2

▶ Spring of Life : Kimi no Nikki (avril 2020)

Même si en avril ne te découvre pas d’un fil (ou devrions-nous peut-être dire « ne te déconfine pas d’un fil »), le printemps devient petit à petit plus agréable. Quelques journées ensoleillées avec un ciel bleu magnifique mais toujours avec du vent froid un peu gênant. On profite de ces moments précieux pour une petite balade, un pique-nique sous les dernières fleurs de cerisiers ou une séance bronzette à son balcon.

Tout ça avant de se limiter un maximum en appliquant l’état d’urgence en raison du virus Corona. Avec la loi japonaise, on évite de sortir mais cela reste autorisé et non sanctionné. Sortir que si cela est nécessaire, éviter les endroits confinés et mal aérés, ne pas se rassembler avec beaucoup de personnes.

Les restaurants modifient leurs horaires et favorisent la vente à emporter et la livraison. D’autres ferment dans les grandes surfaces. Les magasins hormis les supermarchés ferment les uns après les autres, la rentrée des classes est repoussée en mai, après la Golden Week. Mais le télétravail n’est pas encore appliqué par toutes les entreprises et dans les grandes villes comme Tokyo, on voit encore des quais et trains bondés aux heures de pointe. Oui, les Japonais ont déjà de base une très bonne hygiène de vie ; ils se lavent régulièrement les mains quand ils touchent quelque chose et le port du masque ne date pas d’hier. Oui, les Japonais n’ont jamais pour coutume de se serrer la main ou de se faire la bise pour se saluer. Mais dans cette crise sanitaire, ce n’est pas suffisant !

Le Japon, pays qui refuse de voir la réalité en face, qui a peur de la chute de son économie au risque de mettre en danger la santé de son peuple et pays le plus lent pour prendre des décisions.

Un mois d’avril assez triste donc globalement. C’est facile d’avoir un coup de mou ou un manque de motivation en s’efforçant de rester enfermé et isolé. Mais il faut profiter de cette mauvaise passe pour se reposer, se relaxer et faire le grand nettoyage de printemps. Garder le contact avec les proches à travers les réseaux sociaux et internet. Voir le bon côté, voir les choses sous un autre angle. En mai, ça ira mieux, espérons.

※ Les événements du mois 🎊

• Cérémonies d’entrée (入園式) et de promotion (進級式)

En mars c’était la cérémonie de fin d’année (卒園式). En avril, l’école reprend et pour la rentrée des classes, il y a bien sûr également une cérémonie d’entrée (入園式).

Comme pour la cérémonie de fin d’année, un dress code est de mise ! En avril, c’est le printemps donc pour les costumes on part sur un style printanier avec comme couleurs gris, blanc, beige et rose pour symboliser cette saison. Moins traditionnel que la cérémonie de fin d’année mais toujours aussi formel. On se lève, on s’incline, on s’assoie quand le directeur s’apprête à livrer son discours. On s’incline pour saluer ou quand on s’apprête à parler.

Les nouveaux élèves, les petites sections, dit Nen-shô en japonais (年少) arrivent le dimanche matin accompagnés de leurs parents, certains timides, d’autres plus curieux. Accueillis par le personnel, ils rejoignent le hall où se tient la cérémonie.

C’est une nouvelle aventure pleine d’apprentissage pour eux et ça commence par les gestes et formules de politesse : on se lève, on s’incline, on s’assoie. Puis on écoute attentivement une petite performance musicale de la part de certains professeurs et l’hymne de l’école, que les enfants apprendront dans l’année. Suivent le discours de bienvenue du directeur (園長, enchô) et la présentation de tous les membres du personnel de l’école. A l’appel de son nom et de sa fonction, chaque personne s’avance d’un pas face au public et s’incline en disant le fameux よろしくお願いいたします (Yoroshiku onegai itashimasu, je m’en remets à vous). La cérémonie termine par une photo de classe réunissant enfants, parents, professeurs et directeur / directrice adjointe.

