1

► Tell me the truth : Les phrases en japonais qui sauvent

Sanctuaire Toshogu, Ueno (2)

Sanctuaire Toshogu, Ueno – Août 2014

Petite préface de mes leçons de japonais. Je vais commencer par vous introduire les premiers mots qu’on apprend, et les phrases qui reviennent souvent dans la vie de tous les jours, basées sur ma propre expérience. Je ne recopie pas bêtement l’intégralité du Routard, si vous voulez tous les cas de figures, allez donc acheter un guide ou un dico. Ici, je rassemble les principales phrases qui m’ont souvent servies et qu’il est bon de savoir lorsque vous débarquez pour la première fois au Japon et qui peuvent vous sauver !

Cette liste est non-exhaustive et risque d’être mise à jour régulièrement. Car j’apprend des nouvelles choses quasiment tous les jours ! J’ai mis des codes couleurs dans certaines phrases pour que vous distinguiez les noms, sujet verbes et autres compléments. Juste pour une première approche ! Ne commencez pas à vous poser de questions par rapport au français car le japonais et le français sont deux langues très différentes et une traduction au mot à mot est quasi impossible ! Ne vous inquiétez pas, dans les prochaines leçons, je vous expliquerai plus en détails comment sont construites les phrases :3.

Pour commencer

こんにちは (Konnichiwa) = Bonjour
おはようございます (Ohayou gozaimasu) = Bonjour [le matin]
こんばんは (Konbanwa) = Bonsoir
さようなら (Sayounara) = Au revoir
お休み(なさい)(Oyasumi(nasai)) = Bonne nuit
またね (Mata ne) = A bientôt / A plus
また明日 (Mata ashita) = A demain
(お)元気ですか。 ((O)genki desu ka ?) = Comment allez-vous ? / Ca va ?
元気です。 (Genki desu) = Je vais bien / Ca va
はい (Hai) = Oui
いいえ (Iie) = Non
そう(です)か (Sou (desu) ka) = Ah bon / Je vois
お願いします (Onegai shimasu) = S’il vous plaît [en sollicitant une faveur]
どうぞ (Douzo) = S’il vous plaît [en accordant une faveur]
ありがとう(ございます) (Arigatou (gozaimasu)) = Merci (beaucoup)
お世話になりました (Osewa ni narimashita) = Merci pour ce que vous avez fait pour moi
どういたしまして (Douitashimashite) = Je vous en prie [en réponse à ありがとう]
すいません/すみません (Suimasen/Sumimasen) = Excusez-moi / S’il vous plaît
(よし)分かった/分かりました ((Yosh) wakatta / Wakarimashita) = D’accord / Compris
ごめん/ごめんね/ごめんなさい (Gomen / Gomen ne / Gomenasai) = Désolé / Veuillez m’excuser
大丈夫(です) (Daijoubu (desu)) = Ok / Pas de problème / Tout va bien
助けて (Tasukete) = Aidez-moi
いらっしゃいませ (Irasshaimase) = Bienvenue
はじめまして (Hajimemashite) = Enchanté
違う/違います (Chigau / Chigaimasu) = Ce n’est pas ça / C’est différent
お邪魔します (Ojama shimasu) = Je vous dérange [en arrivant chez quelqu’un]
お邪魔しました (Ojama shimashita) = Je vous ai dérangé [en partant de chez quelqu’un]
行ってきます (Ittekimasu) = Je pars / A tout à l’heure
行ってらっしゃい (Itterasshai) = Bonne journée / A tout à l’heure [en réponse à 行ってきます]
しまった (Shimatta) = Oups / Zut / J’ai gaffé
やっぱり (Yappari) = Je le savais / J’en étais sûr [quand quelque chose auquel on s’attendait se produit]
ただいま (Tadaima) = Je suis de retour
お帰りなさい (Okaerinasai) = Bon retour [en réponse à ただいま]

どうしたの?/どうしましたか。(Dou shita no? / Dou shimashita ka?) = Qu’est-ce qui se passe ?
これ日本語ですか。(Kore wa nihongo de nan desu ka?) = Comment dit-on ceci en japonais ?
これは何ですか。(Kore wa nan desu ka ?) = Qu’est-ce que c’est ?
何これ? (Nani kore?) = C’est quoi ?
どうして? / なぜ?(Doushite? / Naze?) = Pourquoi ?

フランス語上手です。(Furansugo ga jouzu desu.) = Votre français est bon.
フランス語話せますか。(Furansugo ga hanasemasu ka?) = Pouvez-vous parler français ?
もう一度言ってくれますか。(Mou ichido itte kuremasu ka?) = Pouvez-vous répéter ?
もうゆっくり話してください。(Mou yukkuri hanashite kudasai.) = Parlez plus lentement s’il vous plaît.
日本語よく分かりません。(Watashi wa nihongo ga yoku wakarimasen.) = Je ne comprend pas très bien le japonais.
日本語あまり上手じゃありません。(Watashi wa nihongo ga amari jouzu jaarimasen.) = Mon japonais n’est pas très bon.

Se présenter / faire connaissance

お名前ですか。(Onamae wa nan desu ka?) = Quel est votre nom ?
私の名前ジョンキミです。(Watashi no namae wa Jung Kimi desu.) = Mon nom est Kimi Jung.
どこから来ましたか。(Doko kara kimashita ka?) = D’où venez-vous ?
フランス人です。(Watashi wa furansujin desu.) = Je suis française.
私はパリから来ました。(Pari kara kimashita.) = Je viens de Paris.
何歳ですか。(Nan sai desu ka?) = Quel âge avez-vous ?
25歳です。(Watashi wa nijyuu go sai desu.) = J’ai 25 ans.
1989年チェルブール生まれました。(Watashi wa sen kyuuhyaku hachijyuu kyuu nen ni Cherubuuru de umaremashita. = Je suis née en 1989 à Cherbourg.
もう学生じゃありません。(Watashi wa mou gakusei jaarimasen.) = Je ne suis plus étudiant(e).
会社員です。(Watashi wa kaishain desu.) = Je suis employé(e) d’entreprise.
私は日本の食べ物が好きです。(Watashi wa nihon no tabemono ga suki desu.) = J’aime la nourriture japonaise.
フランスに行ったことがありますか。(Furansu ni itta koto ga arimasu ka?) = Êtes-vous déjà allé en France ?
私は料理があまり上手じゃありません。(Watashi wa ryouri ga amari jouzu jaarimasen.) = Je ne suis pas très douée en cuisine.

Demander un renseignement / faire une requête

これはいくらですか。(Kore wa ikura desu ka?) = Combien coûte ceci ?
トイレはどこにありますか。(Toile wa doko ni arimasu ka?) = Où y a-t-il des toilettes ?
ここどこですか。(Koko wa doko desu ka?) = Ici c’est ?
…がありますか。(… ga arimasu ka?) = Avez-vous… ? / Il y a-t-il… ?
ここにどうやって行きますか。(Koko ni douyatte ikimasu ka?) = Comment va-t-on ici ?
エレベーターどちらですか。(Erebeetaa wa dochira desu ka?) = L’ascenseur est par où ?
ここに行きたいです。(Koko ni ikitai desu.) = Je voudrais aller là.
ここで降ろしてもらえますか。(Koko de oroshite moraemasu ka?) = Pouvez-vous me déposer ici ?
これを買いたいです。(Kore wo kaitai desu.) = Je voudrais acheter ceci.
これはどこで買えますか。(Kore wa doko de kaemasu ka?) = Où peut-on acheter ceci ?
…を探しています。(… wo sagashite imasu.) = Je cherche…
…を持ってきてくれますか。(… wo motte kite kuremasu ka?) = Pouvez-vous apporter… ?
書いてもらえますか。(Kaite moraemasu ka?) = Pouvez-vous me l’écrire ?
写真を撮ってもいいですか。(Shashin wo totte mo ii desu ka?) = Est-ce que je peux prendre des photos ?
銀行は何時から何時までですか。(Ginkou wa nanji kara nanji made desu ka?) = La banque est ouverte de quelle heure à quelle heure ?
休みは何曜日ですか。(Yasumi wa nanyoubi desu ka?) = Quel jour c’est fermé ?
手伝ってくれますか。(Tetsudatte kuremasu ka?) = Pouvez-vous m’aider ?
…の電話番号は何番ですか。(… no denwa bangou wa nanban desu ka?) = Quel est le numéro de téléphone de… ?
カードで払うことができますか。(Kaado de harau koto ga dekimasu ka?) = Est-ce possible de payer par carte ?
これを支払いたいです。(Kore wo shiharaitai desu.) = Je voudrais régler/payer ceci.
何時まで見学できますか。(Nanji made kengaku ga dekimasu ka?) = La visite est possible jusqu’à quelle heure ?
今、暇ですか。(Ima, hima desu ka?) = Êtes-vous disponible maintenant ?

