2

▶ Hot N Cold : Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭)

Que ce soit en hiver ou au printemps, un bon bol de ramen bien chaud s’apprécie toujours pour réchauffer le corps froid ou le cœur pendant les périodes difficiles ! Hirakata (枚方市) est une ville qui ne manque pas de restaurants de ramen, tout comme les grandes villes d’ailleurs ! Le ramen est un plat phare et un symbole de la cuisine japonaise bien qu’il ait été importé de Chine au début du XXème siècle ! Grandes chaînes populaires ou petits restaurants locaux, il y a l’embarras du choix pour déguster une liste infinie de variétés de ramen, tantôt classiques, tantôt authentiques, chaque restaurant ou chaîne de restaurants possèdant une recette de sa propre création !

Le restaurant de ramen dans lequel Kimi vous emmène à travers cet article est Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭), une très bonne chaîne de restaurants de ramen à laquelle elle est devenue habituée depuis avril 2020 ! Vers l’infini et le ramen !

🤗 Bienvenue chez Ramen Rai Rai Tei (ラーメン来来亭へようこそ)

Rai Rai Tei (来来亭) est une chaîne de restaurants de ramen répandue dans tous le pays mais surtout dans le Kansai (関西). Ce qui est logique car ce qui fait la réputation de cette chaîne, c’est son ramen préparé dans le style des ramen de Kyoto, avec un bouillon de poulet accompagné de sauce soja (醤油味の鶏ガラスープ). Une soupe onctueuse qui se boit jusqu’à la dernière gorgée et dans laquelle baignent des nouilles épaisses ou fines surmontées de plusieurs accompagnements tels que l’oignon vert (ネギ) ou les pousses de bambou (メンマ)… Un bol de ramen qui plaît autant aux petits qu’aux grands !

Dans le restaurant situé à Hirakata Shodai (枚方招提店), c’est ambiance conviviale et chaleureuse. Au choix, il y a des tables basses pour les groupes et les familles, ou bien un comptoir pour les plus solitaires. Ces derniers sont souvent pris d’assaut à l’heure du déjeuner et le weekend. Il faut dire que le restaurant n’est pas immense !

Le personnel se veut très gentil et serviable. Sans doute habitué à voir le plus souvent des clients locaux, quand un résident étranger ou un voyageur parvient à faire sa commande en japonais avec un menu uniquement en japonais, il se montre plutôt impressionné et une petite conversation chaleureuse s’en suit. Le client peut alors se sentir davantage à l’aise et impatient de recevoir sa commande !

📜 Le menu (メニュー)

Si le ramen à la sauce soja reste la principale recommandation pour les nouveaux clients, le menu propose également des miso ramen (味噌ラーメン), shio ramen (塩ラーメン) doux et léger avec un tout petit zeste de citron, des ramen épicés… De plus, pour les clients plus exigeants, il est possible de choisir la fermeté des nouilles (麺の堅さ, men no katasa), la densité de la sauce soja (醤油の濃さ, shōyu no kosa), la dose de gras (背脂の量, seabura no ryō), demander à retirer ou non les épices (一味唐辛子を抜くか否か, ichimi tōgarashi wo nuku ka hi ka) et compléter avec divers accompagnements comme un œuf (味玉子), ou plus de viande chashu (チャーシュー) et d’oignons verts (ネギ). Et si un bol de ramen (déjà bien consistant) ne suffit pas, il y a toujours d’autres petits plats pour l’accompagner : karaage (唐揚げ), riz (ご飯), riz cantonnais (チャーハン), gyoza nature (餃子) ou au fromage fondu (チーズのせ餃子), et bien d’autres !

Pour lutter contre le natsubate (夏バテ, coup de chaleur), Rai Rai Tei possède aussi un bon compromis ! Étant donné qu’à l’approche de l’été les Japonais ont pour coutume de manger des nouilles froides, Rai Rai Tei propose donc dans son menu ce qu’on appelle des reimen (冷麺, rei pour froid et men pour nouilles). Concrètement, c’est la même chose que des ramen classiques, c’est-à-dire, des nouilles, un bouillon (en plus petite quantité, c’est plutôt une sauce) et des accompagnements, sauf que le plat se consomme froid. Ils ne sont pas servis dans un bol mais une assiette creuse et il n’est pas utile d’avoir une cuillère.

Normalement c’est un plat qui est originaire de Corée du Nord mais qui a très vite fait sa réputation au Japon. Si on peut en manger dans des restaurants de ramen on en trouve également dans les konbinis et les supermarchés. C’est aussi un plat très facile à réaliser : il suffit de cuire les nouilles, de les rafraichir à l’eau froid, préparer le bouillon et le laisser refroidir au réfrigérateur. Les accompagnements diffèrent légèrement de ceux d’un bol de ramen classique mais après, chacun est libre d’ajouter ceux de son choix. Généralement on y ajoute : du concombre bien frais, du bacon ou du porc, de l’omelette tous coupés en fine lamelles, un œuf dur (玉子), du kimchi (キムチ), de l’oignon vert (ネギ) ou des lamelles d’algue séchée nori (のり).

