2

► Driver’s High : Conduire au Japon

Marre de prendre le train, le vélo ou de marcher ? Envie de vous évader dans la campagne japonaise et de parcourir des routes désertes, faire un road trip dans les coins perdus du Japon ?

Vous avez le permis de conduire ? Alors tentez une nouvelle aventure et offrez-vous la possibilité de conduire au Japon pendant votre séjour ! C’est facile et rapide ! Pour cela, il faut juste rendre votre permis valide sur le territoire japonais ! Pour cela deux options se présentent : la première, faire traduire votre permis en japonais et la deuxième, remplacer votre permis original par un permis japonais, appelé ainsi Gaimen Kirikae (外免切替) en présentant une demande au centre des permis de conduire (免許センター) de votre préfecture.

La Fédération japonaise de l’automobile (JAF) accepte et publie des traductions en japonais de permis de conduire étrangers dans ses branches situées partout dans le pays, désignées par la Commission nationale de la sécurité publique.

En tant que ressortissant français, il est donc possible de conduire sur le territoire si vous êtes muni de cette traduction en plus de votre permis original et votre passeport. Deux conditions sont à respecter :

  • la traduction doit être officielle et établie par une entité désignée par la loi. Les entités autorisées par la loi à préparer la traduction du permis de conduire sont les suivantes :
    A) L’Ambassade ou le Consulat du pays émetteur au Japon
    B) La Fédération japonaise de l’automobile (JAF)
  • La période écoulée depuis votre dernière entrée au Japon doit être inférieure à un an. Pour preuve et vérification, se référer au dernier tampon sur votre passeport.

Donc, que vous soyez un touriste ou un résident, tant que vous n’avez pas passé plus d’un an sans quitter le territoire japonais, vous pouvez conduire en étant muni de votre permis et de sa traduction en japonais !

Cet article va donc traiter de la première option, c’est-à-dire, la traduction du permis original réalisée à la Fédération japonaise de l’automobile (JAF).

Faire une demande de traduction de permis de conduire chez JAF

Les demandes de traduction de permis de conduire à la Fédération japonaise de l’automobile (JAF) peuvent s’effectuer directement sur place ou par voie postale. Il est également possible de faire faire les formalités de demande par un représentant. Pour connaitre la branche la plus proche de chez vous, vous pouvez consulter le lien suivants : liste des branches de JAF.

JAF Tokyo (JAF東京支部)
Adresse : 2-2-17 Shiba, Minato-ku, Tokyo (東京都港区芝2丁目2−17)
Accès : Shibakouen Station (Mita Line) sortie A1, Hamamatsucho Station (JR Lines, Tokyo Monorail) sortie sud
JAF Kanagawa (JAF神奈川支部)
Adresse : 2-1-8 Katakura, Kanagawa-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken (神奈川県横浜市神奈川区片倉2丁目1−8)
Accès : Katakuracho Station (Yokohama Municipal Subway Blue Line) sortie 1
Site internet : http://www.jaf.or.jp
Horaires d’ouverture : 9:00~17:30 (fermé samedi, dimanche, jours fériés, semaine du Nouvel An)

► A savoir

 Les automobilistes concernés doivent être munis à la fois de leur permis original et de la traduction lorsqu’ils conduisent sur le territoire japonais.
 La durée de validité de la traduction est d’un an à compter de la date d’entrée au Japon. Lorsqu’un automobiliste quitte le Japon et y revient, la même traduction sera de nouveau valide pour un an à compter de la date ré-entrée. Cela est valable pour un touriste ou un résident permanent. La police japonaise peut en effet demander de présenter son passeport pour contrôler la dernière date d’entrée au Japon.
 Si la durée de séjour au Japon d’un automobiliste dépasse un an, la traduction devient automatiquement caduque et cet automobiliste n’a donc plus le droit de conduire au Japon. Il devra quitter le territoire et y re-entrer pour la rendre à nouveau valide.
 L’automobiliste doit avoir séjourné plus de trois mois dans le pays d’origine suite à l’obtention de son permis de conduire. Cette information peut être prouvé grâce au passeport avec les différents tampons des visas.

► Documents nécessaires

  • Formulaire de demande de traduction : à télécharger et imprimer depuis le site de JAF
  • Permis de conduire original : rendu immédiatement après photocopie. Les copies sont acceptées seulement si celles-ci sont en couleur et lisibles.
  • 3 000 yens pour régler les frais de délivrance

► Procédure de délivrance

  • Accepter les conditions citées sur le formulaire de demande
  • Remplir le formulaire de demande, choisir l’utilisation de la traduction, cocher les documents connexes (Traduction, Présentation et Permis de conduire) et signer
  • Réglez les 3 000 yens de frais
  • Patientez le temps de la traduction
  • Récupérez le reçu et la traduction

La traduction peut être effectuée le jour-même si la demande est faite avant 16h00. Celle-ci prend environ deux heures. Il est aussi possible de demander et de faire envoyer la traduction par voie postale. Dans ce cas, rajouter des frais de commission à 500 yens. Généralement, le document parvient à son destinataire 1 à 2 semaines environ après paiement. Attention : les demandes et paiements faits depuis l’étranger ne sont pas acceptés, et aucune traduction n’est expédiée hors du Japon.

Une fois cette démarche effectuée, à vous les voyages en voiture et les road trip ! Veillez toujours à avoir en votre possession votre permis original, sa traduction et votre passeport ! Et si vous souhaitez un jour opter pour un permis japonais, votre traduction peut être jointe aux documents nécessaires pour faire votre demande ! Sur ce, bonne route !


Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à faire un don pour me remercier ^_^.

Donate Button with Credit Cards


♫ Un article = Une chanson ► L’Arc~en~Ciel – Driver’s High

1

► Champion : 22 juin 2018 ; 3 ans au Japon

Mes cheveux ont aussi incroyablement poussé o_o’

Nous y voilà ! Aujourd’hui je fête mes 3 ans au Japon. J’ai passé un grand cap et avec mon nouveau visa travail, j’ai encore 3 ans à passer ici !

Cette troisième année était pleine de rebondissements ! J’ai vécu six mois de bonheur entourée d’une super équipe, des étudiants adorables qui m’ont permise de m’épanouir dans mon travail et d’être toujours plus investie et motivée pour eux. C’est un travail fatigant mais grâce auquel j’ai pu passer de bons moments et en apprendre beaucoup. Le plus dur a été d’accepter que notre équipe si parfaite change et qu’un membre parte dans une autre branche. Au fond, je n’accepte toujours pas. Mais c’est la vie et il faut s’y faire.

J’ai accompli et continue d’accomplir divers projets au travail. C’est passionnant, stimulant et enrichissant. J’ai envie d’en faire et d’en apprendre encore plus à chaque fois. Je deviens un peu japonaise à ce niveau, je m’investie beaucoup mais je sais faire la part des choses. Dès que j’ai l’occasion de sortir et de voyager, j’en profite !

Quelques événements bouleversants sont venus me gâcher mon début d’année. Ça a été dur de se relever mais j’en suis sortie plus forte, du moins j’espère. J’espère être suffisamment forte et mature pour affronter les futurs problèmes qui viendront se dresser sur ma route. C’est pas facile tous les jours. Suffit parfois d’un coup de fatigue ou d’une mauvaise nouvelle pour avoir un coup de mou et déprimer mais je me relève toujours !

Quand on vit à Tokyo, on a un rythme de dingue.. Je me demande encore comment est-ce possible ! Il y a beaucoup de choses que je ne trouve plus le temps de faire… Par manque de temps, j’ai laissé un peu tomber la Kimi BOICE, accro à CNBLUE, j’ai stoppé le site cnblue.fr, arrêté de suivre l’actu des garçons, j’ai fait moins de concerts et d’events… Oui mine de rien, tout ça prend du temps aussi… C’est marrant parce que c’est un peu tombé au « bon » moment. Maintenant le groupe est en pause pour deux ans minimum (service militaire coréen oblige), trois membres sur quatre continuent des activités solo, mais pour moi ce n’est pas la même chose. Ça fait un peu mal au cœur par moment, car ils sont comme des frères pour moi et les concerts vécus au Japon, en Asie étaient mémorables. J’aimais partager ces moments de bonheur avec les fans autour du monde. Leur musique, c’est une source d’énergie, une motivation, un réconfort, une force pour aller de l’avant… Ils me manquent… Mais en attendant, leur musique ne meurt pas et elle est toujours là.

J’ai failli laisser tomber autre chose aussi : ce blog. Je l’ai créé sur demande des proches qui voulaient avoir des nouvelles et suivre mes aventures au Japon. Sauf que je me suis rendue compte que la plupart s’en fichait. Alors à quoi servait-il ? À pas grand chose…

Mais en fait si… J’y ai aussi partagé mes bons plans, des services et des conseils. Car galérer, je sais ce que c’est. Alors si je peux me rendre utile pour des personnes dans ce cas, c’est une bonne raison d’exister pour ce blog. Je vous avoue même qu’aujourd’hui, je consulte mon propre blog quand j’en ai besoin 😂. La Kimi du passé aide la Kimi du présent ! Donc oui c’est long, je ne suis pas 100% active mais je le continue quand même, au moins pour moi.

Bref, faisons le point. Je suis contente de mon année car j’ai fait beaucoup de choses encore :
– J’ai passé mes meilleures soirées Izakaya / Karaoké et aussi des fêtes inoubliables à l’école avec l’équipe parfaite et les étudiants.
– Certaines de ces soirées étaient aussi les pires cuites de ma vie 😂.
– Je suis allée en Corée du Sud un week-end. J’ai vu mes amis et CNBLUE pour qui j’ai réalisé un don de riz à l’occasion de leurs concerts à Séoul, un projet que je rêvais d’accomplir depuis longtemps.
– Je suis allée au Matsuri de Odawara (j’en ai aussi profité pour visiter son chateau qui est blanc comme celui d’Himeiji).
– J’ai escaladé le Mont Fuji de nuit. Cette expérience reste une de mes plus grandes aventures !
– J’ai vu le feu d’artifice de Jingu Gaien (le seul de cette année 😢).
– J’ai obtenu le JLPT N4.
– J’ai escaladé le Mont Takao et en même temps assisté au Momiji Matsuri.
– J’ai eu le coup de coeur pour Kobe. Si je devais habiter dans une autre ville que Tokyo, j’irais là-bas sans aucun doute !
– J’ai visité le musée Ghibli.
– J’ai fêté mon anniversaire au Lock Up avec ma baka ❤.
– J’ai fêté le Nouvel An japonais avec toutes ses traditions (hatsuhinode, osechi, etc…).
– Je suis passée à la TV japonaise.
– J’ai fait mon premier Hanami au parc Kinuta.
– Mes parents sont revenus au Japon. Je les ai emmenés dans le Kansai et je leur ai présenté mes collègues et amis.
– J’ai passé une nuit au village Panda.
– J’ai vu des Maiko et des Geisha quand je me baladais à Kyoto.
– J’ai fait un pique-nique au bord de la rivière Tama.
– Marine est revenue au Japon pour un an. De beaux moments ensemble nous attendent ❤.
– J’ai renouvelé mon contrat chez Ecole Sympa pour 3 ans.
– J’ai débuté des cours de japonais chez COTO Language Academy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon hélas, je n’ai pas accompli tous mes objectifs, mais ce n’est que partie remise. Ce qui est sûr, c’est que j’ai au moins trois ans pour les accomplir :

– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Visiter Hakone
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, à la vallée Yushin, au Mont Nokogiri aux Cascades Kegon de Nikko, au col d’Ashigara, à Shosenkyo Gorge…
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Aller à FujiQ
– Tester les restaurants et cafés recommandés par mes étudiants
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Fêter Setsubun
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Aller à Okinawa, Kyushu, Mie, Hiroshima, Shirakawago, Hokkaido, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Aller à Nagasaki avec Marine
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’ile aux lapins
– Aller au lac Miyagase
– Aller au Chichibu Saitama festival en décembre
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Rikugien au printemps pour voir les sakura
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Aller de Honshu à Shikoku en vélo en passant par Shimanami Kaido
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Bali…
– Réussir le JLPT N3

J’étais habitué au visa d’un an mais là je réalise pas que j’en ai pour trois ans ! 3 ans c’est long mais je sens que je ne les verrai pas passer non plus !

To be continued…


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Champion

1

► Whatever it takes : Kimi no Nikki (mai 2018)

Mai, c’est le début de la période où il se passe beaucoup de choses, du renouveau et de l’évolution. D’abord, c’est la Golden Week, et donc cours intensifs pendant une semaine, c’est crevant mais quel bonheur de faire des horaires normaux, rentrer tôt chez soi, profiter de sa soirée tranquille, se détendre, jouer à Harry Potter sur le smartphone (bah oui, vous pensiez que j’allais pas y jouer ? J’ai toujours rêvé d’aller à Poudlard 😹)… Plus sérieusement, j’ai pu trier mes photos et mettre à jour une partie de ma galerie Flickr. Allez donc voir pour le plaisir des yeux, je vous fais voyager un peu grâce à elles :).

Une fois la Golden Week finie, on fête ça et on reprend les soirées Izakaya. Et j’avais une bonne raison ! Puisque Marine était de retour au Japon :D !! Il fallait fêter nos retrouvailles à Tokyo ! Pendant son année en Working Holiday, on va pouvoir, j’espère, bien en profiter comme il y a deux ans. Elle m’avait manquée, c’était un plaisir de la revoir ! On est resté presque 4 heures à parler ! Je n’ai pas vu le temps passer !

C’est flou… mais c’est en attendant une meilleure photo ^^’

Pour ce qui est donc du renouveau, j’ai signé un nouveau contrat chez Ecole Sympa, pour… trois ans cette fois ! Donc ça veut dire bientôt un visa travail de trois ans ! J’ai réuni les documents nécessaires pour le prolongement de mon visa et je suis allée déposer le dossier, toujours au même bureau d’immigration que l’année dernière. J’attends impatiemment la réponse ! J’espère encore trois belles années durant lesquelles je vais essayer vraiment de voyager et évoluer davantage au travail. Bon et aussi m’améliorer en japonais !

En parlant de m’améliorer en japonais ! La nouvelle session de cours de japonais à Human Academy a d’ailleurs débuté ce mois. Cette fois, j’ai décidé de m’inscrire en plus à la branche de Ginza qui offre le même programme. Ça se passe exactement comme à Shinjuku, le premier cours est pour l’évaluation du niveau et l’enquête sur ce qu’on veut étudier. Du coup, j’assiste à trois classes à Ginza et deux classes à Shinjuku. Ça remplit bien mon emploi du temps mais je veux voir mon niveau augmenter. Je stagne depuis un an je trouve. Je suis déterminée à étudier et progresser pour vraiment être à l’aise en japonais dans la vie de tous les jours ou pour les tâches administratives. C’est aussi pour ça qu’en plus, je me suis finalement inscrite dans une école de japonais pour enrichir la grammaire et le vocabulaire et pouvoir réussir le JLPT N3.

Human Academy c’est bien oui, mais mes disponibilités me permettent seulement d’assister aux classes de niveau intermédiaire et au bout de trois ans à aller là-bas, j’étudie toujours la même chose. Ou bien ce n’est pas assez approfondi par manque de temps. Et puis, j’en ai aussi un peu marre de voir les mêmes chinoises qui viennent depuis 10 ans et qui font qu’ouvrir leur gueule et parler chinois pendant le cours. 😒

Quelle est donc cette école pour laquelle j’ai finalement mis la main au porte-monnaie ? C’est COTO Language Academy !

Pourquoi cette école ? Contrairement aux nombreuses écoles qui proposent des cours intensifs tous les matins ou toutes les aprem pour des visas étudiants, COTO propose aussi des cours en groupe une fois par semaine, programme que j’avais du mal à trouver ailleurs. Je voulais une école équivalente à Ecole Sympa. Autre raison ; ma baka a étudié dans cette école et elle m’en a dit du bien.

