0

► BOOMBAYAH : Kimi no Nikki (juillet 2017)

​En juillet, c’est l’été ! Et l’été bien japonais. Ça a été radical, une fois le changement de mois fait, il a commencé à faire affreusement chaud et humide. Entre 60 et 90% d’humidité et entre 30 et 37°C même la nuit… Étouffant et invivable, on se sent toujours ベタベタ (dégueu et transpirant). J’ai aussi affronté mes premiers cafards (ゴキブリ) dans mon appart… Le côté positif c’est que l’été au Japon, il y a des tonnes de matsuri dans tous les coins du Japon ! Et ça en fait toujours une sortie agréable !

8 juillet : サンパ自由が丘夏祭り

Nous avons organisé une petite fête à l’école et nous y avions convié nos étudiants et amis français. Nous sommes partis sur le thème de l’été. Avec l’équipe on s’est habillé en yukata et jimbee et certains de nos étudiants aussi.

Pendant la soirée on a fait des quizz et un karaoké sur la danse des canards 😂 donc avec la choré qui va avec. On s’est bien amusé ! J’étais contente de parler en français et japonais avec des personnes que je rencontrais pour la première fois, de m’amuser et rigoler avec mes étudiants en dehors d’une salle de classe. Je n’ai pas vu le temps passer ! On a poursuivi la soirée entre français (enfin presque haha) au karaoké, toute la nuit jusqu’à 5h ! Une soirée géniale avec des personnes géniales !

9 juillet : 暑い原宿☀😵💦

Après un samedi bien festif, c’était un dimanche tranquille à Harajuku avec Géraldine. On voulait tester plusieurs cafés pour se poser au frais car un dimanche à Harajuku en pleins mois de juillet, c’est juste abominable et insupportable ! Trop chaud, trop humide, trop de monde. Et donc pour trouver un endroit où te poser tranquille et au frais… Haha c’est pas chose facile ! On a fini par trouver une table de libre au Pompompurin Café, un café sur le thème de Pompompurin, un petit animal mignon comme Hello Kitty ou Rirakuma. La déco est sympa, mignonne mais surtout très jaune. On peut également y acheter des produits dérivés. Les plats sont simples mais surtout misés sur la déco, si bien que t’oses à peine déguster par peur de tout abîmer xD. Pour cette fois, on voulait juste boire xD. Mais y manger peut être un truc à tester le jour d’une escapade à Harajuku ! On compte quatre cafés dans le Japon : Harajuku, Yokohama, Osaka et Nagoya.

Pompompurin Café Harajuku (ポムポムプリンカフェ原宿店)
Adresse : CUTE CUBE HARAJUKU 3F, 1-7-1 Jingumae, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Harajuku Station (Yamanote Line) sortie Takeshita, Meiji-Jingumae (Harajuku) Station (Fukutoshin Line, Chiyoda Line) sortie 2
Site Internet : http://pompom.createrestaurants.com

16 juillet : 東京ディズニーシー

Journée à Tokyo Disney Sea avec Géraldine avant son retour en France. A défaut de ne pas pouvoir aller à USJ, on a choisi Disney Sea pour profiter des attractions à plus fortes sensations (pour les japonais 😒) et de l’événement spécial Pirates des Caraïbes.

C’est toujours marrant de voir les japonais aller à Disney. Fans jusqu’au bout, ils portent au moins quelque chose en rapport avec Disney sur eux, les ados et jeunes couples portent les mêmes vêtements. Mais comme un dimanche, comme un long week-end (le 17 juillet est un jour férié au Japon, jour de la mer svp), c’était noir de monde… Ça sentait les longues heures d’attente dans la chaleur pour faire les attractions.

J’ai retrouvé Géraldine à 7h30 pour l’ouverture du parc à 8h00. La journée a été très crevante ! Il a fait très très chaud. J’ai pu faire l’attraction Indiana Jones que je n’avais pas fait la première fois, j’ai emmené Géraldine dans la tour de la terreur et elle a eu très peur 😂, on s’est réfugié dans le monde d’Ariel, au frais et à l’abri du soleil pour reprendre des forces, on a vu le spectacle spécial Pirates des Caraïbes (mais sans Johnny Deep, dommage 😂😂) et quelques pirates dans le parc…. et on a fini par Toy Story après la pire attente de la journée parce qu’on était trop fatiguées et parce que c’est une des attractions qui attire le plus de monde ! Comptez en moyenne entre deux heures et trois heures d’attente… Heureusement qu’on a eu des fast pass pour quelques attractions. Puis vers 20 heures, il a commencé à pleuvoir. Comme on avait fait tout ce qu’on voulait, on est rentré plus tôt.

