1

► FXXK IT : Kimi no Nikki (août 2017)

Août n’est pas vraiment le mois où je fais le plus d’activités. Déjà, avec la saison des pluies minable de cette année, c’est août qui a récolté et on a eu plusieurs jours d’affilée où il a plu, parfois des typhons, des orages violents et j’ai donc du annuler quelques sorties. Ensuite en août c’est le Obon, la période où les japonais rentrent dans leur ville natale et vont sur les tombes de leurs ancêtres. Il y a un long week-end. Pour moi, à l’école, c’était 4 jours de cours intensifs qui m’ont assassinée. J’avais besoin de souffler et de me reposer. La vie à Tokyo n’est pas de tout repos, on est sans cesse occupé. Parfois c’est chiant car j’ai soif de voyage, mais je suis bien entourée au boulot et je me dis qu’en économisant je pourrais me reposer pendant une longue période et me faire un beau voyage plus tard dans l’année. On y va petit à petit !

4 août : お疲ラメン!

Avec Miki et Pato, mes collègues de boulot, nous nous sommes offert un ramen après notre journée de boulot. Nous adorons tous les trois les ramens donc on a cherché un restau de ramen à Jiyugaoka. Il y en a pas mal dans ce quartier et cette fois, nous avons choisi ​Ichibanya (いちばんや). Il est simple, petit et tranquille. Les ramens sont pas mauvais et abordables (entre 800 et 1000¥). Le staff est sympa et en nous servant ils disaient « voilà » à la place de « douzo » (どうぞ) haha. Une petite faim, une envie de ramen, vous pouvez aller là. Testé et approuvé !

Ichibanya (いちばんや)
Adresse : 2nd Genta Building B1, 1-12-3 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo
Accès : Jiyugaoka station (Toyoko line, Oimachi line) sortie nord
Site internet : http://www.jiyugaoka-ichibanya.com/

20 août : 花火大会🎆めっちゃきれい

J’ai vu mon premier feu d’artifice de l’année ! L’été japonais est riche en feu d’artifice, pour certains vraiment très beaux et impressionants. Mais l’inconvénient pour moi est qu’ils ont pour la plupart lieu le samedi…
Mais celui de Jingu Gaien, lui, se déroulait un dimanche cette année ! Il est tiré depuis le stade Meiji Jingu situé à Shinanomachi. On peut le voir directement dans le stade si on achète un ticket à l’avance pour 3000¥. Il y a aussi des concerts avec des artistes et groupes célèbres, mais là le ticket monte jusqu’à 7500¥ environ. Si vous venez en mode touriste, faudra se faufiler quelque part pour bien voir le spectacle. Avec la foule, beaucoup de rues sont fermées à la circulation et on ne peut pas rester n’importe où.

Et moi comme j’ai loupé la date limite d’achat des tickets, je suis allée à l’événement en touriste 😁. Le staff n’arrêtait pas de dégager tout le monde des trottoirs et des bon spots qui étaient une gêne pour la circulation. Au final je me suis retrouvée à grimper sur un petit muret en mode aventurière et je me suis assise au pied d’un arbre pour prendre des photos. Bon c’était pas un mauvais spot, je voyais bien et j’ai pu capturer de beaux clichés. Ce n’était pas le plus impressionnant que j’avais vu mais j’adore les feux d’artifices donc c’était un moment de plaisir. Toutes mes photos sont sur Flickr !

Meiji Jingu Stadium
Adresse : 3-1 Kasumigaokamachi, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Gaien Mae station (Hanzomon Line, Ginza Line) sortie 2, Shinanomachi Station (JE Chuo Sobu Line)

Après le feu d’artifice, j’ai filé à Ikebukuro pour aller boire un coup avec Miki et Pato. Miki nous a invités à boire dans le bar de son amie. Le bar se trouve dans la même rue que l’hôtel où sont restés mes parents pendant leur séjour au Japon 😁. Ils ont une variété de rhum, venant de différents pays. Ce n’est pas trop mon truc mais j’ai bu un super bon cocktail à la pêche, doux et sucré ! Le bar est petit mais convivial, le staff très chaleureux. L’amie de Miki est adorable, et en plus elle parle anglais. On a passé une soirée agréable 😊.