J’avais pris rendez-vous pour visiter l’école et passer un cours d’essai en mars. J’avais eu une bonne impression générale. Après réflexion, j’ai décidé de tenter les cours là-bas. J’ai acheté un pack de 16 leçons valables six mois et je peux assister aux classes de mon niveau autant de fois que je veux par semaine si il y a de la place. Pour commencer, j’y vais le mardi matin et de temps en temps le lundi après-midi. J’ai une carte sur laquelle le professeur met un tampon pour chaque cours auquel j’assiste.

Je vous présente l’école plus en détails dans cet article. Je vous la recommande volontiers ! J’ai bien aimé mon premier cours. J’ai enfin appris quelque chose de nouveau ! Le staff et les professeurs sont sympa. La méthode d’enseignement me convient. On étudie le point de grammaire, on fait des exercices (sur des copies fournies par le professeur donc pas de manuel à acheter pour ma part) et on termine par une discussion où on utilise le point étudié. Bon la chose un peu inutile, c’est nous faire répéter des phrases et des dialogues plusieurs fois pour mémoriser et réciter après. Je ne trouve pas ça très utile. Pour des conjugaisons ou des kanji, je veux bien mais je préfère produire par moi-même à partir de quelques mots imposés. Mais bon, c’était malgré ça vivant et concis, je n’ai pas vu le temps passer :D. Je verrai après avoir utilisé mon pack si je continue ou pas mais pour l’instant je suis satisfaite.

Pour ce qui est des soirées, nous avons fait une fête à l’école, car celle d’Halloween commençait à dater… Nous avons choisi comme thème le cinéma 😁. On avait fait un peu de déco avec un tapis rouge, un coin photo avec des accessoires, et on avait préparé des jeux avec des cadeaux à gagner. Puis on s’était habillé de façon chic, comme des stars XD. On a bien rigolé et on garde des photos mémorables !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et avec une affiche comme ça, ça ne pouvait être qu’une super fête 8D

Enfin, le grand jour est arrivé ! Ma maman japonaise, Eiko a ouvert son propre café à Yamato ! Il s’appelle La Grenouille et il se situe juste à la sortie de la gare. Ça faisait presque un an que le projet était en cours et finalement l’ouverture s’est faite le 10 mai dernier. C’est petit mais mignon, avec des grenouilles partout.

Il y a café et diverses saveurs de thé et si vous avez une petite faim, vous pouvez prendre un déjeuner pour 1000 ¥ incluant le plat du jour accompagné de riz, salade, soupe et une boisson au choix ! Le prix des boissons seules varie de 300 à 500 ¥. Il y a une étagère avec divers livres en vente et d’autres objets et gâteaux à emporter.

Pour ma première visite, j’y ai pris mon déjeuner avec un jus de pomme bien frais. C’était très bon 😁. Et le café latte est très bon aussi !

Café La Grenouille (カフェ ラ グレノイユ)
Adresse : Tamaruya Building 102, 2-4-20 Chuo, Yamato-shi, Kanagawa-ken (神奈川県大和市中央2-4-20 田丸屋ビル102)
Accès : Yamato Station (Odakyu Line, Sotetsu Line) sortie nord

Envie d’un petit café ou d’une boisson rafraîchissante ? Si vous passez par Yamato, allez donc chez La Grenouille :) !

Voilà ce qui fait un mois de mai chargé ! Rendez-vous le mois prochain pour la suite des changements :).


♫ Un article = Une chanson ► Imagine Dragons – Whatever It Takes

3

► Checkmate : 22 juin 2017 ; 2 ans de vie au Japon !

22 juin 2017 ! Bon anniversaire Yonghwa ! Que le temps passe vite ! Me voilà déjà à deux ans de vie au Japon, j’ai l’impression que c’était hier que je venais habiter au Japon ! Comme pour la première année, j’ai envie de faire le bilan.

Cette deuxième année au Japon, comment était-elle ? Je dirai peut-être aussi difficile que la première mais ce n’était pas la même difficulté. L’année dernière, la difficulté numéro un : chercher un travail. Cette année, la difficulté numéro un : m’adapter au travail ! Et ce n’était pas toujours gagné. L’année dernière : j’ai appris à servir du vin et du champagne et à porter 3 assiettes en même temps. Cette année : j’ai appris à enseigner le français à des japonais. L’année dernière : je vivais dans une share house. Cette année : j’ai déménagé dans un studio. Bref, je zappe les mauvais moments, ça ne sert à rien de s’étaler. Mais cette année fut malgré tout riche, même si j’ai plus travaillé qu’autre chose. Je n’ai pas beaucoup voyagé mais j’en prévois pleins pour bientôt ! Mon épanouissement est grandissant. Je m’amuse, je profite des petites occasions qui se présentent et je me sens toujours aussi bien en globalité ici. Alors, cette année-là :

