2

▶ Koyasan Stay : Séjour dans un Shukubo (宿坊)

Pour vivre pleinement un séjour dépaysant et renversant à Koyasan (高野山), lieu de culte fondé par Kobo Daishi (弘法大師), prenez le temps d’y rester au moins une nuit et profiter d’une hospitalité unique. Il y a un large choix de temples proposant un hébergement dans des chambres traditionnelles avec onsen (温泉) : on les appelle Shukubo (宿坊) !

A première vue, un Shukubo ressemble à une simple auberge de voyageurs ou à un Ryokan (旅館, auberge traditionnelle et typique du Japon). Cependant, la différence la plus attrayante se trouve dans l’hospitalité. En effet, ce genre d’hospitalité dont on bénéficie dans un Shukubo ne se trouvera nulle part ailleurs ! Seul un Shukubo offrira l’expérience directe du bouddhisme et la dégustation de ses plats végétariens du monastère tout en permettant à ses visiteurs de se sentir apaisé et relaxé.

Les tarifs varient selon les services proposés mais en moyenne, comptez entre 15 000 ¥ et 20 000 ¥ la nuit avec petit déjeuner bouddhiste traditionnel inclus. Malgré ce prix, les temples affichent très vite complet. Il est d’ailleurs recommandé de réserver quelques semaines en avance.

Dans cet article, Kimi vous propose de passer une nuit chez…
Koyasan Onsen Fukuchiin (高野山温泉福智院) !

※ Introduction

Parmi la centaine de temples entourant Koyasan se trouve le temple Fukuchiin (福智院) qui existe depuis 800 ans avec comme représentant bouddhiste Aizen Myouoh (愛染明王).

Situé au cœur de la ville, le Shukubo Koyasan Onsen Fukuchiin propose des hébergements de style japonais dans un temple bouddhiste historique. Les voyageurs peuvent se détendre dans les bains thermaux publics, découvrir les transcriptions manuscrites de sutra (写経, sha-kyō), et écouter la récitation des sutras pendant l’office bouddhiste du matin.

À pieds depuis le Shukubo, il est possible de rejoindre la porte Daimon de Kongobu-ji (金剛峯寺大門) en 15 minutes et le temple Kongobu-ji (金剛峯寺), en 5 minutes.

Adresse : 657 Koyasan, Koya-cho, Ito-gun, Wakayama (和歌山県伊都郡高野町高野山657)
Accès : Takano Keisatsu Mae Bus Stop (Nankai Rinkan Bus)
Site internet : https://www.fukuchiin.com/

※ Chambres et Services

Revêtues de tatami au sol, les chambres de style japonais disposent des commodités nécessaires. Toutes sont pourvues d’une télévision et d’un coffre-fort et les mieux situées dans le temple offrent également une vue sur les jardins. Équipements de toilette, yukata et serviettes sont fournies pour permettre un confort semblable à celui des Ryokan. Les voyageurs dorment dans un futon traditionnel apporté après le dîner et soigneusement préparé par le personnel.

Chez Koyasan Onsen Fukuchiin, les voyageurs peuvent profiter de bains thermaux publics intérieurs et exclusivement en plein air, ainsi que de salles de sauna. Après une longue journée de randonnée dans la montagne ou de balade au cœur des temples de la ville, c’est un moment de détente et de relaxation fort appréciable. Ils peuvent également se poser et admirer les jardins traditionnels Tosen (登仙庭), Aizen (愛染庭) et Hasuna Yuzen (蓮菜遊仙庭) conçus par Shigemori Mirei (重森三玲), célèbre artiste paysagiste de l’ère Showa (昭和). Envie de repartir avec des souvenirs ? Il est possible d’en acheter à la boutique du temple. Enfin, des journaux quotidiens et une bagagerie sont disponibles à la réception.

A l’arrivée pour le check-in, les moines accueillent chaleureusement les voyageurs tout en offrant une hospitalité dévouée. Malgré la barrière de la langue, ne parlant que très peu anglais, ils font la faveur de bien expliquer le fonctionnement des lieux et offrent une petite visite des différentes pièces du temple.

※ De la cuisine bouddhiste (精進料理) pour le repas

Des plats bouddhistes traditionnels végétariens sont servis pour le petit-déjeuner. Des dîners sont également préparés sur demande préalable et au prix de 3 300¥. Tous les repas sont servis en chambre à l’heure souhaitée ou dans la salle à manger pour les groupes, sous réservation obligatoire. Ici aussi, le client se sent roi. Les repas, alliant simplicité et esthétique, sont délicatement disposés à table avec une explication pour chaque plat.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il serait regrettable de ne pas profiter de cette délicieuse cuisine même si elle exclut complètement viande et poisson. Les plats utilisent adroitement le gluten de blé, le wasabi de Kanayamaji (金山寺わさび) et le tofu de Koya (高野豆腐) comme substituts à la viande et offrent un aperçu des compétences, de la culture et de l’histoire des habitants de Koyasan. Les repas se composent également de plantes sauvages fraîches et de légumes de saison.

Voici par exemple un délicieux dîner (夕食) de chez Koyasan Onsen Fukuchiin, incluant :

  • légumes macérés (漬け物, tsukemono)
  • tofu nabe (豆腐鍋) accompagné de légumes et de plantes
  • tofu de Koya (高野豆腐)
  • peau de tofu (湯葉, yuba)
  • konjac (こんにゃく, konnyaku)
  • tempura (天ぷら)
  • riz blanc cuit (ご飯, gohan)
  • divers accompagnements en petite quantité (châtaigne, patate douce, aubergine, haricot vert…)
  • mochi (餅)
  • kaki (かき)
  • thé chaud (ほうじ茶, houjicha)

Et pour un bon petit-déjeuner (朝食) complet, on retrouve :

  • tororo (とろろ) avec feuilles de nori (のり) et sauce soja (しょうゆ, shoyu)
  • pot-au-feu de tofu frit ganmodoki (おでんがんもどき, oden ganmodoki)
  • salade de tofu (豆腐の白和え, tofu no shiraae)
  • soupe miso (味噌汁, misoshiru)
  • riz blanc cuit (ご飯, gohan)
  • tofu nabe (豆腐鍋)
  • hijiki (ひじき)
  • prune séchée (梅干し, umeboshi)
  • thé vert chaud (緑茶, ryokucha)

Savourez tranquillement et silencieusement votre repas tout en prenant le temps d’apprécier le gout de chaque aliment. Une fois terminé, il ne reste qu’à prévenir la réception par téléphone pour demander à débarrasser.

※ Office bouddhiste et expériences atypiques

Le point culminant d’un séjour dans un Shukubo est sans doute l’expérience de l’office bouddhiste (お勤め, otsutome) : la récitation des sutras qui imprègne le silence matinal, créant une atmosphère solennelle et vivifiante tout à fait unique.

Chez Koyasan Onsen Fukuchiin, ça commence à 6 heures tous les matin et ça dure environ 50 minutes ! Rassemblement dans la salle principale (本堂, Hondo). Inutile de réserver, il faut juste se présenter à l’heure, vêtus de vêtements normaux (pas en yukata) et se purifier les mains à l’entrée avec de l’encens avant de s’asseoir sur le sol. Pendant que les moines récitent les sutras, les visiteurs viennent s’incliner silencieusement derrière eux à tour de rôle pour prier. La cérémonie termine par un discours en japonais du moine principal, incluant des remerciements dans différentes langues (dont le français !) et la possibilité d’admirer les trésors de la pièce et de se rendre aux jardins.