Kings Rhum
Adresse : Otaya Building 1F, 2-9-1 Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo
Accès : Ikebukuro station (JR Lines) sortie ouest
Site internet : http://www.kingrum.jp

21 août : Comme à la maison

Une journée glande, marche à pied pour terminer par une soirée chez Eiko et sa famille qui est je dirais ma « famille japonaise » haha. On a pris le diner comme en famille, en disant « Itadakimasu » avant de commencer à déguster les délicieux petits plats préparé par Eiko : soupe miso, salade, ratatouille japonaise (parce que ça ressemblait à de la ratatouille mais j’ai oublié le nom), viande, riz…

Après le repas, avec la fille de Eiko, Erika, et son amie, nous avons fait quelques feux d’artifices dans le jardin. C’était amusant ! J’ai eu l’impression de vivre mes premiers dramas japonais, ceux qui m’ont en partie donné un aperçu de la vie de famille et de la vie au Japon. C’était une bonne soirée conviviale. Je me sens comme en famille, et ça fait du bien quand on est expatriée, ça évite le mal du pays.

26 août : おつカラオケ 🎤🎶

Samedi soir, pour bien terminer la semaine de boulot, les membres de la team karaoké d’École Sympa se sont réunis pour aller chanter ensemble à Takadanobaba. Nous sommes allés à Karaoke no Tetsujin (カラオケの鉄人) pendant 3 bonnes heures. Je n’avais pas encore testé cette chaine de karaoké. Nous étions dans une petite salle mais les grandes ont l’air aussi bien que celles de Karaoke Côte d’Azur. Pour 3 heures avec une boisson, un samedi soir, comptez environ 3000¥ par personne.

Karaoke no Tetsujin (カラオケの鉄人)
Adresse : Takadanobaba Building 1F, 1-26-12 Takadanobaba, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Takadanobaba Station (JR Yamanote Line, Tozai Line) sortie Big Box
Site internet : http://www.karatetsu.com

On s’est bien amusé comme d’habitude. Je n’étais pas venue à Takadanobaba depuis longtemps ! Il y a beaucoup d’écoles de langues et d’universités dans ce quartier, donc c’est un quartier vivant avec pas mal de jeunes… dont beaucoup qui sont bourrés le samedi soir 😂. Mais pour sortir et s’amuser, c’est bien !

28 août : Un petit tour au jardin !

Un lundi chaud mais assez ensoleillé, j’ai décidé de sortir en mode touriste. Suite à la recommandation d’une de mes étudiantes, j’ai visité les jardins de Hamarikyu. Ils se situent près de Shimbashi, dans le sud est de Tokyo, pas très loin du quartier de Ginza. Avant de me rendre aux jardins, j’ai pris le déjeuner chez Katsuya, parce que, vous le savez très bien, j’aime bien cette chaîne de restau rapide et ce n’est pas cher.

Katsuya Shinbashi (かつや新橋店)
Adresse : 2-16-1 Shinbashi, Minato-ku, Tokyo
Accès : Shinbashi (JR Yamanote Line, Ginza Line, Asakusa Line) sortie 8

De là j’ai parcouru le quartier, entourée de hauts immeubles à l’architecture particulière, avec parfois quelques temples ou sancutaires, signe de tradition, implantés au milieu de la modernité.

Puis je suis arrivée aux jardins, après une dizaine de minutes de marche à pied. C’est grand et reposant. On peut apercevoir la Tokyo Tower, Odaiba avec le pont Rainbow et l’immeuble de Fuji TV, le haut de la Tokyo Skytree derrière les immeubles. C’est bien d’y aller à toutes les saisons pour voir les différentes fleurs. En été je trouve qu’il n’y a pas grand chose donc je retournerai certainement voir les feuilles rouges fin novembre. La visite prend environ deux heures. L’entrée coûte 300¥ par personne. Après votre visite, vous pouvez recevoir un tampon sur votre prospectus ^^ !

Hamarikyu Gardens (浜離宮恩賜庭園)
Adresse : 1-1 Hama-rikyu Teien, Chuo-ku, Tokyo
Accès : Shinbashi station (JR Yamanote Line, Keihin-Tohoku Line, Ginza Line, Asakusa Line) sortie est, Shiodome station (Toei Oedo Line, Yurikamome Line) sortie est

Cette petite excursion m’a fait du bien ^^, un peu comme si je voyageais ! Vous pouvez retrouver les photos sur mon Flickr !