Petite pause le midi et ça reprend l’après-midi pour la cérémonie de promotion (進級式) des moyennes et grandes sections, respectivement Nen-chû et Nen-chô (年中, 年長). Le déroulement est le même qu’en matinée, sauf que cette fois, c’est aux enfants de réciter l’hymne de l’école, étant donné qu’ils la connaissent déjà.

Cela dure à peine une heure et après quoi les enfants peuvent découvrir leur salle de classe et rencontrer leur professeur. Ils sont enfin prêts à démarrer une nouvelle année scolaire !

※ Les sorties et excursions du mois 🏞 🏙

• Kitakawachi Cycle Line (北河内サイクルライン)

Un vélo, un petit sac de rando, de l’eau. Vous pouvez partir pour une sympathique balade à vélo le long de la piste cyclable Kitakawachi (北河内サイクルライン) ! Comme déjà mentionné dans cet article, cette piste cyclable circulaire de 45 km passe par les villes d’Hirakata (枚方市), Neyagawa (寝屋川市) et Moriguchi (守口市) et longe les rivières Yodogawa (淀川) et Hotani (穂谷川).

Bien sûr, sans forcément faire la boucle complète, on peut se contenter du meilleur de la piste en longeant la rivière Yodogawa sur une distance de 16 km, faire une pause sur les terrains de jeux et parcs avant de reprendre en sens inverse, surtout si un vent fort est de la partie…

Le printemps est une bonne saison pour faire ce parcours accessible à tous. Le paysage rural teinté de vert avec un ciel bleu resplendissant, les rayons du soleil et l’air frais offrent un moment agréable et relaxant. Sortie à faire et refaire quand le beau temps et l’envie y sont !

※ Les restau et cafés du mois 🍴☕

• Ramen Rai Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Que ce soit en hiver ou au printemps, on bon bol de ramen bien chaud s’apprécie toujours pour réchauffer le corps froid ou le cœur pendant les périodes difficiles !

On se fait un petit plaisir chez Rai Rai Rai Tei (来来亭), une chaîne de restaurants de ramen répandue dans tous le pays mais surtout dans le Kansai. Ce qui est logique car ce qui fait la réputation de cette chaîne, c’est son ramen préparé dans le style des ramen de Kyoto, avec un bouillon de poulet accompagné de sauce soja (醤油味の鶏ガラスープ). Une soupe onctueuse qui se boit jusqu’à la dernière gorgée et dans laquelle baignent des nouilles épaisses ou fines surmontées de plusieurs accompagnements tels que l’oignon vert, les pousses de bambou… Un bol de ramen qui plait autant aux petits qu’aux grands !

Dans le restaurant, c’est ambiance conviviale et chaleureuse. Au choix, il y a des tables basses pour les groupes et les familles, ou bien comptoir pour les plus solitaires. Ces derniers sont souvent pris d’assaut à l’heure du déjeuner et le weekend. Si le ramen à la sauce soja reste la principale recommandation pour les nouveaux clients, le menu propose également des miso ramen, shio ramen (doux et léger avec un tout petit zeste de citron) des ramen épicés. De plus, pour les clients plus exigeants, il est possible de choisir la fermeté des nouilles (麺の堅さ), l’épaisseur de la sauce soja (醤油の濃さ), la dose de gras (背脂の量) et compléter avec divers accompagnements (œuf, oignon vert, viande…). Et si un bol de ramen (déjà bien consistant) ne suffit pas, il y a toujours des menus avec karaage, riz, riz cantonnais, gyoza nature ou au fromage fondu.

Testés et approuvés, l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) et l’umakara men (旨辛麺) sont particulièrement délicieux et piquants (attention pour les plus sensibles aux épices). Les nouilles sont épaisses et fondantes surmontées de beaucoup d’oignons verts ou d’épinards, de pousses de bambou et de tranches généreuses de viande. Le bouillon de l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) est onctueux et savoureux sur lequel flottent des graines de sésame, avec la bonne dose d’épices (辛) contrairement à ce que peut laisser penser la couleur. Attention aux taches d’éclaboussure ! Le staff peut fournir un tablier en papier en cas d’accident. Il en est de même pour l’umakara men (旨辛麺) dont la dose d’épices peut être choisie entre plusieurs niveaux. Le karaage est quant à lui bien croustillant.