En mangeant / au restaurant

いただきます。(Itadakimasu.) = Bon appétit [cependant la vraie signification est « Je reçois la nourriture », les japonais parlent à « eux-mêmes »]
ご馳走様でした。(Gochisousama deshita.) = J’ai bien mangé. / Je me suis régalé.
美味しい。(Oishii.) = Délicieux.
お腹が空いた。(Onaka ga suita.) = J’ai faim. [littéralement: Mon ventre est vide.]
喉が乾いた。(Nodo ga kawaita.) = J’ai soif. [lit. Ma gorge est sèche.]
お腹がいっぱい。(Onaka ga ippai.) = J’ai trop mangé. [lit. Mon ventre est rempli.]
お水ください。(Omizu kudasai.) = De l’eau s’il vous plaît.
少々お待ちください。(Shoushou omachi kudasai.) = Veuillez patienter quelques instants s’il vous plaît.
別々にお願いします。(Betsubetsu ni onegaishimasu.) = Nous payons séparément s’il vous plaît.
お待たせしました。= (Omatase shimashita.) Merci pour l’attente. / Désolé de vous avoir fait attendre.


Vous avez aimé ce cours ? N’hésitez pas à faire un petit don pour me remercier ^_^ !

Donate Button with Credit Cards

Sommaire des leçons


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – Truth

Publicités
1

► Dance & fireworks : Kimi s’amuse à Tokyo #3

Comme d’habitude, petit retour sur la suite et fin de mes activités du mois de juillet !

23 juillet 2015 : Kagurazaka Matsuri Festival

Du 22 au 25 juillet, se tenait le Kagurazaka Matsuri Festival, dit aussi Kagurazaka Lantern Plant Market avec son Awa-odori Dance. Pendant les festivités, on effectue un bond en arrière en revivant l’ambiance du vieux Tokyo. Le long de Kagurazaka-dori où se situe le temple Bishamonten Zenkoku-ji, des volontaires, parfois vêtus de yukata, vous proposent nourriture et boissons diverses, ainsi que des stands d’Hozuki.

Adresse : 5-36 Kagurazaka, Shinjuku-ku, Tokyo 162-0825
Accès : Iidabashi Station (JR Chuo Sobu Line) sortie ouest
Iidabashi Station (Namboku Line, Oedo Line, Tozai Line, Yurakucho Line) sortie B3
Ushigomekagurazaka Station (Oedo Line) sortie A3
Kagurazaka Station (Tozai Line)

(277) (279)

Je me suis rendue à ce matsuri vraiment à l’heure où c’était censé débuter (vers 17h), je suis même arrivée trop tôt car les volontaires finissaient de préparer leur stand. Mais une fois les festivités débutées, la foule n’a pas tardé à bonder les rues et le temple. Vraiment du monde partout si bien qu’il en devient difficile de circuler et d’accéder aux stands pour manger. Dans mon périple j’aurais goûté ces deux choses délicieuses dont j’ai oublié le nom hahah.

Malheureusement, comme j’avais mes cours de japonais à Shinjuku, j’ai du quitter le festival tôt et je n’aurais pas pu voir la performance de Awa-odori. Une prochaine fois !

(278) (283)

25 juillet 2015 : Sumida fireworks festival 

Ce samedi très chaud et ensoleillé, mes amies de la guest house et moi avons sorties nos yukata pour le Sumida fireworks festival qui a lieu aux alentours de Asakusa. Une japonaise m’a aidée à revêtir mon yukata et Haru-chan a voulu en plus me maquiller (elle a sortie tout son attirail make-up, je crois que j’en possède même pas le tiers xD).

(289) (290)

Puis vers 15h, j’ai d’abord retrouvé Hiromi-chan avec qui j’ai passé un peu de temps au frais dans un café avant de rejoindre Marine et ses amis près du pont Azuma.

Le Sumida fireworks festival est particulier : deux feux d’artifices sont tirés en même temps à deux points différents de la rivière Sumida, non loin des ponts Komagata et Kototoi. Pour le voir, on est allé vers Asakusa, au pont Azuma. Je me réjouissais de voir ces feux d’artifices mais comment dire, laissez-moi vous expliquer comment c’était organisé : déjà, comme c’est en pleine ville avec pleins de super hauts buildings, on ne peut pas s’asseoir pour admirer les feux d’artifices ! On ne peut donc voir le spectacle qu’en passant sur le pont. Et quand y a tout Tokyo qui se ramène, ça fait du monde, du monde et du monde partout !! Les rues sont bloquées, et même certaines stations de métro. Encadrés par la police, plusieurs groupes de personnes passaient donc sur le pont pour s’arrêter 10 secondes, regarder les feux d’artifices et partir. Le premier feu d’artifice avait commencé, on était même pas sur le pont xD. Mais au final on a bien gérés car on aura pu voir les deux en même temps quand nous sommes passés.

Il était ensuite encore possible d’en voir un bout depuis les rues voisines, mais tous les immeubles immenses gâchaient le paysage TT. Pour se consoler, heureusement il y avait la Tokyo Sky Tree illuminée de belles couleurs vertes et bleues~!

Un peu traumatisant comme expérience, surtout si on aime pas la foule ! Mais les feux d’artifices au Japon sont tellement impressionnants que ça attire toujours une forte population ! D’ailleurs, je dois dire, moi qui adore ça, je ne regrette finalement pas d’avoir été à ce festival. Les feux d’artifices durent longtemps (environ une heure, ça change de nos 15 minutes en France xD) et sont vraiment beaux ! Il y en a tellement en été aussi que vous pouvez être sûrs de pouvoir au moins en voir un.

29 juillet 2015 : Bon-Odori festival au temple Tsukiji

Avec Mai-chan, je suis aussi allée au Bon-Odori festival du temple Tsukiji qui se tenait du 29 juillet au 1er août. Tout d’abord, le Bon ou O-Bon, c’est quoi ?

O-Bon (お盆) ou simplement Bon (盆, sans le préfixe honorifique) est une coutume bouddhiste japonaise honorant les esprits des ancêtres. Celle-ci existe depuis plus de 500 ans et fut importé de Chine où elle est appelée fête des fantômes. A l’origine, le O-Bon dure trois jours, mais les dates exactes varient selon les régions.
Au fil des ans, cette fête religieuse s’est transformée en réunion de famille durant laquelle les gens des grandes villes retournent à leur ville natale et s’occupent des tombes de leurs ancêtres. Les jours du O-Bon ne sont pas considérés comme fériés mais de nombreux Japonais prennent des jours de vacances et certaines entreprises ferment.

Un festival de danse, le Bon-Odori, est traditionnellement donné pendant cette période, voire même durant tout l’été désormais. Originellement le Bon-Odori était une danse folklorique destinée à réconforter les esprits des défunts. Le style de cette danse varie d’une région à l’autre. Les différentes préfectures ont souvent des danses particulières du Bon-Odori et leur musique propre allant avec. Le plus souvent la danse a lieu dans un temple, sur les rives d’une rivière ou de la mer, ou dans un lieu public quelconque. Les gens forment généralement une ronde autour d’un petit bâtiment de bois nommé yagura où des musiciens jouent du Taiko pour donner le rythme.

Source : Wikipedia

Le Bon-Odori festival de Tsukiji a lieu au pied du temple sur une grand place, où sont aussi implantés plusieurs stands de nourriture et de boissons. Il y a également des tables pour que les personnes s’installent pour admirer la danse tout en mangeant.

