6

▶ Where I am : 22 juin 2021 ; 6 ans au Japon (日本で6年間が経った)

Je ne pensais pas atteindre les six ans de vie au Japon ces dernières semaines, tellement j’ai stressé en attendant mon nouveau visa après les soucis de dossier. D’ailleurs, la Kimi âgée à l’époque de 25 ans à son arrivée au Japon avec un PVT ne s’imaginait pas non plus aller aussi loin, je suppose 😂. Du moins elle était loin de s’imaginer les péripéties, les aventures, les surprises et les déceptions, les problèmes qu’elle allait devoir surmonter.

Depuis mon premier visa, chaque année n’a jamais vraiment été la même et beaucoup de choses ont changé jusqu’à aujourd’hui. Je n’avais pas les mêmes priorités, les mêmes rêves, les mêmes problèmes et préoccupations, j’avais moins confiance en moi, le Covid n’existait pas… J’ai eu un parcours semé de beaucoup d’embûches et je n’avais parfois pas le choix que de les franchir. Je me suis débrouillée et j’ai dû apprendre à davantage me surpasser seule. Il le faut quand la famille est à des milliers de kilomètres et tout simplement parce qu’on ne peut pas compter sur les autres, mais on peut toujours compter sur soi-même. Je me suis battue pour atteindre mes objectifs et réaliser mes rêves. Et même si je n’ai pas choisi la facilité, si j’ai du fournir beaucoup d’efforts, faire des sacrifices et me démerder seule au contraire de personnes auxquelles on leur a tout tendu ou avaient les bons contacts, j’ai très rarement échoué. Même si j’ai beaucoup douté ou me suis souvent découragée et remise en question.

On m’a demandé récemment si j’étais fière de mon parcours.

Fière… Je ne suis pas du genre à me valoriser et à me jeter des fleurs. Mais oui pour une fois j’ai envie de dire que je suis fière de tout ce que j’ai pu accomplir, en particulier quand mon entourage me le fait remarquer également et qu’à ma place, certains n’auraient jamais osé. Nous grandissons en prenant des initiatives plus audacieuses et en essayant d’apprendre de nos expériences de vie. Parfois, nous nous accrochons à nos espoirs, nous surmontons nos peurs, nous réussissons et nous échouons. Ca fait partie de la vie. Mais chaque expérience ouvre la porte à de nouvelles possibilités. Toutes les étapes franchies font partie du voyage de font de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Et je suis aujourd’hui reconnaissante envers cette Kimi qui après tout ce parcours est devenue celle qu’elle est aujourd’hui. S’auto-complimenter, s’auto-féliciter, c’est aussi important pour être bien dans son corps et son esprit. J’ai appris à me rappeler que je n’avais pas que des défauts et que uniquement s’auto-critiquer ou se dévaloriser ne servait à rien. Non, il n’y aura pas toujours quelqu’un pour nous dire que nous sommes exceptionnel, génial, ou pour nous réconforter dans les moments difficiles. Mais il y aura toujours soi-même pour le faire.

On m’a demandé récemment si je regrettais d’être partie.

Mon plus grand regret aurait été de ne jamais être partie ! Un PVT on peut l’avoir qu’une fois dans sa vie. Il faut la saisir tant cette expérience nous apporte beaucoup personnellement. J’avais pourtant une vie stable en région parisienne : un CDI, un appartement, des loisirs, des sorties sympa à Paris, des super amis et collègues. J’ai tout laissé pour le Japon. J’étais jeune, sans conjoint, sans enfants, je n’avais pas cette contrainte contrairement à certaines de mes amies. C’était le moment d’y aller. Ce projet n’a jamais voulu quitter mon esprit, même si j’avais toujours la possibilité d’y voyager.

On m’a demandé récemment si quelque chose en France me manquait aujourd’hui.