On quitte les lieux satisfait et reboosté sous des remerciements à la manière du Kansai, les membres du staff disant merci dans le dialecte de la région, Ookini (おおきに). Mission accomplie pour cette chaîne, on reviendra muni de la carte de fidélité pour cumuler des points et recevoir une petite réduction !

Ramen Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp/

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Rentrée scolaire 🏫

J’ai fait ma rentrée et cette fois j’entame une années scolaire depuis le début. J’ai donc commencé avec mes nouvelles responsabilités. Beaucoup de moments d’angoisse pendant la préparation de la rentrée, peur de ne pas être prête à temps pour les cours et d’oublier des choses importantes.

La première semaine ne s’est pas passé comme je l’espérais. Avec l’état d’urgence, l’école maternelle et l’école d’anglais ont décidé de fermer après une semaine et ce jusqu’en mai, après Golden Week.

Donc ma semaine de rentrée était un peu chamboulée… Beaucoup d’enfants absents, de parents inquiets, j’ai reçu beaucoup d’appels des parents et je ne pouvais pas répondre à toutes leurs questions. Ce n’était pas vraiment la rentrée que j’espérais mais ça m’a appris à faire face à des situations difficiles et à de communiquer beaucoup avec les collègues et les parents.

L’école fermée j’ai continué à travailler pour mieux me former et vraiment bien préparer la rentrée. J’ai pu même me mettre en télétravail. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, la rentrée, aura-t-elle lieu ou pas ? On ne le sait pas encore.

Malgré ce mois difficile, ce travail et ces nouvelles taches plus responsables me plaisent. Il y a du contact avec les gens, de la communication et je passe toujours d’aussi bons moments en classe. C’est du positif.

Maintenant, je souhaite juste que ce virus nous laisse tranquille et que la vie redevienne normale, même si je crois au fait que c’est sans doute un appel de la nature. J’ai conscience que la planète va mal et je fais mon possible tous les jours pour la maintenir en bon état, mais cela ne semble pas être le principal soucis de la plupart des gens. Ceci dit, ce virus, c’est trop. On a qu’une vie et là nous sommes tous bloqués avec l’impossibilité d’en profiter comme on le souhaite.

• Apéro Skype 🍻

Le point positif du virus Corona, ce sont peut-être les apéro Skype qui se sont développés. Etant donné qu’on ne peut plus se rassembler au bar ou à l’Izakaya, et dans mon cas, comme je suis loin de la famille, ce nouveau concept m’a tout de suite séduite ! Le Coronavirus fout la merde dans notre société, mais il a inconsciemment rapproché les familles et les gens. Ça fait du bien dans cette situation compliquée de se réunir de façon virtuelle (vive les nouvelles technologies quand même) et de passer du bon temps comme si nous étions rassemblés au même endroit.

Bref ouais j’ai adopté les apéro Skype et fait quelques un avec la famille et les amis et ça fait du bien ! Car dans toute cette merde, je suis quand même toute seule, loin de tous, dans mon 29 m². Ces apéro me donnent l’impression d’être en France en une fraction de seconde auprès des gens qui comptent pour moi.

• J’adore cuisiner 🍳

Ce mois (et disons les premiers mois de l’année en fait), avec certains aliments que j’avais à consommer rapidement (plus ce que j’ai ramené de France), j’ai cuisiné pas mal de plats. Autant japonais que occidentaux : yakisoba, poulet frit, chicken katsudon, salade avec beaucoup de bons légumes, agemochi, croque madame, gratin de pâtes à la sauce béchamel (pour enfin utiliser mon four que j’ai depuis un an), sushis, ramen, ramen au lait, tamagoyaki… Je m’amuse et surtout je me régale !

C’est pourquoi, j’ai ouvert la section cuisine (料理) sur le blog  🍳🔪🎽 ! En manque d’inspiration pour le déjeuner ou envie de vous essayer à la cuisine japonaise ? Je vous propose des recettes assez simples que j’ai réadaptées ! Allez-y, il y en a déjà !