♫ Un article = Une chanson ► BIGBANG – 에라 모르겠다 (FXXK IT)

6

► In the End : Passer le JLPT au Japon

Le fameux examen qui évalue votre niveau en japonais : le JLPT ! Il peut vous être utile si vous souhaitez travailler au Japon ou pour vos études ou tout simplement si vous êtes curieux de savoir à quel point vous pouvez parler japonais.

Qu’est-ce que c’est ?

JLPT signifie Japanese Language Proficiency Test. C’est le test qui évalue votre niveau de langage dans la langue japonaise, dans trois domaines : vocabulaire, grammaire/lecture et écoute. Il y a quatre niveaux allant du N5 au N1.

  • N5 : Être capable de comprendre un peu de japonais basique (lire et comprendre des phrases et expressions écrites en hiragana et katakana et en kanji simples, écouter et comprendre des courtes conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N4 : Être capable de comprendre les bases du japonais (lire et comprendre des phrases avec du vocabulaire basique et en kanji, écouter et comprendre des conversations de la vie quotidienne parlées à un rythme lent)
  • N3 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des documents au contenu spécifique de la vie quotidienne, saisir les informations importantes d’un document, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours parlées à un rythme naturel)
  • N2 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans les situations de tous les jours et dans une variété de circonstances jusqu’à un certain degré (lire et comprendre des articles de presse, des magazines et autres articles divers, écouter et comprendre des conversations cohérentes dans la vie de tous les jours, les informations télévisées parlées à un rythme naturel)
  • N1 : Être capable de comprendre le japonais utilisé dans une variété de circonstances (lire et comprendre du contenu logique ou abstrait sur divers sujets, des articles de presse, des chroniques, écouter et comprendre des conversations cohérentes, des informations, les points essentiels d’un discours oral)

Le test a lieu deux fois par an au Japon. La première session se passe le premier dimanche de Juillet et la deuxième le premier dimanche de Décembre.

Inscription et préparation

L’inscription s’effectue par Internet, sur le site JEES ou bien par courrier (attention à la date butoire). Il faut avoir un compte sur le site pour pouvoir s’inscrire.
Il est possible de s’inscrire en individuel ou en groupe. Il faut remplir le formulaire avec les coordonnés, joindre une photo et payer. Le coût de l’examen est de 5 000¥ (+ taxes). Il est possible de régler au konbini ou par carte bancaire.

Un mois avant l’examen, un récépissé (Test Voucher) est envoyé à l’adresse indiquée pendant l’inscription. Il est très important de le garder précieusement car il contient toutes les infos nécessaires le jour de l’examen : date, heure et durée du test, l’adresse du campus où l’examen aura lieu, numéro de candidat, le numéro de salle et le règlement. A ne surtout pas oublier le jour J !

Entre la période d’inscription et le jour du test, il n’y a plus qu’à bosser pour être le mieux préparé possible. Il est parfois arrivé que des sessions d’entraînements aient lieux un mois avant l’examen pour les inscrits au test officiel. Ces sessions se déroulent dans les mêmes conditions et les participants peuvent en cadeau recevoir 2 000¥ !

Lieux où se passe l’examen

Selon le lieu de résidence et le niveau choisi, les lieux de l’examen varient. Mes trois tests déjà passés étaient dans trois lieux différents. Les examens se passent dans différentes universités, dans toutes les préfectures du Japon.

Quelques adresses

Keio University Hiyoshi Campus
Adresse : 4-1-1 Hiyoshi, Kohoku-ku, Yokohama-shi, Kanagawa-ken
Accès : Hiyoshi Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Meguro Line, Yokohama Municipal Subway Green Line) sortie est

Senshu University Ikuta Campus
Adresse : 2-1-1 Higashimita, Tama-ku, Kawasaki-shi, Kanagawa-ken
Accès : Mukougaoka-Yuen Station (Odakyu Line) sortie sud

Aoyama Gakuin University Sagamihara Campus
Adresse : 5-10-1 Fuchinobe, Chuo-ku, Sagamihara-shi, Kanagawa-ken
Accès : Fuchinobe Station (JR Yokohama Line) sortie nord