C’était sympa de revenir à Disney finalement même si je trouve que les attractions au Japon manquent de fortes sensations… Mais c’est mieux de ne pas y aller l’été car y a même pas d’attractions d’eau à Disney Sea il me semble (pourquoi ce nom alors, je me le demande encore xD). Aussi autre bémol, l’attraction Voyage au Centre de la Terre était fermée et on a quasiment pas vu de personnages Disney…
Mon prochain parc d’attraction, ce sera… FujiQ !!

17 juillet : ジェラルディンフランスに帰って、気をつけて😢

Comme Géraldine rentre en France bientôt, j’ai été invité à sa さよならパーティー (Sayonara Party, fête d’au revoir). J’ai fait la connaissance de certains de ses amis, dont une coréenne qui parlait bien français, et revu des anciens collègues de Maison Première, mon ancien baito. On a mangé au Breizh Cafe Le Bretagne, qui est un restaurant français servant des galettes et des crêpes. C’est un restau connu et reconnu et il y a plusieurs restau dans Tokyo (Omotesando, Kagurazaka, Shinjuku…). J’avais l’impression d’être de retour dans ma Normandie, dans la crêperie habituelle où j’allais souvent en famille. J’ai pris une galette complète avec des champignons de Paris. J’étais un peu déçue de la texture de la galette (elle ne venait pas d’être cuite à mon avis) en revanche je me suis régalée avec la crêpe Briochine (banane, caramel, glace vanille et chantilly). C’est un restau agréable, dans une atmosphère tranquille et une déco sympa. Nous étions en terrasse, c’était bien et relaxant. Les serveurs parlent un peu français et je pense que dans l’ensemble les galettes s’apprécient, avec du bon cidre. Il y a du choix mais faut y mettre le prix… J’irai pas toutes les semaines. Rien que pour les galettes, comptez entre 1200¥ et 1900¥. Je trouve que pour certaines qui sont peu garnies le prix est abusé mais bon… je préfère cuisiner mes propres galettes et crêpes à la place 😜.

Breizh Cafe Shinjuku Takashimaya
Adresse : Shinjuku Takashimaya 13F, 5-24-2 Sendagaya, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud.

En tous les cas, ma baka va me manquer. 😭. Avec elle, j’ai fait les pires conneries, les meilleures Japan Expo, des super concerts, des délires que seules nous pouvons comprendre, des séances de karaoké à chanter de la J-pop et du Visual Kei… Mais ce n’est qu’un au revoir ! On se reverra en France ou au Japon ^^.

29 juillet : 友達 💕

Repas chez ma chère Tomoko après le travail avec ses amis japonais et son amie coréenne. Ça faisait longtemps que je les avais pas vus ! Comme d’hab, c’est notre soirée classique entre potes, avec plats japonais, coréen, français, alcool et beaucoup de rires ! Il y avait de la quiche lorraine 💕 quel bonheur, et si elle n’était pas meilleure que celle de ma mère, ça m’a directement fait penser à elle. Il y avait aussi du rosbif, du fromage… Omg je me sentais un peu chez moi. J’ai encore bien (trop) mangé !

Ces soirées avec eux, c’est un gros exercice de japonais pour moi. Je fais de mon mieux. C’est encore difficile mais j’adore les écouter parler. Puis comme Tomoko et Kaoru apprennent le français, parfois je leur parle en français 😂. Ils sont vraiment cool et Tomoko m’a dit que si un jour j’avais un problème, ils seraient tous là pour m’aider. Ils sont une de mes meilleures rencontres au Japon !

30 juillet : 小田原祭り

Une autre de mes meilleures rencontres, c’est celle avec des françaises ! Elodie, Violaine et aussi Suzon dont j’ai fait la connaissance récemment. Nous sommes allées ensemble à Odawara, une petite ville de la préfecture de Kanagawa, près de Hakone. Il y avait la fête d’été (matsuri, 夏祭り) de la ville au pied de son château. C’était une occasion de passer une journée loin de la capitale et de changer d’air.

Le temps n’était pas trop au rendez-vous. Il pleuvait un peu le midi quand nous sommes arrivées donc nous en avons profité pour visiter le château.

Les sculptures et les maquettes à l’intérieur était intéressantes. Mais comme Odawara est assez retiré de Tokyo, il y avait très peu d’anglais. Difficile de comprendre l’histoire. Par contre j’ai découvert le classement des plus hauts châteaux du Japon. Et savez-vous lequel est le plus haut ? C’est lui ! Je l’ai vu !

Vous le (re)connaissez ? C’est le château d’Osaka !