• J’ai un scooter 🛵

J’ai réalisé un de mes rêves d’adolescente : j’ai obtenu un scooter ! Car il se trouve que l’école pouvait me fournir un vélo ou bien un scooter pour aller travailler. Ayant reçu le permis de conduire Japonais récemment cela me donnait la possibilité de conduire à scooter. L’école m’a donc fourni un petit scooter, un 50cc, avec lequel je peux me rendre au travail ou partir en petite balade le weekend autour de Hirakata. Quelque soit le trajet, les frais d’essence sont pris en charge par l’école. Un plein d’essence (レギュラーガソリン) coûte en moyenne 500¥.

Ouais j’ai toujours voulu avoir un scooter quand j’étais au lycée, je n’aimais pas prendre le bus qui m’obligeait à partir tôt le matin et rentrer tard le soir. Et comme pour l’instant la moto ce n’est pas possible, je me contente très bien de mon scooter de fonction.

J’avais un peu peur au début mais c’est tout aussi pratique que le vélo. Le vélo hélas j’ai du le rendre, mais si ça me manque trop, j’investirai dans un petit VTT.

• Hirakata, city full of surprises 🏡

En ces temps de crise sanitaire, si le confinement n’est pas forcé au Japon on se restreint tout de même à voyager. Les lieux touristiques fermant les uns après les autres, on a pas le choix que d’annuler. Triste Golden Week qui s’annonce entre autres et qui va faire mal aux tourisme et aux touristes. Pour surmonter ça et combler le vide des rubriques événements et excursions de ce mois, voyageons un peu en photo. Je vous montre Hirakata (枚方市), ma petite ville bien-aimée, au cours des 8 derniers mois, soit depuis mon déménagement dans le Kansai.

Située entre Osaka et Kyoto, deux zones très touristiques, Hirakata est une ville par laquelle on passe sans forcément s’y arrêter. Immeubles et quartiers résidentiels d’un côté, la nature de l’autre, Hirakata est pourtant une ville agréable où il fait bon vivre avec de beaux paysages à admirer le long de la rivière Yodogawa, qui passe également par Osaka, et des parcs et terrains de jeux pour faire du sport ou pique-niquer en famille.

Le parc d’attractions Hirakata Park (ひらかたパーク), les petits quartiers où se cachent Izakaya et restaurants locaux, ainsi que les zones commerciales comme Kuzuha Mall (くずはモール), les vastes parcs comme Yamadaike (山田池公園) ou les plus petits avec aires de jeux comme Sakaimaike (阪今池公園) font le dynamisme de cette ville. Pour le côté traditionnel, on trouve aussi de nombreux petits temples et sanctuaires, un des plus populaires étant le sanctuaire Katano (片埜神社) où se tiennent de nombreux événements tout au long de l’année.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon voyage et si vous en voulez plus, direction Flickr !


♫ Un article = Une chanson ► Perfume – Spring of Life

0

► Not today : Kimi no Nikki (mars 2018)

Bientôt terminé l’air conditionné qui tourne sans cesse, le comatage sous le kotatsu, les pulls et le gros manteau… Mars, c’est l’arrivée tranquille du printemps et des beaux jours ! Il y a aussi le pollen (花粉) et ses allergies, appelées 花粉症 (kafuncho) auxquelles beaucoup de japonais sont allergiques. Pour ma part ça va, pour l’instant ! Mais il parait que dans deux ou trois ans, j’y aurai droit aussi 😅.
En tout cas ça me rappelle toujours cette pub que j’ai vu à la télé japonaise. Des médicaments pour combattre ces allergies. 花粉さん est tout mignon quand même !

En mars, je me suis remise à écrire, à « philosopher » un peu sur la vie, ma vie au Japon. En effet avec le staff de エコールサンパ où je travaille, nous avons lancé un blog (traduit en japonais) où les profs écrivent divers articles sur la vie au Japon, le mode de vie des Français, le travail, les activités, les vacances… pour nos étudiants et les Japonais intéressés par la France en général.

Donc désormais, vous pourrez retrouver mes articles en japonais sur http://ecolesympa.hatenablog.com, et je publierai la version française ici. Bon, ça fait longtemps que je n’ai pas écrit donc le niveau d’écriture est certainement moyen ^^ ». Je vais me remettre petit à petit à ça. Vous pouvez déjà retrouver cet article : Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ? (人生において一番大切なものは?). Bonne lecture !

