1

► FREEDOM : Kimi s’amuse à Tokyo #1

Yong-Yong Kuma, mon doudou que tout le monde trouve kawaii !

Yong-Yong Kuma, mon doudou que tout le monde trouve kawaii !

こんにちは!Comme je n’ai pas le temps d’écrire au jour le jour, je vais raconter dans cet article quelques sorties que j’ai faite la semaine dernière, dans le peu de temps libre que je me suis accordée.

26 juin : 신오오쿠보에 가자!

Why du coréen right now?! Eh bien parce que ce jour-là je me suis rendue à Shin-Okubo avec mes amies japonaises Hiromi, Emiko et Tomo que j’ai rencontré à Taïwan. Shin-Okubo, c’est le quartier qui vous transporte en Corée (et aussi en pleins dans la vague Hallyu). Sur toute une rue, vous avez des restaurants, des cafés et des magasins de K-pop, vendant pleins de CDs et de goodies en tout genre. Pour s’y rendre, c’est avec la JR Yamanote Line, station Shin-Okubo.

Comme elles habitent aussi à Tokyo ou à côté, on voulait absolument se revoir et comme Hiromi prend des cours de coréen à Shin-Okubo on a décidé de s’y voir. J’avais déjà été à Shin-Okubo pendant mes précédents voyages et je ne me lasse pas de ce quartier, même si la K-pop, ce n’est plus tellement mon délire. On a un peu galéré à se rejoindre car je ne les voyais pas à la gare et que je ne captais pas le wifi. Je ne pouvais pas les contacter ! En plus il pleuvait comme vache qui pisse ce jour-là. J’ai du aller dans un 7 eleven pour capter difficilement leur réseau wifi et envoyer un message aux filles. « wi-fiがないから、7-elevenで待っている;_;! » Voyez comment c’est dur sans internet haha. Comment faisaient-ils à l’époque ??

Une fois que nous avons réussi à nous retrouver, nous sommes allées manger dans un restaurant qui au menu proposait du BBQ coréen. Voilà comment ça se présentait : on choisissait la viande (poulet, bœuf, porc, etc… épicé ou pas) et ils venaientt cuire sur une plaque chauffante directement à notre table. On rajoutait légumes, kimchi, sauce, ce qu’on voulait et on enroulait le tout dans une feuille de salade. Et hop dans la bouche ! Et c’est trop 맛있어요 (délicieux) ! Par contre tu manges un peu comme un porc et tu t’en mets partout \o/. C’est pour ça que l’on nous refile un bavoir, c’est trop sexy !

On a en plus de ça pris du cheese tteokbokki. Tteokbokki + cheese = tuerie ! 한 번 더 주세요! もう一度ください!

Je suis ressortie du restaurant aussi gavée qu’une oie et les filles ont voulu terminer en beauté en allant dans un Coffee Prince. J’ai pris un Caramel Latte et on m’a dessiné la tête de Tony Tony Chopper de One Piece. C’était tellement mignon que je voulais plus boire mon café xD.

Les filles ont pris en plus des petits (gros) desserts que nous nous sommes partagés. J’avais plus faim mais comment résister à ça…

J’avais rien mangé de la journée, je me suis plus que rattrapée, + 10 kg T.T. On est resté un moment à parler. De CNBLUE, et de tout en fait, moi en faisant l’effort d’utiliser un maximum de mots japonais, Hiromi en anglais quand je comprenais pas et Tomo qui s’essayait en français avec l’aide de Google trad. C’est marrant, grâce à un intérêt commun, on se lie d’amitié avec des gens sans forcément faire attention à l’âge ou à la situation sociale. Elles sont plus âgées que moi et pourraient très bien être… ma mère ! Surprise j’étais quand Emiko m’a dit qu’elle avait un fils du même âge que moi °_°. Et comme des mamans, elles me conseillent et en cas de problème, elles sont là pour m’aider ^__^.

Nous, et le prince du café ㅋㅋ

Après le coffee prince, on a fait un petit tour des boutiques K-pop et en retournant à la gare, on a vu ça !

(40)

Et moi j’y vaiiiiiis \o/ 楽しみですよ!
어느 멋진 날이었어요!

28 juin : les Jedis à Roppongi – Exposition Star Wars

Ce jour-là, j’avais prévu de rester au dortoir pour réviser un peu mon japonais. Mais dans l’aprem, Natha, ma collègue et colloc’ française, m’a proposée d’aller voir l’expo sur Star Wars au Tokyo City View dans la Mori Tower de Roppongi Hills. Comme c’était le dernier jour de l’expo, je me suis laissée tenter. Pour y aller, vous avez le choix entre la Hibiya Line ou la Oedo Line, station Roppongi (sortie menant à Roppongi Hills). Roppongi Hills est un centre urbain comprenant la Mori Tower (un building de 54 étages) et d’autres buildings où on peut trouver restaurants, cafés, boutiques, de temps en temps des animations, des expositions et des performances selon les périodes. Et à Roppongi Hills, il y a aussi…. Ça !

La fameuse araignée géante ! Haha vous avez eu peur :p ?

Nous sommes arrivées au pied de la Mori Tower pour nous rendre à l’expo et là… Omg pleins de monde. Ce n’était pas seulement le dernier jour de l’expo Star Wars, mais aussi celui d’une expo sur Naruto, donc il y avait une file d’attente pour Naruto, une autre pour Star Wars. Il y avait soit disant deux heures d’attente, mais au final en 3/4 d’heures on y était. L’expo était au 52ème étage de la Mori Tower, de ce fait en payant 1 800 yens (environ 13€), on accédait à l’expo Star Wars, le musée Mori Art (art contemporain, j’aurais préféré pouvoir aller aussi à l’expo sur Naruto, m’enfin xD), et à l’observatoire qui offre une vue à 360° sur tout Tokyo et où vous pouvez repérer les endroits et monuments incontournables : la Tokyo Tower, la Sky Tree, Odaiba, Tokyo Midtown, le parc Yoyogi, le Rainbow Bridge… et même le Mont Fuji quand le ciel est bien dégagé !

L’expo Star Wars était à l’endroit où durant l’été dernier une expo Pokémon avec un Pikachu café avait ouvert. En arrivant, on entend la traditionnelle musique des films, des bruits de sabres lasers et la respiration de Dark Vador… avec qui on peut faire une photo ! Les gens sont nombreux à faire la queue pour obtenir leur photo souvenir.