Après quand on a pas envie de cuisiner, c’est toujours mieux de savourer un bon plat dans un restaurant qu’on apprécie. Et pour ça, Rai Rai Tei est un très bon ami ! Quand il est l’heure de manger et que c’est l’envie de manger des nouilles qui l’emporte, on peut visiter Rai Rai Tei même en été pour profiter de son un bol de reimen classique (冷麺), ou un plus spécial (特製冷麺, tokusei reimen) avec un œuf (味玉子) et du kimchi (キムチ).

Chacun des bols de ramen affichés sur le menu peuvent être consommés seuls (単品) ou accompagnés dans un menu (定食) contenant par exemple des gyoza (餃子) ou du karaage (唐揚げ) avec une demie-portion de riz cantonais (半チャーハン) pour moins de 1 500 ¥.

🍜 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

Testés et approuvés, l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) et l’umakara men (旨辛麺) sont particulièrement délicieux et piquants (attention pour les plus sensibles aux épices). Les nouilles sont épaisses et fondantes, surmontées de beaucoup d’oignons verts ou d’épinards, de pousses de bambou et de tranches généreuses de viande. Le bouillon de l’akamiso ramen (赤味噌ラーメン) est onctueux et savoureux sur lequel flottent des graines de sésame, avec la bonne dose d’épices (一味唐辛子) contrairement à ce que peut laisser penser la couleur. Il en est de même pour l’umakara men (旨辛麺) dont la dose d’épices peut être choisie entre plusieurs niveaux.

Kimi a également profité d’une autre visite pour tester le curry ramen (カレーラーメン) avec un œuf (味玉子) en topping accompagné toujours de riz cantonnais (チャーハン) et de karaage (唐揚げ) bien croustillant en menu. Un régal à 1 490 ¥ qui remplit sans conteste l’estomac. Le curry est bien épicé, les nouilles sont épaisses et tendres. À goûter à la moindre occasion, le curry ramen de Rai Rai Tei est une valeur sûre ! Attention cependant aux tâches d’éclaboussure ! Le staff peut fournir un tablier en papier en cas d’accident.

En été, les nouilles servies dans les reimen sont rafraîchissantes bien qu’un peu fermes. La sauce est onctueuse et le kimchi apporte la petite touche épicée.

❣️ Verdict ? (結論は?)

À chaque visite, on quitte les lieux satisfait et reboosté sous des remerciements à la manière du Kansai, les membres du staff disant merci dans le dialecte de la région, Ookini (おおきに). Mission accomplie pour cette chaîne, on continuera d’y revenir muni de la carte de fidélité pour cumuler des points et recevoir une petite réduction !

💡 Infos pratiques (住所・アクセス)

Ramen Rai Rai Tei Hirakata Shodai (ラーメン来来亭 枚方招提店)
Adresse : 1-2243-5 Shodai Kitamachi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市招提北町1丁目2243-5)
Accès : Makino Station (Keihan Line) sortie 1
Site internet : https://www.rairaitei.co.jp/
Facebook : rairaitei | Instagram : @rairaitei_2000

Retrouvez une de nos visites de Ramen Rai Rai Tei en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


♫ Un article = Une chanson ► Katy PerryHot N Cold

1

▶ Mrs. Jones : Kimi no Nikki (février 2022)

Oh février, ou le mois glacial de l’année ! Cette fois aussi il est assez difficile à supporter pour les plus sensibles et pour ceux qui ont les mains très sèches et dont le froid provoque d’horribles crevasses. Un froid qui en plus fatigue. En fin de journée le courage de faire quoi que ce soit ne répond pas et les seules activités possibles restent prendre un bon bain chaud et regarder la télé sous le kotatsu. De même, ça en devient difficile de sortir du lit le matin.

Vivement le printemps avec les beaux jours doux et la floraison des fleurs de saison comme les fleurs de pruniers ou les fleurs de cerisiers qui riment avec le Hanami ! Starbucks met en condition ses clients avec ses produits exclusifs, ses boissons et ses desserts spécial Sakura auxquels il est difficile de résister !

📔 Articles à consulter

• 健康・Santé •

🦷 Aller chez le dentiste (歯科医院) 🦷

• 飲食・Manger & Boire •

🍜 Les ramen inédits de Hifumi (ひふみの名物のラーメン) 🍜

• 極楽・S’amuser •

🎢 Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 🎢

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

💝 La Saint-Valentin au Japon (バレンタインデー) 💝

• 文化&伝統・Culture & Traditions •

👹 Setsubun (節分) 👹

• 料理・Cuisine •

🍜 Kimi Tsukemen (キミつけ麺) 🍜

🐙 Poulpe et patates douces sautés (タコさつまいも炒め物) 🐙

• 日本語授業・Cours de japonais •

🙋🏻‍♀️ Pronoms personnels (人称代名詞) 🙋🏻‍♀️

👩🏻‍🍳 En cuisine (料理作り) 👩🏻‍🍳

📷 Galeries photos à admirer

Ce diaporama nécessite JavaScript.