Ça dépend de la chose en question. Le Japon a ses bons et mauvais côtés comme tout pays. Mais je m’y sens vraiment bien, en sécurité et surtout je sens que je suis moi-même. Je peux aussi me rendre dans des endroits qui me rappellent un peu mon pays. Ce qui me manque le plus, ce sont mes proches. Si j’avais le pouvoir de les amener tous ici, je le ferais.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, je me trouve encore au Japon avec une vie de construite : un travail, un logement, un mode de vie confortable et agréable, des loisirs, un petit réseau d’amis… J’ai passé une belle année encore. Donc comme d’habitude, faisons le bilan de cette belle année :
– J’ai repris le tennis dans un club.
– J’ai joué au jeu Suika Wari (スイカ割り) à l’école où je travaille, expérimenté la récolte de patates (芋掘り), de mikan (みかん狩り), de fraises (いちご狩り) et célébré d’autres fêtes traditionnelles comme Setsubun (節分) et Hina Matsuri (ひな祭り). Beaucoup d’événements qui rendent l’année scolaire au Japon enrichissante et passionnante !
– J’ai fêté le Tanabata (七夕) chez moi en décorant une branche de bambou feuillue et en écrivant des vœux.
– J’ai expérimenté le Taichi (太極拳).
– J’ai refait un road trip et cette fois je suis allée jusqu’à Shirakawago (白川郷), Kanazawa (金沢) et la péninsule de Noto (能登半島).
– J’ai passé un court mais très bon séjour à Tottori (鳥取), et pour une fois je ne voyageais pas seule.
– J’ai fait une balade à chameau dans les dunes de Tottori (鳥取) et du kayak au bords des côtes d’Ajiro (網代).
– J’ai fait un road trip à Shikoku (四国) en passant par l’île d’Awaji (淡路島).
– A défaut de ne pas avoir pu faire le Mont Fuji une quatrième fois, j’ai escaladé d’autres petites montagnes : le mont Maya (摩耶山) à Kobe (神戸), le mont Kyusho (久松山) à Tottori (鳥取), le mont Tsurugi (剣山) à Shikoku (四国), le mont Hiei (比叡山) à Kyoto (京都), le mont Misen (弥山) à Miyajima (宮島), le mont Konozan (交野山) à Katano (交野)…
– J’ai exploré les forêts et parcs naturels de la préfecture d’Osaka (大阪府民の森)
– J’ai fini par prendre goût aux voyages en voiture et à scooter, malgré les limites de vitesse pitoyables et la conduite catastrophique des gens du Kansai. J’ai entre autres voyagé jusqu’à Izumo (出雲) et la préfecture de Mie (三重県) à bord d’une titine confortable !
– J’ai renouvelé mon passeport (qui n’est pas prêt de me servir pour voyager…)
– Je n’ai pas fêté seule mon anniversaire malgré la pandémie. Je me suis offerte en cadeau un pass annuel à Universal Studios Japan.
– J’ai passé le TOEIC afin d’affirmer mes capacités à enseigner l’anglais (et parce que je n’avais jamais eu l’occasion de le passer).
– A défaut de ne pas avoir pu renter en France, j’ai passé les fêtes de fin d’année à Tokyo dans ma famille japonaise et passé du bon temps avec mes amis Tokyoïtes.
– Ma santé pas toujours au top m’a obligé à rendre visite au médecin, au dentiste, à l’opticien et l’ORL. Sinon tout va bien.
– J’ai visité le parc SUPER NINTENDO WORLD de Universal Studios Japan plusieurs fois. Je me suis en moyenne rendue une fois par mois au parc pour rentabiliser mon pass.
– J’ai suivi la tradition japonaise et offert des chocolats de Saint-Valentin à tous les hommes de mon entourage. Et pour le White Day, j’en ai même eu en retour !
– J’ai fêté un Hanami pluvieux au parc du château d’Osaka. Les cerisiers en fleurs étaient quand même magnifiques.
– J’ai voyagé à Hiroshima (広島) et Miyajima (宮島).
– J’ai visité le parc Banpaku Kinen (万博記念公園) et la tour du Soleil (太陽の塔).
– J’ai accompli une année en tant que professeure en charge de l’anglais dans une école maternelle. Loin du poste de simple assistante ! J’ai passé une année un peu difficile, parfois très stressante et éprouvante. Je n’avais pas imaginé l’ampleur des difficultés et avais sans doute surestimé mes capacités. A la fin de l’année scolaire, j’ai eu du mal à réaliser être parvenue à compléter une année scolaire entière !
– J’ai renouvelé mon visa travail et obtenu un nouveau visa de 5 ans !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et comme toujours, il y a encore beaucoup de choses que je souhaite accomplir :
– Escalader le Mont Fuji, encore une fois
– Passer un week-end à la péninsule d’Izu
– Faire une excursion au Mont Mitake, au Mont Tsukuba, à la vallée Yushin (quand le circuit sera à nouveau ouvert), aux Cascades Kegon de Nikko, à Shosenkyo Gorge, au lac Miyagase…
– Faire un tour en hélicoptère à Maihama
– Voir un spectacle de Kabuki
– Assister à un match de Sumo
– Continuer à tester des restaurants, cafés et Izakaya (avec ou sans amis haha)
– Visiter Hamamatsu et Samantha Martha
– Assister à une vraie cérémonie de thé
– Assister au Sapporo Snow Festival, au festival de Tsurugaoka Hachimangu à Kamakura, au festival du Tanabata à Sendai
– Aller à Hakone, Okinawa, Ishigaki, Shizuoka, Kyushu, Nagasaki, Goto, Tochigi et pleins d’autres endroits magnifiques du Japon
– Visiter Okuno-shima (大久野島), l’île aux lapins
– Assister au Oji Fox Parade pour le Nouvel An
– Visiter le jardin Sankeien en automne et au printemps
– Faire un voyage à Hong Kong, aux Philippines, à Hawaii, à Bali, au Vietnam…
– Réussir le JLPT N2
– Faire du rafting