Ce sont les seules photos que j’ai pu faire car c’était interdit. En tout cas c’était vraiment intéressant, et je ne suis pas une grande fan comme il en existe. Des passages de film, une biographie complète de Georges Lucas, des figurines, des maquettes, des costumes et également des tableaux. Il y avait de véritables œuvres d’art. J’ai eu le coup de cœur notamment pour Shadows of Tatooine par Raymond Swaland, représentant Han Solo et Chewbacca. La boutique proposait aussi tout et n’importe quoi comme produits dérivés. Beaucoup se font plaisir, la boutique en est blindé. On aura aussi profité d’être dans l’observatoire pour admirer la ville qui semble infinie. Je ne me lasse pas de l’admirer cette ville.

Et à défaut de ne pas avoir fait l’expo Naruto, en passant par une des boutiques, j’ai craqué pour des gâteaux Naruto, parce que ce sont « Des gâteaux au parfum de la Terre » ! Ils sont délicieux en tout cas !

29 juin : Harajuku & concert de The Rabbit’s Foot

J’ai revu ma baka Mitsu après le boulot et nous sommes allées faire un tour à Harajuku, célèbre quartier non loin de Shibuya, très fréquenté par les jeunes, par des cosplays le week-end et où on peut trouver le grand parc Yoyogi avec l’un des sanctuaires shintoïste les plus connus, le Meiji Jingū. La première fois que je suis venue au Japon, c’est l’un des premiers endroits où j’ai voulu aller, pour sa Takeshita Street, cette ruelle au côté décalé et excentrique, blindée de magasins proposant vêtements et chaussures chics, des trucs tout kawaii (j’ai pleins d’idées cadeaux :D) et ses 36 000 stands de crêpes. OMG leurs crêpes ! On a pas pu résister, on s’en est enfilé une pour 500 yens (3.60€) ! 美味しかった!

On s’est aussi aventuré dans le magasin LINE (c’est genre WhatsApp, mais en japonais et en mieux) qui vend pleins de produits dérivés des personnages. Trop mignon, on a fait pleins de photos mais on a rien acheté xD trop cher ! Y avait un Brown géant, trop cute ! Merci Mitsu pour les photos *_*.

(78)

En fin de journée, nous avons retrouvé un ami français à Mitsu, lui aussi en Working Holiday, et sa copine japonaise. Ensemble nous avons fait une activité que j’aime faire ici, et que les japonais aiment aussi : les purikura ! Mais si vous savez, les photomatons japonais, où tu as la peau lisse sans boutons, des yeux énormes et où tu peux ajouter pleins de petites décos. J’adore ceux qu’on a fait ♥.

Ensuite… お腹がすいた!On avait un peu faim, alors on est allé dans un petit restau manger un « petit » bol de ramen. Miam, miam.

Et pour finir, direction Kouenji, au Club Mission pour le petit concert de The Rabbit’s Foot, un groupe encore peu connu mais bien sympa. Ils figurent parmi les groupes d’un petit event dans un tout petit bar. Vu l’heure à laquelle on est arrivé, on aura vu qu’eux jouer. Dans les petits live houses comme celui-là, on est par contre obligé de payer l’entrée + 500 yens pour une boisson. Bah du coup, trinquons en cette petite soirée entre amis. Le son était affreusement fort, j’ai regretté d’avoir perdu mes boules quiès à Taipei T_T. Autorisé à faire des photos, je suis venue avec mon réflex pour tenter quelques clichés. Mais la salle, l’éclairage et le trop de fumée sur scène (merci les gens qui fument) n’ont pas trop joué en ma faveur xD. M’enfin ça m’entraîne pour de prochains concerts si jamais j’ai des opportunités. Et ça m’a permis de passer une bonne soirée entre tomodachi !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ecoutez aussi The Rabbit’s Foot, c’est sympa ^_^ !


♫ Un article = Une chanson ► FTISLAND – FREEDOM

Publicités
3

► It’s my life : Mes premiers jours au Japon

Mon premier Katsudon depuis mon arrivée. 美味しい!

Mon premier Katsudon depuis mon arrivée. 美味しい!

Ça fait six jours que je suis à Tokyo. J’ai beaucoup consacré mon temps au boulot et aux tâches administratives. Comme dit dans l’article d’avant, la guest house où je travaille m’offre gratuitement un logement à la place d’un salaire. Un petit dortoir mixte avec une salle de bain. La chambre contient huit lits. Ce n’est pas très confortable pour installer nos affaires mais pour mes premiers mois, je ferai avec. Quand j’aurais un boulot rémunéré, je songerai à me prendre un petit appartement. On a également une table et un frigo pour stocker nos réserves de nourriture, mais pas de cuisine. Du coup si je veux manger et cuisiner, je dois aller à la guest house, dans la salle commune. Pareil si je veux avoir internet. Y a pas de wi-fi dans notre dortoir. C’est pas pratique mais en tant que membre du staff, on peut profiter de la guest house à tout moment. Être dans ce dortoir donne des allures de collocation. Jusque là, nous sommes 5 ; Aly une taïwanaise, deux anglais, une française et moi. Il y a aussi une deuxième chambre où deux japonaises résident. J’ai beaucoup sympathisé avec Aly avec qui j’exerce mon japonais (elle a un meilleur niveau que moi) en échange je lui apprend quelques mots de français. On est souvent ensemble du coup quand on reste à notre dortoir ou dans la guest house. Bref, je vous fais une visite de notre maison ? C’est parti !

C’est pas du grand luxe, c’est le bordel, mais je m’en contente très bien ! Mon futur appartement sera sûrement bien plus petit que ça !

J’ai eu mon premier jour de boulot le 24 juin. Durant cette semaine, j’ai été formé un peu par tout le monde au différentes tâches. Bref, c’est du ménage donc rien de bien sorcier :). J’ai pu rencontrer les autres personnes qui travaillent à la guest house, dont un autre français. Tout le monde, aussi bien le staff japonais que mes collègues étrangers, est super sympa. Les gens du staff japonais m’ont tout de suite mise dans le bain : ils me parlent en japonais et si jamais je pige rien, ils répètent en anglais. Aru-chan, une des japonaises m’a tout de suite dit : « Tu dois progresser, donc je te parle en japonais. Tu verras, à force de parler et d’écouter, tu seras à l’aise. Gambatte ! » Je demande pas mieux même si les 3/4 du temps je les regarde d’un air hébété en disant (en japonais, quand même) « Désolée, j’ai pas compriiiiiis… T.T ». Mes horaires sont super cools : 11h-14h ce qui me laisse du temps pour dormir le matin, et du temps l’après midi pour m’occuper des tâches administratives et pour chercher un autre travail, et puis glander aussi haha !