👹 Setsubun (節分) 👹

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🎢 Universal Studios Japan (ユニバーサルスタジオジャパン) 🎢

Ce diaporama nécessite JavaScript.

🌊 Nachi-Katsuura (那智勝浦) 🌊

🎥 Vidéos à visionner

🌟 本日の極楽・L’activité du jour「Super Nintendo World」🌟

🇯🇵 Dans ma vie Nippone

• De retour à l’école・学校に戻った •

Enfin ! Ce n’était pas trop tôt ! La vraie reprise. Les vraies journées de travail. J’ai revu tous mes élèves après un bon mois d’absence. Mon corps et mon esprit n’attendaient que ça. Ce fut des retrouvailles euphoriques et chaleureuses. Ça m’a fait un bien fou de pouvoir à nouveau m’amuser avec eux. J’avais finalement besoin d’eux pour me sentir mieux. Je ne le répéterai jamais assez, mais ils ne se rendent pas compte du bonheur qu’ils m’apportent. Et je les remercie pour ça. Ça fait du bien de ressentir de l’amour et de la chaleur humaine après quelques jours difficiles et sombres, et de se dire qu’il y a toujours du bonheur quelque part et qu’on arrive encore à le ressentir !

On sent que c’est la fin de l’année et que concernant les plus petits, ils ont déjà un peu changé et grandi. Ils commencent de plus en plus à parler, à discuter avec moi. Je ne comprends pas toujours ce qu’ils me disent mais j’aime bien les écouter pour essayer d’améliorer mon japonais.

Par moment j’oublie un peu parfois certains points positifs dans ce travail. Il y en a quand même pas mal. Je devrais m’en rendre compte plus souvent et bien les observer à chaque fois. Ce n’est pas cool un travail où on peut s’amuser comme une enfant, rigoler plusieurs fois dans la journée sans être trop sérieux, chanter et danser comme si on était dans un karaoké… ? Pour moi ça l’est et je chéris chaque moment de rigolade, chaque moment de joie que je peux ressentir tous les jours pendant mes classes.

• Prendre soin de soi est plus important que tout・ただ健康のみが人生なり •

Nous pouvons parfois nous sentir poussés à nous surpasser afin d’accomplir des tâches, de respecter des délais ou de montrer que nous sommes assez « bons ». En particulier en travaillant au Japon, j’ai et je ressens beaucoup cette importance d’être impliquée dans mon travail. D’autant plus que je suis la seule étrangère sur mon lieu de travail. Mais j’ai réalisé que la productivité ne vaut pas la peine de sacrifier mon bien-être. Après tout, je suis humaine, et loin d’être un robot. Il n’y a rien de mal à demander du soutien, à faire une pause, à satisfaire ses besoins, n’est-ce pas ? Je pensais que c’était signe de démotivation, de faiblesse. Mais en prenant le temps nécessaire pour prendre soin de soi, nous sommes aussi plus lucides et productifs. La vie que nous menons actuellement est pleine de doutes et d’incertitudes. De plus nous n’en avons qu’une et nous pouvons disparaître à tout moment sans qu’on s’y prépare. Je veux continuer à profiter des belles choses de la vie et de moi-même.


♫ Un article = Une chanson ► Counting CrowsMr. Jones

2

▶ WA : Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊), le ramen perdu d’Ibaraki

Les restaurants de ramen au Japon, ils sont partout ! Même dans les coins les plus improbables ! Même au fin fond de la campagne comme c’est le cas du restaurant que Kimi va vous présenter dans cet article. Implanté dans la campagne de la préfecture d’Ibaraki (茨城県), précisément la ville de Inashiki (稲敷市) non loin du lac Kasumigaura (霞ヶ浦湖), Kimi découvre l’existence de Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊) en passant par hasard par la route nationale 125 (国道125号).

Rien autour mis à part de la nature et des vieilles habitations. De l’extérieur, ce restaurant n’attire pas vraiment l’œil… C’est plutôt le panneau à l’entrée du parking, indiquant « 名物 » (meibutsu, soit spécialité) qui peut convaincre un voyageur perdu et curieux de goûter à de nouvelles saveurs et à des plats locaux. Curieuse de l’identité de ce meibutsu, Kimi s’y aventure !

🤗 Bienvenue chez Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊へようこそ)

À l’intérieur, c’est la découverte d’un petit côté traditionnel avec des lanternes et des peintures célèbres qui donnent un petit côté festif. Mais c’est aussi à se demander si on a pas atterri dans le repère d’un otaku ou d’un fan de sport. En guise de décorations : des figurines d’animés japonais et de dessins animés célèbres et des serviettes à l’effigie d’équipes de baseball. Une ambiance unique mais dans laquelle on peut se détendre et profiter d’un déjeuner convivial.

Si le restaurant n’est pas connu auprès des touristes (en effet à moins d’y passer par hasard on ne le trouvera jamais), il est au contraire populaire auprès des locaux. Quelque soit le temps ou la saison, les clients s’enchaînent. Ils viennent, mangent et partent, comme on fait généralement dans un restaurant de ramen. Mais on en voit passer beaucoup. Le restaurant n’est pas bondé mais presque !