Après le mois de février un peu pourri et malgré que je sois toujours un peu occupée à cause du travail, je suis quand même sortie. Avec la troupe サンパ, nous avons passé un bon dimanche à Shibuya.

J’ai emmené tout le monde au restaurant indien que j’adore pour le déjeuner. Comme c’était le midi, les menus étaient un peu différents du dîner mais tout était moins cher et on pouvait prendre des naan à volonté. J’ai payé la moitié de ce que je paye quand je viens le soir, soit 1100¥ (un menu à 800¥, contre 1200¥ le soir, un mango lassi à 100¥ contre 400¥ le soir et un cheese naan à 200¥) ! Heureusement qu’on avait une réservation car le restau était bondé. Mais pour les clients qui devaient attendre qu’une table se libère, les serveurs offraient un verre de lassi pour patienter. Je vous dis, c’est un bon restau ! Validé par mes potes également :) !

Shib Mahal Shibuya (インド料理 SHIB MAHAL)
Adresse : Minatsu Building 2F, 2-6-2 Dogenzaka, Shibuya-ku, Tokyo
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sorties 3 ou 6

L’après midi, nous sommes allés faire une partie de fléchettes et de ping-pong. Je n’y avais pas joué depuis longtemps donc j’étais une vraie merde au début. Mais petit à petit c’est revenu ! J’ai gagné aux fléchettes mais Flo-chan m’a battue au ping-pong. C’était crevant mais ça m’a fait du bien de me défouler !

Si vous voulez jouer aux fléchettes, au ping-pong ou au billard, allez à Bagus ! Les frais d’utilisation coûtent 480¥ par personne et il faut également payer au moins une boisson à consommer. C’est moins cher si vous y allez en semaine. Comme dans un karaoké, on peut commander à manger et à boire. Une partie de fléchettes coûte 100¥ par personne. C’était dimanche après-midi alors il y avait peu de monde. On était tranquille.

Bagus (バグース)
Adresse : Saint Louis Building 4F, 26-3 Udagawa machi, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区宇田川町26-3 サンルイビル4階)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sortie 3
Site Internet : http://www.bagus-99.com/shops/b_shibuya

Comme le sport ça creuse, nous avons cherché un endroit pour nous poser et prendre un café et un dessert. Au hasard, on s’est posé au restaurant Tojiro dans Hikarie. On peut déjeuner ou juste prendre une boisson et un dessert. Les desserts ne sont pas mauvais mais pour ce qui est du café, moins. Allez-y plutôt pour un repas ^^ ».

Saryo Ise Tojiro (茶寮伊勢藤次郎)
Adresse : Shibuya Hikarie 7F, 2-21-1 Shibuya, Shibuya-ku, Tokyo (東京都渋谷区渋谷2-21-1 渋谷ヒカリエ7階)
Accès : Shibuya Station (JR Line, Ginza Line, Hanzomon Line, Fukutoshin Line, Keio Inokashira Line) sortie 15

Le retour des beaux jours m’a convaincue de enfin faire réparer mon vélo, crevé et en train de rouiller depuis le début de l’hiver. Ça fait du bien de refaire du vélo au soleil ! Pour la réparation, je suis allée chez Olympic. C’est un magasin spécialisé dans les vélos mais pas que ! On peut aussi acheter du nécessaire pour la maison, des vêtements, des chaussures, des sacs… Et bien sûr des mécaniciens sont là pour réparer votre vélo ! C’est l’endroit le moins cher que j’ai trouvé pour ça. D’ailleurs, je ne comprends toujours pas comment j’ai fait pour ne payer que 1 000¥ le changement de mes deux pneus de vélo en une heure précise. J’ai précisément payé deux nouveaux pneus de vélos avec la chambre à air mais pas la réparation. Il y a deux ans et demie, quand j’étais allée à Olympic à Omotesando / Aoyama, un changement de pneu m’avait coûtée 2400¥ et ça avait pris 1h30 ! Finalement j’ai décidé de garder mon mamachari encore un peu avant d’envisager l’achat d’un vélo tout terrain où j’espère éviter de trop faire changer mes pneus de vélo xD.