Les visiteurs peuvent aussi profiter de leur soirée en s’essayant à d’autres expériences atypiques comme le Shakyo (写経), l’écriture manuscrite du sutra Hannya Shingyo (般若心経, le Sutra du Cœur), au prix de 1500 ¥ (réservation nécessaire). Cette pratique se différencie de la calligraphie ordinaire et peut-être considéré comme un exercice mental. En traçant chaque trait avec concentration, il est dit que le cœur s’apaise. Ecrivez votre souhait et tracez. Votre Shakyo recevra ensuite une bénédiction lors des offices bouddhiques du matin et est en général conservé au temple.

Enfin, il est possible de tester le Hourai (宝来), une décoration traditionnelle unique à Koyasan. Son design est réalisé de façon à attirer la chance. Le Hourai est réalisé avec du papier artisanal traditionnel de Koyasan. Compter 2000 ¥ (réservation nécessaire) pour réaliser son propre Hourai.

※ Kimi témoigne

• Points positifs

On se sent dépaysé et en immersion totale dans la culture japonaise et l’univers du bouddhisme. J’ai découvert beaucoup d’aspects des traditions japonaises dans les manga. J’ai l’impression de vivre en vrai ceux de mon adolescence. Les chambres sont propres et spacieuses avec des futons confortables et le nécessaire pour la toilette. On passe un moment agréable dans les bains. Le repas servi directement dans la chambre à l’heure souhaitée est léger, équilibré et nous permet de découvrir de nouvelles saveurs culinaires. Le personnel est chaleureux et respectueux. Si vous parlez un peu japonais, vous pouvez facilement engager la conversation avec eux.

• Points négatifs

On loge dans un monument religieux et ancien, ce qui implique le fait que les chambres n’ont pas de clef et qu’elles se verrouillent seulement depuis l’intérieur. Heureusement, il y a toujours des coffres-forts mais le fait de quitter sa chambre temporairement sans pouvoir la fermer à clef pourrait en déranger certains. Bien que les chambres soient équipées de chauffage, l’ancienneté du bâtiment fait qu’il fait en hiver très froid dans les couloirs. Attention au coup de froid lorsqu’on se rend aux bains ou aux toilettes !

• Bilan

Expérience unique au cœur du bouddhisme et des merveilles de Koyasan ! À expérimenter une fois dans sa vie au dépourvu d’un choc culturel probable !


Avez-vous déjà séjourné dans un Shukubo ?
Quelles ont été vos impressions ?


♫ Un article = Une chanson ► FTISLAND – Stay

3

▶ Start Again : Kimi déménage – Tome 4

Non ! Je ne déménage pas au Pôle Nord, je vous rassure !

Chez Kimi no BLUE TRAVEL, on ne va bientôt plus compter le nombre de déménagements… Ce nouvel épisode de Recherche Appartement ou Maison au Japon avec Kimi sera consacré à un déménagement assez laborieux puisqu’il implique un changement de région ! A peine une année de passée à Yokohama, Kimi quittait déjà cette ville où il est agréable d’y vivre pour une nouvelle aventure dans un autre coin du Japon qu’elle affectionne : le Kansai !

Découvrez à travers ce témoignage, les étapes, les démarches et tout ce qu’il faut savoir pour réussir un déménagement de ce type en toute sécurité !

Au revoir Président : Kimi annonce qu’elle quitte son logement

Un peu avec tristesse car j’aimais quand même mon logement même si il était un peu vieux et mal isolé. Je m’étais bien installée et m’y sentais vraiment bien. J’aimais mon quartier, ma gare qui me permettait de me rendre facilement partout, et puis Yokohama… Je m’y étais vraiment attachée !

Cette fois les étapes ne se sont pas faites dans le même ordre. En premier j’ai d’abord notifié l’agence immobilière de mon intention de rendre le logement. L’agence m’avait fourni avec mon contrat un formulaire de résiliation (解約通知書). J’avais signé un contrat de deux ans donc il m’a fallu remplir ce document. Lors de cette étape, il est important de tenir compte de la durée du préavis écrit dans le contrat avant de procéder à l’envoi de la demande de résiliation. Pour moi, c’était un préavis de deux mois, ce qui tombait assez bien.

Complétez simplement le document et envoyez-le par la poste ou par FAX. Vous pouvez aussi directement le déposer à l’agence. Si vous ne connaissez pas encore votre nouvelle adresse, vous pouvez la renseigner plus tard bien sûr !

Ensuite, n’oubliez pas de contacter aussi la société d’assurance par téléphone pour la prévenir de la date de fin de contrat : renseignez votre numéro de contrat (契約番号) et votre date de naissance pour vérification d’identité. Si vous partez plus tôt que la durée initiale de votre bail et que vous aviez déjà payé, la société vous rembourse la différence par virement bancaire. Dans ce cas, renseignez aussi votre numéro de compte (口座番号). Enfin, pensez aussi à la société de gaz, d’électricité et d’eau, éventuellement internet, également par téléphone. Indiquez toujours votre nom, votre numéro de client (お客様番号), votre nouvelle adresse pour recevoir les dernières factures et la date d’arrêt du service.

Et quand vous connaissez enfin votre nouvelle adresse, comme d’habitude, prévenez votre banque, votre bureau de poste ainsi que tous les services auxquels vous avez souscrits (forfait téléphone, etc…). N’oubliez pas d’effectuer le changement d’adresse et d’assurance maladie à la mairie de la ville que vous quittez puis votre nouvelle mairie. Pour plus de détails, je vous renvoie à l’article datant de mon déménagement à Yamato !

► Vocabulaire : comprendre un formulaire de résiliation
解約通知書 = formulaire d’avis de résiliation
解約通知日 = date de la demande de résiliation
入居者名 = nom du locataire
契約者 = client / signataire du contrat
引っ越し予定日 = date prévue de déménagement
解約理由をお書かせて下さい。= Veuillez nous faire entendre la raison de la résiliation
就職 = nouvel emploi
転職 = changement d’emploi
転勤 = transfert / mutation
結婚住宅購入 = achat d’une maison de mariage
ルームチェック = état des lieux
立会い = présence
連帯保証人 = garant
希望日 = date souhaitée
転居先住所 = adresse de déménagement
電話番号 = numéro de téléphone
敷金の返金 = remboursement de la caution

Kimi à la recherche de son nouveau logement

Pour être rapide et efficace dans mes recherches, j’ai fait confiance à SUUMO (スーモ) comme la dernière fois, c’est une application pratique qui nous met en relation avec beaucoup d’agences (la plupart japonaises). Je n’avais pas envie de me prendre la tête vu le temps qui m’était compté (je n’avais qu’un mois et demi environ pour trouver quelque chose) ! J’ai donc effectué mes recherches avec les critères suivants :

  • un loyer inférieur à 70 000 yens (賃料)
  • une surface entre 25 et 30 m² (専有面積)
  • du rangement (クロゼット)
  • les toilettes et lavabo séparés de la salle de bain (バス・トイレ別)
  • un parking à vélo (駐輪所)
  • proche de la gare (駅の近くに)
  • gazinière incluse (ガスコンロ)
  • prises électriques bien placées (コンセント)
  • un plan de travail dans la cuisine (システムキッチン)
  • contrat sans le « cadeau » au propriétaire (礼金不要)
  • la fibre optique pour internet (光ファイバー)

Une fois un appartement intéressant trouvé, via le site, il suffit d’envoyer un formulaire pour savoir si le logement est toujours disponible (空室状況を問い合わせ) et d’attendre que l’agence vous contacte pour planifier le rendez-vous pour une visite (見学予約) !

Pour les visites, comme je devais me déplacer depuis Yokohama (en bus et shinkansen) et que ça demandait des frais, j’ai fait en sorte d’avoir mes visites le même jour. En cherchant avec SUUMO (スーモ), j’ai été contactée par mail et téléphone par des agences pour planifier des visites. J’ai visité les biens qui m’intéressaient de deux agences : Pitat House (ピタットハウス) et Apaman Shop (アパマンショップ). Ce sont deux agences qui proposent des appartements assez corrects et le fait d’être étranger ne pose pas trop de problème. Cependant les employés ne parlent pas trop anglais !

J’ai visité quatre logements (trois de Pitat House et un de Apaman Shop). Ça allait de l’appartement 1R de 40 m² avec un loyer de 47 000 yens datant de 1993 au 1LDK de 36 m² avec un loyer de 65 000 yens datant de 1997. J’ai porté mon choix sur un des biens de Pitat House. Donc une fois décidé, passage à l’agence pour remplir le formulaire d’application. Pendant cette démarche, accepter les conditions et le montant des frais d’entrée (vous pouvez essayer de négocier). Fournir carte de résident, carte d’assurance maladie, compléter le formulaire avec coordonnées (bien écrire son nom comme il apparaît sur la carte de résident en plus de l’écrire en katakana), les coordonnées de l’employeur et celles d’un contact d’urgence au Japon. Puis attendre quelques jours la réponse. Si la demande est acceptée, le contrat peut être signé.

► Vocabulaire : comprendre les informations sur un logement en location (賃貸物件情報)
部屋情報 = informations sur le logement
建物種別 = type de bâtiment
マンション = immeuble type HLM
アパート = appartement
築年数 = nombre d’années
間取り = type de logement (1R, 1LDK…)
専有面積 = surface
向き = orientation
完成年月 = année et mois de construction
構造 = structure
閑静な住宅地 = quartier résidentiel calme

契約条件 =  conditions du contrat
賃料 = loyer
管理費・共益費 = charges, frais de gestion, frais d’entretien
敷金 = caution
礼金 = cadeau au propriétaire
保証金 = garantie
契約期間・種別 = durée / type de contrat
更新 = mise à jour / renouvellement
入居可能日 = date d’entrée possible
即可 / 即入居可 = disponible immédiatement / entrée immédiate possible
保険 = assurance
鍵交換費用 = frais d’échange des clés
その他費用 = autres frais
初期費用カード決済可 = paiement initial par carte possible
礼金不要 = cadeau au propriétaire inutile
敷金不要 = caution inutile

特徴・設備 = caractéristiques / équipements
バストイレ別 = salle de bain et toilettes séparées
バルコニー = balcon
エアコン = air conditionné
シーリングライト = plafonnier
都市ガス = gaz de ville
クロゼット = rangement
シューズボックス = armoire à chaussures
オートロック = verrouillage automatique
エレベーター = ascenseur
インターホン = interphone
光ファイバー = fibre optique
駐輪場 = parking à vélos
駐車場 = parking

Kimi a trouvé : elle signe !

J’ai porté mon choix sur un appartement dont le bâtiment est récent (construit en 2018 !) et qui répondait en globalité à mes conditions. La signature d’un contrat de location, c’est… beaucoup de documents ! Tout d’abord, il faut fournir :

  • une photo d’identité (顔写真)
  • un justificatif de revenu (収入証明), par exemple les trois derniers bulletins de salaire (給料明細3ヶ月分) et le contrat de travail (採用通知)
  • l’inkan (印)

Puis, compléter et signer les documents suivants :

  • Fiche d’informations importantes du contrat (重要事項説明書) : un exemplaire pour l’agence et un pour le locataire, écrire nom, coordonnées, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Contrat de location (賃貸借契約書) : un exemplaire pour l’agence et un pour le locataire, écrire nom, date de naissance, coordonnées, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Formulaire d’application à l’assurance (保険契約申込書) : l’agence récupère le document, le contrat est défini à la même durée que celui du contrat de location, écrire nom, coordonnées et inkan aux endroits appropriés.
  • Contrat de garant de location (賃貸保証契約書) : un exemplaire pour la société de garant (保証会社控), un pour l’agence (le bailleur 賃貸人様控) et un pour le locataire (賃借人様控), bien prendre en compte que des frais pour la mise à jour du contrat sont nécessaires tous les ans (en général 10 000 yens), écrire nom, date du jour et inkan aux endroits appropriés.
  • Formulaire de demande de prélèvement automatique (自動払込利用申込書) : un exemplaire pour les institutions financières (金融機関用), un pour la banque, un pour le commissaire (委託者様用) et un pour le locataire (お客様用), écrire nom de la banque, code de la branche (支店コード), numéro de compte (口座番号), nom comme écrit sur le passbook ou la carte et inkan aux endroits appropriés. Le transfert automatique du loyer est vivement recommandé pour éviter de faire d’une part la démarche soi-même et ensuite parce que les frais sont moins chers. Ces prélèvements sont effectués en général le 26 de chaque mois pour le loyer du mois suivant. Si le 26 tombe le week-end ou un jour férié, ce sera effectué le jour ouvré suivant. La seule précaution à prendre est de s’assurer que son compte en banque ait assez d’argent. Aussi, les procédures étant différentes selon les comptes bancaires, la mise en place prend un à deux mois. C’est pourquoi parfois dans les frais d’entrée sont inclus les deux premiers mois de loyers.
  • Fiche de contact d’urgence dans le pays d’origine : écrire nom, coordonnées du contact et la relation entretenue (famille, ami…).

Pour terminer, payer les frais d’entrée par transfert (振込). Selon le contrat, les frais d’entrée comprennent plusieurs éléments comme par exemple :

  • le premier loyer avec les charges (賃料・共益費)
  • l’assurance incendie (火災保険) dont le contrat est de la même durée que le bail (si celui-ci est renouvelé, il faudra payer des frais pour)
  • le garant (賃貸保証)
  • les frais d’agence (仲介手数料)
  • l’émission des clés (カードキー発行)
  • le ménage quand vous quittez le logement (ハウスクリーニング)

Ils sont renseignés sur le relevé de paiement (決済金明細書) avec le montant total à régler et les coordonnés bancaires de l’agence. Encore une fois, ne pas oublier d’appeler la société de gaz, d’électricité et d’eau cette fois pour prévenir de la date d’entrée dans le logement. Les noms et numéros de téléphone sont renseignés sur la fiche d’informations importantes (重要事項説明書). Toutes ces démarches terminées, il ne reste plus qu’à attendre les clés et le jour J d’entrée dans le logement !

► Vocabulaire : comprendre un contrat de location
顔写真 = photo d’identité
収入証明 = justificatif de revenu
給料明細 = bulletin de salaire
採用通知 = contrat de travail
印 = empreinte du sceau (inkan)
借主 = emprunteur (locataire)
賃主 = prêteur (bailleur)
電気 = électricité
ガス = gaz
飲料水 = eau potable
給湯 = eau chaude
振込 = transfert
手数料 = frais
自動振替 = transfert automatique
銀行口座 = compte bancaire

Déménagement : au revoir Yokohama !

Sans doute la plus dure et la plus fatigante étape ! Déjà parce qu’il ne s’agissait pas d’un déménagement dans Tokyo, mais cette fois une plus longue distance entre les deux adresses. Ensuite, j’avais beaucoup d’affaires (c’est fou comme on emmagasine des choses en 4 ans) et mes propres meubles (frigo, machine à laver, etc…). Donc plutôt que de louer un camion, j’ai opté pour une société de déménagement (引っ越し会社). En effectuant une recherche sur internet, beaucoup de sociétés sont proposées. Il est possible de demander un devis gratuit. Pour cela, il faut renseigner les informations suivantes :

  • Nom du client (ご依頼者の氏名)
  • Contact (連絡先)
  • Lieu de résidence actuel (現在のお住まい)
  • Adresse de déménagement (お引越し先)
  • Type de bâtiment (建物のタイプ) : immeuble type HLM (マンション), appartement (アパート), maison individuelle (戸建て)
  • Type de logement (間取り) : 1R, 1LDK…
  • Nombres d’étages (階数)
  • Date(s) souhaitée(s) (希望日)
  • Nombre de personnes qui déménagent (引越し人数)
  • Meubles (荷物) : nom (名), quantité (数量) et dimensions (サイズ)

L’entreprise contacte ensuite le plus souvent par téléphone pour proposer un prix. Et c’est très cher ! Pour un déménagement de cette envergure, il faut compter entre 72 000 et 207 000 yens ! Le prix dépend du nombre de personnes, du type de logement, de la quantité d’affaires et des dates de chargement et de livraison souhaitées. Sur une longue distance, comme le chargement et le déchargement, ainsi que le trajet prennent du temps (d’autant plus qu’au Japon, on conduit en moyenne à 80km/h sur l’autoroute), il est courant que les affaires soient livrées entre deux et cinq jours plus tard. Faire le transfert sur une journée est possible bien sûr mais coûtera davantage plus cher ! En attendant, c’est donc la vie en mode camping avec le minimum vital ou nuit(s) à l’hôtel ou dans un manga café. Le bon côté est que ce temps libre peut être consacré à la récupération des clefs, l’ouverture du gaz, l’électricité, l’eau et les autres démarches administratives. Libre à chacun de choisir selon ses désirs et il n’y a plus qu’à faire les cartons, tout charger puis s’installer dans son nouveau nid !

Si le prix est affreusement élevé, le service offert derrière est efficace. Le jour du chargement (搬出), les déménageurs arrivent à l’heure, parfois en avance, ils vérifient rapidement les affaires à charger et le travail commence ! Ils sont équipés en scotch, papiers bulle, cartons, organisés et ils font tout, absolument tout ! Il y a juste à attendre la fin du chargement. Pour un logement de type 1LDK, le chargement est fait en deux heures environ !

Le personnel remet à la fin des papiers correspondant aux camions chargés (un par camion) avec coordonnés (氏名・住所・電話番号), la taille des camions (サイズ), le nombre de cartons (BOX 内個数), le poids total (重量) puis le relevé des affaires (引越荷物明細書). Signature et plus qu’à passer à la seconde étape : le déchargement (搬入) dans le nouveau logement. Il est tout aussi rapide ; environ 30 minutes puisque le staff dépose les meubles et les cartons aux endroits désirés et repart aussitôt après vérification et signature.

► Vocabulaire : comprendre les informations quand on demande un devis pour déménagement (見積もり依頼)
郵便番号 = code postal
都道府県 = préfecture
市区郡 = ville / arrondissement
町村 = quartier / rue
番地 = numéro de rue
マンション名 = nom de l’immeuble
その他 = autres
新築 = nouvelle construction
エレベーター (有・無) = ascenseur (avec – sans)

引越し日 = date de déménagement
搬出希望日 = date de chargement souhaitée
搬入希望日 = date de déchargement souhaitée
作業開始時間 = heure de début des opérations
引越荷物明細書 = relevé des affaires à déménager

► Vocabulaire : les meubles et le mobilier (荷物)
高さ = hauteur
横幅 = largeur
奥行 = profondeur

タンス = commode
本棚 = bibliothèque
布団 = futon
ベット (シングル・セミダブル・ダブル) = lit (simple, semi-double, double)
マットレス = matelas
エアーベッド = matelas gonflable
机 = bureau

テレビ = télé
テレビ台 = meuble télé
スピーカー = enceintes
ソファー = fauteuil
こたつ = kotatsu
コンピューター = ordinateur
プリンター = imprimante
チェスト = coffre

洗濯機 = machine à laver
洗濯物干し ハンガー = cintre à linge
多機能物干し = étendoir à linge
物干し竿 = barre à linge
扇風機 = ventilateur électrique
ストーブ = chauffage (poêle)
ファンヒーター = radiateur soufflant
カーペット = tapis

食器棚 = placard à vaisselle
冷蔵庫 = réfrigérateur
スチームオーブンレンジ = four à micro-ondes et à vapeur
電子レンジ = four à micro-ondes
オーブトースター = grille-pain
炊飯器 = cuiseur de riz
たこ焼き器 = appareil à takoyaki
ケトル = bouilloire
テーブル = table
椅子 = chaise

照明器具 = matériel d’éclairage
シーリングライト = plafonnier
掃除機 = aspirateur
コロコロ = corocoro
箒 = balai
鏡 = miroir
ゴミ箱 = poubelle
スーツケース = valise
体重計 = pèse personne
フラフープ = hulahoop
ヨガカーペット = tapis de yoga
ゴルフバック = sac de golf
スキー用品 = équipement de ski
電子ピアノ = piano électronique
自転車 = vélo
バイク = moto

ダンボール = carton
かばん = sac

Etat des lieux : merci Luna

Le logement qui n’est plus le mien désormais est vide. Il faut alors procéder à l’état des lieux de sortie. Contrairement à l’état des lieux d’entrée qui est fait sans le locataire, il faut être présent pour l’état des lieux de sortie. A la suite de l’état des lieux, des frais de rénovation (リフォーム代等) peuvent être demandés en cas de dommage. Si ça n’a pas été payé avant, il y a également les frais de nettoyage (ハウスクリーニング料) dont le prix varie en fonction de la surface, et les frais de nettoyage des climatiseurs (エアコンクリーニング料). La caution est également remboursée si il y en avait une. Le règlement est à effectuer par transfert (振込) dans les deux semaines qui suivent.

Pour l’état des lieux, il faut venir avec :

  • inkan (印)
  • les clés (鍵)
  • le guide d’utilisation du logement

Cela ne prend pas plus de 30 minutes en général et à la fin est remis le relevé avec le montant des frais à payer.

► Vocabulaire : comprendre un relevé d’état des lieux (ルームチェック表)
立会日 = date de rendez-vous
物件名 = nom de la propriété
号室 = numéro de l’appartement
入居日 = date d’emménagement
解約日 = date de résiliation
入居年数 = durée de résidence
入居者名 = nom du locataire
契約者名 = nom du client / signataire du contrat
保証人名 = nom du garant
月額会計 = montant mensuel
金額 = montant

Ainsi se termine donc ce déménagement ! Beaucoup de choses, beaucoup d’étapes. Un déménagement bien plus fatigant que les précédents mais qui s’est terminé sans encombres. Un petit pincement au cœur en disant au revoir à LUNA (le nom de mon appartement) mais je me sens déjà très bien dans mon nouveau nid dans le Kansai ! Malgré la barrière de la langue et le fait d’être seul(e) sans famille dans un pays étranger, au final, un déménagement n’en demeure pas beaucoup plus compliqué qu’en France ! Il suffit d’être débrouillard !

Renouvellement du contrat de location (賃貸借契約更新)

Deux ans plus tard, toujours dans le même logement et souhaitant y rester, il faut procéder à un renouvellement du contrat de location (賃貸借契約更新). Quand on souhaite renouveler sa location dans un logement, au Japon, il y a des frais comprenant en général l’équivalent d’un mois de loyer ainsi que l’assurance qui est renouvelée en même temps pour deux ans. Le locataire reçoit la facture (請求書) avec le montant à payer par virement bancaire comme pour les frais d’entrée, accompagné d’un formulaire de consentement au renouvellement du contrat de location (賃貸借契約更新承諾書) en deux exemplaires. Si le locataire souhaite renouveler, il renvoie un exemplaire par courrier à l’aide de l’enveloppe jointe (inutile de payer un timbre) avant la date butoir fixée et paie les frais. Également, comme tous les ans, il y a aussi le renouvellement du garant (更新保証) où le locataire reçoit une carte postale avec la facture de 10 000 ¥ à régler au konbini. Une fois cela fait, le locataire est tranquille pour deux années de plus !


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► OneRepublicStart Again ft. Logic

0

► The Way Part 3 : Je quitte Tokyo pour Kanagawa !

Après le nouveau visa et premier visa travail, je possède désormais les clés m’ouvrant les portes de la nouvelle étape de cette aventure ! Le 7 août dernier j’ai déménagé ! J’ai quitté ma petite chambre de 7m² à Harajuku pour un studio de 23m² dans la préfecture de Kanagawa ! Donc oui, désormais, je ne réside plus à Tokyo ! Et à vrai dire, ça ne me pose pas vraiment de problème (sauf quand je mets une heure pour rentrer du travail orz). Au bout d’un an et après trois voyages, je connais Tokyo comme ma poche. J’avais envie de découvrir sa banlieue tranquille et d’autres régions.

Je suis arrivée au Japon avec deux valises, et au bout d’un an dans une share house, j’avais des meubles, un futon, un kotatsu, un vélo… Bref, pleins d’affaires, et il fallait tout déménager…

Le prix d’un déménagement au Japon : 1000 yens ? 8D Je n’ai pas loué de camion mais mon amie japonaise Emiko est venue avec sa grosse voiture familiale. J’ai tenu à lui payer l’essence mais elle n’a pas voulu me prendre plus de 1000 yens ! Eh oui, les japonais sont comme ça ! J’avais fait trois trajets avant avec mes valises pour emmener les petites affaires, il ne restait plus que le plus lourd et le plus encombrant à transporter. Un beau Dimanche matin ensoleillé, Emiko, Hiromi et Tomo venaient pour m’aider à déménager. En même pas une heure tout était dans la voiture, même si nous avons bien galéré à entrer le vélo xD. Il n’a pas fallu beaucoup de temps non plus pour tout installer. Je suis très reconnaissante envers mes amies pour être venues m’aider. Elles sont allées acheter au konbini de quoi manger pour fêter l’événement, ma crémaillère xD autour de mon kotatsu : des soba et du poulet frit ! Il paraît qu’on mange ça quand on emménage dans un nouveau logement !

Cela m’a fait un peu bizarre de quitter la petite share house bien située, mais je savais que je partais pour un meilleur endroit, un endroit à moi, plus grand et spacieux. Et tout ce que je peux dire, c’est que je m’y sens bien même si je suis maintenant un peu loin de Tokyo. Je reconstruis peu à peu tout de ma vie parisienne que j’ai abandonnée pour le Japon. Le travail, le visa et maintenant l’appartement ! Et dans une ville calme, sans trop de buildings ni trop de monde, bien sympathique comme j’aime et qui me rappelle ma ville de banlieue parisienne !

Un déménagement, un emménagement dans un appartement n’est pas de tout repos et il y a pas mal de choses à faire ! Je vous retrace mon parcours ! Je loge dans un studio du groupe Leopalace 21 qui propose partout au Japon des studios et appartements dans des résidences, souvent meublés et avec un forfait internet. Leur personnel parle japonais, coréen, chinois et anglais !

Entrée dans les lieux et installations

Dès le premier août, j’ai pu récupérer les clefs de mon logement dans une des agences Leopalace 21. Je suis allée, munie du justificatif remis lors de la signature du contrat et de ma carte de résident, à l’agence située à Chuo Rinkan. Au même moment l’électricité fonctionnait déjà, donc aucune démarche à faire de ce côté, tout avait été fait à l’agence lors de la signature du contrat.

Certains des logements Leopalace 21 sont munis d’un système de sécurité, tout comme le mien. C’est la compagnie SECOM qui gère ce système, soit la première compagnie de sécurité du Japon. Le 7 août, jour de mon emménagement, un employé de SECOM est donc venu mettre en marche mon boitier de sécurité. Je ne sais pas comment appeler ce truc haha, mais regardez à quoi ça ressemble.

Dites bonjour à Yonghwa au passage -pan-

Dites bonjour à Yonghwa au passage -pan-

Le rendez-vous avait été pris lors de la signature de mon contrat. Après quelques magouilles, des explications rapides et simples (pour un japonais, pas pour moi, heureusement que mes amies étaient là pour traduire x’D). Ce qu’il faut retenir, ce sont les deux principaux modes de fonctionnement de cet appareil :

  1. Le mode « sommeil » : on appuie sur le bouton rouge 在宅 (= à la maison, chez soi) à gauche au moment d’aller se coucher. Si dans la nuit quelqu’un s’introduit chez vous en ouvrant la fenêtre, le boitier sonne. Lorsque vous vous levez le matin, pensez à désactiver le mode en appuyant sur le bouton bleu 在宅. N’oubliez pas sinon si vous ouvrez la fenêtre… BIIIIIIIIP (et le son est vraiment insupportable).
  2. Le mode « absent à la maison » : vous sortez de chez vous pour aller au travail ou juste pour sortir ? Il faut donc activer le boitier en insérant la clef SECOM dans la serrure en bas 外出 (= sortie). Une fois activé, vous avez trois minutes pour sortir. Lorsque vous rentrez chez vous, vous devez impérativement insérer à nouveau la clef pour désactiver le boitier. Là attention, vous avez une minute pour le faire. Donc le pipi en rentrant du travail ou de votre soirée Izakaya attendra ! Dès que vous ouvrez votre porte, le boitier sonne avec un message vous disant d’insérer votre clef. Sinon, ça sonne, fort, très fort. Si vous le faites, le boitier est content et vous dit « Okaerinasai » (Bon retour à la maison). C’est mignon, il pourrait devenir votre ami et compagnon de la maison huhu. Une bonne raison de m’amuser à dire « Tadaima » quand je rentre chez moi xD, car ce ne sont pas mes trois Kuma qui vont me répondre hahaha -je sors-

Une dernière fonction est l’appel d’urgence. Avec le bouton rouge en haut 非常 (= urgence). Ne pas en abuser sinon les flics seront pas contents mais à utiliser si vous vous sentez en danger. En appuyant sur ce bouton, cela avertit la police qui vous rappelle aussitôt sur votre téléphone. Vous devez vous assurez de pouvoir répondre à votre téléphone dans l’immédiat sinon la Police se déplace et si elle se déplace pour rien, c’est mauvais pour vous xD (de ce que j’ai compris). En tout cas, je sais que je peux me sentir en sécurité, en sachant déjà que le Japon n’est pas un pays dangereux !

Après l’installation de la sécurité, place à l’installation du gaz, pour mon eau chaude ! Lors de mon emménagement, un employé est venu vérifier l’installation et si l’eau chaude marche bien. J’ai reçu ensuite les papiers suivants : la copie du contrat avec mon numéro d’identifiant (il faut écrire vos coordonnées ainsi que celle d’un ami japonais en cas d’urgence) et un petit formulaire pour choisir le mode de paiement, à renvoyer par la poste. Vous pouvez payer par prélèvement bancaire ou par carte de crédit. J’ai choisi la première option car je n’ai qu’une carte de retrait japonaise. Mais il est tout à fait possible, en tant qu’étranger, d’utiliser votre Visa ou votre MasterCard ! Vous payez également une caution de 10 000 yens, remboursable lorsque vous quittez votre logement.

Une chose à faire également si vous avez opté pour cette option : mettre en marche internet ! Et là encore, heureusement que mes amies étaient avec moi à ce moment xD. L’abonnement démarre le même jour que le contrat de location. A mon arrivée, le matériel était déjà installé, j’ai la fibre optique, opéré par LEONET. La chose à faire c’est se créer un identifiant LEONET et un mot de passe en suivant le mode d’emploi en anglais remis lors de la signature du contrat. Il est impératif d’avoir aussi un compte Google (salut Android). Si vous suivez bien toutes les étapes, vous pouvez accéder à votre espace LEONET sur votre télé. Vous avez également le wifi. Vous pouvez souscrire à des chaînes supplémentaires, acheter des films et séries télé, aller sur Youtube et jouer à des jeux. Internet fonctionne super bien chez moi et je mets la plupart du temps Youtube sur la télé.

Enfin, contrairement en France, au Japon, on ne fait pas d’états des lieux (部屋の点検). Du moins avec Leopalace 21 ça fonctionne comme suit : avant votre entrée, le grand ménage est fait et l’électricité installée (d’où les frais pour le « service nettoyage » de 20 000 yens). Puis, au moment de la signature du contrat, un papier et une enveloppe sont remises pour l’état des lieux. A vous de signaler ce qui ne va pas dans le logement en précisant à quel endroit (場所) et l’état (状態) et d’envoyer le formulaire par la poste (payer un timbre 82 yens pour l’envoi). Il y a deux exemplaires : un pour Leopalace 21 et un pour vous à conserver jusqu’à votre état des lieux de sortie. Vous avez un mois pour renvoyer le courrier.

Loyer et factures : comment ça marche ?

Mon loyer est payé toutes les fins de mois (aux alentours du 27) par prélèvement bancaire. Mon loyer comprend en plus mon forfait internet (2 268 yens), les charges (6 500 yens), et les frais d’entretien de l’immeuble (540 yens). J’ai en plus des frais de 515 yens pour le transfert bancaire (parce qu’au Japon, y a toujours des frais pour les opérations de transfert bancaire 8D bande de chacals… On dit des chacaux ? -sort-). Total par mois : 63 823 yens soit environ 561.59 euros ! Et c’est moins cher que ma share house à Harajuku qui elle grimpait jusqu’à 68 800 yens par mois (605 euros). Vive la banlieue hein !

Il en est de même pour le gaz. Je reçois un reçu par la poste prouvant le prélèvement et le montant. Je paye en moyenne 2 197 yens par mois. Pour l’électricité, je reçois la facture chez moi et je dois payer au konbini avant la fin du mois. En moyenne, cela me coûte 3 591 yens par mois.

20160919_155150 20160919_154956

Mon petit nid douillet, c’est donc…

Un studio super clean de 23m² dans un bâtiment datant de 2001. J’habite dans la ville de Yamato et je peux me rendre à Shibuya en 40 minutes avec la ligne Den-en-toshi, à Yokohama en 40 minutes et à Kamakura et Enoshima en 40 minutes aussi, bref le top car ce sont des lieux où j’aime aller. Le coin n’est pas très beau, l’immeuble on pourrait croire qu’il ne fait pas le poids face aux séismes, mais il y a dans le voisinage de jolies maisons dans lesquelles j’aimerai bien habiter un jour haha. Il y a un parking à vélo, j’habite au premier étage. Il y a un balcon, des meubles et de l’électroménager (télé, table, chaises, frigo, machine à laver, micro-ondes), pleins d’armoires, l’air conditionné, un interphone. La cuisine est un peu petite, je n’ai pas de plan de travail mais je m’y ferai. Mes plaques de cuisson sont électriques. J’ai un espace lit où j’y ai installé mon futon pour dormir. Bref je ne vais pas détailler, je vous fais visiter en photo ! Bienvenue chez moi !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUEThe Way Part 1 ~one time~ (Live @ TFT HALL)

0

► Boulevard of (un)broken dreams : Chercher un logement au Japon

Ma future maison… Un jour peut-être !

Je donne une suite à cet article, car après avoir trouvé un travail et obtenu mon visa travail, il était temps pour moi de… déménager ! Un salaire bien mieux que trois baito cumulés, le sentiment de me sentir de plus en plus à l’étroit dans ma share house… Oui, là il fallait que je passe à l’étape suivante : déménager… Précisément, avoir un appartement, un vrai, rien que pour moi !

Chercher un logement au Japon ; le guide par Kimi, basé sur sa propre expérience !

De ce que j’avais entendu, chercher un logement au Japon quand on est étranger relève d’un véritable parcours du combattant, et après être passé par là, je ne déconne pas xD. Et ce n’est pas la peine de vous lancer là dedans si vous n’avez pas les choses suivantes : un statut de résident, un travail (et PAS un baito) et beaucoup, beaucoup d’argent ! Car oui, il faut savoir que se procurer un logement au Japon demande des économies énormes (qui pour moi pouvaient être jusqu’à l’équivalent de trois fois mon salaire, haem…).

► First Step : recherches, critères & frais

Ne sachant pas trop comment procéder et ne connaissant aucune agence qui pouvait accepter des étrangers, j’ai commencé mes recherches au même endroit où j’ai commencé mes recherches de boulot : sur le site GajinPot, qui possède aussi une section pour les logements. Par GaijinPot, j’ai pu trouver plusieurs annonces de diverses agences et directement envoyer une demande de visite. Ensuite c’est directement l’agence en question qui répond pour fixer un rendez-vous pour une visite, voir proposer d’autres logements selon vos critères. Les choses à préciser et que les agences vous demanderont toutes :

  • La surface désirée, le type de logement et votre budget
  • La station de train la plus proche de votre zone de recherche (et éventuellement la distance maxi entre le logement et la station)
  • La date à laquelle vous souhaitez emménager (évitez de dire que vous souhaitez emménager dans deux ou trois mois et soyez prêt à signer dans l’immédiat si un appartement vous plait, les agences japonaises ne traînent pas, et puis il y a toujours de nombreux logements de disponibles à tout moment !)
  • Combien de temps vous comptez rester
  • Votre nationalité
  • Votre niveau de japonais
  • Votre type de visa

Les types d’appartements au Japon sont nommés comme suit :

  • 1R : R pour Room, une seule pièce avec la cuisine et la salle de bain comprises
  • 1K / 2K / 3K : K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s) (se référer au chiffre), une salle de bain, une cuisine très petite souvent disposée dans l’entrée et faisant la liaison avec la pièce à vivre
  • 1DK / 2DK / 3DK : D pour Dining, K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s), une grande salle à manger avec la cuisine, une salle de bain
  • 1LDK / 2 LDK / 3 LDK : L pour Living, D pour Dining, K pour Kitchen, une/deux/trois chambre(s), une grande salle à manger/pièce à vivre avec la cuisine, une salle de bain

Ensuite pour les surfaces et prix, c’est comme partout : plus vous vous éloignez du centre, plus vous pouvez avoir un logement plus grand pour moins cher. Le loyer varie aussi selon si vous êtes situés dans une zone bruyante ou pas, près de la gare ou de divers commerces… Pour vous donner un exemple, je me base sur un studio que j’ai visité dont le loyer était de 55 000 yens. Les frais d’entrée dans un appartement comprennent :

  1. Le loyer de base : 55 000 yens
  2. Les charges : 6 500 yens
  3. La caution 敷金 : qui la plupart du temps n’est pas remboursable car elle est utilisé pour réparer les éventuels dommages causés dans l’appartement (un peu comme chez nous au final). Équivalent à un mois de loyer : 55 000 yens
  4. Le « cadeau » au propriétaire 礼金 : ce système vient de la seconde guerre mondiale, alors que Tokyo était en reconstruction, les logements se faisaient très très rare et afin de pouvoir acquérir un logement, les locataires offraient de l’argent en plus aux propriétaires, et depuis, ce supplément existe toujours (hahaha chouette pour le porte monnaie). Équivalent à un mois de loyer, parfois deux mois : 55 000 yens
  5. Les frais d’agence, environ un mois de loyer ou selon l’agence : 59 400 yens
  6. L’assurance incendie (valable pour la durée du contrat, soit un an ou deux ans), varie selon l’agence et la compagnie d’assurance : 16 200 yens
  7. Les frais de nettoyage avant l’entrée, varie selon la surface et l’agence : 35 000 yens
  8. Les frais de garant, comme vous êtes étrangers, l’agence se porte automatiquement garant, le montant varie selon l’agence ou parfois c’est l’équivalent d’un mois de loyer : 30 750 yens
  9. D’autres frais peuvent s’ajouter selon les agences (frais pour le changement de la clef et du système de verrouillage, service assistance 24h…)

Ce qui fait un total de : 312 850 yens, soit 2 760 euros ! Pour informations, il s’agissait d’un studio 1R de 16 m² sans AUCUN meuble, même pas un frigo, sans internet (donc forfait à souscrire à part pour en moyenne 5 000 yens par mois) situé à 30 minutes de Shibuya dans l’arrondissement de Setagaya.

Au début, je n’avais pas de critères particuliers, mais après la visite de deux appartements de 16 m² (que j’ai jugé trop petit ><) sans meubles avec des frais énormes, je me suis imposée mes critères et j’ai décidé d’être plus sélective : pas de cadeau (ils vont se faire f****** je ne suis pas riche), des meubles, un garage à vélo, du rangement, pas un loyer dépassant 70 000 yens, minimum 23 m², et internet.

► Second Step : agences & visites

Je suis entré en contact avec cinq agences différentes et j’ai visité 4 appartements. Je vous donne leurs noms car ils parlent anglais, leurs logements sont propres et ils répondent assez rapidement. Mais notez que toutes ces agences peuvent vous proposer le même logement ! A vous de voir celle qui fera la meilleure offre !

L’organisation d’une visite fonctionne comme suit : vous avez rendez-vous à l’agence pour commencer à établir un dossier avec vos critères. Ensuite vous allez visiter les appartements qui ont attiré votre attention. Dans le cas de AghartA, ils m’ont envoyée seule visiter les appartements en me donnant le code d’entrée par téléphone (je devais donc leur téléphoner une fois arrivée et juste avant de partir pour verrouiller à nouveau la porte). Si je choisissais un de leur appartements, un nouveau rendez-vous était fixé pour signer le contrat. Dans le cas de BALLEGGS, l’agent vous emmène en voiture visiter et si c’est le coup de cœur, vous retournez à l’agence pour signer. Pour les autres agences, je n’ai pu échanger que quelques mails avec eux seulement.

► Third Step : le bon choix, ou le coup de cœur

J’ai commencé mes recherches début juin. Entre les rendez-vous, les e-mails à envoyer, le temps filait rapidement. Et il fallait absolument que je quitte ma share house avant fin août, date de fin de mon contrat car un renouvellement impliquait le paiement de l’assurance pour une nouvelle année… Non et non. Je devais partir avant !

Puis je suis finalement tombée sur une annonce pour un logement meublé situé vers Nerima (au nord ouest de Tokyo) et avec un loyer abordable, proposé par l’agence Leopalace 21. Hélas, une fois entré en contact avec l’agence, on m’annonce que cet appartement vient d’être réservé, mais qu’il y en a d’autres de disponibles à d’autres endroits. Et c’est finalement un de leurs appartements que j’ai choisie après la visite !

Le coup de cœur a été immédiat. J’avais pu voir en vidéo comment était l’appartement. J’étais quasi sûre de le choisir car le temps était compté, que je ne trouverais peut-être pas mieux à un meilleur prix, et aussi parce que Leopalace 21 faisait une promotion pour le mois de juillet : pas de cadeau, pas de caution, pas de frais d’agence, pas de facture d’eau, et les loyers d’août et de septembre offerts ! Une offre bien alléchante, si alléchante que j’avais peur de me faire avoir ! Mais Leopalace 21 est un grand et bon groupe, et j’ai bien posé le maximum de questions pour avoir le plus d’informations possible ! Je trouve que c’est une bonne agence, puisqu’elle répond surtout aux demandes des étrangers résidant au Japon, grâce à la présence d’un personnel parlant anglais, coréen et chinois. On peut trouver des logements de tout type partout au Japon. Il y a également des logements pour les étudiants et les personnes en voyages d’affaires cherchant un endroit où loger sur le court-terme. Il y a un forfait Internet (optionnel) et les logements sont meublés et sécurisés.

J’ai visité l’appartement un 24 juillet et j’étais convaincue ; je voulais finalement celui-là ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Immédiatement, je me suis rendue en compagnie de l’agent à la branche de Leopalace 21 située à Yokohama pour établir et signer le contrat !

► Fourth Step : signature du contrat

Le logement est trouvé, il faut maintenant passer à la partie administrative : création du contrat et sa signature ! Pour établir votre dossier, vous devez impérativement fournir les documents et informations suivantes :

  • Votre carté de résident et votre passeport
  • Votre numéro de téléphone (japonais)
  • Votre adresse actuelle
  • L’adresse et le numéro de téléphone de votre employeur
  • Document(s) justifiant de votre statue d’employé (contrat de travail, fiche de paie)
  • Vos coordonnés bancaires (passbook ou carte de crédit) pour le paiement mensuel de votre loyer
  • Les coordonnés d’une personne (membre de votre famille) résidant dans votre pays d’origine en cas d’urgence
  • Les coordonnés d’une personne résidant au Japon en cas d’urgence, en précisant quelle relation vous entretenez

Chez Leopalace 21, vous remplissez en premier lieu un formulaire d’application avec toutes les informations demandées ci-dessus. Il est en japonais mais une traduction en anglais est fournie pour vous aider à le remplir. Il y en a un exemplaire pour l’agence et un exemplaire pour vous.

Ensuite c’est la pluie de documents : une fiche descriptive de votre appartement avec le plan et la liste des utilités, les numéros de téléphone utiles (service en anglais disponible), une notice avec ce qu’il faut faire le jour de l’emménagement (en anglais), le règlement intérieur de la résidence (en anglais), l’organisation des poubelles, une notice expliquant comment démarrer internet (en anglais), un justificatif pour récupérer les clefs, un formulaire pour l’était des lieux d’entrée, un formulaire de départ, et pleins d’autres documents avec pleins d’informations, et les plus importants, votre contrat d’assurance et votre bail ! La durée d’un contrat sur le long-terme est de deux ans. Dans le cas d’un départ avant la fin du contrat, le petit formulaire de départ est à remplir et il faut payer l’équivalent d’un mois de loyer plus des frais de nettoyage. Dans le cas d’un renouvellement du contrat, il faut payer des frais (moi ça sera environ 28 500 yens).

Puis c’est le moment de payer ! Le premier paiement se fait par carte de crédit ou espèces. J’ai vidé une bonne partie de mon nouveau compte en banque fraîchement créé mais grâce à la promotion, j’ai pu échapper au découvert xD. Voici ce que comprenaient mes frais d’entrée :

  • L’assurance incendie (valable deux ans) : 15 850 yens
  • Les frais d’entretien de la résidence pour les mois d’août et septembre : 1 080 yens
  • Internet pour les mois d’août et septembre : 4 536 yens
  • Les frais de nettoyage : 23 328 yens
  • Les frais de garant : 63 308 yens

Total : 108 102 yens (soit environ 955 euros). L’électricité et le gaz seront payés à part tous les mois (compter environ 10 000 yens par mois d’après l’agence). Grâce à la promotion, je suis épargnée de la facture d’eau.

Je peux donc annoncer que je quitte ma share house ! Pour ça pas grand chose à faire. Juste à remettre le formulaire de départ en précisant à quelle date vous quitterez définitivement votre logement et les coordonnés bancaires pour être remboursé de la caution.

J’espère que ce petit guide vous aidera à comprendre un peu comment marche la recherche de logement au Japon. N’hésitez pas si vous avez des questions ^^.


♫ Un article = Une chanson ► Green Day – Boulevard Of Broken Dreams

1

► Feelin way too damn good : J’ai la belle vie avec un futon et un kotatsu !

Ce 8 mars 2016, j’ai, on pourrait presque dire, déménagé. Ou plutôt ce sont mes meubles qui ont déménagé. L’un de mes colocataires m’a annoncé qu’il déménagerait prochainement. De ce fait, il m’a demandée si je voulais récupérer quelques uns de ses meubles. J’avais abandonné les recherches de commode pour ranger mes vêtements et là ça tombait impec’ ! Mais ce n’était pas tout, il m’a aussi fait don de son kotatsu et d’un futon, deux éléments qui équipent souvent les maisons traditionnelles japonaises. Je vous explique ce que c’est !

Personne ne sort de son lit pour dormir par terre… ou presque !

► Kotatsu

Un kotatsu (炬燵) est un support de bois de faible hauteur recouvert d’un futon ou d’une couverture épaisse, sur lequel repose un dessus de table. Le dessous d’un kotatsu est chauffé. C’est le mode de chauffage le plus courant au Japon, le chauffage central étant peu répandu. On s’assoit autour du kotatsu sur des zabuton (coussin japonais pour s’asseoir) posés sur le sol ou sur les tatamis.

La première fois que j’ai vu cette invention géniale, c’était dans le manga Fruits Basket ! Oui, j’ai beaucoup découvert le Japon et ses traditions à travers les manga.. et à ce moment j’étais loin de m’imaginer où ça me mènerait et que je pourrai un jour en profiter chez moi !

► Futon

Un futon (布団) constitue le lit traditionnel japonais, bien que son origine ne le soit pas. En effet, le futon tire son origine en Inde, puis en Chine, avant d’être importé au pays du soleil levant. Très bon pour le dos, il se compose d’un matelas (敷き布団, shikibuton), une couette (掛け布団, kakebuton) et parfois un oreiller (枕, makura). Ceux-ci sont conçus pour être placés sur un sol (le plus souvent composé de tatamis) sont traditionnellement placés dans des placards à portes coulissantes appelés oshiire (押し入れ) pendant la journée pour laisser respirer le tatami et permettre une gestion facile des petits espaces. Ils doivent être régulièrement aérés, surtout si on ne les a pas mis de côté pendant la journée. Une exposition directe au soleil est très conseillée surtout au Japon où le climat est très humide.

De nos jours, les japonais ont plutôt tendance à opter pour les lits occidentaux pour ne pas avoir la corvée de ranger le futon tous les jours… Mais moi j’ai fait le contraire ! J’avais déjà dormi dans un futon lors de mon premier séjour à Nagoya dans un Ryokan, et lors de mon homestay à Nagano. Celui que j’ai reçu de mon colocataire est un shikibuton bien épais, et même si le sol de ma chambre c’est du parquet, je dors confortablement bien dedans !

Je suis vraiment reconnaissante envers mon coloc’ pour avoir eu la gentillesse de me léguer ces meubles ! Tout ça gratuitement ! J’ai donc réaménagé ma chambre, retiré mon lit, le petit bureau et la chaise qui me servaient à rien et qui prenaient inutilement de la place. Ma chambre a désormais plus un côté plus « japonais » et plus « traditionnel » et je suis contente de ce changement. J’apprécie autant le futon qui me permet d’économiser de l’espace la journée. Je m’en fiche d’avoir à le ranger tous les matins et à le sortir au moment de me coucher xD. Et le kotatsu… ah mais c’est un véritable bonheur de pouvoir bosser son japonais, travailler sur mon PC et même manger tout en profitant de sa chaleur et de ses couvertures !


♫ Un article = Une chanson ► Nickelback – Feelin’ Way Too Damn Good