📜 Le menu (メニュー)

À l’entrée, le client consulte le menu exposé au mur avec des photos des plats et fait son choix avant de passer commande et payer au distributeur. Une grande variété de ramen et de tsukemen (つけ麺, nouilles servies séparément du bouillon et consommées une fois trempées dedans) sont proposées, si bien qu’il est difficile de savoir quoi choisir, ou quelle est la principale recommandation ! Il y a par exemple : nōkō tonkotsu ramen (濃厚豚骨ラーメン, ramen avec un bouillon de proc très riche), negi ramen (ネギラーメン, ramen avec beaucoup d’oignons verts), aka miso tsukemen (赤味噌つけ麺, nouilles servies avec un bouillon de miso épicé) et bien d’autres…
À ces bols, on peut ajouter les compléments de son choix : œuf assaisonné (味付玉子), fromage (チーズ), menma (メンマ, pousses de bambou séchées puis fermentées), algues nori (のり)… Les prix varient de 720 ¥ à 1 120 ¥. Pour les grosses faims, il y a aussi du riz (ご飯, gohan), des gyoza (餃子), etc…

Par contre, où est-il ce meibutsu finalement ? La mention 名物 n’apparaît sous aucun des plats proposés ! Mais si on repense au panneau vu à l’extérieur, il s’agirait peut-être du kogane no miso negi chashu men (黄金の味噌ネギチャーシューメン), un bol de ramen accompagné de porc chashu et d’oignons verts dans un bouillon au gout miso. En tout cas, le plat que la plupart viennent déguster est le gattsuri!! nōkō tonkotsu shio ramen (ガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), un bol de ramen au bouillon de porc et de sel très riche avec deux grosses tranches épaisses de porc rôties et disposées sur une montagne de pousses de soja (もやし, moyashi). Deux variantes sont également proposées : akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン, une version plus épicée) et kuroi gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (黒いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン, une version avec du poivre noir).
Le bol est à première vue impressionnant, d’où la mention ガッツリ qui signifie « beaucoup », et ressemble clairement à un sommet montagneux mais ne freine en aucun cas les clients affamés ! Sa cote de popularité fait qu’il peut se retrouver sold out certains jours.

Une fois la commande passée, le ticket est remis au serveur qui confirme :
– l’épaisseur des nouilles : nouilles épaisses (太麺, futomen) ou nouilles fines (細麺, hosomen),
– la quantité de gras (脂, abura) : peu (少なめ, sukuname), normale (普通, futsuu), ou beaucoup (多, ta),
– le goût du bouillon (味, aji) : faible (薄め, usume), normale (普通, futsuu) ou fort (濃いめ, koime),
– la quantité d’épices pour certains plats uniquement : on choisit entre trois niveaux, le niveau 3 étant le plus épicé.
Selon l’affluence des clients, la préparation peut demander plus ou moins de 10 minutes d’attente. Cela laisse le temps de boire un petit verre d’eau en admirant les nombreuses figurines et serviettes exposées un peu partout dans le restaurant. A chaque commande passée, le client peut recevoir un ticket « service » qu’il doit cumuler pour bénéficier de gyoza gratuits ou d’un bol de ramen gratuit.

🍜 Place à la dégustation ! (さあ、試飲するぞ)

N’étant pas réellement tentée par le supposé meibutsu et son premier choix étant sold out, Kimi s’est orientée vers un kara miso tsukemen (辛味噌つけ麺) épicé au niveau 2 au prix de 870 ¥ lors de sa première visite. A ce niveau, il est en effet très bien épicé, brûlant presque les lèvres. Les portions sont généreuses, les nouilles sont tendres, les œufs bien cuits. Ce choix est un bon compromis.

Le lendemain, Kimi a pu tester son désiré akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), aussi énorme pouvait-il paraître.

Sa taille permet-elle de remplir les gros estomacs ? Son gout confirme-t-il sa réputation ? Une fois servi, le plat est aussi impressionnant qu’en photos. La montagne de pousses de soja énorme est recouverte de deux tranches de porc épaisses et rôties comme il faut.

La première étape est donc de s’attaquer à cette quantité de pousses de soja. La portion semble infinie, la montagne diminuant lentement, à penser qu’il y aurait plus de pousses de soja que de nouilles dans le bol. Les tranches de porc sont tendres et fondent en bouche et le bouillon a très bon goût. Mais comparé au tsukemen dégusté la veille, le akai gattsuri‼ nōkō tonkotsu shio ramen (赤いガッツリ‼ ︎濃厚豚骨塩ラーメン), dont le niveau est imposé, s’avère moins épicé contrairement aux apparences. On parvient à finir le bol jusqu’à la dernière nouille et la dernière cuillerée de bouillon. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la portion est correcte, l’estomac est tout juste bien rempli.

❣️ Verdict ? (結論は?)

Ramen Ichiyu, petit restaurant perdu, vaut bien la peine qu’on s’y fasse un petit tour pour le déjeuner si on passe par la préfecture d’Ibaraki ! Bonne ambiance, accueil sympathique et on y mange bien ! Une bonne adresse à retenir !