  • J’ai déménagé dans un studio, dans la campagne de la préfecture de Kanagawa. C’est parfois chiant d’habiter loin, mais je m’adapte.
  • J’ai loupé tous les matsuri d’été parce que je travaille le samedi. J’ai juste vu une partie du feux d’artifice de Futako-Tamagawa.
  • Je me suis fait des amies… françaises, avec qui j’aime beaucoup sortir ! Violaine, Elodie, Pauline… Si vous passez par là ! Et ça fait du bien car….
  • Finalement j’ai réalisé une chose : se lier d’amitié avec des japonais(es), c’est finalement très compliqué. La relation n’est pas aussi sincère et on ne peut pas se confier.
  • J’ai réalisé aussi que les japonais, à vouloir être trop polis, sont à la limite de l’hypocrisie, parce qu’ils ne disent jamais les choses directement ! Et ça c’est quelque chose que j’ai du mal à supporter. Il y a aussi une sorte de racisme envers les étrangers, bien différente de la notre (haha) mais bien plus blessante je trouve. Un japonais ne vous traitera jamais de « sale étranger » ici mais vous le fera comprendre dans son comportement tout en faisant comme si de rien n’était (oui, les japonais ne disent rien directement).
  • Cependant, tous les japonais ne sont pas comme ça non plus ! Mes apprenants et les quelques amis japonais que j’ai réussi à me faire sont des personnes adorables et je les aime beaucoup ! J’ai vraiment fait des rencontres marquantes et toutes ces rencontres m’ont permise de me maintenir debout et de passer des bons moments ! Je ne pensais jamais dire un jour « Enseigner le français, c’est amusant ! » J’ai la sensation de bien plus profiter de la vie, de sortir, de m’amuser maintenant que quand j’étais adolescente. Je me dis que « Oui, la vie, elle est cool ! » et qu’il ne faut pas se laisser abattre par les petits tracas qu’elle peut parfois te balancer en pleine figure.
  • J’ai changé personnellement, dans mon relationnel avec les gens, dans ma façon d’agir et de m’imposer. J’ai appris à m’ouvrir et à être moins timide. Oui, le travail à l’Ecole Sympa ne m’a pas apportée qu’un Visa et un salaire ! Je n’avais pas remarqué à quel point j’ai pu être enfermée dans ma bulle et effrayée à l’idée de mettre un pied dans le monde extérieur toutes ces années, et vraiment ça peut bloquer beaucoup d’issues. Maintenant, je m’aperçois que je peux en apprendre beaucoup sur la vie et sur les relations humaines et créer des liens avec des personnes qui ne viennent pas forcément du même monde que le mien. Bon après c’est sûr, ça ne marche pas avec tout le monde non plus hein :’D.
  • Je vais toujours autant au Karaoké et j’aime toujours autant Starbucks.
  • Je suis allée à la plage à Enoshima pour me baigner !
  • J’ai fêté mon premier Halloween à Shibuya !
  • J’ai décroché le JLPT N5 !
  • Je suis allée à Karuizawa.
  • J’ai fait du Taiko pour la première fois !
  • J’ai vu mes CNBLUE 10 fois en concert/fanmeeting (dont 7 au Japon). Avec l’emploi du temps que j’avais, j’ai bien géré je trouve x’D. Merci de venir aussi souvent au Japon les gars !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une année chaotique, mouvementée, parfois difficile mais très enrichissante ! Et il y a encore beaucoup de choses que je veux accomplir durant cette troisième année au Japon qui commence :

  • Escalader le Mont Fuji
  • Voir un spectacle de Kabuki
  • Assister à un match de Sumo
  • Aller à FujiQ
  • Assister à une vraie cérémonie de thé
  • Aller à Okinawa, Fukuoka, Mie, Hiroshima, Shirakawago, Hokkaido et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
  • Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Bali…
  • Réussir le JLPT N4, puis le N3 si vraiment je deviens balèze en japonais

Pour l’instant, ai-je envie de rester au Japon et d’y passer ma vie ? Y passer ma vie, je ne sais toujours pas, je ne peux pas me projeter autant… Mais pour l’instant OUI, je veux rester ! Une chose est sûre, je ne quitterai pas le Japon tant que je n’aurais pas accompli les objectifs ci-dessus !


♫ Un article = Une chanson ► 정용화 (Jung Yong Hwa) – Checkmate (With JJ LIN)

1

► Break : Une pause Katsuya ?

9-fevrier-2017

C’est la pause de midi ou bien vous avez un petit creux dans votre journée tourisme ? Vous voulez manger rapidement de la bonne nourriture pour pas cher ? N’allez pas dans un McDo ou un KFC et laissez-vous tenter par un Katsuyaかつや」!

facade

Si vous êtes un fan de tonkatsu (とんかつ – porc pané et frit) ou de katsudon (カツ丼 – bol de riz surmonté de tonkatsu et d’un œuf battu), cette chaîne de restaurant est le parfait endroit puisque tous les plats servis en contiennent ! Sur un bon bol de riz (丼) ou en menu (定食) dans une bonne assiette avec du chou émincé et du karashi et accompagné d’une soupe tonjiru (とん汁 – soupe miso avec du porc et des légumes) et d’un bol de riz (ご飯), ou encore en katsu curry (カツカレー) ! Le porc peut être soit haché (メンチ), soit rôti (ロース), soit en filet (ヒレ) avant l’étape de la friture. Et si le porc ne vous suffit pas, il y a également des plats avec deux morceaux de crevettes (海老) ! Enfin, chaque mois, un plat en édition limitée est proposé (期間限定) dans un bol de riz (丼) ou en menu (定食) ! Pour les personnes matinales, il y a aussi des menus petit-déjeuner servis jusqu’à 11h00.

Vous pouvez manger sur place ou bien prendre à emporter. Il est d’ailleurs possible de commander par téléphone. Comme c’est une chaîne de restauration rapide, vous mangez en général à des petites tables ou bien à un comptoir. Malgré une forte affluence en heure de pointe, le service est efficace et vous recevez votre commande rapidement. A table vous avez toujours à disposition du thé (chaud ou froid selon les saisons), de la sauce tonkatsu et de la sauce salade ainsi que des accompagnements pour vos plats. Les prix varient entre 500 et 1 000 yens et le petit bonus qui vous fera peut-être revenir : un bon de réduction de 100 yens est offert pour votre prochaine commande mais attention, vous n’avez qu’un mois pour l’utiliser !

Katsuyaかつや」est implanté un peu partout dans le pays, mais aussi en Corée, à Hong Kong, en Thaïlande et aussi à Taïwan ! Selon les endroits, le restaurant accueille les clients de 7h00 jusqu’à environ minuit ou 1h00 du matin. Les japonais aiment s’y rendre pendant leur pause déjeuner car ils peuvent manger rapidement. Pour ma part, j’ai testé ceux de : Asakusabashi, Shinjuku, Yoyogi, IkebukuroShibuya, et Nagatsuta. J’ai aussi découvert qu’il y en avait un à Tsukimino, près de chez moi ! Oui j’aime beaucoup manger là-bas !
​En pleins Tokyo, les Katsuya sont assez petits, très souvent bondé (la plupart des clients sont des salarymen en pause déjeuner) et dans le staff on compte parfois des chinois ou des indiens. En campagne, dans Kanagawa vers chez moi par exemple, c’est plus spacieux et plus tranquille avec un staff japonais et plus accueillant. A votre arrivée, on vous sert toujours un verre de thé, chaud ou froid selon la saison.

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai décidé d’en parler ! Depuis mon arrivée au Japon, j’y mange tous les mois pour faire usage de mon coupon de 100 yens ! Comment ça j’ai l’air con et gourmande ? C’est bon et pas cher, c’est mon petit plaisir en fin de mois pour même pas 5 euros :p ! J’aime tester les plats en édition limitée et ça me fait toujours un bon repas !

Je vais d’ailleurs terminer cet article par une galerie photos avec les différents plats que j’ai goûté ! Celle-ci sera souvent mise à jour ! Bon appétit !

Ce diaporama nécessite JavaScript.


♫ Un article = Une chanson ► Three Days Grace – Break

1

► JUST DO IT : Kimi no Nikki (octobre 2016)

154

Le mois d’octobre n’est pas particulièrement un mois que je préfère mais il s’est avéré plutôt sympa cette année, même si on a commencé à ressentir le froid… En plus de mon concert de MWAM et de ma soirée Halloween, c’était un bon mois !

1er octobre : 自由が丘で会食

Après le boulot un samedi soir, une de mes nouvelles amies japonaises, Tomoko, m’a invitée à manger chez elle et son mari, avec également d’autres amis à eux. Nous étions 7 et nous avons mangé, bu, mangé… Tomoko avait préparé de la salade et de la pâte à Takoyaki que nous avons cuit ensemble ! J’avais pas trop perdu la main depuis ma première fois lors de la soirée Takoyaki organisée par ma guest house où j’ai travaillé en arrivant avec mon PVT. J’ai tellement envie d’un appareil à Takoyaki pour m’en préparer toutes les semaines !

6

Puis c’est pas tout, on était déjà bien rempli que le mari de Tomoko et un de ses amis ont préparé des Okonomiyaki, des Negiyaki, des Yakisoba et Omuyakisoba ! Trois tonnes de nourriture ! C’était bien bon !

1 8

2 octobre : Vamos a la playa !

Deuxième dimanche d’affilée qu’il fait un magnifique soleil après de longues semaines de pluies et de typhon… Là je ne voulais pas passer à côté de l’occasion d’aller à la plage ! Il faisait très beau, et pas humide. Je me suis rendue en début d’après midi à Enoshima pour me poser sur la plage Katase Higashihama près de l’île. Il y avait pas mal de monde, de bateaux et des gros poissons qui faisaient des énormes bonds hors de l’eau. L’eau était booonne ! Je suis facilement rentrée dedans pour une bonne trempette et quelques brasses pendant un peu plus d’une heure ! Oui, EN-FIN ! Pour la première fois je me baignais et j’allais à la plage au Japon ! En octobre… Il était temps ! Mais ça m’a fait un bien fou ! Vivement l’été prochain maintenant, car je doute d’avoir l’occasion d’y retourner d’ici là pour me baigner xD.

19 20 22

Katase Higashihama Beach (片瀬東浜海水浴場)
Adresse : Fujisawa, Kanagawa Prefecture
Accès : Katase-Enoshima Station (Odakyu Enoshima Line), Enoshima Station (Enoshima Dentetsu Line), Shonan-Enoshima Station (Shonan Monorail)

Et parce que la plage ça donne faim, sur le chemin du retour, arrêt à Chuo Rinkan pour dîner à Osaka Ohsho, une chaîne de restaurants où principalement des gyoza accompagnent votre menu de riz cantonnais, de ramen ou de poulet… Les plats sont variés, il y a un mix japonais-chinois ! Si ce restaurant s’appelle Osaka Ohsho ce n’est pas pour rien ! C’est parce que son premier restaurant a ouvert à… Osaka ! Et c’est lui !

98

Il se trouve à Dotonbori dans le quartier de Namba !