(332)

Adresse : 3-15-1 Tsukiji, Chuo-ku, Tokyo 104-8435
Accès : Tsukiji Station (Hibiya Line) sortie 1
Tsukijishijo Station (Oedo Line) sortie A1
Higashi-Ginza (Asakusa Line) sortie 5

Il y avait énormément de monde quand nous y sommes allées, en particulier du côté de la nourriture haha. Des personnes habillées en yukata dansaient autour du yagura, parfois des personnes en civils se joignaient à la danse, ainsi que des enfants. Les japonais sont vraiment attachés à leur religion et leur croyance et j’apprécie l’existence de ces petites fêtes qui permettent de réunir toute cette population, dansant ensemble pour honorer les esprits des ancêtres pendant une performance de Taiko. Les musiques s’enchaînaient avec une danse différente à chaque fois. Il y a également eu une pause pendant laquelle un groupe de musiciens a effectué une performance de Taiko à la place de l’endroit où les gens dansaient. Il y avait plusieurs instruments et les musiciens s’échangeaient les places. La façon dont ils bougeaient tout en gardant le rythme… Wuah, j’étais admirative ! Ca m’a donné envie d’apprendre à en faire !

Avec Mai-chan on a pas mal regardé les gens danser puis vers la fin, nous nous sommes dit « Allons-y ! ». Du coup on a fait les deux dernières danses ! Oui, Kimi elle a dansé le O-Bon ! J’étais pas toujours dans le rythme mais j’ai eu une bonne sensei à côté de moi qui m’a bien montré les pas, une femme âgée habillée en yukata, qui montrait un peu à tout le monde comment faire. La série de pas reste la même, mais c’est aussi très facile de se tromper tellement les danses sont parfois toutes les mêmes. A la toute fin de la danse, nous nous sommes tous tournés vers le temple et nous nous sommes inclinés. Un festival de plus auquel j’ai adoré assister !

(345)


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryFirework

3

► Time to find a job : Hello Work

Pour me donner quelques pistes pour du boulot en dehors des sites internet, j’ai décidé de me rendre au Tokyo Employment Service Center for Foreigners. Cet organisme offre aux étrangers vivant au Japon avec un statut de résident (visa Vacances-Travail, visa d’époux, visa étudiant…) d’obtenir des informations pour la recherche d’un travail. Des interprètes anglais et chinois sont présents pour aider les personnes ne parlant pas japonais. Il y a deux centres implantés à Tokyo : le premier, Tokyo Employment Service Center for Foreigners, situé au 21ème étage du Odakyu Daiichi Seimei Building (小田急第一生命ビル21階) à Nishi-Shinjuku, et le second, Shinjuku Foreigners’ Employment Assistance and Guidance Center ou Hello Work (ハローワーク), situé à Kabukichou.

Tokyo Employment Service Center for Foreigners

Adresse : Odakyu Daiichi Seimei Building 21F, 2-7-1 Nishi Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo 163-0721
Accès : Shinjuku Station (JR Line, Oedo Line) sortie ouest
Nishi-Shinjuku Station (Marunouchi Line) sortie E4
Tochomae Station (Oedo Line) sortie E4
En prenant la sortie E4, vous arrivez directement à l’entrée du building.

Shinjuku Foreigners’ Employment Assistance and Guidance Center

Adresse : Hello Work Shinjuku Bldg 1F, 2-42-10 Kabukicho, Shinjuku-ku, Tokyo 160-8489
Accès : Shinjuku Station (JR Line, Oedo Line) sortie ouest ou est
Seibu-Shinjuku Station (Seibu Shinjuku Line) sortie nord
Shin-Okubo Station (JR Yamanote Line)
Le bâtiment se situe à côté d’un building où un DOUTOR se trouve au rez-de-chaussée.

Je me suis d’abord rendue dans le premier centre avant qu’ils ne m’envoient au second, à Hello Work, qui s’occupe des personnes ayant un visa Vacances-Travail, ce qui est mon cas actuellement.

Hello Work : les informations principales

Hello Work est l’un des centres qui offrent des consultations et un support pour la recherche d’emploi aux étrangers avec l’un des statuts de résident suivants : époux/enfant d’une personne de nationalité japonaise ou d’un résident permanent, résident en long terme, résident permanent (working holiday…), étudiant. Celui-ci est ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h15. Comme cité plus haut, des interprètes anglais et chinois sont présents mais il est recommandé de prendre rendez-vous pour être sûr qu’ils soient disponibles pour vous.

► Sans rendez-vous
Il est possible de venir sans rendez-vous. A votre arrivée, vous vous présentez à l’accueil et on vous remet un numéro de ticket et vous attendez que l’on vous appelle, tout en sachant que les personnes ayant pris rendez-vous avant sont prioritaires. Si vous venez sans rendez-vous, il est recommandé de vous présenter entre 9h00 et 11h00, qui correspond à la plage horaire la plus creuse de la journée.

► Prendre rendez-vous
Il est conseillé de prendre un rendez-vous, en particulier si vous voulez qu’un interprète soit avec vous. Vous pouvez planifier un rendez-vous en venant sur place ou par téléphone (03-3204-8609) pour le jour suivant ou plus tard. Il n’est pas possible d’avoir un rendez-vous le jour-même. Le jour de votre rendez-vous, présentez-vous à l’accueil 10 minutes avant l’heure du rendez-vous. Si vous souhaitez annuler votre rendez-vous, contactez le centre par téléphone pour les prévenir.

► Documents à fournir (originaux seulement, les copies ne sont pas acceptées)
La carte de résident et le passeport sont les documents à apporter obligatoirement quelque soit le statut. D’autres documents vous autorisant à effectuer une activité professionnelle au Japon peuvent être demandé selon le statut de résident.

Hello Work : les services disponibles

Lorsque vous arrivez au centre pour la première fois, vous vous présentez en disant que vous recherchez du travail « 仕事を探しています。 » (Shigoto wo sagashite imasu. = Je recherche du travail.). Le personnel vous demande alors votre carte de résident et votre passeport et vous remet un formulaire à remplir. A chacune de vos visites dans le centre, vous devez présenter votre carte Hello Work (que l’on vous remet lors de votre inscription) et récupérer un ticket avec un numéro.

► Consultations
Des conseillers sont disponibles pour vous fournir des informations et vous aider dans votre recherche d’emploi selon vos critères et votre parcours professionnel. Ils peuvent vous assister pour rechercher un emploi, vous donner des conseils pour remplir des documents administratifs, pour contacter les entreprises ou encore pour planifier un entretien.

► Section Recherches d’Emploi
Des ordinateurs sont mis à disposition si vous souhaitez rechercher un emploi par vous-même. Dans ce cas, en arrivant à l’accueil, une carte avec un numéro d’ordinateur vous est remise. Il est recommandé de savoir lire le japonais étant donné que les informations ne sont qu’en japonais uniquement. Lorsque vous trouvez une offre qui vous intéresse, imprimez-la et remettez-la à un conseiller qui se chargera de contacter l’entreprise pour vous. Si vous ne pouvez pas lire le japonais, vous pouvez demander de l’aide aux conseillers qui vous assisteront dans votre recherche.

Quand je me suis rendue à Hello Work pour la première fois, j’ai donc eu le formulaire à remplir. Un conseiller et une interprète m’ont ensuite reçue pour finaliser l’inscription. On vous demande les informations habituelles : quel type de travail vous souhaitez exercer, votre niveau de japonais, la durée limite du trajet, vos disponibilités, si vous avez le permis… Pour ma part, j’ai tenté le tout pour le tout : n’importe quel type de travail qui me permettra de mettre en pratique mon japonais et de progresser, avec la possibilité plus tard de trouver un travail semblable à celui que j’avais en France. J’ai aussi mentionné que j’étais prête à faire traduire mon permis de conduire si nécessaire. Une fois l’inscription faite, on vous remet votre carte Hello Work qu’il est indispensable d’avoir avec vous lors de vos prochaines visites.

Et je me suis rendue compte que j’écrivais mal mon nom de famille en katakana haha, bravo baka !