Je souhaite que la crise sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an s’améliore, qu’on retrouve la vie normale que l’on a toujours connu pour pouvoir accomplir tous ces petits projets. Avec mon nouveau visa travail, je suis encore là pour au moins 5 ans. J’ai au moins 5 ans pour continuer à faire des découvertes et à profiter du Japon.


♫ Un article = Une chanson ► CNBLUE – Where you are

1

▶ Lost in the Echo : Kimi no Nikki (mai 2021)

Osaka - Banpaku Kinen Park - Flower Hill (1)

Un mois de mai qui a commencé comme toujours par la Golden Week. Mais cette année aussi, elle fut bien triste en raison de l’État d’Urgence de déclaré, recommandant de ne pas sortir sauf en cas de nécessité et de ne pas se déplacer entre les préfectures. Voyages annulés, des Shinkansen majoritairement vides, des attractions et endroits touristiques fermés… La Golden Week se passait à domicile pour la deuxième année consécutive.

Il y a heureusement le retour du soleil pour remonter le moral un peu. Sauf que la plupart du temps il préfère passer son weekend ailleurs et nous laisser la pluie et les nuages. Pire, avec trois semaines d’avance, c’est la saison des pluies, tsuyu (梅雨) qui s’est pointée avec averses torrentielles interminables et une humidité qui dépasse les 300 % ! Du coup, la plupart des weekends se sont passés à la maison et on craint ce que réservera juin niveau météo.

Bref, en mai, on n’a pas toujours fait ce qui nous plaisait !

※ Les articles à consulter ce mois 📔

• ビザ・Visa •

💼 Obtenir un Visa Travail (就労ビザの取得) 💼

1622415101403

💳 Renouvellement du Visa Travail (就労ビザの更新) 💳

• イベント・Évenements •

🏫 Les événements scolaires (学校行事) 🏫

• 極楽・S’amuser •

🌞 Parc Banpaku Kinen (万博記念公園) 🌞

※ Dans ma vie Nippone 🇯🇵

• Tokyo Golden Week・東京ゴールデンウイーク •

Maintenant que le mois est passé je peux le dire, j’ai passé ma Golden Week à Tokyo. Alors oui ce n’est pas intelligent en pleine pandémie et État d’Urgence mais j’assume ! Quand on est expatrié, sans pouvoir rentrer au pays, la présence des amis proches est un indispensable pour garder le moral. Et je n’allais pas manquer l’occasion de passer un peu de temps avec eux, qui sont toujours à Tokyo. Surtout quand certains quittent le Japon pour d’autres aventures. Donc oui je suis allée à Tokyo pour la Golden Week. Le temps n’a pas toujours été au top et les activités assez limitées avec l’État d’Urgence. Mais j’ai réussi à varier les plaisirs et à voir quelques amis. Ça fait une bonne coupure, ça nous requinque pour la reprise du boulot 😊.

• Nouveau visa travail・新しい就労ビザ •

Plus de deux longues semaines d’attente. De l’impatience et du stress. Mais enfin ! Après avoir envoyé les papiers manquants pour compléter mon dossier de demande de renouvellement de visa, ENFIN, la petite carte postale arrivait dans ma boîte aux lettres ! Je n’ai pas perdu de temps, le jour suivant, un matin pluvieux, avec un bon rhume, je me rendais au bureau d’immigration.