Osaka Ohsho Dotonbori
Adresse : 1-6-13 Dotonbori, Chuo-ku, Osaka
Accès : Osaka Namba Station (Hanshin-Namba Line, Kintetsu-Nara Line), Namba Station (Midosuji Line, Sen-Nichimae Line, Yotsubashi Line), sortie 14

Osaka Ohsho Etomo Chuorinkan
Adresse : Etomo Chuorinkan 2F, 4-6-3 Chuorinkan, Yamato, Kanagawa Prefecture
Accès : Chuorinkan Station (Odakyu Enoshima Line, Den-en-toshi Line)

J’avais un petit manque de gyoza donc j’ai opté pour un menu avec gyoza, riz et chicken nanban, et pour 990 yens (8.70 euros) c’était bien bon !

23

8 octobre : Ça y est c’est le Week-end !

Semaine de boulot finie : otsukaresama desu ! Week-end : Izakaya & Karaoké please ! Avec Sehi, après le boulot, nous avons filé à Shibuya où nous avons retrouvé son amie coréenne de passage au Japon pour le week-end. Pour passer un bon petit moment et se détendre après une (dure) semaine de travail, rien de mieux qu’un Izakaya et 1h30 de Karaoké !

30

Nous avons choisi l’Izakaya Kushidaore (串だおれ), c’est une chaîne et plusieurs restaurants se trouvent dans Tokyo. On peut les repérer facilement grâce à leur logo qui est une tête de Bouddha jaune x). Leurs prix ne sont pas super élevés ! Pour trois personnes, six boissons, six pièces de yakitori (焼き鳥), du poulet, deux okonomiyaki (お好み焼き), cinq pièces de kushiage (串揚げ) : 5 700 yens ! Et c’était bon !

26 28

Kushidaore Shibuya Miyamasuzaka 串だおれ 渋谷 宮益坂店
Adresse : CR-VITE 2F, 1-12-7 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sortie 11

9 octobre : Dimanche chez Aeon-san

Souvent le week-end, si je ne fais rien de spécial, je me rends au grand magasin Aeon à vélo, à environ 30 minutes à pied de chez moi. J’aime bien aller là-bas car ça me permet de faire un peu de vélo, et parce que c’est assez grand et il y a un food court, des restaurants, un DAISO, plusieurs étages de magasins de vêtements, chaussures, et accessoires et même un cinéma ! Bref Carrefour peut aller se rhabiller ! Et cette fois après mes petites courses, j’avais faim j’ai donc décidé de me poser dans pour manger un bon set Katsudon et Soba (ヒレかつ小丼・小麺セット) chez Yonenoya de Gohan (米乃家deごはん). Pour le dessert j’ai craqué pour une petite glace Cookies-crème-Matcha spéciale Halloween à Rainbow Hat (レインボーハット) ! C’était l’occasion vu que Halloween approche (à grand pas…).

16 octobre : Sunny Sunday

Dimanche, soleil, jour de repos. Il ne m’en fallait pas plus pour me donner l’envie d’embarquer mon appareil photo pour aller me promener autour de chez moi pour prendre quelques photos avant d’aller en faire autant vers Shibuya et Harajuku. Pas grand chose à raconter, je me suis amusée à prendre diverses photos. Le temps était vraiment agréable, juste ça et je peux retrouver la forme et une bonne humeur après une semaine fatigante de boulot. Je suis passée par Shibuya et Harajuku avant de retrouver mes amies pour notre dîner CNBLUE.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

31 octobre : Happy Birthday Kimi !

Et finalement le mois se termine par une année de plus dans la gueule ! Comme j’avais fêté Halloween la veille, et parce que ce 31 octobre tombait un Lundi, je n’ai rien fait de spécial. Mais j’ai reçu des beaux cadeaux et des gentils messages. Même mes CNBLUE ont pensé à moi x’D ! Merci à tous !

hb


♫ Un article = Une chanson ► FTISLANDJUST DO IT

0

► Kanagawa Paradise : Nouvelle vie à Yamato City !

20161024_161754

Un déménagement, c’est beaucoup de tâches à faire, y compris l’indispensable changement d’adresse. Même chose que lorsque j’ai déménagé de Chuo-ku à Shibuya, maintenant c’était de Shibuya à Yamato-shi (ou Yamato City) !

Bye Bye Shibuya…

Le lendemain de mon déménagement, je me suis rendue à l’office de Shibuya pour annoncer mon départ et obtenir le papier indispensable pour mon enregistrement d’adresse à Yamato.

20160808_094532

Rien de bien compliqué, il faut remplir le formulaire Resident Change Information avec vos coordonnées actuelles, le numéro de votre carte de résident, votre nouvelle adresse et la date de déménagement. Un exemple est mis à disposition en anglais pour vous aider. Vous prenez ensuite un ticket à la borne prévue à cet effet, dans le cas d’un changement d’adresse, il faut choisir le bouton 2. Puis vous attendez qu’on appelle votre numéro. L’employé vérifie les informations ainsi que votre carte de résident et vous remet le papier nécessaire pour le changement d’adresse. Il y a un délais d’une semaine pour l’apporter avec carte de résident et My number dans la mairie de votre nouveau quartier.

Shibuya City Office 渋谷区役所仮庁舎 (lieu provisoire)
Adresse : 1-18-21 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sortie 13

Petite anecdote que j’ai eu envie de partager. Quand j’attendais mon tour, un des employés est venu me demander si je voulais vérifier un document traduit en anglais. Je l’ai donc aidé à rectifier certains termes en anglais en lui expliquant. Pour me remercier le monsieur m’a offert des gâteaux et fait 36 courbettes x). Voilà, voilà. Un jour, vous pouvez aussi m’embaucher pour que je traduise tous vos documents en français haha !