Après, le conseiller effectue déjà une première recherche selon vos critères. Si il trouve quelque chose, il appelle la compagnie et si votre profil correspond, un entretien est convenu. On vous remet alors deux documents : un avec votre nom qu’il faudra présenter à l’entretien avec votre CV et votre carte de résident, et un autre contenant les coordonnées de l’employeur avec un plan d’accès. N’hésitez pas à demander plus d’informations sur comment vous rendre à votre entretien et si vous avez votre CV en japonais, montrez-leur aussi, ils peuvent voir si il y a des erreurs ;-). J’étais contente quand l’interprète m’a dit que mon CV en japonais était quasi correct !

Il ne vous reste plus qu’à tout déchirer à vos prochains entretiens !! 頑張って!!


♫ Un article = Une chanson ► Royal RepublicEverybody Wants To Be An Astronaut

3

► To the Light : Concert de FTISLAND au Yokohama Arena

1, 2, 3, 4, 5…..GO! Ce lundi 20 juillet, après avoir bossé à la guest house, je suis retournée à Yokohama ! Pas pour visiter, mais pour aller au concert de FTISLAND au Yokohama Arena ! Et avant de rentrer dans les détails de cette journée et de ce concert grandiose, je voudrais d’abord remercier ma petite Primadonna Marine, grâce à qui avoir une place fut possible ! Car le concert était sold out. Oui sold out et le Yokohama Arena c’est genre… 17 000 places je dirais ? Vous voyez le truc ! Donc, ありがとうございました!!

FTISLAND, je connais depuis…. Six ans je crois. Avant CNBLUE d’ailleurs (pour infos, ils bossent sous la même agence musicale). Ahah le temps passe. Pas spécialement fan de la première heure, mais leurs albums plus récents (japonais surtout) comme Rated FT, NEW PAGE, mais aussi FIVE TREASURE BOX et récemment I WILL, je me rappelle encore comment ils m’ont conquise et transportée à la première écoute. Je dirais que j’aime leur virage musical et leur style actuel, surtout avec I WILL qui je trouve reflète vraiment leur personnalité, la facette qu’ils veulent vraiment montrer, leur véritable couleur. Bref, je ne suis pas une Primadonna, mais FTISLAND figure parmi mes groupes favoris à l’heure actuelle. Je les ai vus pour la première fois au Japon au ROCK NATION l’année dernière. Après les avoir écoutés sur CD, leur performance live m’a conquise à son tour. Je me souviens encore comment je sautillais pendant BE FREE et Shinin’ On alors que je m’étais pointée à l’event avec T-shirt et Towel CNBLUE haha, les gens n’ont jamais compris mon enthousiasme pour FTISLAND tout d’un coup xD. Depuis j’avais qu’une envie : assister à un de leurs concerts au Japon. Entre temps, j’ai eu la chance de les voir deux fois à Paris. Puis avec la sortie de leur nouvel album 5…..GO pour célébrer leur anniversaire depuis leurs débuts au Japon en major, un Arena Tour a été planifié. La date finale était pour le Yokohama Arena. C’était une occasion en or !

Pour ça, il fallait se rendre jusqu’à la station Shin-Yokohama, soit à presque une heure de chez moi ! Et comme j’aime partir à l’arrache, je ne savais plus quelle ligne de train prendre. Je me suis d’abord rendue jusqu’à la gare de Tokyo. De là, j’avais le choix entre prendre le Shinkansen (nos TGV mais en 10 fois mieux, mais cher) ou passer par Yokohama même. Je ne paie pas le Shinkansen un bras hein, je prends donc la Tōkaidō Line jusqu’à Yokohama. A Yokohama je pensais trouver facilement la Yokohama Line pour aller à Shin-Yokohama. Euh ouais sauf que le quai où passe ce train est partagé avec une autre ligne, il faut donc faire attention dans quel train on monte, j’étais paumée avec mon plan mais là une japonaise s’est approchée de moi en me demandant non pas « Vous voulez aller où ? » mais directement « Vous allez au concert de FTISLAND ? », « Euh… Oui c’est quel train pour s’y rendre ? », « Le prochain ! », « Yokatta, arigatou ! ». C’était une bonne idée d’attacher ma towel du concert à Paris à mon short, on m’a tout de suite repérée xD !

Arrivée à Shin-Yokohama, j’ai pris la sortie menant au Yokohama Arena et en suivant d’autres fans, je suis arrivée à destination. Et là, du monde partouuuuuut.

Comment je vais retrouver Marine parmi cette foule ?! Heureusement on s’est donné rendez-vous au pied de l’horloge devant l’entrée de la salle et repérer une Européenne parmi des japonais n’est pas si difficile ! Une fois en compagnie de Marine, j’ai pu récupérer mes goodies (une towel et un T-shirt), manger et boire, et on a eu le temps de tranquillement entrer. Dans le hall il y avait des espèces de ballons avec les têtes des membres de FTISLAND dedans, tout le monde se prenait en photo avec. Nous aussi d’ailleurs haha.

Nous sommes ensuite allées nous installer. On est montés au troisième, on était en gradins mais genre tout en haut et presque au fond. Voilà la vue qu’on avait.

Hahaha et oui c’est grand le Yokohama Arena ! Bon à vrai dire, je m’en fichais. A Paris les FTISLAND je les ai vu de près, très près, j’ai été accréditée pour des photos donc, ce n’était pas grave du tout. Pendant que tout le monde prenait place, diverses vidéos étaient diffusées sur les écrans géants (qui nous serviront beaucoup plus tard pendant le live hahahaha), l’annonce du FNC KINGDOM au mois de décembre, quelques passages des clips de PRAY et Primavera. Un peu après 18 heures, la salle s’est assombrie. Ca allait commencer ! Tout le monde a allumé son lightstick, le Yokohama Arena brillait de milliers de lumières jaunes. Le rendu m’impressionne toujours tellement c’est beau !

C’est d’abord Minhwan qui est entré sur scène pour s’installer derrière sa batterie et démarrer un petit solo pour accompagner l’intro, un petit remix de PRAY. Les autres membres sont tous arrivés, et quand on a vu Hongki, Marine et moi on a éclaté de rires. Le mec a encore eu une crise capillaire. Dès qu’il s’agit de ses cheveux c’est le roi du flop ! Il avait les cheveux roses. Roses, avec les racines foncés qui repoussent déjà. Dire que ce mec a un charme de dingue pourtant…

Ils ont démarré avec PRAY qui reste une des rares pistes de la set list chantée en coréen et qui vient du dernier album sorti en Corée, I WILL. Ce fut un démarrage en trombe. Le public hurlait « I Pray ! » pendant le refrain. Hongki hurlait aussi comme un dingue pour chauffer le public (ce ne fut pas difficile, tout le monde était déjà à fond). Dans la foulée, c’est Tornado qui a résonné, extrait de l’album japonais 5…..GO et ben… c’était un peu comme si une tornade avait déferlé sur tout le Yokohama Arena. Cette chanson est bien plus intense en live avec les riffs et les battements lourds de la batterie !

La première partie du concert était vraiment démente. Ils ont enchaîné BE FREE, FREEDOM, Let it Go!, 未体験Future (Mitaiken Future), Shinin’ On, toutes les chansons que j’aime et qui bougent bien. Je sautais sans relâche tellement c’était énorme et Hongki mettait une de ces ambiances à sautiller en agitant sa towel ! FREEDOM était un peu réarrangée, durant cette chanson, Minhwan a changé de batterie pour jouer derrière une plus petite qui produisait un peu des sons « électroniques ». Pendant 未体験Future (Mitaiken Future), les jeux de lumières étaient super beaux, il y avait des milliers de couleurs et de belles animations sur l’écran géant central. Et Shinin’ On… Ah cette chanson est juste PAR-FAITE !

Petite séquence émotions avec STAY. Ça m’a rappelé le concert à la Maroquinerie à Paris. Ils l’avaient joué à la fin et on chantait tous « STAY » pour pas qu’ils partent xD. Là c’est à mon lightstick que je disais « STAY » car ce con avait choisi ce moment pour déconner et s’éteindre :(. J’aime beaucoup cette chanson car je trouve qu’elle met bien en avant la beauté de la voix de Jaejin. Et j’adore sa voix à ce mec. Quand tu l’entends chanter, tu planes, t’es zen, t’as l’impression d’être sur un petit nuage. C’est un vrai bonheur de l’écouter chanter !