Aly m’a accompagné à l’office municipal pour faire enregistrer mon adresse au dos de ma carte de résident et pour souscrire à l’assurance maladie. Je reviendrai en détail sur ces démarches administratives dans les prochains articles ;). Heureusement qu’elle était avec moi car les employés ne parlaient pas tous anglais T.T je comprenais pas tout ce qu’ils m’expliquaient. Elle m’a aussi accompagné pour le compte bancaire et la carte de retrait. J’ai ouvert un compte à la Shinsei Bank et j’ai une belle carte de retrait… Bleue :D !! Je me suis posée la question sur prendre une carte de crédit ou une carte de retrait. Car avec la carte de retrait (qui est gratuite contrairement à la carte de crédit) on ne peut retirer que de l’argent (logique hein). Et moi qui veut acheter des places de concerts et des CDs sur internet par exemple, comment je fais ? C’est là que j’aime le Japon ! On a possibilité de payer avec nos chères Visa/MasterCard, mais aussi, et c’est l’option que je choisis à chaque fois, la possibilité de payer dans un konbini ! Suffit de choisir lequel et de présenter un numéro de paiement et le tour est joué !

Un… Konbini… ? Nani kore ??? (« C’est quoi ? » en japonais, retenez-le pour les prochains articles ;D). Un konbini (コンビニエンスストアkonbiniensu sutoa) est un petit commerce de proximité ouvert 24h/24 et 7j/7. Quand je dis proximité, c’est vraiment proximité. Il y en a partout et de toute sorte : 7 eleven, Family Mart, LawsonSunkus, Mini Stop… Rien que dans le coin où je réside il y a un 7 eleven, un Lawson, un Sunkus… Dans les konbini, on y trouve l’essentiel pour la vie de tous les jours, souvent à petits prix ; alimentation, boissons, petite papeterie, produits ménagers, hygiène… On peut également, comme je le disais plus haut, régler ses achats par internet, mais aussi ses factures, récupérer des colis… On y trouve aussi des bornes ATM pour retirer du liquide (mais attention, si cela n’a pas changé, vous ne pouvez retirer qu’une petite somme, maximum 10 000 yens, soit environ 73€, si je me rappelle bien) et des bornes spéciales (dans les Mini Stop, ces bornes s’appellent Loppi) pour réserver billets de concerts et autres loisirs, mais sachez que ces trucs ne sont qu’en japonais. Du moins, à l’époque où j’ai du acheter un ticket de concert avec ce truc, c’était tout en japonais et l’employé du konbini ne parlait pas anglais. C’était drôle. Certains konbini disposent aussi de micro-ondes pour réchauffer vos plats que vous venez d’acheter ainsi que des tables et des chaises pour manger rapidement sur place ! Enfin ces konbini n’existent pas qu’au Japon. J’en ai aussi vu en Corée, en Malaisie et à Taïwan :). J’admire la personne qui a inventé le konbini ! T’as besoin d’un petit truc d’urgence ? T’as une petite faim ? Fais trois pas et HOP te voilà au konbini ! J’aime les konbini !

Le premier truc où je me suis retrouvée dans une impasse, c’est l’achat du téléphone. Et pourtant ce jour-là, je suis allée au magasin avec mon amie Mitsu et son copain qui est japonais. Ici les forfaits sont sur un engagement de deux ans minimum. Si je ne reste qu’un an au Japon, il est préférable d’avoir une carte prepaid, mais avec la carte prepaid on a pas internet. Or j’ai besoin d’internet, rien que pour pouvoir contacter mes amies ou le boulot, le wifi se capte nulle part ici si on a pas d’abonnement téléphonique haha merci pour les gaijin >.<. Bref, je réfléchie encore.

Pour finir, j’ai aussi été repérer une laverie car pas de machine à laver au dortoir, mais aussi un supermarché pour faire les courses. Cette semaine j’ai soit mangé dans des petits restaurants, soit acheté au konbini. Perso, j’adore acheter des cochonneries au konbini mais j’ai déjà fait limite le tour de tout ce que propose le 7 eleven près de chez moi xD et niveau prix, même si c’est pas cher, j’économise mieux en allant au supermarché, donc Kimi, bouges tes fesses et remets-toi à la cuisine !


♫ Un article = Une chanson ► Bon Jovi It’s my life

2

► 22 juin 2015 : Kimi débarque à Tokyo, quatrième

ただいま! Je suis arrivée à Tokyo ! Pour la quatrième fois, puisque j’y ai déjà séjourné en touriste trois fois auparavant. Jamais trois sans quatre. Et cette fois, c’est plus quelque chose qui je l’espère sera bien plus enrichissant encore : un PVT. Pourquoi ? 1. J’y ai toujours pensé. 2. Trois séjours au Japon m’ont plus que convaincue de revenir plus longtemps. 4. La durée est d’un an et j’ai envie d’en profiter pour découvrir le monde du travail et visiter d’autres endroits du pays. 5. Il vous faut une autre raison ? xD

J’ai pris le risque de tout quitter en France. « Tout plaquer pour aller au Japon. » Je vous dirais plus tard si j’ai bien fait. Pour l’instant je suis contente d’être de retour ici. Mon avion a atterri vers 15h30 environ. Dès lors, première tâche administrative à faire : récupérer la resident card. Au moment de passer à l’immigration, un officier me demande d’attendre sur le côté, le temps de laisser passer tous les autres passagers n’ayant pas de visa spécial. A côté de moi, un Taïwanais, se lançant dans la même aventure que moi, on a du coup un peu discuté. Puis ce fut notre tour de passer. J’ai présenté mon passeport contenant mon visa. L’officier enregistre mes empreintes digitales, me prend en photo et au moment de scanner mon visa… Problème. ERROR 404, vous voyez ? J’ai écouté l’officier expliquer à son collègue le problème. En connaissant que quelques mots, j’ai compris la situation. Visiblement la machine a eu un problème et n’arrivait pas à lire mon numéro de visa. J’ai du donc passer à un autre comptoir www. Ce genre de trucs c’est toujours pour ma poire ! Bref ce fut rien de bien méchant. L’officier m’a expliqué en japonais et anglais et j’ai fait au mieux pour répondre en japonais. L’officier a donc fait ma carte de résident, a tamponné mon passeport et remis un papier en anglais concernant ma carte de résident. Et je dois vous dire, ma carte de résident déchire, elle est trop belle ! WOW (fantastic baby) !

Ensuite, direction Tokyo pour moi ! J’ai décidé d’avoir un pied à terre dans la capitale. Pourquoi ? 1. Plus de chance de trouver du travail. 2. Je connais bien la ville. 3. La plupart de mes amis français et japonais résident là-bas. 4. Quoi j’dois encore me justifier ?? :p

Je me suis rendue à la guest house dans laquelle j’ai décroché un job, qui se trouve pas loin d’Asakusa. Je ne suis pas rémunéré pour ce travail, mais on m’offre un logement. Je me suis installée et ai un peu discuté avec d’autres résidents. En anglais et un peu en japonais aussi. Je commence à m’exercer car oralement c’est plus difficile pour moi, je peux parler, mais quand on me parle, je pige plus rien www. Je n’ai plus qu’à bosser ! 頑張ります!J’ai aussi rencontré quelques « collègues » dont une taïwanaise, Aly, très gentille, qui s’est proposé de m’accompagner pour aller enregistrer mon adresse. Voilà pour cette première journée « Tokyoïte » !