Olympic Chuo Rinkan (オリンピック中央林間店)
Adresse : 4-14-10 Chuo Rinkan, Yamato-shi, Kanagawa-ken (神奈川県大和市中央林間4-14-10)
Accès : Chuo Rinkan Station (Tokyu Den-en-toshi Line, Odakyu Enoshima Line) sortie principale
Site Internet : https://www.olympic-corp.co.jp/shop/25

Olympic Aoyama (オリンピック青山店)
Adresse : First Aoyama Building, 3-3-7 Kita Aoyama, Minato-ku, Tokyo (東京都港区北青山3-3-7 第一青山ビル)
Accès : Gaien Mae Station (Ginza Line) sortie 3, Omotesando Station (Ginza Line, Chiyoda Line, Hanzomon Line) sortie A3
Site Internet : https://www.olympic-corp.co.jp/shop/60

Ma découverte du mois de mars : The Alley. C’est une chaîne de salon de thé venue de Taiwan et existante déjà dans plusieurs pays qui a récemment ouvert à Jiyugaoka. Vous pouvez y boire diverses saveurs de thé et bubble tea. Une de mes étudiantes m’a laissé un bon de réduction de 50% pour que je puisse tester. Aux heures de pointe, le salon est bondé ! Et je comprends pourquoi : leur thé est excellent ! J’ai opté pour le Royal No.9 Tapioca Milk Tea (ロイヤル No.9 タピオカミルクティー taille M 500¥, taille L 600¥) froid et c’était un pur délice ! Pourtant je ne suis pas très fan du bubble tea. Les prix sont dans la moyenne et vraiment c’est très bon. La déco du salon est originale également.

The Alley (鹿角巷 ジ・アレイ)
Adresse : 1-7-11 Jiyugaoka, Meguro-ku, Tokyo (東京都目黒区自由が丘1-7-11)
Accès : Jiyugaoka Station (Tokyu Toyoko Line, Tokyu Oimachi Line) sortie sud
Site Internet : http://www.the-alley.jp/

Direction ensuite les US ! On a testé : Shake Shack ! Cette chaîne de restauration rapide sert des hamburgers, des hot-dogs, des crèmes glacées accompagnés de bières, de vins et bien plus encore. Il parait qu’on y mange les meilleurs hamburgers américains et que cette chaîne est populaire. Je me rappelle qu’à l’ouverture, il y avait souvent la queue. J’avais aussi entendu que les hamburgers étaient vraiment délicieux !

Si vous voulez mon avis, eh bien il est très différent ! Et je dirais même : je suis déçue ! Sérieusement ! Le hamburger n’est pas mon gros kiffe, donc je fais peut-être ma difficile, mais ceux de Shake Shack sont loin d’être une tuerie. Surtout que j’ai choisi celui recommandé par le staff ! Je crois que je préfère encore le Chicken Mythic de McDo. La taille mini coûte pas moins de 600¥ ! Et la grosse blague du siècle, les menus, ça n’existe pas ! Alors rajoutez une petite barquette de frites à 300¥ (400¥ pour des frites avec du fromage) et votre boisson « à la carte » toujours en version mini parce que 500¥ en plus ça fait mal. Vous payez presque 2000 ¥ un petit menu ! Et vous avez que dalle sur votre plateau !

Il y a déjà plusieurs Shake Shack dans différents quartiers de Tokyo comme Ebisu ou Shinjuku. Je suis allée à celui de Gaien Mae mais, franchement, je ne vous recommande pas d’y aller 😅.