Ramen Ichiyu (ラーメン 一遊)
Adresse : 1975-1 Sakura, Inashiki-shi, Ibaraki (茨城県稲敷市佐倉1975-1)
Twitter : @ra_menichiyuu

Retrouvez la visite de Ramen Ichiyu en vidéo sur
Kimi no Terebi (キミのテレビ) !


♫ Un article = Une chanson ► V6 – WAになっておどろう

3

▶ Awaji Island Travel : Le Guide de Kimi

L’île d’Awaji (淡路島) est une île située entre Shikoku (四国) et Honshu (本州). Elle fait la liaison facilement entre ces deux îles principales de l’archipel grâce à l’autoroute 28 qui la traverse. Mais Awaji n’est pas qu’une île qui permet de rejoindre facilement Shikoku ou Honshu, elle cache aussi de belles choses à voir et donc cela vaut le coup d’y faire un arrêt pour une journée ou deux et pas seulement la traverser !

Dans cet article, Kimi vous emmène découvrir cette île surprenante !

Se rendre à l’île d’Awaji (淡路島へ行き方)

L’île d’Awaji (淡路島) se situe entre Shikoku et Honshu et fait partie de la préfecture de Hyogo (兵庫県). On peut donc facilement s’y rendre depuis Kobe. Cependant, une fois sur l’île, il est préférable d’avoir une voiture pour se déplacer plus facilement.

• En voiture (車で)

De Kobe, prendre la l’autoroute Kobe / Awaji / Naruto (神戸淡路鳴門自動車道) sur une distance de 34 km environ.
Temps de trajet : 45 minutes environ
Péage : 1 940 ¥.

• En bus (バスで)

Shin-Kobe Station
Highway Bus Kobe~Awaji Yumebutai/Higashiura (direction Higashiura) ↓
Awaji Yumebutai Bus Stop
Coût : 950 ¥
Temps de trajet : 1 heure environ

Visites (観光)

Arrivée sur l’île, en longeant la route nationale 28 le long de la côte, on découvre les petites plages, la mer turquoise, les hauts palmiers, donnant l’impression d’avoir atterri sur une île tropicale perdue au milieu de l’océan. Et pourtant, on se situe toujours au Japon.

C’est par hasard qu’on découvre le temple Awaji Kannon avec l’immense statue de la paix de Kannonji (平和観音寺), visible de loin, y compris depuis la baie d’Osaka. En effet, avec une hauteur de 100 mètres, il s’agit de la statue la plus haute du monde. Possédant un observatoire et un musée, l’envie de visiter de plus près ce lieu se fait immédiatement ressentir. Malheureusement, une mauvaise gestion et de nombreux problèmes ont réduit l’ensemble à l’état de ruine. L’édifice en faillite a fermé en 2006. Son propriétaire décédé sans héritier, la statue a alors été nationalisée le 30 mars 2020. Le ministère des finances a annoncé son intention de démolir tout le complexe pour 2022. Triste nouvelle pour ce si bel édifice !

En poursuivant la route un peu bredouille, c’est une autre trouvaille qui redonne satisfaction : le temple Hachioji (八浄寺). Situé près de la route nationale, le temple est facilement repérable grâce à son imposante pagode vermillon. Et pourtant, peu de visiteurs prennent le temps de s’y arrêter ! Il est fort dommage de passer à côté du petit jardin paisible, des statues de Bouddha, sans oublier la pagode abritant les sept divinités du bonheur (七福神, Shichi Fukujin) faisant du temple Hachioji le temple principal de ces sept divinités de la bonne fortune dans la mythologie japonaise.

L’endroit à ne pas manquer est en tous les cas Uzu Hill (うずの丘). Attirant beaucoup de touristes, du haut de cette colline, la vue est impressionnante. On peut s’y balader pour profiter du paysage et prendre une photo souvenir avec Ottamanegi (#おっ玉葱), faire un petit tour au musée des sciences et dans les boutiques pour se procurer entre autres de l’oignon, 95% de la production de la préfecture de Hyogo étant réalisée sur l’île.

Si on reste sur l’île pour une journée supplémentaire, le deuxième jour peut-être consacré à une balade matinale dans Ura Seaside Park (浦海浜公園) et sur la plage d’où on peut admirer un beau lever de soleil. Rien de mieux que de marcher tout en écoutant le son des vagues pour bien débuter une nouvelle journée d’aventures !

Puis pourquoi pas se rendre au parc gouvernemental Akashikaikyo (国営明石海峡公園). La visite prend deux bonnes heures tant le parc est vaste. Pour les plus pressés (et fainéants ?), un petit train relie les deux entrées principales du parc et permet de faire le grand tour. Le trajet coûte cependant 300 ¥. Même si le train est mignon, à ce prix-là, autant marcher et admirer tranquillement les plantes, les palmiers, les petits cours d’eau et les petites cascades. D’autant plus qu’il a de nombreux spots à ne pas louper pour de belles photos ! De l’Octopus Topiary qui accueille les visiteurs à l’entrée, puis Hanahidori, un phénix tout en fleur d’une hauteur de 4 mètres et d’une longueur de 30 mètres, la colline de peupliers pour finir sur Sky Terrace et Marine Terrace en profitant des brises agréables et de la vue sur la baie d’Osaka. Pour les plus petits, il y a également l’aire de jeux Yumekko Land, dont le thème reste bien entendu… les fleurs !