Mais je crois que le plus beau moment du concert fut durant To The Light. Pour cette chanson, Hongki a demandé à ce qu’on sorte nos téléphones et qu’on allume le flash. Et quand 17 000 personnes allument leur téléphone comme ça, c’est…. magnifique, on aurait des milliers d’étoiles qui scintillaient. Le spectacle était juste splendide et d’une beauté indescriptible ! Sans parler de la chanson en elle-même. Là aussi la voix de Jaejin était… fejkfhozehfiozehfoz j’en ai presque fondu en larmes ! Idem pour celle de Hongki. Quand il chante « I just wanna reach the light » je ressens comme l’envie d’atteindre ma lumière moi aussi, cette lumière qui me guidera et me rapprochera de mes rêves, m’éclairera pour me donner les moyens de les réaliser. Vraiment, cette chanson dégage tellement d’émotions, j’en ai des frissons à chaque écoute. Merci FTISLAND pour cette beauté auditive <3.

Pendant un des nombreux MC, Hongki a parlé de la saison des pluies, qui survient en général à cette période au Japon. Pour être donc dans le thème, le groupe offre Raining qui est une agréable surprise puisque cette ballade qui date des débuts a été rarement jouée en concert (il me semble). Encore une fois, le public japonais a tout mon respect et toute mon admiration. Tout le monde est resté calme et silencieux jusqu’à la dernière note. Et à la fin, uniquement des applaudissements. Ce fut pareil pour CRYING IN THE RAIN.

Le show a repris plus en fanfare avec シアワセオリー (Shiawa Theory) et d’autres morceaux de 5…..GO. Il y a eu entre autres FISH. On tapait tous des mains en rythme pendant cette chanson. A un moment Seunghyun chantait son couplet et Jonghoon est venu se placer près de lui, genre « Fais-moi un bisouuuu ! », ça le déstabilisait, c’était mignon xD.

Après quasiment deux heures de show, Hongki a remercié la foule et le groupe a joué Primavera pour ensuite retourner en coulisses. Est venu le moment où je trouve le public japonais mou… Le moment du rappel. Enfin, ça ne sera pas pire que le One Fine Day à Taïwan lolilol. Le public tape vivement des mains. On s’est fait la réflexion avec Marine ; imaginez le Yokohama Arena entier qui tape du pied. Les FTISLAND n’en reviendraient pas de notre enthousiasme ! Bon, le public japonais m’aura quand même surprise en démarrant une superbe Ola qui a fait plusieurs fois le tour de l’arène ! Quand même ! Il fallait bien ça pour mériter que le groupe revienne jouer encore un peu !

Pour le rappel, c’est d’abord Jonghoon qui est revenu, il a commencé un solo de guitare qui a annoncé le début de… Top Secret ! C’est vrai qu’il manquait cette chanson là ! Une fois de plus, le Yokohama Arena a bondi. Pas de répit avec Beat It et Falling Star. Durant cette dernière, Hongki nous demandait de nous asseoir et de nous relever en sautant. C’est aussi après ça qu’il s’est assis et nous a demandé d’être attentifs car le groupe avait une annonce à faire. Il nous a demandé d’écouter et de regarder les écrans géants. Est alors apparu l’annonce du nouveau single PUPPY prévu pour le 16 septembre, mais pas que ! Un Zepp Tour suivra derrière !!! Tout le mois d’octobre avec un final au Nippon Budokan le 29 octobre (ça ferait aussi un beau d’anniversaire ça *o* -sort-) ! Les fans hurlaient à chaque fois qu’une date apparaissait. Pour fêter cette bonne nouvelle, le groupe termine avec Flower Rock qui dure, dure… On s’asseyait encore pour sauter tous en même temps, on a répété le mouvement plusieurs fois pour faire durer le plaisir. On ne voulait pas que ça s’arrête ! On hurlait tous « Mou ikkai ! » (encore une fois) et à chaque fois les garçons relançaient le refrain. C’était vraiment génial ! Je me demande pourquoi je n’ai jamais écouté cette chanson plus souvent, elle a vraiment du punch aussi ! Finalement la dernière véritable chanson fut 바래 (I hope) qui a énormément ravi les fans qui ont accompagné le groupe en effectuant les fanchants. Le groupe nous a remerciés une dernière fois, Jaejin a hurlé un puissant « ARIGATOU !! » de vive voix sans utiliser son micro et ce fut le dernier à quitter la scène.

Un final grandiose ! Et même si je ne suis pas une Primadonna, je suis ressortie du concert des étoiles pleins les yeux. Même si j’ai vu les FTISLAND en taille Playmobil, je ne regrette absolument pas ! En étant loin, j’avais une bonne vue d’ensemble sur la scène et je pense que c’était bien mieux que d’être au fin fond de la fosse ! La set list était un vrai bonheur ! Je regrette un tout tout petit peu l’absence de Time To qui pour moi est incontournable, mais tant pis. La prochaine fois peut-être si j’arrive à faire une des dates du Zepp Tour (ce qui n’est pas gagné mais bon). Je suis ressortie heureuse, ce concert m’a vraiment fait du bien, et je suis contente d’avoir pu le passer en compagnie de Marine. Un concert c’est toujours mieux à deux que tout seul. D’autant plus qu’on est plutôt sur la même longueur d’onde. Nous ne sommes pas accros au même groupe, mais nous avons la même vision du mot « fan ». Et c’est bien d’avoir quelqu’un qui comprend ce qu’on ressent à ce niveau-là ^^. Merci encore Marine pour ce super moment ! Et merci FTISLAND pour ce concert extraordinaire ! Il me tarde de le voir en DVD !

SET LIST

Intro
PRAY
Tornado
BE FREE
-MC-
FREEDOM
Let it go!
未体験Future (Mitaiken future)
Shinin’ On
-MC-
STAY
To The Light
On My Way
-MC-
Raining
CRYING IN THE RAIN
-MC-
My Birthday
-MC-
シアワセオリー (Shiawa Theory)
Precious One
Orange Days
Hourglass
-MC-
FISH
Primavera

Encore
Top Secret
Beat It
Falling Star
-MC-
Flower Rock
바래 (I hope)

Cherchez l'intrus sur la photo... www

Cherchez l’intrus sur la photo… www

Si vous n’avez jamais écouté FTISLAND de votre vie, c’est le moment de vous y mettre ! Cliquez donc sur les liens des chansons présents dans l’article !


♫ Un article = Une chanson ► FTISLANDTo the Light

0

► Awesome : Concert de MICHAEL vs N.Flying à Roppongi

Samedi 18 juillet, après mon boulot à la guest house, je suis allée à Roppongi pour le concert de MICHAEL et N.Flying. Bon, je suis très branchée artistes de la FNC hein, j’y allais surtout pour voir N.Flying. Les tickets étaient en vente jusqu’au 14 juillet, j’ai hésité à y aller puis au final, j’ai quand même craqué, ça m’aura permise de sortir un peu !

Je ne connais pas trop le duo MICHAEL mais je trouve que visuellement, leur style est original et plutôt excentrique. Je me suis rappelé que j’avais déjà vu ce groupe lors du ROCK NATION l’année dernière, avec FTISLAND et CNBLUE. Et sur scène ils sont vraiment pas mal :D. N.Flying, bah j’aime bien ces petits jeunes, ils débutent à peine donc ils ont encore à apprendre mais j’aime bien leur morceaux qui mélangent rock et rap. J’avais eu l’occasion de les voir en première partie de CNBLUE à Nagoya en décembre 2013. Le concert qui se tenait à Roppongi était en fait une date de la tournée de MICHAEL, Summer Night Circus 2015, et à chacune des dates, un artiste différent était invité. Pour ce jour-là, c’était donc N.Flying. Je trouve ça bien de permettre à des artistes comme eux de pouvoir se produire sur scène lors d’événements comme celui-ci.