Obtenir sa carte de résident

Pour récapituler, cette tâche n’est vraiment pas difficile, vous n’avez rien à faire. Juste à sous présenter au service d’immigration lorsque vous arrivez à l’aéroport. Ensuite :

  • Vous donnez votre passeport.
  • L’officier enregistre vos empreintes et vous prend en photo, comme à chaque entrée sur le territoire japonais. Et fort heureusement ce n’est pas cette photo (celle où on a toujours une tête de déterré et des cheveux dégueulasses) qui ressort sur votre carte de résident, mais celle qui a été utilisée pour votre visa.
  • L’officier tamponne votre passeport et vous remet votre carte de résident en vous demandant de vérifier si les informations dessus sont correctes.
  • Vous recevez en plus un papier en anglais. Une sorte de notice sur votre carte de résident.

Votre carte de résident agit comme votre pièce d’identité au Japon. Au dos de votre carte, vous devez enregistrer l’adresse où vous résidez. Une fois que vous avez un logement fixe, vous avez 14 jours pour le faire. Il est obligatoire que vous ayez votre carte de résident en permanence sur vous et de la montrer si un inspecteur de l’immigration ou un policer vous le demande. Si vous ne l’avez pas sur vous, vous êtes sujet à une amende de 200 000 yens (1 500€, moi je prend pas le risque). Si vous quittez temporairement le Japon avec un Re-entry Permit, votre carte de résident est également nécessaire. Enfin, vous devez informer le service d’Immigration de tout changement concernant les informations de votre carte (changement de statut, adresse…).


♫ Un article = Une chanson ► BIG BANGFANTASTIC BABY

4

► One Fine Day : Concert de Jung Yong Hwa à Taipei

Une des activités que j’ai faite durant mon séjour à Taipei, mais que je préfère mettre à part ; je suis allée au concert de Jung Yong Hwa (CNBLUE) au Tianmu Sports Complex, dans le cadre de sa tournée solo One Fine Day. Le concert était le 20 juin, pendant mon séjour, donc autant saisir l’occasion hein~ Je m’y suis rendue avec mon amie June qui venait de Singapour et quelques unes de mes amies japonaises ont aussi fait le déplacement. Ceux qui ne le savent pas, je suis une grande grande fan de CNBLUE (Dare ? Regardez donc ici !) et de Jung Yong Hwa, le chanteur et guitariste qui depuis cette année, s’est lancé dans une carrière solo. C’était un awesome concert et je suis partie pour écrire un pavé de ouf avec pleins de photos (j’avais embarqué le gros objectif et ils ont pas fouillé mon sac, j’en ai profité -pan-). Si vous n’êtes pas fan, passez votre chemin, je préfère vous prévenir :’D, sauf si vous êtes avides de nouvelles découvertes musicales !

Nous sommes arrivées sur les lieux vers 16 heures pour commencer à faire la queue vers 17 heures (ouvertures des portes à 18 heures). Les tickets de concerts étant numérotés, on entre donc par numéro de tickets, pas besoin de venir trois plombes avant. Sur place, pleins de petits stands vendant des goodies non-officiels (mais que tout le monde achète quand même visiblement). Le stand de goodies officiels était plus devant la salle, et on le repérait tout de suite par la loooooongue file d’attente, interminable. Si on voulait acheter tout ce que l’on voulait, il fallait faire la queue à l’aube. L’amie de June a fait la queue dès le matin et a donc pu m’avoir le T-shirt (sold out à l’heure où nous sommes arrivées), j’ai aussi pris le lightstick. Vers 17h30 je suis allée me ranger dans la fille d’attente selon mon numéro de ticket. J’étais en fosse debout, dans la zone B, numéro… 474 haha adieu le premier rang comme au concert CSMY. Je me suis sentie super gênée car j’étais la seule occidentale et que pas mal de fans me dévisageaient (je le sais que je suis blanche et pas bridée, ça fait quand même pas de moi une alien, si ? xD). Et vu mon numéro, je craignais de ne voir que dalle pendant le concert. Mais ça allait mieux une fois que j’avais fait la connaissance de la personne juste derrière moi, une grande japonaise (oui, il y a des japonaises qui sont grandes, ça existe ww) avec qui j’aurais passé le concert. J’ai pu déjà replonger dans le japonais en parlant un peu avec elle.

20150620_155354 20150620_175056

A 18 heures les portes se sont ouvertes. Nous nous sommes placées vers le milieu de la fosse. Finalement la vue n’était pas trop mal. Pendant l’attente, on a entendu de la bonne musique ; Bon Jovi (pensée pour mon Papa), Muse (Psycho en plus oalala la tuerie), Bruno Mars, Maroon 5Yonghwa a vraiment de bons goûts musicaux !

Je suis allée au concert sans rien connaître, ni mise en scène ni set list. Rien. Je voulais avoir la surprise totale de découvrir le spectacle. Sur scène, le pied de micro à l’effigie de son logo, trois écrans géants. De part et d’autres sont placés les instruments des musiciens et au centre des marches qui mènent à une plateforme surélevée. Sûrement parce que j’avais pu suivre un peu la promotion en Corée, ça ne m’a pas fait bizarre de me dire que je ne verrai que Yonghwa ce soir et pas les autres membres de CNBLUE. J’ai su faire la différence. Yonghwa en solo et CNBLUE, ce sont deux choses bien distinctes, deux styles différents. Je dirai même que le « personnage » de Yonghwa n’est pas le même, car là il a la scène pour lui tout seul, c’est lui seul qui fait le show, bien qu’en tant que membre de CNBLUE, il sait s’imposer et agir en bon leader. Je suis fan de CNBLUE, mais Yonghwa, je l’admirais bien avant qu’il se lance en solo. Bref, fin du blabla inutile.

19 heures. Les lumières se sont éteintes, donnant le relais aux lightsticks d’un blanc éclatant. Une musique relativement calme et douce a démarré, pendant que se dessinait le logo de Yonghwa sur l’écran géant central. Cette intro fut étrange, car elle s’est stoppée nette d’un coup, un calme régnait, personne ne réagissait. Je me suis demandée si c’était fait exprès ou si c’était un problème technique. Puis la musique a reprise et là Dieu Yonghwa est apparu des profondeurs, en haut des marches. Magnifiquement bien vêtu avec une veste rouge, mais affreusement mal coiffé ! Yonghwa en mode mouton, non je n’adhère pas xD.