L’accès aux universités est indiqué sur le Test Voucher reçu. Aucun risque de vous perdre pour y aller : suivez les troupeaux de Chinois. Ils sont toujours très nombreux. 😂

Déroulement de l’examen

Les salles d’examens ouvrent 30 minutes avant le début du test, à partir de midi et les premières épreuves commencent à 12h30. Et l’heure, c’est l’heure ! Arrivez en retard et vous pouvez abandonner l’idée de passer le test. Les règles sont très strictes. Il y a trois surveillants par salle de classe. Les épreuves durent entre 30 et 110 minutes et entre chaque il y a 30 minutes de pause pour s’aérer, boire ou aller aux toilettes.
Le jour de l’examen, il faut se présenter muni de votre carte de résident ou autre papier d’identité, du Test Voucher, du matériel nécessaire pour écrire (un crayon papier HB ou à mine et une gomme à laquelle il faut retirer l’étui en carton) et une montre sans option mémoire. Il faut se placer à la table contenant le même numéro de candidat que sur le Test Voucher.
La même annonce avec les règles ainsi que la vérification du visage et de la photo est répétée quinze minutes avant chaque épreuve. Le JLPT c’est comme le foot ! Il y a des règles à respecter et toute infraction est sanctionnée soit par un carton jaune ou un carton rouge. Tentez de tricher et vous êtes hors-jeu !

Résultats

Les résultats sont annoncés par envoi d’un courrier avec le certificat si le test est validé deux mois plus tard. Il est possible de les connaitre en avance par Internet, toujours sur le site JEES, vers la fin du mois suivant l’examen. Il faut avoir minimum entre 80 et 100/180 pour passer selon le niveau.

Mes impressions

Le JLPT au Japon, c’est militaire 😂. Les examinateurs et surveillants sont stricts et sévères. Mon premier examen en particulier, l’examinatrice nous parlait comme à des soldats, très sèche et sans le moindre sourire.
Les universités sont immenses et j’aime beaucoup l’architecture pour certaines ! J’avais vraiment l’impression de redevenir étudiante, mais limite une étudiante dans une université prestigieuse xD.
Concernant le test en lui-même, je n’ai passé que le N5 et le N4 et je trouve déjà le N4 bien difficile… La partie vocabulaire est vicieuse avec parfois des kanji très ressemblant, la partie grammaire/lecture demande beaucoup de concentration et la partie écoute je dirais que c’est la plus facile alors que ça a toujours été mon point faible dans l’apprentissage d’une langue o_o.


♫ Un article = Une chanson ► Linkin Park – In the End

3

► Higher : Kimi a escaladé le Mont Fuji !

Un de mes buts de cette année a été atteint : celui d’escalader le Mont Fuji ! Je l’ai fait, enfin !

Il y a déjà beaucoup d’articles sur le sujet et les sites internet tels que Mt. Fuji Climbing et Fujisan Guide sont très bien fournis pour vous apporter toutes les informations nécessaires. Merci aussi à Gaijin in Japan pour son article détaillé sur le sujet et qui m’a beaucoup aidée pour préparer mon ascension. Bref, je ne vais pas vous présenter le sujet plus en détail, mais plutôt vous raconter comment j’ai préparé et vécu cette expérience !

Beaucoup ne le savent pas, mais j’ai toujours été très intéressée par les volcans et j’ai d’ailleurs rêvé à une époque de devenir volcanologue. Les catastrophes naturelles et à quel point la nature peut parfois se déchaîner m’ont toujours fascinée. Bref, pourquoi à la place j’ai fini prof, on s’en fiche, ce n’est pas le sujet de cet article :D. Tout ça pour dire que lors de mon premier voyage au Japon en décembre 2010, la chose que je voulais le plus voir de mes propres yeux était ce grand Fuji-san que je trouve d’une grande beauté. Bon la première fois que je l’ai vu, c’était du haut de l’observatoire du Metropolitan Government Building à Shinjuku. Il était bien petit vu de si loin !