Avec mon travail et mes classes que je ne peux pas me permettre d’annuler, j’ai dû y aller le plus tôt possible pour ne pas attendre trop longtemps. Je suis arrivée une heure avant l’ouverture et j’étais la première parmi ceux étant venus récupérer un visa. Ce fut cependant le pompon ! J’étais arrivée en avance pour être sûre de passer la première et ne pas rester trop longtemps. J’avais bien fait ! J’avais un mauvais pressentiment au niveau de la photo, je ne sais pas pourquoi cela m’est venu d’un coup mais en effet, ça n’a pas loupé. Connaissant les Japonais, ils n’allaient pas accepter ma photo qui était la même que celle sur mon passeport renouvelé en novembre, soit six mois avant. Hors il faut une photo datant de moins de 3 mois. Je pensais économiser une photo mais finalement non ! Ils m’ont obligée à aller refaire des photos d’identité pour finaliser les procédures.

Kimi en chie toujours pour parvenir à ses fins mais au final, au bout de 20 minutes, mon numéro était appelé et on me rendait ma nouvelle carte de résident avec une durée de… 5 ans !! Incroyable ! Je ne m’attendais pas à tant ! Quel bonheur de voir que je vais encore pouvoir profiter de ce beau pays encore 5 ans ! Le chemin se poursuit vers d’autres destinations. De nouvelles aventures se profilent à l’horizon !


♫ Un article = Une chanson ► Linkin ParkLOST IN THE ECHO

3

▶ Burn it Down : Le Parc Banpaku Kinen (万博記念公園)

Une attraction qui plaira sans doute aux familles, aux amoureux de nature et de couleurs. Pour passer une belle journée sous le soleil ☀️, Kimi vous propose de partir au nord d’Osaka pour faire un tour au Parc Banpaku Kinen (万博記念公園) !

Banpaku Kinen Park, aussi nommé Expo ’70 Commemorative Park, est un parc commémoratif situé à Suita (吹田) dans la préfecture d’Osaka (大阪府). Il a été construit sur le site de l’Exposition universelle du Japon de 1970.

Connu comme un parc culturel englobant un environnement naturel, il s’étend sur environ 260 hectares. Dans son immense superficie, de la verdure et des fleurs colorées font la beauté et le charme du jardin naturel et culturel (自然文化園), ainsi que le jardin japonais (日本庭). Entre les deux sont implantés le musée de l’artisanat folklorique japonais et le musée national de l’ethnologie. À l’est, on retrouve la zone sportive avec le stade du parc.

Moment de détente garanti !
Profitez de l’agréable atmosphère du Parc Banpaku Kinen !

Adresse : 1-1 Senribanpakukoen, Suita, Osaka (大阪府吹田千里万博公園1-1)
Accès : Banpakukinen Koen Station (Osaka Monorail)
Horaires : 9h00 à 17h00
Tarifs : 260 ¥ (adultes)
Site internet : https://www.expo70-park.jp/

Un vaste parc verdoyant et fleurissant

Une fois entré dans le parc (入園), on profite d’abord des couleurs vives et de l’odeur des fleurs du jardin naturel et culturel (自然文化園), ainsi que le jardin japonais (日本庭), construit avec les meilleures techniques d’aménagement paysager japonais. On s’y promène, on s’y amuse, on y pique-nique… Les weekends printaniers et estivaux, le parc est incroyablement bondé !

Une variété de fleurs fleurissent selon les saisons, que ce soit les pruniers en février, les cerisiers en avril, les lotus en juillet, les tournesols en août, ou encore les roses en octobre. Leur couleur et leur beauté apaisent les visiteurs.

La promenade dans le jardin naturel se fait en trois circuits possible de distance différente : 3, 5 et 8 km. Ils permettent de passer par divers spots comme la colline des fleurs (花の丘), l’observatoire de la tour (展望タワー), les étangs et petites cascades et de vagabonder au cœur de la verdure impressionnante des arbres. En empruntant la passerelle en bois Sorado (ソラド), de magnifiques momiji (紅葉🍁) sont visibles en automne.
Cette balade permet un moment de tranquillité et de calme, loin du brouhaha et des bruits des animations du centre du parc.