Le concert a débuté avec 니가 없어도 extrait de son album. Le charme de ouf qu’il dégage haha. Et il est toujours aussi expressif. Il devrait voir les têtes d’autistes qu’il tire parfois quand il chante xD. Ça me fait toujours un peu rire mais c’est une des choses que j’apprécie chez lui, ça et ses flying kisses qu’il envoie à tout moment, comme ici.

IMG_7990 IMG_7991 IMG_7992IMG_7993

Bonjour tronche de cake ! -pan-

Une belle et romantique entrée et pour la suite, il est aussitôt descendu pour aller au milieu de la scène, demandant au public de faire du bruit et c’était Cruel Memories qui prenait la relève. A la base, cette chanson est chantée avec Yoon Do Hyun du groupe coréen YB. L’album de Yonghwa contient en effet quelques collaborations mais dans le cadre de son concert, la performance revient à lui tout seul. D’ailleurs, pendant Mileage, qu’il chante à la base avec YDG, il s’est amusé à imiter la voix de ce dernier et à danser comme lui. Il m’a fait rire. Je reviens sur Cruel Memories. Dans les paroles, il y a un passage qui dit « 내게 남아있어 » et à ce moment-là, il a pointé son doigt dans ma direction haha. Je l’ai pris pour moi 8). Les fans ont toutes hurlé comme de truies (comme d’hab). La tension continue de grimper jusqu’à atteindre le Top of the World avec Ryu Can Do It. J’étais heureuse de l’entendre, il me semble qu’il l’a chanté tout en coréen d’ailleurs. J’adore cette version revisitée de One Time que j’aime aussi à la base. Mais olala, la guitare de Jonghyun me manque ce soir ! Sans les bons riffs de la version studio, le titre ressort bien moins rock et de ce fait ça le rend moins énergique je trouve. La voix de Yonghwa fait tout de même basculer la balance, il met beaucoup de puissance dans son chant. Il a vraiment un timbre de voix idéal à la fois pour le rock et pour les ballades.

IMG_7934 IMG_8060

Il s’est ensuite accordé quelques minutes pour parler au public et là le problème d’être une fan étrangère… bah j’ai rien compris quand il parlait chinois xDD. Il a scandé « Are you ready? » et quand tout le monde était prêt, il a ajouté « Wait… Water time » en prenant sa bouteille d’eau. Idiot xD.

Yonghwa n’a pas joué que ses propres chansons ni celles de CNBLUE, mais il a aussi fait voir comment il reprenait bien du Maroon 5 et du Bruno Mars (je ne suis pas étonnée qu’il ait choisi ces artistes et groupes-là haha, c’est vraiment un fan). Pendant Payphone et Treasure, il dansait de façon… sensuelle ? Haha nan mais le déhanché, seriously ! Ça ne ressort pas vraiment sur les photos, mais je le revois, c’était épique comme instant !

Un de mes moments préférés du concert est lorsque JJ Lin est arrivé sur scène pour le rejoindre et chanter Checkmate. Cette chanson est ma préférée de l’album et j’espérais voir le duo en live. Bon amis, cette amitié s’est ressentie sur scène. C’était parfait ! Je sautillais et agitais mon lightstick, tout en chantant les paroles, y compris celles en chinois, même si c’était du yaourt xDD.

JJ Lin a ensuite occupé la scène le temps d’une chanson, offrant à Yonghwa le temps de se changer et de se ressourcer. Lorsqu’il est revenu, c’était à nouveau en haut des marches, assis derrière son piano pour une session ballades. La vidéo diffusée était émotionnelle. Elle montrait un personnage qui envoie un avion en papier. Cet avion parcourt des kilomètres et des kilomètres pour atterrir dans un endroit perdu, coupé du monde et être ramassé par un enfant isolé. Démarre alors 마지막 잎새. Le « beautiful world » du refrain me donnait des frissons. C’était beau avec les animations sur les écrans géants. D’ailleurs, Yonghwa ajoutera que celles-ci représentent ce qu’il ressent quand il compose et qu’il les a réalisés pour partager ses sentiments avec nous. Il a continué avec Like A Child. Cette chanson est vraiment vraiment remarquable et belle, en tout point, que ce soit l’instru, les paroles, tout. Yonghwa y mettait toutes ses émotions en jouant du piano, il était vraiment captivant.

IMG_8343 IMG_8359

Puis ce fut feeling. Cette version fut spéciale car il a seulement joué le début au piano. Il est ensuite redescendu vers la scène et le rythme a changé pour devenir plus rapide. Le refrain fut mixé avec un court passage de Uptown Funk de Mark Ronson et Bruno Mars (c’est vraiment un fan !). C’était différent des autres versions que j’avais pu entendre avant. Des chansons de CNBLUE qu’il a reprise, elles ont toutes été réarrangées ou mixées entre elles. Yonghwa ne fait pas les choses à moitié. Écrivant pourtant la majorité des chansons du groupe, il y imprègne son propre style à lui, on pourrait presque croire que ce sont des nouvelles chansons. Par exemple, je n’ai pas reconnu I’m Sorry au début (et pourtant, je l’ai écouté des tonnes mais des tonnes de fois !), en tout les cas, elle ne perd pas de son énergie. Il a fait un medley Can’t Stop / I’m Sorry / Lady et le rendu était vraiment excellent ! Tout le monde sautait à ce moment-là !

Après la session ballade, Yonghwa a annoncé la chanson suivante 원기옥 en disant « I need your energy~♫ You need energy too. I will give you some. » Et là il a fait genre il créait une boule d’énergie pour la lancer au public. Lol ? Le mec il est content il fait un Kamehameha haha.

D’ailleurs l’énergie, parlons-en. Je sais pas ce qu’il avait pris avant mais égal à lui-même, toujours autant à fond. Et toujours avec le sourire, c’était agréable de le voir si souriant. Il courait partout sur scène, il a beaucoup profité de l’avantage de ne pas avoir sa guitare, il bougeait deux fois plus que d’habitude, sautillait, dansait. Je me rappelle même qu’à un moment il s’est étalé par terre, pourquoi j’en sais rien, surtout qu’on aurait dit qu’il s’était fait mal vu la tête qu’il tirait xD.

IMG_8495

Il interagissait beaucoup avec le public, aussi par moment il s’arrêtait de chanter et les fans prenaient la relève, des fois il faisait semblant d’avoir perdu la voix. Ses délires perso nous ont bien amusés. Et je le vois et le constate à chaque fois, il assure de mieux en mieux ! Pour avoir vu tous les concerts de CNBLUE en DVD et avoir assisté à six concerts depuis 2012, je l’ai vu évoluer. La scène c’est son domaine. C’est un vrai showman, unique en son genre, il sait comment captiver le public et faire le show.