Puis, décembre 2013, je reviens en voyage au Japon pour la deuxième fois, seule, en mode aventurière. Et je me rends dans la ville de Fujiyoshida pour visiter le sanctuaire Arakura Fujisengen (新倉富士浅間神社) et sa magnifique pagode Chureito (忠霊塔). Cet endroit est un des bons points de vue pour admirer le Mont Fuji. Je me rappelle que j’étais restée des heures assise à admirer ce grand Fuji-san, reposée, respirant un air pur et en oubliant tout le reste. Que j’étais bien ! Et c’est là que je me suis dit : « Un jour, j’escaladerai cette montagne, de nuit, pour y admirer de là-haut le lever du soleil ! »

Le moment était enfin venu de se lancer dans cette aventure, et pour que tout se passe bien, il fallait bien se préparer ! A commencer par le matériel nécessaire et indispensable ! Puis, être en bonne condition physique et mentale ! Oui parce que le Mont Fuji c’est quand même 3776 mètres d’altitude ! Bon me concernant, la condition physique, ça restait à désirer… Je ne pratique plus énormément de sport depuis que je suis au Japon (sans compter la marche à pied…) et avec mon travail, je suis en manque de sommeil. Mais le mental faisait la contrebalance. Plus le jour J approchait et plus l’excitation montait !

Matériel

Les choses nécessaires pour une bonne ascension :

  • des chaussures de marche : vous faites de la randonnée et un peu d’escalade en montant le Mont Fuji. J’ai vu des gens en mode touriste faire l’ascension en converses… Ils en ont chié un peu !
  • de l’eau : prévoyez une grande quantité entre 2 et 3L. Pour ma part j’avais pris 2L, j’ai surtout bu en redescendant.
  • des boissons et des barres énergétiques : ça vous donne de l’énergie pour grimper mais ça ne vous remplit pas pour autant l’estomac ! Donc prévoyez aussi des sandwich, des onigiris pour vos pauses repas, ou bien de l’argent pour vous payer des nouilles instantanées dans les refuges.
  • de l’argent : au cas où vous êtes à cours de vivres pendant votre ascension. Notez que les prix grimpent avec l’altitude. Les toilettes c’est entre 200 et 300 yens, une boisson chaude 400 yens, des nouilles instantanées 800 yens environ… Il n’est pas possible d’utiliser la carte de crédit.
  • 1 000 yens : à payer une fois arrivé à la 5ème station pour aider à l’entretien des lieux, réalisé par Mt. Fuji Preservation Association Fund.
  • des vêtements chauds : pantalon, chaussettes épaisses, pull, bonnet, gants, écharpe. Si vous êtes vraiment frileux en attendant le lever du soleil, prenez aussi une couverture.
  • un chapeau, une casquette, ou bien un casque
  • des lunettes de protection
  • des vêtements de pluie ou un k-way :D : si par manque de bol vous vous retrouvez sous la pluie pendant votre ascension. Pour ma part, j’ai eu très froid vers l’approche du sommet, mettre mon K-way m’a aidée à supporter un peu plus la baisse de température ;).
  • un masque anti-poussière : si vous êtes allergique à la poussière en particulier. Sinon, ce n’est pas indispensable.
  • une serviette et/ou des lingettes rafraîchissantes : parce que vous aller suer à mort.
  • une trousse de survie : mettez-y des pansements, des mouchoirs, des médicaments, et de quoi supporter le mal de l’altitude. Il est facile de tomber malade à cause des changements de température et d’altitude.
  • une lampe de poche ou une lampe frontale : la lampe frontale reste plus pratique. Assurez-vous qu’elle soit puissante et éclaire sur une longue distance. J’en ai acheté une qui n’éclairait vraiment pas bien, j’ai fini par utiliser la fonction lampe torche de mon téléphone pour bien voir… N’oubliez pas des piles de rechange au cas où.
  • un ou des bâtons de marche : si cela peut vous faciliter la tache, en particulier pour la descente.
  • un grand sac à dos adapté pour la randonnée : prenez de préférence un sac entre 25L et 30L pour y caser toutes vos affaires.
  • un ou des sacs plastiques pour vos déchets : il y a très peu de poubelles, si vous voulez donnez vos déchets aux refuges, il faut consommer avant.

Ce que j’ai pris en plus :

  • mon appareil photo : parce qu’il était primordial que j’immortalise ce moment !
  • mon smartphone avec la batterie portable xD : sachez que même du haut du Mont Fuji, on capte le réseau et la 4G ! J’en ai profité pour téléphoner à ma mère pour partager en direct live une partie de mon ascension.