Après la visite, la fête battait son pleins avec des spectacles de Taiji et de Taiko et les stands de nourriture nous laissait l’embarras du choix pour le déjeuner. Finalement j’ai pris du karaage et j’ai testé le Hiroshima Yaki (le okonomiyaki de Hiroshima), plus un melon ice cream pour le dessert !

Vers 16h nous sommes allées dans la rue pour regarder plusieurs groupes défiler et porter les mikoshi. Et vers la fin de la journée, les lanternes se sont allumées.

C’était une journée bien crevante mais sympa !

Le reste du mois de juillet, j’ai aussi enchaîné les fêtes dans les différentes branches de mon école, pour célébrer la fête nationale française et la fête nationale belge. C’était du bon temps passé avec les collègues et avec nos étudiants en plus d’en rencontrer des nouveaux… Sans oublier les photos wtf qui circulent sur le Instagram de l’école haha. On ne s’appelle pas Ecole Sympa pour rien !


♫ Un article = Une chanson ► BLACKPINK – 붐바야 (BOOMBAYAH)

1

► Dance & fireworks : Kimi s’amuse à Tokyo #3

Comme d’habitude, petit retour sur la suite et fin de mes activités du mois de juillet !

23 juillet 2015 : Kagurazaka Matsuri Festival

Du 22 au 25 juillet, se tenait le Kagurazaka Matsuri Festival, dit aussi Kagurazaka Lantern Plant Market avec son Awa-odori Dance. Pendant les festivités, on effectue un bond en arrière en revivant l’ambiance du vieux Tokyo. Le long de Kagurazaka-dori où se situe le temple Bishamonten Zenkoku-ji, des volontaires, parfois vêtus de yukata, vous proposent nourriture et boissons diverses, ainsi que des stands d’Hozuki.

Adresse : 5-36 Kagurazaka, Shinjuku-ku, Tokyo 162-0825
Accès : Iidabashi Station (JR Chuo Sobu Line) sortie ouest
Iidabashi Station (Namboku Line, Oedo Line, Tozai Line, Yurakucho Line) sortie B3
Ushigomekagurazaka Station (Oedo Line) sortie A3
Kagurazaka Station (Tozai Line)

(277) (279)

Je me suis rendue à ce matsuri vraiment à l’heure où c’était censé débuter (vers 17h), je suis même arrivée trop tôt car les volontaires finissaient de préparer leur stand. Mais une fois les festivités débutées, la foule n’a pas tardé à bonder les rues et le temple. Vraiment du monde partout si bien qu’il en devient difficile de circuler et d’accéder aux stands pour manger. Dans mon périple j’aurais goûté ces deux choses délicieuses dont j’ai oublié le nom hahah.

Malheureusement, comme j’avais mes cours de japonais à Shinjuku, j’ai du quitter le festival tôt et je n’aurais pas pu voir la performance de Awa-odori. Une prochaine fois !

(278) (283)

25 juillet 2015 : Sumida fireworks festival 

Ce samedi très chaud et ensoleillé, mes amies de la guest house et moi avons sorties nos yukata pour le Sumida fireworks festival qui a lieu aux alentours de Asakusa. Une japonaise m’a aidée à revêtir mon yukata et Haru-chan a voulu en plus me maquiller (elle a sortie tout son attirail make-up, je crois que j’en possède même pas le tiers xD).

(289) (290)

Puis vers 15h, j’ai d’abord retrouvé Hiromi-chan avec qui j’ai passé un peu de temps au frais dans un café avant de rejoindre Marine et ses amis près du pont Azuma.

Le Sumida fireworks festival est particulier : deux feux d’artifices sont tirés en même temps à deux points différents de la rivière Sumida, non loin des ponts Komagata et Kototoi. Pour le voir, on est allé vers Asakusa, au pont Azuma. Je me réjouissais de voir ces feux d’artifices mais comment dire, laissez-moi vous expliquer comment c’était organisé : déjà, comme c’est en pleine ville avec pleins de super hauts buildings, on ne peut pas s’asseoir pour admirer les feux d’artifices ! On ne peut donc voir le spectacle qu’en passant sur le pont. Et quand y a tout Tokyo qui se ramène, ça fait du monde, du monde et du monde partout !! Les rues sont bloquées, et même certaines stations de métro. Encadrés par la police, plusieurs groupes de personnes passaient donc sur le pont pour s’arrêter 10 secondes, regarder les feux d’artifices et partir. Le premier feu d’artifice avait commencé, on était même pas sur le pont xD. Mais au final on a bien gérés car on aura pu voir les deux en même temps quand nous sommes passés.

Il était ensuite encore possible d’en voir un bout depuis les rues voisines, mais tous les immeubles immenses gâchaient le paysage TT. Pour se consoler, heureusement il y avait la Tokyo Sky Tree illuminée de belles couleurs vertes et bleues~!

Un peu traumatisant comme expérience, surtout si on aime pas la foule ! Mais les feux d’artifices au Japon sont tellement impressionnants que ça attire toujours une forte population ! D’ailleurs, je dois dire, moi qui adore ça, je ne regrette finalement pas d’avoir été à ce festival. Les feux d’artifices durent longtemps (environ une heure, ça change de nos 15 minutes en France xD) et sont vraiment beaux ! Il y en a tellement en été aussi que vous pouvez être sûrs de pouvoir au moins en voir un.

29 juillet 2015 : Bon-Odori festival au temple Tsukiji

Avec Mai-chan, je suis aussi allée au Bon-Odori festival du temple Tsukiji qui se tenait du 29 juillet au 1er août. Tout d’abord, le Bon ou O-Bon, c’est quoi ?

O-Bon (お盆) ou simplement Bon (盆, sans le préfixe honorifique) est une coutume bouddhiste japonaise honorant les esprits des ancêtres. Celle-ci existe depuis plus de 500 ans et fut importé de Chine où elle est appelée fête des fantômes. A l’origine, le O-Bon dure trois jours, mais les dates exactes varient selon les régions.
Au fil des ans, cette fête religieuse s’est transformée en réunion de famille durant laquelle les gens des grandes villes retournent à leur ville natale et s’occupent des tombes de leurs ancêtres. Les jours du O-Bon ne sont pas considérés comme fériés mais de nombreux Japonais prennent des jours de vacances et certaines entreprises ferment.

Un festival de danse, le Bon-Odori, est traditionnellement donné pendant cette période, voire même durant tout l’été désormais. Originellement le Bon-Odori était une danse folklorique destinée à réconforter les esprits des défunts. Le style de cette danse varie d’une région à l’autre. Les différentes préfectures ont souvent des danses particulières du Bon-Odori et leur musique propre allant avec. Le plus souvent la danse a lieu dans un temple, sur les rives d’une rivière ou de la mer, ou dans un lieu public quelconque. Les gens forment généralement une ronde autour d’un petit bâtiment de bois nommé yagura où des musiciens jouent du Taiko pour donner le rythme.

Source : Wikipedia

Le Bon-Odori festival de Tsukiji a lieu au pied du temple sur une grand place, où sont aussi implantés plusieurs stands de nourriture et de boissons. Il y a également des tables pour que les personnes s’installent pour admirer la danse tout en mangeant.

(332)

Adresse : 3-15-1 Tsukiji, Chuo-ku, Tokyo 104-8435
Accès : Tsukiji Station (Hibiya Line) sortie 1
Tsukijishijo Station (Oedo Line) sortie A1
Higashi-Ginza (Asakusa Line) sortie 5

Il y avait énormément de monde quand nous y sommes allées, en particulier du côté de la nourriture haha. Des personnes habillées en yukata dansaient autour du yagura, parfois des personnes en civils se joignaient à la danse, ainsi que des enfants. Les japonais sont vraiment attachés à leur religion et leur croyance et j’apprécie l’existence de ces petites fêtes qui permettent de réunir toute cette population, dansant ensemble pour honorer les esprits des ancêtres pendant une performance de Taiko. Les musiques s’enchaînaient avec une danse différente à chaque fois. Il y a également eu une pause pendant laquelle un groupe de musiciens a effectué une performance de Taiko à la place de l’endroit où les gens dansaient. Il y avait plusieurs instruments et les musiciens s’échangeaient les places. La façon dont ils bougeaient tout en gardant le rythme… Wuah, j’étais admirative ! Ca m’a donné envie d’apprendre à en faire !

Avec Mai-chan on a pas mal regardé les gens danser puis vers la fin, nous nous sommes dit « Allons-y ! ». Du coup on a fait les deux dernières danses ! Oui, Kimi elle a dansé le O-Bon ! J’étais pas toujours dans le rythme mais j’ai eu une bonne sensei à côté de moi qui m’a bien montré les pas, une femme âgée habillée en yukata, qui montrait un peu à tout le monde comment faire. La série de pas reste la même, mais c’est aussi très facile de se tromper tellement les danses sont parfois toutes les mêmes. A la toute fin de la danse, nous nous sommes tous tournés vers le temple et nous nous sommes inclinés. Un festival de plus auquel j’ai adoré assister !