Shake Shack (シェイクシャック)
Adresse : 2-1-15 Kita Aoyama, Minato-ku, Tokyo (東京都港区北青山2丁目1-15)
Accès : Gaien Mae Station (Ginza Line) sortie 3
Site Internet : https://www.shakeshack.com

Au Japon, le 21 mars, jours de l’équinoxe de printemps, c’est un jour férié. On l’appelle 春分の日. Mais quand on travaille à エコールサンパ, c’est un jour de cours intensifs. C’était crevant comme un marathon mais j’ai pu revoir des étudiantes que j’adore. J’ai enseigné un cours des plus chiants grammaticalement pour des japonais et dont j’ai réalisé 90% du livret. Donc j’avais la pression (ma propre pression surtout xD) mais heureusement, tout le monde était très content ! J’ai reçu beaucoup de commentaires très positifs des étudiants mais aussi des collègues. Ça fait plaisir à entendre après avoir fourni beaucoup d’efforts pour ça ! Merci tout le monde, car vous aussi, vous avez bien travaillé 😉💖. お疲れ様です👍

Le dimanche 25 mars était une journée parfaite pour admirer les cerisiers en fleurs. La saison du Hanami (花見) a officiellement commencé. Je suis allée me promener à Naka Meguro où on peut voir de belles fleurs de cerisers le long de la rivière et profiter du Meguro Kawa Sakura Matsuri (目黒川桜祭り). Un très bon spot pour les admirer en dégustant street food et diverses boissons à base de sakura mais aussi un des plus populaires, voire trop populaire ! De la station jusque dans les petites ruelles, c’est noir de monde. Difficile de bien profiter dans ces conditions. Un petit tour pour prendre quelques photos, manger et je suis vite rentrée 😅. En tout cas, j’apprécie toujours autant admirer ces merveilles de la nature !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, pour finir le mois en beauté, avec エコールサンパ nous avons aussi notre journée Hanami ! C’était au parc Kinuta (砧公園), un parc immense et très bien pour faire des journées pique-nique tout au long de l’année et pour admirer les fleurs de cerisiers également !

C’était finalement mon premier vrai Hanami ! Je veux dire par là, la journée que tu passes dans un parc avec la famille ou les amis, posé pour admirer les fleurs de cerisiers en mangeant, en buvant, en s’amusant… C’est une tradition au Japon et quand les fleurs de cerisiers apparaissent, les parcs se retrouvent énormément bondés le week-end ! Mais c’est vraiment un moment super agréable !

Donc je l’attendais avec impatience, ce Hanami ! Et on s’est très bien amusés ! A peu près une centaine de nos étudiants sont venus avec leurs proches. J’ai passé du bon temps avec mes étudiants, j’ai pris beaucoup de photos, j’ai beaucoup mangé xD et on a animé des jeux amusants, dont un jeu de mimes bien bruyant (les gens dans un périmètres de 10 km ont du bien nous entendre…). Et quelle chance, on a eu un magnifique soleil toute la journée ! Il faisait même assez chaud ! Une super journée !! 🌸🍶

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un mois un peu difficile aussi mais… ce n’est pas encore aujourd’hui que j’abandonnerai. Not today, comme le dis la chanson de BTS 😁.


♫ Un article = Une chanson ► BTS – Not Today

3

► Bye Bye Cycle : J’ai acheté un vélo !

J’ai enfin mon vélooo ! Bye cycle, bye bye cycle (seuls ceux qui ont vu le drama Nobuta Wo Produce pourront comprendre cette phrase).

Voilà une chose que je voulais absolument avoir ici ! Un vélo, car j’adore faire du vélo et parce qu’à Tokyo, c’est un moyen de locomotion très utilisé et assez pratique. Ici, tous les japonais ont un vélo et même quand il pleut, ils n’hésitent pas à l’utiliser. Le mois dernier, j’avais emprunté celui de la guest house où je travaillais histoire de tester, car conduire en vélo à Tokyo peut être un peu compliqué ! En effet les pistes cyclables sont quasi inexistantes et surtout il n’y a aucun code de la route. Ou plutôt, les cyclistes ne l’appliquent pas. Ils empruntent à la fois la route et les trottoirs, roulant là où il y a de place, et manquant parfois de renverser les piétons. Au final c’est un peu l’anarchie et on peut vite devenir un danger public. Et ceci dit, les contrôles de police sont fréquents concernant en particulier le stationnement des vélos. Il est interdit de les stationner n’importe où (mais tout le monde le fait, j’ai remarqué). S’il n’est pas au parking, on peut recevoir un avertissement autour de son guidon avec la date du jour. Vous avez dès lors jusqu’au lendemain pour déguerpir ou votre vélo finira à la fourrière. Et vous pouvez débourser 3 000 yens pour le récupérer. Soit, malgré ça je ne pouvais déjà plus me passer du vélo après quelques trajets, surtout quand j’ai vu les économies que je gagnais sur le métro. Donc, une fois emménagée à Harajuku, je n’ai pas perdu de temps pour m’acheter le mien !