Je suis donc partie vers 16 heures en direction de Roppongi (Hibiya Line) pour aller au Zepp Blue Theater. Je suis arrivée vers 17h30, les portes avaient ouvert depuis 30 minutes. Cette salle est chiante à trouver. En plus pour bien me mettre de bonne humeur et pour défaire mon brushing, il s’est mis à pleuvoir, et comme d’hab, Kimi elle n’a pas de parapluie ! Je me suis perdue, j’ai tourné en rond jusqu’à finalement trouver une petite rue qui monte (youpi, faisons du sport, j’en fais pas assez xD) et voir une entrée avec écrit « Zepp Blue Theater ». Mon dieu, soulagement. Je suis arrivée à la salle complètement dégueulasse, j’étais contente…

(251)

Dans le hall, il y avait les stands de goodies, et également des tonnes de bouquets de fleurs pour MICHAEL de la part d’autres artistes. C’est assez courant pendant les concerts, les artistes s’offrent des bouquets pour se soutenir. Même que les CNBLUE en ont offert aussi. Mes petits chéris et leur cœur en or ah là là…

Alors que j’allais partir m’installer, qui je croise… Tomo-chan ! Je ne me souvenais plus qu’elle y allait aussi ! Du coup Hiromi-chan était là aussi ! J’étais contente de les revoir ! Elles étaient placées dans la 7ème rangée, et moi j’étais à la 21ème… soit tout au fond de la salle. Il n’y a que des sièges d’ailleurs. J’allais m’installer, puis une Thaïlandaise qui était avec elle me tend un ticket en me disant « C’est la place de mon amie, elle n’a pas pu venir donc tu peux te mettre à sa place ! ». Je regarde la place. Une place au… Premier rang ! J’ai bien redemandé à cette gentille personne si elle tenait vraiment à me donner cette place. Oui, oui, pas de soucis. Bon ma place d’origine servait plus à rien et du coup je me suis installée au premier rang avec la jeune Thaïlandaise (j’ai oublié son nom au final). Mon dieu j’étais près. Je me sentais un peu de trop sur le coup. Du moins, je me sentais mal car je ne suis pas spécialement fan, j’apprécie la musique, mais je me mets à la place de la vraie fan qui rêverait de cette place alors que moi j’y suis sans problème (ce sentiment de frustration, je sais ce que c’est haha). M’enfin j’en profite quand même car ce n’est pas non plus tous les jours que j’ai cette opportunité ! D’ailleurs, il y a pas mal de fans de N.Flying qui sont venues ce soir. Le public est vraiment partagé entre les fans de N.Flying et de MICHAEL. C’est bien pour eux !

A 18 heures, les lumières se sont éteints. Je pensais que ça allait commencer, puis une voix a annoncé les guest de la soirée, à savoir N.Flying, et ils sont arrivés avec les deux membres de MICHAEL par l’arrière pour se placer au milieu de la salle. Tout le monde s’est levé, je les voyais de dos. Ils ont délivré un speech pendant 10 minutes. Je n’ai pas tout compris mis à part que N.Flying a remercié MICHAEL pour leur avoir permis de jouer ce soir, ils ont dits qu’ils étaient contents. De leur côté, MICHAEL, en pleins délire total (surtout le chanteur), se sont exprimés en coréen. Le chanteur parlait en coréen pendant que le guitariste traduisait en japonais. Je ne sais pas si le coréen était correct mais avec l’accent japonais du chanteur, c’était drôle par moment xD.
Après le concert a commencé avec la performance de N.Flying. Le rideau rouge s’est ouvert et ils étaient là. Et, punaise au premier rang… Je n’osais pas trop bouger au début parce que j’étais tellement près d’eux. Je ne les avais pas vus d’aussi près à Nagoya. Près comme quand j’ai vu CNBLUE à Londres en photographe accréditée. J’étais vraiment au pied de la scène, à 3 cm d’eux. Et permettez-moi de dire que leur look actuel les rend bien plus beaux ! Kwang Jin s’est coupé les cheveux, Cha Hun n’a plus sa touffe toute blonde… Ils ont changé depuis Nagoya.

Ils ont fait une intro bien rock pour chauffer la foule et ont enchaîné avec Bitter Sweet. C’est celle que je préfère. Seung Hyub a vachement amélioré son rap. Par contre à part pour l’intro, il n’a plus touché à sa guitare. Du coup, pleins de va et vient sur scène, quand il s’approchait du bord de la scène, c’était souvent juste devant moi, lmjfozejfpejfp, trop embarrassant, j’avais envie de me cacher derrière l’éventail que m’avait prêté Hiromi-chan xD. Je ne sais pas d’où il sort mais p*tain, handsome ce mec ! Il mène bien le show, il est très présent. Il lançait des « Put your hands up! » et tendait son micro au public pour qu’on chante avec lui. Derrière Jae Hyun me faisait rire avec ses mimiques trop chou quand il jouait de la batterie. Kwang Jin faisait des mignons petits sourires timides pendant ses solos et Cha Hun me semblait le plus discret, il était plutôt concentré sur sa guitare, d’autant qu’à un moment il a eu un souci avec, il a du effectuer des réglages supplémentaires. Bref, des petits défauts qui justifient du peu d’expériences qu’ils ont pour l’instant. Mais ils sont jeunes et ils ont le temps de gagner en assurance. Il y a déjà du progrès depuis Nagoya en tout cas !

Niveau set list, je dois avouer que je n’ai pas écouté leur dernier mini-album sorti cette année, donc il y a deux-trois chansons que je n’ai pas reconnues. Après, comme leur discographie n’est pas énorme (3 CDS à leur actif), ils ont fait aussi des reprises ; Poker Face que je connaissais déjà, Let’s Get It Started de Black Eyed Peas, et Uptown Funk de Mark Ronson et Bruno Mars. Décidément, elle est très prisée cette chanson, en tout cas j’aime bien leur version ! Seung Hyub chantait « Tokyo funk you up » à la place de « Uptown funk you up ». Leur touche rock avec le chant parfois rappé et les chœurs de Kwang Jin et Cha Hun offrent un rendu vraiment pas mal. C’est agréable pour les oreilles. Le public a bien kiffé et n’a pas manqué de bouger ! Ils se débrouillent bien les petits !
Ils sont parlés en japonais durant les MC. A part qu’ils étaient contents et qu’ils nous remerciaient, j’ai rien compris. J’ai cru capter aussi que leur dernière performance au Japon remontait au FNC KINGDOM. Du coup Jae Hyun, avec son air hébété (mais trop chou quand même) a lancé « OOOOH mais ça fait longtemps !!! Comment vous allez depuis ??! ». Quel babo <3.

Ils ont joués pendant 40 minutes et ont terminé avec 기가 막혀 (Awesome), extrait de leur dernier CD. Cette chanson porte bien son nom. Elle est déjà excellente de base, en live, elle est juste énorme ! Rien que pour cette chanson j’ai envie de revoir ce groupe en concert ! Une chanson awesome qui a clôturé une performance awesome !

SET LIST

Intro
Bitter Sweet
Poker Face
街 (Machi)
Basket
Let’s Get It Started
-MC-
One and Only
Uptown Funk
All in
-MC-
기가 막혀 (Awesome)

Quinze petites minutes d’entracte le temps de réarranger les instruments et le concert reprenait avec la performance de MICHAEL. La musique d’intro était un peu étrange, ça me faisait penser à une musique de cirque (d’où ce nom à la tournée peut-être ?). Puis c’est d’abord le guitariste Toyoda Kazutaka (豊田和貴) qui est arrivé sur scène pour effectuer un long solo bien rock de Overture avec les autres musiciens. Le chanteur Mitsuru Matsuoka (松岡充) entre à son tour avec un look toujours aussi décalé. Bien que je ne connaissais pas énormément le groupe et encore moins les chansons, c’était un bon moment. かくこそありしか合縁奇縁 (Kaku koso arishika aienkien) m’a beaucoup plu. Mitsuru a un bon jeu de scène, il est présent, dynamique. Il fait des danses bizarres aussi… Lui et Kazutaka c’est un peu le jour et la nuit. Alors que Mitsuru est super expressif sur scène, son ami guitariste ne l’est pas autant. Il est plutôt mystérieux.