IMG_8434 IMG_8522 IMG_8451

Il a aussi présenté ses musiciens pendant Man in front of the Mirror. Il leur a demandé à chacun « Are you having fun? » et selon ce qu’ils répondaient il trouvait soit une blague à la con à sortir, soit il se moquait de leur accent. Par exemple l’un d’eux au lieu de dire « I’m having fun » a dit « I’m having pun! » du coup, Yonghwa était mort de rire (quel con, il devrait s’entendre avec son accent anglais lui aussi :p). Après il leur demandait de jouer un petit solo et il faisait des grimaces chelou en même temps (dis que tes musiciens sont nuls tant que t’y es, babo va !) ou bien il leur demandait de danser et du coup il dansait avec eux. On a bien rigolé !

La petite surprise aussi pour cette soirée fut la célébration de son anniversaire qui était le 22 juin. JJ Lin est venu sur scène en chantant « Joyeux Anniversaire » en coréen. Du coup, nous avons tous chanté devant l’air surpris de Yonghwa. Les fans dans la fosse ont également porté un masque de Bart Simpson (perso moi je l’ai pas fait, je trouvais ça ridicule xD) et les personnes en gradins on brandi des pancartes blanches et rouges et de la scène on pouvait lire le message « ♥ YH 해피 27 ♥ ». Il était super content. JJ Lin lui a expliqué qu’ici il fallait faire trois vœux. Le premier, il devait le dire devant tout le monde, et les autres seulement à JJ Lin ww. Il a finalement dit tous ses vœux devant tout le monde et j’ai pas compris ce que c’était haha. Je sais juste que l’un d’eux parlait de sa tournée et des fans. Il a remercié le public et soufflé ses bougies. Sur le moment, j’étais contente d’avoir pu être-là et être compté parmi les fans présents pour ce petit anniversaire surprise.

Yonghwa a repris le concert avec You’ve fallen for me. Dans le public on a tous brandi un cœur en papier avec son logo dessus. C’est le truc que vous avez vu sur cette photo dans cet article haha. Vous vous demandiez ce que c’était hein, ben maintenant vous savez ! Des petits cœurs en papiers sont aussi tombés et Yonghwa s’est amusé à en coller sur ses joues (il transpirait tellement que ça collait tout seul lol). Il a ensuite terminé avec Goodnight Lover avant de quitter la scène.

Pour réclamer le rappel, les fans disaient « One Fine Day » en tapant des mains. Plus mou, tu meurs. Non, franchement, je dis NON ! Les asiat’ pour les rappels, ils sont mais mous. Personnellement, moi je voulais hurler le nom de Yonghwa, faire des Wohohoho, taper du pied… M’enfin j’ai pas osé on m’aurait prise pour une folle. Pour ça, je préfère le public français ! Yonghwa est quand même revenu, portant le T-shirt blanc du concert et une veste blanche avec écrit au dos « WHITE ». Il s’est assis pour chanter 27 Years pendant que les écrans diffusaient des photos de lui, de son enfance à maintenant. Le rappel s’est poursuivi en fanfare avec une version plus énergique de Love Light. Il est descendu de la scène pour passer devant les premiers rangs. A ce moment, les fans couraient et poussaient pour aller près de lui. Y a eu un grand espace devant moi, j’ai pas compris, du coup j’en ai profité pour me rapprocher un peu. Par contre, please, mange plus de soupe pour grandir un peu -pan-. Je le voyais plus jusqu’à ce qu’il remonte sur scène www. Je pense qu’il l’a récupéré dans la fosse mais en remontant, il portait un chapeau en forme de gâteau d’anniversaire.

Puis enfin, la véritable dernière chanson fut en toute logique One Fine Day. Je venais à peine de capter qu’il ne l’avait pas encore chanté. Des confettis sont tombés par milliers tandis que Yonghwa nous remerciait et nous saluait avant de quitter la scène pour de bon cette fois. Avec les lumières, ça rendait tellement bien, et mon réflex s’est amusé à créer des super effets « flou artistique » ! Comme sur cette photo www.

IMG_8798

Voila. Cette journée fut vraiment ONE.FINE.DAY. Plus de deux heures de concert mais c’est passé tellement vite encore ! Je ne vais pas en rajouter plus, je vais terminer par la set list qui était la suivante :

Intro
니가 없어도
Cruel Memories
Ryu Can Do It
-MC-
Payphone
Treasure
Mileage
Checkmate (feat. JJ Lin)
-MC-
JJ Lin performance
마지막 잎새
Like A Child
feeling
-MC-
원기옥
Can’t Stop
I’m Sorry
Lady
Man in front of the Mirror
-Birthday Celebration-
You’ve fallen for me
Goodnight Lover

ENCORE
27 Years
Star, You
Love light
-MC-
One Fine Day

Pour voir toutes les photos, rendez-vous sur Flickr. Il y en a 197, j’ai la flemme de toutes les reposter ici !


♫ Un article = Une chanson ► Jung Yong Hwa One Fine Day

3

► Taiwanese Beauty : un week-end à Taipei

Taipei (台北市, littéralement ville du Nord de Taïwan) est la capitale et plus grande ville de Taïwan. Après avoir fait le Japon, la Corée du Sud, la Malaisie, j’ai voulu rajouter cet endroit dans mes voyages asiatiques. Une occasion de découvrir une nouvelle ville et de passer du temps avec les amies et en rencontrer d’autres.

De l’aéroport de Taoyuan où j’ai atterri, plusieurs transports sont à disposition des voyageurs : navette (shuttle bus faisant la liaison entre l’aéroport et la station de Taoyuan, NT$30 soit 85cts) + train grande vitesse (high speed rail, c’est comme ça qu’ils l’appellent, une très grande ressemblance avec nos chers Shinkansen du Japon, qui vous amène directement jusqu’à la gare de Taipei pour NT$165 soit 4.70€), le bus (un départ toutes les 15-20 minutes pour environ une heure de trajet, NT$125 soit 3.60€), le taxi (NT$1000 environ soit 29€). Vous voyez tout de suite lequel est le plus rentable !

Ximending est l’endroit où nous avons posés nos valises. Un sympathique quartier animé avec des ruelles contenant de nombreux magasins ouverts jusque tard dans la nuit, des restaurants, des petits stands de nourriture qui ouvrent en soirée, des animations, des concerts de rue, des buildings avec des écrans géants… Ce fut la première zone piétonne à Taïwan. Un quartier qui m’a rappelé Hongdae, à Séoul et m’a fait penser à un mini Shibuya. Il arrive parfois que l’on surnomme aussi Ximending le Harajuku de Taipei.

Rien que dans ce quartier, tout près de Bangka il y a de quoi voir et quoi faire ; les temples Qingshan, Qingshui et Longshan, The Red House, le marché nocture de Huaxi, la zone piétonne où se tiennent des animations et des petits concerts, des magasins en tout genre et des restaurants où l’on peut goûter toutes les spécialités locales…

En pleins cœur de ce quartier se trouvait notre hôtel : Diary of Taipei, si l’accès est un peu difficile à trouver (situé au 5ème étage d’un building), cet hôtel trois étoiles offre des chambres relativement confortable avec wi-fi gratuit, TV, échantillons et une belle vue sur la ville. La chambre vous revient à environ NT$2000 (60€) à partager par le nombre de personnes. Super bonus de la maison ; le petit déjeuner offert chaque matin… chez KFC situé à deux pas !

Taipei regorge de magnifiques temples et palais, parfois en hauteur dans les collines au milieu de verdures. Celui que je suis allée voir, accompagnée de mes amies japonaises, fut le temple Zhinan. Pour s’y rendre, rien de plus simple : prendre la ligne Wenhu du métro de Taipei jusqu’au terminus Taipei Zoo et emprunter le Maokong Gondola jusqu’à Zhinan Temple Station. Cette ligne de télécabine construite par la compagnie française (héhé) Poma dessert 4 gares entre le Zoo de Taipei et la station Maokong.

Ce transport agréable, toutefois déconseillé aux personnes ayant la peur du vide (oui on est haut) nous a menés jusqu’à notre temple. Mauvais choix hélas. Pourquoi ? Il était en travaux, donc il a perdu tout son charme ce jour-là. Dommage car il m’avait l’air vraiment vraiment très beau !

Tout comme les alentours et la magnifique vue sur Taipei qui s’offrait à nous !

Taipei, c’était aussi des rencontres sympathiques et des moments passés entre amis. Ensemble, nous nous sommes offert un repas où on met tout (en grande quantité) au milieu de la table et on partage ! Le premier restaurant où l’on m’a amené n’était pas très Taïwanais mais soit, c’est toujours agréable, et on mange bien (trop bien même).

Bref, vous constatez que ça n’a rien de très asiatique. On se sera rattrapé le soir et le lendemain, dans un restaurant moins luxueux, plutôt dans des allures de fastfood, comme on en trouve souvent par ici, très bruyant comme à la cantine, mais avec des bonnes spécialités à un très bon prix ! Niu rou mian (soupe de nouilles avec du boeuf), Lu Rou Fan (porc haché avec du riz)… J’ai testé et approuvé !

Et vous voyez aussi ce plat ?

(5)

Nani kore hein ? Vous vous demandez ce qu’il y a dedans? Eh bien regardez…

Tadaaaam ! Ce plat se nomme Lo mai gai. Il s’agit de poulet, de champignons et du riz gluant enveloppés dans une feuille de Lotus. C’était une tuerie ! Un coup de cœur culinaire ! D’autres plats ont aussi ravi mon estomac ; Baked char sui bao (buns au porc et à la sauce BBQ), Chai tow kway (gâteau aux carottes), rouleaux de vermicelles au boeuf, chaussons de crevettes et salade au wasabi…

Baked Bun with BBQ Pork Pan Fried Carrot Cake Vermicelli Roll with Beef Wasabi Salad Prawn Dumpling

J’ai bien mangé et aurais fait de belles découvertes culinaires. A ce niveau-là j’ai plus que profité ! Car malheureusement, l’élément perturbateur de ce voyage, ce fut…. la pluie. Et pas la petite pluie, une bonne averse orageuse à cause de laquelle j’ai été contrainte d’annuler plusieurs visites, en majorité à l’extérieur. La seule qu’il fut possible de faire par ce mauvais temps : la visite de l’observatoire Taipei 101, plutôt recommandé pour les touristes. Situé sur la ligne Tamsui-Xinyi du métro, Taipei 101 vous offre une vue sur toute la ville avec un observatoire intérieur et extérieur, situés respectivement au 89 et 91ème étages. Le building faisant 508 mètres, il fut désigné comme l’un des plus hauts du monde. Après avoir acheté votre ticket à NT$500 (environ 15€), vous empruntez l’ascenseur, cité comme le plus rapide, atteignant une vitesse de plus de 1000m/min. Dans l’observatoire, vous avez une vue magnifique à 360° sur tout Taipei.

Taipei 101 (1)

Mais encore fallait-il que le ciel soit dégagé le jour où je m’y suis rendue. Voyez par vous-même. Difficile de bien voir l’horizon. Ah merci la pluie !

Taipei 101 (3) Taipei 101 (7) Taipei 101 (8)

Avant de retourner au rez-de-chaussée vous pouvez aussi passer par une galerie multimédia avec le SUPER BIG WIND Damper.

Enfin, pour le dernier soir, quand la pluie avait enfin cessé et que la bonne chaleur humide et étouffante était de retour, petite ballade nocturne dans Ximending, qui regorge de monde, de concerts et de performances de rue (et de bouffe comme toujours).

Oui… Ceci est bien ce que vous pensez.. xD

Des endroits à retenir pour une éventuelle visite, dans l’espoir de revenir prochainement : Yangmingshan National Park, Longshan temple, Bangka Park, Taipei 101 de jour (sans la pluie de préférence) et de nuit….

En tout les cas, j’ai beaucoup apprécié ce petit voyage et aimé l’ambiance de la ville et du quartier où j’ai résidé. Je me suis pas mal rabattue sur la nourriture à défaut de ne pas voir pu visiter plus de temples, de parcs et d’autres quartiers de la ville. Globalement la nourriture et les transports ne sont pas trop chers, je n’ai pas utilisé la totalité du budget que j’avais prévu. Les gens sont sympathiques, le metro est clean, les rues sont un peu crades mais le record revient toujours à Paris haha… Cependant au mois de juin il fait déjà très chaud et humide et il pleut… Mais ce n’est point granve, Kimi était contente et à  l’occasion, elle retournera à Taiwan !

Vous pouvez retrouver toutes les photos sur mon Flickr.


♫ Un article = Une chanson ► Super Junior M – Perfection

5

► 18 juin 2015 : L’appel de l’Asie ! En route pour Taïwan !