Très beau parc permettant une agréable balade avec les fleurs de saison tout au long de l’année. Attention cependant à bien choisir la saison si on souhaite le voir entièrement fleuri et coloré (début avril par exemple).

Pour les grands fans d’animation et qui veulent s’amuser avant de quitter l’île, à découvrir également : le parc à thème Nijigen no Mori (ニジゲンノモリ). Situé dans le parc préfectoral de Parc à thème consacré à l’animation japonaise, les visiteurs peuvent rencontrer les héros de Naruto et Boruto, parcourir le monde de Crayon Shin-chan, affronter l’effrayant Godzilla ou devenir un membre à part entière de Dragon Quest !

• Heiwa Kannonji (平和観音寺)
Adresse : Kamaguchi, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市釜口)

• Temple Hachioji (八浄寺)
Adresse : 834 Sano, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市佐野834)
Site internet : https://www.awaji-web.com

• Uzu Hill (うずの丘)
Adresse : 936-3 Fukura Hei, Minamiawaji, Hyogo (兵庫県南あわじ市福良丙936-3)
Site internet : https://kinen.uzunokuni.com/

• Ura Seaside Park (浦海浜公園)
Adresse : 670 Ura, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市浦670)

• Akashikaikyo National Government Park (国営明石海峡公園)
Adresse : 8-10 Yumebutai, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市夢舞台8-10)
Accès : Awaji Yumebutai Bus Stop (Highway Bus Kobe~Awaji Yumebutai/Higashiura)
Tarifs : 450 ¥ (adultes), 210 ¥ (seniors), 80 ¥ (enfants)
Site internet : https://awaji-kaikyopark.jp/

• Nijigen no Mori (ニジゲンノモリ)
Adresse : 2425-2 Kusumoto, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市楠本2425-2)
Accès : Nijigen no Mori Bus Stop (Highway Bus Osaka/Kobe~Nijigen no Mori/Sumoto (direction Sumoto)
Tarifs : entre 2 500 et 4 000 ¥ selon les zones du parc
Site internet : https://nijigennomori.com/

Nourriture et Restaurants (名物とレストラン)

À Awaji, on va trouver beaucoup de restaurants servant des udon ou des soba, plats raisonnables financièrement et qui se dégustent soit chauds ou froids. On peut donc en manger toute l’année. Etant une île, on va évidemment trouver aussi du poisson et des fruits de mer, et en particulier de l’oursin.

L’aliment phare que l’on va trouver facilement puisque l’île en produit 95% pour sa préfecture, c’est l’oignon. Et il n’est pas rare de le voir apparaître dans divers plats dont les recettes sont revisitées pour l’incorporer, que ce soit dans un hamburger ou un bol de nouilles !

Kimi retient deux bonnes adresses à présenter pour profiter des spécialités d’Awaji.

• Zekkei Restaurant Uzu no Oka (絶景レストラン うずの丘)

Uzu Hill étant un lieu touristique très fréquenté en été, ce restaurant qui y est implanté est par conséquent lui aussi envahi de visiteurs ! Il y a une longue file d’attente jusqu’à la fermeture du restaurant à 15h, ouvert pour le déjeuner uniquement. Il faut prendre son mal en patience mais en attendant on peut admirer la vue sur l’oignon Ottamanegi (#おっ玉葱) et le pont Naruto qui mène jusqu’à la ville du même nom sur Shikoku. Ou bien faire un petit tour des boutiques.

Car oui, on comprend très bien pourquoi ce restaurant a si bonne réputation ! En premier, le cadre paradisiaque et surprenant dans lequel il se trouve ! Installé à table, à travers la grande baie vitrée, on peut profiter du magnifique paysage que l’on peut voir depuis la colline et qui s’étend jusqu’au détroit de Naruto (d’où le nom du restaurant, « zekkei » signifiant « superbe vue »). Il va sans dire que les tables proches de la baie vitrée sont très rarement libres ! En contrepartie, il y a aussi des tables appelées Onion Box (たまねぎBOX席) en clin d’œil au légume produit en très grande quantité sur l’île.