(345)


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryFirework

3

► 7 juillet 2015 : Kimi fête le Tanabata

(96)

7 juillet, 7/07, jour du Roi des Démons ! Non pardon, j’ai trop lu NANA désolée :’)… Jour du Tanabata !

(99)

Tanabata (七夕 = « La septième nuit [du septième mois] ») est la célébration annuelle des étoiles japonaise, qui pioche son origine dans la fête des étoiles chinoise Qīxī. Selon la légende, Orihime (織姫/織女, étoile de Vega) et Hikoboshi (彦星, étoile d’Altaïr), également appelés le Bouvier et la Tisserande, des amants séparés, sont autorisés à se rencontrer sur la Voie Lactée (天の川, une rivière d’étoiles qui traverse le ciel) une fois par an, le septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire.

Habituellement, on célèbre dans certaines régions du Japon le Tanabata le 7 juillet, mais si on se fie au calendrier luni-solaire, le 7ème jour du 7ème mois tombe plus aux alentours du mois d’août que du mois de juillet. De ce fait, certaines régions célèbrent le Tanabata le 7 août.

La coutume veut que l’on élève des branches de bambou feuillues dans les jardins et dans les rues, et que les personnes écrivent des poèmes, quelques mots ou des souhaits sur des tanzaku (短冊 = petite carte verticale utilisée à l’origine pour écrire des poèmes) ou des longues bandes de papier colorés qui sont nouées aux feuilles de bambou. Beaucoup de japonais profitent aussi de cette fête pour porter le yukata. On dit qu’Orihime et Hikoboshi feront que les vœux deviennent réalité. Après avoir été décoré, vers minuit ou le jour suivant l’arbre en bambou est jeté dans un fleuve ou brûlé pour que les vœux se réalisent.

Sources : Japan GuideJNTOCLICK Japan

La première fois que j’ai entendu parler du Tanabata, c’était en lisant le manga NANA (eh oui tout a commencé avec ça, j’ai des super références). J’avais vraiment envie de voir à quoi ressemblait cette fête en réalité. Grâce à la guest house où je travaille, j’ai appris qu’une fête du Tanabata se tiendrait justement ce 7 juillet au temple Zojoji. J’ai donc proposé à mes amies japonaises Hiromi et Emiko d’y aller. Cette fête était aussi l’occasion pour moi de porter mon yukata. Emiko m’a aidée à le mettre (parce que toute seule ça relève de l’impossible x’D) et donc je me suis rendue comme ça à la fête !

Je n’ai pas trouvé de meilleurs endroits que les toilettes, désolée !

C’est un sacré défi que je me suis relevée (ce qui me connaissent bien comprendront). J’osais pas sortir au début www. Parce que une gaijin en yukata, ça court pas les rues… (Vous avez vu une gaijin se promener en yukata à Shinjuku ? C’était moi !) et je ne vous parle pas de la réaction des japonais, certains me dévisageaient, c’était un peu embarassant (mais y a quand même une japonaise qui m’a dit en passant « Kawaii~ » x)). Hiromi aussi arrêtait pas de dire que j’étais kawaii haha #^^’#.

Nous nous sommes donc rendues au temple Zojoji, pour le Tanabata Festival aux alentours de 19 heures. Pour y aller, emprunter les lignes Asakusa ou Oedo jusqu’à la station Diamon (sortie A6) ou la ligne Mita, station Shiba-Koen (sortie A4). Pour infos, à 19 heures il fait déjà nuit au Japon. Donc en arrivant, on a pu voir toutes les bougies éclairant l’enceinte du temple Zojoji avec en arrière plan la Tokyo Tower illuminée. Je vais pas en dire plus, les photos vont se charger de parler (je me suis fait plaisir à en faire des c’était juste magnifique T^T, j’ai été prise en flag par Hiromi www).

Comme le veut la tradition, nous avons écrit nos vœux sur un tanzaku avant de les accrocher à une branche de bambou. J’ai écrit le mien en japonais (mais j’avais pas le niveau pour en faire un poème xD), on verra si il se réalisera.

Pour terminer la soirée, nous sommes allées manger près du temple, dans un restaurant de sushis. Des sushis en tout genre (des makis et nigirizuhis au saumon, thon, crevette, omelette, tous avec du wasabi dedans), des tempuras et d’autres spécialités que je connaissais pas, comme les boulettes aux crevettes et du tofu frit et mariné au miso. Voilà tout ce qu’on s’est mis sous la dent !  美味しかった♡ !

J’ai été très contente de ce 7 juillet et de cette fête du Tanabata passée avec mes amies. Encore merci à elles ^w^.

(136) (134)


♫ Un article = Une chanson ► Anna Tsuchiya inspi’ NANALucy