Pendant られぬ (Rarenu), Mitsuru faisait une petite choré de para para que les fans reproduisaient également. Au milieu du concert, Mitsuru est resté seul sur scène pour chanter la ballade Eternity. La scène était quasi sombre, éclairé par des lueurs bleutées. Le calme régnait dans la salle tandis qu’il laissait échapper ses sentiments à travers son chant (j’admire les concerts japonais pour ça, pendant les ballades, le public est tellement attentif et silencieux qu’on dirait qu’il n’y a aucune âme qui vive sur le moment) avant d’être couronné de vive acclamations. Quand les lumières se sont rallumés pour éclairer le public, Mitsuru a d’ailleurs laissé échapper un « Oh ! » surpris du genre « Ah non j’étais pas tout seul ! » xD. Il a pas mal parlé entre deux chansons aussi (c’est fou comment les MC sont longs pendant les concerts au Japon, à croire que les artistes aiment raconter leur vie, et le public apprécie). J’ai remarqué qu’il mentionnait beaucoup N.Flying, mais aussi FTISLAND et CNBLUE, ça me faisait plaisir. C’est bien de voir que les artistes se soutiennent entre eux ^^.

La dernière chanson fut 街 (Machi). Et à voir certains fans fondre en larmes à ce moment-là, cette chanson semblait importante. Beaucoup chantaient dans la salle. Vers la fin, les membres de N.Flying sont revenus sur scène, portant le T-shirt de la tournée de MICHAEL. Ils dansaient et faisaient les cons tous ensemble, ils étaient chou haha. Ils ont tous remercié le public, se sont pris dans les bras et petite surprise, ils ont fêté l’anniversaire de Jae Hyun en amenant un gâteau sur scène. Vu sa tête, il s’y attendait pas ! Ils n’avaient pas de bougies, du coup Seung Hyub et Mitsuru se sont amusés à faire les bougies avec leur doigts pendant que Jae Hyun faisait semblant de souffler dessus. Ils ont salué une dernière fois le public et ont quitté la scène pendant que le rideau se refermait.

SET LIST

Overture
かくこそありしか合縁奇縁 (Kaku koso arishika aienkien)
られぬ (Rarenu)
-MC-
new world satisfaction
Way To Go
-MC-
Eternity
-MC-
こころ (Kokoro)
Archangel
-MC-
街 (Machi)

Au final, je suis plutôt contente de ce concert. J’ai pu apprécier (au premier rang en plus, inutile de le rappeler) une fois de plus un concert de N.Flying que j’ai hâte de revoir au prochain FNC KINGDOM en décembre :D et profiter d’une bonne performance de MICHAEL.

Après le concert, avec la jeune Thaïlandaise on a retrouvé Hiromi-chan et Tomo-chan, puis nous sommes allées manger ensemble des sushis au restaurant, parce que… j’adoooore les sushis ! -je sors-

Et après il fut temps de rentrer car moi je bossais le lendemain :(. La demoiselle Thaïlandaise m’a laissé un dernier cadeau quand on s’est quittés dans le métro.

Ce sont des Crispy Twirls, un genre de chips à la Thaï et c’est trop bon ! La boîte n’a même pas duré deux jours… Je parle tellement de bouffe ici. Le blog aurait du s’appeler « Food Travel » hahahaha.


♫ Un article = Une chanson ► N.Flying 기가 막혀 (Awesome)

6

► Have a good time : Kimi s’amuse à Tokyo #2

(171)

Qu’est-ce que j’ai fait comme petites sorties ces derniers jours, je vous raconte tout !

10 juillet 2015 : Hozuki Market à Asakusa

Les 9 et 10 juillet, de 8h00 à 21h00 le marché Hozuki plantait ses tentes avec nourriture et Ground Cherry Pod Fair (des gousses de cerises dans des grands pots) dans le jardin du temple Sensoji à Asakusa. Ce coin regorge déjà de monde en temps normal quand ses boutiques habituelles de nourriture (encore) et de souvenirs sont ouvertes, là avec le marché, cela a attiré encore plus de touristes et de japonais vêtus de leur yukata.

Adresse : 2-3-1 Asakusa,Taito-ku,Tokyo
Accès : Asakusa Station (Ginza & Asakusa Line) sortie menant à Kaminarimon

J’avais un peu de temps à tuer dans l’après-midi, j’en ai donc profité pour y faire un tour. Par ce beau temps, ce fut surtout agréable de se promener dans le jardin du temple et d’entendre le bruit des carillons à cause du vent. Pour le reste des stands, c’était de la nourriture à tout va. Des Takoyaki, des Yakitori, des… oh que vois-je ? Des bananes trempées dans du bon chocolat ! Hum je me suis faite le plaisir d’en goûter une, miam miam ! J’ai aussi goûté ce qu’on appelle un Oyaki (おやき) ; une boulette de pâte de sarrasin fermenté enroulé autour d’une farce de légumes, de fruits, ou de pâte de haricots rouges puis rôti sur une poêle de fer. Il est consommé chaud juste après cuisson.

(175) (177)

11 juillet 2015 : Odaiba

Le soleil était enfin de retour après deux semaines affreuses de pluie. La chaleur aussi. M’enfin, il faudra s’y faire. Avec Natha-chan et Mai-chan on est donc allées se promener à Odaiba. Natha voulait voir la mer et Mai n’avait jamais été à Odaiba. Moi, j’y avais été deux fois, mais peu m’importe c’est un coin que j’aime bien.

(198) (201)

Pour aller à Odaiba, c’est Daiba Station sur la Yurikamome Line. La Yurikamome Line est accessible depuis la station Shimbashi (pour ma part j’emprunte toujours la Yamanote Line pour me rendre à cette station). Prévoyez par contre des sous, car la Yurikamome elle prend cher : 320 yens de Shimbashi à Daiba, youhou !

Arrivées à Odaiba, nous sommes d’abord allées manger au Diver City Tokyo, un centre commercial devant lequel pose la géante Statue Gundam et son Gundam Cafe (que je n’ai toujours pas testé mais que je testerai un jour, peut-être, Elina je t’attends pour qu’on y aille ensemble). Ici aussi prévoyez l’argent car la plupart des restaurants offrent des menus autour de 800-1200 yens. On a trouvé un restaurant de Yakisoba avec des menus dans nos prix, plutôt sympa, on pouvait voir les cuisiniers préparer nos plats devant nous pendant qu’on faisait la queue. Natha et moi on a pris un Yokote Yakisoba et Mai un Negi Oko-soba. Hum bon appétit.

Pour le dessert, on n’a pas résisté à l’envie de se manger… une crêpe ! Ici aussi y a l’embarras du choix !

(187)

Mais moi je craque toujours pour une crêpe à la fraise et à la glace à la vanille (sauf que là, il manquait la part de cheesecake haha).

(189)

Nous avons fait un tour des alentours pour aller vers la Statue de la Liberté et nous balader sur une petite plage, offrant une magnifique vue sur des bateaux et le Rainbow Bridge. On a pu admirer le coucher du soleil et voir la ville illuminée. J’adore Odaiba la nuit, les illuminations sont jolies. Mon réflex s’est encore fait plaisir !

(210)

15 juillet 2015 : Mitama Matsuri

Vous avez tous fêté le 14 juillet en France. Eh ben moi le 15, je suis allée au Mitama Matsuri, un autre festival. J’y suis allée à l’arrache avant d’aller travailler, dès le début des festivités à 18h car je n’avais pas d’autres choix, la fête se terminait le lendemain. Je devais y aller à la base la veille avec ma petite team de la guest house, mais idem, je travaillais. Le Mitama Matsuri a lieu pendant quatre jours une fois par an au temple Yasukuni. Ce sanctuaire fut construit pour rendre hommage aux Japonais « ayant donné leur vie au nom de l’empereur du Japon ». Les âmes de plus de deux millions de soldats japonais morts de 1868 à 1951 y sont déifiées.
Adresse : 3-1-1 Kudankita, Chiyoda-ku
Accès : Kudanshita Station (Hanzomon, Shinjuku, Tozai lines), sorties 1, 3 ou Ichigaya Station (Chuo, Nanboku, Shinjuku, Sobu, Yurakucho lines), sorties A3, A4
Et c’est genre à deux pas de là où je travaille ! Je pourrai y retourner facilement !