Ensuite, la cuisine, faite d’ingrédients locaux et qui propose de très bons et beaux plateaux repas. Les spécialités de la maison : le seafood unishabu (海鮮うにしゃぶ) et le Awaji beef unishabu (淡路牛うにしゃぶ). Le shabu-shabu (しゃぶしゃぶ, onomatopée correspondant au bruit de la viande trempée dans le bouillon chaud) étant la variante japonaise de la fondue chinoise, consistant à tremper de fines tranches de bœuf ou de porc dans un bouillon à base de bœuf et de légumes. L’un comme l’autre des plats du restaurant suit le même principe sauf que pour le premier, on va tremper des fruits de mer et des sashimis dans un bouillon à base d’oursin cru de l’île d’Awaji, et pour le second, des tranches de bœuf d’Awaji. Servi avec de l’oursin cru, des légumes aromatisés et du riz, il y a un ordre et une façon spécifique de déguster ce luxueux repas :

  1. d’abord le bœuf ou les fruits de mer à tremper dans le bouillon
  2. puis l’oursin cru, sur une cuillère ou enroulé dans une tranche de bœuf à tremper dans le bouillon
  3. suivent les légumes aromatisées à ajouter dans le bouillon avant de déguster le tout
  4. enfin, un petit unidon (うに丼) ; disposer l’oursin cru sur le bol de riz et savourer
  5. avec le reste de bouillon et de riz, mélanger ensemble, ajouter un peu d’algues et de wasabi pour terminer en beauté

Un délicieux repas (à condition d’aimer l’oursin bien sûr) mais qui coute tout de même un certain prix : 4 400 ¥ pour le unishabu aux fruits de mer, 6 600 ¥ pour celui au bœuf !

Envie d’une touche sucrée ? Alors il faut gouter à la délicieuse patate douce de Naruto (鳴門金時いも, Naruto kintoki imo) cuite au four et accompagnée de glace à la patate douce. Ou bien une petite tranche de tarte aux œufs de l’île.

Il n’y a pas de doute que le menu est riche et varié ! Si l’oursin ne s’avère pas appétissant, il y a d’autres plats comme des nouilles, du curry, des tempura… Mais le cadre, la qualité des ingrédients produits localement et des plats esthétiques et typiques de l’île font grimper les prix. Les voyageurs à petit budget préféreront se rabattre sur le petit restaurant voisin, Awajishima Onion Kitchen (淡路島オニオンキッチン), qui sert des hamburgers à l’oignon d’Awaji (あわじ島バーガー) pour 660 ¥ et se poser aux côté de Ottamanegi (#おっ玉葱) pour admirer le paysage paradisiaque.

Zekkei Restaurant Uzu no Oka (絶景レストラン うずの丘)
Adresse : 936-3 Fukura Hei, Minamiawaji, Hyogo (兵庫県南あわじ市福良丙936-3)
Site internet : https://rest.uzunokuni.com/

• Izumoan (いづも庵)

Pour goûter aux délicieux udon et soba d’Awaji, Izumoan (いづも庵) est l’endroit à tester ! Restaurant de udon très populaire, il a d’ailleurs fait parler de lui dans divers médias. Il est donc souvent bondé aux heures de pointe, il faut faire la queue avant de pouvoir avoir une table.

Mais pourquoi tant d’intérêt pour ce restaurant en particulier ? C’est parce qu’on y sert le fameux Tsukemen à l’oignon (玉ねぎつけ麺), spécialité de l’île d’Awaji, et les clients viennent ainsi en particulier pour le manger au prix de 900 ¥. Ça ou bien le Ishiyaki Gyudon d’Awaji (淡路石焼牛丼), ou les deux… ! Oui certains Japonais sont très gourmands !

Comme un Tsukemen classique, le plat se compose de deux éléments : les nouilles udon froides dans un premier bol et le bouillon contenant l’oignon dans un deuxième bol. L’oignon cuit et frit comme un tempura ressemble à une petite fleur sur le point de s’épanouir. Pour manger, découper l’oignon avec une fourchette et un couteau, mélanger et y tremper les udon. Très bon mais pas simple à manger, que ce soit la découpe de l’oignon ou attraper les udon collants pour les tremper… Attention aux éclaboussures !

Le menu propose d’autres plats populaires et locaux de udon comme le nabe yaki udon (鍋焼きうどん), le curry udon (カレーうどん), bukkake udon (ぶっかけうどん), tempura udon (天ぷらうどん) pour des prix allant de 600 à 1 200 ¥. On peut choisir les plats seuls (単品, tanpin) ou en menu (定食, teishoku) accompagné d’un bol de riz.

Ce restaurant de udon fabriqués et préparés à l’ancienne et de façon artisanale accueille les clients depuis une centaine d’année. À l’intérieur, la déco est sobre et simple, il y a au choix des tables occidentales ou des tables basses sur le sol en tatami. Confortable, convivial, bon rapport qualité/prix, ne passez pas à côté de ce restau sans vous y arrêter au moins une fois !

Izumoan (いづも庵)
Adresse : 3522-1 Shizuki, Awaji, Hyogo (兵庫県淡路市志筑3522-1)
Site internet : https://www.izumoan.info/

Budget approximatif (予算)

Combien prévoir pour voyager à Awaji ? En se basant sur un séjour de deux jours avec la location d’un mini-van, une partie du trajet sur autoroute payante, en mangeant dans des restaurants, voici les chiffres approximatifs pour une personne partant de Kobe. Le prix de location du véhicule, l’essence et le péage peuvent être partagés à plusieurs.