Budget à prévoir

Je n’avais rien pour faire de la randonnée chez moi, donc dans un premier temps, je me suis rendue dans un magasin de sports, avec du matériel de qualité pour la randonnée entre autres. J’ai fait mes petites courses chez Victoria Sports L-Breath, situé près de la gare de Shinjuku. Dans un immeuble de plusieurs étages, vous y trouvez tout l’indispensable pour la randonnée avec des vendeurs prêts à vous renseigner et vous conseiller.

Victoria Sports L-Breath Shinjuku
Adresse : 4-1-11 Shinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo
Accès : Shinjuku Station (JR Lines, Odakyu Line, Oedo Line, Marunouchi Line, Keio Line) sortie sud, Shinjuku Sanchome Station (Fukutoshin Line, Marunouchi Line, Shinjuku Line), sortie E10

Voici au total combien j’ai dépensé pour être bien équipé : 52 542 yens ! En détails :

  • Chaussures de marche : 15 984 yens
  • Chaussettes épaisses : 810 yens
  • Pantalon imperméable : 10 800 yens
  • Sac à dos : 18 900 yens
  • Lampe frontale : 2 052 yens
  • Lunettes : 3 996 yens

Puis, combien j’ai dépensé pour cette aventure : 13 013 yens ! En détails :

  • Bus : 5 400 yens (aller-retour de Shinjuku à la 5ème station du circuit Yoshida)
  • Nourriture et boissons au konbini : 1 941 yens
  • Barres énergétiques (acheté chez L-Breath) : 2 872 yens (environ 600 yens l’unité)
  • Don pour l’ascension : 1 000 yens
  • Une boisson chaude pendant l’ascension : 400 yens
  • Les toilettes (entre 200 et 300 yens selon l’altitude) : 500 yens
  • Un bol de ramen dégusté au sommet : 900 yens

Ces chiffres sont approximatifs ! Si vous avez déjà les équipements, l’ascension du Mont Fuji devrait vous coûter entre 9 000 et 15 000 yens environ.

En route pour l’ascension !

Vous êtes prêts et organisés pour votre ascension ? Vous vous êtes reposés avant et avez suffisamment d’énergie pour vous lancer dans cette aventure ? Choisissez votre circuit, payez les 1 000 yens pour l’association et en route !

Il y a quatre circuits différents pour grimper le Mont Fuji :

  • le circuit Yoshida (préfecture de Yamanashi) : point de départ à la 5ème station de la ligne Fuji-Subaru, 2 300m d’altitude, parcours de 6km, 6 heures pour l’ascension, 4 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, il y a de nombreux refuges et toilettes, c’est le circuit le plus emprunté par les touristes.
  • le circuit Subashiri (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station de Subashiri, 2 000m d’altitude, 6 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, la section entre l’ancienne 8ème station et le sommet est la même que celle du circuit Yoshida.
  • le circuit Gotemba (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station de Gotemba, 1 450m d’altitude, 7 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, l’altitude au point de départ est faible et la pente est douce, ce parcours convient aux bons marcheurs qui peuvent faire face à une grande différence d’altitude, c’est le circuit avec le moins de refuges et de toilettes, c’est le moins emprunté.
  • le circuit Fujinomiya (préfecture de Shizuoka) : point de départ à la 5ème station Fujinomiya, 2 400m d’altitude, 5 heures pour l’ascension, 3 heures pour la descente, la piste pour l’ascension est différente de la piste de descente, ce parcours est aussi très populaire auprès des visiteurs, la pente est raide et rocheuse,  la piste pour l’ascension est la même que la piste de descente.

Les circuits sont chacun représenté par une couleur différente. Pour ne pas vous perdre et ne pas vous tromper de circuit en cours de route, vérifiez toujours la couleur des panneaux se référant à la couleur du circuit emprunté. La période d’ascension officielle (en dehors, les refuges sont fermés, donc à vos risques et périls) est du 10 juillet au 10 septembre (1er juillet pour le circuit Yoshida) sauf modifications à cause des conditions météo. Il y a énormément de monde les week-ends et pendant la période d’Obon. Si vous souhaitez loger dans un refuge, il est recommandé de réserver avant pour vous garantir une place. Beaucoup de personnes optent pour l’ascension de nuit pour voir le lever du soleil depuis le sommet mais sachez qu’il est aussi possible d’assister au spectacle depuis la 5ème station ou depuis les refuges. Une fois là-haut vous pouvez faire le tour du cratère.