Et Bonjour Yamato City!

20160809_084324

Le plus facile était fait ! En arrivant à l’office de Yamato le jour suivant, ce fut moins drôle xD. Ayé, plus à Tokyo mais dans la préfecture de Kanagawa… Un endroit où l’anglais n’existe quasiment pas, voire pas du tout même ! La mairie de Yamato est assez grande et plus spacieuse qu’à Shibuya. La section concernant les informations de résidence se trouve au rez-de-chaussée, et vous êtes même accueillis par R2-D22 qui vous salue et répond à vos questions (en japonais, malheureusement il n’a pas encore appris l’anglais).

Yamato City Hall 大和市役所
Adresse : 1-1-1 Shimotsuruma, Yamato-shi, Kanagawa Prefecture
Accès : Tsuruma station (Odakyu Enoshima Line) sortie est
C’est super chiant d’y aller de chez moi, j’ai opté pour le vélo, j’ai mis moins de 30 minutes.

Yamato City ne doit pas voir souvent venir des étrangers ne parlant pas japonais… Rien n’est écrit en anglais, seulement en romanisé pour ceux qui seraient incapable de lire les kanjis ou même les hiragana. Oui mais si on ne sait pas ce que ça veut dire, en quoi ça nous aide ?! En bonne étrangère qui pige rien à l’administratif, j’ai été demander directement au staff. Comme à Shibuya, il faut prendre un ticket à la borne (il fallait appuyer sur un bouton bleu) et prendre un formulaire. Vous attendez quelques minutes que votre numéro soit appelé. Vous remplissez le formulaire avec l’aide de l’employé : ancienne adresse, nom, prénom, date de naissance, préciser si vous vivez seul ou non, nouvelle adresse. Pour ma nouvelle adresse, l’employé a cherché dans divers annuaires le nom exact à inscrire sur ma carte, si il fallait l’écrire en romanisé ou en katakana. Pointilleux jusqu’au bout des ongles ces japonais ! Ensuite, vérification de ma carte d’assurance maladie puis je n’avais plus qu’à remettre ma carte de résident, My number et le papier reçu à Shibuya.

Cela avait beau être la troisième fois que je faisais cette opération d’enregistrement d’adresse, celle-là s’est avérée plus compliquée car j’étais seule avec mon niveau de japonais un peu bas xD.

J’ai attendu entre 30 et 40 minutes avant de récupérer ma carte de résident avec ma nouvelle adresse d’inscrite au dos ^^ ! J’ai également reçu un gros annuaire, des plans de la ville et pleins de documents divers. Par exemple le tri des déchets, les procédures à appliquer en cas de sinistre ou de catastrophe naturelle, j’y comprend encore rien mais un jour je comprendrai tout… En tout les cas, me voilà enfin officiellement résidente à Yamato !

Dance de la victoire muahahah !

Danse de la victoire muahahah !

Vous changez d’adresse, n’oubliez pas de…

► Prévenir votre banque : en vous rendant directement sur place, vous expliquez que vous avez déménagé, vous montrez votre carte de résident, votre passbook ou votre carte bancaire puis un employé vous aide à faire le changement via un formulaire papier. Si vous êtes chez une banque où il est nécessaire de l’avoir, n’oubliez pas votre Hanko pour signer le formulaire !

Prévenir votre employeur : en fournissant une copie de votre carte de résident avec votre nouvelle adresse enregistrée au dos. Après pour la suite, cela dépend de où et chez qui vous travaillez ;).

Informer votre bureau de poste pour qu’elle fasse suivre votre courrier : si jamais vous attendiez encore du courrier ou si par accident un courrier est expédié à votre ancienne adresse, le bureau de poste de votre ancien quartier peut se charger de faire le transfert jusqu’à votre nouvelle adresse, le temps que vous avertissiez tout le monde de votre déménagement ! Pour cela rien de plus simple : rendez-vous dans votre bureau de poste et remplissez un formulaire. Il y en a à disposition dans tous les bureaux de poste.

20160808_134254

Renseignez votre ancienne adresse, votre nom et prénom ainsi que ceux des personnes vivant avec vous. Cochez entre « oui » ou « non » si une personne continuera à vivre à votre ancienne adresse. En plus de votre nouvelle adresse, renseignez également votre numéro de téléphone et le nom de la personne qui a rempli le formulaire (en l’occurence, vous-même, donc cochez en plus « Same person » sur le formulaire dans la partie « Relation »). Une fois terminé, remettez votre formulaire à un employé qui vérifie vos informations avec votre carte de résident et vous remet la partie gauche du formulaire (お客様控) avec un numéro de client (転居届受付番号). Cette procédure peut être faite jusqu’à un mois avant votre date de déménagement. Vous pouvez remettre la notification sur place ou par voie postale (pas besoin de timbre).

Mettre à jour votre adresse chez les différents services auxquels vous avez souscrit (cartes de fidélité, cartes à points… ou votre carte de fanclub de votre groupe préféré 8’D…) : le plus souvent via votre compte internet.

Les mairies japonaises et leur petite mascotte… trop kawaii !


♫ Un article = Une chanson ► Simple Plan feat. Taka – SUMMER PARADISE