  • Transport : 16 689 ¥
  • Essence : 2 732 ¥
  • Péage : 3 880 ¥
  • Nourriture / Restaurants : 6 290 ¥
  • Visites / Activités : 8 450 ¥
  • Achats / Souvenirs / Cadeaux : 2 876 ¥

Total : 40 917 ¥ (~ 315 €)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► Flo RidaRight Round 

3

▶ Irresistible : Les ramen inédits de Hifumi

Encore un ramen ! Parce que ce plat typique réchauffe le cœur, qu’il en existe une infinité de types selon les régions du Japon, et que les restaurants locaux ou les chaines se trouvent à tous les coins de rues. Et puis, ça reste un plat à petit budget, moins cher et meilleur qu’un McDo !

D’autant plus que celui que nous allons vous présenter dans cet article est un petit ramen de quartier qui se démarque des chaines habituelles de la région. Au lieu d’y trouver les ramen classiques et assez banals, le menu propose des ramen atypiques avec des spécialités inédites qu’on ne trouvera pas ailleurs !

Par l’envie de manger un tsukemen (つけ麺, littéralement nouilles trempées soit des nouilles servis séparément du bouillon et consommées une fois trempées dedans), nous avons trouvé Hifumi (ひふみ), situé à la sortie de la station Gotenyama (御殿山) sur la ligne Keihan, à Hirakata (枚方市).

Ramen Tsukemen no Hifumi (ラーメン・つけ麺のひふみ)
Adresse : 1-18-17 Nagisanishi, Hirakata-shi, Osaka (大阪府枚方市渚西1丁目18-17)
Accès : Gotenyama Station (Keihan Line)
Instagram : @ramenhifumi

Petit mais accueillant et convivial, comme dans la plupart des restau de ramen, on mange au comptoir. Les clients viennent manger et repartent aussitôt. Le personnel vous accueille chaleureusement et vous laisse choisir votre place librement avant de vous servir un verre d’eau accompagné du menu (disponible en japonais uniquement).

Hifumi propose deux types de bouillon pour accompagner ses ramen : bouillon classique, soit sauce soja et salé (清湯スープ) et bouillon au blanc de poulet (鶏白湯スープ). Le prix des bols varie de 750 ¥ à 1 000 ¥ et on peut y ajouter d’autres garnitures : fromage, chashu (チャーシュー), menma (メンマ), œuf… Pour les gros gourmands il y a des menus incluant en plus du riz, du kimchi, ou encore un chashudon (チャーシュー丼), des gyoza (餃子), du karaage (唐揚げ) pour un supplément allant de 150 à 350 ¥. Il est aussi possible de commander ces suppléments à la carte.

Il s’agit d’un des rares restaurants de ramen d’Hirakata à proposer le tsukemen. Et comme dit plus haut, il y a d’autres choses inédites qui sont le ramen au yuzu et sauce soja (柚子醤油, le yuzu étant un agrume ressemblant au citron), et le ramen poulet carbonara (鶏ボナーラ) !

Le délicieux et rare Tantan Tsukemen (坦々つけ麺)

Pour notre première visite, on a donc opté pour le Tantan Tsukemen (坦々つけ麺) fait à base du bouillon de blanc de poulet (鶏白湯スープ). 900 ¥ le bol moyen (並盛), 1 000 ¥ le gros bol (大盛), temps de préparation, 10 minutes. Le bouillon avec les morceaux de poulet est bien concentré et un peu épicé. Les nouilles sont bien fraîches et accompagnées d’oignons, d’une tranche de porc chashu et d’un demi-œuf dur.

Pour plus de détails, nous vous invitons à regarder la vidéo de
Kimi no Terebi (キミのテレビ) ci-dessous !

Le ramen phare « Tori-Bonara » (鶏ボナーラ)

Tori-Bonara (鶏ボナーラ) ; du poulet et de la carbonara dans un bol de ramen ! Hifumi y a pensé ! Ce plat a attisé notre curiosité lors de notre premier passage et étant la principale recommandation (おすすめ) et spécialité (名物) de la maison, il a fait l’objet d’une seconde visite dans le restaurant !

Le mélange du bouillon au blanc de poulet avec la sauce crémeuse à la carbonara forment la soupe légèrement sucrée mais dont le goût est accentué par le poivre noir. Y plonger des nouilles épaisses et tendres avec un œuf. Remplacer le chashu par des lardons et des tranches de bacon. On obtient ainsi un bol bien présenté, peu volumineux d’apparence mais la portion reste correcte. Servi bien chaud, on savoure chaque bouchée de ce plat incroyablement et étrangement bon. Avec la grosse cuillère en bois, les plus gourmands terminent la soupe jusqu’à la dernière goutte ! Pour ceux qui pensent que le volume ne sera pas suffisant, ils peuvent toujours opter pour les différents menus proposés. Kimi la gourmande a choisi d’accompagner son bol de ramen accompagné de 3 morceaux de karaage et d’un peu de riz pour un total de 1 100 ¥. C’est un bonheur !

Bon rapport qualité prix, un menu qui garantie de bonnes spécialités, voilà un restau de quartier qu’il est bon d’enregistrer dans la liste des favoris !


♫ Un article = Une chanson ► Fall Out Boy – Irresistible ft. Demi Lovato