(213) (218)

Durant ce festival, et ce qui fait une des particularités, on peut y voir plus de 30 000 lanternes qui illuminent d’allée vers le temple dès la tombée de la nuit, en hommage aux soldats s’étant sacrifié pendant la guerre. Il y a aussi des représentations de danses traditionnelles, dont le Bon Odori pour accompagner des performances de Taiko (太鼓) autour de la statue de Omura Masujiro (大村益次郎, commandant militaire japonais considéré comme le père de l’armée moderne japonaise), des parades, des stands de nourriture (ne pas oublier la nourriture !!)…

Comme je n’y suis restée qu’une heure, j’ai juste eu le temps d’aller me purifier avant d’entrer dans le temple et prier… Bah quoi ? Oui, oui, je suis allée prier. Je vous explique avec mes mots après avoir souvent observé les japonais faire.

A l’entrée de chaque temple shintoïste, après avoir passé la porte, appelée Torii (鳥居), vous trouverez une petite fontaine appelée Chōzuya (手水舎) avec des sandales de bois permettant la purification pour enlever les péchés et les souillures invisibles que l’on porte sur soi. Vous versez de l’eau sur votre main gauche en premier, puis vous faîtes de même avec la main droite. En dernier vous vous rincez également la bouche (en versant l’eau dans l’une de vos mains). Une fois purifié, vous pouvez accéder aux différents bâtiments du sanctuaire et aller prier à l’entrée du Honden (本殿), le temple principal, ou du Haiden (拝殿), le hall principal. La prière se passe comme suit ; vous jetez quelques pièces dans le tronc (une grosse caisse rouge), vous vous inclinez deux fois, vous tapez deux fois dans vos mains, vous priez et faites vos vœux, et vous vous inclinez une dernière fois.

Voilà, ce n’est pas bien compliqué, après quoi j’ai pu observer quelques performances de Taiko pendant que quelques japonais dansaient. Et aussi voir les lanternes illuminées une fois que la nuit est tombée.

Et sinon…

Je n’ai pas fait grand-chose je dois dire, car j’ai également commencé non pas un, mais deux boulots en plus de celui dans la guest house. Du coup je finis avec un emploi du temps chargé, mais genre je fais de l’environ 35h/semaine au total. Vraiment je suis isogashii (occupée) et encore plus qu’en France. Je travaille dans deux restaurants. Un restaurant à Ichigaya qui fait des sashimis et des yakitoris, et un restaurant à Ebisu qui accueille des mariages et qui s’inspire un peu de la culture française. Les premiers jours ont été un peu difficiles, mais on s’y fait, je m’y ferai par n’importe quel moyen. C’est là que j’apprécie le Japon, car ici on me laisse une chance. J’avais aucune expérience en restauration (McDo et Quick n’ont jamais voulu de moi, qu’ils aillent se faire foutre :D), et j’ai un niveau encore bas en japonais. Eh bien on m’a quand même laissé la chance d’essayer et de faire mes preuves. Ce sont loin d’être des boulots de rêves, comme ils disent ici, ce sont de simples « baito » (boulot à mi-temps, d’ailleurs certains de mes collègues sont des étudiants) mais rien que le fait d’accepter la débutante que je suis, je trouve que ça en fait une super opportunité. J’ai espoir que mon japonais s’améliore vraiment à travers des petits boulots. Je crois qu’en France, je n’aurais jamais réussi à décrocher un boulot dans cette branche sans avoir tel diplôme et tel nombre d’années d’expériences. Donc c’est plus dur de sortir en raison du travail mais j’essaie d’en profiter un maximum. C’est le choix que j’ai fait. L’objectif de mon PVT était en partie de pouvoir travailler au Japon.


♫ Un article = Une chanson ► Bon Jovi Have A Nice Day

3

► Bubble trip : Onigiri Party

(135)

Jeudi 9 juillet, nous avons organisé à notre guest house une soirée Onigiri (boule de riz) ! On avait décidé ça avec mes amies japonaises après la soirée Takoyaki et parce que je leur avais dit que je voulais apprendre à en faire. Depuis le temps que je le connais ce petit en-cas japonais ! Ça remonte à la période où je lisais Fruits Basket avec leur histoire de boule de riz. Je me souviens même que j’avais déjà essayé d’en faire avec ma mère. Mais comme on vivait un bled paumé, allez trouver du bon riz gluant qui colle, on avait pas ça chez nous et encore moins des feuilles de nori (mais à la limite ça vous n’êtes pas obligé d’en mettre).

Donc, vous avez déjà plus ou moins compris qu’un Onigiri c’est en fait une boule de riz, le plus souvent de forme triangulaire mais à vous de voir la forme que vous voulez lui donner si vous maniez bien la bête, non la bouffe plutôt. J’ai déjà vu des Onirigi en forme de pandas par exemple. Dans cette boule de riz, vous trouverez une petite garniture qui peut-être soit du poisson (saumon, thon, etc…), du umeboshi (prune séchée), du nozawana (radis japonais)… Enfin cette boule de riz est en général recouverte d’une feuille de nori (algue séchée). Et au Japon, on en trouve partout dans les konbini. Quand j’ai un petit creux, j’ai du mal à résister à l’envie d’en acheter une tellement je trouve ça délicieux ><. L’onigiri est souvent consommé en guise d’en-cas, ou durant les pique-nique.

Comme je suis au Japon et que j’ai à disposition les ingrédients nécessaires, j’ai pu cuisiner ces petites boules de riz dans de bonnes conditions ! Je vous explique comment faire !

Ingrédients

  • Riz rond (prenez en autant que vous voulez faire de boulettes)
  • Saumon, thon, mayonnaise, poulet, umeboshi, etc.. (pour la garniture)
  • Feuilles de Nori
  • Eau et sel

Préparation

  1. Cuire le riz dans un autocuiseur et laissez-le refroidir (sinon, ça brûle :’D)
  2. Pendant ce temps, préparez vos garnitures (cuire poisson/viande, découper les légumes…)
  3. Mouillez vos mains avec de l’eau et salez-les (à effectuer avant chaque boulette sinon, ça colle)
  4. Prend un petit tas de riz dans votre main
  5. Ajoutez la garniture de votre choix
  6. Rajoutez un autre tas de riz pour recouvrir la garniture
  7. Roulez, pressez entre vos deux mains
  8. Formez chaque sommet du triangle en tenant votre boulette dans le creux de votre main et en formant dessus un angle droit avec l’autre main tout en faisant tourner votre boulette (faut vraiment voire le geste en question pour comprendre)
  9. Recouvrez d’une petite feuille de nori
  10. いただきます! Bon appétit !

A notre petite soirée, nous avons tous joués le jeu. Nos amis japonais nous ont montré une première fois avant de nous laisser faire par nous même. Moi déjà, douée de la vie, j’ai foncé dans le tas, j’ai pris le riz qui était encore trop chaud, je me suis brûlée, j’avais pas mouillé mes mains ni mis de sel. Au moins j’oublierai plus de le faire, car le riz collait j’en avais pleins les mains, omg, j’ai un BAC+3 à part ça oui oui xD -je sors-. Bref pour les quatre boulettes suivantes que j’ai faite, ça a été mieux. Le plus dur est de donner la forme du triangle à l’onigiri, le geste semble simple quand on regarde, mais quand on le fait, c’est moins drôle. Au final, j’ai plus ou moins réussis les miens, cependant, ils étaient… énormes, j’avais mis trop de riz. J’ai eu du mal à tous les manger…

Onigiri taille XXL par Kimi !

Onigiri taille XXL par Kimi !

On s’est bien amusés à en faire en tout cas pour ensuite s’en mettre pleins le bide avec en plus des chips, des sandwiches et autres cochonneries. Encore une bonne soirée de passée~

Mes copines et moi =)

Et pour finir, mes copines et moi =)


♫ Un article = Une chanson ► Anna Tsuchiya – Bubble Trip