Passé le cherry tree stream (桜の流れ), on accède au jardin japonais, l’un des plus beaux jardins représentatif de l’ère Showa (昭和時代). Le jardin a été construit sur 26 hectares avec les meilleures techniques d’aménagement paysager japonais.

En longeant le ruisseau d’ouest en est, les visiteurs parcourent quatre styles de jardins selon les époques ; Heian (平安時代, VIIIe-XIe siècles), Kamakura (鎌倉時代) et Muromachi (室町時代, XIIe-XVIe siècles), Edo (江戸時代, XVIIe-XIXe siècle) et l’ère moderne. Tout ça en plus de la découverte de l’élégante simplicité japonaise, le concept esthétique wabi-sabi (侘寂).

Au printemps, la partie est du parc est l’endroit parfait pour le Hanami, l’allée de cerisiers en fleurs voyant passer de nombreux visiteurs chaque jour.

Une forte immersion dans la culture

Le parc dispose de diverses installations culturelles permettant d’en apprendre davantage sur les cultures japonaises et étrangères.

Au musée national d’ethnologie, il y a de nombreuses expositions incluant des articles en céramique japonais et étrangers des tissus teints. Des sections consacrées à divers endroits du monde tels que l’Océanie, l’Amérique, l’Europe, l’Afrique et l’Asie proposent une grande variété d’objets. Certaines expositions sont dédiées à la musique et les langues.

Sur la grande place des fêtes (お祭り広場), il y a selon les périodes différents événements et festivals. Les visiteurs peuvent acheter nourriture et boissons aux stands installés et profiter des diverses animations.

La tour du Soleil (太陽の塔)

Située au centre du parc et face à l’entrée principale, se dresse la tour du Soleil, œuvre d’art massive conçue par l’artiste Taro Okamoto (岡本太郎) et véritable symbole d’Osaka et du parc. Imposante par sa hauteur de 70 mètres, ses larges ailes et visible depuis le Monorail, elle impressionne les visiteurs dès leur arrivée.

Elle possède trois faces en accord avec le temps : le futur scintillant représenté au sommet de la tour par le masque d’or, le présent sous la forme du visage du soleil à l’avant, et derrière le soleil noir de tout ce qui est passé.

En son intérieur se trouve le musée de la tour du Soleil. Également payant, il demande l’achat d’un ticket complémentaire. Il est nécessaire de réserver son ticket par internet jusqu’à la veille de la visite. Pour cela, créer d’abord un compte sur le site officiel. Puis choisir le jour et l’heure souhaité. Le paiement s’effectue par carte de crédit uniquement. Une fois la réservation complétée (予約完了), un e-mail de confirmation est envoyé à l’adresse e-mail enregistrée. Le jour de la visite, il faut se rendre à l’accueil au plus tôt 20 minutes avant l’heure programmée et y présenter le QR code joint à l’e-mail de confirmation.

Le soleil, un élément vital au développement du monde et des espèces. C’est le message que fait passer l’exposition présentée dans le musée. Cœur de la vie et cœur de la célébration, tout en représentant simultanément l’énergie de tout ce qui est créé, perçant le passé, le présent et le futur.

Tout en montant en haut de la tour, on découvre des couleurs, des formes et des animations parfois étranges et psychédéliques mais qu’on aimerait immortaliser. Malheureusement, on ne peut prendre des photos et des vidéos qu’au rez-de-chaussée.

@kimi_no_blue_travel

Dans le musée de la tour du Soleil au parc Bampaku à Osaka. Voyage psychédélique dans le passé, le présent et l’avenir. #bampakukoen #osaka #japan

♬ BURN IT DOWN – Linkin Park

L’Arbre de Vie, d’environ 41 mètres de haut, présente le cours de l’évolution à travers 33 variétés de 183 modèles, des premières formes de vie, les dinosaures jusqu’à l’Homme. La visite dure 30 minutes environ.

Adresse : 1-1 Senribanpakukoen, Suita, Osaka (大阪府吹田千里万博公園1-1)
Accès : Banpakukinen Koen Station (Osaka Monorail)
Tarifs : 720 ¥
Site internet : https://taiyounotou-expo70.jp/

Détendez-vous, réchauffez-vous, faîtes entrer le soleil dans votre cœur et votre esprit au Parc de Banpaku Kinen !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

📷 Toutes les photos sur Flickr 📷


♫ Un article = Une chanson ► Linkin Park – BURN IT DOWN