L’aventure commence enfin ! Ce 18 juin 2015 était l’appel de l’Asie -je sors- et avant de me rendre au Japon, j’ai fait un détour par Taïwan. J’ai quitté ma Normandie à 6 heures du matin, direction Paris Charles de Gaulle pour prendre l’avion. Escortée par mes parents qui m’ont quittée la larme à l’œil, je suis partie pour un long voyage… Enfin, j’ai du prendre encore un peu mon mal en patience. L’avion a eu du mal à décoller. Mon vol était prévu à 14h00. 14h30 l’avion quitte la porte d’embarquement, s’avance sur la piste, roule sur la piste et là, petit message de l’hôtesse (avec son bel accent Vietnamien) « Le commandant de bord vient de m’informer que suite à un problème technique, l’avion doit retourner à la porte d’embarquement. » Haha, sérieux, ils pouvaient pas le voir avant ? Et cette fois mon vol n’avaient pas une longue journée d’escale à Shanghai, mais deux petites heures à Hanoi. L’avion a finalement décollé à 15h30, hourra, on y croyait plus.

J’ai passé le voyage à côté d’une jeune Vietnamienne qui étudiait en France. Elle parlait donc français, on a pas mal discuté et écouté de la musique ensemble (elle écoutait même de la musique française, haha j’étais surprise). Au moment de commander les repas, elle demandait tout en vietnamien pour moi, elle était trop gentille. Le vol a eu pas mal de turbulences, je crois que c’était la première fois que j’en avais autant. A un moment j’ai hésité à sortir le sac pour vomir, au cas où parce que forcément, les turbulences c’est souvent quand t’es en train de bouffer. Du coup bah j’ai quasiment pas dormi, j’ai écouté en boucle l’album American Beauty/American Psycho de Fall Out Boy (très bon CD, écoutez-le si ce n’est pas déjà fait xD) et j’ai joué à Reversi.

L’avion a atterri à 7h30 à Hanoi et là ce fut le rush pour avoir mon 2ème avion qui décollait à 8h20. J’ai couru comme pas possible et je suis arrivée à la porte essoufflée xD. Et au final, bah cet avion là n’a pas décollé à l’heure non plus www Bref je crois que je ne prendrai plus Vietnam Airlines, bien qu’ils aient l’immense avantage de proposer 30kg maxi pour le bagage en soute.

L’avion a atterri vers 12h19, j’ai retrouvé mon amie June qui venait de Singapour. Nous avons récupéré nos valises, et sommes parties en direction de Taipei. Nous avons tout testé pour nous y rendre ; le shuttle bus jusqu’à Taoyuan, le high speed rail (ou le shinkansen taïwanais) jusqu’à Taipei, puis le métro pour aller à la station Ximen, là où se trouvait notre hôtel. Sous une chaleur étouffante et une forte humidité, ce fut difficile de nous déplacer avec nos valises (surtout moi, avec deux valises xD). Mais j’ai un peu oublié la chaleur en sortant du métro pour découvrir le quartier où nous allions passer quelques jours ; un coup de cœur. C’est un quartier comme un autre, rien d’impressionnant, mais j’ai vu un quartier vraiment sympathique et animé avec pleins de magasins, de restaurants en tout genre et quelques hauts buildings avec des écrans géants. De quoi me donner l’envie d’aller explorer chaque coin de cette ville. Mais avant ils nous a fallu trouver notre hôtel. Nous avons pris un hôtel trois étoiles, difficile à trouver car il est au cinquième étage d’un building. J’ai trouvé les couloirs et l’entrée un peu miteux mais notre chambre était heureusement, plutôt bien et confortable, une belle salle de bain, pleins d’échantillons, une TV et une belle vue sur le quartier ! Pour trois nuits pour deux personnes, ça valait le coup je trouve (NT$3000 chacune). Et pour le petit déj, on nous offre un hamburger et une boisson au… KFC lol. Très taïwanais tout ça !

Fatiguée du voyage, j’ai pris une bonne douche et pour la soirée, j’ai préféré rester me reposer, malgré une forte envie d’aller me balader dans le quartier.


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Centuries

2

► Gotta get away : et sinon j’emmène quoi dans ma valise ?

Voilà, voilà. Nous sommes à J-1 du départ ! Et la question cruciale à se poser est la suivante : qu’est-ce que j’emmène ? Cette question, je me la suis posée et reposée de nombreuses fois, car me connaissant, quand je pars quelque part, je suis plutôt du genre à emmener ma maison haha… Alors là imaginez pour un an (minimum)… Comment je vais faire ?

Bref, pas le choix, j’ai du être plus sélective que d’habitude et ne garder que les choses indispensables, enfin tout cela m’aura pris une journée quand même. Au final je pars avec : une grosse valise (pétée lol), une petite valise (pétée aussi) et le sac à main. Je vais m’en rappeler de ce voyage :’).

L’essentiel

  • Passeport avec le visa; ce serait très con de l’oublier
  • Vêtements; sans en prendre trois tonnes
  • Chaussures; une ou deux paires faciles à glisser dans la valise
  • Costume/tailleur; utile pour les entretiens d’embauches
  • Produits de toilettes/cosmétiques; gel douche, shampoing, dentifrice se trouveront sur place bien sûr, mais dans le cas de produits spéciaux, autant se faire sa réserve
  • Ordinateur portable
  • Appareil photo
  • Des médicaments; paracétamol & cie pour les petits coups de mou
  • Papiers et autres documents importants; billets d’avion, attestation d’assurance, quelques CV et cartes de visite
  • De l’argent; pour les premières dépenses
  • Carte Suica
  • Guide de voyage et dico français-japonais

Et moi j’ai aussi rajouté…

  • Mon Yukata; acheté à Osaka en août 2014, je voudrais bien le porter à l’occasion de quelques matsuri haha
  • Mon fer à lisser; hélas j’en ai besoin aussi
  • Un adaptateur
  • Mes cours et livres d’anglais/japonais/coréen; oui j’étudie tout ça et je compte bien continuer
  • Mes recettes de cuisine; du moins celles pour lesquelles je ne devrais pas galérer à trouver les ingrédients. Moi qui adore cuisiner, j’ai bien envie de faire découvrir quelques bons plats français à mes amis japonais :p !
  • Ma carte de fidélité Tower Records; pour me faire plaisir en CDs et DVDs en arrivant (et quand j’aurais mon premier salaire)

Tout ça faisant déjà beaucoup, et parce que sinon ma valise ne fermait vraiment pas, j’ai décidé de ne pas me blinder de vêtements d’hiver et de les mettre en carton que je ferai expédier. Dur de ne prendre que le stricte minimum pour une longue période ^^ ! Mais tout est au point. Je suis prête à partir~ en espérant que je ne meure pas à cause de mes valises :’D.

Si des anciens PVTiste passent par là, comment vous êtes-vous organisé ? Qu’avez-vous pris dans vos bagages ?


♫ Un article = Une chanson ► The Black KeysGotta Get Away