Je me suis acheté un mamachari, c’est comme ça qu’on appelle les vélos « de ville » et qui sont d’ailleurs les moins chers. Ceux-ci ont un guidon arrondi, une selle pas trop haute pour avoir le dos bien droit et est équipé d’un panier, d’un porte-bagages, d’une lampe et d’un anti-vol intégré. Idéal pour les ballades ou pour se rendre à son travail, dit la fille qui s’est déjà fait un aller-retour Asakusabashi-Shinjuku haha.

Voulant ne pas payer un prix fort, j’ai d’abord consulté craigslist et les sayonara sales (produits d’occasions vendus à bas prix, voir gratuitement par des gens qui déménagent ou quittent le pays), à la recherche de vélos d’occasions. Mais n’ayant eu aucune réponse à mes demandes, j’ai pris une autre alternative. Dans mes recherches, je suis tombé sur ce magasin.

Recycle Garden Yoyogi (リサイクルガーデン代々木). C’est son nom et c’est un magasin discount où on peut trouver de tout pour la maison, électroménager, meubles, multimédia, et… des vélos !
Adresse : 3-38-10 Yoyogi, Shibuya-ku, Tokyo 151-0053
Accès : Yoyogi Station (JR Yamanote Line, JR Chuo-Sobu Line, Oedo Line) sorties ouest, A1
Minami-Shinjuku Station ou Sangubashi Station (Odakyu Line)

C’est donc dans ce magasin que j’ai trouvé un petit vélo mamachari d’occasion avec tout compris (antivol, panier, lampe, porte-bagage et même plusieurs vitesses) pour moins de 10 000 yens, précisément 7 980 yens ! Le tarif de base oscille en général entre 10 000 et 20 000 yens et si vous préférez un vélo de compét’, le prix sera plus élevé.

Vous avez enfin votre vélo. Cependant il vous reste une dernière tâche à faire : enregistrer le numéro d’immatriculation à votre nom. Oui ici il est obligatoire de déclarer son vélo suite à son achat sous peine d’amende. Ce système a été mis en place suite à des vols de vélos fréquents. Si vous achetez votre vélo en magasin, c’est ce dernier qui s’occupe de toutes les démarches, vous avez juste à payer 500 yens en plus. Si vous achetez à un particulier, il est très important de lui réclamer deux choses : le document où figure le numéro d’immatriculation, et la facture originale. Avec ces deux documents et 500 yens, vous pouvez vous rendre au Kouban (petite station de police que l’on trouve dans tous les coins de rues) ou dans un magasin de vélo pour procéder à l’enregistrement.

Pour ma part, c’est donc le magasin qui s’est chargé de déclarer mon vélo à mon nom. J’ai d’abord montré ma carte de résident et rempli un formulaire avec mon nom, mon adresse et un numéro de téléphone (japonais obligatoire). Le personnel du magasin remplit ensuite le document avec le numéro d’immatriculation et mes coordonnés. Il y en a trois exemplaires : un pour le magasin (je suppose), un pour les services de police (je suppose aussi) et un pour moi.

Un dernier petit contrôle technique et j’ai pu repartir avec mon vélo que je suis fière de vous montrer en photo, car… il est bleu ! Il est trop beau haha !

J’ai déjà hâte d’effectuer mes prochaines petites ballades pour aller à Shinjuku ou pour aller au travail. J’espère juste qu’il ne va pas rouiller trop vite, car depuis que je l’ai acheté, il pleut. Haha merci les typhons… Et comme je n’ai pas d’abris chez moi, le pauvre dort dehors. Ca fait trois jours qu’il prend une douche non-stop :(.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUESupernova