fujinomiya à la cinquième station, ticket à acheter près des arrêts de bus à côté de la station)
  • Toilettes (トイレ🚾) : 1300¥
  • Don pour l’ascension (富士山保全協力金) : 1000¥
  • Shoyu Ramen dégusté au sommet (醤油ラーメン) : 900¥
  • Poste (郵便) : 610¥

Total : 9 503¥. Comptez donc en moyenne entre 7 000 et 12 000¥ pour l’ascension du circuit Fujinomiya.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – Winding Road

2

► Eye Of The Tiger : Aller chez l’opticien au Japon

L’opticien au Japon, c’est rapide, facile et aussi efficace que l’ophtalmo (眼科) bien que les frais ne soient pas pris en charge par l’assurance maladie.

Dossier ! Cette photo date de 2013, quand je portais des lunettes pour le fun !

Besoin de lunettes ? Au Japon, rendez-vous chez l’opticien (眼鏡商), on y réalise les examens gratuitement et dans la foulée on vous fabrique vos lunettes de vue. En effet, il n’est pas nécessaire de consulter un ophtalmo pour faire fabriquer des lunettes de vue sous ordonnance.

Comme opticien, il y a par exemple J!NS (ジンズ). Le personnel est accueillant, à l’écoute, apporte de bons conseils et peut parler anglais (c’est du moins le cas dans la branche située à MYLORD à Shinjuku).

Les examens sont réalisés gratuitement et sans rendez-vous pour vérifier votre vue et déterminer les lunettes de vue appropriées. En dix minutes à peine, c’est fait. Cependant, un peu de maîtrise du japonais et de la lecture des hiragana est nécessaire. Pendant le test, le personnel montre des images et il faut choisir la bonne orientation (droite, gauche, haut, bas). Bien sûr, en montrant avec votre doigt ou en répondant en anglais, c’est aussi acceptable. Souvent, il s’agit de l’image d’un cercle avec un espace vide (ressemblant à la lettre C). Ils vous demanderont où se trouve la partie vide. Ensuite, ce peut être une liste de caractères hiragana de différentes tailles à lire.

À la suite des examens, le personnel fait essayer différentes verres correcteurs et une fois que vous avez ceux qui s’adaptent et corrigent bien votre vue, il ne reste plus qu’à choisir la monture et la forme des lunettes.

Les montures chez J!NS sont assez simples avec des prix allant de 5000¥ à 12000¥ en général. Choisissez votre design préféré, la couleur de votre étui (rouge ou noir), si vous voulez des verres correcteurs normaux ou un peu teintés et payez.

On vous remet un ticket d’échange pour récupérer vos lunettes. Leur préparation prend environ 30 minutes. Présentez-vous au comptoir Pick Up à l’heure indiquée sur votre ticket.

Testez vos lunettes (vue de près, de loin, montures assez serrées…), récupérez le ticket de garantie avec les résultats des tests. La garantie est valable six mois à compter de la date d’achat et à conserver si vous avez besoin de refaire des tests ou de changer vos lunettes. Grâce à la garantie, il est possible dans sa période de validité de changer gratuitement de lunettes jusqu’à deux fois. Elle est fournie avec une traduction en anglais.

Rapide et simple, maintenant, revoyez la vie clairement et nettement grâce à vos lunettes !

J!NS Shinjuku MYLORD (ジンズ 新宿ミロード店)
Adresse : Odakyu Mylord 6F, 1-1-3 Nishi Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo (東京都新宿区西新宿1丁目1-3 小田急新宿ミロード6F)
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Marunouchi Line, Oedo Line, Seibu Line, Keio Line, Odakyu Line)
Site internet : https://store-jp.jins.com

Un peu de vocabulaire

Opticien = 眼鏡商 (めがねしょう – megane shou)
Ophtalmologie = 眼科 (がんか – ganka)
Ophtalmologue = 眼科医 (がんかい – gankai)
Lunettes = 眼鏡 (めがね – megane)
Haut = 上 (うえ – ue)
Bas = 下 (した – shita)
Droite = 右 (みぎ – migi)
Gauche = 左 (ひだり – hidari)
Verre correcteur = レンズ (lenzu)
Carte de garantie = 保証書 (ほしょうしょ – hoshousho)
Changement de verre correcteur = レンズ交換 (レンズこうかん – lenzu koukan)
Œil droit = 右目 (みぎめ – migime)
Œil gauche = 左目 (ひだりめ – hidarime)


Plus de vocabulaire dans Cours de Japonais.
Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


 ♫ Un article = Une chanson ► Survivor – Eye Of The Tiger

0

► Candy, Candy : Road Trip à Hokkaido (3) – Nourriture et Restaurants

Quelles sont les spécialités à tester par tous les moyens pendant un voyage à Hokkaido ? Il y en a bien trop quand on est un grand gourmand et amateur de cuisine japonaise. Les villes populaires et touristiques possèdent leurs spécialités et leurs restaurants réputés.

En premier, les deux choses qui font la popularité d’Hokkaido, ce sont le lait et le melon ! Connus pour avoir un gout et une qualité différents des autres régions, on les cultive et produit dans plusieurs coins de la région, en particulier à Yubari (夕張) pour le melon, et les campagnes situées au nord pour le lait.

Dans les lieux touristiques et les boutiques de souvenirs, on les trouve sous toutes les formes, que ce soit en glace, en bonbons, en manju, en gâteau, en chocolat, en gelée, en smoothie, en dorayaki… Donc si vous aimez le melon, si vous aimez le lait, testez le moindre produit qui en contient !

En deuxième, eh bien il n’y a pas que le lait et le melon. Il y a des plats typiques d’Hokkaido, que l’on peut consommer dans beaucoup de restaurants. Lesquels ? En voici quelques uns !

• Sapporo Soup Curry (札幌スープカレー) chez Suage+ (すあげ+)

Sapporo (札幌) est connu comme ville d’origine du plat de soupe au curry. Alors il ne faut pas passer à Sapporo sans prendre le temps d’en manger un bol. Il y a l’embarras du choix niveau restaurants. Vous ne savez pas lequel choisir ? Testez alors par exemple Suage+ (すあげ+). Il compte parmi les restau populaires de soupe au curry. En effet, à peine ouvert, les locaux et touristes font déjà la queue. Mais si tout va bien, il n’y a pas plus de 10 minutes d’attente.

Vous choisissez d’abord votre type de curry (poulet, bœuf, porc, légumes ou le curry spécial de la maison…), le type de soupe (basique ou noir pour 100¥ de plus), la dose de piment (de niveau 1 à 6), la quantité de riz (petit 150g, moyen 200g, grand 350g pour 100¥ de plus) et enfin d’autres accompagnements comme du fromage, du natto, un œuf… Le prix des curry varie de 980¥ à 1980¥. Les menus sont disponibles en anglais et le service est assez rapide.

La soupe est bien dosée, le niveau de piment correct (un niveau 4 ou 5 est bien pour ceux qui adorent manger épicé), les légumes très bons. Un plat à tester si on raffole du curry !

Adresse : Toshimatsu Building 2F, 5 Minami 4 Jo Nishi, Chuo-ku, Sapporo-shi, Hokkaido (北海道札幌市中央区南4条西5丁目都志松ビル2階)
Accès : Sapporo Station (JR line) sortie sud, Odori Station (Tozai Line)

• Jigoku Ramen (地獄ラーメン) chez Aji no Daioh (味の大王)

À Noboribetsu (登別) là où se situe la vallée de l’enfer Jigokudani (地獄谷), on peut manger le Jigoku Ramen (地獄ラーメン) soit littéralement le ramen de l’enfer.

Il s’agit d’un ramen épicé qu’on trouve en particulier dans les régions d’Hokkaido et Hiroshima. La soupe varie en fonction de la région mais en général on utilise du miso épicé au chili, puis de la poudre de chili.

Chez Aji no Daioh (味の大王), il est d’enfer ! Représentatif de son nom, il est bien réputé pour être épicé bien que le restaurant soit plutôt connu pour son ramen au curry. Il y a différents niveaux, commençant par 0 jusqu’à… la dose de piment maximale que vous pouvez supporter ! Pour monter d’un niveau, ajouter 50¥ au bol de 850¥. En tout cas, le niveau 1 est bien épicé mais reste supportable.

Ce petit restaurant convivial possède sa clientèle fidèle et attire les touristes de passage. Beaucoup de personnes se pressent dès l’ouverture du service pour déguster ce Jigoku Ramen ou les autres ramen proposés. Il y en a de toutes sortes :
Enma Ramen (閻魔ラーメン, un ramen épicé sans bouillon qui est remplacé par une sauce épaisse)
Curry Ramen (カレーラーメン, un ramen dans un bouillon à base de curry épicé)
Miso-curry Ramen (味噌カレーラーメン, un ramen dans un bouillon original mélangeant miso et curry)
– Et les grands classiques Miso Ramen (味噌ラーメン, ramen dans un bouillon à base de miso), Shoyu Ramen (醤油ラーメン, ramen à la sauce soja), et Shio Ramen (塩ラーメン, ramen salé)

Le prix d’un bol de taille normale varie de 750¥ à 1100¥. Si vous êtes gourmand, vous pouvez demander une grosse portion (大盛) pour 100¥ de plus ou au contraire pour les petits estomacs, il est possible d’avoir une portion réduite (小盛) pour 100¥ de moins. Enfin, gyoza, riz et boissons sont aussi proposés pour satisfaire pleinement la clientèle.

Adresse : 29-9 Noboribetsu Onsen-cho, Noboribetsu-shi, Hokkaido (北海道登別市登別温泉町29-9)

• Kaisendon (海鮮丼) chez Kamui Banya (カムイ番屋)

Entouré par la mer du Japon, la mer d’Okhotsk et l’océan Pacifique, Hokkaido est un véritable trésor de fruits de mer. Les exemples notables incluent le saumon (considéré comme le poisson représentatif de Hokkaido), les œufs de saumon (いくら), les oursins (雲丹) et les calmars (いか). Au lieu de vous forcer à choisir un ou deux types de fruits de mer, laissez-vous tenter par un peu de tout en optant pour un Kaisendon (海鮮丼) : une sélection de sashimi et fruits de mer cités plus haut servis sur du riz.

Ça tombe bien ! De passage au cap Kamui, proche de la mer, les fruits de mer ne manquent pas ! Et ils sont servis dans un Kaisendon, proposé en deux types dans le restaurant-cafétéria Kamui Banya (カムイ番屋), le contenu en fruits de mer étant différent : Misakidon (岬丼) et Dokkoidon (どっこい丼).

Un bol de riz tendre avec crevettes, oursin, œufs de saumon, sashimi, et une petite noisette de wasabi pour un peu de piquant ! Au prix de 2750¥, le bol de Misakidon est accompagné d’une petite soupe miso.

À côté, le menu propose d’autres plats variés comme le Unidon (うに丼, de l’oursin sur un bol de riz), l’Ikuradon (いくら丼, des œufs de saumon sur un bol de riz), ramen, soba, tempura… pour des prix variant de 800¥ à 3000¥ environ.

Adresse : Tsushimanai 92, Kozakicho, Shakotan-cho, Shakotan-gun, Hokkaido (北海道積丹郡積丹町大字神岬町字ツシマナイ92番)
Site internet : http://kamuibanya.co.jp/rest.html

• Otaru Ankake Yakisoba (小樽あんかけ焼きそば) chez Niimura (新村)

Les spécialités d’Otaru (小樽), situé près de la mer, sont bien sûr les plats à base de fruits de mer et les sushis. Les restau sont implantés partout dans la ville, dont la fameuse Shushi Street. Mais il n’y a pas que ça ! À Otaru, il y a aussi le Otaru Ankake Yakisoba (小樽あんかけ焼きそば) à tester par tous les moyens. Plus de 100 restaurants proposent ce plat populaire de yakisoba avec une sauce épaisse et un mélange de crevettes et de légumes. Pour savourer une généreuse assiette au prix de 1000¥, on opte pour Niimura (新村), situé dans Denuki Koji (出抜き小路).

C’est le genre de restau où on mange et repart aussitôt étant donné qu’il est relativement petit avec peu de tables. Commandez votre plat au distributeur et installez-vous à table. L’attente est un peu longue quand le restau est pleins, seul un cuisiner préparant les plats. Mais on apprécie amplement le plat une fois servi ! Les nouilles sont fondantes, les légumes croustillants et la sauce bien onctueuse !

On peut aussi choisir dans le menu d’autres plats populaires japonais comme le Unagidon (うなぎ丼, bol de riz avec de l’anguille) ou le célèbre Butadon d’Hokkaido (豚丼, bol de riz avec du porc), pour des prix allant de 1200¥ à 1800¥.

Adresse : Denuki Koji 12, 1-1-20 Ironai, Otaru-shi, Hokkaido (北海道小樽市色内1-1-20 出抜小路12)

• Glace au melon (メロンアイスクリーム) chez Popura Farm Santa no hige (ポプラファームサンタのヒゲ)

Le melon se trouve sous toutes les formes à Hokkaido ! En gelée, en cookie, en glace…

Et manger un morceau de melon frais avec justement de la glace au melon, vous y avez songé ? En tout cas, c’est possible chez Popura Farm (ポプラファーム). Ce café et marchand de glace propose la célèbre glace au melon parmi d’autres parfums, seule ou sur un morceau de melon !

Deux tailles : petite (1/4 de melon) et grande (1/2 melon). Plusieurs parfums : vanille, melon, mix vanille melon, accompagné de chocolat ou de haricots rouges. Faites votre choix et régalez-vous ! Comptez 1000¥ minimum mais le melon est frais, juteux et pas trop sucré, la glace douce et onctueuse. Un bon dessert qui remplie l’estomac !

Adresse : Denuki Koji, 1-1 Ironai, Otaru-shi, Hokkaido (北海道小樽市色内1-1小樽出抜小路内)
Site internet : http://popurafarm.com/

• Ramen au lait (牛乳バターラーメン) chez Ramen Senmon Ichiban (ラーメン専門一番)

À Hokkaido, il y a du très bon lait ! Et ce lait, on peut le retrouver dans un bol de ramen ! Vous pensiez avoir testé toutes les sortes de ramen ? Eh bien il vous reste encore celui-là !

Les restaurants de ramen servant cette spécialité ne sont cependant pas présents dans tous les coins d’Hokkaido. L’un des rares se trouve à Asahikawa (旭川). Entrez chez Ramen Senmon Ichiban (ラーメン専門一番). Ce restaurant se spécialise dans les ramen depuis 1994. Il est spacieux avec des tables, un comptoir ainsi qu’un espace avec des tables basses.

Si sa principale recommandation est le Miso Ramen (味噌ラーメン), on peut goûter aussi le ramen au délicieux lait d’Hokkaido avec une noisette de beurre (牛乳バターラーメン). Léger et riche, le mélange peut paraître étrange mais il a bon gout !

Si manger des ramen avec du lait est pour vous inconcevable, vous pouvez toujours vous rabattre sur le miso ramen, le miso kimchi ramen ou encore des gyoza fait maison pour moins de 900¥ !

Adresse : 5-1-13 Nagayama 8 Jo, Asahikawa, Hokkaido (北海道旭川市永山8条5丁目1-13)

• Hotate Ramen (ホタテラーメン) chez Minatoya (みなとや)

A Wakkanai (稚内), on mange beaucoup de plats revisités avec des coquilles Saint Jacques, de l’octopus et du crabe. Ainsi, en incluant ces ingrédients, les restaurants proposent par exemple le Wakkanai Yakisoba (稚内焼きそば), Wakkanai Ramen (稚内ラーメン) et le Wakkanai Don (稚内丼). Au client de choisir comment et avec quoi il préfère manger ces fruits de mer.

Le Hotate Ramen (ホタテラーメン, ramen avec des noix de Saint Jacques), est aussi un plat typique du coin. Il consiste en un bol de nouilles fines et tendres avec deux noix de Saint Jacques de taille raisonnable et des algues wakame.

Autour du cap Noshappu et de l’Aquarium se trouvent plusieurs restaurants-caféteria servant ce Hotate Ramen ainsi que divers plats et spécialités locales. Par exemple, chez Minatoya (みなとや) où le Hotate Ramen est servi pour la somme de 1200¥. On retrouve aussi le Kaisendon pour 3000¥, le Kaisen Ramen pour 2200¥ et d’autres plats de ramen ou de bols de riz mélangeant divers fruits de mer.

Si vous n’êtes pas trop fan des fruits de mer, essayez de les manger préparés dans un bol de ramen ou de riz ! Ça vous aidera peut-être à les apprécier !

Adresse : 2-4-7 Noshappu, Wakkanai, Hokkaido (北海道稚内市ノシャップ2丁目4-7)

• Bihoro Janbo Gyoza Don (美幌ジャンボ餃子丼)

À Bihoro (美幌), la spécialité à tester est le Janbo Gyoza Don (ジャンボ餃子丼). C’est comme un Katsudon sauf que le porc frit est remplacé par des Gyoza.

De passage au col Bihoro (美幌峠), on peut ainsi en manger dans la cafétéria de la Michi no Eki Gurutto Panorama Bihoro (道の駅 ぐるっとパノラマ美幌峠) juste à côté. Choisissez votre plat au distributeur, remettez le ticket et quand on appelle votre numéro, récupérez votre plateau.

Le bol semble petit à première vue mais est en fait bien rempli. Les 4 morceaux de Gyoza sont de taille raisonnable, accompagné d’une bonne dose d’oignon et de gingembre rouge (紅しょうが). Avec votre bol est servi en plus une petite soupe miso.

On peut aussi manger le Karaage version Hokkaido, le Zangi (ザンギ), bien qu’il soit en réalité né dans la ville de Kushiro.

La différence avec le Karaage ? Le Zangi consisterait à bien laisser mijoter le poulet, à ajouter la poudre aromatisée et à le faire frire. Il aurait donc bon goût sans sauce contrairement au Karaage classique qu’on accompagne le plus souvent de sauce mayonnaise. En tous cas, pour les fans de poulet, c’est un régal ! À tester !

• Butadon (豚丼) chez Ganzo Butadon Pancho (元祖豚丼ぱんちょう)

À Obihiro (帯広), le plat à tester est le Butadon (豚丼), un bol de riz recouvert de morceaux de porc d’Hokkaido. Il y a beaucoup de restaurants servant ce plat local dans la ville mais le restaurant Butadon Pancho (豚丼ぱんちょう) est sans doute l’un des meilleurs en la matière !

Par conséquent prenez votre mal en patience car pour manger aux heures des repas dans cet endroit assez réputé, il faut faire la queue. Pendant votre attente, vous pouvez déjà passer commande. Choisissez la quantité de porc (4 morceaux 松, 6 morceaux 竹, 8 morceaux 梅, 10 morceaux 華) pour des prix allant de 850 à 1250¥. Puis sélectionnez quelle soupe miso vous voulez avec votre bol (wakame わかめ 180¥ ou champignons なめこ 200¥).

Le restau n’est pas très grand et les tables de six personnes sont partagées entre plusieurs clients. Le service est agréable et la musique traditionnelle de fond reposante. Un bon cadre pour savourer son plat. La viande est tendre, bien cuite et avec peu de gras. La sauce qui l’accompagne apporte un petit gout sucré. Un régal pour 1100¥ minimum.

Adresse : 11-19 Nishi 1 jo Minami, Obihiro-shi, Hokkaido (北海道帯広市西1条南11丁目19番地)
Site internet : http://www.butadon.com

• Yubari Yatai Village (ゆうばり屋台村)

En débarquant à Yubari (夕張), vous trouverez bien sûr, beaucoup de marchands de melon, le roi de la ville. Mais pas que ! Près de la gare, il y a aussi le village Yubari Yatai (ゆうばり屋台村), une allée couverte de petits restaurants, avec les tables au centre, rappelant un peu les food courts dans les centres commerciaux.

Ouvert depuis septembre 2009, c’est un endroit convivial où les gens sortant de la gare viennent se rassembler et apporter du dynamisme et de l’animation dans les sept petits restaurants constituant le village. Yubari est parfois jugée comme ville isolée dans laquelle peu de gens s’arrêtent mais Yubari Yatai Village vient contredire ces jugements, devenant un lieu animé aux heures des repas.

Dans le village, les tables sont alignées dans l’allée centrale et partagées entre les différents restaurants. Choisissez librement votre place, puis votre plat dans les menus de chaque magasin et payez quand vous recevez votre commande. Les prix varient entre 800 et 1000¥ environ et le village ouvre ses portes de 11h00 à 22h00.

On peut y manger de tout, des spécialités locales comme le soba au curry de Yubari (夕張カレーそば), du melon bien sûr, le yakiniku d’Hokkaido Jingisukan (ジンギスカン), des sushis (寿司) ou bien le plat que le village recommande : le Ramen Noir (黒ラーメン) ! Noir, oui, la soupe et les nouilles sont noires même si au gout, ça reste assez semblable au Ramen classique. Pour le fan de Ramen, c’est toujours un régal ceci dit.

Si d’apparence ça peut rebuter certains touristes, n’ayez pas peur de passer les portes, le personnel est accueillant et sympa. L’endroit possède d’ailleurs ses clients fidèles qui viennent manger et se poser comme à la maison. Et puis les plats sont vraiment faits maison et délicieux !

Adresse : 1-81 Suehiro, Yubari, Hokkaido (北海道夕張市末広1丁目81)
Accès : Yubari Station
Site internet : https://yubari-yatai.net

• Melon Terrace (メロンのテラス)

Après vos emplettes au centre coopératif agricole de Yubari (夕張市農協銘産センター), il serait normal de profiter d’un bon déjeuner, surtout si celui-ci inclus du bon melon de Yubari fraîchement cultivé et surtout… illimité !

Au restaurant Melon Terrace (メロンのテラス), c’est un buffet à volonté qui attend les clients avec bien entendu du melon et d’autres plats variés.

On y met certes le prix ; 3000¥. Après tout, c’est un buffet à volonté. Au menu : melon, salade, viande, soupe, riz, soba… De quoi se faire plaisir sans limite niveau quantité, mais attention, vous avez une heure pour vous servir et manger. Il y a des horaires fixés : 11h00, 12h30, 13h30 et 14h30.

Il faut réserver avant directement sur place. Les réservations commencent à 10h30. Donnez votre nom, choisissez une table à l’intérieur ou à l’extérieur et payez. Chaque client peut jouer à une loterie et tenter de gagner du melon gratuit. Vous recevez un ticket avec un numéro et une couleur.

À l’heure du buffet, vérifiez la couleur du drapeau brandi à l’entrée et faites la queue si elle correspond à celle de votre ticket. Accédez à votre table quand on appelle votre numéro et votre nom. Si vous êtes seul, vous partagez une table avec d’autres clients. Servez-vous autant que vous pouvez manger mais profitez surtout du melon : il est tendre, bien juteux et frais. Les clients se font un marathon et en mangent des dizaines de morceaux, voire plus !

Avec le melon, vous pouvez choisir entre des salades, des plats de viande, des pâtes, de l’omelette ou des plats plus typiques japonais : soba, tempura, kinpira… Il y a aussi des desserts.

Adresse : Yubari City Agricultural Cooperative Center 2F, Taki no Ue 132, Yubari-shi, Hokkaido (北海道夕張市滝の上132 夕張市農協銘産センター2F)
Accès : Taki no Ue Station (JR line)

• Jingisukan (ジンギスカン) chez Matsuo Jingisukan (松尾ジンギスカン)

Un plat atypique et populaire à Hokkaido. Il s’agit du Yakiniku d’Hokkaido, soit un barbecue à la japonaise. Yakiniku (焼き肉, littéralement viande grillée) consiste en un mode de cuisson de viandes et de légumes au charbon de bois, au gaz ou sur une plaque chauffante.

Jingisukan (ジンギスカン), c’est donc la même chose, mais à la place du bœuf ou du poulet qu’on retrouve dans le Yakiniku, on fait griller de la viande d’agneau (ラム) sur une plaque ayant la forme d’un casque de soldat, en dôme. Pourquoi ? Car dans le Japon de l’entre-deux-guerres, l’agneau, quasiment pas utilisé dans la cuisine japonaise, était réputé être un plat de choix des soldats mongols. On raconte que ces soldats utilisaient leurs casques pour griller la viande. Soldats mongols, l’origine du nom vient par conséquent de celui du grand chef mongol, Genghis Khan.

Un bon Jingisukan se déguste chez Matsuo Jingisukan (松尾ジンギスカン), une chaîne populaire originaire de Takikawa, une des villes possédant des élevages de moutons, et répandue à Sapporo et également un peu à Tokyo. Elle propose en plus sur place ou sur internet de passer commande des produits en vrac et de se faire livrer.

Il y a différents menus contenant la viande en petite ou grosse quantité, ou encore de la saucisse. Elle est accompagnée de divers légumes et de pousses de soja à griller ensemble. Chaque menu comprend en plus du riz et de la soupe miso à volonté. Comptez entre 1200¥ et 3000¥ le repas.

Les serveurs proposent des couvertures et tabliers pour se protéger des éclaboussures de la sauce. Ils effectuent la première session de cuisson en expliquant, puis à vous de jouer pour le reste ! Ne vous inquiétez pas, il y a des explications en anglais à chaque table.

Retenez comment bien savourer un Jingisukan :
① Répandez les légumes sur les bords de la plaque chauffante.
② Disposez la viande au centre de la plaque et faites bouillir les légumes en ajoutant la sauce.
③ Quand c’est bien cuit, régalez-vous !
④ Si vous avez encore faim, demandez des udon à cuire sur la plaque.

Adresse : 3-5-12 Myojincho, Takikawa, Hokkaido (北海道滝川市明神町3丁目5-12)
Accès : Takikawa Station (JR lines) sortie principale
Site internet : http://www.matsuo1956.jp

• Glaces de toutes les couleurs et toutes les saveurs !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la touche sucrée, goûtez absolument les glaces ! Elles sont délicieuses, bien rafraîchissantes et on en trouve à toutes les saveurs selon le lieu où vous vous trouvez. Goûtez surtout ces quatre glaces :
Glace au melon de Yubari (夕張メロンソフトクリーム)
Glace au lait d’Hokkaido (北海道牛乳ソフトクリーム)
Glace bleue de Shakotan (しゃこたんブルーソフトクリーム)
Glace à la lavande de Furano (富良野ラベンダーソフトクリーム)

Cette liste ne représente qu’une petite partie ! Ajoutez-y les plats suivants pour avoir fait le tour des spécialités d’Hokkaido : le Miso Ramen de Sapporo (札幌味噌ラーメン, bol de ramen copieux et savoureux avec une soupe à base d’os de porc et aromatisé au miso, accompagné d’une variété de garnitures telles que des tranches de porc, des œufs durs, des germes de soja, du maïs et des pousses de bambou), le Soba Curry de Yubari (夕張カレーそば), le Red Beef Curry de Toya (洞爺湖和牛カレー), le Ishikari Nabe (石狩鍋, un ragoût de saumon et de miso), les Takozangi (タコザンギ, c’est comme le Zangi sauf qu’à la place du poulet, c’est de l’octopus) et le vrai Melon Pan (メロンパン) de la maison du Melon à Furano !


Et vous, quel plat d’Hokkaido préférez-vous ? Ou lequel voulez-vous goûter en premier ?


♫ Un article = Une chanson ► Kyary Pamyu Pamyu– CANDY CANDY