Pour vous rendre aux différents circuits, vous avez le choix entre le bus au départ de Shinjuku, l’aéroport de Haneda, Yokohama ou le train. Les itinéraires sont différents selon les stations ! Voici quelques itinéraires en bus et train pour vous rendre au circuit Yoshida (le plus accessible).

Shinjuku Expressway Bus Terminal
Highway Bus
Fujisan Station / Kawaguchiko Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Shinjuku Expressway Bus Terminal
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Haneda Airport
Highway Bus
Fujisan Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Yokohama Station
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Center-Kita Station / Tama-Plaza Station
Direct Highway Bus to Mt.Fuji 5th Station
Fuji-Subaru Line 5th Station

Shinjuku Station
JR Line
Otsuki Station
Fujikyuko Line
Fujisan Station / Kawaguchiko Station
Fuji Climbing Bus / Hiking Bus
Fuji-Subaru Line 5th Station

Ascension du Mont Fuji : l’aventure de Kimi

Avec Elodie qui m’a accompagnée dans cette aventure, nous sommes parties de Shinjuku tranquillement dans l’après-midi pour prendre notre temps, faire des pauses régulières et éviter trop de monde car les touristes préfèrent faire l’ascension de nuit pour admirer le lever du soleil. C’était aussi notre objectif ! C’est pourquoi nous avons choisi la date de notre ascension un lundi. Nous avons opté pour le circuit Yoshida, car on peut s’y rendre directement depuis Shinjuku !

Donc pour notre trajet, à Shinjuku nous avons acheté des tickets pour prendre le bus direct jusqu’à la 5ème station de la ligne Fuji-Subaru. Le trajet dure environ deux heures. Nous sommes parties vers 15h30 et nous sommes arrivées à 17h30. Nous avons commencé notre ascension à 18h00 tranquillement, en s’arrêtant à toutes les stations pendant 10 à 30 minutes. Nous sommes arrivées au somment vers 4h00.

J’ai été assez étonnée par ma condition physique et surtout mentale ! En faisant de bonnes pauses quand même, j’ai réalisé le parcours à une vitesse normale sans trop me sentir essoufflée. Avec Elodie nous pétions un peu (trop) la forme dans les stations pendant nos pauses. On rigolait de tout et de rien pendant qu’on regardait certaines personnes arriver complètement essoufflées. Les barres énergétiques semblent plutôt efficaces ! Je n’ai ressentie la fatigue qu’à partir de la descente (je n’ai pas du tout dormi) et pendant ma dernière heure d’ascension, j’avais très mal aux cuisses donc je marchais en faisant des plus petits pas car le moindre grand mouvement était synonyme de douleur xD.

Comme les circuits Yoshida et Subashiri fusionnent de la 8ème station au sommet, il y a eu pas mal d’embouteillages. Parfois, les gens n’avançaient vraiment pas vite pour moi, j’ai pas mal grugé de peur de ne pas arriver à temps ! Une fois au sommet, beaucoup de personnes étaient déjà rassemblés et attendaient le lever du soleil. J’ai tenté tant bien que mal de trouver une place mais je ne pouvais pas m’asseoir. J’avais très froid et les dernières minutes d’attente semblaient des heures… Et manque de bol, à cause de quelques nuages, je n’ai pas vu un lever du soleil extraordinaire. Ce sera pour une prochaine fois !

Après un bon bol de ramen, nous sommes redescendues vers 6h00 sans perdre de temps car notre bus retour nous attendait vers 10h. Nous sommes arrivées à 9h45, au bout de notre vie. Une fois dans le bus, on a dormi jusqu’à Shinjuku ! La descente a été difficile. Les pentes sont raides et glissantes. Sans bâtons de marche, c’est facile de glisser (ça n’a pas loupé pour moi xD), j’ai passé un moins bon moment que pendant la montée.

Je suis rentrée très fatiguée mais surtout très heureuse ! Cette ascension restera sans doute une de mes plus belles aventures au Japon ! J’ai très envie de refaire cette ascension, mais sur un circuit différent et aussi profiter de faire le tour du cratère.


♫ Un article = Une chanson ► MAN WITH A MISSION – higher